Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 539 - triés par pertinence
  • Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée
    Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée Champs-sur-Marne
    Titre courant :
    Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée
    Description :
    L'édifice est basé sur un Jeu de volumes, disposés autour d'un hall central. L'élévation extérieure est marquée par l'alternance de façades opaques en panneaux de béton brut ou d'aluminium traité à la façon d'un bossage en pointes de diamant, correspondant aux salles de cours et aux bureaux, dotés de baies en bandeau, et de façades transparentes vitrées correspondant à l'atrium. Ce vaste atrium est éclairé zénithalement par un toit en shed, est cerné par de longues coursives métalliques ; il est habité par le volume suspendu de l'auditorium.
    Appellations :
    Ecole d'Architecture de la Ville et des Territoires de Marne-la-Vallée
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'Ecole d'architecture de Marne-la-Vallée a été fondée en 1998. Elle occupe un bâtiment réalisé en 1999 sur le campus universitaire de la Cité Descartes suite au concours remporté en 1995 par l'architecte Bernard Tschumi, auteur notamment des "folies" du Parc de la Villette.
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 10-12 avenue Blaise Pascal - en ville - Cadastre : 2007 AM 210
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • tableau : Meaux et les bords de Marne
    tableau : Meaux et les bords de Marne Meaux -
    Titre courant :
    tableau : Meaux et les bords de Marne
    Statut :
    propriété de l'Etat (?)
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    café. Au second plan, sont évoqués les loisirs des bords de Marne : canotage, promenade à pied ou à paysage Marne piano buste canotage ville Meaux moulins cathédrale Au premier plan, à gauche, une terrasse donnant sur la Marne abrite un piano, sur lequel est posé un buste sur piédouche. En contrebas, un homme (l'artiste lui-même?) grifonne sur une table ronde de cheval. Dans le fond se profile la ville de Meaux, avec les Moulins de l'Echelle et la cathédrale.
    Historique :
    Planson : la peinture de paysage et l'intérêt pour les loisirs des bords de Marne (guingettes, régates...). Cette oeuvre a été commandée pour le lycée de Meaux, en même temps que celle de Clément Serveau (dossier IM77000477), au titre du 1% culturel, en vertu de l'arrêté du 17/07/1961. Elle a été achevée en secondaires au Collège municipal de Meaux. Le tableau combine deux éléments récurrents dans l'oeuvre de
  • université de  Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic Champs-sur-Marne
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
    Description :
    Le bâtiment se présente sous forme d'une barre de 220 mètres de long. Au Nord, la façade principale à R+1 est en panneaux de roche agrafés sur une ossature en aluminium avec de grandes baies vitrées d'entrée est couvert d'un demi-dôme en verre appelé le "cratère de verre". L'aile principale à laquelle il
    Appellations :
    de Marne-la-Vallée : bâtiment Copernic
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    d'une extension de l'Université de Marne-la-Vallée vers 2000. Construit en 1998 par la société Bull sur les plans de l'architecte Bertrand Bonnier, le bâtiment dont la fonction première était celle d'un centre de formation a été racheté par l'Etat dans le cadre
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 5 boulevard Descartes - en ville - Cadastre : 2007 AM 227
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants
    université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants Champs-sur-Marne
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : Maison des étudiants
    Description :
    Cette ancienne ferme fortifiée briarde, avec de grands murs entourés de douves, de deux ponts-levis et de portes fortifiées, a conservé certains éléments anciens tels que les charpentes et les murs de la grange, les douves qui ont été plantées et remises en eaux, les deux portails de l'enceinte et un chasse-roues. Les portes charretières de la grange ont été transformées en porches en bois au dessin
    Appellations :
    Maison des étudiants de l'université de Marne-la-Vallée
    Illustration :
    L'ancienne ferme fortifiée de la Haute-Maison, aujourd'hui transformée en Maison des étudiants, vue L'ancienne ferme de la Haute-Maison, vue du sud-ouest. Au premier plan, le fossé entourant la ferme L'entrée dans l'ancienne cour de ferme, côté ouest. IVR11_20157700295NUC4A Vue de l'intérieur de l'ancienne cour de ferme, depuis le sud-est. IVR11_20157700296NUC4A L'ancienne cour de ferme, vue depuis l'entrée orientale. IVR11_20157700297NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'Université Paris Est Marne-la-Vallée. L'aile sud du corps de ferme a fait l'objet d'une réhabilitation en La ferme de la Haute-Maison était une ferme seigneuriale située sur la paroisse de Champs, mais relevant de la seigneurie de Noisy-le-Grand, qui appartenait aux moines de Saint-Martin-des-Champs à Paris Adrien Henocq. La partie nord très abîmée a été démolie pour accueillir le nouveau bâtiment de la bibliothèque universitaire, en cours de réalisation au moment de l'étude.
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - boulevard Descartes - en ville - Cadastre : 2007 AM 201
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
    Référence documentaire :
    La maison de l'étudiant à Champs-sur-Marne, une illustration par l'exemple. In Rénover, réutiliser , reconvertir le patrimoine. Actes du colloque régional, 15-16 septembre 2014. HAGENMÜLLER, Odile. La maison de l'étudiant à Champs-sur-Marne, une illustration par l'exemple. In Rénover, réutiliser, reconvertir le p. 87 ; p. 133 Histoire de Noisy-le-Grand, 1919 (rééd. 2005) MENTIENNE, Adrien. Histoire de Noisy -Martin. Paris, Le livre d’histoire, 2005 (rééd. de l’ouvrage paru en 1919).
  • université de  Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang Champs-sur-Marne
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiment Bois de l'étang
    Description :
    l'université de Marne-la-Vallée. structure métallique. Il est constitué d'une succession de cinq bâtiments indépendants reliés par des passerelles couvertes au dernier niveau. Le côté Nord, vers le bois, accueille les amphithéâtres et salles de groupes, et les bâtiments sont en bardage de bois (revêtement cèdre rouge brut) formant proue en surplomb sur des pilotis de béton. Le côté Sud est traité en béton brut et abrite surtout des salles de cours . L'ensemble accueille le pôle des sciences économiques, sciences humaines et sciences de la ville de
    Appellations :
    Bâtiment Bois de l'Etang
    Illustration :
    Bâtiment Bois de l'Etang, vue de la façade orientale vers le Bois de l'Etang Bâtiment Bois de l'Etang, vue sud-ouest. IVR11_20157700049NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le bâtiment a été construit sur les plans de l'architecte Jean-Charles Bauve, à l'extrémité orientale de la Cité Descartes. La première tranche a été livrée en 1995. Le nom donné à l'édifice est lié à son insertion dans l'environnement du bois et de l'étang de la Haute Maison voisins.
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - Cité Descartes - 5 rue Galilée - en ville - Cadastre : 2007 AM 217
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • hôtel du département de la Seine-et-Marne
    hôtel du département de la Seine-et-Marne Melun - 12 rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Titre courant :
    hôtel du département de la Seine-et-Marne
    Description :
    L'hôtel du département comprend plusieurs corps de bâtiments d'époques et de styles différents , organisés autour de deux cours. La cour occidentale, sur l'emprise du cloître de Saint-Père, conserve au sud le seul vestige de l'abbaye : une arcade en gresserie. Cette cour est fermée, au nord, par un hall de du conseil) et par des ailes de bureaux. La plupart de ces bâtiments sont enduits, et couverts de brique et pierre de taille, et son toit brisé en ardoise et en zinc.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    La façade : vue d'ensemble. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) relie le bâtiment des La cour occidentale de l'hôtel du département, vue depuis l'angle sud-est. Le hall en verre de Détail de l'élévation sud : l'avant-corps central, à la jonction de la partie ancienne et de Buste de Marianne sculpté par Bouchard, dans la salle des séances du Conseil général
    Dénominations :
    hôtel de département
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le conseil général de la Seine-et-Marne, d'abord hébergé dans l'ancien couvent des Carmes , s'installe dans les anciens bâtiments conventuels de l'abbaye Saint-Père en 1800. En 1818, l'église abbatiale déplacée dans l'ancienne salle capitulaire. En 1893, on édifie sur les plans de Léon Majoux un magasin et une salle de lecture pour les archives départementales (présentes sur le site depuis 1809). En 1937 -1938, une nouvelle aile de bureaux est élevée en prolongement de l'aile méridionale du cloître, et la salle des séances du Conseil général est réaménagée. En 1965, la salle de lecture des archives est reconstruite. En 1969, le pavillon à gauche de l'entrée d'honneur de la préfecture est réédifié. En 1971, une nouvelle salle du conseil est élevée. En 1998, on la démolit, en même temps que le pavillon des archives de 1965. Un nouvel aménagement est mené par les architectes Reichen et Robert, avec notamment un hall de façade en verre pour clore la cour du cloître, et l'installation de la salle du conseil dans l'ancien
  • le mobilier de la préfecture de Seine-et-Marne
    le mobilier de la préfecture de Seine-et-Marne Melun - en ville
    Titre courant :
    le mobilier de la préfecture de Seine-et-Marne
    Illustration :
    Vue d'ensemble du mobilier du grand salon, au premier étage de l'hôtel de la préfecture (cliché Vue d'ensemble du mobilier du salon blanc, au premier étage de l'hôtel de la préfecture (vue prise L'antichambre des pièces de réception, au permier étage de l'hôtel de la préfecture Commode de style Empire, dans la chambre sud-ouest du deuxième étage. IVR11_20057700104XA Miroir de style Empire, dans la chambre sud-ouest du deuxième étage. IVR11_20057700106XA Détail du miroir de style Empire (cliché 05770109XA) : la bordure du côté droit Détail du miroir de style Empire (cliché 05770106XA) : partie inférieure de la bordure Coupe en cristal, dans la salle à manger (rez-de-chaussée). IVR11_20057700127XA Vasque provenant de l'ancienne abbaye Saint-Père, dans le vestibule de l'hôtel de la préfecture Statuette des deux colombes. Cristal de Lalique, dans le grand salon. IVR11_20057700118XA
    Auteur :
    [facteur de piano] Pleyel
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier Champs-sur-Marne
    Titre courant :
    université de Marne-la-Vallée : bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Description :
    vernissé (dont le revêtement s'écaille), se déploie une structure métallique avec panneaux de verre . Au centre, le hall d'entrée s'élève en forme de tipi dont la pointe se dresse au-dessus du toit terrasse. Le bâtiment Lavoisier se présente comme une sorte de boite de verre dont les surfaces sont sérigraphiées de bandes de peinture dorée pour des questions thermiques et d'atténuation de la transparence. La
    Appellations :
    de Marne-la-Vallée, bâtiments Rabelais et Lavoisier
    Illustration :
    Bâtiments François Rabelais et Antoine de Lavoisier, vue occidentale. IVR11_20157700047NUC4A Bâtiment Antoine de Lavoisier, vue de l'entrée principale à l'ouest. IVR11_20157700048NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    "François Rabelais" et "Antoine de Lavoisier" sont deux bâtiments voisins de l'Université de Marne -la-Vallée. Ils ont tous deux été commandés par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la
    Localisation :
    Champs-sur-Marne Champs-sur-Marne - boulevard Descartes rue Galilée - en ville - Cadastre : 2007 AM 203
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • siège social de la Société d'assurances mutuelles immobilières et mobilières de Seine-et-Marne
    siège social de la Société d'assurances mutuelles immobilières et mobilières de Seine-et-Marne Melun - 1 place de la Porte de Paris - en ville - Cadastre : 1985 AT 260
    Titre courant :
    siège social de la Société d'assurances mutuelles immobilières et mobilières de Seine-et-Marne
    Description :
    feu en couronnement, frontons triangulaire ou cintré des lucarnes). Mais le reste de l'élévation est marqué par un parti plus sobre jouant surtout de la polychromie des matériaux (briques en parement et
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Appellations :
    siège social de la Société d'assurances mutuelles immobilières et mobilières de Seine-et-Marne
    Dénominations :
    immeuble de bureaux
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet édifice a été construit en 1905 sur les plans de Léon Destors, pour abriter le siège d'une importante société d'assurance melunaise : la Société d'assurances mutuelles immobilières et mobilières de Seine-et-Marne contre l'incendie, créée en 1890 (la date MDCCCXIX inscrite sur l'immeuble fait référence à la constitution de la société). En 1903, cette société acheta l'ancienne propriété du brasseur Barthel place de la Porte de Paris, pour s'y faire construire son nouveau siège social, jusque là sis au 33, rue du Palais de Justice. A l'occasion des travaux, on découvrit les restes d'une cave médiévale à Paris, 19 rue de la Pépinière, et l'immeuble de Melun a accueilli la sous-préfecture.
    Localisation :
    Melun - 1 place de la Porte de Paris - en ville - Cadastre : 1985 AT 260
  • parc du Pâtis
    parc du Pâtis Meaux - Cadastre : AV 1, 29, 36-35, 52-53, 60-81 AW 16-19, 27, 120-123
    Description :
    droite de la Marne. Situé à l'entrée de la ville, le parc s'étend à proximité de l'ancien quartier de d'exploitation des sables et graviers de la Marne. A l'entrée du parc côté nord-ouest, s'étend un espace plus grands ensembles de Meaux-Beauval et la Pierre Collinet, en cours de requalification. Des sentiers permettent de parcourir cet ensemble, qui constitue l'un des plus grands parcs urbains d'Île-de-France. L'eau y est très présente, avec une douzaine de plans d'eau, héritage de l'activité industrielle
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    La pelouse à l'entrée du parc, près de la plage en rive de Marne. IVR11_20147700287NUC4A Le chemin le long de la Marne et le ponton du Cercle nautique. IVR11_20147700284NUC4A Le chemin le long de la Marne et le Cercle nautique. IVR11_20147700285NUC4A
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    & Génie Ecologique), également auteur, dans la région, de l'aménagement des berges de Marne du Val-Maubuée Ce parc de 150 ha, créé en bord de Marne sur l'emplacement d'anciennes gravières, a été inauguré le 1er juillet 2006. La première tranche de travaux a porté sur l'aménagement d'ensemble du parc. Une deuxième tranche, en 2007, a permis l'ouverture de l'espace balnéaire autour de l'ancienne plage, fermée près du parc de Noisiel. Le coût total de l'aménagement est de 3 millions d'euros. L'opération a bénéficié du soutien de l'Agence de l'Eau Seine-Normandie et de l'Agence régionale des Espaces verts.
  • Bas-relief : la Seine et la Marne
    Bas-relief : la Seine et la Marne Melun - 19 rue du Château - en ville
    Titre courant :
    Bas-relief : la Seine et la Marne
    Statut :
    propriété de l'Etat
    Inscriptions & marques :
    Initiales RF au centre de la sculpture. Signature A. Bouquillon dans l'angle inférieur droit.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Marne, sont assises face à face. De l'eau s'écoule de la vasque qu'elles tiennent dans la main droite allégorie, Seine, Marne, femme, nu, assise, eau ; Deux femmes nues, personnifiant la Seine et la . De la main gauche, elles soutiennent le sigle RF.
    Emplacement dans l'édifice :
    sur l'angle sud-est de la façade
    Historique :
    Ce bas-relief symbolisant le département de Seine-et-Marne a été sculpté par Albert Bouquillon pour orner la façade de la trésorerie-paierie générale du département, inaugurée en 1953.
  • Cité Descartes
    Cité Descartes Champs-sur-Marne
    Description :
    avant les coteaux de la Marne, et l'autoroute A4 au Sud. Il présente des voies bordées de platanes Le terrain de la Cité Descartes s'étend entre la ligne de RER au Nord, ligne de rupture du plateau , marque de la Ville Nouvelle. De nombreux édifices de la Cité Descartes sont signés par d'importants architectes contemporains, l'ESIEE de Dominique Perrault étant l'édifice phare qui en clôture la perspective.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    La Cité Descartes est le "cluster" universitaire de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, à l'est Patrimoines et Inventaire de la région Île-de-France et le CAUE de Seine-et-Marne. Cette première enquête de Paris. Cet ensemble a fait l'objet d'une enquête ponctuelle en 2015, menée par Amandine Robinet
    Historique :
    deux sites de l'Université de Marne-la-Vallée, l'autre se développant à Val d'Europe. L'architecture En 1976, c'est un parc de loisirs que le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme de la Région Ile-de-France prévoyait sur ce terrain, dit de la Haute-Maison. Mais dans le cadre du plan de relance de la ville nouvelle établi en 1982, l'Epamarne entreprend la création d'un pôle d'enseignement . Dans le cadre du programme Université 2000, l'établissement public poursuit la constitution de l'un des contemporaine investit dès la fin des années 1980 les terres agricoles héritées du fief de la Haute-Maison dont la ferme fortifiée a été réhabilitée et constitue le coeur de la Cité Descartes. En 1987 ouvre , ces 123 hectares accueillent cinq écoles de formations supérieures, deux organismes de recherche , vingt-sept laboratoires de recherche, un centre scientifique et technique, une résidence internationale
    Localisation :
    Champs-sur-Marne
    Aires d'études :
    Champs-sur-Marne
  • Ville de la Ferté-sous-Jouarre
    Ville de la Ferté-sous-Jouarre La Ferté-sous-Jouarre - - - Cadastre :
    Titre courant :
    Ville de la Ferté-sous-Jouarre
    Description :
    La ville est bâtie sur les deux rives de la Marne. Le centre, avec la mairie et l'église, se trouve
    Illustration :
    Les bords de Marne. IVR11_20197700124NUC4A Les bords de Marne. IVR11_20197700125NUC4A Les bords de Marne. IVR11_20197700117NUC4A expéditionnaire britannique tombés d'août à octobre 1914 pendant la première bataille de la Marne expéditionnaire britannique tombés d'août à octobre 1914 pendant la première bataille de la Marne expéditionnaire britannique tombés d'août à octobre 1914 pendant la première bataille de la Marne Vue panoramique prise depuis la mairie : la place de l'Hôtel de Ville, vue depuis la salle des Vue panoramique : la place de l'Hôtel de Ville, vue depuis le clocheton de la mairie Théâtre le Pâtis de Condé : construit en 1896 en pierre de meulière, calcaire et enduit, par Théâtre le Pâtis de Condé : construit en 1896 en pierre de meulière, calcaire et enduit, par
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    habitants, située près du confluent de la Marne et du Petit-Morin. Elle est surtout connue pour sa A une soixantaine de kilomètres à l'est de Paris, La Ferté-sous-Jouarre est une ville de 9700 production de pierre meulière, une activité aujourd'hui disparue, mais qui a fait la fortune de ", une campagne photographique ponctuelle a été menée par le service Patrimoines et Inventaire de la région Île-de-France en 2019, conduisant à la rédaction de trois dossiers : une introduction générale sur la ville, et deux dossiers spécifiques sur l'hôtel de ville (IA77000946) et sur l'ancienne synagogue
    Historique :
    bords de la Marne, est attesté depuis le XIe siècle. Il appartenait au XVIe siècle à la famille de Condé première bataille de la Marne en septembre 1914 : un mémorial franco-britannique, inauguré en 1928 Le bourg de la Ferté-sous-Jouarre s'est formé au Moyen Age autour d'une forteresse aujourd'hui . La ville ayant rejoint le parti protestant lors des guerres de religion, elle fut assiégée en 1590 démantelées au XVIIe et au XVIIIe siècle, jusqu'à la destruction de la porte de Chamigny en 1802. Les derniers vestiges du château ont pour leur part été démolis en 1868. L'histoire de La Ferté-sous-Jouarre est intimement liée à celle de sa principale activité économique : l'extraction et la commercialisation de la centaine de carriers qui écoulent leur production en Île-de-France mais aussi en Flandre, en Bretagne et en Angleterre. Aux XVIe et XVIIe siècles, l'aire de diffusion augmente encore et les ateliers de La Ferté connaissent un processus de concentration. Aux XVIIIe et au XIXe siècle, La Ferté-sous-Jouarre connaît une
    Aires d'études :
    Ile-de-France
    Référence documentaire :
    tome I p. 540 Flohic, 2001. Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne. Le patrimoine des communes de la Seine-et-Marne, éditions Flohic, 2001. Darney, La Ferté-sous-Jouarre, 1910. DARNEY, Georges. La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne). Paris Belmont, L'épopée des meules françaises de La Ferté-sous-Jouarre, 2003. BELMONT, Alain. "L'épopée des meules françaises de La Ferté-sous-Jouarre, 15e-19e siècles", Pour la Science, n° 308, juin 2003 Belmont, La Pierre à pain, 2005. BELMONT, Alain. La Pierre à pain. Les carrières de meules de Gaucheron, Des assiettes et des meules : l'extraction des meules de La Ferté-sous-Jouarre, 2001 . GAUCHERON, André. « Des assiettes et des meules : l'extraction des meules de La Ferté-sous-Jouarre », Moulins de France. Revue de la Fédération Française des Amis des Moulins, n° 45, janvier 2001, pp. 4-12. Erpelding, Les pierres à moulins et l'industrie meulière de la Ferté-sous-Jouarre, 1982. ERPELDING
  • quai Victor-Hugo
    quai Victor-Hugo Meaux - Cadastre : BR non cadastré
    Description :
    Le quai Victor-Hugo s'étend sur la rive droite de la Marne, entre le pont du Marché prolongé par la
    Statut :
    propriété de la commune
    Hydrographies :
    la Marne
    Illustration :
    Photographie des bords de Marne, près de l'ancien château, avant la construction du quai Victor Le quai de la rive droite de la Marne, en aval du pont-aux-moulins, avant la construction du quai Le quai de la rive droite de la Marne, en aval du pont-aux-moulins, avant la construction du quai Les bords de Marne à l'emplacement du quai Victor-Hugo (quartier de la Juiverie), en 1880. Gravure Projet de quai le long de la rive droite de la Marne (1850). Papier imprimé et coloré. (AD Seine-et Projet d'un quai sur la rive droite de la Marne, entre la rue du Grand-Cerf et la place Lafayette Mur de soutènement du quai Lafayette". Calque aquarellé. (AD Seine-et-Marne. 4 Op 284/14 Le quai Victor-Hugo prolongé par le quai Jacques-Prévert, en bordure de Marne. Vue panoramique de Hébuterne d'après une représentation ancienne. A droite, le pont du Marché avec ses moulins . Gravure. (BNF. Département des estampes, TopoVa Seine-et-Marne) IVR11_19807700047Z
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dans les années 1880, on entreprit de dégager les bords de Marne, aux alentours de l'hôtel de ville principal des ponts et chaussées à Meaux. D'abord baptisé "quai Lafayette", le quai reçut le nom de Victor Hugo à la mort de l'écrivain, en 1885. Edifié dans un premier temps jusqu'à la place de l'Hôtel de 1970, en porte-à-faux vers la Marne, mais le gros-oeuvre du quai n'a pas été modifié.
  • pont Neuf
    pont Neuf Meaux - Cadastre : non cadastré
    Description :
    Ce pont en béton armé repose sur deux piles proches des rives de la Marne. Il assure la
    Hydrographies :
    la Marne
    Illustration :
    Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf, vu de l'amont Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf et le port de plaisance, vus du nord Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale : le port de plaisance et le pont Neuf, vu de l'aval. IVR11_20097701214NUC4A La Marne et le Pont Neuf, vus depuis le pont Foch. IVR11_20127700818NUC4A
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Référence documentaire :
    p. 189 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique de la Brie, 1999.
  • fontaine monumentale : les Trois Fleuves
    fontaine monumentale : les Trois Fleuves Melun - place Saint-Jean - en ville
    Description :
    de putti chevauchant des cygnes, supporte une grande vasque surmontée des trois statues de fleuves
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Projet de fontaine (non réalisé). Crayon sur calque, 19e siècle. (BM Melun. JJ 11 Projet de fontaine pour la place Saint-Jean à Melun, ""Présenté au conseil municipal et accepté et de blanc, 24 juin 1863. (BM Melun. JJ 10) IVR11_20027701170XA Vue de la fontaine de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.208) IVR11_20017700190X Détail : tête de lion sculptée sur la grande vasque. IVR11_20047700185XA Vue de la petite fontaine à l'angle de la place Saint-Jean et du boulevard Gambetta, 1866
    Inscriptions & marques :
    Dame soyez bénie. J Klagmann sc. 1864, Henri Lainville, enfant de Melun, de ses deniers érigea cette fontaine. 1864, Durenne (avec deux adresses : Paris et la Haute-Marne), Inaugurée le 15 mai 1864, Mr le baron de Lassus préfet, Mr Félix Poyez maire. Le socle porte également les armes de la ville de Melun
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    allégorie, fleuve, Seine, Marne, Yonne, femme, en pied ; putti, cygne ; Sur le socle : têtes de : statues en pied personnifiant la Seine, la Marne et l'Yonne. Ce sont de jeunes femmes drapées à l'antique femme crachant de l'eau, surmontant des inscriptions ; putti chevauchant des cygnes, aux angles. Sur le rebord de la grande vasque : têtes de lion crachant de l'eau, et guirlandes. Au centre de la fontaine et tenant chacune son attribut : épis de blé, corne d'abondance, couronne de vigne.
    Matériaux :
    fonte de fer
    Historique :
    Cette imposante fontaine fut commandée au fondeur Durenne, sur un dessin de Jules Klagmann. Le projet fut examiné en 1863 (dessin conservé à la Médiathèque de Melun) et l'inauguration se fit le 15 mai 1864. En 1866, on compléta le dispositif par l'installation de bornes-fontaines de plus petite taille , autour de la place Saint-Jean. L'une d'elles se trouve aujourd'hui dans le jardin de l'hôtel de Barbeau
  • Avon - usine de matériel d'équipement industriel de la société PIC, puis Venot-Pic, puis Fives-Cail Babcock actuellement pépinière d'entreprises, logement et centre d'action sociale
    Avon - usine de matériel d'équipement industriel de la société PIC, puis Venot-Pic, puis Fives-Cail Babcock actuellement pépinière d'entreprises, logement et centre d'action sociale Avon - 36 avenue Franklin-Roosevelt - en ville - Cadastre : 2012 A 1257
    Titre courant :
    Avon - usine de matériel d'équipement industriel de la société PIC, puis Venot-Pic, puis Fives-Cail
    Description :
    L'ancien hôtel Savoy a abrité une partie des bureaux d'étude de la PIC. Sa façade d'origine se déploie sur 64 m et 5 niveaux dans le style des Palaces de la côte normande avec des influences du courant en fer forgé ainsi que le traitement de l'avant-corps et de la marquise surmontant l'entrée et la toitures de tuiles pour retrouver un toit terrasse et rehausser une partie du bâtiment d'un étage. Elle ajoute également, dans le prolongement de l'avant-corps préexistant au centre de la façade arrière, une extension de 7 niveaux (12000 m²), invisible depuis l'entrée du Savoy en raison de la déclivité du terrain toute la hauteur du bâtiment, de carreaux de verre. Une extension de la façade arrière de l'hôtel, en rez-de-chaussée, encadre la nouvelle aile. L'ensemble accueille le principal siège d'activité de la société : conception et dessin du matériel de traitement du minerai, communication et logistique travaux de conception et de dessin, les grandes baies vitrées éclairant les multiples tables à dessin. Le
    Cadre de l'étude :
    patrimoine industriel patrimoine industriel et artisanal des communes de la vallée de la Seine en Seine-et-Marne
    Illustration :
    Plan de l'hôtel Savoy. (AD Seine-et-Marne, SC 11053 ) IVR11_20097701592NUC2A Plan de l'hôtel Savoy et de son parc. (AD Seine-et-Marne, SC 11053 ) IVR11_20097701593NUC2A Façade de l'ancien hôtel Savoy. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3) IVR11_20097701631NUC2A Ancien hôtel Savoy, extension PIC de nuit. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3 Elèves de l'école de dessin fondé par PIC à Fontainebleau. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J1 Ecole de dessin créée par la société PIC à Fontainebleau-Avon. Photographie. (AD Seine-et-Marne Bureau d'études du siège de Fontainebleau-Avon. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3 Bureau d'études du siège de Fontainebleau-Avon. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3 Siège de Fontainebleau-Avon, planning d'approvisionnements. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3 Siège de Fontainebleau-Avon, service de reproduction des plans. Photographie. (AD Seine-et-Marne
    Dénominations :
    usine de matériel d'équipement industriel
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    1937, les bureaux d'études sont installés à Nogent-sur-Marne (25 bd de Strasbourg) puis déménagent à algérien ; en France, en 1937, à Béthune. En 1940, une partie de la PIC est transférée à Alès et se charge , après guerre, des contrats avec les houillères de Provence, du Midi et du Centre. A partir de 1945, la PIC connaît un important essor dans le cadre de la reconstruction et des plans de modernisation des réalise près de 70% des lavoirs français. Une filiale, SRAPIC, est créée à Forbach en 1947, avec un bureau annexe à Sarrebruck. Elle est chargée de suivre la réalisation des installations en Sarre et en Lorraine , notamment le lavoir Reumaux de Freyming Merlebach (1952). Une autre filiale est implantée à Paris, PIC bureaux de Fontainebleau sont installés à Avon dans l'ancien hôtel Savoy (oeuvre de l'architecte Edouard Johan Niermans) alors agrandi, auxquels est adjointe une station d'essais. Les ingénieurs de la PIC liqueur dense (drewboy inventé en 1947 par Marcel Dru, ingénieur de la PIC), bac à pistonnage à lit de
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
  • ville de Meaux
    ville de Meaux Meaux
    Titre courant :
    ville de Meaux
    Description :
    La ville de Meaux se situe dans un territoire en cuvette, parcouru par la Marne. La ville s'étend de part et d'autre d'un méandre de la rivière, qui définit deux quartiers bien différenciés : au sud "pont du Marché", jusqu'à la construction de trois nouveaux ponts routiers au XXe siècle : le pont Neuf , le pont Jean-Bureau et le pont Foch. Sur la rive droite, qui abrite la plus grande partie de la superficie habitée, se sont développés tout autour de la "Ville" plusieurs faubourgs : Saint-Rémy à l'ouest "Ville" jusqu'au XIXe siècle. En 1849, le tracé du chemin de fer l'a coupé en deux parties : au nord, la zone est restée peu urbanisée jusqu'au XXe siècle, avec les enclos de quelques grands établissements (hôpital, abattoirs, petit séminaire, couvent des carmélites) situés à l'écart de la ville. Une partie de l'objet de nombreuses constructions d'immeubles et surtout de maisons durant tout le XIXe siècle, avec notamment l'aménagement d'un quartier résidentiel "bourgeois" autour du Brasset couvert, le long de la rue
    Illustration :
    Le plan d'intendance de Meaux. Papier aquarellé, fin des années 1780. (AD Seine-et-Marne. 1 C 47/7 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section A. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section A : détail du faubourg Saint-Faron. (AD Seine-et-Marne. 4 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section B. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section C, 1ere feuille. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section C, 2e feuille. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section C, 2e feuille : détail. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section D, 3e feuille. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section D, 2e feuille. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078 Cadastre "napoléonien" de Meaux. Section D, 1ere feuille. (AD Seine-et-Marne. 4 P 36 / 1065-1078
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La ville antique, "civitas" des Meldes, s'est développée dans le méandre de la Marne, qui était implanté de l'autre côté de la Marne, sur le site de La Bauve. A la fin de l'Antiquité, la ville s'est l'autre rive de la Marne. A l'époque carolingienne, Meaux est le chef-lieu d'un comté. Au Xe siècle le . Au XIXe siècle, Meaux devient sous-préfecture du nouveau département de Seine-et-Marne et demeure urbanistique, Meaux connaît aussi d'importantes transformations : des quais sont aménagés le long de la Marne plus allongé qu'aujourd'hui : le cours de la rivière correspondait à l'actuel Brasset. De nombreux vestiges antiques ont donc été retrouvés dans le faubourg Saint-Faron. Un lieu de culte était d'autre part repliée au sein d'un "castrum" fortifié de superficie beaucoup plus réduite, dont une portion est toujours debout, le long du boulevard Jean-Rose. C'est au sein de ce "castrum" que se trouve la cathédrale Saint -Etienne. Au Moyen Âge, cette zone est désignée sous le nom de "Ville", par opposition au "Marché" sur
  • secteur urbain du plateau nord
    secteur urbain du plateau nord Melun - Avenue Antoine Rue Montaigu - en ville - Cadastre : 1985 AE 1 à 12, 257 à 289, 292 à 297, 391, 384 à 403, 405, 407, 492, 494 1985 AD 1 à 15, 17 à 18, 20 à 26, 28, 31, 33 à 43, 114 à 118, 129 à 130, 150 à 160, 164 à 170, 172 à 175, 178, 205 à 206, 211 à 213 1985 AK 54
    Description :
    sous-dossier : la route de Corbeil, celle de Paris et celle de Meaux. Les trois cités ainsi définies
    Illustration :
    Projet de Louis Arretche pour un immeuble HBM, types III B et IV B : façade sur jardin. Tirage Projet de Louis Arretche pour l'Office départemental d'HLM : ""Ville de Melun. Type C, type E Projet de Louis Arretche pour l'office départemental d'HLM : immeuble de type D, à trois étages Ville de Melun, partie nord : étude d'aménagement (échelle 1 : 2000). Partie droite du document Ville de Melun, partie nord : étude d'aménagement (échelle 1 : 2000). Partie gauche du document Tour de logements, rue des Castors prolongée : vue d'ensemble, depuis l'ouest. IVR11_20057700535VA
    Auteur :
    [commanditaire] office départemental des HLM de Seine-et-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    seine-et-Marne : de l'ouest vers l'est, route de Corbeil, Beauregard et Montaigu. Plusieurs Après la seconde guerre mondiale, le plateau nord de Melun fait l'objet d'une grande opération d'aménagement dirigée par l'architecte-urbaniste Louis Arretche, également responsable du secteur de Dammarie -lès-Lys. Trois grands ensembles sont édifiés sur le plateau pour l'office départemental des HLM de expérimentations d'économie de main d’œuvre (procédés EMO) sont mises en œuvre au cours de cette opération d'envergure, destinée à faire de Melun l'un des trois M, autrement dit l'une des trois villes seine-et -marnaises appelées à désengorger la capitale par l'essor de leur population (avec Meaux et Montereau-Fault -Yonne). Ce secteur fait actuellement l'objet d'une campagne de réhabilitation sous l'égide de l'ANRU.
  • tableau : Portrait d'un président du tribunal
    tableau : Portrait d'un président du tribunal Melun - 43 rue du Général de Gaulle - en ville
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Inscriptions & marques :
    Signature et date peintes en rouge, dans le coin inférieur gauche de la toile : Alfred Loudet
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    président du tribunal de Seine-et-Marne, avec la Légion d'Honneur et ?. Il tient sa coiffe de la main gauche. portrait, homme : à mi-corps, juge, décoration ; Portrait à mi-corps d'un homme en costume de
    Localisation :
    Melun - 43 rue du Général de Gaulle - en ville
1 2 3 4 27 Suivant