Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
  • église paroissiale Saint-Germain
    église paroissiale Saint-Germain Andrésy - 10 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AT 116
    Description :
    archaïque que dans le bas coté occidental. Les voûtes d'ogives du collatéral nord ont un profil beaucoup C'est un édifice à chevet plat sans transept qui se compose d'une nef centrale flanquée de deux bas -côtés d'inégale largeur. Le collatéral sud est deux fois plus étroit que le collatéral nord. Des , l'église a connu plusieurs phases de construction et remaniements qui expliquent certaines disparités. Le plan avec le désaxement de la nef par rapport au chœur en est une. L'élévation, à trois niveaux dans tout l'édifice, présente des variations de détail qui sont à noter ; côté sud, le triforium dans le ch toutes authentiques puisque le relevé fait par Baudin en 1874 pour les Monuments Historiques montre que donne pas sur un quelconque passage. Les ouvertures hautes sont toutes en arc brisé de ce côté. Le continue la mouluration de la base du triforium, ce qui n'est pas le cas dans le chœur où les colonnettes dans les quatre travées les plus occidentales du bas-côté sud. Elles sont composées de simples tores en
    Illustration :
    Vue d'ensemble des travées de la nef ouvrant sur le bas-côté. IVR11_20067800704VA Intérieur de l'édifice : vue du bas-côté gauche. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Vue de l'église depuis le cimetière. IVR11_20067800586XA Le chevet plat de l'église. IVR11_20067800152XA Le porche d'entrée de la façade occidentale. IVR11_20067800154VA Vue d'ensemble depuis la tribune de l'orgue. On remarquera le désaxement du choeur Vue d'ensemble de la nef vers le choeur prise depuis l'entrée occidentale. IVR11_20067800156VA Vue d'ensemble de la nef depuis le choeur vers la tribune d'orgue. IVR11_20067800158VA Vue d'ensemble du bas-côté nord vers l'ouest. IVR11_20067800160VA Vue d'ensemble du bas-côté sud. IVR11_20067800162VA
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    paroissiens demandent l'autorisation d'agrandir le chœur en 1517 ce qui peut correspondre au bas côté sud ancienne, c'est-à-dire les quatre travées les plus occidentales du bas-côté sud à une époque antérieure (3e chevet plat, sont du premier quart du 13e siècle. Le porche en avant du portail occidental pourrait dater (piles ondées) et en 1538 à nouveau ils agrandissent en construisant le collatéral nord. Des travaux de 1873 une voûte d'un bas-côté s'est effondrée. Des travaux ont alors été réalisés sous la direction de selon le procédé Heurteaux, des tailloirs en encorbellement sont retaillés ainsi que des arcs formerets . Il s'agit donc probablement du collatéral nord dont les voûtes ont ainsi été reprises et dont le ), le porche ouest, ouverture de la baie murée sur la façade est du collatéral nord et en 1987
  • verrière historiée : la parabole du mauvais riche
    verrière historiée : la parabole du mauvais riche Andrésy
    Illustration :
    Lancette droite, détail : le festin et Lazare harcelé par les chiens. IVR11_19867800094XA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Dimension :
    h = 350 ; la = 200 (dimensions données par le Corpus vitrearum)
    Représentations :
    scène biblique : le mauvais riche, repas, pauvre, enfer, âme, ange ; ornementation : à arcature, à couronne végétale, à mascaron, à cuir découpé ; Dieu le père ; Le mauvais riche rentre chez lui ; la table est dressée pour le festin ; le pauvre à la porte tandis que les hommes festoient. Au registre inférieur, l'âme du mauvais riche brûle en enfer tandis que celle du pauvre est portée vers le ciel par deux
    Historique :
    trouvait la naissance de Jean-Baptiste. Le bas était composé de trois panneaux décoratifs semblables à Cette verrière mise en place lors de l'édification du collatéral dans le 2e quart du 16e siècle a été recomposée. Selon un cliché Durand (date) seul le panneau central est à sa place d'origine. A la
  • Verrière de la baie 5 : Annonciation et Visitation
    Verrière de la baie 5 : Annonciation et Visitation Écouen - Place de l'Eglise
    Description :
    Vierge : en bas, la Visitation (sur les trois panneaux inférieurs des trois lancettes) ; en haut , l'Annonciation (sur les panneaux supérieurs des trois lancettes, avec un prolongement dans le tympan, occupé par la figure de Dieu le Père dans les nuées, entouré d'anges). La date "1544" est peinte en grisaille au milieu de la verrière. En bas au centre, est inséré un écu armorié.
    Inscriptions & marques :
    Armoiries peintes au bas de la verrière : d’azur à trois gerbes (ou brosses) d’or. Ces armes ont
    Texte libre :
    titulature de la chapelle qui occupe le collatéral nord du choeur de l'église : dédiée à la Vierge, cette Saint-Acceul : comme l'a souligné Mathieu Lours, la Vierge de l'Annonciation reprend le même carton que
    Représentations :
    Dieu le Père
    Historique :
    la Renaissance française, dans le style de l'Ecole de Fontainebleau. Elle est malheureusement non composition gravée par le "Maitre au Dé" (Bernardo Daddi) pour la série de "l'Histoire de Psyché" : "Le peuple , pour l'instant non identifié même si les noms de Jean Cousin le Père et de Geoffroy Dumonstier ont été proposés pour les cartons. Le vitrail a dû être restauré par Félix Gaudin à la fin du 19e siècle après que
  • portail
    portail Andrésy
    Illustration :
    Vue d'ensemble du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800696XA Détail du culot surmontant la niche du portail s'ouvrant sur le chevet. IVR11_20067800698XA
    Représentations :
    sont placées dans des niches dont la voûte est en forme de coquillage ; sur le culot qui la soutient
    Historique :
    Le portail date de la construction du bas-côté. Une date très effacée figure sous la console de
  • Château
    Château Écouen - rue Jean Bullant - Cadastre : 2014 AI 1 à 6, 8 à 18, 49, 139, 140, 194, 195, 203, 204
    Description :
    l'origine vers le nord, jusqu'au bas du coteau. Mais cette grande perspective, qui a formé la limite ouest Organisation du bâti Le château est bâti selon un plan symétrique : il est constitué de quatre fossé. Du côté nord, la terrasse est plus ample et permet d'admirer le panorama sur la plaine de France occidentale donne sur le parc et que son vis-à-vis constitue l'entrée principale, le château d'Ecouen est en figures féminines en bas-relief tendant des branches de laurier, attribuées à Jean Goujon. Sur les deux pour magnifier le centre de la façade sur cour. Ces portiques s'élèvent jusqu'au niveau du toit. Du ). Ces deux statues, sculptées pour le tombeau du pape Jules II, avaient été offertes à Anne de Montmorency par le roi Henri II. Enfin, un autre avant-corps monumental a été installé au centre de la façade cintrées. Il respecte le principe de la succession des ordres : dorique au rez-de-chaussée, ionique à l'étage, ce dernier étant plus particulièrement inspiré du temple de Portunus sur le Forum Boarium à Rome
    Illustration :
    Bas-reliefs de l'autel de la chapelle, remployés par Lenoir dans le "mausolée d'Anne de Montmorency Bas-reliefs de l'autel de la chapelle, remployés par Lenoir dans le "mausolée d'Anne de Montmorency Vue extérieure d'ensemble, depuis le sud-est : l'aile d'entrée, la chapelle, l'aile sud (abritant Vue extérieure, depuis le sud-est. IVR11_20169500131NUC4A Les douves sèches et le pont dormant donnant accès à l'entrée du château. IVR11_20189500048NUC4A Les douves sèches avec l'échauguette sud-est et le pont dormant donnant accès à l'entrée du château . Dans le fond se profile le toit de l'église Saint-Acceul. IVR11_20189500052NUC4A Les douves sèches et l'échauguette à l'angle sud-est du terre-plein supportant le château. Vue Les douves sèches et l'échauguette à l'angle sud-est du terre-plein supportant le château. Vue La façade sud du château, vue depuis le sud-est. IVR11_20189500053NUC4A
    Auteur :
    [architecte] Peyre Antoine-Marie
    Texte libre :
    royaume, le connétable Anne de Montmorency, le château d'Ecouen constitue un remarquable témoignage de
    Historique :
    l'édifice qui a précédé le château de la Renaissance. I. La résidence d'Anne de Montmorency L'histoire du remontent à 1539-1541, et diverses dates inscrites sur le monument montrent un avancement rapide des travaux campagne de travaux (v. 1539-v. 1545) Le début exact des travaux est difficile à préciser car les comptes qu'ils commençaient en 1539. Les premiers travaux furent certainement consacrés à établir le soubassement nord a révélé la présence de bois datés entre 1542 et 1546. Vers 1545, le château était donc logeable par les Montmorency à Chantilly, de Charles Billard, qualifié de "maître maçon de monseigneur le de 1542 à 1563. On connaît aussi par les textes le nom de Jean Allemant, maître charpentier. Ce dominant la plaine de France, le château conserve également une apparence quelque peu "féodale" par implication sur le chantier d'Ecouen avant qu'il ne parte travailler au Louvre avec Pierre Lescot. Jean entrenu" par le connétable au chantier du château et fut d'ailleurs enterré à Ecouen en 1578. Les
    Référence documentaire :
    Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance, 2018. CREPIN-LEBLOND, Thierry et FONKENELL , Guillaume. Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance. Paris : Editions de l'Esplanade : Musée Petits arrangements avec le réel : Jacques Androuet du Cerceau à Ecouen, Revue de l’art, 2012 . PAUWELS Yves. « Petits arrangements avec le réel : Jacques Androuet du Cerceau à Ecouen », Revue de l’art Le décor emblématique du plafond de la chambre de Henri II au château d’Ecouen, Bulletin monumental , 2008. ALLAIS Sylvanie. « Le décor emblématique du plafond de la chambre de Henri II au château d’Ecouen Le château d'Ecouen, maison impériale de la Légion d'Honneur, dans Materiam superabat opus. Hommage à Alain Erlande-Brandenburg, 2006. DU PASQUIER, Isabelle. "Le château d'Ecouen, maison impériale de Le décor des frises peintes du château d’Ecouen, Revue du Louvre, 1999. BELIME, Magali. « Le décor Ecouen : le château et son décor au XIXe siècle, 1993 AUDEBRAND, Fabienne. Ecouen : le château et
  • Eglise Saint-Acceul
    Eglise Saint-Acceul Écouen - Place de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2014 AI 54
    Description :
    rajoutée une petite sacristie. En décrochement sur le côté nord s'élève enfin un clocher de plan carré Andéol. Bâtis du côté de la pente, le collatéral nord et le clocher permettent notamment d'épauler la poursuivant très bas afin de faire entrer un maximum de lumière. Des contreforts, à l'extérieur de l'édifice , permettent de contrebuter la poussée de la voûte. Au nord, le clocher s'élève sur deux niveaux, il est flanqué de contreforts massifs et couvert d'une flèche en ardoise. La nef, plus basse que le choeur, est sculptées dans un cartouche placé sous la niche. L'élévation intérieure est à un seul niveau. Le vaisseau Montmorency ainsi que de diverses armoiries lors de la dernière restauration. Le collatéral nord de la nef est lui aussi couvert d'un lambris de bois, de forme trilobée, datant du XIXe siècle. Le choeur et la collatéral nord (chapelle de la Vierge et travée desservant la chapelle Saint-Acceul) . Le décor rend hommage
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR11_20169500126NUC4A Vue d'ensemble, depuis l'est : le chevet et le mur sud de la nef. IVR11_20189500064NUC4A Le clocher et le flanc nord de l'église, vus depuis l'est. IVR11_20189500066NUC4A Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : le symbole de la République française Vue intérieure : le collatéral nord. IVR11_20179500053NUC4A Le lambris de couvrement du collatéral nord de la nef, vu depuis l'escalier de la tribune d'orgue Vue intérieure, prise depuis la chaire, vers le nord : au fond, la chapelle dédiée à saint Acceul Montmorency." Dans le fond à droite, l'église Saint-Acceul. Gravure d'Israël Silvestre, milieu du XVIIe siècle "Veuë et perspective du chasteau d'Escoan, et d'une partie du bourg." Dans le fond à gauche, on distingue le pignon de la façade de l'église et son clocher. Gravure d'Israël Silvestre, milieu du XVIIe
    Historique :
    un décor d’inspiration plus classique ; les colonnes séparant le bas-côté du vaisseau central Une église est attestée à Écouen dès le XIe siècle (acte passé entre 1067 et 1095, édité par Joseph près tout, sinon qu’il fut martyrisé le 1er mai en compagnie de saint Ache. Il semble avoir été confondu avec saint Andéol, l’évangélisateur du Vivarais, lui aussi fêté le 1er mai, et dont les remonter à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, probable vestige de l'édifice précédent. Mais le voûte mais celle-ci a été bûchée à la Révolution. Le choix d’un style gothique peut surprendre, à une avancé, à titre d'hypothèse, les noms de Charles Billard (pour le choeur) et de Jean Bullant (pour le clocher), alors employés par le connétable pour la construction du château ; mais on peut suivre achevée en 1544-1545. La cloche « Anne », offerte en 1554 par le connétable et toujours en place l’intention de poursuivre les travaux vers l’ouest, si l’on en croit les pierres d’attente et le départ des
    Référence documentaire :
    p. 203-206. Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Flohic éditions, 1999. Le patrimoine des p. 234-235 Le guide du patrimoine - Île-de-France, 1992 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Le guide p. 85-99 Le château d’Ecouen, 1925. TERRASSE, Charles. Le château d’Ecouen. « Petites monographies Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. 1864 CHEVALIER, Jacques-Ferdinand. Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. Versailles : Beau Jeune, 1864. travaux ont été exécutés par des artisans d’Écouen : le maçon Nicolas Le Turc, le charpentier Pierre La Chaussée, les couvreurs Jean Rousseau et Pierre Dupuis, le menuisier Laurent Le Noir, le serrurier Claude Charoin et le vitrier Alexandre Petré. Le paiement de ces artisans est enregistré en 1737-1739 dans le de l'église, notamment le projet de reconstruction de la façade par Pierre-Joseph Garrez, 1851 ; et les projets de Gabriel Ruprich-Robert pour le parvis et sa grille.
  • ensemble de 11 chapiteaux
    ensemble de 11 chapiteaux Andrésy
    Description :
    pilastre. Les chapiteaux du bas côté (e, f, g, h, i, j, k) sont tous des demi-chapiteaux car ils sont adossés au mur. Le traitement d'ensemble est le même : abaques à cornes, gorgerins plus ou moins ornés. La plus grande variété règne dans le décor des angles. On trouve des figures masculines (a, c, g, i), des
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Les chapiteaux datent de l'adjonction du bas-côté méridional. Ils sont directement inspirés de ceux
  • église paroissiale Saint-Rémi
    église paroissiale Saint-Rémi Draveil - centre - 1 place de la République - en ville - Cadastre : 1983 AE 443
    Illustration :
    Le portail attenant à l'église donne accès à la cour du presbytère IVR11_20079101811XA Le clocher et la façade arrière de l'église après la démolition de l'ancien marché couvert
    Auteur :
    [maître maçon] Roze Antoine-Armand
    Historique :
    . Les travaux sont adjugés à Antoine-Armand Roze, maître maçon à Paris. Le plafond est remplacé en 1857 invasions normandes en 846). La dédicace de ce nouveau sanctuaire a lieu le 3 septembre 1547. Les plans de Draveil de 1650 et de 1756 le montrent entouré d'un cimetière dans sa partie sud et situé plus en retrait de la route de Villeneuve-Saint-Georges à Corbeil que l'église actuelle. Le clocher est réédifié en . Le presbytère, démoli en même temps que l'ancienne nef, est reconstruit en 1786 à l'emplacement
  • église paroissiale Notre-Dame de Lorette
    église paroissiale Notre-Dame de Lorette Maurecourt - Cadastre : 1964 AH 187
    Description :
    engagées dont les chapiteaux sont très sommaires. Dans le chœur, ce sont des chapiteaux ioniques à cornes
    Illustration :
    La façade principale et le flanc nord. IVR11_20077800001XA Le flanc sud. Le parking se trouve à l'emplacement de l'ancien cimetière. IVR11_20077800003XA Le chevet et la façade méridionale. IVR11_20077800005XA Vue intérieure depuis le choeur en direction de la tribune. IVR11_20077800009VA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    l'évêque de Paris l'autorisation de bâtir une chapelle. le terrain fut donné par deux habitants de clocher. Des réparations furent effectuées mais il fallut refaire entièrement le clocher en 1853- 1855 (réception définitive des travaux). C'est le charpentier Marc Noël qui en fut chargé. A cette occasion une
  • verrière de saint Loup
    verrière de saint Loup Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    État de conservation :
    Le soubassement (liste des curés de Saint-Aspais de 1311 à 1953) est moderne. La fenêtre a été
    Illustration :
    Détail de la lancette droite (panneaux 3 et 4) : le château de Melun en flammes
    Inscriptions & marques :
    de la co (n) frairie Sainct Loup. Inscription dans le bas du vitrail, à droite : Com (m) e (n) t St inscription concernant le donateur peint sur l'oeuvre saint Loup. Sur le vêtement de saint Loup, dans les lancettes, apparaissent des bribes de texte , énigmatiques : dans la scène de gauche, on lit notamment SAINCT LO (UP) à l'encolure, IESUS et BE au bas de la
    Représentations :
    dans le château de Melun (à droite). Au tympan est représentée l'intronisation de saint Loup. Par
    Historique :
    Ainsi que le rappellent l'inscription portée au sommet des lancettes et les objets représentés au
  • église paroissiale Saint Roch
    église paroissiale Saint Roch Chanteloup-les-Vignes - Cadastre : 1988 AM 247
    Description :
    Petit édifice à vaisseau unique voûté d'ogives. Le chœur se distingue de la nef par les retombées , les ogives retombent sur des culs-de-lampes. Le clocher porche reconstruit en 1846 comportait deux niveaux maçonnés au dessus du rez-de-chaussée. Le clocher reconstruit est charpenté au dessus du niveau de
    Illustration :
    Le porche. IVR11_20087800295VA
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    fut dédiée en 1518 comme le laisse deviner la pierre de dédicace très effacée qui se trouve sous la tribune. Malgré sa petite taille, il fut construit en plusieurs étapes comme le signalent les sources. En 1535 quatre perches de terrain furent données pour le choeur. Les deux chapelles latérales furent gauche) en 1630 grâce au don de Joachim Teinturier religieux au monastère des Feuillants. Le clocher constatées et l'architecte Blondel constata un certain surplomb dans le clocher. Ce dernier connut encore deux graves préjudices, l'un en 1938 où la foudre le détériora et l'autre en 1999 où la tempête l'endommagea gravement, le faisant tomber sur la nef qu'il éventra. Il a été reconstruit par l'architecte Bernard Ruel, dont le travail fut primé en 2004 par les rubans du patrimoine, récompense de la fondation
  • verrière figurée : Naissance de saint Jean-Baptiste, Circoncision (baie 8)
    verrière figurée : Naissance de saint Jean-Baptiste, Circoncision (baie 8) Andrésy
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    Cette verrière mise en place lors de l'édification du collatéral dans le 2e quart du 16e siècle a
1