Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 770 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • coffret pour le viatique
    coffret pour le viatique Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Le ciboire des malades porte deux poinçons : la Minerve et le poinçon de l'orfèvre, Maurice Chéret.
    Historique :
    sur le ciboire des malades mais aussi l'inscription sur la boîte : "M. Chéret. Maison Cabaret. 8 rue Ce coffret pour le viatique a été produit par la maison Chéret, comme l'indique le poinçon insculpé
    Dénominations :
    coffret pour le viatique
    Description :
    Le coffret comprend un petit ciboire pour les malades, deux ampoules pour les saintes huiles, un
    Titre courant :
    coffret pour le viatique
  • Fontaine-le-Port - moulin à farine de Barbeau, puis centrale hydroélectrique
    Fontaine-le-Port - moulin à farine de Barbeau, puis centrale hydroélectrique Fontaine-le-Port - domaine de Barbeau - R.D. 107 - en écart - Cadastre : 2012 D03 193, 322
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    Seine-et-Marne
    Historique :
    transférée à Fontaine-le-Port en 1156 et consacrée en 1178. Sur ce site marécageux, les arrivées d'eau sont l'origine, de l'installation d'un moulin. Au cours de l'époque moderne, le moulin à blé est mis en bail par les moines de l'abbaye. A partir de 1792, le domaine de Barbeau est en grande partie détruit, puis vendu comme bien national. A cette époque, le moulin, à deux paires de meules, est exploité par un Lézeau, supérieure générale de la Légion d'honneur, de nouvelles constructions voient le jour. Cette tentative ayant échoué, le domaine est à nouveau mis en vente. En 1837, il devient propriété d'un négociant , Mr Grenvuillet, qui détruit une partie des vestiges de l'abbaye. Au milieu du 19e siècle, le paires de meules actionnées par une machine à vapeur. Après la faillite de cette installation, le domaine est mis en adjudication le 5 mars 1869. L'acquéreur, M. Descole, fait démolir le moulin vers 1872 . L'année suivante, le domaine est vendu à M. Barthés qui fait construire le château actuel. Dans les années
    Canton :
    Châtelet-en-Brie (Le)
    Description :
    alimenté par une résurgence ainsi qu'une prise d'eau sur le rû de Fontaineroux, située à environ 500 m en Seuls les aménagements hydrauliques sont encore visibles. Le bassin de retenue, réservoir de amont du moulin. Le volume du bassin, qui a varié au cours des siècles (divisé par deux lors de la levée . Le déversoir est aménagé au sud du bassin avec lequel il communique par une vanne. Le trop-plein est conduit jusque dans le rû de Fontaineroux par ce canal dont le muret occidental est maçonné en moellons siècle. A l'ouest du bassin de retenue, le canal d'amenée, d'environ 2 m de large et 20 m de long, est siècle. Le canal de fuite du moulin est souterrain (dès l'origine de l'installation semble-t-il). Sa
    Localisation :
    Fontaine-le-Port - domaine de Barbeau - R.D. 107 - en écart - Cadastre : 2012 D03 193, 322
    Titre courant :
    Fontaine-le-Port - moulin à farine de Barbeau, puis centrale hydroélectrique
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Pavillon construit sur l'emplacement de l'ancien moulin, depuis le sud. IVR11_20097700380NUC4A Plan du domaine de Barbeau dressé en 1812. (AD Seine-et-Marne, 15Z2/17) IVR11_20097701591NUC2A Extrait du cadastre napoléonien, domaine de Barbeau. (AD Seine-et-Marne, 4P35/47 Plan général du rû de Fontaineroux, du moulin de Chesnoy au moulin de Barbeau. (AD Seine-et-Marne -Marne, 3S25/3) IVR11_20097701583NUC2A Profil en long du rû de Fontaineroux, du moulin de Chesnoy au moulin de Barbeau. (AD Seine-et-Marne -et-Marne, 3S25/3) IVR11_20097701580NUC2A Profil transversal du rû de Fontaineroux. (AD Seine-et-Marne, 3S25/3) IVR11_20097701582NUC2A Plan de détails du moulin de Barbeau, dressé en 1865. (AD Seine-et-Marne, 3S25/3 Vue générale du bassin de retenue, depuis le sud-est. IVR11_20097700364NUC4A
  • ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription sur l'oeuvre Baie 14 : Matthieu 15, 32-39 (Jésus maudit le figuier sans fruit, qui se desséche). Baie 16
    Historique :
    sur les peintures de l'Evangéliaire de Sinople, Gilles Rousvoal a choisi d'illustrer le lien entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Les verrières ont été exécutées par l'atelier Duchemin (Paris) en 1996 -1997. Le coût de l'oeuvre (650 000 francs) a été réparti entre la ville de Melun, le département de Seine-et-Marne, la région Ile-de-France et l'Etat. Les verrières ont été inaugurées en 1999. Gilles
    Matériaux :
    verre polychrome gravé à l'acide grisaille sur verre jaune d'argent émail sur verre
    Représentations :
    Le figuier stérile ; Multiplication des pains
    Titre courant :
    ensemble de deux verrières : la Multiplication des pains et des poissons, le Figuier desséché
    Illustration :
    Vue d'une autre verrière de Gilles Rousvoal, dans le collatéral nord. IVR11_20027700688VA
  • hôtel Le Cocq
    hôtel Le Cocq Melun - rue Saint-Aspais - en ville - Cadastre : 1985 AT 135, 137
    Historique :
    galerie sur cour ont été préservés. Le seul encore en place est un pilier de pierre au fond d'un magasin L'hôtel le Cocq ou hôtel du Coq était l'une des principales demeures Renaissance de Melun . Possession de la famille d'Orléans-Longueville, elle était située sur la grand'rue, face au chevet de
    Titre courant :
    hôtel Le Cocq
    Appellations :
    Hôtel Le Cocq
    Illustration :
    Extrait d'un plan du fief de Carrois, dressé en 1742. Le ""fief et hôtel du Cocq"" se trouve face Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Vue de l'une des colonnes sculptées de l'hôtel Le Cocq, conservée au Musée de Melun (inv. 967.355 Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : deux des supports de la galerie Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des supports de la Boiseries de l'hôtel Le Cocq, déposées au prieuré Saint-Sauveur : détail d'un des éléments
  • Tableau : le Christ en croix
    Tableau : le Christ en croix Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Historique :
    Calvaire de Pérignon (Salon de 1840). Le cartel apposé sur le cadre n'ayant pu être lu, nous n'avons pu Vers 1869, le peintre Frédéric-Henri Schopin donna à l'église Saint-Aspais une Mort du Christ au déterminer si le tableau aujourd'hui accroché contre le mur occidental de l'église est celui donné par
    Représentations :
    Christ en croix, sainte Marie Madeleine, saint Jean, Vierge ; Le Christ en croix est entouré de la
    Emplacement dans l'édifice :
    contre le mur occidental
    Titre courant :
    Tableau : le Christ en croix
  • calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?)
    calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?) Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    correspond probablement à celui d'Honoré Le Balleur (la limace est bien visible). Sur le revers du pied est
    Historique :
    Biais. On peut notamment le comparer aux calices du même orfèvre conservés dans les églises d'Aixe-sur Honoré Le Balleur insculpe son poinçon en 1894. Ce calice peut donc dater du début du 20e siècle -Vienne (département de la Haute-Vienne) et de Steene (département du Nord) : bien que le décor diffère coupe allongée. Le calice de Steene porte une inscription indiquant qu'il fut donné en 1903, le calice
    Description :
    Calice néo-gothique très simple, sans fausse-coupe, avec décor de feuilles d'eau sur le pied.
    Auteur :
    [orfèvre] Le Balleur Honoré
    Titre courant :
    calice d'Honoré Le Balleur, vers 1900 (?)
  • tableau : le Château de la Reine Blanche
    tableau : le Château de la Reine Blanche Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Inscriptions & marques :
    numéro d'inventaire sur l'oeuvre Etiquette collée dans le coin supérieur gauche : 68 (n° d'inventaire).
    Historique :
    Vicomté. Ce paysage, dans le genre d'Hubert Robert, représente l'île Saint-Etienne et le grand bras de la Seine, vus depuis l'ouest. On reconnaît notamment au premier plan les vestiges du château royal et le tableau ne paraissent pas correspondre au paysage réel : au débouché du pont sur la rive Saint-Ambroise
    Représentations :
    , démantelé au cours des 18e et 19e siècles. Dans la partie droite du tableau : la Seine, avec le pont sud (pont-aux-moulins) et le quartier Saint-Ambroise.
    Titre courant :
    tableau : le Château de la Reine Blanche
  • le mobilier de l'église Saint-Aspais
    le mobilier de l'église Saint-Aspais Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Historique :
    trois chapelles, sur le côté nord (étudiés). Par ailleurs, le fondeur Maloule fournit une cloche en 1501 , et un jubé est commandé en 1565 au maître peintre parisien Guyon Ledoux, sur le modèle de celui de marbrier et sculpteur à Paris ; le menuisier Plet intervient sur la boiserie sculptée du choeur et sur le ensemble de verrières, en grande partie conservées, et de retables en pierre sculptés à même le mur de Guillaume de la Cour en 1626. Quatre nouvelles cloches sont fondues en 1614. Au 18e siècle, le mobilier par la suite par Clicquot pour les jeux d'anche). Des stalles sont exécutées par le menuisier Jean -Baptiste Plet en 1740. En 1743, le choeur fait l'objet d'un réaménagement complet : le maître-autel et son retable, ainsi que le jubé, sont démontés ; le choeur est carrelé à neuf par François Adam, maître -Constance, bénite en 1753. Ils financent aussi le réaménagement de la chapelle des fonts, la même année . Tous les marchés sont passés en 1753, avec des artisans melunais : le serrurier Chartier, le menuisier
    Titre courant :
    le mobilier de l'église Saint-Aspais
    Illustration :
    Projet pour le grand orgue. Calque, 1838. (AD Seine-et-Marne. 5 V 190) IVR11_20067700326XA Dessin du menuisier Delacourt (ou de La Court) pour le jubé, 1626. (AM Melun. GG d 98, pièce 2 Dessin du menuisier Delacourt (ou de La Court) pour le jubé : détail. (AM Melun. GG d 98, pièce 2 Litographie du 19e siècle d'après le dessin pour le jubé de Saint-Aspais, 1626 (Doc. 1). (BM Melun Projet de carrelage du choeur, avec l'emplacement des stalles. Calque, 1838. (AD Seine-et-Marne. 5 Dessin pour la grille du choeur, 1838. (AD Seine-et-Marne. 5 V 190) IVR11_20067700410X Projet pour l'autel de la chapelle des morts. Calque aquarellé, 1867. (AD Seine-et-Marne. 5 V 192 pendant la Seconde guerre mondiale. Calque aquarellé, 22 mars 1877. (AD Seine-et-Marne. 5 V 191 Projet de décoration du sanctuaire. Calque aquarellé, 25 juillet 1877. (AD Seine-et-Marne. 5 V 195 Vue intérieure du vaisseau central depuis l'ouest, vers le début du 20e siècle. Carte postale
  • le mobilier de la collégiale Notre-Dame
    le mobilier de la collégiale Notre-Dame Melun - place Notre-Dame - en ville
    Historique :
    serrurier Keramingant fournit plusieurs grilles pour le choeur (1824, sur dessin de l'architecte Solente ville natale : le célèbre diptyque de Fouquet, actuellement dispersé entre Anvers et Berlin. La majeure aux églises désaffectées de Melun : la clôture de choeur de l'église Saint-Etienne, le maître-autel en , disparut à l'occasion des renouvellements du décor et du mobilier menés durant tout le 19e siècle. Le devis est proposé pour le maître-autel par le statuaire Clovis Monceau et le marbrier Bion. Les fonts baptismaux sont exécutés par Bion fils et Lequeux, le banc d'oeuvre par David, les grilles du choeur par partir de 1866. En 1877, on refait à son tour le décor de la chapelle dédiée au Sacré-Coeur et à saint , dont certaines pièces sont de grande qualité, mais souvent mal documentées. Le reflet des cultes
    Titre courant :
    le mobilier de la collégiale Notre-Dame
    Illustration :
    Volet gauche du diptyque peint par Fouquet pour Etienne Chevalier : le commanditaire présenté par Projet d'autel pour la chapelle de la Vierge. Calque aquarellé, vers 1866. (AD Seine-et-Marne. 4 Op Clef de voûte dans le vaisseau central de la nef, 2e travée. IVR11_20027700606X Porte ajourée du confessionnal placé dans le bras nord du transept : chêne, 18e siècle, en remploi Chemin de croix, offert par le curé de l'église en 1883. Vue de la première station : le Christ
  • le mobilier de la chapelle de l'hôpital
    le mobilier de la chapelle de l'hôpital Melun - 2 rue Fréteau de Pény - en ville
    Historique :
    rapidement, comme en témoigne la date 1863 inscrite sur la grille en ferronnerie de la tribune. Ce décor du toutefois perdus, ou n'ont pas été réalisés : cf. en particulier, le projet de stalle de célébrant fourni en
    Titre courant :
    le mobilier de la chapelle de l'hôpital
    Illustration :
    Chapelle de l'hospice de Melun : sur la demande de Monsieur Dégoux prêtre chapelain, une stalle de célébrant donnée par nous le 15 septembre 1867. éch. 10 cm.p.m. Papier aquarellé, 15 septembre 1867. (BM Fauteuil de célébrant en tapisserie, dans le choeur. IVR11_20037700783XA
  • le mobilier de l'hôtel de ville
    le mobilier de l'hôtel de ville Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Historique :
    collections est donc demeurée sur place. Dans le cadre de l'inventaire topographique, nous avons choisi de ne l'hôtel de la Vicomté en 1966, le Musée était installé au sein même de l'hôtel de ville. Une partie de ses pas étudier les oeuvres du Musée disséminées dans l'ensemble du bâtiment, tels que le tableau de Gautherot Pyrame et Thisbée dans la salle du conseil, les trois tableaux d'Armand Cassagne dans le vestibule , le buste de Carrier-Belleuse au premier étage, etc. Ces oeuvres sont inventoriées par le Musée municipal de Melun. En revanche, le décor de la salle des mariages nous a paru former un ensemble cohérent mariages, ni aux collections du musée : une paire de Marianne dans le vestibule, et deux éléments
    Titre courant :
    le mobilier de l'hôtel de ville
  • le mobilier de l'Institution Saint-Aspais
    le mobilier de l'Institution Saint-Aspais Melun - 36 rue Saint-Barthélemy - en ville
    Titre courant :
    le mobilier de l'Institution Saint-Aspais
  • verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    Signature peinte en grisaille, en bas à droite : "Société artistique de peinture sur verre. 96 rue
    Matériaux :
    verre polychrome grisaille camaïeu jaune d'argent gravé à l'acide photographie sur verre en décor
    Représentations :
    Sur la terrasse de son château, le comte de Champagne fait lire par un clerc le texte de la charte
    Description :
    l'atelier Champigneulle, qui prit alors le nom de "Société artistique de peinture sur verre". Il s'agit d'une verrière à sujet historique, représentant l'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral, en 1179. Certains des personnages représentés sont des portraits de
    Titre courant :
    verrière : L'octroi d'une charte de commune à Meaux par le comte de Champagne Henri le Libéral
  • Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement
    Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement Fontaine-le-Port - 2 rue de la Vieille-Montagne - en village - Cadastre : 2007 A 100
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Cadre de l'étude :
    Seine-et-Marne
    Historique :
    Le maire de la commune de Fontaine-le-Port, M. Niel, obtient l'autorisation en 1812 de construire un moulin à farine sur sa propriété. Il est installé à une centaine de mètres en amont de l'embouchure du rû du Châtelet dans la Seine. Le moulin devient ensuite la propriété de M. Roussel, puis est exploité au début des années 1830 par le meunier Gervais Piat et à partir de 1835 devient la propriété des . Le moulin semble avoir servi principalement pour la mouture du grain. La date de fin de son activité
    Hydrographies :
    Châtelet Le
    Canton :
    Châtelet-en-Brie (Le)
    Description :
    Le moulin a été implanté en bordure du rû du Châtelet. A hauteur du pignon nord du moulin, une vanne a été construite afin de canaliser les eaux vers la roue (disparue). Sur la façade orientale du
    Localisation :
    Fontaine-le-Port - 2 rue de la Vieille-Montagne - en village - Cadastre : 2007 A 100
    Titre courant :
    Fontaine-le-Port - moulin à farine, actuellement logement
    Aires d'études :
    Seine-et-Marne
    Illustration :
    Extrait du cadastre napoléonien. (AD Seine-et-Marne, 4P35/47 ) IVR11_20097701817NUC4A Vue d'ensemble du moulin bordant le rû du Châtelet. IVR11_20097701526NUC4A Le moulin bordant le rû du Châtelet. IVR11_20097701530NUC4A Lavoir et moulin, en arrière plan, bordant le rû du Châtelet. IVR11_20097701528NUC4A Lavoir bordant le rû du Châtelet. IVR11_20097701527NUC4A
  • tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille
    tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Inscriptions & marques :
    Sur le cadre, titre du tableau : Le Débarquement de Marie de Médicis au port de Marseille le 3 inscription concernant l'iconographie sur cartel numéro d'inventaire sur l'oeuvre novembre 1600. N°d'inventaire du musée municipal de Melun, sur deux étiquettes en bas et en haut à gauche
    Titre courant :
    tableau : le Débarquement de Marie de Médicis à Marseille
  • écran à feu : la République couronnant l'Industrie et le Commerce
    écran à feu : la République couronnant l'Industrie et le Commerce Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Inscriptions & marques :
    armoiries sur l'oeuvre devise sur l'oeuvre
    Représentations :
    , apparaissent une locomotive et une usine. Dans le bas du canevas sont représentées les armes et la devise de la
    Description :
    Un cadre japonisant en bambou entoure un écran en tapisserie au point, sur lequel prend place une
    Titre courant :
    écran à feu : la République couronnant l'Industrie et le Commerce
  • ornement blanc offert par le roi Louis-Philippe, 1837
    ornement blanc offert par le roi Louis-Philippe, 1837 Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur étiquette date sur étiquette Certaines pièces portent une étiquette avec inscription bordée en soie jaune sur satin de soie rouge : "Donné par le Roi en 1837".
    Historique :
    Ce remarquable ornement blanc a été offert à la cathédrale de Meaux par le roi Louis-Philippe en
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le chapier de la petite sacristie
    Titre courant :
    ornement blanc offert par le roi Louis-Philippe, 1837
    Texte libre :
    ceux-ci, le plus remarquable est le grand ornement blanc offert par le roi Louis-Philippe en 1837. Il a , dans le Puy-de-Dôme, où Madame Adélaïde avait un château qui fut l’une des résidences d'été favorites Biais dans des soieries lyonnaises qui avait été commandées soit par le souverain régnant, soit sous l’Empire, dans le double but de meubler luxueusement les demeures royales (ou impériales) et de relancer
    Illustration :
    Le voile huméral. IVR11_20097700436NUC4A Le voile de calice. IVR11_20097700434NUC4A Détail d'une étiquette au revers d'une dalmatique : "Donné par le ROI 1837". IVR11_20117700029NUC4A
  • étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse
    étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Inscriptions & marques :
    marque d'atelier sur étiquette Etiquette sur l'étole : "Fabrique d'ornements d'église Trioullier frères. Maison fondée en 1890. A
    Historique :
    L'iconographie de l'étole pastorale célèbre le centenaire de la Médaille miraculeuse, la date "1930
    Description :
    plutôt à celui de la Vierge de Lourdes, les pieds sur le serpent et les mains en prière sur la poitrine suit le type de la Médaille miraculeuse, les bras ouverts, dans la scène de 1930, elle se conforme
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le Vieux-Chapitre
    Titre courant :
    étole pastorale : le centenaire de la Médaille Miraculeuse
  • triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas
    triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Représentations :
    Christ en croix ; saint Nicolas ; saint Augustin, enfant ; Panneau central : le Christ en croix , avec la ville de Jérusalem dans le fond. Panneau de droite : saint Nicolas. Panneau de gauche : saint
    Titre courant :
    triptyque : le Christ en croix, saint Augustin et saint Nicolas
    États conservations :
    Fissure verticale sur le volet central. Trou dans le panneau de gauche, près des mains de l'Enfant.
  • portail central de la façade occidentale : le Jugement Dernier
    portail central de la façade occidentale : le Jugement Dernier Meaux -
    Copyrights :
    (c) Conseil général de Seine-et-Marne
    Historique :
    d'allongement de la nef) et 1348 (Peste Noire) ou 1358 (Jacquerie). Le style des sculptures peut être rapproché Résurrection des Morts ont été entaillées pour raccourcir le linteau. Une pièce triangulaire a par ailleurs dû , de même que la nature de la pierre utilisée pour le tympan, indiquent que celui-ci a vraisemblablement été réalisé en atelier à Paris, puis transporté à Meaux pour être mis en place sur la façade.
    Représentations :
    superposés. Sur le linteau, la résurrection des morts est encadrée par le Paradis (à dextre) et l'Enfer (à Comme c'est généralement le cas dans les cathédrales gothiques, le portail central de la façade occidentale est consacré au thème du Jugement Dernier. Il se développe au tympan sur trois registres s'agit de saint Jean-Baptiste à gauche avec sa peau de bête, saint Jacques le majeur à droite (tenant son Jeanne de Bourgogne et son époux, le roi Philippe VI, qui autorisa la construction de la façade. Il faut
    Description :
    Le portail est constitué de plusieurs pierres différentes : les plinthes sont en liais des environs de Paris, les ébrasements et les voussures sont en pierre de Varreddes, et le tympan est sculpté dans un calcaire fin parisien. L'érosion des reliefs est beaucoup plus accentuée sur les éléments en
    Emplacement dans l'édifice :
    sur la façade occidentale
    Titre courant :
    portail central de la façade occidentale : le Jugement Dernier
    Texte libre :
    Le portail central de la façade occidentale de la cathédrale de Meaux est consacré au Jugement d'établissement de la façade définitive de la cathédrale, au XIVe siècle. Le portail de la Vierge, à droite
    Illustration :
    Partie supérieure du tympan : le Christ juge et les intercesseurs. IVR11_20097700230NUC4A Ornement sculpté à la base du gâble du portail central, côté nord : le "chanoine à lunettes
1 2 3 4 39 Suivant