Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le bâtiment de 1948 est en béton armé, les allèges sont en calcaire de Beauvilliers. La partie pleine de la façade nord-est est composée d'une combinaison réalisée avec 3 natures de pierre selon le verre. L'entrée se faisait par la façade côté rue (comme aujourd'hui) par un portique ouvert qui conduisait à l'entrée qui se trouvait à droite de la façade, et non dans l'axe de l'auvent comme c'est le cas desservir la bibliothèque du deuxième étage. Le sous-sol éclairé par une cour anglaise comportait une vaste salle de réunion sous le hall central. Il semble toutefois que ce n'était pas la salle du conseil, des l'architecte au rez-de-chaussée, il n'est pas fait mention du bureau du maire. L'extension de 1969 a englobé la principale avec accueil du public dans l'axe du hall de la partie la plus ancienne. Le portique de la façade du bâtiment de 1948 a été supprimé. Dans la partie la plus longue de l'adjonction se trouve l'entrée escalier en échelle de perroquet desservait à la fois la salle des mariages de l'étage et la salle du
    Illustration :
    Avant projet (non réalisé). Vue à vol d'oiseau. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade principale. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Façade latérale et coupe. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du rez-de-chaussée. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du premier étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 2e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du 3e étage. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Avant projet (non réalisé). Plan du sous-sol. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7 Plan masse du centre administratif. Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800406NUC4A Plan d'implantation. 1948 Tirage. (AM Mantes-la-Jolie 1M 7) IVR11_20157800407NUC4A
    Texte libre :
    Détruit en 1944, l'hôtel de ville est reconstruit en 1948 puis agrandi en 1969. La municipalité fait preuve alors d'un parti pris de modernité comme lors de la reconstruction du centre ville. Le choix de l'architecture et de la décoration intérieure lui valent l'appellation de "plus belle mairie de France" dans la revue "Connaissance des Arts" de 1973.
    Historique :
    À la suite de la destruction de l'ancien hôtel de ville en 1944, la municipalité décide de le reconstruire à un autre emplacement. La mairie provisoire se trouvait rue Gambetta. Les architectes chargés du projet sont Raymond Lopez, l'architecte de la reconstruction du centre ville, et Raymond Marabout été réalisées par l'entreprise Hennebique. C'est la société mantaise de Construction et de Travaux publics qui est chargée de la construction. La réception définitive des travaux a lieu en 1953. Dès 1963 un projet d'extension est envisagé ainsi que des expropriations. En effet, la création de la ZUP du rachat d'immeubles place de la République. Une enquête d'utilité publique est menée en 1963, l'avant Henri Longepierre. Le projet est voté en 1969. La superficie de l'ensemble est de 4000m2.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - place de la République - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM de Mantes-la-Jolie, 1M.9.12. Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M AM Mantes-la-Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969 AM Mantes-la AM Mantes-la-Jolie, 1M14-15-17. Extension de l'hôtel-de-ville, 1967-1968 AM Mantes-la-Jolie, 1M14 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8, Reconstruction de l'hôtel de ville, 1948 AM Mantes-la-Jolie, 1M7-8 AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier hôtel de ville reconstruction AM Mantes-la-Jolie, 1 M. Dossier -Jolie, 1 M 5. Délibération du conseil municipal sur l'extension, 1969
  • Bibliothèque Georges Duhamel
    Bibliothèque Georges Duhamel Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Description :
    Le plan de la bibliothèque est extrêmement simple : il s'agit de trois carrés superposés. Le carré dont la répartition à l'étage suit un schéma carré. La façade de ce niveau est formée d'un mur rideau de panneau d’aluminium alternant avec les hautes et étroites fenêtres. Selon l'article de la revue l'architecture d'aujourd'hui l'organisation intérieure était la suivante en 1966 : les locaux accessibles au de 80 000 volumes. La discothèque, les vestiaires-sanitaires, la salle des entrées et un atelier de un escalier placés au centre du bâtiment. Cette organisation a changé et la salle de lecture du
    Illustration :
    global de centre administratif et commercial. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800509NUC4A Vue des façades est et ouest. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 Vue des façades nord et sud. Plan d'exécution par Raymond Lopez. 1963. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 l'étage. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800512NUC4A Détail de la composition de la façade rideau. AM Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) IVR11_20177800513NUC4A Plan d'exécution de l'étage par Raymond Lopez. 1963. On voit la trame ayant servi à la structure de Salle de lecture pour la jeunesse. (Fonds Bertin). IVR11_20177800619NUC2B La salle d'accueil. (Fonds Bertin). IVR11_20177800620NUC2B La façade principale de la bibliothèque et le square dans lequel elle se trouve Vue de l'entrée avec son auvent se développant à la fois à l'intérieur et à l'extérieur
    Texte libre :
    La médiathèque Georges Duhamel cristallise la quête de modernité qui règne à Mantes-la-Jolie dans les années 1960. Elle a fait l'objet d'un article dans le numéro spécial de la revue "Architecture côté de la fameuse bibliothèque pour enfants de Clamart "La joie par les livres", mais aussi de
    Historique :
    Le projet de la nouvelle bibliothèque de Mantes-la-Jolie est dû Raymond Lopez. Le permis de construire est accordé en novembre 1963 et l'adjudication des travaux a lieu en février/mars 1964. A la mort de Raymond Lopez en 1966, la fin du chantier est assumée par Henri Longepierre et Rémi Lopez. Lors de la construction une salle avait été prévue pour une discothèque. Cette salle a été aménagée à partir
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - square Brieussel-Bourgeois - en ville - Cadastre : 2014 AB 780
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Archives municipales de Mantes-la-Jolie. 5 M 48 (1) et (2) Archives municipales de Mantes-la-Jolie
  • Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand
    Lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 8 rue Marcel Fouque 66 rue Fernand Bodet - en ville - Cadastre : 2014 AY 80-81
    Description :
    Le lycée Saint-Exupéry à l'origine est composé de trois bâtiments principaux : la longue barre de -sud, caractérisée par la trame constructive d’1,75 mètre alors en vigueur pour les constructions scolaires. Le rez-de-chaussée regroupe l’administration et la salle des professeurs, ainsi que les anciennes plastiques signalées à l’extérieur par la présence d’une portion de toiture sheds, en contraste avec la toiture en terrasse du reste de la barre. L’absence de fenêtre sous ces sheds du troisième étage constitue une autre rupture avec le rythme régulier de la façade : les ouvertures sont traitées différemment de est de la barre, l'autre hors œuvre, sensiblement au milieu de sa façade nord. Toutes deux sont abondamment éclairées, côté est, par des pans de murs rideaux vitrés sur toute la hauteur du bâtiment. Les couloirs desservant les classes sont également disposés côté nord. Dans la partie ouest, un bâtiment à R+1 abritant des logements est implanté perpendiculairement à la barre, et relié à celle-ci par un portique
    Statut :
    propriété de la région
    Illustration :
    Vue du lycée Saint-Exupéry au début des années 60. Au premier plan la façade latérale de l'internat Vue du lycée Saint-Exupéry au début des années 60. La façade principale de l'internat des garçons Au premier plan la rotonde qui abrite le réfectoire et à l'arrière-plan les premiers bâtiments du Vue intérieure de la rotonde. (Fonds Bertin) IVR11_20177800573NUC2B Ateliers dans la partie ancienne des sheds du lycée Jean-Rostand. (Fonds Bertin Ateliers dans la partie éclairée par des lanterneaux du lycée Jean-Rostand. (Fonds Bertin Lycée saint-Exupéry : la façade antérieure de l'ancien externat. IVR11_20177800267NUC4A Lycée saint-Exupéry : la façade postérieure de l'ancien externat. IVR11_20177800268NUC4A et BTS. La façade antérieure tournée vers l'ouest. IVR11_20177800277NUC4A Lycée Saint-Exupéry : plaque commémorative de la pose de la première pierre le 28 avril 1956
    Texte libre :
    Administrativement séparés, les deux lycées de Mantes-la-Jolie ont pourtant été conçus par le même 1967. Reflets des contraintes constructives propres à l’architecture scolaire de la période, ils
    Historique :
    Mantes-la-Jolie. Au moment de sa construction, il est d’autant plus isolé que le futur quartier du Val un tel chantier. Sa très forte implication à Mantes-la-Jolie (pendant la reconstruction de la ville Initié par la municipalité de Mantes, le projet de lycée prend place sur d’anciens terrains d’aviation rachetés par la ville en 1954. Une partie est dévolue à la construction d’un stade et l’autre la limite ouest du quartier de Gassicourt, le terrain du lycée est relativement éloigné du centre de , et pour l’aménagement du Val-Fourré notamment) et ses liens avec la municipalité ont également dû comme architecte du lycée. Plusieurs sources d’archives tendent cependant à confirmer que la conception comprenant la construction d’un lycée mixte pour 700 élèves et de deux internats (un pour 124 filles et lycée technique, planifié dès le début des années 1960 pour 1200 élèves. La cérémonie de pose de la d’apprentissage et le gymnase. Simplement dénommé jusqu’alors lycée mixte de Mantes, le lycée est baptisé Saint
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - Gassicourt - 8 rue Marcel Fouque 66 rue Fernand Bodet - en ville - Cadastre
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Le décor des lycées de Mantes
    Le décor des lycées de Mantes
    Titre courant :
    Le décor des lycées de Mantes
    Illustration :
    Le décor de cette salle de détente des garçons pourrait être la fresque sur plâtre d'environ 23m2 ayant pour sujet "La Connaissance du monde", exécutée par le peintre Alexandre Obradovitch. (Fonds "La Jeunesse" de René Andréï. (1961). Vue de face. IVR11_20177800265NUC4A "La Jeunesse" de René Andréï (1961). Vue latérale. IVR11_20177800266NUC4A Vue générale de la mosaïque de pierre, marbre et émail réalisée par Charles Gianferrari pour le Détail de la signature de Charles Gianferrari, sur le deuxième panneau décoratif du réfectoire du Premier panneau de la mosaïque du réfectoire du lycée Jean Rostand : motif géométrique abstrait Deuxième panneau de la mosaïque du réfectoire du lycée Jean Rostand : motifs géométriques asbtraits Troisième panneau de la mosaïque du réfectoire du lycée Jean Rostand (1969) : sur un fond très Quatrième panneau de la mosaïque du réfectoire du lycée Jean Rostand : elle était conçue pour
    Texte libre :
    Le décor des lycées Saint-Exupéry et Jean Rostand de Mantes-la-Jolie a été réalisé en grande partie dans le cadre de la procédure du 1% artistique, instaurée par le Ministère de l’Éducation nationale en 1951. Il a fait l'objet de deux campagnes de commandes, la première lancée en 1960-1961 par l'architecte Raymond Lopez pour orner la cité scolaire qu'il venait juste de construire et la seconde initiée des lieux de vie, davantage qu'à exhorter les élèves au respect de valeurs morales. De la première sculpteur René Andréï (1906-1987), conçue pour le patio d'entrée de l'établissement. Intitulée "La Jeunesse Antoine de Saint-Exupéry, aux volumes anguleux et simplifiés, placé dans le même jardin. Ce buste porte la Saint-Exupéry et dans la cour le séparant du lycée Jean Rostand se trouvent les aménagements réalisés par Rémi Lopez et le sculpteur et mosaïste Charles Gianferrari lors de la seconde campagne de réfectoire du lycée technique est le support de la dernière intervention de Charles Gianferrari au titre du 1
    Historique :
    Le décor du lycée mixte (Saint-Exupéry) et du lycée technique (Jean Rostand) de Mantes-la-Jolie a été en grande partie réalisé dans le cadre de la procédure du 1% artistique, instaurée par le décret consacrées par l’État à chaque construction d'établissement scolaire ou universitaire doit financer la Conseil général des Bâtiments de France leurs propositions pour la décoration de la cité scolaire inaugurée sept mois auparavant. Dans la salle d'attente pour les parents et les élèves, ils projettent retenues pour orner le lycée par la Commission d'agrément des artistes, lors de sa séance du 16 décembre 1960 : - dans la salle de détente des garçons, une fresque sur plâtre d'environ 23m2 ayant pour sujet "La Connaissance du monde", exécutée par le peintre Alexandre Obradovitch. - au fond de la galerie Lopez, l'artiste Simone Pillet, qui lui avait déjà été associée pour la mise en couleur du nouveau siège de la Caisse d'allocations familiales (1953-1959) à Paris (15e arrondissement). Le programme de
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    Mantes-la-Jolie, lycée mixte, programme de décoration au titre du 1% artistique, commission du 23 ; 1 %. 19880466 / 37. Mantes-la-Jolie, lycée mixte, programme de décoration au titre du 1% artistique Mantes-la-Jolie, lycées mixte et technique, programme de décoration au titre du 1% artistique artistique ; 1 %. 19880466 / 37. Mantes-la-Jolie, lycées mixte et technique, programme de décoration au titre La mosaïque contemporaine : l'Oeuf, centre d'études, années 1960-1990 GAILLARD, Marc. La mosaïque -direction de la décentralisation et du soutien à la création artistique ; Bureau de la commande artistique ; Sous-direction de la décentralisation et du soutien à la création artistique ; Bureau de la commande
1