Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • Ensemble de 2 verrières - Chapelle Saint-Rémi des Quinze-Vingts (ancien Hôtel des Mousquetaires noirs)
    Ensemble de 2 verrières - Chapelle Saint-Rémi des Quinze-Vingts (ancien Hôtel des Mousquetaires noirs) Paris 12e arrondissement - 28 rue (de) Charenton - en ville
    Description :
    Baies 1, 2 (1 lancette, H.3xL.1). Saint Antoine tenant une croix (1). Saint Louis portant la couronnés (2) ; au bas des lancettes, « ORA PRO PAROCHIA » et « ORA PRO GALLIA ». Datés 1892.
    Illustration :
    Chapelle Saint-Remi des Quinze-Vingt, verrière du choeur (baie 1), saint Antoine, encadrement néo Verrière du choeur (baie 1), Saint Antoine, détail IVR11_20107500710NUC4A Verrière du choeur (baie 1), Saint Antoine, détail IVR11_20107500711NUC4A Verrière du choeur (baie 1), Saint Antoine, détail du soubassement. IVR11_20107500712NUC4A Verrière du choeur (baie 1), Saint Antoine, détail du dais et de la coquille néo-Renaissance
    Représentations :
    saint Antoine
    Historique :
    pendant tout le XIXe siècle pour abriter la paroisse Saint-Antoine, succursale de l’église Sainte vendu en 1775. Le Cardinal Louis de Rohan l’acheta en 1780 en tant qu’administrateur, pour y transférer chapelle Saint-Rémi, qui reprit le vocable de l’église de la rue Saint-Honoré, fut agrandie en 1789 de encore gallicane et légitimiste, anonymes mais datées de 1892, décorent le chœur ; leurs encadrements en
    Référence documentaire :
    DERENS, I. L'Hôtel des Mousquetaires Noirs et l'Hospice des Quinze-Vingts. In Le XIIe
  • Ensemble de 19 verrières - Chapelle de la Fondation Eugène-Napoléon
    Ensemble de 19 verrières - Chapelle de la Fondation Eugène-Napoléon Paris 12e arrondissement - 254 rue (du) Faubourg-Saint-Antoine - en ville
    Description :
    triomphe : Pierre (101), Paul (102), André (103), Jacques le Majeur (104), Matthieu (105), Jean (106 ), Philippe (107), Thomas (108), Barthélémy (109), Simon (110), Thaddée (111), Jacques le Mineur (112 Maréchal de Metz (?), vers 1856-1857. Baies A, B, C (Ier étage derrière le chevet, 1 lancette, H.3xL.1
    Illustration :
    Saint Jacques le Majeur, vitrerie ornementale de couleur en complément, vers 1856-1857 Saint jacques le Mineur, vitrerie ornementale de couleur en complément, vers 1856-1857
    Représentations :
    saint Jacques le Majeur saint Jacques le Mineur
    Historique :
    -Napoléon sur le modèle paléochrétien, par l’architecte J.-I. Hittorff entre 1853 et 1856 ; créée grâce aux d’éducation gratuite pour les jeunes filles pauvres », cette fondation porte le nom du jeune prince impérial Louis-Eugène qui naquit le 16 mars 1856. Les Sœurs de Saint Vincent-de-Paul assurèrent la charge de l’établissement depuis son ouverture officielle le 1er janvier 1856 jusqu’en 1976. La chapelle conserve son décor
    Localisation :
    Paris 12e arrondissement - 254 rue (du) Faubourg-Saint-Antoine - en ville
  • Maison-atelier du compositeur Pierre Henry
    Maison-atelier du compositeur Pierre Henry Paris 12e arrondissement - 32 rue de Toul - en ville - Cadastre : 2018 AR011 112
    Description :
    Le toit en pavillon de la maison occupée par le compositeur Pierre Henry est coiffé d'une terrasse devant la porte d'entrée. La présence de cet escalier confirme le fait que le portail ouvert du coté de la rue de Toul est postérieur à la construction de l'édifice, l'entrée se faisant à l'origine par le parcelle, un bâtiment bas et sans étage abritait initialement un atelier d'artisan, puis a ensuite servi de , organisait à son domicile. Cet équipement, et surtout l'activité créatrice qui s'y déployait, justifient le nom de "Maison de sons" que le compositeur avait donné à sa demeure (selon le titre éponyme de la pièce commandée en 1989 par Klaüs Schöning à Pierre Henry) . Le sous-sol, desservi par un escalier , en particulier le Piano Chanteur, un piano désossé et rempli de haut-parleurs, conçu en 2010. Le rez utilisé pour réunir les membres de l'association Son/Ré. A droite, se trouve le studio où Pierre Henry travaillait et composait, en compagnie de sa collaboratrice Bernadette Mangin. Le premier étage est occupé
    Illustration :
    Affiche du vernissage de l'exposition George Mathieu, Vienne 1959, sur le meuble : Philharmonie noire à soixante,1990, Le fil de la vie 2, 1990, à droite Inventaire démodé, 2015 et dessous Enharmonie Face: Tout Henry au pilon, 1991 et au fond derrière le guide chant Piano cheval, 1992 et à droite Vue de la cuisine (rez-de-chaussée). Grand Hôtel, 2012, et en bas Texture, 2008 Bas de casse d’imprimeur contenant divers matériaux (mur de de la salle à manger Palier du premier étage, départ de l’escalier menant vers le second étage et vue de la sonothèque Au fond, Atelier d’artiste, 2013 en haut à droite Le Roi des auxcriniers, 1988 en montant Palier du premier étage et vue vers le cabinet de travail IVR11_20187500223NUC4 Détail de l’accrochage de peintures concrètes sur le palier du second étage, Sur la gauche Les d’Harmonie, 2007, à droite de la porte, dessins et à leur droite en bas Béjart, 2008 et au-dessus Illusion
    Historique :
    Située au 32 rue de Toul, dans le quartier du Bel-Air du XIIe arrondissement, cette maison correspond au tracé de l'ancien Sentier Saint Antoine, devenu en 1868 rue Sibuet. C'est seulement en 1893 que la partie de cette rue située entre le boulevard de Picpus et l'avenue Daumesnil est baptisée rue de maison est devenue en 1971 l'habitation et le studio du compositeur Pierre Henry. Citant un entretien donné au journal Le Monde en 1972, Michel Chion livre cette réflexion de l'artiste: "Je vis dans un recherches de musique concrète (GRMC) de la Radio. Dès 1955, une collaboration s'installe avec le danseur et la Radio, Pierre Henry fonde, avec Jean Baronnet, le studio Apsome, 80 rue Cardinet à Paris. C'est en 1967 qu'il connaît un grand succès populaire avec Messe pour le temps présent, et s'installe dans un en 1982 l'association SON/RE, dont il est le directeur artistique. Il y créera plus de 120 œuvres libre cours à l’activité créatrice la plus intense de sa carrière. C'est également le lieu où il
    Référence documentaire :
    Pierre Henry. Le son, la nuit Mallet Franck, Le son, la nuit, entretiens avec Pierre Henry, La rue
1