Dossier d’œuvre objet IM75000061 | Réalisé par
Bussière Roselyne
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
; ;
  • enquête thématique départementale, rampes d'appui en ferronnerie des escaliers parisiens sous l'Ancien Régime
dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Laurent Kruszyk, Région Île-de-France

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paris - Paris
  • Commune Paris

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’escalier est un élément d’apparat dans les plus belles demeures et hôtels parisiens. Il est au cœur des recherches des architectes et maîtres d’oeuvre qui inventent l’escalier suspendu. Ces recherches croisent alors celles des artisans : la rampe de serrurerie est née. De cette époque fastueuse subsistent de nombreuses traces : près de mille deux cents rampes ont ainsi été inventoriées par une étude minutieuse de plusieurs années. Au sein de ce vivier foisonnant ont été sélectionnés les escaliers les plus spectaculaires, ou parfois plus modestes, qui tous sont l’illustration d’un savoir-faire exceptionnel.

Cet inventaire a été réalisé par Jean-François Leiba-Dontenwill dans le cadre d'un travail universitaire. Il a donné lieu à une publication en 2011 : Région Ile-de-France, Inventaire général... Bussière Roselyne (réd.), Leiba-Dontenwill Jean-François (réd.), Kruszyk Laurent (phot.). Escaliers parisiens sous l'Ancien régime, l'apogée de la serrurerie. Paris : Somogy éditions d'Art - voir ci-dessous dans la rubrique Documentation - Liens Web. Il a, par ailleurs, été repris selon la méthodologie de l'inventaire et 102 dossiers ont été réalisés par Roselyne Bussière, avec l'aide de Maud Marchand.

L'apparition de la rampe de serrurerie dans les escaliers parisiens a eu lieu dans les années 1640, favorisée par l'introduction par Mansart de l'escalier suspendu : l'hôtel de la Vrillière est doté en 1644 d'un escalier à rampe de fer. Le Muet en 1642 dote l'hôtel d'Assy d'une belle rampe en ferronnerie qui est la plus ancienne conservée à ce jour. La rampe de ferronnerie connaît un rapide succès et ce dans toutes les strates sociales. On la retrouve dans les hôtels du Marais où elle permet d'afficher un luxe récemment acquis. De 1680 à 1720, l'emploi de la rampe de serrurerie se généralise et dans les décennies suivantes, elle devient le lieu d'expression des ornemanistes qui produisent alors des chefs d'oeuvre de l'art rocaille. Enfin après cet apogée s'annonce le déclin des années 1760-1792 : d'une part parce que le goût néoclassique triomphe et avec lui des motifs beaucoup plus sobres, et d'autre part parce que les escaliers à crémaillère, c'est-à-dire sans limon, font leur apparition, ce qui signifie la généralisation des simples barreaux.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 17e siècle
    • Principale : 2e moitié 17e siècle
    • Principale : 18e siècle

Les premières rampes en serrurerie sont inspirées des balustres de pierre ou de bois des escaliers plus anciens. Ce motif connaît de multiples interprétations et variantes. Par la suite, à partir des années 1680, le balustre continue d'inspirer les serruriers mais on voit aussi apparaître les panneaux. Par ailleurs, le motif à arcades, qui est le plus répandu, apparait dans les années 1710-1720. De 1720 à 1760, les panneaux sont ornés de toutes sortes de motifs, héraldiques, rocaille. Les consoles de départ sont particulièrement raffinées. Pendant la période néo-classique, les rampes à motifs géométriques se généralisent.

  • Catégories
    ferronnerie
  • Matériaux
    • fer, forgé