Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les types
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
  • cloches
    cloches Meaux -
    Description :
    (retranscrites plus bas) : Marie, Etiennette, Farone et Céline. Saint Etienne est le patron de la cathédrale
    Illustration :
    humble serviteur F. Dutot." Lithographie. (Musée Bossuet, Meaux) IVR11_20127700158NUC4A
    Auteur :
    [fondeur] Dutot J. et cie
    Inscriptions & marques :
    armoiries de l'évêque et la signature du fondeur : "Fondue par M. F. Dutot et cie, à Paris". Allou, évêque de Meaux, et nommée Marie par ledit évêque et par Mme Elisabeth Delcasso, épouse de M . Conrad, sous-préfet de Meaux. Je pèse 3,214 kilos.// Membres du conseil de fabrique : MM. Fleurnoy et décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou, évêque de Meaux, et nommée Etiennette par M. Augustin Fournier, maire de Meaux, et par Mme Julie Duboscq, veuve de M. Claude-Joseph Dassy. Je pèse 1,605 kilos , évêque de Meaux, et nommée Farone par M. Guillaume Viellot, président du tribunal civil de Meaux, et par , évêque de Meaux, et nommée Céline par M. Clément Petit, propriétaire à Meaux, et par Mme Rose Dassy
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Texte libre :
    cloches et cinq petites, plus la cloche du tocsin, appelée "cloche verte"; "on ne la met jamais en branle , parce qu'elle a un son lugubre et obscur, et qu'elle ne s'accorde pas avec les autres", en dit Toussaint du Plessis dans son "Histoire de l'Eglise de Meaux" (1731). D'abord réparties entre la tour nord et croisée, et la charpente conserve la trace d'usure due au frottement de la corde. Une grande partie de ces
    Représentations :
    Relgion, de la Foi, de l'Espérance et de la Cahrité, et des quatre Evangélistes. La seconde cloche têtes d'anges. Enfin la 4e, Céline, a des anses ornées de cariatides et porte une large bande en
    Historique :
    1859 par le fondeur parisien F. Dutot et cie. Elles se nomment : Marie (3214 kg), Etiennette (1650 kg ), Faronne (900 kg) et Céline (350 kg). Elles furent bénites le 18 décembre 1859 par l'évêque de Meaux Mgr pour le tocsin et fut descendue en 1805. Seules deux de ces anciennes cloches furent conservées au 19e siècle, et refondues en 1809. Par ailleurs, la cathédrale utilisa pendant une trentaine d'années une
  • bains douches et cuisine centrale des cantines scolaires
    bains douches et cuisine centrale des cantines scolaires Vigneux-sur-Seine - 153 avenue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 2011 AS 748
    Titre courant :
    bains douches et cuisine centrale des cantines scolaires
    Description :
    , à droite, 8 cabines et 3 salles de bains réservées aux femmes et, à gauche, 10 cabines et 2 salles d'entrée, servant également de réfectoire pour les vieux travailleurs, et une grande cuisine avec fourneau verre à double paroi et vide intérieur pour éviter la condensation.
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, bains douches et cuisine centrale. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I douches et cuisine scolaire à Vigneux-sur-Seine. In : La Construction moderne, 70 année, n° 2, février
    Historique :
    Georges Coeur et Cie, à Paris, d'après les plans des architectes M. et J. Fildier.
  • les ateliers et les usines de Melun
    les ateliers et les usines de Melun Melun
    Titre courant :
    les ateliers et les usines de Melun
    Illustration :
    Publicité pour la fabrique de machines agricoles J. Durand et cie. Papier imprimé. Tiré de Cartographie des usines et des ateliers en activité à la fin du Premier Empire Cartographie des usines et des ateliers en activité sous le Second Empire. IVR11_20077700166NUDA Projet d'installation de la brasserie par Jacob. Calque aquarellé, 1851. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp Plan au sol de l'usine (aujourd'hui disparue) vers 1925, avec emplacement des machines, et coupes . (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700305XA Publicité pour l'usine de stores Baumann. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700307X Papier à en-tête des établissements Dardel, fin du XIXe siècle. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294 Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700292X : Annuaire commercial de Seine-et-Marne, 1900. (BM Melun. HL 8° 265) IVR11_20067700077X
    Historique :
    sources a permis de recenser pas moins de 225 ateliers et usines en activité entre le début du 19e siècle et la fin des années 1930. Les principales branches d'activité étaient l'agro-alimentaire, la construction (tuileries briqueteries, fours à chaux et à plâtre) et le travail du métal (forgerons, serruriers galéniques Vernin et la Cooper. Si cette dernière est toujours en activité, la plupart des sites recensés ont Cabaret et Grimaud sont cependant mentionnés à propos de la Société des Lits militaires, de l'usine de cartons Blériot-Devoisselle et de l'usine de stores métalliques Baumann.
  • Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains
    Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains Enghien-les-Bains
    Titre courant :
    Les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains
    Description :
    travées enduites, des maisons de type chalet et, pour la fin du siècle, de maisons empruntant à des styles
    Annexe :
    ) - Petites habitations françaises : maisons, villas, pavillons. Paris : Vve A. Morel et Cie, 1881, 103 p . Deuxième série. Maisons de campagne, villas et châteaux. Paris : Dujardin et Cie, [ca 1890], 150 pl. ; 48 Enghien - Maisons et immeubles - Sources et bibliographie Plans, élévations et photographies de construites dans les nouveaux quartiers de la capitale et dans ses environs. Paris : 1837-1849, 3 vol., in-4 °, 159 pl. ; t. 1 et t. 3. - L'architecture pittoresque au XIXe siècle. Recueil de villas, pavillons , écuries, kiosques, volières, parcs et jardins. Paris : A. Lévy, 1877 [ca 1880], 6 p., 36 pl. lith., 45 cm de campagne. Paris et ses environs. Paris : François Delarue, London-Moore, Mr Queen et Co, [ca 1880 . Répertoire de l'habitation. Maisons de ville et de campagne, chalets, cottages, habitations à bon marché . Villas et cottages. Paris : Librairie René Colas, [1913], 3 p., 80 pl. ; 27 cm, pl. 70. (Bibliothèque plans et devis, sous la direction de M. Bourniquel. La maisonnette, le cottage, la villa, la grande
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée d'un immeuble construit pour la société Slhneersohn et Cie en 1911. Il Plan du rez-de-chaussée et élévation de la façade antérieure. Photographie. (AD Val d'Oise, 20Fi 59 Vue du lac un jour de régate. En arrière plan figure une maison, son jardin et son embarcadère Plans et élévation de la maison, 15 rue Portal. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de Elévations et coupe d'une maison pour monsieur Solovecik, construite en 1924, 17 boulevard Sadi Elévation sur rue, coupes et plans de la maison élevée en 1926 pour monsieur Tisson, avenue de Elévation, coupe et clôture d'une maison construite pour monsieur Avisse, Villa de la Croix Blanche Elévation et coupe d'une maison construite pour monsieur ""R"", en 1923 (non localisée). (AM Plan, coupe et élévation d'une maison, construite en 1927, 12 rue Saint-Louis. (AM Enghien-les Elévation et coupe d'une maison construite pour madame Le Luau en 1914 (non localisée). (AM Enghien
    Auteur :
    [entrepreneur] Lebefaude et Cie [architecte] Allenic J. [architecte] Carreau et Fenzi [architecte] Latapy A et Corret L [architecte] Leveil J-A [entrepreneur] Nizard et fils [entrepreneur] Merle-Delfond et Drago [entrepreneur] Porcher Valz et May [architecte] Thion et fils
    Texte libre :
    L'ensemble de l'étude sur les maisons et immeubles d'Enghien-les-Bains, ainsi que la publication "Enghien-les-Bains, Architecture et décors", sont disponibles en format pdf dans la rubrique Documentation
    Historique :
    Les maisons et les immeubles repérés ont été bâtis dans une fourchette chronologique assez réduite faut ajouter à l'ensemble des bâtiments repérés et étudiés plusieurs dossiers d'oeuvres détruites. La typologie des maisons du 19e siècle et de mieux comprendre l'évolution du bâti de la ville. D'autre part, le quelques compléments de terrain et surtout plus de recherche dans les fonds d'archives, permettant une attribution et une datation plus fine de nombreux bâtiments. Ces recherches ont ainsi permis de dégager des ensembles d'édifices construits dans la ville par un même architecte et de définir des caractères inhérents à la production de ces derniers. Celui dont la production a été la plus abondante et la plus indiqué comme bâti INSEE est le nombre de logements en 2007 dans la ville dont 24% de maisons et 72, 5
  • dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui Paris
    Titre courant :
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    Description :
    plus anciens. Ce motif connaît de multiples interprétations et variantes. Par la suite, à partir des
    Annexe :
    (Louis Sébastien), Tableau de Paris, Hambourg, Virchaux et Cie, 1781 SauvaL (Henri), Histoire et , les Halles, le Marais. Paris, Vincent, Fréal et Cie 1967. Le Faubourg Saint-Germain : la rue de Escaliers parisiens - Sources et Bibliographie SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE SOURCES MANUSCRITES Centre de Topographie historique de Paris Série F : Versements des ministères et des administrations qui Renon de Chevigne dit), Recherches critiques, historiques et topographiques sur la Ville de Paris depuis recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, 1724. rééd. Gregg (Henri-René d’), Les anciens maîtres serruriers et leurs meilleurs travaux, Paris, Gründ, 1943, 2 vol commentaires, les figures et descriptions de ses plus beaux bâtimens, et de ceux de Michel-Ange... et tout ce d'architecture civile et hydraulique et desarts qui en dépendent, Paris, Jombert, nouvelle édition, 1710. Version revue et complétée du second volume du Cours d’architecture, Paris, Langlois 1691 BLANC (Louis), Le
    Illustration :
    -ferronnerie / Diderot et d'Alembert. Réédition, Bibliothèque de l'Image, 2002. IVR11_20107500866NUC4A , Serrurerie-ferronnerie / Diderot et d'Alembert. Réédition, Bibliothèque de l'Image, 2002 forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers, architectes , dessinateurs et graveurs / Louis Blanc. Paris : G. Van Oest, 1928. IVR11_20097501522NUC4A forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers, architectes , dessinateurs et graveurs / Louis Blanc. Paris : G. Van Oest, 1928. IVR11_20097501523NUC4A forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers, architectes , dessinateurs et graveurs / Louis Blanc. Paris : G. Van Oest, 1928. IVR11_20097501524NUC4A Modèles de panneaux droits et de grilles en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer forgé en France aux XVIe et XVIIe siècles, oeuvres gravées des anciens maîtres serruriers
    Texte libre :
    Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’escalier est un élément d’apparat dans les plus belles demeures et hôtels parisiens. Il est au cœur des recherches des architectes et maîtres d’oeuvre qui inventent méthodologie de l'inventaire et 102 dossiers ont été réalisés par Roselyne Bussière, avec l'aide de Maud
    Historique :
    est la plus ancienne conservée à ce jour. La rampe de ferronnerie connaît un rapide succès et ce dans récemment acquis. De 1680 à 1720, l'emploi de la rampe de serrurerie se généralise et dans les décennies le goût néoclassique triomphe et avec lui des motifs beaucoup plus sobres, et d'autre part parce que
  • Usine de construction mécanique de la Société d'exploitation des appareils Rateau, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne-Mobilor, puis Guitel
    Usine de construction mécanique de la Société d'exploitation des appareils Rateau, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne-Mobilor, puis Guitel Le Pré-Saint-Gervais - 17, 30 rue Lazare-Carnot - en ville - Cadastre : 1996 B 111, 115
    Titre courant :
    construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel
    Description :
    bois hourdés de parpaings de mâchefer ; il est couvert d'une charpente en bois et d'un toit à longs l'établissement : l'oculus percé dans le pan coupé de l'atelier n° 4 portait l'horloge de l'usine. De part et d'autre de la rue, les façades des halles n° 4 et 6 se répondent : bâtiments étroits et allongés conserve un pont roulant de 1917. Côté pair de la rue Lazare-Carnot, les halles accolées n° 2 et 3 ont été n° 9, 10 et 11 sont couvertes d'une charpente métallique apparente, reposant sur des supports légers extensions des années trente sont à pan de fers hourdés de briques, et surmontées de charpentes métalliques apparentes, de toits à longs pans et de lanterneaux. L'atelier d'outillage est en béton armé. Enfin
    Appellations :
    construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel
    Illustration :
    "Turbo-soufflante" et "Trubo-alternateur" (photographies). (AD 93, 195 J 50). IVR11_20059300302XA "Compresseur d'air" et "Surpresseur" (photographies). (AD 93, 195 J 50). IVR11_20059300303XA , références", catalogue n° 22, Paris, imp. Draeger, 1916, p. 2. (AD 93, 195 J 50). IVR11_20059300297XA ), affectée à la construction de pompes et ventilateurs centrifuges. Personnel : 600 ouvriers et employés ". (AD 93, 195 J 50). IVR11_20059300298XA fabrication des machines-outils, située à l'angle de la rue Franklin et de la rue Lazare-Carnot. Le pan coupé porte l'horloge de l'usine-rue. (AD 93, 195 J 50). IVR11_20059300299XA ) sont construits. L'atelier de montage est en cours de construction. (AD 93, 195 J 50 "Usinage d'une volute de pompe - Ateliers du Pré-saint-Gervais" (photographie). (AD 93, 195 J 50 Exemple de matériel installé par la maison Rateau : "Compagnie des Forges de Chatillon-Commentry et
    Texte libre :
    partielle, ainsi qu'une étude approfondie articulant recherches en archives et témoignages de salariés , utilisés notamment pour composer des plans de fonctionnement. A l'occasion des travaux de démolition et de construction (logements et activités), échelonnés entre 2012 et 2016, quelques vestiges ont été intégrés au rue Franklin et de la rue Lazare-Carnot (avec pan coupé portant l'ancienne horloge) - les deux façades , ainsi que l'atelier de soudure et de montage (1916-1917) situé à l'Ouest de rue Lazare-Carnot, ont été
    Historique :
    Entre 1913 et 1916, la Société d'exploitation des appareils Rateau fait construire côté pair de la rue Lazare-Carnot (à l'est), un atelier de mécanique (n°1) pour la fabrication de pompes et de de l'usine. La société fondée par Auguste Rateau, théoricien et inventeur (spécialiste de mécanique de mécanique (n°2, 3 et 4). De l'autre côté de la rue, le long bâtiment de l'assemblage (n° 6) et leurs magasins (n°7 et 8) sont construits en 1916-1917. Trois halles accolées abritant les opérations de chaudronnerie (ateliers n°9, 10 et 11) datent également de 1917. L'usine employait alors quelque 600 ouvriers et cédée à la Manufacture de quincaillerie F. Guitel et Etienne Frères réunis (ETF), qui choisit d'occuper travaux de démolition (à l'exception de quelques façades) et de construction de bâtiments neufs sont
    Référence documentaire :
    , Gauthier-Villars et Cie éditeurs, 1917, 62 p. RATEAU Auguste, Notice sur les travaux scientifiques et techniques de M. Auguste Rateau, Paris, Gauthier-Villars et Cie éditeurs, 1917, 62 p. Dossier des établissements classés dangereux, incommodes et insalubres, Société Rateau, 1941. Plans et lettre de la direction de la Société Rateau au Préfet de police, précisant la nature des . Fournez et L. Sainsualieur, architectes D.P.L.G, 03 nov. 1930, échelle 0.02 p.m. Alphonse Kippeurt, architecte, s.d., échelle 2 cm p.m ; et glissés dans le dossier, 2 catalogues Permis de construire, étage à usage de magasin, vestaires et réfectoire, 1951. « Société de Dessin des produits conçus par les établissements Guitel-Etienne, Mobilor et Guitel, années 1950 à Catalogue illustré des établissements Guitel-Etienne-Mobilor, avant 1985. Guitel, roues et , date de transformation de la halle des presses et halle de stockage des produits finis, selon le
  • Ensemble de 17 verrières - Chapelle de la Visitation Sainte-Marie (Premier monastère des Visitandines)
    Ensemble de 17 verrières - Chapelle de la Visitation Sainte-Marie (Premier monastère des Visitandines) Paris 14e arrondissement - 68 avenue Denfert-Rochereau - en ville
    Description :
    François de Sales et du Père Claude de La Colombières (portrait), son directeur spirituel ; « LA TRÈS SAINTE VIERGE DONNE AUX FILLES DE LA VISITATION LA MISSION DE FAIRE CONNAITRE ET AIMER LE SACRE-CŒUR . JUILLET 1688 » ; bordure végétale. Signé « ANCIENNE MAISON COFFETIER CH. CHAMPIGNEULLE FILS DE PARIS ET CIE », vers 1892. Baie 2 (1 lancette, H.2,50xL.1). Saint François de Sales donne l’emblème de la . Baies 3 à 8 (1 lancette, H.4xL.1). Verrières ornementales et bordures néo-XIIIe. Signé, daté par Didron ). Verrière ornementale et bordure néo-XIIIe. Par Didron l’Aîné ; L. Steinheil, cart., vers 1857. Tambour de
    Illustration :
    Verrière signée de Ch. Champigneulle fils et Cie. IVR11_20097500044NUC4A Détail de la signature : ancienne maison Coffetier, Ch. Champigneulle Fils de Paris et Cie Verrières incolores à motifs de tresses et d'entrelacs, vers 1898. IVR11_20097500541NUC4A Verrières ornementales en grisaille à motifs de griffons affrontés, grands rinceaux et palmettes Lanterne néogothique vitrée, bustes de roi et de reines, blasons, fin du XIXe siècle Lanterne néogothique vitrée, bustes de roi et de reines, blasons, fin du XIXe siècle Lanterne néogothique vitrée, bustes de roi et de reines, blasons, fin du XIXe siècle
    Inscriptions & marques :
    Signé « Ancienne Maison Coffetier Ch. Champigneulle Fils de Paris et Cie », vers 1892. Signé, daté
    Historique :
    construire entre 1842 et 1857 une nouvelle chapelle néo-romane rue Denfert par l’architecte J.-B. Lassus . L’architecte fit appel en 1857 au cartonnier L.-A. Steinheil et au peintre verrier Didron Aîné pour en réaliser cathédrale de Chartres (baie 19). L’ancienne Maison Coffetier et Champigneulle Fils de Paris ainsi qu’Éd au Sacré-Cœur et l’histoire de l’Ordre de la Visitation.
    Référence documentaire :
    p. 857, 887-890, fig. 843-851 ANTHONIOZ, St. Louis Charles Auguste Steinheil (1814-1885) : vie et p. 334-335 DUPLESSY, E. Paris religieux. Guide artistique, historique et pratique dans les églises , chapelles, pélerinages et oeuvres de Paris. 1900.
  • les ateliers et les usines de Melun
    les ateliers et les usines de Melun Melun
    Dossier :
    Publicité pour la fabrique de machines agricoles J. Durand et cie. Papier imprimé. Tiré de : Annuaire commercial de Seine-et-Marne, 1900. (BM Melun. HL 8° 265) les ateliers et les usines de Melun
  • Ensemble de 12 verrières - Chapelle Saint-Vincent-de-Paul (Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul)
    Ensemble de 12 verrières - Chapelle Saint-Vincent-de-Paul (Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul) Paris 7e arrondissement - 7 rue Cler - en ville
    Description :
    couleur de deux modèles alternés et de couleurs différentes ; bordures néo-XIIIe ; oculi des tympans (diam .1,50xL.0,40). Vitrerie ornementale néo-XIIIe composée de rinceaux et de fermaillets, fonds de cages à
    Illustration :
    Vue générale de l'intérieur de la chapelle et de ses vitraux. auteur inconnu (peintre-verrier Détail de l'Adoration es anges et des panneaux ornementaux de la baie 1, vers 1857-1858 ?. auteur Verrière ornementale et Visitation dans le tympan, vers 1857-1858 ?. auteur inconnu (peintre Détail de la Nativité et des panneaux ornementaux de la baie 2, vers 1857-1858 ?. auteur inconnu Verrière ornementale et Présentation de la Vierge au temple dans le tympan, vers 1857-1858 Détail de la Présentation au temple et des panneaux ornementaux de la baie 3, vers 1857-1858 Détail de la Présentation de Jésus au temple et des panneaux ornementaux de la baie 3, vers 1857 Détail de la Fuite en Egypte et des panneaux ornementaux de la baie 3, vers 1857-1858 ?. auteur Détail de la Visitation et des panneaux ornementaux de la baie 4, vers 1857-1858 ?. auteur inconnu Verrière ornementale et Annonciation dans le tympan, vers 1857-1858 ?. auteur inconnu (peintre
    Historique :
    de la chapelle en 1994 est due à la ténacité de l’architecte J.-L. Hannebert qui s’opposa vivement à
    Référence documentaire :
    , Lanier, Cosnard et Cie, 1857. n. 1 CALLIAS BEY, M. Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles
  • Ensemble de 12 verrières - Chapelle de l'Hôpital Lariboisière
    Ensemble de 12 verrières - Chapelle de l'Hôpital Lariboisière Paris 10e arrondissement - 2 rue Ambroise-Paré - en ville
    Description :
    ET BION. PARIS 1857 C. LAVERGNE INVENIT » (101).
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle et de ses vitraux du côté nord, par Claudius Lavergne, 1857. Lavergne Saint Pierre dans un encadrement néo-Renaissance, date et signature, par Claudius Lavergne, 1857 Détails de l'inscription nominative de saint Pierre, de la date et de la signature de Lavergne, par
    Inscriptions & marques :
    Signé, daté « C. Lavergne et Bion. Paris 1857 C. Lavergne invenit »
    Historique :
    construction hospitalière, confié en 1839 à l’architecte M.-P. Gauthier, élève de Percier et Fontaine et auteur de l’hospice de Garches. Les travaux se poursuivirent entre 1845 et 1854 sur un terrain acheté aux des services généraux, tient une place très affirmée et très symbolique dans l’axe de la cour centrale des Beaux-Arts et de la Maison de l’Empereur, passa commande en 1856 des cartons de vitraux au peintre catholique Cl. Lavergne, ami des Nazaréens et co-fondateur de la Société Saint-Jean ; étant stipulé que le
    Référence documentaire :
    LAVERGNE, G.-Cl. Claudius Lavergne : peintre d'histoire et peintre verrier.... Paris : Bloud et Cie MARTINEAUD, J.-P. Une histoire de l'hôpital Lariboisière. Le Versailles de la misère. Paris p. 293-304 MARTINEAUD, J.-P. Les Ordres religieux dans les Hôpitaux de Paris. Paris : l'Harmattan
  • cité coopérative Paris-Jardins
    cité coopérative Paris-Jardins Draveil - centre - boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AC
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    nouvelle). Les maisons doivent se conformer aux règles financières et hygiéniques des HBM, mais les sociétaire peuvent en choisir librement le plan et les matériaux ; seules l'allée de la Perspective (mitoyenneté et alignement à distance obligatoire de l'allée, avec barrières préfabriquées en béton peint du type haras) et la cour d'honneur (façades blanches, absence d'étage, toits brisés, ardoise et lucarnes
    Annexe :
    -Sauveur, Hector, Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. III. Bibliographie - Les HLM témoins et économiques et ouvrières. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?], pl. 1-13, 34-36. - Draveil, cité coopérative Paris-Jardins. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives . D. Essonne, 2 fi : cartes postales. . Petites habitations économiques et ouvrières" / Saint , 2006, p. 40 - 41. - Draveil, chemins d’antan…rues du présent. Cercle littéraire et historique de Draveil, avril 2001, p. 161-180. - Fontaine, René. Draveil et son histoire. Draveil, 1981, p
    Illustration :
    Plan de la maison construite pour le sociétaire J. Denis : élévation principale, coupe, niveaux et habitations économiques et ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066 : Petites habitations économiques et ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192 : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066) IVR11_20069100207XAB . Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066) IVR11_20069100209XAB . Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066) IVR11_20069100208XAB ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066) IVR11_20069100192XAB économiques et ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066 ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066) IVR11_20069100194XAB habitations économiques et ouvrières./ Hector Saint-Sauveur. Paris : Ch. Massin et Cie, [192?]. (BHVP, 94066
    Historique :
    commerce et d'artisans parisiens, fait l'acquisition du château et du parc de Draveil. Domiciliés dans les modèle anglais et de l'idéal coopérateur : coopérative d'épargne et d'habitation, Paris-Jardins (première milieu sain et agréable, tout en refusant le recours aux intermédiaires et en s'interdisant toute forme 1911. Celui-ci s'attache à préserver les tracés et les différentes ambiances du parc dessiné au XVIIIe siècle et modifié en jardin à l'anglaise au siècle suivant. Les étangs, les bois ainsi que le château forment un patrimoine commun de 17 ha dont les sociétaires assurent collectivement la gestion et l'entretien. 26 ha sont affectés à l'habitat et divisés de façon intangible en 322 lots dont la surface varie d'une maison par lot prévoient aussi la mise en place d'une commission de contrôle des plans et devis (habitations à bon marché) ; la surface au sol est ainsi limitée à 70 m2 et le prix de revient maximal à 9 500 l'inauguration officielle en 1936. Durant la première phase (1912-1914), Jean Walter et Maurice Fournier
  • ville de Vigneux-sur-Seine
    ville de Vigneux-sur-Seine Vigneux-sur-Seine
    Illustration :
    en partie..."", par J.-B. Charpentier, 1720 : Vigneux (centre). (AN, N 1 Seine-et-Oise 3 Excavateur de la compagnie Leneru, Guérin et Cie ; photographie extraite de la monographie Carte de la forêt de Sénart et de ses environs, par Bourgault et Matis, arpenteurs ordinaires du roi, 1708 : le territoire de Vigneux avec ses différents lieux-dits. (AN, N 1 Seine-et-Oise 24 Plan de Champrosay, Draveil, Mainville et Vigneux, desquels Mrs de Sainte-Geneviève sont seigneurs 1930. (AD Essonne, 79 J 69) IVR11_20089100410NUC4A de Montgeron et de Vigneux, s. d. (AD Essonne, 9 S 247) IVR11_20079100379XA Benjamine, les Violettes, Vigneux-Cottage et Rose-France, 10 janvier 1925. (AD Essonne, 9 S 255 Plan de situation des terrains de l'association syndicale autorisée des allées Pasteur et Victor Association syndicale autorisée (ASA) des allées Pasteur et Victor-Hugo (domaine de Château-Frayé
    Historique :
    Seine à l'ouest et la forêt de Sénart à l'est. Une sépulture gauloise de l'époque néolithique a été chef-lieu et les hameaux de Noisy, Château-Frayé, Maison Blanche, Rouvres, Longueraie, Port-Courcel et , notamment ceux de Château-Frayé et de Rouvres. Au début du XXe siècle le morcellement de ces domaines marque ouvrière et d'employés, chassés de la capitale par la crise du logement. Les 100 hectares du domaine de 2191 habitants en 1921 et 5000 en 1925. La commune, privée d'église paroissiale depuis 1805, se dote d'une mairie-école et d'une nouvelle église entre 1880 et 1909. La croissance démographique est due ouverte en 1869 par les frères Eugène et Ernest Piketty à l'extrême sud-ouest de Vigneux, à la limite de 1890 et s'étend jusqu'au chemin départemental 93 (rue Pierre-Marin). 60 ha sont exploités en 1908 , lorsqu'éclatent les grèves de Vigneux et Villeneuve-Saint-Georges, évènement majeur de l'histoire du mouvement Compagnie des Sablières de la Seine (créée en 1906) se porte alors sur les terrains situés entre la Seine et
  • Les bains douches municipaux de la ville de Paris
    Les bains douches municipaux de la ville de Paris Paris - en ville
    Illustration :
    Vue générale de la piscine et des bains-douches de la Butte-aux-Cailles (Paris, 13e Vue générale de la piscine et des bains-douches de la Butte-aux-Cailles (Paris, 13e Vue générale de la piscine et des bains-douches de la Butte-aux-Cailles, place Paul Verlaine (Paris Vue générale de la piscine et des bains-douches de la Butte-aux-Cailles (Paris, 13e) depuis la Détail d'une baie à arc en anse de panier et de ses voussures en brique. IVR11_20177500077NUC4A Vue générale de l'équipement polyvalent situé à l'angle de la rue du Renard et de la rue Saint -Merri (Paris, 4e), comportant une école, une piscine, un gymnase et des bains-douches Vue générale de l'équipement polyvalent, comprenant une école, une piscine, un gymnase et des bains -douches, construit en 1972-1973 à l'angle de la rue Saint-Merri et de la rue du Renard (Paris, 4e) dans le
    Texte libre :
    conduite en 2016-2017 à l'occasion d'une collaboration entre le service Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France et la photographe Florence Levillain. Ce travail a cherché à rendre compte des -guerres et toujours fréquentés. Il a permis la rencontre entre deux démarches photographiques, celle de Florence Levillain, qui s'est intéressée aux usagers des lieux et celle de Laurent Kruszyk, photographe au sein du service, qui a porté un regard précis et méthodique sur une architecture hygiéniste et du 23 mars au 30 avril 2017 dans le cadre du Mois de la Photographie du Grand Paris) et un ouvrage éponyme, édité par le service Patrimoines et Inventaire. Deux chercheurs du service Patrimoines et Inventaire (Magali Melandri et Emmanuelle Philippe) ont, en parallèle, procédé au recensement (non exhaustif ) des bains-douches parisiens et à l'étude de ces édifices, en se concentrant sur ceux réalisés par la Ville de Paris dans les années 1920 et 1930, à la suite d'un programme-type mis au point en 1922
    Référence documentaire :
    . Bordeaux, J. Durand, L. Delbrel et Cie successeurs, 1904. Plans, devis et travaux dans les bains-douches municipaux. Archives de Paris. VM 56 1. Plans , devis et travaux dans les bains-douches municipaux. Construction et entretien des bains-douches municipaux. Archives de Paris. VM 56 2. Construction et entretien des bains-douches municipaux. Les bains-douches en Limousin, architecture et histoire, naissance d'une hygiène populaire. AYMARD , Colette (dir.). Les bains-douches en Limousin, architecture et histoire, naissance d'une hygiène populaire La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l'espace urbain BARLES, Sabine. La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l'espace urbain, XVIIIe-XIXe siècles. Seyssel : Champ Vallon, 1999. La morale des corps. Le soin de propreté corporelle à Paris. Evolution des normes et des pratiques
  • présentation de la commune de Champigny-sur-Marne
    présentation de la commune de Champigny-sur-Marne Champigny-sur-Marne
    Illustration :
    Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie Librairie Internationale, 1865. (Musée de Marne / Emile de La Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie Librairie : Le tour de Marne / Emile de La Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie tour de Marne / Emile de La Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie Librairie de La Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie Librairie Internationale de La Bédollière, Ildefonse Rousset : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie Librairie Internationale Détail du cartouche du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail nord-ouest du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail nord-est du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail sud-ouest du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la
1