Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 21 à 40 sur 50 - triés par pertinence
  • Immeubles ISAI de l'îlot A
    Immeubles ISAI de l'îlot A Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou Rue Louis Cauzard rue Potard - en ville - Cadastre : 2014 AH 113 ; 565-566 ; 102-105; 108-111; 520-522;405
    Titre courant :
    Immeubles ISAI de l'îlot A
    Description :
    Le projet comporte deux parties : les immeubles de la place Saint-Maclou qui forment un front urbain continu et ceux de la Rue Nationale placés en peigne par rapport à la rue. Au total le projet comprend 43 appartements et 12 boutiques. Les immeubles sont de trois étages et les sous-sol sont en réalité des étages de soubassement à l'arrière des immeubles. Les appartements prévus sont 6 de deux pièces, 14 de 3 pièces, 13 de 4 pièces, 3 de 5 pièces et 4 de six pièces. Il est prévu que la salle commune distribue toutes les pièces (pas de couloir) et que les cuisines aient des vide-ordures. Des , volets, bloc-eau, cuisines permet de faire des économies. il est aussi demandé que les matériaux du pays soient privilégiés : moellons, tuiles, béton armé. Le parti choisi reste proche de celui du lot A de la -Dame, rez-de-chaussée commerçant derrière une galerie ouverte, hauts toits et pavillon latéral permettant de masquer la différence de niveau entre les deux façades des immeubles. Quant aux immeubles
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Les immeubles en cours de construction (Fonds Bertin). IVR11_20177800919NUC2B Immeubles ISAI de l'îlot A, place Saint-Maclou. On notera le souci de monumentalité et de symétrie Vue de l'aile à gauche de la place. Les magasins du rez-de-chaussée sont protégés par une galerie L'angle de l'aile droite des bâtiments est de plan circulaire. IVR11_20167800062NUC4A Détail de l'angle du bâtiment à droite de la place. La plaque garde le souvenir du passage de Vincent Auriol, président de la République en 1947. IVR11_20167800061NUC4A Les deux bâtiments de la place en vis-à-vis. On aperçoit l'avant corps latéral à fronton qui permet de faire la transition entre la façade sur la place et celle sur l'arrière plus basses en raison de L'escalier monumental qui sépare les deux bâtiments de la place avait déjà été envisagé dans le projet de reconstruction de 1941. IVR11_20167800058NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le conseil municipal du 29 août 1946 a approuvé le projet de M. Gravereaux concernant la reconstruction des immeubles de la place Saint-Maclou et le long de la rue Nationale. Cette première phase se veut exemplaire : ce sont des immeubles ISAI, sans affectation individuelle qui marqueront le départ de du président de la République, Vincent Auriol, le 14 août 1947. Le plan d'ensemble de la architectes locaux, M. Marabout, architecte communal de Mantes et M. Lemercier de Limay.
  • statue : Jeanne d'Arc
    statue : Jeanne d'Arc Aubergenville - place de Louvain
    Illustration :
    La statue de Jeanne d'Arc agenouillée la tête posée sur son sabre dans un geste de recueillement
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Aubergenville - place de Louvain
  • École maternelle Les Capucines
    École maternelle Les Capucines Mantes-la-Jolie - 34 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 374
    Description :
    L'école maternelle Les Capucines est composée d'un premier corps de bâtiment reposant sur deux pilotis et présentant un étage carré occupé par un appartement de quatre pièces doté d'un balcon. Se déploie ensuite un corps de bâtiment en rez-de-chaussée qui contient les trois seules classes de cet établissement, une salle de motricité, une salle de propreté et une bibliothèque. La structure d'ensemble est en ultérieurement à la construction initiale : une cantine placée au fond de la cour de récréation à l'extrémité du bâtiment initial et un dortoir accolé à la façade arrière. La façade sur cour est rythmée de vingt-six travées alternant baies ou portes vitrées et pans de mur couverts de mosaïque bleue. L'intérieur de l'école conserve son plafond recouvert d'un lambris de revêtement.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Plan de situation et plan de masse de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Plans du sous-sol, du rez-de-chaussée et de l'étage de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la Plans et coupes de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Elévations et coupes de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2 Clôtures de l'école, 1964, Robert Vassy (AM Mantes-la-Jolie, 5M 36(2)) IVR11_20167800509NUC4A Vue d'ensemble de l'école depuis la rue Saint-Bonaventure IVR11_20167800571NUC4A Vue du logement de fonction IVR11_20167800572NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur cour IVR11_20167800573NUC4A Porte d'entrée du logement de fonction IVR11_20167800575NUC4A Vue du couloir de distribution des classes IVR11_20167800577NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La création de l'école Les Capucines est le résultat du transfert de l'école maternelle sise à l'origine dans l'ancien couvent des Bénédictines transformé, à partir de 1921, en Habitation à Bon Marché pour familles nombreuses. L'ouverture en 1928 de cette école au rez-de-chaussée de l'HBM boulevard Victor Duhamel avait été initiée, par délibération du 17 juillet 1925, afin de palier l'augmentation d'effectifs de la petite école de filles de la rue de Levesque et de prévenir l'accroissement de population causée par l'urbanisation du quartier des Martraits. Cette école de l'ancien couvent était dirigée par Mademoiselle Goust, fille du maire de Mantes-la-Jolie, Auguste Goust. La désignation de Robert Vassy , architecte résidant à Mantes-la-Jolie (5 Place de l'Etape), est approuvée par délibération du conseil réception des travaux est datée du 30 octobre 1969. Le nom de cette école, "Les Capucines", s'inscrit dans une démarche globale d'appellation des écoles maternelles de la ville par des noms de fleurs.
  • Immeubles de la Demi-Lune
    Immeubles de la Demi-Lune Mantes-la-Jolie - rue Géo André - en ville - Cadastre : 2014 AY 66 ; 173
    Titre courant :
    Immeubles de la Demi-Lune
    Description :
    Deux bâtiments sont de deux étages et deux sont de quatre étages. Les plus longs sont disposés de part et d'autre de la rue André Géo. leurs façades principales sont orientées à l'est ce qui fait que l'un a sa façade principale sur rue et l'autre sur cour. Les façades dites de service comportent les petites baies carrées qui éclairent les escaliers. Selon le permis de construire, les façades latérales et
    Illustration :
    Façades et plans des bâtiments 1 et 2. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Façades et plans du bâtiment 3. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Façades et plans du bâtiment 4. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Plan d'un logement de quatre pièces. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Plan d'un appartement de trois pièces. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Vue de la façade sur rue de l'immeuble 1. On reconnait les travées d'escaliers marquées par de
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet ensemble de quatre immeubles a été conçu par les architectes Lopez, Gravereaux et Lemercier en 1955 pour la SEMICLE, Société d’Économie mixte pour la construction de logements économiques.
    Précision dénomination :
    ensemble de 4 immeubles
  • Hôpital (détruit)
    Hôpital (détruit) Mantes-la-Jolie - boulevard Calmette - en ville - Cadastre : 2015 AE 388-400
    Description :
    L’hôpital construit par Durand était un vaste bâtiment ordonnancé à travées, élevé de deux étages et composé d'un pavillon central et de deux ailes terminées par deux pavillons. Il était placé le long de l'actuel boulevard Victor Duhamel. Les deux pavillons construits par Marabout étaient placés 3 étages carrés et un étage de comble, le pavillon de chirurgie un seul étage avec combles. Le bloc prend la place de l'hôpital de Durand est un bloc en béton de 5 étages à toit terrasse et ouvertures en dernier comporte une partie en encorbellement au dessus de la rue, soutenue par des poutres en béton.
    Étages :
    étage de comble
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Vue de l'hôpital reconstruit par Durand. Il se situait le long de l'actuelle avenue Victor Duhamel Vue d'ensemble de l'hôpital avant l'intervention de Lopez. On voit bien la composition de l'hôpital de 1854 avec trois pavillons reliés par deux ailes.CREDOP. . IVR11_20177800533NUC4A Les bâtiments construits par Raymond Marabout dans les années 30. A droite le pavillon de chirurgie Le bloc médico-chirurgical en cours de construction. (Fonds Bertin). IVR11_20177800660NUC2B Vue d'ensemble de l'hôpital achevé. (Fonds Bertin) IVR11_20177800665NUC2B La façade pricipale du bloc donnant sur des carrés de pelouse. (Fonds Bertin
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    siècle. A partir de 1668 un hôpital général est construit par la ville sur cet emplacement. Il est confirmé par le roi en 1688. Il figure sur le cadastre napoléonien de Mantes-la-Ville sur le territoire de laquelle il se trouvait jusqu'en 1854. A partir de 1847 la fusion de l'hôpital général ou hospice des Raymond Marabout en 1929 et 1930 : le pavillon de maternité et le pavillon de chirurgie ainsi qu'une cuisine centrale et un dépôt mortuaire. Ces pavillons ont été conservés lors de la construction en 1957 d'un bloc médico-chirurgical à la place de l'hôpital de Durand par Raymond Lopez, J. Hérouard et G . Deschamps. Le tout a été détruit en 1997 et remplacé par des immeubles de logements et le conservatoire de musique et de danse. Le nouveau centre hospitalier François-Quesnay construit par René Dottelonde et Jean -Philippe Pargade a été inauguré en 1998. Il se trouve de l'autre côté de la ville en bordure du Val Fourré.
    Référence documentaire :
    p. 552-554 L'hôpital en France. Histoire et architecture. Pierre-Louis Laget, Claude Laroche , L'hôpital en France. Histoire et architecture. Cahier du Patrimoine n°99. Lyon, Editions Lieux-Dits, 2012
  • Maisons de l'îlot A
    Maisons de l'îlot A Mantes-la-Jolie - 7-19 Rue Louis Cauzard 1-11 rue Famille Salomon - en ville - Cadastre : 2014 AH 101-105; 108-111; 520-522; 405
    Titre courant :
    Maisons de l'îlot A
    Description :
    Ces six maisons de bourg sont toutes conçues sur le même modèle mais présentent des variations de détail dans le nombre de travées et la modénature des baies : alternance de deux ou trois travées de l'îlot qui est composé d'immeubles, se fait par l'intermédiaire d'un bâtiment en rez-de-chaussée de plan semi-circulaire et à toit terrasse, abritant une boutique.
    Étages :
    étage de comble
    Murs :
    calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    Façade sur rue de la maison de la première maison de bourg, 7, rue Louis Cauzard. La boutique au rez-de-chaussée a été supprimée. IVR11_20167800093NUC4A Le pignon de la première maison, rue Louis Cauzard et sa cheminée de brique Cette maison de bourg, 11 rue Louis Cauzard, est deux fois plus large que les autres Détail de la porte d'entrée du 11, rue Louis Cauzard. Le décor, très sobre, se concentre sur les Maison de bourg, 15, rue Louis Cauzard. La porte piétonne cintrée s'oppose aux petites ouvertures Les maisons des 17 et 19 rue Louis Cauzard présentent quelques variantes de taille et de décor L'angle est occupé par une boutique en rez-de-chaussée dont le tracé au sol est arrondi. Elle fait la transition avec les immeubles de l'autre façade de l'îlot. IVR11_20167800100NUC4A La façade arrière des maisons de la rue Louis Cauzard donne sur un square public, le square de la
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'îlot A qui comportait des immeubles ISAI se composait aussi de maisons individuelles donnant sur un vaste îlot ouvert, le square de la Paix.
  • Couvent des Cordeliers, actuellement centre d'arts plastiques et visuels Abel-Lauvray
    Couvent des Cordeliers, actuellement centre d'arts plastiques et visuels Abel-Lauvray Mantes-la-Jolie - 1 quai de Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 283
    Genre :
    de frères mineurs
    Description :
    Cette ancienne maison de notable sise au centre d'un parc, présente une façade couverte d'enduit et une toiture à longs pans à égouts retroussés, couverte en tuiles mécaniques. Elle est rythmée de dix et à l'arrière. À l'intérieur, au rez-de-chaussée, seuls un pilier en pierre et des éléments de en partie de projection de ciment (usage passé de discothèque) est conservé. Il porte la date 1621 à
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Plan de Mantes vue depuis Limay, à gauche le couvent des Cordeliers, Gravure de C. Chastillon, 1641 Vue de la ville de Mantes vers 1650, à gauche le couvent des Cordeliers. IVR11_20157800039X Vue de la ville de Mantes en 1854, à gauche en blanc le bâtiment de l'ancien couvent des Cordeliers Aménagement de l'ancien Couvent des Cordeliers en auberge de jeunesse, plan de masse, 1965, M Aménagement de l'ancien couvent des Cordeliers en auberge de jeunesse, plan du rez-de-chaussée Aménagement de l'ancien couvent des Cordeliers en auberge de jeunesse, plan des étages, 1965, M Aménagement de l'ancien couvent des Cordeliers en auberge de jeunesse, projets de façade, M. Gojard Aménagement de l'ancien couvent des Cordeliers en auberge de jeunesse, coupes, 1965, M. Gojard, J Coursive du permier étage montrant la déclivité du mur de façade. IVR11_20167800449NUC4A Vestige de pilier en pierre, rez-de-chaussée. IVR11_20167800450NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    mineurs de l'Ordre de Saint-François, reste très présent dans la mémoire collective locale. Le bâtiment
    Historique :
    Selon un récit de fondation conservé aux Archives départementales, les frères mineurs de l'ordre de Robert le Chat. Un état du couvent et des rentes en 1442 précise que la fondation s'accompagne de la construction d'un petit logement et d'une chapelle dédiée à la Sainte Trinité. Puis le couvent s'enrichit de dons multiples, titres de propriété ou legs, aux 13e et 14e siècles. En janvier 1292, les époux Jean de Ghennen (ou de Reims), bourgeois de Mantes et son épouse Endeline confient, par charité, dans leur testament, une partie de leur propriété et de leur vigne. Le couvent est décrit comme un clos de deux arpents et demi de vignes, fermé de murailles, une maison et un jardin potager. Un plan de Mantes daté de 1622 montre l'enceinte quadrangulaire du couvent avec sa chapelle. Sur son terrain on trouve mention de la Bove, carrière ou cave. La tradition témoigne de la présence de Saint-Bonaventure. Il aurait écrit durant son séjour la vie de saint François d'Assise. Une chapelle lui est dédiée. En mauvais état en 1699
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 1 quai de Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 283
    Référence documentaire :
    AD Yvelines, 29H1. Titre de propriétés et baux 1281-1703. AD Yvelines, 29H1. Titre de propriétés AD Yvelines, Titres et rachats de rentes XVIe-XVIIIe siècles. AD Yvelines, 29H 2. Titres et rachats de rentes XVIe-XVIIIe siècles. AM, Mantes-la-Jolie, 5 M 27(3). Acquisition par la ville de la propriété des Cordeliers pour l'aménagement d'une auberge de jeunesse. . AM, Mantes-la-Jolie, 5 M 27(3). Acquisition par la ville de la propriété des Cordeliers pour l'aménagement d'une auberge de jeunesse. AM, Mantes-la-Jolie, 5 M (anciennement 4M 13). Auberge de jeunesse. AM, Mantes-la-Jolie, 5 M (anciennement 4M 13). Auberge de jeunesse. Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver , Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan
  • Logements d'ouvriers, 1 rue Champeaux
    Logements d'ouvriers, 1 rue Champeaux Mantes-la-Jolie - 1 rue Champeaux - en ville - Cadastre : 2014 AL 81
    Illustration :
    Vue de la façade, rue des Abattoirs. Le projet d'aménagement de l'entrée sur le pan coupé n'a pas été réalisé. Mantes la Jolie, Permis de construire, PC 38/48 IVR11_20167800183NUC4A Vue de la façade latérale, rue de Champeaux. Mantes la Jolie, Permis de construire, PC 38/48 Plan du rez-de-chaussée qui comporte un "estaminet" au centre et de chaque côté une cuisine et 2 salles à manger et 3 salons. Mantes la Jolie, Permis de construire, PC 38/48 IVR11_20167800185NUC4A Plan du premier étage : un grand salon, 1 chambre de visiteur, 4 chambres, 1 lingerie et 1 salle de bain. Mantes la Jolie, Permis de construire, PC 38/48 IVR11_20167800186NUC4A Plan du deuxième étage : 11 chambres, 1 penderie, 1 grenier. Mantes la Jolie, Permis de construire Vue d'ensemble de l'immeuble. IVR11_20187800794NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1949, la Compagnie Industrielle de Matériel de Transport commande des travaux à l'architecte Mahieu pour aménager 12 logements dans une ancienne propriété touchée par un projet d'élargissement de la
  • Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin
    Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin Mantes-la-Jolie - rue Chopin - en ville - Cadastre : 2015 AR 174
    Description :
    Le centre social se compose de trois bâtiments à toits terrasse imbriqués les uns dans les autres . Au sud un bâtiment carré, en rez-de-chaussée surélevé, entièrement vitré. Le socle sur lequel il repose est adapté à la pente. Il était prévu pour abriter un bureau d'animateur, une salle de réunion avec coin lecture et un bar. Au centre un bâtiment en brique aveugle comportait une salle de spectacle et au nord un bâtiment rectangulaire en rez-de-chaussée lui aussi accueille une crèche et un foyer
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Plan masse.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800249NUC4A Façade Est.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800250NUC4A Façade Sud.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800251NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800252NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800253NUC4A Vue du bâtiment sud du centre. Au fond le mur en brique de la salle de projection Vue de la façade arrière. IVR11_20177800712NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • Ensemble de 6 immeubles HLM
    Ensemble de 6 immeubles HLM Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 167 boulevard du Maréchal-Juin 5-15 rue Saint-Nicolas - en ville - Cadastre : 2014 AO 7, 449, 452, 482, 686,688
    Titre courant :
    Ensemble de 6 immeubles HLM
    Description :
    sur un rez-de-chaussée surélevé. Les façades comportent des loggias. La structure est en béton armé (procédé Hennebique) et les pignons en moellons de calcaire. Les toits à très faible pente sont à deux pans couverts de tuiles mécaniques.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Maquette représentant le projet initial de 1952. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Plan de 1952 correspondant à la maquette. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Plan d'ensemble définitif de 1956. On notera l'abandon du terre-plein central. Mantes-la-Jolie . Permis de construire, 25/56. IVR11_20167800218NUC4A Élévation de la barre sur le boulevard. Projet non réalisé. Mantes-la-Jolie. Permis de construire La façade postérieure du bâtiment A, boulevard du Maréchal-Juin. Mantes-la-Jolie. Permis de La façade principale du bâtiment A, boulevard du Maréchal-Juin. Mantes-la-Jolie. Permis de Façade principale et latérale du bâtiment B. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Façade postérieure du bâtiment B. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 La façade principale du bâtiment E. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 25/56
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    central, les barres. Les immeubles de la première tranche, c'est-à-dire la barre le long du bd Maréchal -Juin et celle de l'impasse Émile-Zola, datent de 1953 et sont conformes au plan d'origine. Les quatre autres sont disposées différemment. La 3e tranche comportant les 3 derniers immeubles date de 1956. Le
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. PC 38/53 et 56/28 Archives municipales de Mantes-la-Jolie
  • Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite)
    Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite) Mantes-la-Jolie - 4 rue Archimède - en ville - Cadastre : 2015 AR 23
    Titre courant :
    Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite)
    Description :
    La maison des jeunes et de la culture se composait d'un vaste rez-de-chaussée carré dont le centre de chaque côté était marqué par un mur en béton banché de forme triangulaire qui ancrait le bâtiment donnant ainsi son surnom de "pagode". La maison comportait un hall, un coin du feu, un coin de jeux, une aire de lecture, une salle de réunion, un atelier de bricolage et un petit foyer féminin.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la pagode. (Fonds Bertin). IVR11_20177800566NUC2B Vue d'ensemble de la salle autour de la cheminée.(Fonds Bertin). IVR11_20177800568NUC2B
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    La création de la "la Pagode" au Val Fourré s'inscrit dans le mouvement des MJC fondé en 1948 par André Philip dont le but est d’ouvrir des maisons de loisirs culturels et éducatifs pour les jeunes de
    Historique :
    La maison des jeunes et de la culture a été conçue par Raymond Lopez pour la SERM mandatée par la commune de Mantes en 1965. La première pierre a été posée en 1966 le 3 septembre 1966, donc après la mort de l'architecte remplacé par Henri Longepierre. Le bâtiment a été récemment détruit.
  • lotissement Zerhfuss
    lotissement Zerhfuss Aubergenville - Elisabethville - avenue de Dixmude cours Franco-Belge boulevard Pierre-Lefaucheux boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ak 19, 158
    Description :
    Le lotissement est distribué sur deux vastes parcelles. il est composé de bâtiments collectifs de un ou deux étages et de maisons individuelles d'un étage, toutes sur pilotis. Les couleurs d'origine ont disparu. Les habitants ont tendance à privatiser l'espace proche de l'habitation par des haies
    Illustration :
    Vue de l'usine Renault. Carte postale , vers 1957 (Collection particulière). IVR11_20147800324NUC4A Les usines Renault en construction et le parc de voitures. Photographie vers 1957. (Collection Vue d'une partie des bâtiments de l'usine Renault. Photographie, 1957. (Collection particulière Vue aérienne d'Elisabethville avant l'implantation de Renault. (IFA Paris) IVR11_20147800005NUC4A Vue partielle de la façade d'un immeuble R+2 et 9 travées. (IFA Paris) IVR11_20147800011NUC4A Vue partielle de la façade arrière d'un immeuble R+2 et 9 travées. (IFA Paris vue de trois quart d'une maison individuelle. On notera les pilotis et les brise-soleil Vue de la façade arrière d'une maison individuelle. IVR11_20137800416NUC4A Vue d'un immeuble de quatre étages de l'autre côté de l'école. IVR11_20147800037NUC4A Vue du lotissement et de la qualité paysagère de son emplacement. IVR11_20117800320NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ce lotissement est construit pour les cadres de Renault par l'architecte Bernard Zehrfuss qui avait demandé à un élève de Mondrian, le plasticien Del Marle de mettre en couleur ces maisons.
    Localisation :
    Aubergenville - Elisabethville - avenue de Dixmude cours Franco-Belge boulevard Pierre -Lefaucheux boulevard de la Plage - Cadastre : 2014 ak 19, 158
  • Groupe sculpté Mantes et Gassicourt
    Groupe sculpté Mantes et Gassicourt Mantes-la-Jolie - Gassicourt - rue des Coquilles - en ville - Cadastre : 2014 AN 389
    Description :
    Le groupe est sculpté dans un seul bloc en pierre de Beauvilliers. On reconnaît la ville de Mantes qui tient les armoiries composées d'une demi fleur de lys et demi feuille de chêne et Gassicourt tenant une gerbe de blé.
    Illustration :
    Le groupe sculpté en place devant l'hôtel-de-ville. (Archives municipales, Fonds Bertin Cette sculpture devant l'hôtel-de-ville illustrait la fusion de Mantes et de Gassicourt réalisée en Vue de face du groupe sculpté. A gauche Gassicourt se reconnaît à sa gerbe de blé. A droite, Mantes tient les armoiries composées d'une demi fleur de lys et demi feuille de chêne. IVR11_20167800354NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette sculpture a été réalisée pour être placée devant l'hôtel de ville reconstruit en 1948. Elle est l’œuvre d'un artiste originaire de Mantes, Robert Husset. Elle a été déplacée à Gassicourt.
    Référence documentaire :
    Volume II p.474 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. Groupe de recherches et d'éditions mantaises. Volume I (1789-1889) 1991, 406 pages AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8, Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8 , Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948
  • Eglise Saint Jean-Baptiste
    Eglise Saint Jean-Baptiste Mantes-la-Jolie - 2 rue La Fontaine - en ville - Cadastre : 2015 AR 212,1034
    Description :
    Le bâtiment, orienté selon la tradition, est modulaire. La nef principale de 500 places comporte une aile latérale de 200 places pouvant être cloisonnée. Lui est adjoint un second bâtiment comportant de multiples salles dont une salle de catéchisme en sous-sol.
    Illustration :
    Maquette de l'église. (Fonds Bertin). IVR11_20177800552NUC2B Vue de la façade principale d'une très grande simplicité. IVR11_20187800634NUC4A Vue d'ensemble de la nef principale en direction du choeur. IVR11_20187800636NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L’église saint Jean-Baptiste a été construite en 1968 à l’emplacement de l’église provisoire de grands ensembles. L’église n’est plus le centre du quartier, le point central de la composition, elle est devenue l’un de ses équipements . Elle est située dans le quartier 1 entre les tours et le centre
  • Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette
    Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville - Cadastre : 2014 AR 17
    Description :
    Un texte de Raymond Lopez et Henri Longepierre décrit l'école de la manière suivante "entièrement prévu à rez-de-chaussée le groupe scolaire a été étudié sur le principe des "écoles tapis" dont il existe à l'étranger, et en particulier dans les pays scandinaves de nombreux et intéressants exemples . Les classes jumelées réunies par des galeries couvertes de circulation s'ouvrent de plain-pied sur des services administratifs, les locaux médicaux et le logement du gardien. Une vaste cour de jeux bordée sur un côté par un préau couvert est prévue ds chacune des écoles à proximité des cours de récréation ."Sur une ossature en béton armé, le remplissage est en voile de béton armé. La couverture est constituée de modules semi-hexagonaux en béton.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Plaque en mosaïque signalant l'entre de l'école Colette. IVR11_20167800597NUC4A Le hall d'entrée de l'école est largement éclairé par les semi-hexagones de la toiture La façade sur cour de l'école maternelle les Jonquilles. IVR11_20167800611NUC4A Vue d'ensemble de la cour. Au fond le préau, à droite la galerie longeant l'école Rousseau La cour de récréation prise vers l'est. On aperçoit la Tour Vega. IVR11_20167800615NUC4A La cour et le départ de la galerie. A droite le départ du couloir desservant les classes et patios de la partie la plus orientale de l'école Rousseau. IVR11_20167800603NUC4A Au premier plan, la galerie, à l'arrière deux classes de l'école Rousseau qui n'ont pas de patio La galerie passe au devant d'un jardin au centre de l'école Rousseau. IVR11_20167800609NUC4A Le jardin au centre de l'école Rousseau. Au fond les deux salles de classe qui prennent le jour de
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    salles de classe et patios. Le procédé constructif est lui aussi innovant : une répétition de parois en , formant succession de demi-hexagones créant ainsi des éclairages naturels. Une école similaire a été
    Historique :
    et comportait une école de garçons, une école de filles et une maternelle. Les plans datent de 1962
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Tome III.p. 347 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. Groupe de recherches et d'éditions mantaises. Volume I (1789-1889) 1991, 406 pages
  • Sculpture : la Ronde
    Sculpture : la Ronde Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville
    Description :
    en train de faire la ronde.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    figurative". Le maire J.P. David a demandé à la commission de réexaminer sa décision. Et l'ensemble a été
  • Sculpture : la Ronde
    Sculpture : la Ronde Mantes-la-Jolie - - en ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB
  • quartier du Pont-du-Routoir
    quartier du Pont-du-Routoir Guyancourt - Le Pont-du-Routoir Le Château - boulevard Jean Jaurès rue de Dampierre boulevard du Château rue Neil Armstrong rue Youri Gagarine - en ville
    Illustration :
    Vue générale de l'église Saint-Victor de Guyancourt depuis les immeubles du secteur du Château Vue générale de l'église Saint-Victor de Guyancourt depuis les immeubles du secteur du Château Vue générale des immeubles du secteur du Château avec, au premier plan, les aires de jeux pour Vue générale du quartier du Pont-du-Routoir depuis le bassin de retenue du Château Vue générale du quartier du Pont-du-Routoir depuis les rives du bassin de retenue Vue générale, depuis la rue Jean Maillier, de l'ensemble de logements collectifs du square Ernest Le quartier du Pont-du-Routoir dans son écrin de verdure. IVR11_20147800073NUC4A rez-de-chaussée. IVR11_20147800074NUC4A Les commerces de proximité situés au rez-de-chaussée des immeubles du secteur du Château La rue Louis Pasteur, axe structurant du secteur du Château, aux abords de la place du Marché
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    A l'aube des années 1970, le quartier du Pont-du-Routoir, aujourd'hui le plus peuplé de Guyancourt , a encore le visage d'un coin de campagne agricole francilienne. Mais les immeubles construits par l'Office Public d'Habitations à Loyer Modéré (OPHLM) de Versailles à partir de 1971 vont définitivement modifier son aspect. Leur mise en chantier illustre la complexité des rapports de force dans une commune rurale alors confrontée à deux bouleversements : le projet de ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines et la crise du logement. Venez ici découvrir l'histoire d'un "morceau de ville" fait de logements collectifs et de pavillons individuels. L'ensemble de l'étude, réalisée en partenariat avec le Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines, est accessible dans la rubrique Documentation - Liens web (en bas de publication dans la rubrique Documentation - Liens Web (en bas de page).
    Localisation :
    Guyancourt - Le Pont-du-Routoir Le Château - boulevard Jean Jaurès rue de Dampierre
  • Lotissement dit Résidence du Bouzet
    Lotissement dit Résidence du Bouzet Mantes-la-Jolie - 59-61 rue Saint-Bonaventure 4-24 rue de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 401 2014 AD 403-412 2014 AD 476 2014 AD 479-480
    Description :
    Ce lotissement se compose d'un immeuble et d'un ensemble de onze pavillons en béton à toiture en tuiles mécaniques. Ils partagent la même présence d'oculi superposés en rez-de-chaussée et d'auvent en béton. L'immeuble situé rue Saint-Bonaventure comprend un rez-de-chaussée surélevé et deux étages. Les deux entrées de la façade de service sont surmontées d'une haute baie à petits carreaux, matérialisant la cage d'escalier. Des bandeaux saillants courant tout le long de la façade soulignent chacun des étages. Sur la cour, la façade de cet immeuble présente des balcons fermés sur un côté. Les onze . Une voie privée permet de desservir les garages et jardins privatifs situés à l'arrière des pavillons.
    Illustration :
    Façade sur rue de l'immeuble avec entrées et travées d'escalier. IVR11_20167800426NUC4A Détail de la haute baie marquant la cage d'escalier et entrée de l'immeuble. IVR11_20167800427NUC4A Vue d'un groupe de deux pavillons. IVR11_20167800431NUC4A Détail de l'entrée des pavillons avec oculi et auvent. IVR11_20167800432NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    Ce lotissement composé d'un immeuble à douze logements et de onze pavillons implantés en bande fait partie des deux campagnes de construction d'habitat groupé, des années 1950, réalisées dans le quartier
    Historique :
    famille Du Bouzet, propriétaire de l'ancien couvent des Cordeliers au début du 20e siècle.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 59-61 rue Saint-Bonaventure 4-24 rue de la Vaucouleurs - en ville - Cadastre
  • Bibliothèque Georges Duhamel
    Bibliothèque Georges Duhamel Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le plan de la bibliothèque est extrêmement simple : il s'agit de trois carrés superposés. Le carré du premier étage est le plus large et forme une sorte d'encorbellement au dessus du rez-de-chaussée entre le rez-de-chaussée et le premier. C'est un bâtiment à ossature métallique avec des piliers IPN dont la répartition à l'étage suit un schéma carré. La façade de ce niveau est formée d'un mur rideau de panneau d’aluminium alternant avec les hautes et étroites fenêtres. Selon l'article de la revue public sont au rez-de-chaussée; hall d'entrée conçu pour permettre l'organisation d'expositions temporaires, salles de lecture et de prêt, ainsi que le bureau du bibliothécaire, le secrétariat et un magasin pour les livres usuels. Le premier étage est occupé par les réserves de livres, d'une capacité totale de 80 000 volumes. La discothèque, les vestiaires-sanitaires, la salle des entrées et un atelier de un escalier placés au centre du bâtiment. Cette organisation a changé et la salle de lecture du
    Illustration :
    global de centre administratif et commercial. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800509NUC4A Plan d'exécution de l'étage par Raymond Lopez. 1963. On voit la trame ayant servi à la structure de Détail de la composition de la façade rideau. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800513NUC4A Espace d'exposition au rez-de-chaussée. (Fonds Bertin). IVR11_20177800618NUC2B Salle de lecture pour la jeunesse. (Fonds Bertin). IVR11_20177800619NUC2B Salle de lecture des adultes. (Fonds Bertin). IVR11_20177800621NUC2B La façade principale de la bibliothèque et le square dans lequel elle se trouve Vue de l'entrée avec son auvent se développant à la fois à l'intérieur et à l'extérieur Jeux de formes sur la façade. IVR11_20157800333NUC4A La salle de lecture du premier étage. IVR11_20157800583NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    La médiathèque Georges Duhamel cristallise la quête de modernité qui règne à Mantes-la-Jolie dans les années 1960. Elle a fait l'objet d'un article dans le numéro spécial de la revue "Architecture d'aujourd'hui" l'année de sa construction. Dans ce périodique, consacré aux édifices culturels, elle est citée à côté de la fameuse bibliothèque pour enfants de Clamart "La joie par les livres", mais aussi de
    Historique :
    Le projet de la nouvelle bibliothèque de Mantes-la-Jolie est dû Raymond Lopez. Le permis de de Raymond Lopez en 1966, la fin du chantier est assumée par Henri Longepierre et Rémi Lopez. Lors de les murs étaient insonorisés grâce à l'application de moquette. Elle a été inaugurée en 1971
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) et (2) Archives municipales de Mantes-la-Jolie