Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
  • Eglise Saint-Acceul
    Eglise Saint-Acceul Écouen - Place de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2014 AI 54
    Description :
    compose d'un vaisseau central flanqué d'un collatéral unique au nord. Dans la partie orientale de l'église rajoutée une petite sacristie. En décrochement sur le côté nord s'élève enfin un clocher de plan carré , dont la partie basse forme une autre chapelle, dédiée au saint patron de l'église : saint Acceul ou Andéol. Bâtis du côté de la pente, le collatéral nord et le clocher permettent notamment d'épauler la structure de l'édifice tandis que la moitié sud reste ouverte par de grandes baies très allongées, se poursuivant très bas afin de faire entrer un maximum de lumière. Des contreforts, à l'extérieur de l'édifice , permettent de contrebuter la poussée de la voûte. Au nord, le clocher s'élève sur deux niveaux, il est flanqué de contreforts massifs et couvert d'une flèche en ardoise. La nef, plus basse que le choeur, est . Celui-ci est constitué d'une grande porte en plein cintre, flanquée de colonnes doriques à bague milieu, une niche servant d'écrin à une statue de saint Acceul. Les initiales de ce dernier, "S.A", sont
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Illustration :
    Vue de la façade. IVR11_20179500364NUC4A Vue d'ensemble, depuis l'est : le chevet et le mur sud de la nef. IVR11_20189500064NUC4A Le clocher et le flanc nord de l'église, vus depuis l'est. IVR11_20189500066NUC4A La charpente du vaisseau central de la nef, restaurée en 2013 (date inscrite sur l'un des entraits Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : écu aux armes de la ville d'Ecouen Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : écu aux armes des Montmorency Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : écu aux armes des Condé Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : le symbole de la République française Le lambris de couvrement du collatéral nord de la nef, vu depuis l'escalier de la tribune d'orgue Vue intérieure de l'église, depuis l'abside. IVR11_20179500048NUC4A
    Auteur :
    [commanditaire] Montmorency, de Anne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    d'Ecouen qui en ont financé la construction. Elle est particulièrement célèbre pour l'ensemble de ses vitraux du XVIe siècle, dont plusieurs abritent des portraits de la famille de Montmorency.
    Historique :
    près tout, sinon qu’il fut martyrisé le 1er mai en compagnie de saint Ache. Il semble avoir été Montmorency avaient rapporté des reliques au XIIIe siècle. L’église conserve encore une clavicule de saint Andéol apportée en grande pompe à Écouen en 1710, en présence de la Princesse Palatine (voir dossier IM95000561). Il ne reste rien de l'église primitive. Au cours des travaux de restauration menés en 2008, on remonter à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, probable vestige de l'édifice précédent. Mais le les vitraux, sont également peintes sur la voûte de l'abside, et elles figuraient aussi sur la clé de date aussi avancée ; mais jusqu’au milieu du XVIe siècle, il est très fréquent de recourir au gothique même moment par Anne de Montmorency. Les archives relatives au chantier ont malheureusement disparu avancé, à titre d'hypothèse, les noms de Charles Billard (pour le choeur) et de Jean Bullant (pour le l'évolution des travaux grâce à quelques dates et à l'analyse du monument. En 1536, l’évêque de Paris donna
    Localisation :
    Écouen - Place de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2014 AI 54
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Référence documentaire :
    ). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux p. 301-302 Dictionnaire des monuments d'Île-de-France, 1999 POISSON, Georges (dir). Dictionnaire des monuments d'Île-de-France. Paris : Hervas, 1999. p. 234-235 Le guide du patrimoine - Île-de-France, 1992 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Le guide du patrimoine - Île-de-France. Paris : Hachette, 1992. p. 32-41 Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. 2018 AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND Saint-Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2014 LOURS, Mathieu. Saint-Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2e édition revue et enrichie. Écouen : Association « Les p. 94-99 Églises du Val d’Oise. Pays de France, vallée de Montmorency. 2008 FOUSSARD, Dominique , HUET, Charles et LOURS, Mathieu. Églises du Val d’Oise. Pays de France, vallée de Montmorency. Dix
  • hôtel de Barbeau
    hôtel de Barbeau Melun - 9 rue du Four 8 rue du Franc-Mûrier - en ville - Cadastre : 1985 AV 65
    Titre courant :
    hôtel de Barbeau
    Étages :
    étage de comble
    Appellations :
    Hôtel de Barbeau
    Illustration :
    Coupe transversale du corps de logis ouest, avec l'escalier à rampe en ferronnerie (18e siècle Plan de l'escalier du 18e siècle. IVR11_20077700183NUD La cave médiévale, avant sa destruction : coupe, plan et détail du chapiteau de la colonne centrale . Gravure. Tiré de : Le refuge de Barbeau / G. Leroy, dans Bulletin de la Société d'archéologie, sciences , lettres et arts du département de Seine-et-Marne, n° 1, 1865. (BM Melun) IVR11_20067700097XA Plan de l'école de filles de la rue du Four. Papier aquarellé. (AM Melun. 1 Fi 258 Le bâtiment occidental (18e siècle), vu de la cour. IVR11_20067700102X Vue extérieure, depuis la rue d'Abeilard. La partie médiévale de l'hôtel, avec son haut pignon (corps de bâtiment oriental), est aujourd'hui dénaturée. IVR11_20067700111X Armoiries déposées dans l'angle nord-ouest de la cour. IVR11_20067700103X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1183, Albert d'Andrezel fait don à l'abbaye de Barbeau d'une maison sur l'île Saint-Etienne . Cette maison sert de refuge à l'abbaye pendant tout le Moyen Age. En 1498, elle est décrite comme couverte de tuiles et contenant 6 chaas, cour et jardin tout en tenant. On en conserve jusqu'au 19e siècle reste entre les mains des moines de Barbeau jusqu'au 17e siècle. Le 7 novembre 1679, elle est vendue à Simon d'Alençon de Montarault, conseiller du roi, commissaire enquêteur et examinateur du Châtelet de Edme Mercier. En 1730, l'hôtel comporte deux corps de logis séparés par une cour : à l'est s'élève le comble, desservi par un escalier dans-oeuvre à rampe de fer. Au 19e siècle, une école primaire de filles (médiévale) est dénaturée. En revanche, le corps de logis à l'ouest a conservé un bel escalier à rampe en fer
    Localisation :
    Melun - 9 rue du Four 8 rue du Franc-Mûrier - en ville - Cadastre : 1985 AV 65
  • Maître-autel
    Maître-autel Écouen - Place de l'Eglise
    Description :
    Le maître-autel de l'église Saint-Acceul est constitué d'un autel surmonté d'un tabernacle et d'un grand retable, qui cache une partie de la baie d'axe. Ce retable monumental est orné d'une copie de la Transfiguration de Raphaël, placée dans un encadrement architectural en bois peint : des colonnes cannelées en en plein cintre ornée de motifs végétaux, dorés également. L'ensemble est couronné par des pots à feu par un marchepied à trois degrés. Il est orné d'un triangle trinitaire et de guirlandes de blé et de raisin dorés. La porte du tabernacle, quant à elle, représente le Sacré-Cœur de Jésus et de Marie.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Détail de la peinture du retable : la Transfiguration, d'après Raphaël. IVR11_20179500042NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    Le fond de l'abside est occupé par un grand retable du XVIIIe siècle, témoin des aménagements
    Dimension :
    : H = 69 cm, L = 50 cm. Dimensions de l'autel : H = 1 m, L = 2,62 m, Pr = 0,77 m.
    Historique :
    Le maître-autel a été installé lors du réaménagement de l'église, au XVIIIe siècle. Ses dimensions ont entraîné le démontage des registres inférieurs de la verrière axiale, située derrière lui, afin de copie de la "Transfiguration" de Raphaël, peinte en 1737 d'après M. Lours. Derrière cet ensemble du XVIIIe siècle, subsiste l'autel d'origine,orné de colonnettes doriques et encadré par deux niches. Le
    Localisation :
    Écouen - Place de l'Eglise
    Référence documentaire :
    p. 111-113. Saint-Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2014 LOURS, Mathieu. Saint -Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2e édition revue et enrichie. Écouen : Association « Les amis de Saint-Acceul », 2014. MAP, 1999/008/0142 : restauration du retable du maître-autel Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine, 1999/008/0142 : restauration du retable du maître-autel, vol de la porte du tabernacle.
  • maison de campagne, 7 rue du Général-de-Gaulle
    maison de campagne, 7 rue du Général-de-Gaulle Maurecourt - 7 rue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 298, 291, 309
    Titre courant :
    maison de campagne, 7 rue du Général-de-Gaulle
    Description :
    La cave médiévale se développe différemment de la maison actuelle. La maison habitée par le général pourraient dater de la période Lepic. La salle à manger se trouvait à droite en entrant.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Plan sur le terrier de 1731. (AN, N IV Seine-et-Oise 19). IVR11_20087800003NUC1A Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20077800455XA Vue d'ensemble de l'aile droite. IVR11_20077800456XA Vue d'ensemble de l'aile gauche qui abritait les communs. IVR11_20077800458XA Détail de la corniche à modillons d ela façade sur cour. IVR11_20077800460XA Détail de la corniche à modillons de la façade sur jardin. IVR11_20077800462XA La plaque est utilisée en décor sur le mur de la façade sur jardin. IVR11_20077800466XA Cellier gothique : vue de la croisée d'ogives se trouvant à peu près au centre du cellier Cellier gothique : le fond du cellier, au delà de la croisée d'ogives. IVR11_20077800478X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Historique :
    et sa fille comme le montre le recensement de 1817. A cette date, la maisonnée comprend quatre propriété appartient à sa veuve puis lors de la succession de celle-ci en 1865 à son fils cadet, Félix
    Localisation :
    Maurecourt - 7 rue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 1983 AH 298, 291, 309
    Précision dénomination :
    maison de campagne
  • ensemble d'édifices à cour commune dit cour Beaulieu
    ensemble d'édifices à cour commune dit cour Beaulieu Andrésy - cour Beaulieu - en ville - Cadastre : 1983 AS 235, 236, 241, 394, 659, 393, 573, 574, 625
    Description :
    Le dessin parcellaire de la cour commune et la distribution des bâtiments sont inchangés depuis 1731 et le cadastre napoléonien mais en élévation, les neuf maisons qui la composent ont subi de une demi-croupe. La parcelle 566 a été entièrement remodelée selon les consignes de la ZPPAU si bien
    Illustration :
    Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise 19 Vue d'ensemble de la cour commune. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20057800070NUCB Vue de l'entrée de la cour commune, rue du Général Leclerc. IVR11_20057800080XA Vue du bâtiment jouxtant la cour commune à droite. Il a été entièrement rénové dans le cadre de la Vue de la cour depuis l'entrée. IVR11_20057800084XA Vue de la façade est de la cour. IVR11_20057800086XA Vue de la façade est de la cour : détail. IVR11_20057800087XA Vue de la cour commune vers le sud. IVR11_20057800089XA Vue de la cour commune vers le sud. IVR11_20057800090XA Vue de l'extrémité nord de la cour et de la ruelle qui la dessert. IVR11_20057800091XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    un cellier appartenant à Madame Bricaut, propriétaire de la maison de campagne de l'autre côté de la habitait au fond de la cour et occupait aussi la maison voisine (n° 45) propriété de Denis Lambert. La successoraux : Richard Péchereau occupe le n°48 (qu'il loue, il est vrai), André le n°49 et la veuve de Jacques -Duclos. C'était probablement une maison de campagne. Au début du XXe siècle, cette cour commune rassemblait encore de multiples habitants. Le recensement de 1906 précise qu'il s'agissait de deux familles de jardiniers, une de cultivateurs, une de cultivateurs-vignerons et une de vanniers.
  • autel
    autel Maurecourt
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Emplacement dans l'édifice :
    chapelle de la Vierge
  • maison rue Jacques Amyot
    maison rue Jacques Amyot Melun - 3 rue Jacques-Amyot - en ville - Cadastre : 1985 AT 92
    Étages :
    étage de comble
    Typologies :
    maison de ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • Litre funéraire
    Litre funéraire Écouen - Place de l'Eglise
    Description :
    La litre funéraire prend la forme d'une bande de peinture noire, d'une cinquantaine de centimètres de large, tracée à environ quatre mètres du sol. Elle court tout le long de l'église, notamment sur les murs de la nef, ne s'interrompant que sur les dernières piles du chœur. Elle porte les armoiries de la famille de Condé, seigneurs d'Ecouen au XVIIIe siècle, entourées du collier de l'ordre du Saint -Esprit et de celui de l'ordre de Saint-Michel.
    Illustration :
    Vue d'une partie de la litre funéraire, sur la travée de la nef la plus proche du choeur
    Auteur :
    [destinataire] Bourbon-Condé, de Henri Jules
    Inscriptions & marques :
    Armoiries des Condé : d'azur aux trois fleurs de lys d'or au bâton péri de gueules.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Prérogative seigneuriale, la litre funéraire servait à commémorer les obsèques d'un personnage de premier plan en lien avec la paroisse et à perpétuer son souvenir. Celle de Saint-Acceul est aux armes des Condé, seigneurs d'Ecouen de 1696 à la Révolution. On ignore malheureusement auquel de ces princes elle se rapporte : Henri-Jules de Bourbon-Condé (mort en 1709), son fils Louis III (mort en 1710) ou son serait alors associée aux vitraux de la nef, qui portent la date "1709". Une autre litre funéraire aux armes des Condé a été peinte dans l'église voisine de Villiers-le-Bel, qui appartenait également à la
    Localisation :
    Écouen - Place de l'Eglise
  • trône épiscopal
    trône épiscopal Meaux -
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le trône épiscopal de la cathédrale de Meaux est en fait un simple fauteuil couvert de velours -relief, à l'arrière de la cathèdre, et une plate-forme en bois à deux degrés, donnant accès au siège. Cet ensemble a été installé à son emplacement actuel, du côté de l'évangile, en 1857, en application du rite romain. Mais le motif héraldique sculpté sur le dorsal, combinant la mitre épiscopale et le chapeau de cardinal, se rapporterait plutôt au cardinal de Bissy, évêque de Meaux de 1704 à 1737, fait cardinal en 1715 : ce dernier réaménagea en effet le sanctuaire de sa cathédrale, dans les années 1720 (voir le lors de la mise en place du trône actuel, en 1857. La place occupée par le trône épiscopal a beaucoup Séguier (1637-1659) avait commandé un trône à ses armes, installé du côté de l'évangile (c'est-à-dire au sud). La cathédrale passa ensuite du côté de l'épitre, au nord, puis à nouveau du côté de l'évangile , où elle se trouvait en 1839, avant de regagner le côté nord, à son emplacement actuel.
    Référence documentaire :
    cathédrale de Meaux. AD Seine-et-Marne, 3 V 14. Travaux menés au XIXe siècle dans la cathédrale de Meaux. Report du trône épiscopal sur le côté de l'évangile, selon le rite romain (29 mai 1857). AD Seine -et-Marne, 5 V 162. Table des registres de la fabrique, XIXe siècle. AD Seine-et-Marne, 5 V 162 . Table des registres de la fabrique, XIXe siècle. p. 317 Aménagement mobilier. In : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux , Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 289-326. CHARON, Pierre. Aménagement mobilier. In : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, Meaux : Société historique de
1