Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire Paris 7e arrondissement - place Joffre
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En janvier 1751 parut l'édit créant l'Ecole militaire, projet soutenu par madame de Pompadour et le financier Pâris-Duverney. Le programme était de loger convenablement cinq cents jeunes gentilshommes, un état-major, cinquante officiers, des professeurs et des religieuses, les soeurs grises chargées de l'infirmerie, au total plus de sept cent personnes. Le site choisi était la plaine de Grenelle. Jacques-Ange traînèrent en longueur, ralentis par la Guerre de sept Ans. Le projet final ne fut adopté par Choiseul qu'en 1766. La rampe, due au dessin de Gabriel lui-même, est réalisée par le serrurier Fayet et mise en place
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    C'est dans le "château" composé d'un pavillon central à dôme carré et de deux ailes que se trouvent appartements officiels de l'Etat-major au premier étage. La console de départ est cintrée et ornée d'un riche chapelet de ronds sertis de fleurs et de billes de liaison. Le motif central est une frise de postes doubles rehaussée de fleurs et de feuillages de bronze.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'Ecole militaire
    Annexe :
    Gabriel, Paris, Picard, 1982, p.278-289. LACOUE-LABARTHE, Marie-France, L’art du fer forgé en pays bordelais, de Louis XIV à la Révolution, Bordeaux, Société archéologique de Bordeaux, 1993, p. 131.
    Illustration :
    Vue d'ensemble du vestibule et de l'escalier. IVR11_20097500168NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500169NUC4A Départ de l'escalier et premier panneau de la rampe. IVR11_20097500171NUC4A La console de départ le premier pilastre de la rampe. IVR11_20097500172NUC4A La console de départ le premier pilastre de la rampe : vue rapprochée. IVR11_20097500173NUC4A Détail d'un panneau décoratif à rinceaux ornant l'intrados de la voûte. IVR11_20097500174NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié) Paris 3e arrondissement - 26 rue des Francs-Bourgeois
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    dont la façade sur rue et le bel escalier d'honneur. La demeure abrita le siège de l'école des Francs Un premier hôtel a été construit vers 1685 par Claude Mortier, seigneur de Soisy sur cette parcelle et la voisine (24 et 26 actuels). La partie de droite, soustraite dès 1604, a été détruite en 1825 . La moitié qui nous intéresse a appartenu à Monsieur de Sandreville de 1635 à 1638 puis à différents
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    avec un limon en pierre puis en bois. Le dessin de sa rampe de ferronnerie est caractéristique des modèles néo-classiques : la console de départ, cintrée, est ornée d'un motif de grecque. Le motif continu qui monte jusqu'au premier étage se compose d'entrelacs d'ovales et de cercles garnis de motifs floraux et de fleurons en bronze. Il est encadré d'une frise haute et d'une frise basse à postes. Le beau vase de départ est toujours en place.
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 26 rue des Francs-Bourgeois
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier du Palais-Royal (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du Palais-Royal (non étudié) Paris 1er arrondissement - place du Palais-Royal
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    1692. Le duc Louis fit construire à partir de 1743 par Cartaud des bâtiments le long de la rue des Bons Enfants et il céda l'exploitation de l'opéra à la ville de Paris. A la mort de son père, le nouveau Duc par l'architecte de la ville Pierre-Louis Moreaux Desproux. Ce nouvel opéra brûla à nouveau en 1781 et ne fut pas reconstruit à cet emplacement. On perça à la place la rue de Valois contre laquelle est
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    premier étage qui dessert les appartements. La rampe exécutée par le serrurier Corbin sur des dessins de
    Illustration :
    un garde corps au chiffre des rois de France. IVR11_20107500271NUC4A Les boiseries de la baie centrale sont encore celles d'origine. On reconnaît le vase fleuri que Balcon central de la façade sur la rue de Valois. On y voit une nuée ardente (à finir Un balcon avec une ferronnerie rue de Valois dont le motif reprend un motif sculpté de l'escalier de l'opéra du Palais-Royal. IVR11_20107500184NUC4A Vue du grand vestibule prise depuis la première volée de l'escalier. IVR11_20107500273NUC4A Vue de la première volée et du premier repos ou se trouvait primitivement la porte conduisant à Gaine de départ et garde corps du départ central droit. IVR11_20107500281NUC4A Gaine de départ vue de trois-quarts. IVR11_20107500282NUC4A Gaine de départ vue de côté. IVR11_20107500283NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 13 rue Hérold
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    épouse Anne Marie Emmanuel Hincque de Saint-Sénoch. Par cette acquisition, Julien Oré faisait un
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier, placé dans l'axe de l'entrée, dessert le corps de logis entre cour et jardin. Il est précédé d'un court vestibule dallé de pierre avec cabochons noirs. Le vide central, de forme ovale très allongée, est adapté à la forme étroite de la cage. La rampe est composée d'une alternance de très larges panneaux au dessin dissymétrique et de pilastres réguliers. le motif est à enroulements imbriqués les uns fleurons de bronze ornementent l'ensemble.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Annexe :
    Documentation - IM75000075 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE A.N., fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris A.N. MC ET/V/538 23 juin 1764
    Illustration :
    Vue depuis le premier palier, partie tournante de la rampe. IVR11_20097501027NUC4A Partie tournante de la rampe. IVR11_20097501028NUC4A Vue de la première volée. IVR11_20097501026NUC4A
  • rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrête en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Cet escalier, réservé à un usage privé, donnait accès aux appartements de l'Intendant du Garde -Meuble. Il dessert deux étages. La cage de forme rectangulaire est très classique, la rampe reste dans la panneaux longs, est marqué par des motifs à la grecque très anguleux qui se détachent du châssis par de petites billes de fer. L'originalité qui donne à cette rampe son caractère tout à fait unique consiste en un réseau de losanges légèrement curvilignes, motif de marqueterie utilisé à cette époque par Gilles Joubert qui pourrait avoir fourni le dessin de la rampe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier privé de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    Documentation - IM75000088 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE CASTELLUCCIO, Stéphane, Le Garde-Meuble de la , Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500980NUC4A Vue de la console de départ et de la première volée. IVR11_20097500979NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500981NUC4A Vue de la partie tournante de la rampe. IVR11_20097500983NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Rochechouart, actuellement Ministère de l'Education nationale (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Rochechouart, actuellement Ministère de l'Education nationale (non étudié) Paris 7e arrondissement - 110 rue de Grenelle
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel a été construit par Mathurin Cherpitel pour la marquise de Courteille qui s'était engagée lors du mariage de sa fille avec Emery Louis Roger comte de Rochechouart à loger le couple. Le terrain fut acquis en 1776 et le choix se porta sur Cherpitel qui venait de construire un hôtel pour le comte et la comtesse du Châtelet, cette dernière étant la soeur de la Rochechouart. L'hôtel fut vendu en ministère de l'Instruction publique qui l'achète en 1829 et entreprend d'importants travaux sous la direction de l'architecte Gisors.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier est placé dans une courte aile à gauche de la façade. Il dessert un étage et se termine par une avancée en balcon. Le vestibule dans lequel il se trouve est de plan ovale et couvert d'une coupole aplatie reposant sur un plafond à caissons. Le départ de la rampe est en fonte avec des décors de bronze, notamment une très belle urne en guise de vase de départ. La rampe est composée de postes.
    Localisation :
    Paris 7e arrondissement - 110 rue de Grenelle
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Rochechouart, actuellement Ministère de l'Education
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20107500334NUC4A Vue d'ensemble de la rampe. IVR11_20107500335NUC4A Vue de la cage en contre-plongée. IVR11_20107500336NUC4A Détail de la rampe. IVR11_20107500338NUC4A Partie de l'escalier en plongée. IVR11_20107500341NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non étudié) Paris 1er arrondissement - 2 rue Saint-Florentin
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel de Saint-Florentin fut édifié entre 1766 et 1769 par Jean-François Chalgrin, selon les plans dressés par Ange-Jacques Gabriel, en complément des embellissements de la place Louis XV, actuelle place de la Concorde. La demeure qui apparut rapidement emblématique du néoclassicisme était destinée à servir de résidence au comte de Saint-Florentin, marquis puis duc de La Vrillière, l'un des personnages les plus influents du règne de Louis XV. Chalgrin fut choisi pour concevoir le porche d'entrée, les
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier est séparé du vestibule axial, ouvert sur la cour, par un portique de colonnes doriques . L'élévation des murs de la cage présente des fenêtres, des niches et des pilastres ioniques présents habituellement sur les murs de façades extérieures. L'escalier est composé d'une volée unique qui mène à un la somme considérable de 24. 988 livres pour la rampe de fer qui fut posée en 1773. Celle-ci est amortie par une gaine circulaire en marbre bleu turquin, semble-t-il postérieure. La rampe est composée de balustres d'ordre ionique faisant écho aux pilastres des murs de la cage. Les balustres sont composés d'un piédouche raccordé au sommier par de petits navets. Leur panse est ornée de godrons et d'un culot de feuillages. Leur col est surmonté d'un chapiteau orné d'une moulure d'oves et de dards. Une guirlande et une chute de laurier en bronze doré enrichissent le chapiteau. Aux articulations de la rampe, les pilastres sont ornés d'une rosace naturaliste inscrite dans un médaillon. Des fleurons et des motifs de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Saint-Florentin, actuellement consulat des Etats-Unis (non
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Fleury ou Brochet de Saint-Prest, actuellement Institut d'études politiques (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Fleury ou Brochet de Saint-Prest, actuellement Institut d'études politiques (non étudié) Paris 7e arrondissement - 28 rue des Saints-Pères
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel porte le nom de l'avocat général Armand Joly de Fleury qui le loua à partir de 1788. Mais il a été construit pour Jacques Frécot de Lanty, membre du grand Conseil. Les travaux furent entrepris à partir de 1768 et le gros oeuvre, y compris la décoration de la cage d'escalier, était achevé en 1772, lorsque l'hôtel fut vendu à Charles Brochet de Saint-Prest, maître des requêtes, intendant du l'autorisation donnée en 1774 de faire poser les pilastres de la façade. La rampe est l'oeuvre de Pierre II
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    La demeure comporte un corps de logis sur rue, à la façade monumentale, deux ailes puis le corps d'hôtel entre cour et jardin. L'escalier principal est situé dans l'aile à gauche de la cour et dessert un étage. Précédée de quelques marches et d'un repos, la première volée repose sur un mur d'échiffre tandis contemporains du Châtelet ou de Saint-Florentin, la cage présente un décor architecturé remarquable orné de sculptures, allégories de l'Architecture, la Sculpture et la Peinture, ainsi que de bas-reliefs figurant les quatre saisons et les attributs de la musique et de science. Contrebutée par une console prenant la forme reliées par des entrelacs, elle est rehaussée de rosaces et encadrée en haut et en bas par une frise de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Fleury ou Brochet de Saint-Prest, actuellement Institut
    Illustration :
    Vue générale de l'escalier et de sa cage. IVR11_20107500475NUC4A Vue générale de l'escalier et de sa cage. IVR11_20107500474NUC4A Vue du départ d'escalier et du mur d'échiffre surmonté de la rampe à arcades doubles Vue de la console en forme d'enroulement. IVR11_20107500477NUC4A Vue de la rampe à arcades doubles. IVR11_20107500479NUC4A Vue de la troisième volée de l'escalier. IVR11_20107500480NUC4A Vue de la rampe à partir du palier. IVR11_20107500481NUC4A
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de l'hôtel de Maisons, puis Pozzo di Borgo
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'hôtel de Maisons, puis Pozzo di Borgo Paris 7e arrondissement - 51 rue de l' Université
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel a été initialement construit en 1706 sur un projet de Pierre Cailleteau, dit Lassurance terminé, par le président de Maisons, Claude de Longueil. On en connaît la distribution et l'élévation par les gravures de Mariette. A partir de 1746, l'hôtel est en effet modifié par Pierre-Michel Mouret pour Louis Armand de Seiglières de Belleforière, marquis de Soyecourt qui en hérite. Les travaux de gros oeuvre commencèrent en juin 1749 pour s'achever en octobre 1751. La distribution du corps principal de l'auteur de la rampe. L'hôtel Pozzo di Borgo doit son nom actuel au comte Charles-André Pozzo di Borgo qui
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Précédé d'un vaste vestibule qui donne sur le salon de compagnie, l'escalier d'honneur en pierre dessert le premier étage. Il est à vide central et est flanqué de la porte du suisse. La console de départ est cintrée et s'articule autour d'un fleuron dissymétrique de style rocaille. La rampe est composée d'une alternance de pilastres en gaine et de panneaux carrés symétriques avec un petit fleuron central.
    Localisation :
    Paris 7e arrondissement - 51 rue de l' Université
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier d'honneur de l'hôtel de Maisons, puis Pozzo di Borgo
    Annexe :
    notaires, XXVI 464 24 mai 1752 PONS, Bruno, « Hôtel de Maisons puis de Soyecourt, 51 rue de l’Université », in : MAGNY, Françoise (dir.), Le Faubourg Saint-Germain, Rue de l’Université, Paris, DAAVP, SHA du
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 2e arrondissement - 26 rue des Petits-Champs
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison,dont la date de construction précise nous est inconnue, peut néanmoins être daté des années 1750-1760 en raison de sa distribution, de sa volumétrie et de sa rampe.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    donne sur le passage cocher en retour. Il comporte une courte volée vers la droite et a de ce fait deux consoles identiques avec motif de grecques. Le décor de la rampe est hiérarchisé selon les étages : motif d'entrelacs avec doubles accolades alternant avec des ronds ornés de cabochons en bronze, puis du deuxième au étages de combles. Des pilastres architecturés à chapiteaux feuillagés ornent les petits côtés de la rampe au profil très allongé. Une frise de poste court jusqu'au troisième étage.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Illustration :
    L'une des deux consoles de départ. IVR11_20097500962NUC4A La console de départ de l'escalier. IVR11_20097500963NUC4A Vue d'ensemble de la première volée. IVR11_20097500964NUC4A Vue d'ensemble de la première volée et du premier palier. IVR11_20097500965NUC4A Vue de la partie tournante de la rampe. IVR11_20097500967NUC4A Départ de l'escalier. IVR11_20097500961NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel du Châtelet, actuellement Ministère du Travail (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel du Châtelet, actuellement Ministère du Travail (non étudié) Paris 7e arrondissement - 127 rue de Grenelle
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1770, à son retour à Paris, le comte du Châtelet, fils de la femme de lettres, après avoir été ambassadeur à la cour de Vienne puis à Londres, fit construire par Mathurin Cherpitel un hôtel rue de Grenelle . Le plan, traditionnel, est composé d'un corps de logis élevé entre cour et jardin. Le portail en forme d'arc de triomphe à l'antique, flanqué de colonnes doriques, s'ouvre sur une cour entourée de deux ailes basses. Au fond, se dresse le grand corps de logis doté d'un avant- corps d'ordre colossal . Creusés de niches entourées de pilastres d'ordre ionique et couronnées de frises, les murs en pierre du grand vestibule et de la cage d'escalier prolongent à l'intérieur de l'hôtel le caractère monumental des
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le balcon et la rampe de l'escalier, choisis par Cherpitel et achevés en 1776, sont caractéristiques du retour au "grand goût" qui s'opère à la fin du règne de Louis XV. En effet, la rampe de fer forgé et doré, est composée d'une succession de balustres, quil fait directement référence aux modèles du classicisme français de la fin du 17e siècle. Elle rompt avec les rampes de panneaux qui
    Localisation :
    Paris 7e arrondissement - 127 rue de Grenelle
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel du Châtelet, actuellement Ministère du Travail (non étudié)
    Illustration :
    Vestibule, console de départ et première volée. IVR11_20097501001NUC4A Vestibule et départ de l'escalier. IVR11_20097501002NUC4A Vue de la dernière volée et du palier supérieur. IVR11_20097501010NUC4A Pilastre dans la partie tournante de la rampe. IVR11_20097501011NUC4A Détail de la console de départ. IVR11_20097501007NUC4A
  • rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine nationale Paris 8e arrondissement - 2 rue Royale
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    bâtiments de la place de la Concorde alors en cours de construction. Gabriel proposa différents plans d'aménagement intérieur et le projet définitif fut arrêté en 1768, à la suite de nombreux échanges avec Pierre -Elisabeth de Fontanieu, intendant et contrôleur général des meubles de la Couronne. Le bâtiment comporte les appartements de l'intendant. En effet les salles étaient ouvertes au public les premiers mardis de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le grand escalier de très vastes dimensions a été construit pour desservir les salles d'exposition à l'étage. Il est très lumineux étant placé dans une aile qu'il occupe entièrement de manière est d'un dessin riche et puissant ; composée d'une frise de postes encadrée en haut et en bas d'une frise d'entrelacs, la rampe est interrompue par deux panneaux, le premier situé dans l'axe de la grande volée et le second dans l'axe du grand palier. Ces panneaux abritaient deux fleurs de lys, quatre branches de laurier et quatre L, le tout en bronze doré. Supprimés en 1793, ils furent remplacés par le symbole de la Marine au début du 19e siècle lorsque le décor de l'escalier fut repris. La console de départ surmontée d'un vase de bronze doré s'enroule suivant une portion d'arc de cercle. Elle est enrichie d'un demi-culot en chapelets et de feuilles d'acanthe.
    Titre courant :
    rampe d'appui, grand escalier de l'hôtel du garde meuble, actuellement Etat-Major de la Marine
    Annexe :
    -Meuble de la Couronne et ses intendants du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2004, p.189-193 CASTELLUCCIO, Stéphane, Les Collections royales d’objets d’Art de François Ier à la Révolution, Paris, Les Editions de l’amateur, 2002, p.198-203 VERLET, Pierre, Le mobilier royal français, Paris, Picard, 1990-
    Illustration :
    Vestibule et départ de l'escalier. IVR11_20097500984NUC4A Console de départ et première volée. IVR11_20097500986NUC4A Console de départ, détail. IVR11_20097500987NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097500985NUC4A
1