Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le bâtiment de 1948 est en béton armé, les allèges sont en calcaire de Beauvilliers. La partie pleine de la façade nord-est est composée d'une combinaison réalisée avec 3 natures de pierre selon le verre. L'entrée se faisait par la façade côté rue (comme aujourd'hui) par un portique ouvert qui conduisait à l'entrée qui se trouvait à droite de la façade, et non dans l'axe de l'auvent comme c'est le cas desservir la bibliothèque du deuxième étage. Le sous-sol éclairé par une cour anglaise comportait une vaste salle de réunion sous le hall central. Il semble toutefois que ce n'était pas la salle du conseil, des l'architecte au rez-de-chaussée, il n'est pas fait mention du bureau du maire. L'extension de 1969 a englobé la principale avec accueil du public dans l'axe du hall de la partie la plus ancienne. Le portique de la façade du bâtiment de 1948 a été supprimé. Dans la partie la plus longue de l'adjonction se trouve l'entrée escalier en échelle de perroquet desservait à la fois la salle des mariages de l'étage et la salle du
    Illustration :
    Avant projet (non réalisé). Vue à vol d'oiseau. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade principale. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade latérale et coupe. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du rez-de-chaussée. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du premier étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 2e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 3e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du sous-sol. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Plan masse du centre administratif. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800406NUC4A Plan d'implantation. 1948 Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800407NUC4A
    Texte libre :
    Détruit en 1944, l'hôtel de ville est reconstruit en 1948 puis agrandi en 1969. La municipalité fait preuve alors d'un parti pris de modernité comme lors de la reconstruction du centre ville. Le choix de l'architecture et de la décoration intérieure lui valent l'appellation de "plus belle mairie de France" dans la revue "Connaissance des Arts" de 1973.
    Historique :
    À la suite de la destruction de l'ancien hôtel de ville en 1944, la municipalité décide de le reconstruire à un autre emplacement. La mairie provisoire se trouvait rue Gambetta. Les architectes chargés du projet sont Raymond Lopez, l'architecte de la reconstruction du centre ville, et Raymond Marabout été réalisées par l'entreprise Hennebique. C'est la société mantaise de Construction et de Travaux publics qui est chargée de la construction. La réception définitive des travaux a lieu en 1953. Dès 1963 un projet d'extension est envisagé ainsi que des expropriations. En effet, la création de la ZUP du rachat d'immeubles place de la République. Une enquête d'utilité publique est menée en 1963, l'avant Henri Longepierre. Le projet est voté en 1969. La superficie de l'ensemble est de 4000m2.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM de Mantes-la-Jolie, 1M.9.12. Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M AM Mantes-la-Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969 AM Mantes-la AM Mantes-la-Jolie, 1M14-15-17. Extension de l'hôtel-de-ville, 1967-1968 AM Mantes-la-Jolie, 1M14 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8, Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8 AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier hôtel de ville reconstruction AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier -Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969
  • Bibliothèque Georges Duhamel
    Bibliothèque Georges Duhamel Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le plan de la bibliothèque est extrêmement simple : il s'agit de trois carrés superposés. Le carré dont la répartition à l'étage suit un schéma carré. La façade de ce niveau est formée d'un mur rideau de panneau d’aluminium alternant avec les hautes et étroites fenêtres. Selon l'article de la revue l'architecture d'aujourd'hui l'organisation intérieure était la suivante en 1966 : les locaux accessibles au de 80 000 volumes. La discothèque, les vestiaires-sanitaires, la salle des entrées et un atelier de un escalier placés au centre du bâtiment. Cette organisation a changé et la salle de lecture du
    Illustration :
    global de centre administratif et commercial. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800509NUC4A Vue des façades est et ouest. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 Vue des façades nord et sud. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 l'étage. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800512NUC4A Détail de la composition de la façade rideau. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800513NUC4A Plan d'exécution de l'étage par Raymond Lopez. 1963. On voit la trame ayant servi à la structure de Salle de lecture pour la jeunesse. (Fonds Bertin). IVR11_20177800619NUC2B La salle d'accueil. (Fonds Bertin). IVR11_20177800620NUC2B La façade principale de la bibliothèque et le square dans lequel elle se trouve Vue de l'entrée avec son auvent se développant à la fois à l'intérieur et à l'extérieur
    Texte libre :
    La médiathèque Georges Duhamel cristallise la quête de modernité qui règne à Mantes-la-Jolie dans les années 1960. Elle a fait l'objet d'un article dans le numéro spécial de la revue "Architecture côté de la fameuse bibliothèque pour enfants de Clamart "La joie par les livres", mais aussi de
    Historique :
    Le projet de la nouvelle bibliothèque de Mantes-la-Jolie est dû Raymond Lopez. Le permis de construire est accordé en novembre 1963 et l'adjudication des travaux a lieu en février/mars 1964. A la mort de Raymond Lopez en 1966, la fin du chantier est assumée par Henri Longepierre et Rémi Lopez. Lors de la construction une salle avait été prévue pour une discothèque. Cette salle a été aménagée à partir
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) et (2) Archives municipales de Mantes-la-Jolie
  • Ensemble de 6 immeubles HLM
    Ensemble de 6 immeubles HLM Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 167 boulevard du Maréchal-Juin 5-15 rue Saint-Nicolas - en ville - Cadastre : 2014 AO 7, 449, 452, 482, 686,688
    Description :
    sur un rez-de-chaussée surélevé. Les façades comportent des loggias. La structure est en béton armé
    Illustration :
    Maquette représentant le projet initial de 1952. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Plan de 1952 correspondant à la maquette. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Plan d'ensemble définitif de 1956. On notera l'abandon du terre-plein central. Mantes-la-Jolie Élévation de la barre sur le boulevard. Projet non réalisé. Mantes-la-Jolie. Permis de construire La façade postérieure du bâtiment A, boulevard du Maréchal-Juin. Mantes-la-Jolie. Permis de La façade principale du bâtiment A, boulevard du Maréchal-Juin. Mantes-la-Jolie. Permis de Façade principale et latérale du bâtiment B. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 Façade postérieure du bâtiment B. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 38/53 La façade principale du bâtiment E. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 25/56 La façade postérieure du bâtiment E. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 25/56
    Historique :
    chères à Raymond Lopez, la hiérarchie des circulations, la composition d'ensemble autour d'un îlot central, les barres. Les immeubles de la première tranche, c'est-à-dire la barre le long du bd Maréchal autres sont disposées différemment. La 3e tranche comportant les 3 derniers immeubles date de 1956. Le plus petit (F) n'existe pas. L'îlot central, autour duquel se coulait la rue, n'a pas été réalisé. Il est rattaché à la parcelle voisine. À cet emplacement a été construite une maison des jeunes détruite
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 167 boulevard du Maréchal-Juin 5-15 rue Saint-Nicolas - en ville
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. PC 38/53 et 56/28 Archives municipales de Mantes-la-Jolie
  • Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin
    Centre social, actuellement centre médico-social Frédéric Chopin Mantes-la-Jolie - rue Chopin - en ville - Cadastre : 2015 AR 174
    Description :
    repose est adapté à la pente. Il était prévu pour abriter un bureau d'animateur, une salle de réunion
    Illustration :
    Plan masse.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800249NUC4A Façade Est.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800250NUC4A Façade Sud.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800251NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800252NUC4A Façade Nord.1965. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 15/66. IVR11_20167800253NUC4A Vue du bâtiment sud du centre. Au fond le mur en brique de la salle de projection Vue de la façade arrière. IVR11_20177800712NUC4A Portique faisant la jonction entre le centre social et la crèche. IVR11_20177800713NUC4A
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue Chopin - en ville - Cadastre : 2015 AR 174
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, PC 15/66 AM Mantes-la-Jolie, PC 15/66
  • Les Bas quartiers
    Les Bas quartiers Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Description :
    . Mais on y trouvait aussi des bâtiments plus importants, notamment dans la partie occidentale. Près de la rue Nationale, se trouvait la gendarmerie à l'emplacement de l'ancien couvent des Ursulines.
    Illustration :
    Plan des îlots insalubres par Roger Thomas, géomètre (1941?). (AM Mantes-La-Jolie 7M 12 Les îlots et les parcelles insalubres en 1946. (AM Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800531NUC4A Localisation des lots projetés.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12) IVR11_20157800443NUC4A Projet non réalisé du lot A, façade sur la place Saint-Maclou.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot A, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, façade sur la rue des Ursulines.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade côté Seine.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, maisons individuelles et petits collectifs.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M Les Bas quartiers : au premier plan la partie bombardée et au second celle reconstruite en 1960
    Texte libre :
    A Mantes-la-Jolie, les "Bas Quartiers" ont fait l'objet d'une campagne de résorption de l'habitat reconstruits sous l'autorité de Raymond Lopez. Ce fut l'occasion d'introduire les principes de la charte d'Athènes au centre de la ville. Deux autres dossiers ont été ouverts pour traiter des ces opérations : le dossier Quartier de la Reconstruction (IA78002186) avec deux sous-dossiers Immeubles ISAI de l'îlot A par les résidences de la Tour et Saint-Maclou (IA78002219).
    Historique :
    Mantes dès 1920. La municipalité avait alors décidé d’aérer ce quartier en perçant une rue nouvelle entre La préoccupation d’assainir les bas quartiers de la ville se fait jour au conseil municipal de la rue de la Gabelle et la rue Potard, et pour ce faire en 1928, avait acquis un immeuble insalubre . Cette préoccupation est à nouveau exprimée lors de la séance du 3 juin 1938 qui récapitule les actions véritables taudis, véritables foyers de tuberculose ». Cela fait probablement suite à la loi du 24 mai 1938 qui complétait celle du 15 février 1902 et précisait la procédure à suivre pour la déclaration d’insalubrité. Par ailleurs, une fois la guerre éclatée, l’État français se préoccupe du « relèvement moral » de la France et de l’aménagement des quartiers insalubres. C’est ce qu’exprime André Gutton, architecte urbaniste en chef du département lors d’une conférence faite le 21 janvier 1941 à la préfecture de Seine-et Vergniaud. Il prévoit une première tranche de travaux qui concerne les immeubles de la place Saint-Maclou
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-La-Jolie, 7M 12 AM Mantes-la-Jolie, Dossier Quai de la Tour AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 72/59 AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 61/60 AM Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, Permis de construire, 66/70 AM de Mantes-la-Jolie, service d'urbanisme, PC 4/68
  • Z.U.P. du Val Fourré
    Z.U.P. du Val Fourré Mantes-la-Jolie
    Description :
    ), auxquels s'ajoutent le quartier 7 bis des garennes et le "village d'artistes". La structure urbaine est l’axe urbain principal de la ZUP. Le long de cet axe, sont implantés plusieurs équipements scolaires et plus le centre commercial central sont aménagés. Le centre social Chopin, la maison des jeunes et de la culture dite "la Pagode", l'ECM le Chaplin. Par ailleurs trois maisons de retraite sont disséminées dans les quartiers 3, 4 et 6. Enfin une patinoire et une piscine sont à la périphérie. (Pour plus de détail
    Illustration :
    . (AM Mantes-la-Jolie 1 Fi 42) IVR11_20157800544NUC4A . Thomas géomètre. Légende avec les noms des organismes de H.L.M. (AM Mantes-la-Jolie 1 Fi 42 Quartier 1. Projet de 5 tours par R. Lopez. Non réalisées. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 27 . Mantes-la-Jolie. Permis de construire 27/65. IVR11_20167800240NUC4A Quartier 1. Façade Est des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Ouest des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Nord des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Façade Sud des tours projetées par R. Lopez.1964. Non réalisées. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Nouveau projet de tours par H. Longepierre. Plan de localisation. 1969. Mantes-la-Jolie Quartier 1. Nouveau projet de tours par H. Longepierre. Façades. 1969. Mantes-la-Jolie. Permis de
    Texte libre :
    Réalisé dans les années 60 mais conçu dans les années 50, le Val Fourré, dans son principe, est la par le maire Jean-Paul David épris de modernité. Lopez peut appliquer les grands principes de la programme initial de 5780 logements est porté finalement à 8230 faisant de cette Z.U.P. la plus grande de France. Grandes sont aussi les difficultés quand la crise économique bat son plein et des émeutes
    Historique :
    1959 et aussitôt confiée à la Société d'Equipement de la Région de Mantes (SERM). Un nouveau plan masse . Vassy et O. Caplain pour la société coopérative HLM de l’arrondissement de Mantes( quartier 2), Legrand L'histoire du Val Fourré commence avant la création des ZUP puisque le terrain de 90 ha de Lopez approuvé par le conseil municipal en 1958. La ZUP du Val Fourré a été légalement créée le 3 août et E. Wassermann mandatés par le Logement Français, (quartiers 1) et la Société coopérative interprofessionnelle de la région parisienne (quartier 5), O.Caplain, J. Rolland, M. Gojard, M. David mandatés par les HLM de l’arrondissement de Mantes et l’Office communal de HLM de Mantes (quartier 2), Y.Houdard, R et Rabinel pour la Société Centrale immobilière de la Caisse , SCIC (quartiers 2 et 4), Henry Pottier pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille (quartier 3), Delavigne et Rimbaud (quartiers 7 et 7 bis) pour le Foyer du Fonctionnaire et de la Famille, Longepierre pour la SCIC (quartier 1). En 1977
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire 97/63 Archives Municipales, Mantes-la Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 50/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 94/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 51/63 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 27/65 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, Permis de construire PC 77/65 Archives Municipales, Mantes Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, 7 A 8 Enquête auprès des habitants du Val Fourré Archives Municipales, Mantes-la-Jolie, 7 A 8 Enquête auprès des habitants du Val Fourré -la-Jolie, Permis de construire PC 50/63 -la-Jolie, Permis de construire PC 94/63
  • Immeubles de la Demi-Lune
    Immeubles de la Demi-Lune Mantes-la-Jolie - rue Géo André - en ville - Cadastre : 2014 AY 66 ; 173
    Titre courant :
    Immeubles de la Demi-Lune
    Description :
    part et d'autre de la rue André Géo. leurs façades principales sont orientées à l'est ce qui fait que
    Illustration :
    Façades et plans des bâtiments 1 et 2. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Façades et plans du bâtiment 3. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Façades et plans du bâtiment 4. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Plan d'un logement de quatre pièces. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Plan d'un appartement de trois pièces. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 34/55 Vue de la façade sur rue de l'immeuble 1. On reconnait les travées d'escaliers marquées par de
    Historique :
    1955 pour la SEMICLE, Société d’Économie mixte pour la construction de logements économiques.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue Géo André - en ville - Cadastre : 2014 AY 66 ; 173
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Résidences de la Tour et Saint-Maclou
    Résidences de la Tour et Saint-Maclou Mantes-la-Jolie - Quai de la Tour rue Henri-Clérisse - en ville - Cadastre : 2014 AH 97 ; 392
    Titre courant :
    Résidences de la Tour et Saint-Maclou
    Description :
    La résidence de la Tour est composée d'une tour et d'une barre comportant chacune 7 étages pour un total de 122+32 logements. Les cinq immeubles de la résidence Saint-Maclou sont tous conçus sur le même des fenêtres. Afin d'optimiser la vue depuis le pont sur ce complexe immobilier,les immeubles ont des hauteurs différentes : de R+2 à l'est, jusqu'à R+7 à l'ouest. Les cinq immeubles, orientés dans la même direction, sont disposés en quinconce afin d'optimiser les vues sur la Seine.
    Illustration :
    Plan masse du Quai de la Tour, 1959. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 72/59 Façades de la tour et de la barre du Quai de la Tour, 1959. Mantes-la-Jolie. Permis de construire Schéma de répartition des logements dans les deux immeubles, 1959. Mantes-la-Jolie. Permis de . Mantes-la-Jolie. Permis de constuire 61-61/66 IVR11_20167800263NUC4A Plan d'un étage courant des immeubles de la résidence Saint-Maclou, 1966. Mantes-la-Jolie. Permis Plan masse de la résidence pour personnes âgées projetée en 1968. Mantes-la-Jolie. Permis de Façades de la résidence pour personnes âgées projetée en 1968. Mantes-la-Jolie. Permis de Façades des immeubles plots de la résidence Saint-Maclou. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 4 La superposition de la résidence de la Tour et des "bas quartiers" encore en place. 1956. Mantes -la-Jolie. Permis de construire, 60/61. IVR11_20167800261NUC4A
    Historique :
    municipal décide de procéder à l’opération de rénovation de ce quartier qui est confiée à la SEMICLE. Une subsistants et prévoit la construction de 327 logements HLM. L’enquête a lieu entre le 26 janvier et le 11 février 1959 sous la direction du commissaire enquêteur M. Gauthier, maire de Follainville. En juillet municipal publie les photographies des démolitions et l’affirmation du maire qui veut que « Mantes devienne une ville moderne ». La seconde tranche est alors envisagée : le 8 novembre 1962, l’état parcellaire maternelle. Seules les maisons de l’angle de la rue de la Gabelle et de la rue Louis Cauzard qui dataient des demande au maire de surseoir aux démolitions des immeubles dans l’îlot délimité par les Rues de la Gabelle , de la Pêcherie et Louis Cauzard. Le 2 avril 1965 un nouvel échange épistolaire aboutit à cette permis de construire concernant la première tranche semble illégal puisqu’il ne comporte pas l’avis . Enfin en ce qui concerne la deuxième tranche, mon service attend toujours les documents demandés depuis
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Quai de la Tour rue Henri-Clérisse - en ville - Cadastre : 2014 AH 97 ; 392
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, Dossier Quai de la Tour La rénovation des îlots insalubres du centre de Mantes-la-Jolie. Diagnostic d'un processus de transformation urbaine MALEK Houssam, La rénovation des îlots insalubres du centre de Mantes-la-Jolie Tome III p.198-200 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de Paris est-Marne-la-Vallée. tapuscrit 2016
  • Quartier de la Reconstruction
    Quartier de la Reconstruction Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou place de l' Etape place Pierre-Goujon rue Auguste-Goust rue Thiers - en ville - Cadastre : 2014 AB 102-109, 110-116,118, 120-139, 751, 752 2014 AH 102-105, 108-111, 520-522, 446
    Titre courant :
    Quartier de la Reconstruction
    Description :
    de la ville. Il comporte des façades très différentes les unes des autres : d’un côté immeuble avec , largement du côté de la rue Porte des Comptes. Du côté de la rue Marie et Robert Dubois on a simplement deux sont de largeur et de composition différente, notamment par la présence ou l’absence de balcons. Une plus grande variété (en particulier des façades arrondies) se trouve du côté de la rue Marie et Roland de 4 étages et toit terrasse dont la façade principale est tournée vers l’extérieur de l’îlot. Elle
    Illustration :
    Plan des îlots insalubres par Roger Thomas géomètre expert. (1941?) (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Localisation des lots projetés.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12) IVR11_20157800443NUC4A Projet non réalisé du lot A, façade sur la place Saint-Maclou.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot A, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade sur la rue Notre-Dame.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, façade sur la rue des Ursulines.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot B, façade côté Seine.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M 12 Projet non réalisé du lot C, maisons individuelles et petits collectifs.1941 (AM Mantes-la-Jolie 7M Mantes-la-Jolie série 1 06) IVR11_20157800440NUC4A . Thomas, géomètre. 1945 (AM Mantes-la-Jolie n.c.) IVR11_20157800529NUC4A
    Texte libre :
    La Reconstruction à Mantes-la-Jolie est l'occasion d'appliquer les principes de la Charte d'Athènes
    Historique :
    En 1941, le maire de Mantes demande un plan de reconstruction des îlots insalubres de ce qui est appelé les "bas quartiers de la ville". 11 îlots sont relevés entre la Rue Nationale, la rue de la Pêcherie, la rue de Guernes et la place Saint-Maclou, et 3 entre la collégiale et la rue du Fort. Le , projettent la reconstruction de 3 îlots entre la place Saint-Maclou et la rue de la Pêcherie. Ces avants -projets sont examinés en séance du 1er mai 1943 et la procédure d'expropriation achevée. Les bombardements de mai 1944 ont changé la donne puisque ce sont ces îlots qui ont été détruits. Au total sur 3032 faire un plan d'aménagement et de reconstruction de Mantes-Gassicourt, plan approuvé le 7 juin 1945 . Gravereaux continue de collaborer avec lui, il est nommé architecte en chef de la reconstruction assisté de Gaston Lemercier, chef de groupe des architectes d'opération et de Raymond Marabout nommé par la ville . Les premiers immeubles reconstruits sont ceux de la place Saint-Maclou, immeuble ISAI. Une plaque est
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou place de l' Etape place Pierre-Goujon rue Auguste-Goust
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie 1 M, plan d'aménagement et de reconstruction AM Mantes-La-Jolie, 7M 12 AM Mantes-la-Jolie, 7 M 13, Reconstruction généralités Tome III. p. 143-145 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville
  • Château d'eau du Val Fourré
    Château d'eau du Val Fourré Buchelay - rue des Piquettes - en ville - Cadastre : 2017 ZH 133
    Illustration :
    Vue du château d'eau juste après sa construction. (AM Mantes-la-Jolie, Fonds Bertin
    Texte libre :
    Pour la réalisation en 1966 du château d'eau du Val Fourré très original par sa forme ovoïde et inspiration dans la revue Acier de 1958 dans laquelle les qualités de ce matériau sont vantées et des exemples le General Motors technical center de Warren dans la banlieue de Détroit. Mais on y trouve aussi
    Historique :
    Le château d'eau du Val Fourré, situé sur la commune de Buchelay, a été construit en 1966 par les
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Mantes-la-Jolie, Permis de construire, 1963 Mantes-la-Jolie, Permis de construire, 1963 p.11 Bulletin municipal de Mantes-la-Jolie, 1964, A propos du Val Fourré. Bulletin municipal de Mantes-la-Jolie, 1964, A propos du Val Fourré,
  • Hôpital (détruit)
    Hôpital (détruit) Mantes-la-Jolie - boulevard Calmette - en ville - Cadastre : 2015 AE 388-400
    Description :
    à longs pans avec croupes ils étaient eux aussi à façades ordonnancée à travées. La maternité avait prend la place de l'hôpital de Durand est un bloc en béton de 5 étages à toit terrasse et ouvertures en dernier comporte une partie en encorbellement au dessus de la rue, soutenue par des poutres en béton.
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'hôpital avant l'intervention de Lopez. On voit bien la composition de l'hôpital , à gauche la maternité. (Fonds Bertin). IVR11_20177800661NUC2B L'établissement à la fin des années 50. On voit la reconstruction du bloc médico-chirurgical par La façade pricipale du bloc donnant sur des carrés de pelouse. (Fonds Bertin
    Historique :
    confirmé par le roi en 1688. Il figure sur le cadastre napoléonien de Mantes-la-Ville sur le territoire de siècle. A partir de 1668 un hôpital général est construit par la ville sur cet emplacement. Il est laquelle il se trouvait jusqu'en 1854. A partir de 1847 la fusion de l'hôpital général ou hospice des cuisine centrale et un dépôt mortuaire. Ces pavillons ont été conservés lors de la construction en 1957 d'un bloc médico-chirurgical à la place de l'hôpital de Durand par Raymond Lopez, J. Hérouard et G -Philippe Pargade a été inauguré en 1998. Il se trouve de l'autre côté de la ville en bordure du Val Fourré.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - boulevard Calmette - en ville - Cadastre : 2015 AE 388-400
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, Dossier hôpital, non coté AM Mantes-la-Jolie, Dossier hôpital, non coté AM Mantes la Jolie, 3 M 15-16 Hôpital-Hospice AM Mantes la Jolie, 3 M 15-16 Hôpital-Hospice AM Mantes la Jolie, AH/B 148 AM Mantes la Jolie, AH/B 148
  • Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand
    Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 8 rue Marcel Fouque 66 rue Fernand Bodet - en ville - Cadastre : 2014 AY 80-81
    Description :
    Le lycée Saint-Exupéry à l'origine est composé de trois bâtiments principaux : la longue barre de -sud, caractérisée par la trame constructive d’1,75 mètre alors en vigueur pour les constructions scolaires. Le rez-de-chaussée regroupe l’administration et la salle des professeurs, ainsi que les anciennes plastiques signalées à l’extérieur par la présence d’une portion de toiture sheds, en contraste avec la toiture en terrasse du reste de la barre. L’absence de fenêtre sous ces sheds du troisième étage constitue une autre rupture avec le rythme régulier de la façade : les ouvertures sont traitées différemment de est de la barre, l'autre hors œuvre, sensiblement au milieu de sa façade nord. Toutes deux sont abondamment éclairées, côté est, par des pans de murs rideaux vitrés sur toute la hauteur du bâtiment. Les couloirs desservant les classes sont également disposés côté nord. Dans la partie ouest, un bâtiment à R+1 abritant des logements est implanté perpendiculairement à la barre, et relié à celle-ci par un portique
    Statut :
    propriété de la région
    Illustration :
    Vue du lycée Saint-Exupéry au début des années 60. Au premier plan la façade latérale de l'internat Vue du lycée Saint-Exupéry au début des années 60. La façade principale de l'internat des garçons Au premier plan la rotonde qui abrite le réfectoire et à l'arrière-plan les premiers bâtiments du Vue intérieure de la rotonde. (Fonds Bertin) IVR11_20177800573NUC2B Ateliers dans la partie ancienne des sheds du lycée Jean-Rostand. (Fonds Bertin Ateliers dans la partie éclairée par des lanterneaux du lycée Jean-Rostand. (Fonds Bertin Lycée saint-Exupéry : la façade antérieure de l'ancien externat. IVR11_20177800267NUC4A Lycée saint-Exupéry : la façade postérieure de l'ancien externat. IVR11_20177800268NUC4A et BTS. La façade antérieure tournée vers l'ouest. IVR11_20177800277NUC4A Lycée Saint-Exupéry : plaque commémorative de la pose de la première pierre le 28 avril 1956
    Texte libre :
    Administrativement séparés, les deux lycées de Mantes-la-Jolie ont pourtant été conçus par le même 1967. Reflets des contraintes constructives propres à l’architecture scolaire de la période, ils
    Historique :
    Mantes-la-Jolie. Au moment de sa construction, il est d’autant plus isolé que le futur quartier du Val un tel chantier. Sa très forte implication à Mantes-la-Jolie (pendant la reconstruction de la ville Initié par la municipalité de Mantes, le projet de lycée prend place sur d’anciens terrains d’aviation rachetés par la ville en 1954. Une partie est dévolue à la construction d’un stade et l’autre la limite ouest du quartier de Gassicourt, le terrain du lycée est relativement éloigné du centre de , et pour l’aménagement du Val-Fourré notamment) et ses liens avec la municipalité ont également dû comme architecte du lycée. Plusieurs sources d’archives tendent cependant à confirmer que la conception comprenant la construction d’un lycée mixte pour 700 élèves et de deux internats (un pour 124 filles et lycée technique, planifié dès le début des années 1960 pour 1200 élèves. La cérémonie de pose de la d’apprentissage et le gymnase. Simplement dénommé jusqu’alors lycée mixte de Mantes, le lycée est baptisé Saint
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 8 rue Marcel Fouque 66 rue Fernand Bodet - en ville - Cadastre
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette
    Groupe Scolaire Les Jonquilles, Rousseau, Colette Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville - Cadastre : 2014 AR 17
    Description :
    Un texte de Raymond Lopez et Henri Longepierre décrit l'école de la manière suivante "entièrement ."Sur une ossature en béton armé, le remplissage est en voile de béton armé. La couverture est
    Illustration :
    La galerie qui longe la cour. On aperçoit des classes avec leur vitrerie d'origine. (Fonds Bertin Le hall d'entrée de l'école est largement éclairé par les semi-hexagones de la toiture La façade sur cour de l'école maternelle les Jonquilles. IVR11_20167800611NUC4A La façade sur cour des classes maternelles. IVR11_20167800608NUC4A Vue d'ensemble de la cour. Au fond le préau, à droite la galerie longeant l'école Rousseau La cour de récréation prise vers l'est. On aperçoit la Tour Vega. IVR11_20167800615NUC4A La cour et le départ de la galerie. A droite le départ du couloir desservant les classes et patios de la partie la plus orientale de l'école Rousseau. IVR11_20167800603NUC4A Au premier plan, la galerie, à l'arrière deux classes de l'école Rousseau qui n'ont pas de patio La galerie passe au devant d'un jardin au centre de l'école Rousseau. IVR11_20167800609NUC4A
    Texte libre :
    Ce groupe scolaire construit par Raymond Lopez et Henri Longepierre est la première école
    Historique :
    Le groupe scolaire est la première école construite au val Fourré. Il se trouve dans le quartier 2
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue Denis-Papin - en ville - Cadastre : 2014 AR 17
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Archives municipales de Mantes-la-Jolie, 114 SB Tome III.p. 347 Mantes et Mantes-la-Ville de 1789 à nos jours. GREM, Mantes et Mantes-la-Ville de
  • Immeubles ISAI de l'îlot A
    Immeubles ISAI de l'îlot A Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou Rue Louis Cauzard rue Potard - en ville - Cadastre : 2014 AH 113 ; 565-566 ; 102-105; 108-111; 520-522;405
    Description :
    Le projet comporte deux parties : les immeubles de la place Saint-Maclou qui forment un front urbain continu et ceux de la Rue Nationale placés en peigne par rapport à la rue. Au total le projet pièces, 14 de 3 pièces, 13 de 4 pièces, 3 de 5 pièces et 4 de six pièces. Il est prévu que la salle buanderies sont prévues au sous-sol pour les grands lavages. La standardisation des fenêtres, planchers soient privilégiés : moellons, tuiles, béton armé. Le parti choisi reste proche de celui du lot A de la Place Saint-Maclou réalisé en 1941 deux immeubles séparés par un escalier descendant vers la rue Notre permettant de masquer la différence de niveau entre les deux façades des immeubles. Quant aux immeubles placés perpendiculairement à la Rue Nationale, ils sont reliés les uns aux autres par une boutique en rez
    Illustration :
    Vue des immeubles entre la rue Goust et l'escalier central. IVR11_20167800063NUC4A Vue de l'aile à gauche de la place. Les magasins du rez-de-chaussée sont protégés par une galerie Détail de l'angle du bâtiment à droite de la place. La plaque garde le souvenir du passage de Vincent Auriol, président de la République en 1947. IVR11_20167800061NUC4A Les deux bâtiments de la place en vis-à-vis. On aperçoit l'avant corps latéral à fronton qui permet de faire la transition entre la façade sur la place et celle sur l'arrière plus basses en raison de la dénivellation. IVR11_20167800060NUC4A L'escalier monumental qui sépare les deux bâtiments de la place avait déjà été envisagé dans le L'escalier permet de compenser la déclivité du terrain. Les immeubles ont un étage de soubassement La façade arrière des immeubles de la place Saint-Maclou reprend le schéma de la façade arrière des
    Historique :
    Le conseil municipal du 29 août 1946 a approuvé le projet de M. Gravereaux concernant la reconstruction des immeubles de la place Saint-Maclou et le long de la rue Nationale. Cette première phase se la Reconstruction et donneront espoir aux sinistrés qui attendent. Une plaque est apposée en présence du président de la République, Vincent Auriol, le 14 août 1947. Le plan d'ensemble de la architectes locaux, M. Marabout, architecte communal de Mantes et M. Lemercier de Limay.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place Saint-Maclou Rue Louis Cauzard rue Potard - en ville - Cadastre : 2014
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM Mantes-la-Jolie, 7 M 13, Reconstruction généralités
  • Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite)
    Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite) Mantes-la-Jolie - 4 rue Archimède - en ville - Cadastre : 2015 AR 23
    Titre courant :
    Maison des jeunes et de la culture La Pagode (détruite)
    Description :
    La maison des jeunes et de la culture se composait d'un vaste rez-de-chaussée carré dont le centre dans le sol et prolongeait la pente du toit. Le toit était relevé aux quatre angles du bâtiment, lui donnant ainsi son surnom de "pagode". La maison comportait un hall, un coin du feu, un coin de jeux, une
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la pagode. (Fonds Bertin). IVR11_20177800566NUC2B Vue d'ensemble de la salle autour de la cheminée.(Fonds Bertin). IVR11_20177800568NUC2B
    Texte libre :
    La création de la "la Pagode" au Val Fourré s'inscrit dans le mouvement des MJC fondé en 1948 par
    Historique :
    commune de Mantes en 1965. La première pierre a été posée en 1966 le 3 septembre 1966, donc après la mort La maison des jeunes et de la culture a été conçue par Raymond Lopez pour la SERM mandatée par la
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 4 rue Archimède - en ville - Cadastre : 2015 AR 23
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
1