Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • aqueduc Médicis
    aqueduc Médicis Rungis
    Annexe :
    IA00141350 - Synthèse de l'étude sur l'aqueduc Médicis L’aqueduc Médicis Le regard de la maison du Fontainier ou grand regard de l’Observatoire, vingt-septième du nom, récolte les eaux de nombreuses sources situées dans les environs de Rungis qui, parties de 75 m d’altitude, arrivent dans cette ultime station à . Effectués de 1613 à 1623, sur une idée d’Henri IV qui n’en verra pas la réalisation, puis à l’initiative de Marie de Médicis, ces travaux d’adduction d’eau devaient alimenter son palais du Luxembourg, et plus particulièrement le parc : jets d’eau, grottes et fontaines devaient rivaliser avec ceux des jardins de l’enfance italienne de la reine-mère, qui posa en 1613, en présence du roi Louis XIII et de toute la cour, la première pierre du grand regard de Rungis, où aboutissent les sources principales. Les autres, captées en 1651 , comprenaient deux ensembles : celui de Rungis avec les aqueducs de Paray, de la Pirouette et de l’Église fleur de marne. L’aqueduc, construit par Jean Coing et son gendre Jean Gobelin, mesure près de treize
    Illustration :
    Arcueil. Plan de la terre et seigneurie d'Arcueil avec le pont-aqueduc et les regards, 1688. (AN, N Arcueil. Plan de la terre et seigneurie d'Arcueil, 1688. Détail : le pont-aqueduc. (AN, N/II/Seine Arcueil. Elévation et plan du pont-aqueduc d'Arcueil (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Arcueil. Coupe et plan de la concession d'eau à Arcueil partant du regard XIII desservant un bassin et une fontainer (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783 l'édifice (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783 l'édifice (18e siècle) : passage de la Bièvre. (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées l'édifice (18e siècle) : sous le pont, façade de la Maison Renaissance du Fief des Arcs et d'Anjou . (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783) IVR11_20129400256NUC4A l'édifice (18e siècle). (Bibliothèque de l'Ecole de Nationale des Ponts et Chaussées, Ms.2783
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    caractère régional, la Région Ile-de-France a décidé de participer au projet de l'Association pour la L'année 2013 a marqué le 400e anniversaire de l'aqueduc Médicis construit sur ordre de Catherine de Médicis afin d'amener à Paris les eaux de source captées à Rungis et aux alentours. Sur le trajet de l'aqueduc, il reste aujourd'hui vingt-quatre regards en pierre de taille qui disposent tous d'un bassin de surface. L'eau de l'aqueduc arrivait à Paris dans le regard XXVII ou "maison du Fontainier". La bâtisse l'entrepreneur. Elle permet ensuite de stocker l'eau qui, à partir de là, alimente douze fontaines publiques rive gauche et deux fontaines rive droite. Compte-tenu de l'intérêt historique de ce patrimoine et de son l'ouvrage dans la collection "Parcours du patrimoine". Cette publication L'Aqueduc Médicis, des sources de Rungis aux fontaines de Paris. Karine Berthier (réd.), Pierre Housiaux (réd.), Laurent Kruszyk (phot .). Ed. Somogy éditions d'art, 2013. (Coll. Parcours du patrimoine, n°382) ainsi qu'une synthèse de
    Aires d'études :
    Ile-de-France
  • cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    Description :
    Face au nombre de sépultures exigées par le programme (près de 44 000), il n'est pas possible à ) lui interdisent les arbres de haute tige dans certaines zones. Il dessine alors différents types espaces d'inhumation, entourés de verdure et de plantations les isolant les uns des autres, sur la base d'une trame orthogonale générale de 7 x 7 m. Les surfaces de 49m² peuvent recevoir dix, cinq ou deux tombes disposées de manières variées. Les bandes de 7m servant à séparer les aires d'inhumation peuvent être soit des levées de terre pour des talus plantés, soit des murs de béton le long desquels hauteurs maximum de cercueils). Les circulations sont hiérarchisées selon trois niveaux : primaire pour la dispose de 550 places de stationnement. Les bâtiments de service sont localisés en position centrale et constituent l'élément majeur de la composition. Il s'agit : - d'une « aire de cérémonie » (A, voir document 11 éclairage zénithal. - d'un portique (B) séparant l'aire de cérémonie. - du bâtiment de la conservation (C
    Statut :
    propriété de la commune
    Appellations :
    intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    Illustration :
    Plan de localisation du cimetière. En pointillés, deux parcelles initialement dans le périmètre du Plan localisant le premier projet de cimetière, sur le territoire de Créteil (aujourd'hui le long de la route de Pompadour), avril 2006. IVR11_20149400021NUCA Dossier d'avant-projet. Plan d'ensemble du premier projet de cimetière, à Créteil, avril 1966. Le cimetière se décomposait en six espaces : I. L'aire de service, II. Les terrasses hexagonales, III. Les Elévation Est de l'aire de cérémonie du premier projet de cimetière, à Créteil, juillet 1967 Plan de localisation du terrain finalement retenu, daté de novembre 1968, fourni à Robert Auzelle Esquisse en couleurs, 5 décembre 1968. Schéma de distribution des bâtiments de services. Ce document éclaire la manière de travailler d'Auzelle, conjuguant le dessin au trait pour une première approche et usage de couleurs pour déterminer les détails, afin de mieux distinguer les fonctions, les
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , projets et réalisations (notamment le premier cimetière intercommunal d'Ile-de-France et premier véritable cimetière paysager du XXe siècle en France, réalisé à Clamart à partir de 1946 ou celui des Joncherolles Le Syndicat intercommunal pour la création d'un cimetière à Créteil regroupe les communes de de Valenton n'est pas adhérente). Le syndicat choisit un premier emplacement en 1958. Son projet est °9 de 1961 comme une réserve d'espaces verts. L'architecte Robert Auzelle est choisi en janvier 1966 . Il est déjà reconnu comme le spécialiste de l'architecture funéraire, après diverses publications ' Pierrefitte et Villetaneuse ' projeté à partir de 1958). Il rend un projet quelques mois plus tard dans lequel il suggère de créer un funérarium, ce qui ne figurait pas au programme. Auzelle propose un cimetière réalisable en plusieurs phases et présentant un système d'espaces hexagonaux ou rectangulaires et de grands de tombes superposées (enfeus), dispositif qu'il essaie de promouvoir dans nombre de ses projets de
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Référence documentaire :
    Fonds Auzelle, Robert Cité de l'architecture et du patrimoine, Centre d'archives d'architecture du Les problèmes de sépulture en urbanisme AUZELLE, Robert. Les problèmes de sépulture en urbanisme . Thèse de l'Institut d'urbanisme de Paris, sous la présidence de J. Greber, 1942. et l'urbanisme funéraires parisiens à l'ère des métropoles. Regard sur l’œuvre et la pensée de Robert Auzelle (1913-1983). Thèse d'architecture, Université de Paris VIII, 2003. In Situ DUHAU, Isabelle. "Le cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin à Valenton, une réalisation oubliée de Robert Auzelle". In Situ [en ligne], 31 / 2017, mis en ligne le 21 février 2017. Le mausolée Le mausolée. Revue mensuelle des arts et techniques des roches de qualité. N° 466 Mur vivant "Vers l'éternité. Cimetière intercommunal de la Fontaine Saint-Martin sur les territoires de Valenton, Limeil-Brévannes, Villeneuve-Saint-Georges". Mur vivant, n° 39, 1er trimestre 1976
  • ensemble de modèles de tombes pour le cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    ensemble de modèles de tombes pour le cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    ensemble de modèles de tombes pour le cimetière intercommunal de la Fontaine-Saint-Martin
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Modèle de tombe correspondant à une sépulture pour une concession de 50 ans, indéfiniment renouvelable, isolée dans un espace planté (surface de 2,4 x 2,4 m) ( Album de modèles de tombes, planche 60 du règlement des sépultures). Ce type de monument ne devait pas occuper au sol plus de 2,4 x 0,5 m, le reste de l'un des angles d'une borne portant le numéro de concession. IVR11_20149400050NUCA Modèle de sépulture tiré de l'album des modèles du cimetière de Valenton. La planche 38 correspondait à une concession de 30 ans, infiniment renouvelable, implantée en rangée de 5 sépultures dans un espace planté pour une surface de 1,4 x 2,4 m. Le monument lui-même ne devait pas occuper au sol plus de 1 m x 0,5 m, le reste de la surface devant être couverte d'herbe. Que l'inhumation soit pratiquée en de concession. IVR11_20149400051NUCA Différents modèles de sépultures tirés de l'album des modèles du cimetière de Valenton
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    sépultures qu'ils doivent contenir dans un objectif d'esthétique et de sobriété. Il souhaite notamment réduire l'emprise au sol des tombes ou les superposer (création d'enfeus) afin de développer les espaces règlement pour les sépultures à partir d'un recueil de dessins de l'architecte, associé à Hector Patriotis . Maitre d'ouvrage et maitres d'œuvre reçoivent le soutien de la section Marbre-Granit-Pierre de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment qui visite trois des réalisations d'Auzelle marbriers s'opposent rapidement à cette contrainte qui représente pour eux à la fois une remise en cause de grande sobriété nécessitant peu de matière première. Malgré la commande par le syndicat de quelques
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
  • ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos
    ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    ensemble de 2 retables-paravents : L'arbre de vie, le cosmos
    Description :
    Auzelle projette ces deux pièces de mobilier afin de refermer les deux espaces délimités lorsque les éléments de cloisonnement du vaste espace de l'aire des cérémonies sont abaissés. Réalisés en étain pur travaillé sur feuille de laiton ajouré, martelé, fondu, ils constituent un fond de décor lors des cérémonies de divers cultes et camouflent la sonorisation. L'architecte choisit le sculpteur dans l'architecture (il retravaillera avec Auzelle au cimetière de Villetaneuse). Il choisit également les thèmes des deux œuvres : des rythmes végétaux, « l'arbre de vie », et des rythmes cosmiques , sujets adaptés à la mixité de fonction de ces espaces. Ceux-ci conviennent autant aux cérémonies renaissance de la nature et la relève de la vie). Sabatier réalise deux oeuvres monumentales, à l'échelle de l'architecture, selon la technique qu'il privilégie durant les années 1970, de l'étain pur, travaillé sur des feuilles de laiton ajourées par fusion et aux contours déchirés.
    Illustration :
    L'Arbre de vie. IVR11_20149400057NUCA Vue de profil du paravent Le Cosmos, montrant la succession des dix feuilles métalliques assemblées formant le volume de la sculpture. A droite, la porte permettant d'entrer dans le volume Détail de la signature de Pierre Sabatier et des effets de découpe et de surface de l'étain sur les feuilles de laiton. IVR11_20149400018NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
  • sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie
    sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
    Titre courant :
    sculpture monumentale : Le jardin de la méditation ou De la méditation des âges de la vie
    Description :
    répartis les différents éléments sculptés du programme évoquant les âges de la vie : la naissance émerger de l'eau, réalisées en béton par coffrage en polystyrène expansé sculpté. Les piétons devaient pouvoir passer entre les sculptures au moyen de massifs en béton armé à fleur du niveau de l'eau évoquant par la simplicité de ses formes, propice à la méditation. S'y succèdent, en treize étapes, les temps de la vie : L'en deçà inconnu, L'œuf de la conception, Le lac de la naissance, Les cubes de l'enfance , La porte de la connaissance de soi, Le pont de l'âge adulte, Le banc de la collectivité, Le siège de l'individualité, Les marches vers/de la connaissance du monde, La rencontre (ou le couple), La conscience de l'âge mûr, La fenêtre vers la mort, L'au-delà inconnu. L'oeœuvre est réalisée en granit. Les surfaces de la pierre sont brûlées au chalumeau de kerdrane (pétrole raffiné brûlant à 2800°) afin de les rendre plus rugueuses et irrégulières, le sculpteur souhaitant reproduire l'effet naturel de l'érosion des siècles.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Esquisse de Robert Auzelle, localisant le bassin destiné à accueillir la sculpture monumentale et décomposant les sept éléments du premier programme des Ages de la vie (naissance, enfance, adolescence, couple Maquette du premier projet, réalisée par Székely. Les éléments de granit émergeant de la surface Plan esquissé sur calque, sans date, de Robert Auzelle présentant l'aspect définitif des aménagements pour la sculpture : une succession de bacs et de dalles ciment de 4,5 m x 4,5 m Vue d'ensemble de la sculpture, lors de son achèvement [1973]. IVR11_20089400090NUC4AB Vue d'éléments de la partie centrale de la composition. Au premier plan à gauche et de dos, « le siège de l'individualité », à droite « le banc de la collectivité », puis, simple pierre plate « le pont de l'âge adulte », juste derrière, la haute structure de « la porte de la connaissance de soi », au fond, « les cubes de l'enfance » et « l'œuf de la conception ». Photographie N/B, [1973
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Auzelle, dès son avant-projet pour le cimetière de 1969, prévoit un bassin accueillant un programme sculpté monumental, dans l'axe d'entrée de sa composition. Il en choisit le thème : les âges de la vie et le sculpteur Pierre Székely. Au moment de la mise en œuvre, en 1972, le projet est quelque peu modifié pour des raisons financières. L'œuvre est réalisée par l'entreprise Bertrand à Sens-de-Bretagne
    Localisation :
    Valenton - 13, 15 avenue de la Fontaine-Saint-Martin - en ville
1