Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 21 à 40 sur 52 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • verrières
    verrières Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur latin sur l'oeuvre Inscription latine au bas de la baie centrale du mur de fond : "Perpetua tecum pia virgo in luce
    Représentations :
    Les trois verrières du mur de fond représentent la Passion du Christ. Baie de gauche, de bas en haut : l'Entrée à Jérusalem, le Christ au Mont des Oliviers, la Flagellation. Baie centrale : Dérision
    Description :
    médaillons historiés. Sur le mur de fond de l'abside (au nord) se trouvent trois verrières consacrées à la Passion du Christ. sur les murs latéraux, quatre autres verrières illustrent la vie du Christ et le
    Dimension :
    sur le mur de fond où la verrière centrale est encadrée par deux verrières un peu plus petites
  • Gares de Mantes-la-Jolie
    Gares de Mantes-la-Jolie Mantes-la-Jolie - place du 8 mai 1945 - en ville - Cadastre : 2014 AI 212-437
    Historique :
    , située sur le territoire de Mantes-la-Ville est, avec Vernon, la principale station intermédiaire entre dans les deux sens. Les trains directs s’y arrêtent une dizaine de minutes, le temps pour les voyageurs de se rendre au café-restaurant sur le quai pour profiter d’« un grand buffet chargé de fruits l’ouest, sur le territoire de Gassicourt. Elle comporte en outre une gare de marchandises et un dépôt la construction d'une cité cheminote appelée la cité Buddicom, le long de l'actuelle rue Pierre . Le dépôt qui a pris de plus en plus d'importance est bombardé en 1944 et reconstruit en 1945-1946 . Une rotonde pour locomotives fut construite en 1948 sur le modèle de la "rotonde unifiée type P " unique sur le réseau de l'Ouest. Elle a été détruite en 1977 mais on en voit le tracé sur les plans des
    Référence documentaire :
    De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre BOCARD, Hélène. De Paris à la mer. La ligne de chemin de fer Paris-Rouen-le Havre. Images du patrimoine n° 239. Paris : APPIF, 2005 Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen COLOMBIER, Roger. Les origines du chemin de fer dans le Mantois, Ligne de Paris à Rouen. Paris : L'Harmattan,
    Description :
    contre-bas, en tranchée profonde, soutenue par un haut mur de soutènement en meulière. Elle est desservie
    Texte libre :
    avantage est le résultat d'une longue histoire car à la création de la ligne en 1843 la gare se trouvait sur le territoire de Mantes-la-Ville et en 1855 Mantes-Embranchement sur celui de Gassicourt.
  • Verrières de la chapelle axiale
    Verrières de la chapelle axiale Meaux -
    Inscriptions & marques :
    , le 28 mai 1875, 50e anniversaire de son ordination sacerdotale"". En bas de la baie 3 est peinte la inscription concernant le donateur français Au bas de la baie n° 2 apparaît une inscription dédicatoire en français : ""Les vitraux de cette chapelle ont été offerts à Mgr Auguste ALLOU, Evêque de Meaux, par le Clergé et les fidèles de son Diocèse
    Historique :
    employer le prix à compléter les verrières de la chapelle de la Sainte Vierge"". La date ""1881"" peinte au bas de la baie 3 correspond à l'achèvement complet de l'ensemble, oeuvre du maître verrier meldois Henri Plée. Ces vitraux ont été payés avec le produit de la souscription ouverte par le clergé du diocèse le 28 mai 1875, date du jubilée de Mgr Allou, complété par des offrandes faites par l'évêque et
    Représentations :
    verrières en partant du bas à gauche (baie 1, médaillon n°1) et en allant jusqu'en haut à droite (baie 2
    Texte libre :
    tardivement que ses voisines, en 1875. Les verrières commémorent le jubilé de l'évêque, Monseigneur Allou.
    Illustration :
    Baie 2, médaillon n°1 : le mariage de la Vierge (et l'inscription dédicatoire Détail de la Nativité : saint Joseph, le boeuf et l'âne. IVR11_20087701215NUC4A ont été offerts à Mgr Auguste ALLOU, Evêque de Meaux, par le Clergé et les fidèles de son Diocèse, le
  • château du Faÿ
    château du Faÿ Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50, 53 à 85, 88 à 102, 104 à 107, 113, 115, 134, 135, 137 à 156, 162, 164, 166, 168, 180, 181 à 183, 185
    Historique :
    Miotte de Ravannes en hérite de son père en 1777 et le vend en 1779 à Armand Domilliers de Thésigny qui reconstruire le château avant de revendre la propriété en 1855 à Louis Napoléon Lepicqui fait quelques aménagements. Selon la monographie de l'instituteur il aurait fait réaménager le parc par les frères Bühler effectués à cause du sous-sol humide et de la reconstruction des communs par l'architecte Nénot en 1893. Le
    Description :
    On connaît par une description le château en 1777 : le château ou il y a chapelle attenante, une une cour en dépendant au bas de laquelle est un vivier commun avec l'abreuvoir qui a son entrée dans , d'un bâtiment pour le fermier, d'une grange, bergerie, étables à vaches, remises écuries et autres retour vers le midy, les jardins vergers et potagers et un pavillon dans l'angle du mur de clôture destiné pour le logement ordinaire du jardinier. Au midy du château un grand parterre aux cotés duquel sont plusieurs plantations et au bout le parc qui forme un taillis essence de chataigniers pour la au château actuel ni au précédent. En effet le pv de vente de 1827 décrit un bâtiment de 11 croisées aujourd'hui détruite ; le château actuel a gardé la même extension au sol et se compose d'un corps central et briques. Sur le toit en pavillon se trouve un belvédère. Les vestiges du parc présentent un petit lac araucaria. Dans la cour des communs, le vivier est toujours présent. Le colombier en pierre de taille et à
    Localisation :
    Andrésy - Le Faÿ - en écart - Cadastre : 1983 AC 11, 16 à 18, 20 à 24, 26 à 29, 31 à 33, 36 à 50
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Plan du domaine du Faÿ en 1682 d'après une copie faite en 1822 : détail le château et sa chapelle Plan des dîmes d'Andrésy, Jouy-le-Moutier et Vauréal et du domaine de la ferme d'Andrésy, 1778 La façade sur le parc. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800485NUC2 Le site du château. IVR11_20077800325XA Le vestibule et l'escalier d'honneur. IVR11_20067800570VA Le colombier ou "toits à volailles" du XVIIe siècle, façade arrière. IVR11_20067800566XA Le portail d'entrée et sa grille. IVR11_20067800843XA Le plan d'eau. On aperçoit la cascade en rocaille au fond. IVR11_20067800871XA
  • collège Jacques-Amyot
    collège Jacques-Amyot Melun - rue du Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1985 AL 134
    Historique :
    Le collège Jacques Amyot est installé sur le site du couvent des Capucins, qui s'étaient fixés à Melun le 7 mai 1606 (la première pierre de la chapelle fut posée par Henri IV le 2 juillet 1606, la plaque de fondation en cuivre est conservée au musée de Melun). Devenu bien national, le couvent est vendu le 22 octobre 1791 pour la somme de 26 700 livres. A partir de 1841, il abrite le collège rachète les bâtiments en 1877, et lance un concours pour la reconstruction en 1881. La même année, le collège reçoit le nom de l'humaniste Jacques Amyot, traducteur des Vies de Plutarque, et natif de Melun . Le projet choisi lors du concours est celui de l'architecte Jules Touzet. Le collège est construit de 1882 à 1885 par l'entrepreneur J. Pradeau. L'édifice est inauguré le 5 août 1885. Quelques
    Représentations :
    Sculpture sur le portail et sur l'avant-corps central du Petit Quartier : armes de la ville de Melun. Frises de céramique vernissée (ornement végétal) sur les deux pavillons d'entrée et sur le ). Un livre ouvert est représenté en bas-relief sur la porte du mur sud du Petit Quartier (donnant sous le préau).
    Description :
    Le collège comprend plusieurs bâtiments, répartis autour de trois grandes cours. L'entrée par une frise de céramique. Le portail donne accès à la cour d'honneur, sur laquelle ouvre le Grand Quartier (3). Cet imposant bâtiment en L présente une façade haute de deux étages : le soubassement est en . L'extrémité nord est ponctuée par un avant-corps en léger ressaut, à deux étages plus comble, abritant le coursive au premier étage. Au nord du Grand Quartier s'étend le Petit Quartier (6), de plan rectangulaire , haut de deux étages. Le centre de la façade du Petit Quartier est souligné par un avant-corps en léger des armes de la ville de Melun, et d'une corniche à denticules. Comme pour le Grand Quartier, le revers est moins décoré, et emploie surtout de la meulière apparente. Outre ces deux grands Quartiers, le collège comprend plusieurs annexes moins élevées. Dans l'angle sud de l'enceinte, se trouve le bâtiment de l'intendance (ancienne infirmerie), à un étage-carré (2). Dans le prolongement du Grand Quartier au nord, un
    Illustration :
    Le ""Petit Quartier"" : détail du pignon sud, livre ouvert en bas-relief au-dessus de l'entrée . 967.364). Il ne demeure aucun vestige du couvent, remplacé par le collège Jacques-Amyot au XIXe siècle Couverture d'un prospectus (1879), représentant le collège avant la reconstruction de 1882-1885 Le nouveau collège de Melun. Inauguré le 5 août 1885, sous la présidence de M. Gréard, vice-recteur Le collège de Melun, vers 1903. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.644 Le portail d'entrée, au début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv Elévations et coupes des annexes : économat et salle des fêtes (préau couvert). Projet dressé le 25 août 1930 et modifié le 10 août 1933. Tirage d'architecte, 1930-1933. (AM Melun. 1 Fi 1117 Le portail d'entrée, sur la rue du Général de Gaulle (n° 1 sur le plan). IVR11_20037700435XA Les deux pavillons à l'entrée du collège (n°1 sur le plan) : vue du revers (élévations sud et ouest
  • ancienne succursale de la Banque de France, aujourd'hui immeuble
    ancienne succursale de la Banque de France, aujourd'hui immeuble Meaux - 37 cours Pinteville - - Cadastre : 2000 BP 36
    Historique :
    Une succursale de la Banque de France a été créée à Meaux par le décret du 28 septembre 1876. Le
    Référence documentaire :
    p. 88 Histoire contemporaine de la ville de Meaux. Meaux : Le Blondel, 1893 MOROT, Gaspard . Histoire contemporaine de la ville de Meaux. Meaux : Le Blondel, 1893.
    Description :
    Le bâtiment principal, de plan rectangulaire, est édifié en retrait de la rue. Il présente une plus basses, en rez-de-chaussée, avec un toit-terrasse. L'ensemble était en cours de réaménagement en
  • Villa, 35 rue Saint-Vincent
    Villa, 35 rue Saint-Vincent Mantes-la-Jolie - 35 rue Saint-Vincent - en ville - Cadastre : 2014 AD 209
    Représentations :
    féminin en bas-relief.
    Description :
    combles. Le gros œuvre est en moellons de calcaire couvert d'un enduit clair (refait récemment) et le soubassement est en meulière. Le plan en L d'origine a été modifié par une extension. La toiture en ardoise est l'encadrement des baies et le bandeau médian. La céramique est présente dans les allèges des baies du rez-de décoré d'un profil à l'antique féminin. À l'intérieur, le carrelage polychrome de l'entrée ainsi que
  • lotissement concerté Villa Cresson
    lotissement concerté Villa Cresson Enghien-les-Bains - 12 boulevard Sadi Carnot - en ville - Cadastre : 1995 AD 461 à 469
    Historique :
    lotissement prend place dans le jardin, à l'arrière du premier édifice.
    Représentations :
    Deux panneaux de terre cuite en bas relief ornent les travées de la maison sur rue, ornés pour l'un
    Description :
    ensemble est perpendiculaire à la rue et construit à l'arrière de la maison donnant sur le boulevard. Il s'ouvre sur des courettes à l'arrière, donnant sur le sentier de l'enfer, et par des jardinets à l'avant.
    Illustration :
    Détail de l'un des panneaux ornant la façade de la maison donnant sur le boulevard Détail d'un panneau ornant la façade de la maison donnant sur le boulevard. IVR11_20099500406NUC4A
  • voie ferrée de la ligne Argenteuil-Mantes
    voie ferrée de la ligne Argenteuil-Mantes Andrésy ; Maurecourt
    Historique :
    ouverte en 1892 et la halte de Maurecourt (sur le territoire d'Andrésy) a été ouverte en 1894. La
    Description :
    La gare d'Andrésy est conçue sur le même modèle que celle de Conflans-Sainte-Honorine : pavillon central à un étage, trois travées et deux ailes de deux travées. C'est une gare de première classe. Le
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    La halte de Maurecourt : façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt : façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt et le quartier de la gare. Carte postale. (Collection particulière La halte de Maurecourt et le remblai de la voie ferrée vers Fin d'Oise. Carte postale. (Collection La halte de Maurecourt : la façade sur le quai. Carte postale. (Collection particulière Le pont Eiffel. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800548NUC2 Le pont Eiffel. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800549NUC2 Le pont Eiffel. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800552NUC2 Le viaduc de Maurecourt. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800579NUC2 Le viaduc de Maurecourt. Carte postale. (Collection particulière). IVR11_20087800580NUC2
  • maison, 14 boulevard Hippolyte Pinaud
    maison, 14 boulevard Hippolyte Pinaud Enghien-les-Bains - 14 boulevard Hippolyte Pinaud - en ville - Cadastre : 1995 AD 685
    Historique :
    Maison construite autour de 1880, agrandie durant le premier quart du 20e siècle par un corps de
    Représentations :
    Les bas reliefs sont animés par des putti jouant, empruntés au répertoire iconographique du 18e
    Description :
    premiers niveaux et le couronnement de l'édifice est savamment composé par une corniche sommitale soulignée s'insérer des panneaux de céramique. Le corps de bâtiment rajouté est lui en pans de bois et brique et et des carreaux formant un motif losangé s'adaptant aux croisillons de bois. Le décor de cette maison est particulièrement soigné. Outre la marquise de ferronnerie et les garde corps de fonte, des bas
    Illustration :
    Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti vendangeant. A gauche disposant les grappes dans un panier, à droite foulant le raisin dans une cuve. IVR11_20099500603NUC4A Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti jouant avec des guirlandes de fleurs et des Détail de l'un des bas-reliefs ornant la façade : putti pêchant dans la rivière à gauche, dans un
  • usine à gaz (détruite)
    usine à gaz (détruite) Andrésy - Fin d'Oise - 28 quai de l' Oise - en ville - Cadastre : 1983 AH 284, 213, 451, 452
    Historique :
    En 1894 la commune d'Andrésy concède à l'industriel Paul Mallet le droit d'implanter une usine de pompage des eaux de l'Oise et le réseau de distribution d'eau potable de la ville puis en 1896 l'éclairage de la ville qui sera alimenté par le gaz. Le groupe Mallet existait depuis plusieurs décennies, ayant été fondé par Alfred Mallet, le père de Paul. En 1895 est construite une usine à gaz dont le plan est connu par un document de1923. Le choix de cette implantation à Andrésy était stratégique, et s'avéra rentable puisque lors de la nationalisation en 1946, le groupe desservait 16 communes en gaz, 5 en eau et 15 en électricité. Très rapidement l'usine d'Andrésy devint pilote dans le groupe. En 1926 le groupe
    Description :
    Selon le plan de 1923, l'usine comportait un grand bâtiment dans lequel se succédaient la salle des , la salle des fours et les générateurs. Il y avait alors trois gazomètres. Le quatrième projeté avait maison du directeur et un logement pour le contremaître.
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • maison de campagne, actuellement foyer de l'Apajh
    maison de campagne, actuellement foyer de l'Apajh Andrésy - 35 rue de l' Eglise - en ville - Cadastre : 1983 AT 621
    Historique :
    La propriété existe sur le plan terrier de 1731. En 1821 la maison appartenait, comme de nombreuses école, le Manoir est devenu un foyer pour handicapés. Le bâtiment a alors été complètement restructuré.
    Description :
    Sur le plan terrier de 1731 on voit que la maison est au centre d'une belle propriété avant jardin Moussel, se trouvait aussi un jardin donnant sur la Seine. Le cellier se trouve à l'arrière du bâtiment
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Le fond du cellier comporte deux alvéoles en berceau brisé. IVR11_20057800142XA
  • monument au général Raoult
    monument au général Raoult Meaux - place Henri IV - - Cadastre : BD non cadastré
    Historique :
    Le général Raoult * Le comité choisit comme sculpteur Jean-Paul Aubé, "pour l'origine meldoise de sa famille, et la notoriété de ses oeuvres." Le monument fut inauguré le 4 octobre 1891. La statue et les bas-reliefs en bronze furent démontés en février 1942 pour être fondus.
    Description :
    deux bas-reliefs en bronze, représentant l'entrevue de Raoult avec le général russe Totleben au siège Le monument se composait d'une statue de bronze du général en pied, posée sur un piédestal orné de
    Illustration :
    Le monument au général Raoult, place Henri IV (détruit pendant la seconde guerre mondiale). Carte
  • maison de campagne, 31 rue du Général-Leclerc
    maison de campagne, 31 rue du Général-Leclerc Andrésy - 31 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AS 298, 299, 415-418, 420, 596-599, 602-604
    Historique :
    La maison existe dans son ampleur actuelle sur le plan terrier de 1731. Elle appartenait alors à M . Reynard. Selon le terrier de 1766-67, elle appartient comme maison de campagne à Nicolas Deligny, chef de Andrésy (parcelle 2237-115), et pour le reste à Pierre Pasquier, marchand de vin en gros à Andrésy puis Chazet, marchand bottier à Paris. Cette partie, qui comprend la maison principale et le jardin est achetée en 1827 par Clareck Le Chevallier, colonel anglais à la retraite. C'est peut-être pour lui que fut aménagée la porte de service et l'escalier qu'elle dessert. Dans le 4e quart du 19e siècle sont construits
    Description :
    Le plan terrier de 1731 montre que la maison avait le même plan masse qu'aujourd'hui : un corps de , le cellier sous la terrasse et les caves de part et d'autre. Dans les annexes se trouvaient des pressoirs, et des logements pour les vignerons et jardiniers. Le jardin était planté d'arbres fruitiers en
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    L'escalier en fer à cheval vu depuis le vestibule. IVR11_20067800124XA La volée droite et le garde-corps de la volée en fer à cheval. IVR11_20067800126XA Le palier du premier étage et son très beau garde-corps en ferronnerie. IVR11_20067800128VA
  • mairie-école
    mairie-école Chanteloup-les-Vignes - 31 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1988 AM 378
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Le campanile. IVR11_20087800258NUC4A
  • verrières de la chapelle des soeurs de Saint-Joseph de Cluny
    verrières de la chapelle des soeurs de Saint-Joseph de Cluny Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur l'oeuvre
    Historique :
    La chapelle, édifiée en 1892-1893, fut aussitôt pourvue de vitraux par de généreux donateurs : le plus ancien porte la date ""1892"" et le plus récent, celle de ""1898"". Ce dernier est également signé par le maitre verrier : G. Hubert, artiste parisien qui exécuta notamment deux verrrières pour
    Représentations :
    saint Michel terrassant le dragon terrassant le dragon ; Jeanne d'Arc ; à l'oculus : le triangle divin. Baie 6 (travée centrale de la nef, côté palme (sainte Catherine?) ; à l'oculus : le Pélican. Sur la baie 8 (travée de la nef près de l'entrée
    Description :
    en bas, l'autre au niveau de la tribune.
  • maison dite la Pinsonnette, 6 rue Maurice Berteaux
    maison dite la Pinsonnette, 6 rue Maurice Berteaux Maurecourt - 6 rue Maurice Berteaux - en ville - Cadastre : 19641AH 215-216-218
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    annexe construite pour abriter le billard. IVR11_20087800280NUC4A
  • maison de campagne puis maison de notable, 36 boulevard Noël-Marc
    maison de campagne puis maison de notable, 36 boulevard Noël-Marc Andrésy - 36 boulevard Noël-Marc - en ville - Cadastre : 1983 AT 145
    Historique :
    le dernier quart du 19e siècle. Elle a conservé la maison de campagne comme communs.
    Description :
    , antichambre et petit salon, à l'étage plusieurs chambres et un salon donnant sur le quai. C'est ce salon qui a
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • maison de notable de villégiature, 101 quai de Seine
    maison de notable de villégiature, 101 quai de Seine Andrésy - 101 quai de Seine - en ville - Cadastre : 1983 AM 187, 188
    Description :
    Maison construite autour d'un corps central de deux étages en pans de bois et brique dont le rez-de
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
  • synagogue
    synagogue Enghien-les-Bains - 47 rue de Malleville - en ville - Cadastre : 1995 AD 634
    Historique :
    , est inaugurée par le grand rabbin de France Zadoc Kahn.
    Représentations :
    David ammortissant les pilastres latéraux. Le caractère néoroman du parti décoratif adopté par
    Description :
    Selon le plan type de la synagogue française, l'espace intérieur se décompose avec la nef centrale façade présente une grande façade pignon accostée de deux bas côtés symétriques.