Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 41 à 60 sur 80 - triés par pertinence
  • ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali
    ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Titre courant :
    ensemble de 4 bas-reliefs : la Moisson, les Labours, Loisirs en forêt, Hallali
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Illustration :
    Bas-relief de Boureille, sur la façade orientale du bâtiment des années 1950. IVR11_20057700467XA Bas-relief de Boureille, sur la façade orientale du bâtiment des années 1950. IVR11_20057700465XA Bas-relief de Pascal Boureille (1951), sur la façade sud du bâtiment des années 1950 Bas-relief de Pascal Boureille (1951), sur la façade sud du bâtiment des années 1950
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    bas-reliefs de la façade orientale sont consacrés à l'agriculture. L'un représente les Labours : au centre, deux hommes entraînent deux chevaux de trait attelés à la charrue. Dans le fond apparaissent un
    Emplacement dans l'édifice :
    sur les frontons de l'annexe
    Historique :
    -Marne, ont été exécutés en 1950-1951 pour orner les quatre frontons de l'annexe de la préfecture Ces quatre bas-reliefs de Pascal Boureille, illustrant des scènes liées aux paysages de Seine-et , construite en style néo-classique à partir de 1948. Ce sont des oeuvrse appartenant au FNAC (fonds national
  • maison rue Crévoulin
    maison rue Crévoulin Melun - 23 rue Crévoulin - en ville - Cadastre : 1985 AR 181
    Étages :
    étage de comble
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    fin du 19e et au début du 20e siècle. En 1910, l'Annuaire commercial de Seine-et-Marne indique qu'elle
  • église paroissiale Saint-Liesne
    église paroissiale Saint-Liesne Melun - rue des Fabriques - en ville - Cadastre : 1985 AR 140
    Description :
    L'église présentait une nef à cinq travées soutenue par des piliers octogonaux, flanquée de bas -côtés. La nef se terminait par une abside à trois pans. L'édifice mesurait hors-oeuvre 27, 29 m. de longueur et 11, 65 m. de largeur. Des contreforts extérieurs contrebutaient les arcs doubleaux des travées latérales. Au centre de la nef se trouvait la crypte abritant le corps de saint Liesne : cette crypte présentait des murs en pierres calcaires grossièrement taillées et mal appareillées (avec fragments de sarcophages en remploi), couverts d'un enduit de plâtre. Cette crypte mesurait 3, 75 m. x 2, 50 m. et avait une profondeur de 1, 80 m. L'accès se faisait à l'ouest par un corridor incliné long de 2 m.
    Illustration :
    Plan de l'église Saint-Liesne. Papier aquarellé, 1790. (BM Melun. II 13) IVR11_20027701156XA Plan de l'église Saint-Liesne, avec son presbytère et son cimetière, lors de sa vente comme bien national. Papier aquarellé, vers 1791. (AD Seine-et-Marne. 1 Q 1082/1) IVR11_20067700369XA Plan de l'établissement projeté dans la ci-devant église Saint-Liesne à Melun. Papier aquarellé Chrisme provenant de l'église Saint-Liesne. (Musée municipal de Melun. inv. 2004.1.1 Fragment de bas-relief découvert près de l'église Saint-Liesne : personnage nimbé, 2e moitié du 12e siècle (?). Musée de Melun, inv. 967. 347. IVR11_20027700939X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    étaient vénérées dans la crypte. Près de l'église coulait en outre une source miraculeuse, lieu de pélerinage le jour de la Saint-Liesne (12 novembre) : François Ier fut guéri par son eau en 1537. La première mention de l'église Saint-Liesne remonte au 11e siècle (1004 : le roi Robert II confirme la donation de archéologiques menées dans les années 1960 et surtout 1970 (fouilles sous la direction de Jacqueline Cottard lors de la construction d'une école d'infirmières, 1976-1978) attestent que le site fut occupé dès l'époque mérovingienne. Des sépultures y furent pratiquées du 6e au 8e siècle. Néanmoins les murs de l'église sont postérieurs à ces inhumations. Un fragment sculpté provenant de Saint-Liesne et conservé au Musée de Melun permet de penser que l'église pouvait dater du 12e siècle. Une base de pilier du 16e siècle retrouvée lors des fouilles témoigne par ailleurs d'un remaniement de l'édifice. Vendue avec son
  • pont Maréchal Leclerc
    pont Maréchal Leclerc Melun - Pont Maréchal Leclerc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Description :
    Le pont du Maréchal Leclerc relie la rive gauche de Melun à l'île Saint-Etienne, franchissant ainsi le grand bras de la Seine, seul navigable à Melun. Le pont, en béton armé, comprend trois arches
    Illustration :
    Le pont sur le grand bras de la Seine : dessin à la plume, octobre 1686. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et-Marne) IVR11_20057700373Z Seine-et-Marne) IVR11_20057700374Z Partie du pont au moulin de Melun, 12 mai 1693. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et -Marne) IVR11_20057700375Z Plan et élévation du pont aux moulins de Melun, pour servir à faire voir les réparations à faire à Elévation de la face d'amont et de deux profils, l'un de la 2e pile et l'autre de la 4e par lequel Le pont-aux-moulins, vu de l'amont. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et plans. F14 10206 Pont-aux-moulins de la ville de Melun sur la rivière de Seine : élévation du pont, côté amont Pont projetté d'une arche de CL pieds d'ouverture, pour être exécuté sur un des bras de la Seine à
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Melun est un lieu de passage de la Seine dès l'époque gallo-romaine, grâce à un gué et à un pont fleuve, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont sur le grand bras de la Seine, qui fut reconstruit en 1280, était connu sous le nom de pont aux moulins car il était garni de quatre moulins à blé : le moulin Notre-Dame (emporté par la débâcle en 1788), le moulin de Barbeau (donné à cette abbaye par Aubert d'Andrezel en 1250, détruit en 1587), le moulin de l'Oiselet (qui existait déjà en 1200 et ne fut démoli qu'en 1837), et le moulin de Saint-Père ou de Saint-Nicolas (brûlé vers 1456, puis l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem en 1234, aurait même existé aux 13e et 14e siècles. Le pont aux moulins arches plus étroites (entre 4 et 6 m). Le pont fit l'objet de travaux au 17e siècle, des arches s'étant , le général Pajol fit couper une des arches du pont pour entraver la progression de l'armée de Bohême appuyaient encore. Les travaux furent adjugés à l'entrepreneur Lejeune-Gaillard sous la direction de
  • monument aux morts de la guerre de 1870-1871 et des colonies
    monument aux morts de la guerre de 1870-1871 et des colonies Melun - boulevard Chamblain - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Titre courant :
    monument aux morts de la guerre de 1870-1871 et des colonies
    Appellations :
    de la guerre de 1870-1871 et des colonies
    Illustration :
    Vue générale, vers 1905. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.338
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'Union patriotique et fraternelle des anciens défenseurs de la Patrie de Seine-et-Marne, fondée en des morts de 1870. Parmi 39 projets présentés, le comité retint celui de Charles Desvergnes, statuaire , élève de Chapu, premier grand prix de Rome, et de Bernard Bezault, architecte diplômé du gouvernement
  • église paroissiale Saint-Barthélemy
    église paroissiale Saint-Barthélemy Melun - place de la Préfecture - en ville - Cadastre : 1985 AH 244
    Description :
    De l'église Saint-Barthélemy ne subsiste plus que le clocher, haut de trois étages, et coiffé d'une flèche en ardoise. On monte au sommet du clocher par une succession d'échelles de meunier.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Plan de situation de l'église en 1792. (AD Seine-et-Marne. 1 Q 1085/1) IVR11_20067700411X Le clocher Saint-Barthélemy et la place de la Préfecture, dessin, 19e siècle. Fusain, estompe et rehauts de blanc sur papier bleu. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.212) IVR11_20027700946X Le clocher, seul vestige de l'église, vu du sud, vers 1903. Carte postale. (Musée municipal de Le clocher, seul vestige de l'église, vers 1915. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv La place de la préfecture.Photographie, 19e siècle. (BM Melun. NN 2) IVR11_20027701193XB Le clocher, seul vestige de l'église, vu depuis le sud-ouest. IVR11_20037700339VA Le clocher de Saint-Barthélemy, vu depuis l'hôtel de la préfecture. IVR11_20057700010XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'église Saint-Barthélemy est citée dans un texte en 1080. Elle est détruite pendant la guerre de célébrés dans la chapelle de la léproserie Saint-Lazare. En 1598, les paroissiens obtiennent du gouverneur l'autorisation de rebâtir l'église et le presbytère. La reconstruction est lente : elle dure encore en 1610 , lorsque l'abbé de Saint-Père donne de l'argent et du bois pour le chantier. La nouvelle église n'est pas reconstruisent le clocher, pour 605 livres 8 sols 8 deniers. Ce clocher sert à la triangulation de la carte de Cassini. Il est aujourd'hui le seul vestige de l'église, tout le reste de l'édifice étant démoli en 1806
    Localisation :
    Melun - place de la Préfecture - en ville - Cadastre : 1985 AH 244
  • dalle funéraire de Raoul
    dalle funéraire de Raoul Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Titre courant :
    dalle funéraire de Raoul
    Statut :
    propriété de la commune
    Appellations :
    de Raoul
    Illustration :
    Détail d'un médaillon : le lion de saint Marc. IVR11_20037700294X
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 77, Melun, hôtel-Dieu Saint-Jacques
    Inscriptions & marques :
    Epitaphe en latin sur le bord de la dalle, en lettres gothiques : Reg (...) / Sub pede Ranulphus . Amen. Armoiries aux quatre angles : on y distingue un olifant accompagné de trois feuilles de lierre
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    croix, Agneau de Dieu, tétramorphe ; La dalle comporte pour seul décor une croix ornée de cinq
    Historique :
    Cette dalle funéraire du 14e siècle, au nom de Radulphus, provient de l'hôtel-Dieu Saint-Jacques . Le défunt est probablement le frère Radulphus cité dans les archives de cet établissement en 1335 , comme administrateur de l'hôtel-Dieu. Cette dalle funéraire servait d'autel dans l'église Saint-Aspais lorsqu'on la découvrit en 1866, à l'occasion de la réfection de la chapelle de la Vierge. En décembre 1872 , elle fut rétablie dans l'église par le marbrier Andoque, aux frais de la Société archéologique de Seine -et-Marne.
  • ensemble des 12 chapiteaux de la nef et du choeur
    ensemble des 12 chapiteaux de la nef et du choeur Melun - place Notre-Dame - en ville
    Titre courant :
    ensemble des 12 chapiteaux de la nef et du choeur
    Description :
    La nef et le choeur présentent dans leur vaisseau central un ensemble de 12 chapiteaux sculptés , auxquels s'ajoutent les six chapiteaux à feuille d'acanthe de l'abside, plus petits (non étudiés). Ces 12 chapiteaux ont été numérotés de l'ouest vers l'est (liste en annexe).
    Statut :
    propriété de la commune
    États conservations :
    La sculpture de la collégiale a été restaurée par Corbel dans les années 1850.
    Illustration :
    Eglise Notre-Dame de Melun : dessins de chapiteaux. Calque, 19e siècle. (BM Melun. HH 22 Eglise Notre-Dame de Melun : dessins de chapiteaux. Calque, 19e siècle. (BM Melun. HH 23 Chapiteau à feuille d'acanthe (vaisseau central de la nef, 1ere travée, côté sud), vu depuis un Chapiteau n°3, orné de sirènes-oiseaux (nef, 2e pilier nord). IVR11_20027700618X Chapiteau n°3, orné de sirènes-oiseaux (nef, 2e pilier nord). Vue prise depuis la tribune d'orgue Chapiteau à feuilles d'acanthe et protomes animaliers, 2e pilier sud de la nef, vu depuis un Chapiteau n°6, à bouquet de palmettes (nef, 3e pilier sud). IVR11_20027700620X Chapiteau à feuille d'acanthe à la croisée du transept (3e travée du vaisseau central de la nef
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    ornés de variations sur l'acanthe, parfois accompagnées de protomes animaliers ou figurés (chapiteaux n ° 4, dans la nef, et 11, dans le choeur). Dans la nef se trouve aussi un chapiteau à bouquet de palmettes (chapiteau n°6), et dans le choeur, apparaît un motif de rinceaux (chapiteau n°12). Le seul
    Historique :
    chapiteaux de l'abbaye Saint-Séverin de Château-Landon (Seine-et-Marne). Cet ensemble de chapiteaux a été sculpté à l'occasion du voûtement de la nef et de la antérieurs, tels que l'abbatiale de Saint-Germain-des-Prés, l'abbatiale de Saint-Denis, la cathédrale de Sens , et témoigneraient de l'emploi de carnets de modèles (Ph. Plagnieux). Ils sont aussi très proches des
  • statue : Bacchus
    statue : Bacchus Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Description :
    La statue de Bacchus est placée sur un piédestal en calcaire orné d'un médaillon de marbre
    Illustration :
    Vue de face, avec le piédestal. IVR11_20057700419XA Vue de face. IVR11_20057700420XA Détail : Bacchus vu à mi-corps, de face. IVR11_20057700426XA Détail : buste de Bacchus. IVR11_20057700425XA
    Origine :
    lieu de provenance Ile-de-France, 78, Marly-le-Roi
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Bacchus : en pied, nu, raisin, faune ; Bacchus est représenté debout, nu, tenant une grappe de
    Historique :
    conseil général de Seine-et-Marne, elle a été placée dans les jardins de la préfecture en 1951. Cette copie en marbre du Bacchus de Michel-Ange a été réalisée en 1687 par le sculpteur florentin Jean-Baptiste Foggini. Il s'agit vraisemblablement de la statue offerte à Louis XIV par le grand duc de Toscane, qui figurait dans le parc du château de Marly en 1722. Envoyée au Musée des Monuments français à la Révolution, la statue a ensuite rejoint le parc du château de Roissy-en-Brie. Acquise par le
  • maison rue Saint-Louis
    maison rue Saint-Louis Melun - 12 rue Saint-Louis - en ville - Cadastre : 1985 AI 100
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Maison pour Siguier, par Henri Tauzin. Tiré de : Villas et petites maisons au XXe siècle, Paris / Albert Morancé, tome 1. (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et-Marne) IVR11_20057700387Z Vue de la façade. IVR11_20077700140NUC4A Détail de la façade : la porte d'entrée. IVR11_20077700147NUC4A Détail de la façade : motif sculpté sur le piédroit de la porte d'entrée. IVR11_20077700143NUC4A Détail de la façade. IVR11_20077700145NUC4A Détail de la façade : motif sculpté à la clé de la fenêtre du rez-de-chaussée Détail de la façade : hibou sculpté sur l'angle. IVR11_20077700146NUC4A Le meuble-cheminée du salon : vue de face. IVR11_20077700148NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    élévations mais aussi son décor intérieur, notamment son meuble de cheminée.
  • Ensemble de deux groupes sculptés : Combattre pour la Patrie
    Ensemble de deux groupes sculptés : Combattre pour la Patrie Melun - boulevard Chamblain - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de deux groupes sculptés : Combattre pour la Patrie
    Description :
    couronnement. Les faces latérales portent en outre des trophées en bronze, emblèmes des soldats de la Marine (ancre, béret, fusil, laurier), de l'Infanterie (casque, fusil, lance, paquetage) et de la Cavalerie
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue de trois-quarts : faces sud et ouest. IVR11_20037700223X Trophée de l'Infanterie, sur la face nord. IVR11_20037700092X Trophée de la Marine, sur la face ouest. IVR11_20037700088X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    ; Groupe sculpté au sommet du monument : une allégorie de la Patrie, en armure, combat aux côtés de trois soldats et soutient le drapeau. Groupe sculpté sur la face antérieure du socle : une allégorie de la Patrie, vêtue en paysanne, une gerbe de blé dans un pan de sa robe, confie un fusil à un enfant.
    Historique :
    L'Union patriotique et fraternelle des anciens défenseurs de la Patrie de Seine-et-Marne, fondée en des morts de 1870. Parmi 39 projets présentés, le comité retint celui de Charles Desvergnes, statuaire , élève de Chapu, premier grand prix de Rome, et de Bernard Bezault, architecte diplômé du gouvernement groupes sculptés en fonte, signés par la fonderie Capitain et Salin de Dammarie (Meuse).
  • collégiale Notre-Dame
    collégiale Notre-Dame Melun - place Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AW 1
    Description :
    L'église Notre-Dame comporte une nef à trois vaisseaux longue de quatre travées, un transept bas et saillant, un choeur de trois travées droites avec deux chapelles latérales, et une abside hémicirculaire . L'élévation de la nef suit la tradition basilicale, encore bien visible malgré la modification du couvrement caractérise par une recherche de clarté (le mur est presque entièrement ajouré, sans triforium) et de simplicité dans la modénature. L'absence d'arcs-boutants et de déambulatoire donne une grande unité aux
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Plan du cloître au moment de sa vente comme bien national, vers 1790. (AD Seine-et-Marne. 1 Q 1084 . Millet, architecte diocésain. Lithographie, 1858. Tiré de : Les monuments de Seine-et-Marne / Aufauvre et Veuë de nostre Dame de Melun, sur la riviere de Seyne. Gravure d'Israël Silvestre, XVIIe siècle . (BNF, Département des estampes. Topo Va Seine-et-Marne) IVR11_20057700352Z Notre-Dame, vue du quai, et d'une partie des peupliers dits de la Courtille [vers 1840]. Fusain et estompe sur papier. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.259) IVR11_20027700943X Plan et élévation de la collégiale avant la restauration de Millet. Papier aquarellé. (Musée municipal de Melun. inv. 970.17.2) IVR11_20057700588NUCA Elévation de la façade occidentale et des tours avant la restauration de Millet. (BM Melun. HH 16 Vue du chevet avant la restauration de Millet. (BM Melun. HH 17) IVR11_20027701121X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'église Notre-Dame est mentionnée dès 826 dans un diplôme de Louis le Pieux, en compagnie d'une conservé d'un éphémère groupe épiscopal du 6e siècle, occupant la partie orientale de l'île de Melun . Robert le Pieux (996-1031) y installe un collège de chanoines et fait reconstruire l'édifice : de cette 1161 et 1198, le choeur et l'abside sont reconstruits, la nef et le transept sont couverts de voûtes d'ogives. Des chapelles latérales sont ajoutées le long de la nef à partir de la fin du 13e siècle, puis
  • école normale d'instituteurs
    école normale d'instituteurs Melun - rue du Capitaine-Bastien - en ville - Cadastre : 1985 AP 229, 230, 258, 259
    Description :
    L'école normale d'instituteurs comprend plusieurs corps de bâtiments d'époques différentes répartis étudiés. Les corps de bâtiments antérieurs à 1950 sont au nombre de quatre. Le plus ancien (A) est un long élévations enduites et un toit à croupe, en ardoise. Un second corps de bâtiment (B) se greffe étages carrés. Ses élévations sont enduites, mais présentent un décor de briques autour des baies. La toiture est en tuiles mécaniques. Le troisième corps de bâtiment (C) est un pavillon isolé en bordure de la rue Saint-Liesne, datant de la fin du 19e siècle. Construit en brique sur un soubassement de édifice des années 1930, en béton, avec toits terrasses. Il est perpendiculaire au premier corps de
    Illustration :
    Projet n°3 : plans de restauration et agrandissement, 20 août 1866. (AD Seine-et-Marne. 4 N 64 Entrée de l'école normale, vers 1909. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.226 Elévation sur la rue Saint-Liesne, vers 1908. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv L'école normale vue depuis le haut de la rue Saint-Liesne, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.228) IVR11_20017700202X Grand bâtiment et jardin, vers 1908. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.374 Le corps de bâtiment A : élévation nord. IVR11_20057700575XA Le corps de bâtiment B: élévation occidentale. IVR11_20057700574VA Le bâtiment des années 1930 : vue de la façade. IVR11_20067700001XA Le bâtiment des années 1930 : élévation postérieure, le long de la rue du Capitaine-Bastien
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    et deux étages de dortoirs. En 1842, l'architecte départemental Basile Frédéric Dupont est chargé de construire un nouveau bâtiment de classes (également non conservé). En 1868, l'entreprise Albert et Lefort mène les travaux du bâtiment B, sous la direction de l'architecte départemental Martial Sénèque (dont rattachée à l'IUFM de l'académie de Créteil.
  • château
    château Melun - Cadastre : 1985 AV 4-6, 14
    Description :
    Les murs d'enceinte haut de 6 mètres dessinaient deux polygones : un quadrilatère ouvert vers la ville à l'est par une porte-châtelet, cantonné de 5 tours de 13 mètres de haut, et un triangle accolé à
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Sceau du bailliage de Melun, XVe siècle. Gravure. Tiré de : Description historique du château royal de Melun figuré sur un sceau du XVe siècle / E. Grésy, dans Recueil de la Société de Enluminure de Jean Fouquet pour les ""Grandes chroniques de France"" (vers 1460) : à droite, les troupes de Robert le Pieux assiègent le château de Melun. (BNF, Département des estampes. Ms. fr. 6465 Détail du tableau : ""Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle). (Musée municipal de Melun. inv. 80) IVR11_20057700616NUCA Détail du plan de Melun par Ambroise Bachot, 1597. Parchemin aquarellé. (BM Melun. BB 12 Plan et élévation d'une partie du château de Melun où réside le commis du Domaine (avant 1724 ). Copié en 1850, d'après un plan qui a été retrouvé dans les archives de la ville... Calque. (AD Seine-et -Marne. 968 F 92) IVR11_20077700118NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    principal lieu d'expédition d'actes des souverains avant Louis VI. Un acte de Philippe Ier est donné en 1094 dans la tour de Melun, un autre dans le palais neuf (1100), ce qui laisse penser que ce roi a fait reconstruire le château à la fin du 11e siècle. Une chapelle est attestée dès 1165, par une mention de dédicace en l'honneur de Notre-Dame et de saint Vincent ; il s'agissait sans doute d'une chapelle double. Au royale jusqu'au 15e siècle. Charles V y mène des travaux en 1360-1361 et y dépose une partie de son trésor. Après la guerre de Cent Ans, le roi n'y séjourne plus guère : le château est utilisé comme prison et lieu de garnison. L'édifice est délaissé dès le 17e siècle, son état se dégrade et les et la démolition des fortifications. Les derniers éléments de l'édifice sont détruits dans les années siècle. Aujourd'hui, plus aucune trace ne subsiste de cette résidence royale, sinon une citerne chez un
  • tableau : Saint François mourant bénit la ville d'Assise
    tableau : Saint François mourant bénit la ville d'Assise Melun - 12 rue Saints-Pères (des) - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Illustration :
    Copie d'après Bénouville par L. E. Laire, 1873. Le tableau orne la cage de l'escalier d'honneur
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    saint est accompagnée par six moines franciscains : quatre sont assis près de saint François, deux
    Historique :
    préfecture de Seine-et-Marne abrite une copie de cette oeuvre, exécutée en 1873 par le peintre Louis-Eugène Léon Bénouville (1821-1859) est l'auteur d'une série de tableaux sur la vie de saint François Laire. Ce dernier est également auteur de portraits, mais aussi d'autres copies de tableaux du Louvre , telle que la Sainte Famille de l'église de Poudenas en Aquitaine (1886).
  • barrage, écluse
    barrage, écluse Melun - Quai Hippolyte Rossignol - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré
    Description :
    Le barrage du petit bras était à aiguilles ; celui du grand bas, à hausses. Il était formé de 50 hausses mobiles de 3 mètres de hauteur.
    Illustration :
    Plan de l'écluse. Calque aquarellé, 23 août 1872. (AD Seine-et-Marne. Op 3302) IVR11_20067700402XA L'écluse et le quai des Fourneaux, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Vue de l'écluse sur la Seine, vers 1907. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.134 Le barrage sur le grand bras de la Seine vu depuis l'île Saint-Etienne, au début du 20e siècle . Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.131) IVR11_20017700156X Le barrage sur le petit bras de la Seine, vers 1914. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Les barrages sur la Seine, vers le début du 20e siècle. Au centre, la pointe occidentale de l'île Saint-Etienne. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.129) IVR11_20017700155X Vue du barrage sur le grand bras de la Seine, vers 1908. Dans le fond, entrepôt sur l'île Saint -Etienne. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.137) IVR11_20017700159X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dans le cadre des grands travaux d'aménagement de la haute Seine, un double barrage est mis en place sur le fleuve à Melun, au niveau de la pointe occidentale de l'île Saint-Etienne. C'est l'un des . Le franchissement de ce barrage est assuré par une écluse, implantée contre la rive sud. Les travaux 2e barrage (sur la grand bras) et de l'écluse est adjugée à l'entrepreneur parisien Pierre Niclotte -Chaussées en régie, sous la direction de l'ingénieur en chef Chanoine et de l'ingénieur ordinaire Boulé. Les carrières voisines de Melun ne donnant pas satisfaction, le moellon employé pour les parements est le même que celui du barrage de Champagne. Le barrage et l'écluse restent en fonction jusqu'en 1932. La maison éclusière, cédée à la ville, disparaît lors de la création de la voie sur berge en 1984.
  • cimetière nord
    cimetière nord Melun - Rue Mezereaux des - en ville - Cadastre : 1985 AL 48
    Description :
    Le cimetière nord s'étend sur un terrain en pente, à l'est de la route de Meaux. Il comprend une signatures relevées sur ces tombes sont celles de marbriers locaux : Bassinot, Fontaine, Ganat-Nolin.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Plan de l'ancien cimetière Saint-Aspais (rue Bancel) en l'an III. (AD Seine-et-Marne. 1 Q 1087 Vue générale de la partie nord. IVR11_20037700049XA Vue de la partie réservée aux tombes militaires. IVR11_20027701040X Vue d'une partie du secteur ancien (promis à restructuration) : au premier plan, tombes de Louis et de Pierre Jacob, milieu du 19e siècle. A l'arrière, tombes de Cécile Cocteau et Clémence Thierry Petite stèle pyramidale : ""Restes mortels relevés de l'ancien cimetière du nord"", 1842 Tombeau des soeurs de la Charité de saint Vincent de Paul. IVR11_20037700320X Pyramide à la mémoire de Pierre Nicolas Bouchier, ingénieur en chef du cadastre du département de Seine-et-Marne, décédé le 20 mars 1860. IVR11_20027701041X Enclos funéraire de la famille Chamblain. IVR11_20027701034X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    découvertes en 1992 lors de l'aménagement du parking du boulevard Gambetta. Cette nécropole est déplacée plus à l'est, près de l'église Saint-Liesne, vers le milieu du 6e siècle. A l'époque mérovingienne, trois les deux cimetières paroissiaux de Saint-Aspais (au nord de l'église) et de Saint-Liesne, de nombreuses institutions religieuses disposent alors de leur propre enclos funéraire (l'hôtel-Dieu Saint -Jacques, l'abbaye Saint-Père, le couvent des Carmes). Dès 1466, le cimetière paroissial de Saint-Aspais est saturé et doit être transféré au-delà de la Porte de Paris, hors des fortifications. Il en va de même pour le cimetière de l'hôtel-Dieu Saint-Jacques, qui est transféré entre 1532 et 1542 le long de . En 1564, le cimetière Saint-Aspais bénéficie du don d'un terrain à usage de charnier par Claude de Maizières, bourgeois de Melun. Mais il est détruit pendant les guerres de religion (de même, peut-être, que le cimetière de Saint-Jacques, dont il n'est plus fait mention après 1580). Le cimetière Saint-Aspais
  • zone d'urbanisation prioritaire (ZUP) de l'Almont
    zone d'urbanisation prioritaire (ZUP) de l'Almont Melun - Rue Georges Bernanos Rue Paul Valéry Avenue Maréchal Juin (du) - en ville
    Titre courant :
    zone d'urbanisation prioritaire (ZUP) de l'Almont
    Description :
    La ZUP s'étend sur une zone de 62 ha traversée par la vallée de l'Almont, qui délimite deux secteurs. Elle comprend plus de 3000 logements, en immeubles collectifs. Le chauffage urbain recourt à la
    Illustration :
    Plan de Melun, avec l'implantation de la ZUP de l'Almont. Tirage d'architecte, 1962. (AM Melun. 1 Carte de délimitation de la ZUP. (AM Melun) IVR11_20067700144XA Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin. (AM Melun Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin : vue aérienne Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin : la ZUP vue depuis Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin : détail de la partie nord de la ZUP, avec la rocade donnant accès à l'avenue de Meaux et les tours des Hauts-Mézereaux. (AM Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin : détail de la partie nord de la ZUP. (AM Melun) IVR11_20067700150XB Album de photographies de la maquette de la ZUP, par l'architecte Léon Bazin : détail de la partie
    Auteur :
    [commanditaire] office départemental des HLM de Seine-et-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La zone à urbaniser en priorité (ZUP) mise en oeuvre sur les rives de l'Almont, dans la partie nord -est de la commune, est le dernier des programmes d'extension de la ville au 20e siècle. L'opération chargés de dessiner les immeubles de logements, notamment Bazin, Calderon et Carpentier (1966-1971
  • poste, aujourd'hui immeuble
    poste, aujourd'hui immeuble Melun - 23 rue Carnot 8 rue du Miroir - en ville - Cadastre : 1985 AT 112
    Description :
    Grand immeuble à pan coupé, de facture soignée : un petit fronton courbe brisé couronne le centre de la façade sur la rue du Miroir, et les fenêtres du 2e étage sont surmontées de frontons triangulaires en léger ressaut. Ce décor de style classique est comparable à celui de l'ancien magasin Au Coin
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Relevé de la cave médiévale de la ""maison de la Crosse"" effectué par l'érudit melunais Gabriel Leroy juste avant la démolition de l'édifice et son remplacement par la poste. Le pilier central de cette cave a été conservé et se trouve aujourd'hui dans le jardin de l'hôtel de ville (cliché 03770348XA , voir le dossier collectif maisons-immeubles). Crayon, 19 août 1879. (AD Seine-et-Marne. 968 F 92 Monsieur Pasdeloup. Construction d'un hôtel des postes et télégraphes à Melun, rue de l'ancien marché au blé. Plan du rez-de-chausée. Papier, 1879 (15 août). (AM Melun. 1 Fi 827) IVR11_20027700143X Monsieur Pasdeloup. Construction d'un hôtel des postes et télégraphes à Melun, rue de l'ancien Monsieur Pasdeloup. Construction d'un hôtel des postes et télégraphes à Melun, rue de l'ancien
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    A l'angle du Marché au Blé et de la rue du Miroir se trouvait sous l'Ancien Régime l'hôtel de la Crosse de Saint-Père, siège de la justice de cette abbaye. C'était une maison d'un étage plus comble allusion à la crosse de l'abbé de Saint Père sculptée jadis au dessus de la porte. Cet édifice est démoli M. Pasdeloup. De la cave, qui remontait au Moyen Age, on retire un pilier à chapiteau sculpté qui est déposé dans le jardin de l'hôtel de ville (voir le cliché 03770348XA, en illustration du dossier collectif maisons-immeubles). Le bureau de poste fonctionne de 1880 à 1898, puis il est déplacé dans des simple immeuble avec locaux commerciaux en rez-de-chaussée, fonction qu'il remplit toujours aujourd'hui.
  • perception, actuellement université
    perception, actuellement université Melun - 19 rue du Château - en ville - Cadastre : 1985 AV 15
    Illustration :
    Façade de la trésorerie, après son bombardement lors de la Seconde guerre mondiale. Photographie L'angle arrondi de la trésorerie des années 1950, rue du Bac et quai de la Reine Blanche La rampe d'accès à la terrasse, sur le quai de la Reine-Blanche, vue depuis l'ouest La terrasse, vue depuis le quai de la Reine-Blanche. IVR11_20067700438XA La terrasse vers la Seine, vue de l'ouest. IVR11_20067700439XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    en bord de Seine, orné de représentations de la Seine et de la Marne, sculptées par Albert Bouquillon En 1950, l'architecte parisien René-André Coulon dresse les plans de la trésorerie paierie générale de Melun. Après quelques modifications en 1951, son projet donne lieu à la construction d'un édifice construite sur l'avenue Thiers (notice IA77000482). En 1993-1994, le District de l'agglomération melunaise (DAM) décide de réaménager l'ancienne trésorerie en locaux universitaires. Le coût de l'opération est évalué à 20 millions de francs, dont la charge est répartie entre l'Etat (6 millions), le Département (6