Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 47 - triés par pertinence
  • tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille
    tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Titre courant :
    tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille
    Inscriptions & marques :
    Sur le cadre, titre du tableau : Le Débarquement de Marie de Médicis au port de Marseille le 3 novembre 1600. N°d'inventaire du musée municipal de Melun, sur deux étiquettes en bas et en haut à gauche
  • Tanneries
    Tanneries Mantes-la-Jolie - rue des Tanneries rue Basse des Tanneries - en ville - Cadastre : 2014 AB 165-166, 187-190,192,601,602,713 Parcelles du cadastre napoléonien , section B du midi 35-39et 42-47
    Description :
    L'installation de tanneries dans le quartier qui porte ce nom s'explique par la présence de la une rue haute. En effet, l'activité de tannage a besoin d'eau vive pour le reverdissage (réhydrater les peaux) et le rinçage après diverses transformations. Elle a aussi besoin d'ateliers fermés dans . Enfin il fallait de grands séchoirs pour suspendre les peaux et le faire sécher. Aucun des grands bâtiments qui figurent sur le cadastre napoléonien et qui devaient comporter des séchoirs ne subsiste (parcelles 36 à 39 de la section B du midi). Le sous-préfet Cassan, dans sa description de l'arrondissement écorces de chêne pendant plusieurs mois. Ces fosses se trouvaient sous des voûtes dont il ne reste que le tracé, muré. Leur dimension était de 2,59 mètres de profondeur sur le même diamètre .
    Illustration :
    La rue basse des Tanneries, plan en 1819 par l'architecte Vivenel. On voit le ru, et les ateliers Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1830. (AD78 7s Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839. (AD78 7s Nivellement de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839 Vestiges des tanneries, on aperçoit dans le mur les arcs des anciens ateliers où se trouvaient les Le ru de la rue Basse des tanneries a été enterré. On devine les vestiges des fosses à l'air libre
    Historique :
    Mantes. Les tanneurs étaient Jacques Sarrazin, Hyacinthe Delaunay, Thomas Leguay, Antoine Massé et Philippe Le Gras. A cette date, l'un des tanneurs les plus importants, Eustache Hua est décédé (en 1801) et son fils devenu procureur impérial, en possession des parcelles 39 et 42, les vend à Antoine Massé
  • maison, 1 place de l'Eglise, actuellement office de tourisme
    maison, 1 place de l'Eglise, actuellement office de tourisme Écouen - 1 place de l'Eglise - Cadastre : 2014 AI 51
    Description :
    d'angle sur la façade occidentale. Le corps principal est couvert par un toit à la Mansart, en ardoises et , reconverti en terrasse de café. On y a transféré le monument en l'honneur de Paul Soyer, l'un des peintres de
    Annexe :
    . Antoine Wisconich demeurant à Paris : contrat passé devant Me Ricqbour notaire à Versailles le 22 floréal Acte notarié concernant le "Manoir des Tourelles" en 1890-1891. Description de la maison en 1891 . 1er étage : de plein pied avec le jardin ci après, il comprend palier, grand salon, chambre à coucher citerne qui se trouve dans l’une des tourelles. - Jardin derrière le principal corps de bâtiment . - Le tout clos de murs, figurant au plan cadastral : C 518 515p et 519. 2260 m². Tient par devant à la de Courtil, décédée à Ecouen en son domicile le 5 janvier 1890. Auparavant à Pierre Nicolas François Antheaume à Ecouen, le 17 septembre 1829, des biens provenant de Mmes Haldon de Beaulieu. Cette propriété composaient les 148e, 149e et 150e lots des biens provenant de Mgr le prince de Condé, de MM les administrateurs du district de Gonesse, suivant procès-verbal dressé audit district le 27 messidor an deux, et ce en commun avec M. Pigneux, sous le nom de MM Deschars et Guibillon qui en ont fait déclaration par
    Illustration :
    Façade postérieure, vue depuis le chevet de l'église. IVR11_20189500062NUC4A
    Texte libre :
    vers le nord, perpendiculairement à la rue) et par son élévation à tourelles, caractéristique du goût
    Historique :
    La maison, déjà présente sur le plan cadastral "napoléonien", est une construction d'Ancien Régime qui abritait le presbytère. Vendue comme bien national à la Révolution, elle fut achetée par M . Antoine Wisconich, acquéreur de nombreux immeubles à Ecouen. Dès 1797, celui-ci revendit la maison à M. et " avec l'adjonction de tourelles latérales qui n'existaient pas avant 1825, si l'on en croit le plan (vente le 14 janvier 1913), Marie-Isabelle Augustine Renard (vente le 14 janvier 1924 par devant Me de tourisme, inauguré le 16 mai 2009 après des travaux dirigés par l'architecte Xavier Henry.
    Référence documentaire :
    Jérôme Taboureau, et d’autre bout à ladite rue" ; ainsi que pour le jardin derrière, clos et fermé de Roslin et adjugée à M. Cailleux, le 22 juin 1890, suite à la vente ordonnée par le tribunal civil de première instance de Pontoise le 14 mai 1890. Voir la transcription en "Annexe". p. 214. Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Flohic éditions, 1999. Le patrimoine des p. 111-114, p. 119 Ecouen, trésor d'art et d'histoire. 2010 BOUCHART, Pierre et LE DANTEC, Monique
  • grand chapier
    grand chapier Meaux -
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le bas. IVR11_20097700491NUC4A
    Texte libre :
    Le grand chapier de la cathédrale a été remonté, après restauration en 2010, dans la chapelle
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
  • orgue
    orgue Meaux -
    Description :
    Le Grand-Orgue comporte trois tourelles (celle du centre étant la moins élevée) et deux doubles plates-faces. Le Positif présente la même composition mais avec des plate-faces simples. Nombre total des
    Annexe :
    l’orgue par Dallery, 1833-1834). Bibliographie ANONYME, « Le grand orgue de la cathédrale de Meaux en orgues de la cathédrale le 21 octobre 1934 », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, Meaux, 1934, p et d’art du diocèse de Meaux, 1957, p. 328. Norbert DUFOURCQ, Le Livre de l’orgue français, tome II : Le buffet, Paris, 1969. Norbert DUFOURCQ, « Le grand-orgue de la cathédrale de Meaux », Revue , archevêque de Tours à l’occasion de leur restauration le 21 octobre 1934, s. d., 8 p. HARDOUIN (Pierre de Brie », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1894, p. 243-248, 256-260. René PENEAU et alii, Le
    Illustration :
    Détail des parties basses du buffet (côté nord) et de la tribune. IVR11_20117700139NUC4A Parties supérieures du grand orgue, vues depuis le triforium de la nef. IVR11_20087701317NUC4A
    Représentations :
    Le Grand-Orgue est couronné par trois statues : deux anges sur les tourelles latérales, et le Christ sur la tourelle centrale. Des harpies, dont le style s'apparente à celles du buffet de Dreux
    Historique :
    restauration dans le goût néo-classique. Enfin en 1978-1980, une autre intervention a été menée par la maison Gonzalez, portant l'orgue à 67 jeux. Actuellement, l'instrument présente donc, comme parties anciennes, le
  • tableau : Vierge à l'Enfant
    tableau : Vierge à l'Enfant Melun - place Notre-Dame - en ville
    État de conservation :
    Trou dans la toile, au bas de la robe de la Vierge. Plis et quelques craquelures dans le bas de
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Meaux -
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 4 panneaux en bas relief, d'un dorsal également orné de 4 panneaux en bas relief et d'un abat-voix hexagonal. Ce dernier est couronné par la
    Texte libre :
    La chaire installée dans le vaisseau central de la nef résulte d'un remontage. Elle comprend des
    Dimension :
    d'un panneau de la cuve : la = 53, h = 125 cm. Dimensions des panneaux en remploi dans le dorsal : H
    Représentations :
    des Trinitaires (IM77000273) : de haut en bas, un buste d'apôtre en médaillon, un trophée d'éléments
    Matériaux :
    bois taillé décor en bas relief décor en ronde-bosse
    Historique :
    , vicaire de la cathédrale de 1824 à 1829. Le dorsal et l'abat-voix remploient pour leur part quatre
  • Ensemble de deux tableaux de paysages religieux : La Vierge à la guirlande, Fleurs sur la croix
    Ensemble de deux tableaux de paysages religieux : La Vierge à la guirlande, Fleurs sur la croix Melun - place Notre-Dame - en ville
    Illustration :
    le pendant des deux autres oeuvres d'Emeric-Bouvet déposées dans la collégiale Notre-Dame. (Musée
    Inscriptions & marques :
    Inscription portée sur le cadre du tableau n°2 : France. 3035
    Représentations :
    ; bouquet : tulipe, pivoine, lys, rose, pensée ; ruisseau ; Le premier tableau représente une statuette de la Vierge, posée dans une niche, et entourée d'une large couronne de fleurs. Le tableau n° 2 montre . Près de la croix coule un petit ruisseau. Dans le fond se profile une église.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le bas-côté nord de la nef
    Historique :
    guirlande, exposée en 1864 sous le titre L'Oratoire de la forêt, a été acquise pour 1200 francs par l'Etat descendante de l'artiste, Mme Piedanna. Les deux tableaux ont été mis en dépôt par le Musée de Melun dans
  • chaire à prêcher des Trinitaires
    chaire à prêcher des Trinitaires Meaux -
    Description :
    La chaire est constituée d'une cuve à 6 pans ornée de 5 panneaux en bas relief. On accède à la cuve
    Illustration :
    au centre, le panneau de saint Jacques (panneau droit). IVR11_20087700551NUC4A Détail du panneau de saint Jacques : le "trophée" du saint (église, bourdon de pèlerin, épée) et le Détail du panneau de saint Philippe : le "trophée" du saint (dragon, livre, croix, lance ) et le Détail du panneau de saint Jean de Matha : le portrait du saint, en médaillon
    Représentations :
    saint Jacques le Majeur, en médaillon, couronne, épée, bâton, gourde, église, décollation (IM77000272) : de haut en bas, un buste d'apôtre en médaillon, un trophée d'éléments symboliques et une vignette représentant une scène de la vie du saint. De droite à gauche, on trouve ainsi : saint Jacques le
    Matériaux :
    chêne taillé décor en bas relief
    Historique :
    La cuve résulte d'un remontage effectué dans le dernier quart du 19e siècle. On a alors remployé 2
  • auberge 'A la Trinité'
    auberge 'A la Trinité' Meaux - 73 rue Saint-Faron - - Cadastre : 2014 BW 50
    Illustration :
    Détail du bas-relief en façade. IVR11_20147700332NUC4A
    Historique :
    L'auberge de la Trinité (aujourd'hui bar tabac) est un grand bâtiment construit au 19e siècle le vitrée sur la rue...). Sur la façade, dans une niche, est remployé un bas-relief du 17e siècle représentant la Trinité, qui a donné son nom à l'établissement. On ignore d'où provient ce bas-relief, peut
  • pendule : l'Amour et Pysché
    pendule : l'Amour et Pysché Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Description :
    L'horloge est placée dans un socle en bronze doré orné d'un décor en bas-relief, et surmonté par un
    Inscriptions & marques :
    Le cadran est signé : GALLE, à Paris rue de Richelieu.
    Représentations :
    , dans le goût antiquisant : sur une guirlande fleurie, un angelot tient deux colombes en laisse.
    Matériaux :
    bronze fondu décor en bas-relief décor en ronde-bosse
    Historique :
    mais en donne une version plus pudique. L'inscription sur le cadran indique que l'oeuvre est due à
  • bateaux-lavoirs
    bateaux-lavoirs Melun - quai de la Courtille - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré
    Description :
    Ce sont d'imposants bâtiments en bois, à deux niveaux, le bas servant au lavage et le haut au
    Illustration :
    Photographie du quai Pasteur, avant 1866. Au premier plan, bateau-lavoir installé le long de l'île Photographie du quai Pasteur, avant 1869. Au premier plan, le bateau-lavoir installé le long de Bateau-lavoir en contrebas de la place Praslin, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée Vue du petit bras de la Seine avec les bateaux-lavoirs de la place Praslin, vers le début du 20e Les bateaux-lavoirs vus depuis le quai Pasteur, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée
    Historique :
    Tout au long du 19e siècle, plusieurs établissements s'installent sur le petit bras de la Seine, le nouveau bateau-lavoir est néanmoins créé en 1898, face à la maison centrale : le bateau-lavoir Décamps
  • maison, 13 rue Paul Lorillon.
    maison, 13 rue Paul Lorillon. Écouen - 13 rue Paul Lorillon - Cadastre : 2014 AH 474
    Description :
    plan en U déjà présent sur le cadastre "napoléonien".
    Historique :
    Sur le cadastre de 1827, l'édifice occupe la parcelle C 511 ; le plan des bâtiments est identique à l'état actuel. En 1830, l'édifice appartenait au boulanger Antoine Hérard, également propriétaire du rue Lorillon, sur des cours communes (parcelles C 278, 284 et 286). D'après son style, le décor de la
  • hôtel Marquelet de la Noue
    hôtel Marquelet de la Noue Meaux - centre - 6-10 rue des Vieux-Moulins - - Cadastre : 2000 BR 159
    Description :
    L'hôtel Marquelet de la Noue se compose de plusieurs corps de bâtiments, alignés le long de la rue
    Annexe :
    contemporaine de la ville de Meaux, Meaux, Le Blondel, 1893, p. 20 (sur la chapelle). « Meaux. Maison 6 rue des
    Illustration :
    Façade sur le jardin. IVR11_20127700742NUC4A Le plafond peint : vue d'ensemble. IVR11_20127700844NUC4A Le plafond peint : détail de la fresque centrale, "Flore et Zéphyr". IVR11_20127700845NUC4A Le plafond peint : détail de la partie sud, avec les armoiries du commanditaire Le plafond peint : détail de la partie ouest. IVR11_20127700847NUC4A Le plafond peint : détail de la partie nord. IVR11_20127700848NUC4A Le plafond peint : détail de la partie est. IVR11_20127700849NUC4A Détail d'un dessus-de-porte : trophée sculpté en bas-relief, dans l'angle sud-est de la pièce
    Historique :
    Pinteville-Cernon. Celle-ci le vendit en 1839 à Mgr Allou, évêque de Meaux, qui souhaitait y établir le
  • autel (ensemble du maître-autel)
    autel (ensemble du maître-autel) Melun - 2 rue Fréteau de Pény - en ville
    Description :
    parties latérales sont inclus deux médaillons en bas-relief, en marbre blanc.
    Illustration :
    Détail : le médaillon de Marie-Madeleine, dans la partie droite de l'autel. IVR11_20037700678X Détail : le médaillon du Repentir de saint Pierre, dans la partie gauche de l'autel
    Représentations :
    ailes latérales de l'autel, ornée de quatre fleurs, sont inclus deux médaillons ovales représentant le
    Matériaux :
    marbre en plusieurs éléments décor en bas-relief décor rapporté
    Historique :
    Autel du 19e siècle remployant, pour le décor des parties latérales, deux médaillons en marbre du
  • Horloge et baromètre assortis
    Horloge et baromètre assortis Melun - 43 rue du Général de Gaulle - en ville
    État de conservation :
    Le cadran de l'horloge est fendu.
    Inscriptions & marques :
    Signature dorée, sur le cadran du baromètre : Minola. Opticien à Melun.
    Matériaux :
    bois support décor en bas-relief
  • église paroissiale Saint-Barthélemy
    église paroissiale Saint-Barthélemy Melun - place de la Préfecture - en ville - Cadastre : 1985 AH 244
    Description :
    De l'église Saint-Barthélemy ne subsiste plus que le clocher, haut de trois étages, et coiffé d'une
    Illustration :
    Le clocher Saint-Barthélemy et la place de la Préfecture, dessin, 19e siècle. Fusain, estompe et Le clocher, seul vestige de l'église, vu du sud, vers 1903. Carte postale. (Musée municipal de Le clocher, seul vestige de l'église, vers 1915. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Le clocher, seul vestige de l'église, vu depuis le sud-ouest. IVR11_20037700339VA Le clocher de Saint-Barthélemy, vu depuis l'hôtel de la préfecture. IVR11_20057700010XA
    Historique :
    l'autorisation de rebâtir l'église et le presbytère. La reconstruction est lente : elle dure encore en 1610 , lorsque l'abbé de Saint-Père donne de l'argent et du bois pour le chantier. La nouvelle église n'est pas orientée : son portail se trouve au nord. En 1618, le maître maçon Claude Bourgeois passe marché pour refaire une chapelle du bas-côté donnant vers Saint-Père (vers l'ouest), avec une charpente en tuiles reconstruisent le clocher, pour 605 livres 8 sols 8 deniers. Ce clocher sert à la triangulation de la carte de Cassini. Il est aujourd'hui le seul vestige de l'église, tout le reste de l'édifice étant démoli en 1806 . Une importante restauration est menée sur le clocher en 1858.
  • ensemble du maître-autel de la chapelle
    ensemble du maître-autel de la chapelle Melun - 2 rue Fréteau de Pény - en ville
    Historique :
    Le maître-autel a été installé au 19e siècle, sous la direction de l'abbé Degoût qui reprit entièrement le décor de la chapelle de l'hôpital. Il est constitué d'un autel en marbre et d'un imposant mal connue : le tabernacle est une oeuvre du 17e siècle provenant des environs de Mâcon (peut-être de Cluny?), et l'autel est orné de deux médaillons en bas-relief.
  • ville de Romainville
    ville de Romainville Romainville
    Illustration :
    Vue sur les Bas-Pays depuis le parc départemental. IVR11_20099300295NUC4A Vue des jardins familiaux dans le quartier des Bas-Pays. Au second plan, la Tour de l'Horloge Les clos des cultures fruitières dans le coeur de bourg. (AD Seine-Saint-Denis Carte postale ancienne. Vue sur les Bas-Pays. (AD Seine-Saint-Denis) IVR11_20089300098NUC4AB Vue aérienne du Bas Romainville depuis la tour-antenne du Fort de Romainville, prise en 2007 Vue aérienne du Bas Romainville depuis la tour-antenne du Fort de Romainville, prise en 2007 Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300099NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300098NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300097NUC4A Vue aérienne vers le nord depuis la tour-antenne du Fort de Romainville. IVR11_20109300095NUC4A
    Texte libre :
    . Parcours du patrimoine, n°371), voir la rubrique Documentation - Liens web, en bas de page.
    Historique :
    même nom. Au nord de la commune, le quartier des Bas-Pays, situé en contrebas des carrières, connaît . Une véritable ville dans la ville, dédiée à la chimie pharmaceutique, naît dans le quartier des Bas Bois perdu, cité parue, cette devise inscrite en 1903 par le conseil municipal sous le blason de la gypseux, qu'est situé le coeur de bourg de Romainville, dont le territoire descend en pente douce sur un bois de Romainville. Au Moyen Âge, le site de Romainville, qui ne porte pas encore ce nom, est probablement évoqué pour la première fois dans le testament d'Ermenthrude, riche veuve du 7e siècle, publié par Dom Mabillon et conservé aux Archives nationales. Ce document fait mention de terres cultivées sur le la rue du Trou Vassou située à flanc de coteau. Étymologiquement, le nom "Romainville", du latin puis évêque de Meaux au 8è siècle, et de villa, signifiant le domaine. Néanmoins, aucune occupation humaine du lieu n'est réellement attestée avant le siècle. Si une lettre d'un envoyé de l'évêque de Paris
  • cimetière
    cimetière Romainville
    Illustration :
    Tombe d'Aline Battistella. Bas-relief représentant des têtes d'anges. IVR11_20089300213NUC4A Vue de décors d'une tombe. Décors gravés dans le granit. IVR11_20089300223NUC4A
    Historique :
    En contrebas du chevet de l'église Saint-Germain-l'Auxerrois, le cimetière s'étend jusqu'à la rue des Bas-Pays. Certaines tombes anciennes sont remarquables. Deux tombes militaires renferment les et allemands reposent côte à côte. Une stèle le précise par la mention ""Ici repose un soldat
1 2 3 Suivant