Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
  • maison de villégiature dite Villa artistique, 9 avenue de Ceinture
    maison de villégiature dite Villa artistique, 9 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 9 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 30
    Titre courant :
    maison de villégiature dite Villa artistique, 9 avenue de Ceinture
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Annexe :
    L'Architecture usuelle, 1922, pp.161-168, 176, 192. (Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Per F° 537)
    Murs :
    faux pan de bois
    Illustration :
    Elévation latérale de la remise automobile. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/ 10, en feuillet détaché Façade d'entrée de la remise automobile. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/10, en feuillet détaché Vue d'ensemble de la façade antérieure. Photographie, 1er quart du 20e siècle. (AD Val d'Oise Plan et élévation de l'édifice initial avant la transformation et détail d'une façade modifiée. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/8 et 9, en feuillet détaché) IVR11_20099500326NUC4A Plan du sous sol et élévation de la façade antérieure sur rue de la maison reconstruite en 1921 . (AD Val d'Oise, 20Fi 59 /8-9, en feuillet détaché) IVR11_20099500325NUC4A Plan des différents niveaux et élévation de la façade postérieure donnant sur le lac de la maison reconstruite par les architectes en 1921. (AD Val d'Oise, 20Fi 59 /8-9, en feuillet détaché Détail de la fontaine de céramique, située sur la façade latérale de la remise automobile
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Le seul élément de décor de céramique subsistant est disposé sur l'un des murs des communs : il figure un masque de grotesque, visage feuillagé d'acanthe se déployant dans un cadre demi-circulaire orné d'une moulure de perles, de godrons et de feuilles d'acanthe. Dans la partie centrale, un motif de balustres est disposé en éventail sur un fond de mosaïque formée de petites pastilles de céramique colorée , caractéristiques de la production de Gentil et Bourdet.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Historique :
    En 1921, les architectes Emile Thion et Grosch ont pour commande de transformer un édifice situé au bord du lac. Selon la publication de l'exercice dans L'Architecture usuelle, l'ancienne maison grand vestibule oblong doté d'un hémicycle au fond de sa partie droite, le salon est agrandi par une variés, les charpentes décoratives apparentes et les épis de faîtage lui donnent toute son ampleur. Etage en surcroît pour la tour, savante composition pyramidante de la travée d'entrée, présence de faux pans de bois et de multiples auvents font référence à l'architecture régionaliste. L'ensemble était complété par un abondant décor de céramique de Bigot et de Gentil et Bourdet. La maison, très appréciée , avait été publiée en carte postale sous le nom de villa artistique. Depuis lors, l'édifice a été notamment laissé place à de l'ardoise lui ôtant définitivement son caractère normand.
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 9 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 30
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
  • maison de villégiature puis maison dite Villemessant puis Kursaal, 2 à 14 avenue de Ceinture
    maison de villégiature puis maison dite Villemessant puis Kursaal, 2 à 14 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 2 à 14 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1852 AC 286 : 1892 AC 286
    Titre courant :
    maison de villégiature puis maison dite Villemessant puis Kursaal, 2 à 14 avenue de Ceinture
    Description :
    La première maison construite, de style néoclassique, présentait un corps de bâtiment oblong encadré de deux autres de même forme, disposés en retrait du premier. L'ensemble des façades présentait droit conduisait à une large terrasse sur laquelle ouvrait la loggia d'entrée cintrée, encadrée de deux grandes niches abritant des sculptures. L'avant corps de l'entrée était surmonté d'une terrasse donnant aux pièces de l'étage la vue sur le paysage lacustre, encore sauvage dans les années 1820. Le second édifice, construit ultérieurement et dont le plan carré semble englober la totalité de l'édifice précédent , abondamment orné de bois découpés. Ce corps central est accosté de deux ailes plus basses. La façade arrière , plus sobre, est composée d'un avant corps central en léger ressaut et de deux ailes latérales.
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure de l'édifice devenue Kursaal. Carte postale, vers 1903. (AD Val d'Oise Vue de la façade donnant sur le lac. Carte postale premier quart 20e siècle. (AD Val d'Oise Vue d'ensemble de la façade. Carte postale, premier quart 20e siècle. (AD Val d'Oise Vue et plan d'une ""jolie maison à vendre ou à louer"" voisine de l'établissement des Quatre . Lithographie, 2e quart du 19e siècle. (BNF, Département des estampes, Topo Va, Fol. Tome III, Val d'Oise Plan général de la parcelle avec les nouveaux aménagements exécutés par Bressoux dès 1902 pour le kursaal et l'établissement thermal. (AM Enghien-les-Bains, 1T 29, autorisations de permis de construire Vue d'ensemble de la façade sur jardin de la maison encore propriété de Villemessant à la fin du 19e siècle. Carte postale. (AD Val d'Oise, 31Fi 59/1) IVR11_20099500266NUC4AB Vue d'ensemble de la façade antérieure de la villa Villemessant depuis les jardins du casino, vers
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Le pignon du second édfice est orné de bois découpés particulièrement travaillés. Des épis de
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Historique :
    commanditaire est le colonel Bro, qui vient d'investir dans la construction de l'hôtel des Quatre pavillons sur la parcelle voisine. Cette maison de maître comportait un grand salon, une salle de billard, une salle à manger, une salle de bains, une cuisine, sept chambres de maître et un logement pour dix pour huit chevaux, une remise pour trois voitures et un logement de gardien. Les bâtiments abritant ces services étaient disposés symétriquement, à l'arrière de l'édifice, et fermaient une cour par deux pans arrondis formant une sorte d'exèdre. Cette disposition est visible sur les premiers plans de la station thermale. La maison est transformée ou reconstruite pour devenir la maison de villégiature du journaliste Hippolyte Auguste Jean de Villemessant durant la seconde moitié du 19e siècle. En 1902, la villa est acquise dénommés les nouveaux thermes aujourdh'ui détruit de même que la maison. Bressoux installe également dans
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 2 à 14 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1852 AC 286 : 1892 AC 286
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
  • maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée
    maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée Enghien-les-Bains - 43 rue de l' Arrivée 2 rue Pilloy - en ville - Cadastre : 1995 AC 287, 288
    Titre courant :
    maisons jumelles dites Le Rêve, 43 rue de l' Arrivée
    Description :
    visuellement un même édifice ; la façade antérieure est composée de droite à gauche d'un haut pavillon formant belvédère accosté de la travée d'entrée de l'une des maisons. L'édifice se poursuit avec une travée formée de groupes de fenêtres juxtaposées, cintrées à l'étage, d'une façade pignon et du porche d'entrée de plusieurs architectes de la fin du 19e et du début 20e déclinent tout particulièrement dans les lieux de multiplication des balcons, les auvents, les loggias, la variation des formes de toits ainsi que sur le dessin des baies, cintrées, rectangulaires ou de type thermal. Le décor, dont plusieurs éléments de céramique les jeux de courbes qui animent tout l'édifice par le traitement cintré des aisseliers soutenant
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    A gauche du document, élévation et plans du sous-sol, rez-de-chaussée, premier étage et combles . Gravure, 1903. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/21-22, en feuillet détaché) IVR11_20099500343NUC4A Vue d'ensemble de l'édifice construit par l'architecte Thion. L'immeuble, qui aujourd'hui occulte la vue vers le lac, n'est pas encore construit. Photographie. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/21-22, en Vue d'ensemble de la maison avec l'immeuble construit ultérieurement et qui occulte la vue. Carte postale, 2e quart du 20e siècle. (AD Val d'Oise, 31Fi 59/1) IVR11_20099500267NUC4AB Détail du cartel portant le nom de la maison ""le Rêve"" sur le haut de la façade, rue de l'Arrivée Façade latérale avec la loggia d'entrée de l'une des deux maisons. IVR11_20069500214XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 43 rue de l' Arrivée 2 rue Pilloy - en ville - Cadastre : 1995 AC 287, 288
  • maison dite chalet, localisation inconnue
    maison dite chalet, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Description :
    L'ensemble est composé d'un corps de bâtiment central formant un léger ressaut, destiné à l'habitation. A droite, une aile en rez de chaussée couverte en terrasse abrite des écuries et une remise l'objet d'un grand soin architectural autant dans la diversité de la forme des baies, cintrées détail de l'architecte notamment dans le traitement de la souche de cheminée et du mur placé derrière l'édifice qui forme une sorte de pignon se terminant par un fronton cintré sur lequel se détache l'épi de faîtage du toit. Chaque baie est accompagnée d'une jardinière. Dans l'axe de l'édifice est disposé un
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Murs :
    faux pan de bois
    Illustration :
    Plans du rez-de-chaussée et du premier étage et élévation de la maison. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/11
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Maison construite par l'architecte Emilie Thion, publiée sous le nom de chalet dans l'Architecture usuelle. L'implantation de l'édifice, contre un mur de clôture, et la présence dans la distribution d'écuries, d'une remise, d'un poulailler et d'une cour laissent à penser que ce chalet faisait office de
  • maison de villégiature, localisation inconnue
    maison de villégiature, localisation inconnue Enghien-les-Bains - localisation inconnue - en ville
    Titre courant :
    maison de villégiature, localisation inconnue
    Description :
    soubassement. La cuisine est desservie par un escalier de service extérieur. Comme dans toutes les œuvres des Thion, un grand soin est porté au décor : épis de faîtage, jeu de brique, motifs de céramique et balustres de pans de bois. Le toit en pavillon largement débordant du belvédère évoque des emprunts à
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée
    Illustration :
    Elévations, plans du rez-de-chaussée et du premier étage, 1904. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/19-230, en
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Historique :
    des petites maisons de campagne elle est présentée comme étant située dans une oasis de verdure au milieu de la plaine maraîchère [...] la petite ville d'Enghien possède un grand nombre de jolies villas Thion et fils vers 1903, auteurs de nombreuses villas et immeubles dans la ville.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
  • maison, 56 boulevard Cotte
    maison, 56 boulevard Cotte Enghien-les-Bains - 56 boulevard Cotte - en ville - Cadastre : 1995 AD 901
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    motif réunissant le bow window, la lucarne et son balcon de bois.
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Elévation de la façade antérieure, partie de la façade latérale et coupe. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/1 Elévation de la façade postérieure et plans des sous sol, du rez-de-chaussée et du premier étage . (AD Val d'Oise, 20Fi 59/1) IVR11_20099500322NUC4A Vue d'ensemble de la façade antérieure. Maison construite et signée par l'architecte Leseine en Vue d'ensemble de la maison depuis la rue. IVR11_20089500255NUC4A Détail de la travée latérale gauche : bow-window de bois surmonté d'un balcon et d'une lucarne Détail de la date portée, ""1903"", sur un panneau de céramique formant le linteau de la lucarne Détail de l'un des garde-corps en ferronnerie dont le décor emprunte au motif ""en coup de fouet "" caractéristique de l'oeuvre de l'architecte Guimard dans sa production Art nouveau. IVR11_20089500260NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    La façade pignon est ornée dans sa partie supérieure par des fenêtres géminées accostées de bow window et la lucarne ont des linteaux recouverts de panneaux de céramique portant un motif de cartouche, dont l'un porte la date. Le garde corps de la baie du rez de chaussée porte un décor Art nouveau avec le motif en coup de fouet initié par l'architecte Guimard
    Historique :
    décorés de plafonds élégants : poutres apparentes et grande gorge Louis XV.
  • maisons jumelles, 6 -10 rue Saint Louis
    maisons jumelles, 6 -10 rue Saint Louis Enghien-les-Bains - 6, 8, 10 rue Saint Louis - en ville - Cadastre : 1995 AB 226, 560
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Ces maisons entrent dans la typologie des maisons jumelles qui est en vogue de la fin du 19e siècle aux années 1930. Elles présentent la particularité d'être disposées selon un plan en U qui permet de régionalistes avec la demi-croupe et surtout la grande ferme cintrée de bois. Si l''ensemble des gardes-corps sont en bois, l'architecte, qui affectionne l'art de la ferronnerie, a fait usage du métal dans les
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Illustration :
    Elévations de la façade principale et latérales et coupe, 1912. (AM Enghien-les-Bains, 1T 225 Plans du premier et du second étage de l'édifice. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500079X Plan du sous-sol et du rez-de-chaussée par l'architecte Henri Moreels. Vue perspective de l'une des maisons. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500080X Elévation des façades antérieures. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500081X Elévation des façades antérieures par l'architecte. (AD Val d'Oise) IVR11_20099500329NUC4A Elévation des façades latérales et coupe. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500083X Coupes transversales, élévations latérales, détail des briquetages. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/26 Vue d'ensemble des façades antérieures de la maison construite en 1912 pour Mme Lockie Détail de la plaque de faïence portant le nom de l'entrepreneur ""Nizard et fils
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de gauche a été altéré par un ravalement ne respectant pas le parti initial, faussant ainsi la lecture de la globalité des deux maisons. Dans la revue L'architecture usuelle où ont été publiées les maisons en 1913-1914 sous le titre de Villas jumelles d'habitation particulière à Enghien, l'auteur souligne la qualité de son décor : depuis quelque années un mouvement se manifeste en faveur d'une décoration plus gaie. En effet on note la présence de carreaux et de cabochons de céramique, d'une frise de mosaïque dont les coloris variés ajoutent à la polychromie donnée cette fois par la mise en œuvre de décoratif est obtenu à l'aide d'un jeu de briques silico-calcaires rouges et blanches et d'un cordon de briques émaillées vertes couronnant les arcs des baies. Les frises de nénuphars insérés dans des cercles provient de l'entreprise de céramique architecturale de Choisy-le-Roi, Gilardoni et fils. L'architecte
  • maison Castel Dora, 89 bis rue Général de Gaulle
    maison Castel Dora, 89 bis rue Général de Gaulle Enghien-les-Bains - 89 bis rue Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AE 332
    Titre courant :
    maison Castel Dora, 89 bis rue Général de Gaulle
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Cette maison de plan massé, se distingue par la présence d'une tour carrée située à l'angle de de même forme. Toute la conception de la façade sur le lac était orientée vers la vue : balcons
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la maison prise lors de la campagne de pré-inventaire en 1985, aujourd'hui Vue d'un ensemble de maisons situées en bord de lac et donnant sur la jetée. Sur la droite, en seconde position, figure le Castel Dora. Carte postale, 1er quart du 20e siècle. (Musée de l'Ile-de-France Vue d'ensemble de la jetée depuis le lac avec la maison Castel Dora. Carte postale, premier quart du 20e siècle. (AD Val d'Oise) IVR11_20099500285NUC4AB
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    lac, sur l'actuelle rue du Général de Gaulle. Elle a été détruite lors de la mise en place de la ZAC
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 89 bis rue Général de Gaulle - en ville - Cadastre : 1995 AE 332
  • villa "Le Castel" 36, rue de la Libération
    villa "Le Castel" 36, rue de la Libération Écouen - 36 rue de la Libération - Cadastre : 2016 AB 288
    Titre courant :
    villa "Le Castel" 36, rue de la Libération
    Description :
    La villa est construite en retrait de la rue, au milieu d'un jardin. Le long de la rue de la de carreaux en grès cérame. Une grande partie de ce jardin est aujourd’hui occupée par la Résidence de la Cerisaie, construite dans les années 1970, mais on a conservé les communs en briques à l’arrière de la villa, aujourd’hui convertis en habitations particulières, ainsi que l’ancienne maison du régisseur, au 34 de la même rue. La villa proprement dite est construite sur un plan presque carré, mais sa silhouette est irrégulière en raison de nombreux décrochements. La façade principale présente un rez-de -chaussée surélevé (on accède à l'entrée par un perron à double volée), un étage-carré et un étage de comble . Elle est flanquée à gauche par une tour carrée, haute de deux étages et coiffée d'un toit en pavillon en poivrière, couvert d'ardoises en écailles ; elle porte une plaque avec le nom de la villa, "Le
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Illustration :
    Vue générale, depuis l'entrée de la propriété. IVR11_20179500033NUC4A Le logement du maître d'hôtel et du jardinier, aujourd'hui maison particulière, 34 rue de la Le logement du maître d'hôtel et du jardinier, aujourd'hui maison particulière, 34 rue de la Petit kiosque, donnant sur la rue de la Libération. IVR11_20179500031NUC4A Détail du mur de clôture de la villa : pilier à décor de grès cérame et fer d'ancrage
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    d’ardoise, et tout particulièrement la flèche conique de son échauguette d’angle, qui lui donnent un peu l’allure d’un château de conte de fée. Elle était dotée d'un grand jardin et de nombreux communs, mais cet
    Historique :
    jardin était alors orné de sculptures. D’après la matrice cadastrale, ce « Castel » a été édifié en 1909 -1910 pour un certain « Luc Madrassy » : il s’agit vraisemblablement de Luca Madrassi (1848-1919), un sculpteur d’origine italienne, installé en France à la suite de sa formation auprès de Carrier-Belleuse. Le
    Localisation :
    Écouen - 36 rue de la Libération - Cadastre : 2016 AB 288
    Référence documentaire :
    Case 123 (maison de M. Madrassy, enregistrée comme construction nouvelle en 1910). AD Val d'Oise, 3 Case 144 (maison de M. Madrassy puis de M. Gossart). AD Val d'Oise, 3 P 1092 : Matrice des p. 69-70. Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. 2018 AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin ). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan P 260 : matrice cadastrale des propriétés bâties, 1882-1911. AD Val d'Oise, 3 P 260 : matrice propriétés bâties, 1911-1958. AD Val d'Oise, 3 P 1092 : Matrice des propriétés bâties, 1911-1958.
  • maison du peintre Gardon, 10 rue Jacques Yvon
    maison du peintre Gardon, 10 rue Jacques Yvon Écouen - 10 rue Jacques Yvon - Cadastre : 2014 AI 186
    Description :
    La maison est de plan rectangulaire et suit le tracé ascendant de la rue Jacques Yvon. L'enduit de la façade reproduit un décor de fausse pierre, avec des éléments de modénature au dessus de chaque fenêtre. Celles du rez-de-chaussée sont surmontées de décors floraux peints sur céramique (malheureusement assez usés par les intempéries), oeuvre de Félix-Justin Gardon, peintre de l'école d'Ecouen.
    Étages :
    étage de comble rez-de-chaussée surélevé
    Typologies :
    maison de peintre
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    Cette maison s'insère dans l'ensemble des "maisons de peintre" qui constitue l'une des trace de cette activité se trouve sur les carreaux en céramique peinte, au-dessus des fenêtres : ils
    Historique :
    le décor de la villa "Les Roses" au Perreux-sur-Marne. pas exactement la même que celle de la maison actuelle, sans doute construite dans le courant du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, elle appartenait au peintre Félix-Justin Gardon, qui demeura à Ecouen de linteaux de céramique des fenêtres du rez-de-chaussée, comme l'atteste sa signature. Il a également signé
    Référence documentaire :
    Case 84 :Gardon Felix Justin, peintre rue Edouard Frère. AD Val d'Oise, 3 P 1092 : Matrice des propriétés bâties, 1911-1958. AD Val d'Oise, 3 P 1092 : Matrice des propriétés bâties, 1911-1958. p. 67. L'Ecole d'Ecouen, une colonie de peintres au XIXe siècle. 2012 BADUEL Daniel, BERTRAND Aude et DAUCHEL Christian. L'Ecole d'Ecouen, une colonie de peintres au XIXe siècle. Ecouen : Office de p. 81. Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. 2018 AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND , Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin ). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan
  • maison de monsieur Borghans, 58 boulevard Cotte
    maison de monsieur Borghans, 58 boulevard Cotte Enghien-les-Bains - 58 boulevard Cotte - en ville - Cadastre : 1995 AD 1073
    Titre courant :
    maison de monsieur Borghans, 58 boulevard Cotte
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    La maison ; de plan massé ; est animée sur sa façade antérieure par une tourelle d'angle hors œuvre en encorbellement située au dessus du porche de l''entrée principale de l'édifice. A l'arrière, une
    Étages :
    étage de comble
    Appellations :
    de monsieur Borghans
    Illustration :
    Colombes), 1908. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de construire Plan du rez-de-chaussée, du comble et du premier étage, élévation depuis la rue. (Musée de l'Ile-de Plans du sous-sol et du second étage. (Musée de l'Ile-de-France) IVR11_20069500087X Plan du sous-sol et du second étage, élévation de la façade postérieure. (Musée de l'Ile-de-France Elévation antérieure et élévation latérale. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/2 et 3, en feuillet détaché Elévation de la façade antérieure et d'une façade latérale. (Musée de l'Ile-de-France Détail de la façade principale et de la grille du vestibule. (Musée de l'Ile-de-France Vue d'ensemble de la maison depuis la rue. IVR11_20089500253NUC4A Détail de la signature des architectes et des ornements portés sur le plein de travée : chapiteau au vocabulaire décoratif de la première Renaissance. IVR11_20089500254NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Le vocabulaire ornemental choisi est celui de la première renaissance : dauphins affrontés autour d'un chapiteau composite sur la travée centrale, cartouches, fronton et corniche ornés de motifs de
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur
    Historique :
    même revue présente l'édifice comme un petit palais dans un grand jardin de demeure fort élégante et de coquet pavillon de plaisance. Le parti pris architectural éclectique y est mis en avant avec un plafond
  • ensemble de trois maisons, 35, 37, 39 avenue de Ceinture
    ensemble de trois maisons, 35, 37, 39 avenue de Ceinture Enghien-les-Bains - 35, 37, 39 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 16, 418, 14
    Titre courant :
    ensemble de trois maisons, 35, 37, 39 avenue de Ceinture
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
    Description :
    Le numéro 35, en brique rouge de Sannois, sur soubassement de meulière, présente un plan oblong avec répartition des pièces de réception sur la partie droite, la salle à manger ouvrant largement sur le lac. Le choix des matériaux témoigne de la grande qualité de la mise en œuvre et du décor : frises en mortier coloré décoré de demi-carreaux en terre cuite rouge, bandeaux et appuis des baies en pierre, parois du porche d'entrée en briquettes de chrysocérame blanches et rouges. Le numéro 39 qui à l'origine était ornée de sgraffite figurant un vol de canard sur des motifs de vagues stylisées
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Annexe :
    Enghien - Ensemble de 3 maisons - Sources et bibliographie Revues Villa avenue de ceinture à Enghien, Louis Sorel architecte. In L'Architecte, 1910, p. 32, pl. XXIV. (Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Per F° 471) Villa par M. L. Sorel. In L'habitation pratique, août 1910, 2e série, 7e
    Illustration :
    en place ornée de motifs de vagues et de vols de canards. Photographie. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/13 Vue de la façade antérieure de l'une des maisons. Sur la façade latérale, la frise de sgraffite est Vue d'ensemble de la maison construite par l'architecte Sorel au n°35. A droite, maison située au n Façade sur rue de la maison située au n°35. IVR11_20089500556NUC4A Détail du haut toit en pavillon et des deux souches de cheminée de la maison bâtie au n°35 Vue d'ensemble du n°37 avec, au premier plan, l'un des portails d'entrée de la propriété dont le Vue d'ensemble de la maison du n°39 avenue de la Ceinture. IVR11_20089500566NUC4A Détail des communs du n°39, alignés sur rue, avec une lucarne de type rural. IVR11_20089500567NUC4A Détail de la ferronnerie de la grille de clôture donnant sur la rue, pour la propriété du n°35 Détail de la ferronnerie de la grille de clôture donnant sur la rue, pour la propriété du n°35
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Les canards figurent sur un motif de vagues stylisées.
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Historique :
    Durant le premier quart du 20e siècle, entre 1908- 1909, l'architecte de Neuilly-sur-Seine, Louis qui ferment les jardins du côté de la rue, très vraisemblablement exécutés par le ferronnier d'Enghien Guillaume. Deux de ces édifices ont fait l'objet d'une publication, le n°35 dans L'Architecte de 1910 et le n°37 de la même revue, en 1909.
    Localisation :
    Enghien-les-Bains - 35, 37, 39 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 16, 418, 14
1