Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Château Saint-Claude dit Château Saint-Claude, Chapelle
    Château Saint-Claude dit Château Saint-Claude, Chapelle Champigny-sur-Marne - Coeuilly - 35 à 41 boulevard du Château - en écart - Cadastre : 1974 DH 35A, 40, 41, 42A, 38, 88, 91, 92, 15
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Façade antérieure de l'aile orientale. Dessin aquarellé, vers 1885. (AD Val-de-Marne Entrée latérale, à l'est, aujourd'hui disparue. Carte postale. (AD Val-de-Marne Vue générale prise du sud-ouest. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400058XB Vue de la chapelle seigneuriale prise du sud. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19859400061XB Entrée latérale, à l'est, aujourd'hui disparue. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et Villiers-sur-Marne et de la Brie française) IVR11_19849400684XB Revers du portail de la ferme. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie de la Brie française) IVR11_19849400681XB Vue de situation du portail de la ferme, côté place de Coeuilly. Carte postale. (Soc. hist. de Vue latérale du portail de la ferme, côté place du vieux Coeuilly. Carte postale. (Bibliothèque
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Château et chapelle Saint-Claude construits au 17e siècle. Au milieu du 18e siècle, adjonction de l'aile orientale du château et aménagement du portail de la ferme avec réemploi de la tourelle nord qui flanquait à l'origine le mur de clôture du parc (carte Delagrive) pour la famille Hocquart. Partie sud du château 17e siècle démolie après 1810 (cadastre). Parc loti à partir de 1912, année où sont comblés les
    Localisation :
    Champigny-sur-Marne - Coeuilly - 35 à 41 boulevard du Château - en écart - Cadastre : 1974 DH 35A
    Aires d'études :
    Champigny-sur-Marne
  • Château
    Château Le Perreux-sur-Marne - 7 avenue du Docteur Faugeroux 28bis avenue du Château - en ville - Cadastre : 1979 AD 6A
    Murs :
    pierre de taille
    Illustration :
    Façade latérale du pavillon sud. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401522XB Atlas de Trudaine, fol. XV 1/50. Vers 1750. (AN. F 14bis 8444.) IVR11_19869400973P Cadastre de Nogent, section B, feuille C, 1810. (Archives de Paris) IVR11_19859400941P Plan du château et du parc loti. Atlas de la Seine, 1900. (BHVP. F° AT 46) IVR11_19869400125X
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    et garenne attestés. Château et dépendances reconstruits en 1697 pour monsieur de Saint-Georges , acquéreur de la seigneurie. Madame du Breuil, propriétaire en 1719 y fait quelques remaniements. Château bâtiments nord de la ferme démolis avant 1810 (cadastre). Jardin à la française transformé en jardin à l'anglaise avec démolition de l'orangerie entre 1810 et 1819. Parc loti à partir de 1857. Château et dépendances démolis en 1910, à l'exception d'une aile des communs détruite en 1930 et de l'avant-corps sud du
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 7 avenue du Docteur Faugeroux 28bis avenue du Château - en ville - Cadastre
    Parties constituantes non étudiées :
    logement de domestiques
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
  • Château de Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve dit Institut Saint-Thomas-de-Villeneuve
    Château de Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve dit Institut Saint-Thomas-de-Villeneuve Bry-sur-Marne - 1 boulevard Gallieni - en ville - Cadastre : 1981 O 11, 13, 15
    Titre courant :
    Château de Soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve dit Institut Saint-Thomas-de-Villeneuve
    Genre :
    de religieuses
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Appellations :
    Institut Saint Thomas de Villeneuve
    Illustration :
    Vestibule et escalier de l'aîle orientale. Carte postale. (AD Val-de-Marne) IVR11_19849401536XB . de Villiers-sur-Marne et de la Brie française) IVR11_19849400642XB Façade postérieure. Carte postale. (Soc. hist. de Villiers-sur-Marne et de la Brie française Détail de la Carte de Delagrive, feuille 2. 1740. IVR11_19839400016P Détail de l'Atlas de Trudaine, fol. XV 1/50 bis. Vers 1750. (AN. F 14 bis 8444) IVR11_19869400956P Plan du chateau, de ses dépendances et du parc en 1787 : extrait de l'atlas de la seigneurie de Bry Plan. (Archives de Paris. D 45 Z²) IVR11_19899400025P Plan de la bibliothèque au premier étage, avant 1870. (Archives de Paris. D 45 Z4 Plan du lotissement du parc, vers 1899. (Archives de Paris. 6 AZ 1335) IVR11_19899400026P Vue de la façade sur jardin du château, avant sa destruction partielle en 1870. Photographie, vers
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Franque François
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    support : vestibule de l'aile orientale
    Historique :
    Château agrandi en 1764 par François Franque pour M. de Silhouette ; vendu comme bien national en 1791 ; très endommagé par la guerre de 1870 et donc très restauré en 1871 ; parc loti à partir de 1859 ; devient institution de jeunes gens en 1903 ; acquis en 1924 par les soeurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve
    Localisation :
    Bry-sur-Marne - 1 boulevard Gallieni - en ville - Cadastre : 1981 O 11, 13, 15
    Aires d'études :
    Bry-sur-Marne
  • Château
    Château Écouen - rue Jean Bullant - Cadastre : 2014 AI 1 à 6, 8 à 18, 49, 139, 140, 194, 195, 203, 204
    Description :
    Organisation du bâti Le château est bâti selon un plan symétrique : il est constitué de quatre corps de bâtiments disposés autour d'une cour pavée. Cet ensemble repose sur une terrasse ceinte par un fossé. Du côté nord, la terrasse est plus ample et permet d'admirer le panorama sur la plaine de France abritait un portique donnant sur la cour, au rez-de-chaussée, et une galerie à l'étage, couverte par un comble en demi-cercle revêtu de plomb ; l'entrée était surmontée par une sorte d'arc de triomphe orné de la statue équestre du connétable Anne de Montmorency. Mais ce bâtiment a été détruit à la fin du musée national de la Renaissance. Les trois autres ailes sont nettement plus élevées : elles comptent un rez-de-chaussée, un étage-carré et un étage de comble très développé. Elles sont flanquées, à chaque une élévation particulière, liée à sa fonction : il s'agit en effet de la chapelle, éclairée par de niveaux (rez-de-chaussée, 2 étages carrés et un étage de comble) abritant des chambres. Alors que l'aile
    Étages :
    étage de comble
    Statut :
    propriété d'un établissement public de l'Etat Propriété de la Chancellerie de la Légion d'Honneur
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Illustration :
    "Les plus excellents bastiments de France", vol.2, 1579. BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t. 4, B Dessin du château d'Ecouen et de ses environs, XVIIe s? BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t. 4, B , vers 1800 (l'aile d'entrée de Peyre n'est pas encore construite). BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t monuments" (1805) : Ecouen, page 1 (gravure de frontispice). BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t.4, B 16474 Civeton, sous la direction de Louis François Couché, 1825. BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t. 4, B Mascaron du château d'Ecouen. Planche d'un album de Plantar (1844?). BnF, Estampes, Topo Va Val les vues photographiques de Pierre Petit. Gravure de Tilly. Vers 1870, BnF, Estampes, Topo Va Val Détails du décor de la façade sur cour de l'aile sud, BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t. 4, B Détail de deux lucarnes, BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t. 4, B 16502. IVR11_19809500772Z au Salon de 1891 et publiées dans le "Moniteur des architectes". BnF, Estampes, Topo Va Val d'Oise, t
    Auteur :
    [commanditaire] Montmorency, de Anne [commanditaire] Bourbon-Condé, de Henri Jules
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    Construit en une vingtaine d'années, de 1539 à 1559, pour l'un des plus puissants princes du royaume, le connétable Anne de Montmorency, le château d'Ecouen constitue un remarquable témoignage de l'architecture de la Renaissance française. Depuis 1977, les collections du Musée national de la Renaissance ont
    Historique :
    . La première mention d'une fortification à Ecouen ("castrum") se trouve dans un acte de la fin du XIIe siècle. La ruine du château de Montmorency, résidence principale de la famille éponyme, au milieu du XIVe siècle, a peut-être contribué à la promotion de celui d'Ecouen mais on ignore à peu près tout de l'édifice qui a précédé le château de la Renaissance. I. La résidence d'Anne de Montmorency L'histoire du château d'Ecouen est étroitement liée à celle d'Anne de Montmorency (1493-1567), familier de François Ier puis d'Henri II. Fait connétable (1538) puis pair de France (1551). Membre de l'une des familles les plus prestigieuses de l'Île-de-France, il reçoit les terres d'Ecouen et de Chantilly de son père Guillaume en 1522. Son accession à la dignité de connétable, en février 1538, l'a sans doute incité à se bâtir une splendide demeure, digne de son rang, à Ecouen. Les premiers comptes relatifs à ce chantier . Toutefois, il semble y avoir eu vers 1545 un changement de parti en faveur d'un style plus inspiré de
    Référence documentaire :
    AD Val d'Oise, 1 Fi 200 31 : portfolio de 20 photographies du château par Pierre Petit, vers 1870 . AD Val d'Oise, 1 Fi 200 31 : portfolio de 20 photographies du château, alors occupé par la Légion Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance, 2018. CREPIN-LEBLOND, Thierry et FONKENELL , Guillaume. Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance. Paris : Editions de l'Esplanade : Musée national de la Renaissance, 2018. p. 23-32 Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. 2018 AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin ). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan Anne de Montmorency, 2014. CREPIN-LEBLOND, Thierry. Anne de Montmorency (15 mars 1493 - 12 novembre
  • château
    château Romainville
    Description :
    Il ne reste du chateau de Romainville que des ruines. Les étais et la végétation masquent l'édifice
    Illustration :
    Plan du rez-de-chaussée du château. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne conservé dans les locaux de la mairie. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Dessin aquarellé. Salle de bains. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Chassis de l'Orangerie, projet ? (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Plan, aménagement de la salle de bain. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne Dessin, relevé de la façade principale du château, 1823. (Ecole nationale des ponts et chaussées , Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300149NUC4AB -Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300148NUC4AB ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Charles-François Mandar) IVR11_20089300142NUC4AB Dessin, projet de terrassement pour le parc du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les vestiges du château, caractéristiques du style Louis XIII, laissent penser, à la suite de Gabriel Husson, que sa construction remonte à la première moitié du 17e siècle, sous la seigneurie de Nicolas de Quelen. Mais c'est à partir du 18è siècle que la famille Ségur va marquer la destinée des lieux . Il reste aujourd'hui peu de traces de la splendeur passée du château de Romainville. On a peine à imaginer le raffinement de ses décors, le pittoresque de ses jardins ou le charme de la vue depuis les terrasses. Des grands noms ont joui des lieux et de nombreux artistes y ont puisé leur inspiration lors de . L'histoire des lieux prend en effet un tournant majeur peu après la mort du marquis de Noailles en 1838. Son fils hérite du château le vend, à peine deux ans plus tard, à une société anglaise d'exploitation de
1