Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 18 sur 18 - triés par pertinence
  • Stade dit Stade de la Société d'Education Physique Alsacienne et Lorraine de Paris
    Stade dit Stade de la Société d'Education Physique Alsacienne et Lorraine de Paris Le Perreux-sur-Marne - 76 allée Guy Moquet - en ville - Cadastre : 1985 AY 92
    Description :
    le club house.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale architectures du sport dans les Hauts-de-Seine et Val-de-Marne 1870
    Illustration :
    Bains de l'Alsace-Lorraine en 1934 (démolis). Carte postale. (AD Val-de-Marne. 2 Fi Le-Perreux-sur -Marne 170) IVR11_19869400643XB Le hall du pavillon des vestiaires. IVR11_19869400573X Monument par souscription : ""Le serment du cadet"", par Pierre Jatu, 1923. IVR11_19869400579X
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 76 allée Guy Moquet - en ville - Cadastre : 1985 AY 92
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • école des Joncs Marins, puis Groupe scolaire Jules Ferry
    école des Joncs Marins, puis Groupe scolaire Jules Ferry Le Perreux-sur-Marne - 8 rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1979 G 73
    Illustration :
    Façade postérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401524XB
    Représentations :
    sujet : armes de la ville du Perreux
    Historique :
    Ecole construite par P. Mathieu, architecte au Perreux et l'entrepreneur E. Maingonnat en 1899
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 8 rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1979 G 73
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste Le Perreux-sur-Marne - 19 allée de Stalingrad - en ville - Cadastre : 1979 AF 74
    Illustration :
    Vue de situation prise du sud. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401520XB Façade antérieure. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401518XB Vue générale de la nef prise en direction du choeur. Carte postale. (AD Val-de-Marne
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 19 allée de Stalingrad - en ville - Cadastre : 1979 AF 74
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Demeure
    Demeure Le Perreux-sur-Marne - 4 place Robert Belvaux - en ville - Cadastre : 1979 Z 45
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 4 place Robert Belvaux - en ville - Cadastre : 1979 Z 45
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Maison dite Chalet Montaigne
    Maison dite Chalet Montaigne Le Perreux-sur-Marne - 38 quai de Champagne - en ville - Cadastre : 1985 AH 50
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 38 quai de Champagne - en ville - Cadastre : 1985 AH 50
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Poste
    Poste Le Perreux-sur-Marne - 101 avenue Georges Clémenceau - en ville - Cadastre : 1979 AC 106
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 101 avenue Georges Clémenceau - en ville - Cadastre : 1979 AC 106
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Maison
    Maison Le Perreux-sur-Marne - 24 rue de la Gaîté - en ville - Cadastre : 1985 T 81
    Illustration :
    Plan et élévation antérieure. (AD Val-de-Marne. 27 J 192) IVR11_19869400730X Plan de la terrasse et élévation postérieure. (AD Val-de-Marne. 27 J 192) IVR11_19869400732X Plan de la terrasse et élévation postérieure. (AD Val-de-Marne. 27 J 192) IVR11_19869400731X Plan, coupe, élévation de la pergola. (AD Val-de-Marne. 27 J 192) IVR11_19869400733X Vue perspective de la pergola. (AD Val-de-Marne. 27 J 192) IVR11_19869400734X Détail de la porte d'entrée et de son motif ornemental en fer forgé, un oiseau posé sur des
    Historique :
    Maison construite entre 1926 et 1939 par Gérard Tissoire, architecte à Nogent-sur-Marne.
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 24 rue de la Gaîté - en ville - Cadastre : 1985 T 81
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • pont Neuf
    pont Neuf Meaux - Cadastre : non cadastré
    Description :
    Ce pont en béton armé repose sur deux piles proches des rives de la Marne. Il assure la communication est-ouest entre le quartier du Marché et la rive droite.
    Hydrographies :
    la Marne
    Illustration :
    La Marne et le Pont Neuf, vus depuis le pont Foch. IVR11_20127700818NUC4A Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf, vu de l'amont Vue panoramique, prise depuis un ballon captif : le pont Neuf et le port de plaisance, vus du nord . Dans le fond, le pont Foch. IVR11_20127701179NUC4A Vue panoramique prise depuis le clocher de la cathédrale : le port de plaisance et le pont Neuf, vu
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    Le pont Neuf fut mis en service en 1938. Il remplaçait une passerelle piétonne sur bateaux, mise en
  • Stade dit Stade Léopold Bellan
    Stade dit Stade Léopold Bellan Bry-sur-Marne - 67bis avenue de Rigny - en ville - Cadastre : 1981 D 24
    Illustration :
    plein-air existants). (AD Val-de-Marne. Bry-sur-Marne 1 M9) IVR11_19869400693X Plan de la salle de gymnastique (actuellement tennis couvert). (AD Val-de-Marne. Bry-sur-Marne 1 M9 Entrée du stade et salle de gymnastique. Photographie ancienne. (AD Val-de-Marne. Bry-sur-Marne 1 Inscription sur le portail est : ""Préparation militaire"". IVR11_19909400042XA Inscription sur le portail est :"" Jeux et Sports"". IVR11_19909400045XA Inscription sur le portail est : ""Education physique"". IVR11_19909400048XA Vue de la maison de convalescence de l'association Léopold-Bellan, construite dans le parc du stade Vue de l'école de plein air et d'éducation physique, pavillon dans le parc. Carte postale (association Léopold-Bellan) dans le parc du stade. Carte postale. (Collection particulière entrée donnant sur l'avenue de Rigny. IVR11_19869400520X
    Historique :
    après la construction du RER traversant le terrain en 1978. Tribune démolie vers 1985.
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - 67bis avenue de Rigny - en ville - Cadastre : 1981 D 24
    Aires d'études :
    Bry-sur-Marne
  • maisons, immeubles
    maisons, immeubles Champigny-sur-Marne
    Illustration :
    Vue de la place d'Armes. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française Champigny-sur-Marne) IVR11_20069400511XB Maison, 44 allée Watteau. Parent, Claude (architecte). Vue de la maison depuis le quai de la Marne sur le paysage. Tiré de : Elle, 18 décembre 1959. (Musée d'Ile-de-France, Sceaux , Adolphe (architecte). (AM Champigny-sur-Marne. Boîte 008 838) IVR11_20079400343XA , élévations et coupes, 1912. Remson, A.et Robinne, P. (architectes). (AM Champigny-sur-Marne. Boîte 008 838 coupes, 1912. (AM Champigny-sur-Marne. Boîte 008 838) IVR11_20079400347XA , entrepreneur-promoteur de Nogent-sur-Marne. IVR11_20069400451VA Immeuble, 82-24 rue Musselburgh. Vue générale depuis le chemin de contre-halage le long de la Marne Maison, 44 allée Watteau. Vue d'ensemble depuis le contrebas du chemin bordant la Marne de la
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
  • Avon - usine de matériel d'équipement industriel de la société PIC, puis Venot-Pic, puis Fives-Cail Babcock actuellement pépinière d'entreprises, logement et centre d'action sociale
    Avon - usine de matériel d'équipement industriel de la société PIC, puis Venot-Pic, puis Fives-Cail Babcock actuellement pépinière d'entreprises, logement et centre d'action sociale Avon - 36 avenue Franklin-Roosevelt - en ville - Cadastre : 2012 A 1257
    Description :
    déploie sur 64 m et 5 niveaux dans le style des Palaces de la côte normande avec des influences du courant tandis que le pignon en compte trois. La travée centrale occupée par la cage d'escalier est vitrée, sur en fer forgé ainsi que le traitement de l'avant-corps et de la marquise surmontant l'entrée et la ajoute également, dans le prolongement de l'avant-corps préexistant au centre de la façade arrière, une un module répétitif basé sur un quadrillage en béton supportant les vitres et souligné par un rez-de-chaussée, encadre la nouvelle aile. L'ensemble accueille le principal siège d'activité de la travaux de conception et de dessin, les grandes baies vitrées éclairant les multiples tables à dessin. Le années 1990). La partie méridionale de la station d'essai, à l'origine sur trois niveaux, était réservée aux laboratoires d'analyse des échantillons de minerai. L'espace nord, entièrement libéré sur une
    Cadre de l'étude :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Pavillon sur le site de l'ancienne station d'essais PIC. IVR11_20097700962NUC4A Plan de l'hôtel Savoy. (AD Seine-et-Marne, SC 11053 ) IVR11_20097701592NUC2A Plan de l'hôtel Savoy et de son parc. (AD Seine-et-Marne, SC 11053 ) IVR11_20097701593NUC2A Façade de l'ancien hôtel Savoy. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3) IVR11_20097701631NUC2A Ancien hôtel Savoy, extension PIC de nuit. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J3 -Marne, 256J1) IVR11_20097701603NUC2A Seine-et-Marne, 256J1) IVR11_20097701604NUC2A . Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J1) IVR11_20097701606NUC2A Elèves de l'école de dessin fondé par PIC à Fontainebleau. Photographie. (AD Seine-et-Marne, 256J1 Ecole de dessin créée par la société PIC à Fontainebleau-Avon. Photographie. (AD Seine-et-Marne
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    1937, les bureaux d'études sont installés à Nogent-sur-Marne (25 bd de Strasbourg) puis déménagent à 1965, sur le site d'Avon, il passe de 400 à 250 employés. Pour loger le personnel, la PIC achète ou Au début des années 1920, l'ingénieur Christian Wolf met au point l'autodeschisteur, pour le lavage Fontainebleau (43 rue Royale). Le premier lavoir réalisé par la PIC est installé en 1928-29, dans le sud PIC connaît un important essor dans le cadre de la reconstruction et des plans de modernisation des , notamment le lavoir Reumaux de Freyming Merlebach (1952). Une autre filiale est implantée à Paris, PIC -Hermel (55 rue Hermel), en 1948. Le site accueille jusqu'à 120 dessinateurs et cadres. La même année, les mettent au point procédés et installations nécessaires aux industries extractives, depuis l'extraction, le d'atelier de fabrication, la société en sous-traite la construction mais assure le contrôle de fabrication puis le montage. Les techniques PIC sont diffusées grâce aux filiales implantées dans les pays
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
  • cité jardin
    cité jardin Champigny-sur-Marne - en ville - Cadastre : 1974 BI 1 A 6, 35, 40
    Illustration :
    Vue des entrées du groupe scolaire Albert-Thomas. Carte postale. (AM Champigny-sur-Marne postale. (AM Champigny-sur-Marne) IVR11_20069400515XB Vue du groupe scolaire depuis les cours. Carte postale. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny 571 Vue d'un immeuble Carte postale, vers 1932. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny 502 Vue des bâtiments, habitations des gardes mobiles. Carte postale. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny Intérieur d'une cage d'escalier du groupe scolaire Albert-Thomas, rue Karl-Marx. Le sol et une Buste d'Albert-Thomas, placé devant l'école du même nom, réalisé par le sculpteur campinois, en
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne - en ville - Cadastre : 1974 BI 1 A 6, 35, 40
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
  • orgue
    orgue Meaux -
    Description :
    Le Grand-Orgue comporte trois tourelles (celle du centre étant la moins élevée) et deux doubles plates-faces. Le Positif présente la même composition mais avec des plate-faces simples. Nombre total des
    Annexe :
    Documentation Documents d’archives A.D. Seine-et-Marne : - 23 V 1. - 3 V 14 (restauration de l’orgue par Dallery, 1833-1834). Bibliographie ANONYME, « Le grand orgue de la cathédrale de Meaux en orgues de la cathédrale le 21 octobre 1934 », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, Meaux, 1934, p . 309-310. Auguste ALLOU, Notice historique et descriptive sur la cathédrale de Meaux, Meaux, 1839, p et d’art du diocèse de Meaux, 1957, p. 328. Norbert DUFOURCQ, Le Livre de l’orgue français, tome II : Le buffet, Paris, 1969. Norbert DUFOURCQ, « Le grand-orgue de la cathédrale de Meaux », Revue orgues de la Seine-et-Marne et de l'Essonne, Paris : Aux Amateurs de Livres, ARIAM, 1991, p.153-158 , archevêque de Tours à l’occasion de leur restauration le 21 octobre 1934, s. d., 8 p. HARDOUIN (Pierre ), Connaissance de l’orgue, n° 11-12, 13, 1975, p. 6, N° 17, 1976, p. 6-16. François LEDIEU, « Mémoire sur de Brie », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1894, p. 243-248, 256-260. René PENEAU et alii, Le
    Illustration :
    Parties supérieures du grand orgue, vues depuis le triforium de la nef. IVR11_20087701317NUC4A
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Représentations :
    Le Grand-Orgue est couronné par trois statues : deux anges sur les tourelles latérales, et le Christ sur la tourelle centrale. Des harpies, dont le style s'apparente à celles du buffet de Dreux
    Emplacement dans l'édifice :
    sur la tribune d'orgue
    Historique :
    vers 1770. Par la suite, la famille Dallery est intervenue à plusieurs reprises sur l'orgue : Pierre restauration dans le goût néo-classique. Enfin en 1978-1980, une autre intervention a été menée par la maison Gonzalez, portant l'orgue à 67 jeux. Actuellement, l'instrument présente donc, comme parties anciennes, le
  • monument aux morts de la guerre 1914-1918
    monument aux morts de la guerre 1914-1918 place Cardinal Mercier
    Description :
    Marne à laquelle fait pendant une représentation du Mont saint Michel à gauche. Sur la bordure Le vitrail patriotique est consacré aux morts de la première guerre mondiale et représente les deux à qui ils assurent le salut éternel. Dans la lancette de droite, une s¿ur de la charité donne à ornés de lampes en forme de glands. Au centre de la composition se détache une épée le long de laquelle grimpent branches d'olivier et de chêne se détachant sur une mosaïque de smaltes à fond or. Au dessus se détache le bas relief évoquant la douleur : la France tient un de ses fils morts dans ses bras, à l'image
    Observation :
    Cette oeuvre de ferronnerie d'art est l'unique objet visible à Enghien par le public, de l'oeuvre d
    Illustration :
    Bas côté nord, vue d'ensemble du monument avec le vitrail correspondant. IVR11_20089500022NUC4A Verrière patriotique, baie 9, bas côté nord par le peintre verrier parisien L. Terrien : saint
    Inscriptions & marques :
    PEREFECIT / E. ROBERT ECREGIUS ARTIFEX ; signature : 1914/E. DERRE ; signature en bas à gauche sur le date peint sur l'oeuvre inscription concernant le commanditaire signature sculpté sur l'oeuvre inscription concernant le commanditaire : HOC SUIS CARISSIMIS/PERAMANTER EREXERUNT PAROCHIANI / E
    Matériaux :
    verre transparent grisaille sur verre jaune d'argent
    Historique :
    Monument initié par le chanoine Simonin dès 1915. Le lieu de sa mise en place a été finalisé Dame de Lourdes. En raison de la guerre, les travaux ont du mal à être réalisés et le curé ouvre une souscription en 1918, année durant laquelle est installé le vitrail patriotique (daté de 1915). En 1919, le curé déplore encore le retard dans l'apposition des plaques de marbre aux noms des disparus. Le noms des lieux des grandes batailles, la Belgique, la Champagne, Verdun, l'Alsace, la Marne, la artistes : le vitrail patriotique a été exécuté par le maître verrier parisien L. Terrien, les pièces de ferronnerie par le ferronnier d'art Emile Robert et le bas-relief par le sculpteur enghiennois Emile Derré. Ce
  • hôtel du département de la Seine-et-Marne
    hôtel du département de la Seine-et-Marne Melun - 12 rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Titre courant :
    hôtel du département de la Seine-et-Marne
    Description :
    , organisés autour de deux cours. La cour occidentale, sur l'emprise du cloître de Saint-Père, conserve au sud le seul vestige de l'abbaye : une arcade en gresserie. Cette cour est fermée, au nord, par un hall de
    Illustration :
    La façade : vue d'ensemble. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) relie le bâtiment des archives (1893), à gauche, au pavillon néo-classique (1969), à droite. Dans le fond à droite apparaît La cour occidentale de l'hôtel du département, vue depuis l'angle sud-est. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) clôt la cour vers le nord. IVR11_20047700212VA Vue générale, depuis le sud-ouest. IVR11_20047700204XA
    Précisions sur la protection :
    Façades, arcades et toitures des bâtiments entourant le cloître : inscription par arrêté du 9
    Historique :
    Le conseil général de la Seine-et-Marne, d'abord hébergé dans l'ancien couvent des Carmes une salle de lecture pour les archives départementales (présentes sur le site depuis 1809). En 1937 déplacée dans l'ancienne salle capitulaire. En 1893, on édifie sur les plans de Léon Majoux un magasin et reconstruite. En 1969, le pavillon à gauche de l'entrée d'honneur de la préfecture est réédifié. En 1971, une nouvelle salle du conseil est élevée. En 1998, on la démolit, en même temps que le pavillon des archives de
  • minoterie appelée Moulins de Melun
    minoterie appelée Moulins de Melun Melun - rue du Château - en ville - Cadastre : 1985 AV 17
    Description :
    , donnant sur la Seine, est occupée par des silos aveugles à cellules apparentes. A l'arrière des silos, le bâtiment est divisé en son milieu pour former deux grande salles à chaque niveau. Le grain arrivé soit par péniche, soit par camion, était nettoyé puis parcourait 27 fois le moulin de bas en haut, passant par les broyeurs, les quatre sasseurs et brosses à son, et les cinq plansichters. Le blé accomplissait son circuit
    Illustration :
    , sur le distributeur : ""Importé de Suisse / Bulher Frères / Uzwil-Paris / n° 78096 Plan de la minoterie Girardière. Calque aquarellé, 1859. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 301 Rue du Bac et les Moulins : vue d'ensemble de la minoterie depuis le sud-ouest, vers 1912. Carte Les Moulins Camus vus du sud, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Façade des silos sur la Seine. Photogravure, 1949. Tiré de : L'Architecture française La façade, sur la rue du Château. Tiré de : Les nouveaux Moulins de Melun, dans La Meunerie Elévation sud : le front de Seine. IVR11_20017700016VA Elévation nord : façade de la minoterie, sur la rue du Château. IVR11_20027700510VA Façade est. De droite à gauche, les silos et le moulin. IVR11_20027700513VA Façade ouest. De gauche à droite : le magasin et l'Avant-nettoyage. IVR11_20017700019X
    Historique :
    Les Moulins de Melun sont implantés sur un site dévolu à la meunerie depuis le Moyen Age (voir le , puis Grands Moulins de Melun, dont les machines sont renouvelées en 1928. Détruits par un incendie le 23 août 1944, à la Libération, les Moulins de Melun sont reconstruits sur les plans de l'architecte Bühler. La principale innovation réside dans le système d'élévation pneumatique. L'installation, très automatisée, ne nécessite que dix ouvriers, pour une production journalière de 400 quintaux de farine. Le projet de reconstruction est approuvé par le M.R.U. et le Ministère de l'Agriculture en août 1945. En mai : seuls les masques des silos sur la Seine ne sont pas encore exécutés. La date 1947 apparaît sur une
  • Bains douches de la rue de la Bidassoa
    Bains douches de la rue de la Bidassoa Paris - 27 rue de la Bidassoa - en ville - Cadastre : 2016 CB 22
    Description :
    décrochement, qui autorise l’architecte à disposer, dans l’intervalle entre le bâtiment et la courbe de la rue soutenu, qui tranche avec les bandeaux lisses des frontons et le béton brut du soubassement et de la haute murales le plus souvent ornées de simples carreaux de faïence blanche (Deux-Ponts, Castagnary), les bains - entiers ou en casse - dans le vestibule, les cages d’escalier et les salles d’attente, sols en grès cérame
    Illustration :
    ), située à Ecuelles, aujourd'hui sur la commune de Moret-Loing-et-Orvanne (Seine-et-Marne). Cette société Vue de l'une des plaques portant le règlement intérieur des bains douches, dans l'entrée Vue de l'une des plaques portant le règlement intérieur de l'établissement de bains douches, dans Vue générale depuis le vestibule : à gauche, la salle d'attente et les cabines réservées aux femmes ; à droite, le départ de l'escalier conduisant aux cabines des hommes. IVR11_20177500005NUC4A à droite, le départ de l'escalier menant aux cabines des hommes, situées au premier étage Le départ de l'escalier menant au premier étage et aux cabines réservées aux hommes Le décor de la cage d'escalier, avec ses carreaux de faïence émaillée - entiers et en casse Le décor de la rampe d'escalier, avec ses carreaux de faïence émaillée en casse Le palier du premier étage. IVR11_20177500012NUC4A
    Historique :
    bains-douches) d'un programme-type, défini en 1922. Ils sont inaugurés le 4 juin 1935, dans le quartier , déjà co-auteur des bains-douches de la rue de Buzenval (Paris, 20e) (1927). Sur un îlot triangulaire grevé dans toute sa longueur par le passage d’un tunnel du chemin de fer de la Petite Ceinture élèves. Achevés en dernier, les bains-douches comportent soixante-quatre cabines réparties sur deux irrégulier. Dès le vestibule, protégé par une porte à deux vantaux indépendants, le public est canalisé pour reçu son linge, il est orienté vers les cabines, sous le regard vigilant du directeur dont le bureau donne sur l’entrée. Les espaces d’accueil et de circulation sont particulièrement développés dans
  • abbaye Notre-Dame de Chaage
    abbaye Notre-Dame de Chaage Meaux - 20 rue de Chaage - - Cadastre : BW 242, 253
    Description :
    abbatiaux sont quant à eux construits sur la partie orientale, le long de la rue de Chaage. Ils s'organisent occupe une vaste parcelle aujourd'hui bordée par le chemin de fer, la rue de Chaageet la rue Georges salles de classes et le réfectoire. L'aile sud est formée par la chapelle du séminaire, en grande partie
    Illustration :
    Le sanctuaire de la chapelle du grand séminaire (état d'origine). Photographie ancienne. (Musée Photographie d'une autre oeuvre de l'architecte Henry Faucheur : le séminaire de Saint-Jean-les photographie de l'ancien cimetière de Chaage (avec pots à feu). Photographie. (AD Seine-et-Marne Seine-et-Marne. MDZ 513-5) IVR11_20137700062NUC4A Détail d'une corniche, sur la façade de l'ancienne chapelle des soeurs de la Visitation La façade sur la rue de Chaage, vue du sud. Au fond, la voie ferrée. IVR11_20097701460NUC4A Vue panoramique de l'établissement et de ses abords, depuis le clocher de la cathédrale Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur depuis la tribune Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700855NUC4A Chapelle de l'abbaye notre-Dame de Chaage. Vue perspective vers le choeur. IVR11_20097700856NUC4A
    Précisions sur la protection :
    Chapelle inscrite en totalité y compris le décor intérieur par arrêté du 09 04 1998.
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    rachetés sur l'ordre de Mgr de Faudoas, évêque de Meaux. S'y installèrent le grand et le petit séminaire reconstruite et consacrée en 1616. En 1781, la chapelle du Rosaire fut transformée par le maître-maçon meldois Jean François Scellier pour former le bas-côté au sud de l'église. A la Révolution, l'ensemble abbatial cloître dont le gros-oeuvre date probablement du début du XVIe siècle mais a été rhabillé au XVIIe siècle
1