Dossier d’œuvre architecture IA78002178 | Réalisé par ;
Bussière Roselyne (Rédacteur)
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Hôtel de ville
Œuvre étudiée
Copyright
  • (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mantes-la-Jolie
  • Commune Mantes-la-Jolie
  • Adresse place de la République
  • Cadastre 2014 AB 780

Détruit en 1944, l'hôtel de ville est reconstruit en 1948 puis agrandi en 1969. La municipalité fait preuve alors d'un parti pris de modernité comme lors de la reconstruction du centre ville. Le choix de l'architecture et de la décoration intérieure lui valent l'appellation de "plus belle mairie de France" dans la revue "Connaissance des Arts" de 1973.

À la suite de la destruction de l'ancien hôtel de ville en 1944, la municipalité décide de le reconstruire à un autre emplacement. La mairie provisoire se trouvait rue Gambetta. Les architectes chargés du projet sont Raymond Lopez, l'architecte de la reconstruction du centre ville, et Raymond Marabout, architecte municipal. Raymond Gravereaux est l'architecte en chef des travaux. Les études de béton armé ont été réalisées par l'entreprise Hennebique. C'est la société mantaise de Construction et de Travaux publics qui est chargée de la construction. La réception définitive des travaux a lieu en 1953. Dès 1963 un projet d'extension est envisagé ainsi que des expropriations. En effet, la création de la ZUP du Val Fourré devait entraîner une augmentation de 30 000 habitants et l'agrandissement nécessitait le rachat d'immeubles place de la République. Une enquête d'utilité publique est menée en 1963, l'avant-projet est approuvé en 1966 et confié au fils de Raymond Lopez, Rémi, et à son ancien collaborateur Henri Longepierre. Le projet est voté en 1969. La superficie de l'ensemble est de 4000m2.

Le bâtiment de 1948 est en béton armé, les allèges sont en calcaire de Beauvilliers. La partie pleine de la façade nord-est est composée d'une combinaison réalisée avec 3 natures de pierre selon le dessin de l'architecte : calcaire de Beauvilliers, de Charentenay et de Saint-Maximin. Le plan est rectangulaire autour d'un vaste hall central "à l'italienne" et éclairé par une coupole de béton avec dalles de verre. L'entrée se faisait par la façade côté rue (comme aujourd'hui) par un portique ouvert qui conduisait à l'entrée qui se trouvait à droite de la façade, et non dans l'axe de l'auvent comme c'est le cas aujourd'hui. Un des deux escaliers principaux était placé à l'entrée avec un accès direct sans doute pour desservir la bibliothèque du deuxième étage. Le sous-sol éclairé par une cour anglaise comportait une vaste salle de réunion sous le hall central. Il semble toutefois que ce n'était pas la salle du conseil, des photographies anciennes montrant le conseil réuni dans le hall central. Si le plan prévoit un bureau de l'architecte au rez-de-chaussée, il n'est pas fait mention du bureau du maire. L'extension de 1969 a englobé la façade nord-ouest du bâtiment de 1948 qui était prévue pour cela. C'est un rectangle long et étroit qui englobe de manière dissymétrique le rectangle d'origine. Cette extension devait comporter l'entrée principale avec accueil du public dans l'axe du hall de la partie la plus ancienne. Le portique de la façade du bâtiment de 1948 a été supprimé. Dans la partie la plus longue de l'adjonction se trouve l'entrée d'honneur qui dessert un vestibule. Au rez-de-chaussée se trouvait le bureau du maire. Le spectaculaire escalier en échelle de perroquet desservait à la fois la salle des mariages de l'étage et la salle du conseil. Le bâtiment est en béton banché et comporte deux façades à mur rideau (nord-ouest et sud-est). Seule la plus longue façade nord-ouest possède des lames brise-soleil en aluminium.

  • Murs
    • béton plaquis
    • mur-rideau
  • Toits
    béton en couverture
  • Étages
    2 étages carrés, sous-sol
  • Couvertures
    • terrasse
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour cage ouverte