Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 222 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • monument aux morts de la grande guerre
    monument aux morts de la grande guerre Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    se situer sur un rond point du cimetière, ne pas dépasser la somme de 50 000 francs et que toute Pour l'implantation de ce monument, un comité d'érection est créé en 1920. Une souscription est 15e) et Albert Cheuret (11, rue de la Tour d'Auvergne à Paris), ces deux derniers ayant leurs projets encore conservés dans les archives de la commune. C'est le sculpteur Henri Sausse (25 rue Froidevaux à concours était Au héros de la grande guerre accompagne son projet des propos suivants : un ensemble d'un aspect imposant et funéraire d'une grande sobriété où la France pleurant ses enfants morts au champ d'honneur a à ses pieds un soldat tombé sous les plis du drapeau, la tête reposant sur une touffe de lauriers qui symbolisent la glorification des morts. Le monument élevé en pierre de Chauvigny, couramment employée pour ce type de réalisation, est inauguré en 1922.
    Représentations :
    femme éplorée symbolisant la France. A ses pieds git un soldat mort recouvert d'un drapeau, reposant sur un socle portant l'inscription : 1911-1918 AUX HEROS DE LA GRANDE GUERRE. Sont figurées des branches de chêne et d'olivier. Au dos du monument figurent les armoiries de la ville.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    monument aux morts de la grande guerre
    Appellations :
    de la grande guerre
    Illustration :
    Croquis préparatoire par le sculpteur Henri Sausse, pour son projet de monument aux morts, ""La France pleurant ses enfants morts au champ d'honneur"". (AM Enghien-les-Bains, M52 Maquette du projet de monument aux morts. Projet ayant reçu le premier prix. Photographie, 1921 Maquette du projet de monument aux morts. Projet ayant reçu le premier prix. Photographie de P . Patrouilleau, photographe, 15 rue du Moulin de beurre, Paris 14e. 1921. Photographie. (AM Enghien-les-Bains Maquette du projet de monument aux morts de Henri Sausse dans son atelier. Le mouvement de la pleureuse diffère de la première maquette.. Photographie, 1921. IVR11_20099500122NUC4AB Détail de la partie inférieure de la maquette du projet de monument aux morts. Vue prise dans son Projet non primé du concours. Maquette du sculpteur Albert Cheuret (11 rue de la Terre d'Auvergne à
  • maison de notable dite Château d'Ormesson, puis orphelinat Sainte Jeanne, actuellement Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris
    maison de notable dite Château d'Ormesson, puis orphelinat Sainte Jeanne, actuellement Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris Enghien-les-Bains - place Edmond Taupin - en ville - Cadastre : 1995 AE 229
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de maître
    Historique :
    d'inventaire le kiosque de l'ïle. L'intérieur de l'édifice a également été réaménagé pour s'adapter à ces Cette maison de notable parfois dénommée le Château d'Ormesson a été construite durant les années 1870 au sein d'une vaste propriété de 24 700 m² à la place d'une dépendance du château d'Ormesson dont on connait l'implantation par le plan cadastral de la ville de 1850. Petit pavillon carré, il dominait un vaste jardin orné dans sa partie inférieur d'un grand bassin formant une sorte de canal. La et canal est inclus dans un vaste lac au milieu duquel se trouvait une île et une fabrique. Le 17 avril 1885, l'ensemble fût légué par sa propriétaire, Félicité Wassous, à la ville de Paris à condition d'y fonder un orphelinat de jeunes filles pauvres sous la dénomination Asile Sainte Jeanne. Le vaste plan d'eau alors sans doute jugé dangereux est comblé, mais il subsistait lors de l'enquête personnel est érigé. Aujourd'hui, la maison abrite l'Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    de bâtiment central est encadré par deux pavillons formant un léger avant corps avec au centre le ont deux niveaux de comble dont le premier est composé de lucarnes aux frontons alternativement les trumeaux, donnent un ensemble au dessin classique. Le soubassement, ouvert de baies pour éclairer le niveau de sous sol, est en meulière rocaillée. Le bâtiment des communs, vers le potager, est en rez de chaussée surélevé.
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé 2 étages de comble
    Titre courant :
    maison de notable dite Château d'Ormesson, puis orphelinat Sainte Jeanne, actuellement Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris
    Destinations :
    Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris
    Illustration :
    Plan cadastral 1850, détail de la section E sur le hameau d'Ormesson : on remarque le grand canal de la propriété, au dessus du ""ruisseau de la bonde de l'étang neuf"". (AM Enghien-les-Bains Plan cadastral de 1892, détail de la section E. Le nouvel édifice a été construit et le jardin transformé : le canal encore visible en pointillés sur le plan a été remplacé par un lac avec une île Vue d'ensemble de l'entrée de la propriété : portail encadré de deux portes piétonnes. Les piliers Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20089500154NUC4A Détail de la lucarne centrale sur la façade antérieure : accostée par deux volutes, encadrée de l'inscription ste Anne, nom de l'orphelinat qui a occupé les lieux. IVR11_20089500156NUC4A Détail de l'un des garde-corps en ferronnerie de la façade latérale. IVR11_20089500151NUC4A Vue d'ensemble de la façade sur jardin. IVR11_20089500150NUC4A
  • synagogue
    synagogue Enghien-les-Bains - 47 rue de Malleville - en ville - Cadastre : 1995 AD 634
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , est inaugurée par le grand rabbin de France Zadoc Kahn.
    Représentations :
    La façade est ornée sur son pignon central d'un motif simplifié de lésène et de deux étoiles de les baies latérales du rez de chaussée les feronneries représentent des chandeliers, évocation de
    Description :
    Selon le plan type de la synagogue française, l'espace intérieur se décompose avec la nef centrale façade présente une grande façade pignon accostée de deux bas côtés symétriques.
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 47 rue de Malleville - en ville - Cadastre : 1995 AD 634
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis la rue, de la synagogue construite en 1889. IVR11_20099500626NUC4A Vue d'ensemble de la façade depuis la cour d'entrée. IVR11_20099500647NUC4A Détail de l'une des baies du rez-de-chaussée : décor en ferronnerie en forme de chandelier
  • salle de spectacle
    salle de spectacle Enghien-les-Bains - avenue de Ceinture rue de la Libération - en ville - Cadastre : 1995 AC 36 ?
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    la piscine dont l'exploitation sera donnée à la Société des piscines de France et la Société le Dans l'effervescence de projet pour remonter la station thermale durant les années 1920- 1930 et lui donner une nouvelle image de modernisme, un grand projet de salle de spectacle et de piscine est lancé. La période de gestation est longue et la mise au concours public d'un programme mêlant piscine , salle de spectacle et salle de bal n'a lieu qu'en 1934. Le cahier des charges est conçu par les architectes Robert Lavier et Emile Maigrot avec obligation de prendre la Société Robur pour la construction de Dantec pour la construction et exploitation de la salle de spectacle et bal. Les réponses affluent : les , Marcel Mage...soumettent des projets. N'en subsiste conservé dans les archives de la ville que le premier de l'anonymat exigé dans ce type de concours, cygne rouge cercle d'or. Les trois prix suivant étant pour le second Maigrot et Lavier Pourquoi pas, le troisième Sorin avec Roi de cœur, et Nanquette avec
    Parties constituantes non étudiées :
    établissement de danse
    Dénominations :
    salle de spectacle
    Description :
    Sur trois niveaux, Lhotellier et Robin conçoivent un très beau projet avec la salle de bal en rez de chaussée et le théâtre dans les deux étages supérieurs dans un plan composite dont l'axe principal est la grande rotonde d'entrée qui se déploie sur toute la hauteur de la façade. Béton translucide pour la marquise de la rotonde, marquises en béton plein sur la rue, charpente métallique pour la salle de théâtre, menuiseries métalliques pour les sept baies de 4m85 situées entre les claustras de la rotonde, et pour les sept baies du foyer, décor de chrome, portes métalliques, le tout couvert en fibrociment de Poissy ou Eternit, le parti est moderne et original dans son asymétrie.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - avenue de Ceinture rue de la Libération - en ville - Cadastre : 1995 AC 36 ?
    Titre courant :
    salle de spectacle
    Annexe :
    Enghien, salle de spectacle. Sources et bibliographie Ouvrage LHOTELLIER, B; ROBIN, Guy. Art et
    Illustration :
    Projet de concours par les architectes Lothellier et Robin, 1er prix, 1934 signé sous le nom ""Cygne rouge, cercle d'or"". Plan du premier niveau avec la salle de bal, plan des quatrième et cinquième niveaux : salle de spectacle. (AM Enghien-les-Bains, M13) IVR11_20099500120NUC4A Projet de concours par les architectes Lothellier et Robin, 1er prix, 1934 signé sous le pseudonyme Projet de concours par les architectes Lothellier et Robin, 1er prix, 1934. Vue perspective, côté
  • lotissement concerté La Villa des Sureaux
    lotissement concerté La Villa des Sureaux Enghien-les-Bains - 76 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 517, 416, 414, 413, 483, 408, 536
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Ce lotissement a été créé à l'initiative de l'architecte Jean Marie Bresson qui réalise également la totalité des maisons construites entre 1893 et 1898, soit sept édifices construits de part et
    Parties constituantes non étudiées :
    fabrique de jardin
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Sous plusieurs linteaux métalliques on trouve un motif de mufle de lion, ou, pour les portes d'entrée des culots figurant des personnages de style médiéval.
    Murs :
    faux pan de bois pan de bois
    Description :
    La première maison construite par l'architecte, parcelle 517, est une maison de type pignon gouttereau en brique rouge sur une base de meulière avec, sur la partie supérieure du pignon une mise en œuvre de faux pans de bois avec un enduit à la tyrolienne caractérisé par son aspect grenu. Le décor, le , présence de carreaux de faïence vernissée, ferronneries aux motifs stylisés, tirants ornés de motifs vernaculaire, notamment dans le travail remarquable de charpente (fermes débordantes et aisseliers très ouvragés en bois tourné avec motifs de poinçons) autant au niveau des toits que des marquises au dessus des médiéval. L'architecte joue avec les matériaux industriels et différents types de décor donnant un ensemble raffiné et polychrome (le blanc des stucs et les bleus des faïences se détachent sur le rouge de la brique , briques de couleur différente). Seule une maison (parcelle 536) diffère et présente un décor de sgraffite , des linteaux de bois et une typologie générale différente.
    Illustration :
    Maison au n° de l'allée Villa des Sureaux, vue d'ensemble. IVR11_20099500418NUC4A Maison au 1 Villa des Sureaux : détail de la partie supérieure des baies avec un linteau métallique , un petit tympan cintré de carreaux de céramique bleue et des culots en forme de mufle de lion se Maison n°1 Villa des Sureaux : détail de l'ancre en ferronnerie ouvragée et mise en valeur par une table de pierre quadrilobée posée sur la brique. IVR11_20099500419NUC4A Maison, n°1 Villa des Sureaux : détail du linteau de la porte d'entrée. En métal, il repose sur deux culots en forme de personnage de style néogothique. IVR11_20099500420NUC4A Maison n°1 Villa des Sureaux : détail du garde corps de l'une des baies. IVR11_20099500421NUC4A Maison n°3 Villa des Sureaux : détail de la marquise au dessus de la porte d'entrée Maison n°6 Villa des Sureaux : vue d'ensemble de cet édifice qui diffère des autres par le
  • lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes
    lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes Enghien-les-Bains - 55 rue Félix Faure 47 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 839, 840, 841, 171
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Lotissement concerté commandé par le comte et la comtesse de Chabannes en 1924 à l'architecte Henri
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de jardin
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Cabochons de céramique.
    Description :
    L'ensemble comporte deux immeubles de quatre étages sur les deux rues qui desservent la parcelle laniérée et quatre bâtiments intermédiaires de plan en U sur une courette. Les constructions sont en
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 55 rue Félix Faure 47 rue de la Barre - en ville - Cadastre : 1995 AD 839, 840
    Titre courant :
    lotissement concerté du comte et de la comtesse de Chabannes
    Appellations :
    lotissement du comte et de la comtesse de Chabannes
    Illustration :
    Coupe et élévation de l'un des immeubles sur rue, 1924. (AM Enghien-les-Bains, 1T 19 Coupe et élévation de l'un des immeubles du lotissement. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de construire) IVR11_20099500159NUC4A Plan des immeubles intermédiaires, 1924. (AM Enghien-les-Bains, 1T 19, autorisations de permis de Vue d'ensemble de l'immeuble donnant rue Félix Faure. IVR11_20099500512NUC4A Vue d'ensemble d'un immeuble au 47 rue de la Barre IVR11_20089500278NUC4A Détail de l'un des cabochons en céramique, ornant l'un des piliers de clôture du lotissement au
  • immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ
    immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ Enghien-les-Bains - 10 rue du Départ - en ville - Cadastre : 1995 AB 316
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Au dessus de la porte d'entrée figure un motif de proue de navire sur les vagues
    Description :
    Cet immeuble de quatre travées présente une façade ordonnancée avec un avant corps central encadré par des ailes ornées, au cinquième étage, par deux balcons loggias. Le décor de l'édifice a fait l'objet d'un grand soin : portail d'entrée dont les motifs se terminent par des volutes aux têtes de dragon, porte de l'immeuble ornée de fleurs de métal forgées, éléments de grès flammé aux motifs végétaux , panneaux de bas reliefs de béton, carreaux de faïence. Comme dans nombre de ses œuvres, l'architecte joue
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    immeuble de madame Ballaz, 10 rue du Départ
    Appellations :
    de madame Ballaz
    Illustration :
    Détail de la partie supérieure de l'immeuble. IVR11_20089500264NUC4A Vue du portail de ferronnerie qui ferme l'accès à la rue. IVR11_20089500295NUC4A Détail du portail d'accès à l'allée conduisant vers l'entrée de l'immeuble. Motif animal : tête de dauphin ou de dragon ? IVR11_20089500296NUC4A Détail de la porte d'entrée. Travail de ferronnerie d'art : détail des feuillages de la partie Détail au deuxième étage, entre les deux baies centrales : panneau décoratif de béton orné de branches de végétaux IVR11_20089500298NUC4A Détail du quatrième niveau : la baie est encadrée de panneaux décoratifs ornés de végétaux Détail de l'un des panneaux de céramique ornant le dessus des baies du premier niveau
  • maison de monsieur Fauveau n°1, 5 rue Félix Faure
    maison de monsieur Fauveau n°1, 5 rue Félix Faure Enghien-les-Bains - 5 rue Félix Faure - en ville - Cadastre : 1995 AD 104
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Maison construite vers 1900 pour l'usage personnel de monsieur Fauveau, commerçant, propriétaire de plusieurs édifices dans la ville, dont la maison voisine au n°3 de la même rue et boulevard Sadi Carnot.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Description :
    organisée autour de la travée centrale (perron, porte surmontée d'une marquise et d'une fenêtre) avec deux ouvertures en oculus à l'étage et deux grandes baies au rez de chaussée. Celle de gauche est agrémentée d'un bow-window. La brique est utilisée pour souligner les parties structurantes de l'édifice tel les angles, les encadrements de baies. Cette maison présente l'intérêt d'offrir un véritable catalogue des pour toutes les pièces du rez de chaussée : panneau de céramique dans le porche d'entrée, décor vitré
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Titre courant :
    maison de monsieur Fauveau n°1, 5 rue Félix Faure
    Appellations :
    de monsieur Fauveau
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure. IVR11_20099500475NUC4A
  • maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée
    maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée Enghien-les-Bains - 43 rue de l' Arrivée 2 rue Pilloy - en ville - Cadastre : 1995 AC 287, 288
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Escaliers :
    escalier droit escalier de distribution extérieur
    Description :
    visuellement un même édifice ; la façade antérieure est composée de droite à gauche d'un haut pavillon formant belvédère accosté de la travée d'entrée de l'une des maisons. L'édifice se poursuit avec une travée formée de groupes de fenêtres juxtaposées, cintrées à l'étage, d'une façade pignon et du porche d'entrée de plusieurs architectes de la fin du 19e et du début 20e déclinent tout particulièrement dans les lieux de multiplication des balcons, les auvents, les loggias, la variation des formes de toits ainsi que sur le dessin des baies, cintrées, rectangulaires ou de type thermal. Le décor, dont plusieurs éléments de céramique les jeux de courbes qui animent tout l'édifice par le traitement cintré des aisseliers soutenant
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 43 rue de l' Arrivée 2 rue Pilloy - en ville - Cadastre : 1995 AC 287, 288
    Titre courant :
    maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée
    Illustration :
    A gauche du document, élévation et plans du sous-sol, rez-de-chaussée, premier étage et combles Vue d'ensemble de l'édifice construit par l'architecte Thion. L'immeuble, qui aujourd'hui occulte Vue d'ensemble de la maison avec l'immeuble construit ultérieurement et qui occulte la vue. Carte Détail du cartel portant le nom de la maison ""le Rêve"" sur le haut de la façade, rue de l'Arrivée Façade latérale avec la loggia d'entrée de l'une des deux maisons. IVR11_20069500214XA
  • chapelle funéraire de la famille Mercier
    chapelle funéraire de la famille Mercier Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette chapelle construite en 1913 pour Emile Mercier (1853-1913) miroitier de son métier, à la demande de son épouse. Elle a été édifiée par l'entrepreneur marbrier A. Chamoux dont la signature est portée sur le côté gauche de la chapelle, sur la partie inférieure du mur. La verrière qui orne
    Représentations :
    La Vierge, assise sur un trône de mabre blanc orné de motifs végétaux lève les bras au ciel dans un geste d'imploration. Sur ces genoux, une femme agenouillée. L'ensemble de la scène est encadré par deux colonnes vertes et le fond, marqué par un dais d'or orné d'une croix. Cette iconographie, reprend celle de la vierge de douleur, où le christ est ici remplacé par une jeune défunte.
    Description :
    Chapelle ornée aux quatre angles de pilastres cannelés aux chapiteaux composites surmontés d'une frise maquée sur le côté de petites ouvertures en forme de croix et, en façade, du nom de la famille propriétaire : FAMILLE MERCIER. L'ensemble est couronné d'un fronton triangulaire orné de guirlandes de roses et d'une croix sommitale. La porte de la chapelle, est en fonte, ajourée dans la partie supérieure en fond de l'édicule, d'une baie rectangulaire ornée d'une verrière historiée.
    Titre courant :
    chapelle funéraire de la famille Mercier
    Illustration :
    Vue de la verrière signée du maitre verrier Charles Champigneulle, au fond de la chapelle : mère de
  • chapelle funéraire de la famille Kiewert
    chapelle funéraire de la famille Kiewert Enghien-les-Bains - rue Louis Delamarre - en ville - Cadastre : 1995 AB non cadastré domaine public
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Chapelle funéraire érigée pour la famille Kiewert à la demande de Jean-Paul Kiewert, restaurateur de tableaux qui habitait à Soisy-sous-Montmorency.Y sont inhumés Pauline Vitalini née Kiewert (1860
    Représentations :
    fleur de lys Les parois intérieures de la chapelle sont ornées sur les deux côtés par des peintures : à hauteur de lambris une draperie en trompe l'oeil est surmontée d'une bande marquée par une suite de triangles
    Titre courant :
    chapelle funéraire de la famille Kiewert
  • immeuble, 24 rue Pasteur
    immeuble, 24 rue Pasteur Enghien-les-Bains - 24 rue Pasteur - en ville - Cadastre : 1995 AD 742
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    deux niveaux par un ordre colossal de demi-colonnes aux chapiteaux formés d'un motif d'oves, sommé d'un garde-corps de style Art nouveau orne les balcons courant sur le denier niveau.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'édifice construit en 1904. IVR11_20089500364NUC4A
  • casino dit kursaal
    casino dit kursaal Enghien-les-Bains - rue Général de Gaulle rue de Malleville - en ville - Cadastre : 1995 AE
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    A la fin des années 1860, plusieurs projets voient le jour dans la ville pour la construction de deux kursaal. Ce type d'édifice est issu de la production germanique et austro-hongroise avant 1870 et correspondent en fait au cercles ou aux assembly rooms britanniques, lieu de réunion et de sociabilité avec des espaces de lecture et de concert et parfois de jeux. L'un des projets est lancé par Alègre et sa nouvelle société thermale avec la construction, vers 1868, d'un immense kursaal sur une parcelle allant de la rue de Malleville à la Grande rue, actuelle rue du Général de Gaulle. Alors que l'ensemble du gros œuvre acquis par l'entrepreneur Lesueur qui, autour de 1875, en récupère les matériaux, puis la rue des Thermes
    Description :
    principales se composent de plus d'une vingtaine de travées avec au centre et sur les extrémités trois pavillons qui se distinguent par un étage de plus.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - rue Général de Gaulle rue de Malleville - en ville - Cadastre : 1995 AE
    Illustration :
    Vue du Kursaal inachevé depuis le lac, durant les années 1870. Photographie de la collection Tible
  • maison de monsieur Ganeval, 78 boulevard Cotte
    maison de monsieur Ganeval, 78 boulevard Cotte Enghien-les-Bains - 78 boulevard Cotte - en ville - Cadastre : 1995 AD 276
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    sont constituées de deux panneaux de terre cuite blanche non émaillée provenant de la fabrique de céramique Alfred Brault fils à Choisy-le-Roi. Ornés d'un motif losangé entouré de végétal, ces panneaux figurent dans l'un des catalogues de l'entreprise (conservé au musée des Arts décoratifs de Paris) au n ° 1574 de la planche B. Les plans et élévations de l'édifice sont conservés aux archives municipales , autorisation de permis de construire, 1T53.
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Les deux frontons ornés de sgraffitte, ont un motif identique : un vase central accosté de deux grotesques au corps d'acanthe et à la tête de griffon. Feuilles de platane.
    Escaliers :
    escalier tournant à retours avec jour escalier de distribution extérieur
    Description :
    Maison à deux travées qui présente une grande variété dans les techniques de décor mises en oeuvre malgré la simplicité générale de l'édifice. Au rez de chaussée les baies au linteau métallique sont ornées d'un fronton cintré portant un décor de sgraffite, des briques vernissées vertes rehaussent l'encadrement des ouvertures et, soulignant le haut de la maison, une frise de feuilles de platane sépare le second étage des combles. La polychromie est également donnée par l'alternance de briques rouges et de
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    maison de monsieur Ganeval, 78 boulevard Cotte
    Illustration :
    Détail de la travée latérale droite au premier étage : au dessus de la marquise des baies géminées sont ornées au niveau de l'allège de deux panneaux de terre cuite blanche. IVR11_20089500244NUC4A Détail de l'une des travées avec le garde corps au premier niveau et le fronton de sgraffite au rez -de-chaussée. IVR11_20089500241NUC4A Détail du décor de sgraffite ornant le fronton au-dessus de la baie du rez-de-chaussée Détail de la frise située entre le premier étage et le niveau de comble. Motif végétal : feuilles de marronniers. IVR11_20089500245NUC4A Détail des pleins de travée situés sous la baie du premier étage : décor sculpté sur deux panneaux ornés d'écussons triangulaires et de motifs feuillagés dus à l'entreprise de céramique Alfred Brault
  • école Saint-Louis, Sainte Thérèse
    école Saint-Louis, Sainte Thérèse Enghien-les-Bains - 24 rue de malleville - en ville - Cadastre : 1995 AC 383
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    . Dans la rue de Malleville était déjà présent une école libre avec un pensionnat tenue par les religieuses de Portieux. En 1897, le supérieur général de Portieux propose au curé d'Enghien, alors l'abbé Simonin, d'achèter un terrain pour une nouvelle école, la congrégation proposant de construire les classes . Un terrain de 1076m² est acheté, face au pensionnat et l'année suivante est constituée la Société civile de la rue de Malleville pour gérer l'opération. L'administrateur est l'abbé. L'école est construite en 1899 par l'architecte Sorel avec au rez de chaussée une petite scène, la salle de patronage des jeunes filles, une salle d'œuvres et à l'étage trois salles de classes.
    Représentations :
    La vierge et l'enfant sont debout sur un socle disposé au centre du pignon de la façade sur un fond de mosaïque et protégés par un auvent circulaire . La façade est également ornée d'une série d'ancres de métal traitées dans un style Art nouveau
    Description :
    fronton triangulaire sommé d'une croix de pierre. Sur ce pignon est disposée une sculpture de la Vierge accompagnée de l'enfant. La mise en œuvre des matériaux est particulièrement soignée, jouant sur la polychromie des briques de différentes couleurs et de la meulière.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 24 rue de malleville - en ville - Cadastre : 1995 AC 383
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur cour. IVR11_20099500631NUC4A Détail de l'une des ancres sur la façade sur cour. En métal, elles ont fait l'objet d'un traitement
  • maison de notable Le Windsor,  rue Général de Gaulle
    maison de notable Le Windsor, rue Général de Gaulle Enghien-les-Bains - rue Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1892 AC 1995 AE 172
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de maître
    Historique :
    Cette maison a été construite en 1860 pour Albert de Montry, personnage du monde parisien du crédit et des compagnies d'assurance, mais surtout directeur de l'établissement thermal d'Enghien. Il occupait une grande parcelle délimitée par les actuelles rues de Girardin, de Cursay, de la Coussaye et du Général de Gaulle, sa façade antérieure donnant vers le lac. L'édifice et son environnement (jardins , communs, paysage) sont connus grâce à un album signé du photographe Charles Vogt, daté de 1875 et conservé pittoresque en vogue au milieu du 19e siècle. On ne connait l'auteur du jardin mais l'on peut penser que de Montry a fait appel à un paysagiste de renom, ayant déjà en 1855 passé commande d'un jardin au paysagiste Varé pour sa précédente maison qui était une maison de campagne situé au 46 de la Grande rue, actuelle rue du Général de Gaulle. En 1904, le parc est acquis par quatre négociants parisiens sous la raison sociale Société Schwab et Jacob qui loti l'ensemble des 20 000 m² sous le nom de lotissement du parc du
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    De la villa Windsor on ne connaît que la façade donnant sur le jardin : longue de six travées elle présente un ordonnancement avec un corps de bâtiment central encadré par deux ailes plus basses, dépourvues d'étage de comble. Au rez de chaussée, se déploie au centre une grande serre en hémicycle, surmontée de semble-t-il d'un premier appareil de gouttières, fait suite à un toit en appentis qui lui est à l'aplomb , sans doute rocaillée, et l'élévation en moellons est enduite avec, à l'étage, la présence de pilastres aux différents angles et des larmiers en saillie au niveau des fenêtres du rez de chaussée des ailes volière construite sur un soubassement de brique, en branches d'arbre écotés hourdi d'un blocage de
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - rue Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1892 AC 1995 AE 172
    Titre courant :
    maison de notable Le Windsor, rue Général de Gaulle
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur jardin, ornée d'une grande serre. (AM Enghien-les-Bains, R154 Vue de l'entrée du parc. Sur le côté à gauche figure le Kursaal alors en construction et qui ne
  • immeuble Le Palais Condé, 1 rue Félix Faure
    immeuble Le Palais Condé, 1 rue Félix Faure Enghien-les-Bains - 1 rue Félix Faure rue Pasteur - en ville - Cadastre : 1995 AB 100
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet immeuble est la réalisation emblématique de l'architecte Léon Nicolet qui y réside. Il est construit en 1911 pour Léon Bancel, propriétaire d'une entreprise de travaux publics à Saint-Denis. C'est ainsi que le chantier est confié à l'un de ses collaborateurs, Jules Peignin qui, de surcroît, semble être l'un des entrepreneurs favoris de l'architecte. Dans un premier projet, l'immeuble était encore plus imposant, avec sept étages sur 22 mètres de haut. En raison des lois d'urbanisme de la ville , l'édifice n'aura finalement que cinq étages sur les 16 mètres de haut règlementaires. Nicolet. Conformément retrait et entouré d'une grille disposée sur un mur bahut. Sur sa carte de visite, l'architecte qui utilise cette réalisation au titre de publicité, décrit ainsi le modernisme de cet immeuble : moyens appartements avec loggias, balcons, terrasses comprenant : salon, salle à manger, deux chambres, salle de bain
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Sur le fronton du porche est disposé un premier grand cartouche orné et encadré de fruits et comportant au centre un second cartouche. Ce dernier, ovale, est entouré d'un motif de cordelière et porte les initiales PL évoquant le nom de l'édifice, le Palais de Condé. Ce nom est également disposé sur le sol de mosaïque du sol du second vestibule
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    choisis pour l'habillage de l'édifice. En effet, si le style change, l'architecte conserve les volumes qui ornées de colonnes aux chapiteaux composites, les pilastres losangés qui rappellent l'architecture des bords de Loire. L'entrée est marquée par un porche au fronton cintré soutenu par deux paires de colonnes . Le vestibule de l'immeuble a fait l'objet d'une composition particulièrement riche, scandé de colonnes jumelées disposées sur de hauts socles et ornées sur leur base de branches de feuillage, le tout
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'édifice vers 1910. Carte postale. (AD Val d'Oise, 31Fi 59/1 Vue d'ensemble de l'édifice. IVR11_20089500423NUC4A Détail des balustres d'une baie, traitées en remplage de pierre. IVR11_20089500129NUC4A Détail du fronton cintré couronnant le porche d'entrée de l'immeuble : au centre, figure le Détail de la mosaïque du pavement de l'entrée de l'immeuble. IVR11_20099500489NUC4A
  • maison, 12 rue du Maréchal Maunoury
    maison, 12 rue du Maréchal Maunoury Enghien-les-Bains - 12 rue du Maréchal Maunoury - en ville - Cadastre : 1995 AD 341
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Maison dont toute l'originalité règne dans le dessin de la façade antérieure : l'épiderme de la constitué d'un enduit à la tyrolienne gris foncé qui se détache de la partie formant un motif en L inversé recouvert d'une mosaïque bleue. Cette partie est délimitée par un cadre de béton en léger ressaut. Ajoutant à l'élégance de l'édifice, une baie ovale se détache sur la mosaïque ornée d'une grille en
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison. IVR11_20089500443NUC4A
  • maison de notable, 4 bis villa de la Croix blanche
    maison de notable, 4 bis villa de la Croix blanche Enghien-les-Bains - 4 bis villa de la Croix blanche - en ville - Cadastre : 1995 AB 286
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de maître
    Historique :
    Maison construite vers le milieu du 19e siècle, dont on ignore à ce jour l'identité de l'architecte . Elle est agrandie au début du 20e siècle par l'architecte Emery avec l'ajout deux ailes latérales de
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    l'escalier est orné de balustre de pierre
    Escaliers :
    escalier en fer-à-cheval escalier de distribution extérieur
    Description :
    La maison de notable, qui constitue actuellement le centre du nouvel ensemble agrandi est précédée d'une cour pavée. La façade antérieure, ordonnancée, est composée d'un corps de bâtiment central orné vers le jardin est ménagé au niveau du rez de chaussée. L'ensemble de l'édifice est structuré par des
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 4 bis villa de la Croix blanche - en ville - Cadastre : 1995 AB 286
    Titre courant :
    maison de notable, 4 bis villa de la Croix blanche
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade antérieure depuis la cour. IVR11_20099500441NUC4A
  • immeuble, 18 rue Gambetta
    immeuble, 18 rue Gambetta Enghien-les-Bains - 18 rue Gambetta rue des Thermes - en ville - Cadastre : 1995 AD 549
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Représentations :
    Le décor de fleurs est porté sur les bas reliefs de béton qui ornent le linteau de la porte
    Description :
    qualité architecturale réside dans les jeux d'ombre et de lumière qui en dessinent les lignes jouant avec frise au dernier niveau des façades. Le toit en béton brut est dépourvu de revêtement.
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Détail de la signature de l'architecte Rossi et de l'entrepreneur Cordonnier Détail de la porte d'entrée de l'immeuble. IVR11_20089500503NUC4A Détail du panneau de béton en bas-relief ornant le dessus du linteau de la porte d'entrée de Porte d'entrée : travail de ferronnerie d'art. IVR11_20089500505NUC4A Détail de la porte d'entrée en ferronnerie : motif de vase et de plante stylisée traité en fer