Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • rue des Plantes
    rue des Plantes Paris 14e arrondissement
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
  • rue des Artistes
    rue des Artistes Paris 14e arrondissement - rue des Artistes
    Contributeur :
    Redacteur Le Bas Antoine
  • résidence d'étudiants dite Maison de Monaco
    résidence d'étudiants dite Maison de Monaco Paris 14e arrondissement - 47 A boulevard Jourdan
    Description :
    destinées à cette salle sont commandées à la maison Vve Guillemot (154, Faubourg Saint-Antoine) et le 24 ), d’après des croquis de l’architecte. Sur les murs de la pièce, le lambris bas, dessiné par l’architecte et pleine dans le bas ; 1 épine comprenant 2 placards dont 1 fermant à clé et rayonnages à livres ; 1 bureau La Maison de Monaco comporte six étages (le 4e et le 5e sont partiels). Le bâtiment ne devant pas profondeur et enterrer un peu les locaux de réception et d’étude : un étage a été gagné en abaissant le rez sont traités en pierre de taille, du fait du caractère même à donner au bâtiment, et afin de le mettre en harmonie avec la fondation arménienne et celles de Cuba et de la Grèce. Le soubassement en pierre de Mézangère est en bossage sur deux niveaux, le reste de la construction en pierres lisses en tuiles creuses pour la majorité du bâtiment et en terrasse pour les parties basses nord et sud . L’aménagement intérieur et la décoration Le sol du grand hall d’entrée est revêtu de carreaux en marbre blanc de
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée, dressé par l'architecte Julien Médecin, le 22 décembre 1932 ; AN, 20090013 Grands motifs sculptés des façades : cartouche portant le nom de la fondation, dessiné par l'architecte Julien Médecin, le 9 avril 1935 ; AN, 20090013/354. IVR11_20127500459NUC4A du hall et du salon, protection de la galerie dans le hall, dessinés par l'architecte Julien Médecin le 13 décembre 1935 et réalisés par la maison G. Bloch, L. Praeger et Cie ; AN, 20090013/353 le bureau du directeur : projet de décor "appelé à représenter les campagnes océanographiques du prince Albert 1er", à partir des documents fournis par le Musée océanographique de Monaco ; dressé par Julien Médecin, architecte, le 8 juin 1935 ; AN, 20090013/353. IVR11_20127500456NUC4A prince savant Albert 1er : plan et élévation, dressés par Julien Médecin, architecte, le 1er juin 1935 Le grand salon ; photographie ; Fiorillo, photographe ; vers 1940 ; CIUP, centre de valorisation du
    Historique :
    universitaire. Dans le courant du mois d’avril André Honnorat conseille au prince, qui « a promis de souscrire « le prince aurait aimé s'intéresser efficacement ». Les étudiants monégasques, en nombre déterminé , seraient, d'après ce projet, logés par priorité dans cet immeuble. Mais le prince n’approuve pas cette qui répond le mieux aux desiderata du prince et des souscripteurs qu’il a regroupés. Le prince y profit des étudiants monégasques et originaires des Alpes maritimes et des départements constituant le autorité et non d’une double direction comme dans le cas d’une fondation commune à deux pays étrangers. La réponse du prince, transmise par son conseiller L.-H. Labande le 12 mai 1927, est à nouveau négative : le point qui lui tient le plus à cœur est « l'autonomie de la fondation particulière aux étudiants cette circonstance ». Le prince accepte cependant que la maison à créer, tout en restant autonome, soit accolée à un autre édifice de façon à partager avec lui les frais généraux. Le 13 juin 1927, il indique
    Référence documentaire :
    20090013/14: Correspondance entre Monaco et le recteur, 1932 20090013/14: Correspondance entre Monaco et le recteur, 1932
  • résidence d'étudiants dite Collège franco-britannique
    résidence d'étudiants dite Collège franco-britannique Paris 14e arrondissement - 9 B boulevard Jourdan
    Description :
    L'architecture Le sol constitué par le remblai des anciennes fortifications et miné de nombreuses carrières, a nécessité l’exécution d’importantes substructures. Le bâtiment se compose d’une partie centrale, l'aile ouest par les étudiants). Le corps central et l’aile est comprennent deux niveaux de sous carreaux, en général à 3 vantaux dont 2 ouvrants et un fixe. Le caniveau en briques et ciment qui fait le au sous-sol. Le jardin intérieur est clôturé par un muret en briques avec couronnement de pierre. Un grand perron donne accès au jardin intérieur ; le sol de la première volée est en béton translucide, les Le vestibule et le hall Le Collège doit revêtir un caractère aussi anglais que possible, jusque dans le détail de son ameublement intérieur. La Fondation nationale souhaite par exemple grouper sur les « toucher des gens capables de faire le geste désiré […] dans toutes les régions du Royaume-Uni. En plus des journaux comme le Times, le Morning Post et le Telegraph ». A l’entrée du Collège, André Honnorat
    Illustration :
    Projet de l'architecte E. P. Warren pour le British Institute in Paris : vue perspective à partir Projet de l'architecte E. P. Warren pour le British Institute in Paris : façade sud, s. d. [1927 Projet de l'architecte E. P. Warren pour le British Institute in Paris : la cour intérieure vue de Plan du rez-de-chaussée, dressé par les architectes Pierre Martin et Maurice Vieu le 20 octobre Charpente de béton armé de l'étage de comble supportant le toit en double bâtière de la tourelle Le vestibule d'entrée, vers 1937. Photographie.; CIUP, centre de valorisation du patrimoine; P/TP Le hall ou grand salon, s. d.. Fréon Louis (photographe). Carte postale.. CIUP, centre de Etudiants et étudiantes dans le grand salon, s. d.. Draeger (photographe). Carte postale.. CIUP Le salon du directeur, avec un groupe d'étudiants, vers 1937.. Fiorillo (photographe). Photographie Vue aérienne : au centre, la Fondation Biermans-Lapôtre et le Collège franco-britannique
    Historique :
    Les origines du projet - Des relations difficiles avec le British Institute Dès juillet 1921 Paris, il visite le domaine sous la conduite de Bechmann et d’A. Henri Becker, secrétaire d’Emile Deutsch de la Meurthe. Le 1er juin 1922, le recteur l’informe qu’"une option de deux ans au plus à partir , mais ne parvient à collecter que quelques milliers de livres sterling. Le projet est relancé sur comité est constitué en novembre sous le nom de « Fund for the British Institute in Paris » ; présidé par Paris d’un centre de culture britannique et la construction d’un Collège à la Cité universitaire. Dès le 22 février 1927, l’ambassadeur à Paris Lord Crewe signe au nom de ce comité, un acte notarié qui, le ressources d’une fondation dénommée « Université de Paris, British Institute in Paris ». Pour le compte de l’université, cet Institut a d’abord l’obligation d’acquérir le bâtiment de l’ancienne Guilde internationale formant « le complément pratique des leçons données à la Faculté ». Il doit également procéder à
1