Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
  • Gares de Mantes-la-Jolie
    Gares de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Titre courant :
    Gares de Mantes-la-Jolie
    Description :
    La gare de Mantes-station, reconstruite à l'identique dans les années 1860, est un petit bâtiment de un étage et trois travées avec chaîne d'angle, actuellement enduit. La voie ferrée se trouve en par un escalier droit extérieur. La gare de 1855 est un grand bâtiment de 5 travées et 1 étage carré . Il est actuellement entièrement enduit mais était peut-être en brique et pierre à l'origine. La gare de 1896 qui donne sur la place est un bâtiment en brique et pierre en rez-de-chaussée. Les couvertures sont des toits à longs pans et croupes. Celui de la gare de 1896 est très plat et dissimulé derrière une sorte de balustrade pleine. La nouvelle rotonde type P en béton armé de 1948 regroupait 23 de sorties y aboutissaient. Un atelier était accolé à la rotonde qui comprenait 2 voies pour levage et un vérin pour la descente en fosse des essieux.
    Illustration :
    Vue de la première gare de Mantes-la-Jolie construite en 1855. Carte postale (Région Ile-de-France La gare de Mantes-station, la première construite à Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de Vue de la voie ferrée venant de Mantes-la-Ville. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP Vue du dépôt de Mantes. On aperçoit au premier plan deux réservoirs et à l'arrière la remise des Vue de la gare construite en 1892. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La place de la gare au début du XXe siècle. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La façade de la gare. Carte postale (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP) IVR11_20157800134X Vue de la rotonde. (Fonds Bertin). IVR11_20177800596NUC2B La rotonde et les voies ferrées. (Fonds Bertin). IVR11_20177800597NUC2B Vue de la gare dans les années 50 (?). (Fonds Bertin). IVR11_20177800655NUC2B
    Texte libre :
    La ville de Mantes-la-Jolie est desservie par deux gares : Mantes-station et Mantes-la-Jolie. Cet sur le territoire de Mantes-la-Ville et en 1855 Mantes-Embranchement sur celui de Gassicourt. avantage est le résultat d'une longue histoire car à la création de la ligne en 1843 la gare se trouvait
    Historique :
    Lors de la création de la ligne de chemin de fer de Paris-Rouen en 1843, la gare Mantes-station , située sur le territoire de Mantes-la-Ville est, avec Vernon, la principale station intermédiaire entre -Sémard. En 1892 deux voies nouvelles sont créées en lien avec l'ouverture de la ligne Paris-Mantes par petite, comme la gare actuelle reconstruite dans les années 1860, et la ligne est encaissée. C'est pourquoi en 1855, lorsque l’embranchement vers Caen est construit, la gare est déplacée d’un kilomètre vers la construction d'une cité cheminote appelée la cité Buddicom, le long de l'actuelle rue Pierre Argenteuil et un nouveau bâtiment est élevé de l'autre côté des voies, sur la place. Il est inauguré en 1896 . Une rotonde pour locomotives fut construite en 1948 sur le modèle de la "rotonde unifiée type P
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre BOCARD, Hélène. De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre. Images du patrimoine n° 239. Paris : APPIF, 2005
  • voie ferrée de la ligne Argenteuil-Mantes
    voie ferrée de la ligne Argenteuil-Mantes Andrésy ; Maurecourt
    Titre courant :
    voie ferrée de la ligne Argenteuil-Mantes
    Description :
    La gare d'Andrésy est conçue sur le même modèle que celle de Conflans-Sainte-Honorine : pavillon pont qui franchit la rue du Maréchal-de-Lattre de Tassigny à Maurecourt comporte trois arches voûtées en plein cintre avec contreforts. Il est en pierre de taille de petit appareil. La halte de
    Appellations :
    de la ligne Argenteuil-Mantes
    Illustration :
    La gare d'Andrésy : vue extérieure. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France). IVR11_20027800558XB La halte de Maurecourt : vue du site. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt : façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt : la voie ferrée. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt : la voie ferrée. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt : façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt et le quartier de la gare. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt et les jardins de Fin d'Oise. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt et le remblai de la voie ferrée vers Fin d'Oise. Carte postale. (Collection La halte de Maurecourt : la façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de page dans la rubrique « Documentation – Liens web ».
    Historique :
    La ligne Argenteuil-Mantes dont la concession fut confiée à la Compagnie des Chemins de fer de l'Ouest a été ouverte en 1892 en prolongement de la ligne de Paris à Argenteuil. la gare d'Andrésy a été ouverte en 1892 et la halte de Maurecourt (sur le territoire d'Andrésy) a été ouverte en 1894. La réalisation de la ligne a entraîné de gros travaux de tranchée ; c'est au cours de ces travaux qu'eut lieu la découverte du cimetière mérovingien. Elle a aussi rendu nécessaire la construction du pont Eiffel sur l'Oise
  • Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert
    Mairie-école, actuellement centre de vie sociale Paul-Bert Mantes-la-Jolie - Gassicourt - - en ville - Cadastre : 2014 AO 728
    Description :
    rez-de-chaussée. La façade principale, très étroite, n'avait qu'une travée, mais n'en était pas moins rez-de-chaussée qui se trouve dans le prolongement de la classe plus ancienne et est partiellement les deux la mairie se composait d'un avant corps de deux travées surmonté d'un campanile. La mairie -école de cette période avait donc une façade principale ordonnancée autour de la mairie. Celle-ci la salle des mariages à l'étage. De chaque côté, se trouvaient les pavillons des logements de garçons se trouve au nord, de part et d'autre de la mairie (détruits), et l'école de fille (encore en
    Illustration :
    . 1893. AM, Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 2 IVR11_20177800477NUC4A Projet de groupe scolaire par Emile Duval, architecte d'arrondissement. 1893. AM. Mantes-la-Jolie,4 . 1897. AM. Mantes-la-Jolie,4 M GAS 2 IVR11_20177800481NUC4A logement. 1901. AM Mantes-la-Jolie 1M Gas IVR11_20177800453NUC4A Projet d'agrandissement de 1922. Plan du rez-de-chaussée. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Plan du rez-de-chaussée de la mairie et du groupe scolaire en 1922. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Plan du premier étage de la mairie et du groupe scolaire en 1922. AM, Mantes-la-Jolie, 1 M GAS 6 Projet d'agrandissement par J. Deschamps en 1907. AM. Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 3 Projet d'agrandissement par Caro en 1922. Plan du rez-de-chaussée. AM. Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 4 Projet d'agrandissement par Caro en 1922. Plan de l'étage. AM. Mantes-la-Jolie, 4 M GAS 4
    Texte libre :
    L'histoire de la mairie-école de Gassicourt est complexe : un premier projet réalisé en trois phases de 1893 à 1904. C'est la mairie-école telle qu'elle apparaît sur les cartes postales. Le second
    Historique :
    1904. C'est l'entrepreneur de Mantes-la-Ville Jules Gautier qui a été chargé des travaux de maçonnerie En 1872, la mairie-école de Gassicourt était installée dans une maison acquise en 1869 et qui se 1892. Il témoigne d'une vision à long terme, la population de Gassicourt étant en augmentation à la , successeur de Duval. En 1902 fut prise la décision par le conseil municipal de construire la mairie et subsistants le long de la rue Alphonse Guérin. Enfin en 1922, le projet d'agrandissement réalisé par l’architecte communal Pierre Caro a donné la configuration que les bâtiments avaient à la veille de la guerre . A l'origine école de fille, le bâtiment était devenu en 1904 école de filles et de garçons. La
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Gassicourt - - en ville - Cadastre : 2014 AO 728
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège
    Groupe scolaire Jules-Ferry, actuellement collège Mantes-la-Jolie - 5 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2014 AK 614-615
    Description :
    bordent. Elle était en moellons enduit avec chaînages et entourages de baies en briques dure de Mantes-la la première école comportait la maternelle à l'angle des rues Castor et des Ecoles et l'école de filles le long de la rue des Ecoles et de Strasbourg. Son plan en U épousait les trois rues qui la -Ville. La couverture était en tuiles grand moule des Cordeliers. Les classes se développaient au rez-de 1934 a adopté le même plan mais un parti inverse : l'école primaire est à la place de la maternelle et et autour des entrées. Dans la cour se dresse un pavillon des ateliers élevé de deux étages. Il
    Illustration :
    Plan de l'école en 1934 (avant sa reconstruction). (AM Mantes-la-Jolie 5M11 (4 Elévations de l'école avant sa reconstruction. (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800547NUC4A Plan du pavillon des ateliers. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800548NUC4A Plan des étages du pavillon des ateliers. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Façades du pavillon des ateliers. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Plan du rez-de-chaussée de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Plan du premier étage de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4 Façades de l'école maternelle. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800553NUC4A Façades du groupe scolaire. Marabout. 1934 (AM Mantes-la-Jolie 5 M 11 (4) IVR11_20157800554NUC4A
    Historique :
    Duval à l'angle des rues de la Perle et sainte-Anne devenues en 1883 rue des Écoles et rue Castor. Les . Le groupe a été occupé par les Allemands pendant la guerre puis touché par les bombardements. Il est
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 5 rue des Ecoles - en ville - Cadastre : 2014 AK 614-615
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Usine élévatoire des eaux de Seine, actuellement clinique vétérinaire Saint-Roch
    Usine élévatoire des eaux de Seine, actuellement clinique vétérinaire Saint-Roch Mantes-la-Jolie - 2 quai de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD
    Description :
    Mantes-la-Jolie, d'une date portée "anno 1889", d'une table portant l'inscription "Ville de Mantes centre et à l'arrière de la façade principale. Les murs sont couverts d'un enduit clair. La couverture avant-corps de la façade principale. La modénature est soignée. La façade latérale ouvrant sur la promenade des Cordeliers présente en son centre un fronton-pignon brisé orné des armoiries de la ville de
    Dates :
    1889 porte la date
    Datation principale :
    4e quart 19e siècle porte la date
    Illustration :
    Plan et élévation vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800499NUC4A Vue de l'aile gauche du bâtiment, ouvrant sur la promenade des Cordeliers. IVR11_20167800650NUC4A Détail de l'aile droite de la façade principale, avec date portée. IVR11_20167800649NUC4A Détail du fronton orné surmontant la façade latérale ouverte sur la promenade des Cordeliers
    Texte libre :
    Cette usine fait partie des équipements mis en place par la ville à la suite de son agrandissement
    Historique :
    , maire de Mantes-la-Jolie, valide en conseil municipal plusieurs phases de travaux de modernisation de À la fin de la période révolutionnaire, la distribution d'eau est assurée par les sources de Limay . Mais la pénurie d'eau reste une préoccupation majeure jusqu'en 1876, date à laquelle naît l'idée d'une prise d'eau dans la Seine pour l’assainissement, le lavage et l'arrosage des rues. Le plan d’ensemble de pour la construction et l’installation des machines à vapeur, pompes, générateurs et accessoires
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 2 quai de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Distribution des eaux de la Seine : Généralités.
  • Square Bourgeois-Brieussel
    Square Bourgeois-Brieussel Mantes-la-Jolie - place République (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le square s'étend de la place de la République à la rue de Lorraine. Il comportait des fabriques
    Illustration :
    musée-bibliothèque détruit alors. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800407NUC4A bibliothèque légué par madame Bourgeois-Brieussel. AM Mantes-la-Jolie, 3 o 8. IVR11_20177800518NUC4A Plan du square en 1933. AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8. IVR11_20177800519NUC4A L'auditorium vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800488NUC4A l'agrandissement de l'hôtel-de-ville. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800487NUC4A Vue d'ensemble du square en direction de la rue de Lorraine. Carte postale. IVR11_20157800140X Du côté de la place de la république, le square était peu ouvert. On voit ici le rocher L'entrée du square du côté de la rue Gambetta vers 1910. A droite le mur du bâtiment de la Le square sous la neige. On aperçoit un kiosque soutenu par des faux arbres écotés en ciment. Carte La roseraie aménagée par Raymond Marabout. (Fonds Bertin). IVR11_20177800608NUC2B
    Texte libre :
    Don d'une habitante de Mantes, le square Brieussel-Bourgeois occupe une place importante dans le centre ville. C'est à la fois un lieu de détente, de desserte d'édifices publics, et de passage.
    Historique :
    Le square a été légué à la ville de Mantes en 1902 par testament par Madame Clara Bourgeois, veuve d'Achille Brieussel. Il comportait une maison neuve sur la rue Gambetta, un parc, un jardin potager, une maison de jardinier et ses dépendances. Le legs était fait à la condition d’affecter le rez-de-chaussée de la maison neuve rue Gambetta à un musée et le premier étage à une bibliothèque. C'est dans le la construction de l'hôtel-de-ville en 1948. Le square avait sa plus grande façade du côté de la rue Murier en 1906. La grille a été réalisée par le serrurier Saintard.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place République (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8 AM Mantes-la-Jolie, 3 O 8
  • Papeterie Braustein, puis usine de matelas Dunlopillo
    Papeterie Braustein, puis usine de matelas Dunlopillo Mantes-la-Jolie - Gassicourt - rue Papeterie (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AW 233
    Description :
    de granit portant un médaillon de Maurice Braunstein. Un appontement sur la Seine avec grue roulante l'usine par wagonnets qui acheminaient la matière première. Les chiffons, effilochés par des ouvriers plus la ville de Gassicourt en profitait.
    Historique :
    ainsi l'usine. Mais ces eaux filtrées étaient en telle abondance que la ville de Mantes en achetait une date, l'établissement, installé à Paris, avait une dizaine d'année. L'architecte à qui est confié la compris la cité ouvrière). Le papier à cigarettes est fabriqué à partir de déchets de toiles neuves de 25.000 mètres à l'exposition universelle. L'usine continue de fonctionner pendant la guerre de 14-18, les
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Gassicourt - rue Papeterie (de la) - en ville - Cadastre : 2014 AW 233
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, Z I Gas. AM Mantes-la-Jolie, Z I Gas. AM Mantes-la-Jolie . 3211/8/3 Monographie communale de Mantes-la-Jolie par Paul Aubert AM Mantes -la-Jolie . 3211/8/3 Monographie communale de Mantes-la-Jolie par Paul Aubert p. 339 et sq. Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de
  • pont routier de Bonnières
    pont routier de Bonnières Bonnières-sur-Seine - Cadastre : 1982 AB non cadastré domaine public
    Description :
    Le premier pont était composé de deux tronçons séparés par la Grande Île. C'était un pont à poutres des culées en béton. Les barrières qui bordent la chaussée et le corps du tablier sont métalliques symétriquement de part et d'autre de la chaussée.
    Hydrographies :
    la Seine
    Illustration :
    Vue d'ensemble du pont. Carte postale, vers 1910. (CREDOP, Mantes-la-Jolie) IVR11_19937800475XB Vue depuis le pont routier vers l'amont sur la Grande Ile. IVR11_20117800200NUC4A Poutres métalliques du tablier vues depuis les quais de Bennecourt. On aperçoit la culée en béton de l'ouvrage sur la Grande Ile. IVR11_20117800214NUC4A Vue en surplomb de la chaussée du pont depuis l'avenue du maréchal Gallieni. IVR11_20117800213NUC4A
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Bennecourt
    Historique :
    Un bac a relié les deux communes pendant longtemps. Après la guerre de 1870, un projet de pont voit le jour. Celui-ci réemploirait le pont de Mantes en charpente qui en 1871 a remplacé provisoirement navigation choisissent de construire un pont suffisamment haut et solide pour ne pas entraver la navigation rachat par l'Etat et un péage règlemente la circulation. Le pont est miné et détruit pendant la Seconde guerre mondiale. Une passerelle est installée pour relier les deux communes, jusqu'à la mise en service
  • Villa, 35 rue Saint-Vincent
    Villa, 35 rue Saint-Vincent Mantes-la-Jolie - 35 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 2014 AD 209
    Description :
    soubassement est en meulière. Le plan en L d'origine a été modifié par une extension. La toiture en ardoise est à longs pans et croupe. Un appareillage de brique souligne les angles de la maison, marque l'encadrement des baies et le bandeau médian. La céramique est présente dans les allèges des baies du rez-de -chaussée et dans la frise sous la corniche. Les trois baies de l'étage sont surmontées d'un médaillon ovale l'escalier sont d'origine. La maison se prolonge par un jardin particulièrement étroit et long.
    Illustration :
    Vue de la façade principale. IVR11_20167800761NUC4A Vue d'un médaillon à buste féminin surplombant la fenêtre centrale du premier étage Vue d'un médaillon à buste féminin surplombant la fenêtre droite du premier étage Vue d'un médaillon à buste féminin surplombant la fenêtre gauche du premier étage Vue de la frise décorant les allèges des baies du rez-de-chaussée. IVR11_20167800634NUC4A
    Historique :
    Cellophane. Cette usine de fabrication de plastique cellulosique, implantée à Mantes-la-Ville, avait acheté Cette maison, construite à la fin du 19e siècle, a appartenu entre 1926 et 1986 à l'Usine La
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 35 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 2014 AD 209
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Villa, 17 quai de la Vaucouleurs, dite Villa Diane
    Villa, 17 quai de la Vaucouleurs, dite Villa Diane Mantes-la-Jolie - 17 quai de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 263
    Titre courant :
    Villa, 17 quai de la Vaucouleurs, dite Villa Diane
    Description :
    La situation de cette villa en surplomb sur la Seine fait son intérêt. Elle a conservé sa passerelle cintrée, trace du passage, aujourd'hui couvert, de la rivière la Vaucouleurs. Son architecture est singulière : elle comporte deux tourelles d'escalier reliées par une galerie ouverte sur la façade arrière qui est devenue la façade d'entrée, la porte principale ayant été condamnée. La toiture très débordante et à faible pente est couverte d'ardoise. Un décor coloré la caractérise : sous son fronton pignon de cabochons bleus en céramique. De chaque côté de la baie centrale de l'étage carré est apposé un extrémités et la porte est encadrée de deux longues palmes en céramique vernissée verte et surmontée d'un
    Illustration :
    Façade principale tournée vers la Seine. IVR11_20167800747NUC4A Vue de détail de la façade principale : médaillon de Diane chasseresse et losanges décoratifs
    Représentations :
    Le médaillon à tête de femme représente le buste de Diane chasseresse, la chevelure coiffée d'un
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 17 quai de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 263
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Villa, 28 rue de Lorraine
    Villa, 28 rue de Lorraine Mantes-la-Jolie - 28 rue de Lorraine - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Cette maison était à l'origine dans un parc contigu à celui de la maison Brieussel. Elle est trouvaient le vestibule avec l'escalier au fond, puis un cabinet de travail, la salle-à-manger avec en face chambres à l'étage et un cabinet de toilette. Deux chambres de bonne à l'étage de comble. Lors de la vente de 1956, il est précisé qu'il y avait un billard à cet étage. la maison disposait de communs alignés sur la rue de Lorraine qui ont disparu.
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure de la maison. IVR11_20177800214NUC4A La façade latérale qui est la façade d'entrée a été dénaturée par l'adjonction d'un escalier de Détail du décor métallique de la véranda d'entrée. IVR11_20177800215NUC4A Détail du pignon. On aperçoit les moellons très hétérogènes qui forment le mur. La demi-croupe a
    Texte libre :
    située à Mantes" dans le chapitre consacré aux maisons d'agrément pour séjour estival à la campagne ou à la mer.
    Historique :
    La date précise de la maison n'est pas connue mais elle doit dater des années 1890. Elle est aujourd'hui incluse dans le parc Brieussel-Bourgeois, ce qui n'était pas le cas lors de la donation de celui -ci à la ville en 1902. La maison a été acquise en 1956 par la municipalité pour y loger des services
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 28 rue de Lorraine - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Maisons de bourg, 17-19 boulevard Victor Duhamel
    Maisons de bourg, 17-19 boulevard Victor Duhamel Mantes-la-Jolie - 17-19 boulevard Victor Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 5-6
    Description :
    étage carré et d'un comble aménagé. Leur modénature simple est davantage conservée sur la maison de
    Texte libre :
    Mantes-la-Ville (section D). Elles constituent un des rares exemples d'architecture du quatrième quart du Ces maisons de bourg jumelles situées à la limite occidentale du quartier des Martraits, témoignent
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 17-19 boulevard Victor Duhamel - en ville - Cadastre : 2014 AD 5-6
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Villa, 39 rue Saint-Bonaventure
    Villa, 39 rue Saint-Bonaventure Mantes-la-Jolie - 39 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 684
    Description :
    élégante toiture à égouts retroussés en ardoise et zinc. Sur la façade principale, la travée de gauche tourelle à cet avant-corps. La façade sur le jardin présente le même décrochement mais sans différence de toiture. La modénature allie pierre et brique : la travée centrale est en brique claire sur toute sa larmier. La corniche en pierre est rythmée de modillons. La porte principale sur rue est surmontée d'une , putti roccoco dans la salle à manger. Des éléments d'origine tels le sol en carreaux de ciment
    Illustration :
    Vue de détail de la marquise d'entrée IVR11_20167800668NUC4A Décor de putti, plafond de la salle à manger. IVR11_20167800673NUC4A Dessus de porte de style rocaille dans la salle à manger. IVR11_20167800674NUC4A Evier en pierre claire et robinetterie de la buanderie. IVR11_20167800677NUC4A Porte de la chambre froide installée en sous-sol. IVR11_20167800678NUC4A
    Historique :
    La maison a été construite dans le quatrième quart du 19e siècle sur une parcelle plus étendue
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 39 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 684
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Villa, 26 rue d'Alsace
    Villa, 26 rue d'Alsace Mantes-la-Jolie - 26 rue d' Alsace - en ville - Cadastre : 2014 al 252
    Description :
    Insérée dans un parcellaire étroit, la villa est élevée d'un étage mais domine largement la rue car son jardin est surélevé. Tout le décor est concentré sur la façade avant, l'arrière (par ailleurs
    Dates :
    1899 porte la date
    Datation principale :
    4e quart 19e siècle porte la date
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade. L'Habitation pratique, 1905. IVR11_20017800101XA La façade principale est restée inchangée depuis sa construction. IVR11_20177800154NUC4A la façade arrière est beaucoup moins pittoresque. Elle a probablement été décroûtée Vue de la tour d'escalier en demi-hors oeuvre sur la façade. IVR11_20177800169NUC4A Décor ornant le faîte de l'escalier. Il porte la date de 1899. IVR11_20177800167NUC4A Détail de la partie supérieure du porche qui est voûté. IVR11_20177800159NUC4A Détail du décor du porche. On notera les céramiques très pittoresques, la cord en trmpe-l'oeil qui court sous la corniche et le chapiteau à la corbeille très évasée de style néo-byzantin La façade est ornée de deux balcons. Celui de droite est protégé par un petit auvent Décor de céramique au dessus de la baie de l'étage. Le hibou est une allégorie de la nuit
    Texte libre :
    Cette villa a été publiée comme "petite maison de campagne" dans la revue l'Habitation pratique de
    Représentations :
    Le coq est une allégorie du jour et le hibou de la nuit. On trouve aussi des tournesols et des
    Historique :
    l'attestent les matrices du cadastre : en 1900 il est propriétaire de la parcelle. Mais il réside à Paris, 169 rue de Rennes et la loue : en 1901 le recensement signale que le 26 rue d'Alsace est habité par René
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 26 rue d' Alsace - en ville - Cadastre : 2014 al 252
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Villa, 39 rue Saint-Bonaventure
    Villa, 39 rue Saint-Bonaventure Mantes-la-Jolie - 39 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 684
    Description :
    élégante toiture à égouts retroussés en ardoise et zinc. Sur la façade principale, la travée de gauche tourelle à cet avant-corps. La façade sur le jardin présente le même décrochement mais sans différence de toiture. La modénature allie pierre et brique : la travée centrale est en brique claire sur toute sa larmier. La corniche en pierre est rythmée de modillons. La porte principale sur rue est surmontée d'une , putti roccoco dans la salle à manger. Des éléments d'origine tels le sol en carreaux de ciment
    Illustration :
    Vue de détail de la marquise d'entrée IVR11_20167800668NUC4A Décor de putti, plafond de la salle à manger. IVR11_20167800673NUC4A Dessus de porte de style rocaille dans la salle à manger. IVR11_20167800674NUC4A Evier en pierre claire et robinetterie de la buanderie. IVR11_20167800677NUC4A Porte de la chambre froide installée en sous-sol. IVR11_20167800678NUC4A
    Historique :
    La maison a été construite dans le quatrième quart du 19e siècle sur une parcelle plus étendue
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 39 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 684
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Maison, 43 rue des Martraits
    Maison, 43 rue des Martraits Mantes-la-Jolie - 43 rue des Martraits - en ville - Cadastre : 2014 AD 614
    Description :
    encadrement des baies cintré donnant un rythme régulier à la façade.
    Illustration :
    Façade sur la rue des Martraits IVR11_20167800684NUC4A
    Historique :
    Si on ignore la date précise de construction de cette maison, on sait, grâce au recensement de 1911
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 43 rue des Martraits - en ville - Cadastre : 2014 AD 614
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Maison, 15 rue du Chapeau rouge
    Maison, 15 rue du Chapeau rouge Mantes-la-Jolie - 15 rue du chapeau rouge - en ville - Cadastre : 2014 AD 148
    Description :
    . Néanmoins sa façade principale à trois travées se situe sur la plus petite rue. Elle est construite en , quadrangulaire. Ce pan est réalisé, par contraste, en meulière rocaillée encadrée de chainage en brique. Sur la entrelacs est fixée sur la cheminée.
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison. IVR11_20167800416NUC4A
    Texte libre :
    renforcer sa position en tête d'îlot et matérialise la jonction entre la ville ancienne et le quartier des
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 15 rue du chapeau rouge - en ville - Cadastre : 2014 AD 148
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport Gargenville
    Titre courant :
    pont routier sur la Seine dit Pont de Rangiport
    Description :
    soutient le tablier, tandis que du côté de Gargenville, le petit bras de la Seine est enjambé par un petit
    Annexe :
    d’art, 2S 129 AD. 78, série W : 1592W 5, 1592W 6, 1592W 7. AD. 78, IT Mono, 4/7 « Monographie de la
    Hydrographies :
    la Seine
    Illustration :
    Poutres métalliques du pont et garde-corps. On aperçoit le début d'un méandre du bras de la Seine Pile intermédiaire du pont en béton vue depuis le chemin de terre sur la rive d'Epône Poutres métalliques en treillis Warren vues depuis les berges de l'Ile de Rangiport. On aperçoit la
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Epône
    Historique :
    , les véhicules les plus lourds devant passer par les ponts de Mantes ou de Meulan pour traverser la de la chaussée des deux ponts pour améliorer la circulation qui est strictement règlementée en 1934 interdit même toute circulation. En 1965, les travaux commencent pour la construction d'un nouveau pont
1