Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 14 sur 14 - triés par pertinence
  • Ensemble de 4 statues du campanile (détruites).
    Ensemble de 4 statues du campanile (détruites). Paris 14e arrondissement
    Titre courant :
    Ensemble de 4 statues du campanile (détruites).
    Description :
    des fonctions de l’État Civil, elles représentaient : La Naissance (une jeune femme tient dans ses , et dans la gauche le drapeau national. Près de lui, sur un petit piédestal, est placée une urne), Le Mariage (symbolisé par une jeune fille vêtue du voile et de la robe de mariée), La Mort (une femme vêtue d'habits de deuil porte dans la main gauche une couronne d'immortelles; elle cache son visage dans sa main
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    Chaque statue mesurait 2,20 mètres de hauteur.
    Historique :
    Ces quatre statues font partie du programme architectural de la mairie de Montrouge édifiée entre par la commune de Montrouge. Déposées au moment de l'agrandissement de la mairie à partir de 1881
    Référence documentaire :
    Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils. Paris, Librairie Plon, 1889, T.2, p.22.
  • Kiosque à musique (détruit)
    Kiosque à musique (détruit) Paris 14e arrondissement - rue Brézin rue Boulard - en ville
    Description :
    Le kiosque à musique était une construction de forme octogonale. Un emmarchement de 5 marches , ceint d'un garde corps métallique, supportait 8 colonnes de fonte et une couverture en zinc.
    Illustration :
    La statue de Michel Servet et la Musique de la Garde Républicaine au Kiosque place de Montrouge
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Nous n'avons pas retrouvé de documents relatifs à la construction de ce kiosque à musique, sans doute contemporain de la halle voisine. Il fut détruit en 1937 après qu'un arbre de la Liberté planté à
    Référence documentaire :
    L'architecture de fer, France : XIXe siècle Lemoine, Bertrand. L'architecture de fer, France Archives de Paris. VM90/7. Place de Montrouge, 1932-1937. Archives de Paris. VM90/7. Place de Archives de Paris. WM90/404. Square Archives de Paris. WM90/404. Square
  • Statue : Monument à Michel Servet
    Statue : Monument à Michel Servet Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Description :
    La figure de Michel Servet est représentée debout, les bras croisés sur la poitrine, portant de central, le , est particulièrement ouvrage et ceint d'un motif de chaines sur ses quatre faces. Enfin , l'ensemble formé par la sculpture et son socle est entouré de chaines reliant des bornes de pierres couronnées d'éléments de fonte évoquant les flammes.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    La statue de Michel Servet et la Musique de la Garde Républicaine au Kiosque place de Montrouge Vue de trois quart de la statue. IVR11_20157500282NUC4A Vue de trois quart droit de la statue. IVR11_20157500283NUC4A Vue du dos de la statue. IVR11_20157500284NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    espagnol (1511-1553), martyr de la pensée, condamné à être brulé vif pour hérésie par le Conseil des Deux -Cents de Genève, à l'instigation de Jean Calvin qu'il avait attaqué. Cette statue a été commandé par la Ville de Paris à Jean Baffier en 1904 et inaugurée en 1908. Prévu pour être installé place de la Vieille Jean Baffier, installé sur l'ancienne place de Montrouge, à l'extrémité de l'actuelle square de L'Aspirant Dunand. C'est la seconde œuvre de Jean Baffier à cette endroit, son buste de Marianne lui faisant
    Référence documentaire :
    Monumental intolerance : Jean Baffier a nationalist sculptor in fin-de-siecle France. Mc William N . Monumental intolerance : Jean Baffier a nationalist sculptor in fin-de-siecle France. Editeur The Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris - Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris
  • Halle (détruite)
    Halle (détruite) Paris 14e arrondissement - rue Brézin rue Boulard - en ville
    Description :
    La halle dite Marché Brézin était un vaste bâtiment de forme rectangulaire et de structure métallique. Ses quatre façades comportaient un soubassement de briques surmonté d'arcades abritant des baies recouvert de zinc et surmonté d'un lanterneau qui assurait éclairage et ventilation.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Murs :
    fonte pan de métal
    Illustration :
    Plan masse de l'hôtel de ville, des écoles et du square vers 1896. (AD Paris. Petit Montrouge, 81e Plan du quartier du Petit Montrouge dressé par le service des Plans de la Ville de Paris, 1911 Paris XIVe arrondissement- Rue Brézin, square du Marché de Montrouge. IVR11_20157500566NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    laisser la place à un nouveau square (actuel square Aspirant-Dunand) au sud du square de Montrouge. On peut rapprocher sa typologie de plusieurs marchés parisiens construits selon le modèle des halles dite
    Référence documentaire :
    Archives de Paris. VM90/7. Place de Montrouge, 1932-1937. Archives de Paris. VM90/7. Place de Archives de Paris. WM90/404. Square Archives de Paris. WM90/404. Square Les Halles de Paris Lemoine, Bertrand. Les Halles de Paris. Paris, L’Équerre, 1980. L'architecture du fer. France : XIXe siècle Lemoine, Bertrand. L'architecture du fer. France
  • Hôtel de ville du 14e arrondissement
    Hôtel de ville du 14e arrondissement Paris 14e arrondissement - 2 place Ferdinand Brunot - en ville - Cadastre : 2014 CL 63
    Titre courant :
    Hôtel de ville du 14e arrondissement
    Description :
    Le bâtiment originel est d'ampleur modeste, comme peut l'être une mairie de village. Une description complète de son état d'origine figure dans une notice architecturale publiée en 1878 dans l "Inventaire Général des œuvres d'art appartenant à la ville de Paris dans les édifices civils" (cette description est retranscrite en annexe). Il s'agissait d'un édifice carré, à deux étages. Le rez de chaussée des pilastres corinthiens supportant une frise à modillons et à têtes de lions. Au dessus, se trouve un étage de comblé, percé d'oeils-de-boeuf. Le bâtiment est couvert d'un toit à longs pans à croupe de quatre statues d'Hyacinthe Chevalier personnifiant les actes de l’État Civil et encadrant les lanternon abritant une cloche. Le soin apporté au décor de la salle des mariages, dont le plafond est en chêne sculpté à caisson, relève de la même attention. Les travaux d'agrandissement conduits par Émile Auburtin entre 1882 et 1891 portèrent sur la construction de deux pavillons de part et d'autre de la partie
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Annexe :
    Inventaire général des oeuvres d'art appartenant à la ville de Paris dans les édifices civils, 1878 . "C'est un édifice carré, complétement isolé, à deux étages de fenêtres. celles du premier étage sont cintrées et séparées par des pilastres corinthiens supportant une frise à modillons et à têtes de lions. Au -dessus règne un étage de comble, éclairé par des oeils-de_boeufs. De la façade principale, donnant sur , décoré de pilastres d'angle et terminé par un campanile flanqué, aux quatre angles, de statues personnifiant les principaux actes de la vie civile, qui supportent des frontons demi-circulaires, dont chaque colonnettes. Du porche, on pénètre dans un péristyle décoré de colonnes, qui précède l'escalier monumental en fenêtre, dont trois donnent sur la façade principale et deux sur une face latérale. Vis à vis de la porte d'entrée, se trouve une cheminée monumentale en marbre blanc orné de médaillons en ronde bosse et de rinceaux. Au-dessus, une arcade aveugle renferme une table de marbre sur laquelle est inscrite la liste des
    Statut :
    propriété de la commune
    Destinations :
    hôtel de ville
    Illustration :
    Vue de la Mairie de Montrouge dessiné par Fichot, vers 1860 (Paris, Musée Carnavalet, fonds Plan du rez de chaussée de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Plan des caves de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Projet d'agrandissement de la Mairie du XIVe, élévation principale, dressé par A-E Auburtin en 1881 Plan du premier étage de la Mairie Place de Montrouge relevé en 1877. (AD75. V27-M4 art.1-13 Plan du rez de chaussée de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Projet d'agrandissement de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin en 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan de coupe de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan du 1er étage de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13 Plan du sous-sol de la Mairie du XIVe dressé par A-E Auburtin, 1881. (AD75 V27 M4 art.1-13
    Dénominations :
    hôtel de ville
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Escaliers :
    escalier dans-oeuvre escalier de type complexe en maçonnerie
    Historique :
    La proximité du mur d'octroi ayant déplacé le noyau vital de Montrouge à proximité de Paris, la Monarchie de Juillet. L'hôtel de ville de Montrouge fut construit de 1851 à 1855 par Claude Naissant , architecte en chef de l'arrondissement de Sceaux sur un terrain acheté par la commune de Montrouge à l'Assistance Publique en 1849. Cette construction se fit à l'initiative d'Alexandre Dareau, maire de la commune par la Ville de Paris en 1860, l'hôtel de ville a fait l'objet d'extensions pour adapter son fonctionnement aux besoins d'une population plus nombreuse. Le baron Haussmann, préfet de la Seine, fit le choix de ré-employer le bâtiment existant, en l'agrandissant et en créant une véritable place de la mairie prolongée d'un square. Élaborée à l'échelle du quartier, la composition de ces édifices édilitaires sur la place (le corps central de la mairie dans l'axe majeur) tend donc à créer un espace urbain global de ces extensions sont proposés par Émile Vaudremer en 1862 (un projet, non daté, est consultable aux
    Référence documentaire :
    Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils. Paris, Librairie Plon, 1889, T.2, p.22. Casier archéologique. Document de séance du 20/01/2009. Commission du Vieux Paris. Casier archéologique. Document de séance du 20/01/2009. Commission du Vieux Paris. Archives de Paris. V27M4 art.1-13, Mairie du XIVe. Archives de Paris. V27M4 art.1-13, Mairie du
  • Buste : Marianne
    Buste : Marianne Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue de face du buste. IVR11_20157500350NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le buste de Marianne fut réalisé par Jean Baffier et installé devant la mairie principale du XIVe arrondissement en 1881, au moment des travaux d'agrandissement et d'embellissement de l'édifice et du square . C'est la seconde œuvre de Jean Baffier à cet endroit, son Monument à Michel Servet lui faisant face dans le square de L'Aspirant Dunant.
  • Cheminée de la salle des mariages
    Cheminée de la salle des mariages Paris 14e arrondissement
    Titre courant :
    Cheminée de la salle des mariages
    Description :
    Relevant de la typologie des cheminées engagées, cette cheminée se compose d'un foyer encadré de marbre vert. Le tableau de l'âtre est orné d'un décor en damier bordé d'une frise géométriques en carreaux vernissés. Le contre-coeur se compose d'une plaque de fonte figurant un médaillon central portant l'inscription "RF" (pour République Française), traversé d'une épée, d'un rameau de laurier et d'un bouclier. Le foyer est encadré de part et d'autre par deux piédroits au décor de faunes engainés. Sur le sol, un pavement de marbre polychrome 'vert, rouge, beige, noir, gris) à motif géométrique forme la dalle du foyer . Au centre de l'entablement se trouve une pendule au cadran pivotant émaillé. La hotte droite qui surmonte la cheminée abrite en son centre un médaillon doré qui sert d'écrin au buste de Marianne.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue générale de la cheminée de la salle des mariages. IVR11_20157500138NUC4A Vue des piédroits du manteau de la cheminée. IVR11_20157500142NUC4A Vue du manteau de la cheminée. IVR11_20157500141NUC4A
    Inscriptions & marques :
    Le médaillon surmontant le buste de Marianne porte la date "1889".
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    Les dimensions de la cheminée se décomposent ainsi : Foyer : h 142, l 172; Contre-coeur : h 98, l
    Historique :
    La cheminée de la salle des mariage fait partie de l'important programme décoratif initié par l'architecte Auburtin, dans le cadre des travaux d’agrandissement et d'embellissement de la mairie dès 1881 . Cette cheminée monumentale a été réalisée par l'entreprise d'ameublement J.Boison, sise 44 bis rue de Charenton, faubourg Saint Antoine, Paris XIIe, d'après un dessin de l'architecte. Elle comporte une horloge dont le cadran est émaillé, réalisé par Bozzel et au centre de la hotte, placée dans une mandorle dorée une Marianne de marbre exécutée par Jules Blanchard.
    Référence documentaire :
    Archives de Paris. V27M4 art.1-13. Mairie du XIVe. Archives de Paris. V27M4 art.1-13. Mairie du
  • Horloge de la cheminée de la salle des mariages
    Horloge de la cheminée de la salle des mariages Paris 14e arrondissement
    Titre courant :
    Horloge de la cheminée de la salle des mariages
    Description :
    Cette horloge se compose d'un cadran émaillé pivotant enchâssé dans une monture de bronze. Le mécanisme nécessite l'intervention hebdomadaire des horlogers de la Ville de Paris.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'horloge insérée dans l'entablement de la cheminée de la salle des mariages participe du programme
  • Statue : L'Éclaireur (œuvre disparue)
    Statue : L'Éclaireur (œuvre disparue) Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Description :
    Cette statue représente un soldat français pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Le corps
    Statut :
    propriété de la commune Propriété de la Ville de Paris déposée dans le square Ferdinand Brunot.
    Illustration :
    Vue de la statue "L'Eclaireur". IVR11_20157500487NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    guerre de 1870
    Historique :
    Œuvre en bronze dont le plâtre fût acquis par la Mairie de Paris auprès de l'artiste, Bernard -Adrien Steuer, au Salon de 1884 (E.U 89 V.P, n°135) . Le fondeur de la statue est Thiébaut. Elle fut
    Référence documentaire :
    Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Archives de Paris. WM90/5. Parcs et Jardins. Archives de Paris. WM90/5. Parcs et Jardins. Musée d'Orsay. Fonds Debuisson. Musée d'Orsay. Service de la documentation. Fonds Debuisson.
  • Immeuble, 18 rue Mouton Duvernet
    Immeuble, 18 rue Mouton Duvernet Paris 14e arrondissement - 18 rue Mouton Duvernet - en ville - Cadastre : 2014 CL 59
    Description :
    Immeuble élevé de quatre étages carrés dont la façade est organisé autour d'un axe central surmonté d'un fronton et flanqué de deux balcons au quatrième étage. Les fenêtres ont conservé leurs lambrequins . L'accès se fait par une porte bâtarde. Comme à l'origine, deux boutiques se trouvent au rez de chaussée.
    Illustration :
    Constructions sur cour et jardin-Plan, vers 1905. (Archives de Paris, VO11 2486 Façade de l'immeuble. IVR11_20157500624NUC4A Fronton de la façade. IVR11_20157500625NUC4A Porte batarde de l'immeuble. IVR11_20157500626NUC4A plaque figurant à côté de la porte d'entrée. IVR11_20157500627NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Un premier immeuble existait en 1862 élevé de deux étages carrés et d'un étage de comble. Il comportait deux boutiques, une épicerie et une gargote. Il a été reconstruit vers 1880. En 1923, un permis de construire a été déposé pour un bâtiment en rez de chaussée à usage de magasin et d'un atelier de draps qui se trouvent toujours à l'arrière du bâtiment. Le permis de construire fait mention d'un hôtel
    Référence documentaire :
    Calepins de la révision du cadastre Archives de Paris. Calepins de la révision du cadastre DP 4 Permis de construire VO11 2306 Archives de Paris. Permis de construire VO11 2306.
  • Immeuble, 22 rue Mouton Duvernet
    Immeuble, 22 rue Mouton Duvernet Paris 14e arrondissement - 22 rue Mouton Duvernet - en ville - Cadastre : 2014 CL 61
    Description :
    Immeuble de quatre étages carrés auquel on accède par une porte bâtarde. Façade ordonnancée par la superposition de deux balcons centraux et par un jeu de pilastres polychromes, ornés de briques. Au quatrième étage, se trouve un balcon filant dont la ferronnerie diffère de celles des balcons inférieurs. Deux boutiques occupent le rez de chaussée Sous l'encorbellement des balcons se trouvent des motifs sculptés représentant un mascaron portant la date de construction de l'immeuble (1880) et une agrafe surmontée d'une
    Illustration :
    Facade de l'immeuble. IVR11_20157500621NUC4A Vue de la date portée. IVR11_20157500622NUC4A Vue du motif sculpté au dessus de la porte. IVR11_20157500623NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Référence documentaire :
    Calepins de la révision du cadastre Archives de Paris. Calepins de la révision du cadastre DP 4
  • Ensemble de 3 peintures monumentales : les Fiançailles, le Repas de noces, la Famille
    Ensemble de 3 peintures monumentales : les Fiançailles, le Repas de noces, la Famille Paris 14e arrondissement - 2 place Ferdinand-Brunot
    Titre courant :
    Ensemble de 3 peintures monumentales : les Fiançailles, le Repas de noces, la Famille
    Description :
    Ensemble composé de trois toiles marouflées insérées dans des boiseries. Un cartouche sous chaque allégorique au profit du réalisme qui marque les trois grandes toiles. L'inspiration du Repas de noce semble dérivée du Bal à la campagne d'Albert Besnard. (décor de la mairie du IVe 1883). Ici la famille évoque la banquet qui suit et perd son caractère officiel pour s'apparenter à une scène de guinguette dans un paysage de proche banlieue. La Famille échappe aussi à la représentation traditionnelle du thème et . Maurice Chabas s'est efforcé de caractériser géographiquement chacun des paysages représentés : le quartier Montparnasse, pour le Repas de Noces, les fortifications pour La Famille, et le Parc Montsouris comme cadre de la scène de fiançailles. Le souci des détails vrais, le soin mis par l'artiste à présenter chaque composition à un moment différent de la journée et sa volonté de dresser un portrait social de l’arrondissement où vit alors une population mélangée composée d'ouvriers et de petits bourgeois
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Le repas de noces. IVR11_20157500144NUC4A Le repas de noces, le soldat. IVR11_20157500145NUC4A Le repas de noces, arrière plan. IVR11_20157500150NUC4A La famille, détail de la signature. IVR11_20157500148NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    L'un des œuvres, Fiançailles, est de format vertical et de dimensions différentes : 320x250
    Historique :
    Trente ans après l'achèvement de la mairie, le 21 novembre 1888 un concours fut ouvert pour l'exécution de trois panneaux destinés à décorer la salle des mariages. Le programme fut publié le 1er décembre 1888. Le 21 février 1889 les artistes élirent leurs représentants : Puvis de Chavannes, Luc-Oliver , Osbert, Le Sidaner et Vuillard, . C'est celui de Maurice Chabas qui reçut le prix d'exécution, Adrien que Maurice Chabas "a choisi pour thème de ses compositions la vie de nos faubourgs (...)". le Petit Palais, musée des Beaux Arts de la Ville de Paris conserve deux esquisses sur les trois peintes par Tanoux La Noce (inv.PPP 04272), projet non retenu et une esquisse de Georges Roussel Le Midi (inv
    Référence documentaire :
    Maurice Chabas, 1862-1947, peintre et messager spirituel Myriam de Palma. Maurice Chabas, 1862 ADAC PV délib conseil municipal. 21 novembre 1888. ADAC (Archives de la Direction des Affaires Culturelles de Paris) déposées au musée du Petit Palais.PV délib conseil municipal. 21 novembre 1888 (non République en scène. Les décors des mairies parisiennes : 1873-1914. Paris, Action Artistique de la Ville de
  • Buste : Marianne
    Buste : Marianne Paris 14e arrondissement
    Description :
    Buste de Marianne en marbre blanc. Coiffée d'un bonnet phrygien, l'allégorie de la République est représentée vêtue un corsage laissant deviner sa poitrine.Le buste de la figure est représenté avec une amorce de bras et posé sur un piédouche, lui même posé sur une console de bois surmontant la cheminée.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue d'ensemble du buste de Marianne dans la salle des mariages. IVR11_20157500139NUC4A Le buste de Marianne. IVR11_20157500140NUC4A
    Inscriptions & marques :
    Nous n'avons pas pu examiner précisément le revers de l’œuvre.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Œuvre réalisée par Jules Blanchard dans le cadre des travaux de décoration de la salle d'honneur de la mairie principale du XIVe arrondissement. Le buste de Marianne se trouve devant un médaillon doré intégré dans le manteau de la cheminée.
  • Statue : Paysanne d'Auvergne (oeuvre disparue)
    Statue : Paysanne d'Auvergne (oeuvre disparue) Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet
    Description :
    dos. Elle porte indifféremment les titres de "Paysanne d'Auvergne" (le sculpteur est originaire de
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue prise de face et devant la mairie annexe. IVR11_20157500488NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    paysan groupes de figures
    Historique :
    Œuvre en bronze acquise par la Mairie de Paris auprès de l'artiste, Jean-Ossaye Monbur, au Salon de
    Référence documentaire :
    Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Oeuvres d'Art Religieuses et Civiles, Documentation. Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris-Conservation des Archives de Paris. WM90/5, Parcs et jardins. Archives de Paris. WM90/5, Parcs et jardins.
1