Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 15 sur 15 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • lotissement des Castors Hirondelles
    lotissement des Castors Hirondelles Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Historique :
    Les dernières parcelles de la rue sont prises en charge par la société des Castors Hirondelles de la rue des Castors, sur un plan-type défini par Edouard Thomas en juin 1953. Le montant des novembre 1956 et octobre 1957 (déclaration d'achèvement des travaux pour les n° 24 et 25, rue des Castors). travaux est estimé à 3, 8 millions de francs par pavillon. Ce sont donc des pavillons un peu plus
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors Hirondelles
    Localisation :
    Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Titre courant :
    lotissement des Castors Hirondelles
    Appellations :
    Castors Hirondelles
    Illustration :
    Projet de l'architecte parisien Edouard Thomas pour une maion des ""Castors des Hirondelles"" : la Pavillon au n°32 rue des Castors : vue d'ensemble. IVR11_20037700634X
  • lotissement des Castors des Capucins
    lotissement des Castors des Capucins Melun - 13 à 22 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 210 à 214, 229 à 233
    Historique :
    La coopérative des Castors des Capucins obtient des permis de construire pour 10 pavillons le 16 mai 1953. La société achète un terrain de 6000 m² le 15 septembre 1953. Le plan-type de cet ensemble
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors des Capucins
    Localisation :
    Melun - 13 à 22 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 210 à 214, 229 à 233
    Titre courant :
    lotissement des Castors des Capucins
    Appellations :
    Castors de Melun nord
    Illustration :
    Projet de l'architecte parisien Edouard Thomas pour une maion des ""Castors des Capucins"". Façade Pavillon au n°20 rue des Castors : façade sur rue. IVR11_20037700636X Pavillon au n°20 rue des Castors : vue d'ensemble. IVR11_20037700635X
  • lotissement des Castors de Melun nord
    lotissement des Castors de Melun nord Melun - 3 à 12 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 209, 234 à 238
    Historique :
    La Société des Castors de Melun nord obtient le 2 juin 1953 un permis de construire pour 10 pavillons, sur les lots n°3 à 12 de la rue des Castors, selon l'implantation et le plan-type définis en adhérents de la coopérative, avec des variantes à l'égard du plan-type déposé lors du permis de construire
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors de Melun nord
    Localisation :
    Melun - 3 à 12 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 209, 234 à 238
    Titre courant :
    lotissement des Castors de Melun nord
    Appellations :
    Castors de Melun nord
    Illustration :
    : pavillon réalisé par la société des Castors de Melun nord, entre 1953 et 1954. Le n°12, au second plan Projet de l'architecte melunais Louis Carrier pour une maion des ""Castors de Melun nord"" : la Projet de l'architecte melunais Louis Carrier pour une maion des ""Castors de Melun nord"" : la Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de la rue des Castors. Au premier plan, au n°10
  • ensemble de 3 lotissements de Castors
    ensemble de 3 lotissements de Castors Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Historique :
    La rue des Castors doit son nom à l'action de trois coopératives d'auto-construction ou castors ) vers le nord (1957). Chacun des trois ensembles est étudié en sous-dossier.
    Auteur :
    [commanditaire] sociétés de Castors
    Localisation :
    Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Titre courant :
    ensemble de 3 lotissements de Castors
    Appellations :
    Castors
    Illustration :
    Vue du lotissement des castors Nord IVR11_20027700986X
  • lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion
    lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion Vigneux-sur-Seine - 154 avenue Henri-Barbusse rue André-Pardoux 63-79 rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AI
    Historique :
    chasse, par l'Union des Castors des professions du transport de la Région parisienne (UCPTRP) est autorisé par arrêté préfectoral du 28 janvier 1956. Cette société anonyme coopérative, constituée le 9 sous la responsabilité de M. Cros, chef du service technique de la société ; l'entreprise parisienne FRAMECO est adjudicataire des travaux. Un parking couvert est édifié en 1961, 148, route de Corbeil. Le
    Description :
    La plupart des pavillons sont élevés en parpaings creux de pouzzolane revêtus d'un enduit, de même
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Union des Castors des professions du transport de la Région parisienne
    Titre courant :
    lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, lotissement des Castors. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives de permis de construire, 1955-1956. II. Bibliographie - Vigneux, ville ouverte. Société
    Illustration :
    , l'immeuble situé entre les rues du commandant-Bouchet et des Castors. IVR11_20089100053NUC4A Façade arrière, sur la rue des Castors, de l'immeuble situé entre cette rue et celle du Commandant Pavillons en rez-de-chaussée, rue des Castors (au premier plan, n° 41). IVR11_20089100055NUC4A Plan d'implantation des deux immeubles de 24 et 6 appartements, dressé par le chef des services Immeuble de 24 appartements : élévation principale ; plan dressé par le chef des services Façade principale de l'immeuble de 6 appartements, 15 mars 1956 ; signé par le chef des services Façade postérieure de l'immeuble de 6 appartements, 15 mars 1956 ; signé par le chef des services Pavillon à l'angle de la rue du Docteur-Charolais et de l'allée des Paquerettes ; à l'arrière plan Un des bâtiments du groupe scolaire Edouard-Herriot, construit pour desservir la cité
  • lotissement des Castors Hirondelles
    lotissement des Castors Hirondelles Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Dossier :
    Pavillon au n°32 rue des Castors : vue d'ensemble. lotissement des Castors Hirondelles
  • lotissement des Castors Hirondelles
    lotissement des Castors Hirondelles Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Dossier :
    Projet de l'architecte parisien Edouard Thomas pour une maion des ""Castors des Hirondelles"" : la façade. Tirage d'architecte, 1953. (AM Melun. 936 W 7) lotissement des Castors Hirondelles
  • ensemble de 3 lotissements de Castors
    ensemble de 3 lotissements de Castors Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Dossier :
    : pavillon réalisé par la société des Castors de Melun nord, entre 1953 et 1954. Le n°12, au second plan Vue du lotissement des castors Nord ensemble de 3 lotissements de Castors Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de la rue des Castors. Au premier plan, au n°10 , appartient au même lotissement. lotissement des Castors de Melun nord
  • rendez-vous de chasse, actuellement commissariat de police
    rendez-vous de chasse, actuellement commissariat de police Vigneux-sur-Seine - 150 avenue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AI 955, 1015 2011 AI 1378
    Historique :
    l'acquisition du terrain et le revend aussitôt à l'Union des Castors des professions du transport de la Région municipalité Vigneux ; celle-ci y installe une halte-garderie à l'intention des mères de famille effectuant leurs courses dans le nouveau centre commercial des Briques Rouges. Transformé ensuite en foyer des
    Annexe :
    d’aménagement, 1965. II. Bibliographie - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et
  • Quartiers périphériques du XIXe siècle
    Quartiers périphériques du XIXe siècle Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    1879 et confiés à l'administration de la Société Générale des abattoirs municipaux de France. Malgré cimetière et l’hospice jusqu‘à la promenade des Cordeliers. Cette proposition fut catégoriquement rejetée par Mantes-la-Ville en vertu du caractère « immémorial et immuable » des limites du territoire entre les deux villes. Seuls le chemin de halage et la promenade des Cordeliers furent alors concédés à promenade des Cordeliers. Enfin, des abattoirs sont construits à l'ouest (actuelle rue des Abattoirs), en -Jacques, section B des Garennes, section D de Saint-Lazare) n'a pas donné lieu à un projet urbain concerté
    Texte libre :
    La volonté d'extension de Mantes sur ses voisines est permanente tout au long des XIXe et XXe
    Illustration :
    La rue Castor au carrefour avec la Nationale. IVR11_20177800146NUC4A Plan masse des abattoirs vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1. IVR11_20177800484NUC4A Bâtiment de la consultation des nourrissons vers 1940. AM. Mantes-la-Jolie, 1 M 1 Plan de localisation de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par l'architecte J Plan d'ensemble de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par l'architecte J Plan du rez-de-chaussée de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par Plan de l'étage de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par l'architecte J Façades sud ouest et nord est de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par Façades sud est et nord ouest de la maison des jeunes et de la culture construite en 1968 par entreprise Péru. On aperçoit aussi le départ de la promenade des Cordeliers et le gazomètre encore en place
  • présentation de la commune de Champigny-sur-Marne
    présentation de la commune de Champigny-sur-Marne Champigny-sur-Marne
    Illustration :
    Extrait d'un registre de versements des cotisations à la société l'Avenir du tremblay, en vue de Lotissement concerté dit ensemble de castors Notre-Logis, rue des Pavillons fleuris. J. Albertella , la rue des Castors où les maisons sont achevées. Photographie, 1959. (Collection particulière maisons des castors de la rue des Pavillons-Fleuris. Photographie, 1958. (AD Val-de-Marne. 2Fi Champigny Détail du cartouche du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail nord-ouest du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail nord-est du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail sud-ouest du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Détail sud-est du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du département de la Seine Détail de la coupe géologique du plan d'ensemble des carrières souterraines de Paris et du
  • l'habitat collectif de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    l'habitat collectif de l'OIN ORSA (Opération d'intérêt national Orly-Rungis-Seine-Amont)
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale patrimoine fluvial, industriel, des réseaux et de l'habitat de
    Texte libre :
    Le volet habitat du diagnostic patrimonial s’inscrit dans la continuité des enquêtes réalisées avait un double objectif : faire un état des lieux des bâtiments sélectionnés dans les années 1990 et élaborer une deuxième sélection de bâtiments construits entre 1945 et 1980. L’analyse des cartes anciennes des bourgs à l’écart des grands axes. Ces bourgs constituent aujourd’hui le centre des communes de création de lotissements le long des lignes ferroviaires et le développement des communes aux frontières de autour des grandes infrastructures routières. Le volet habitat du diagnostic patrimonial de l’OIN ORSA a permis d’établir une typologie de logement à partir des éléments caractéristiques de la banlieue parisienne. Il ouvre des perspectives d’étude intéressantes : Le pavillon de banlieue: l’essor du lotissement pavillonnaire lié au développement du chemin de fer est l'un des caractéristiques principales de la banlieue de comprendre un fait encore largement méconnu. L'urbanisme de la charte d'Athènes: le rôle des
    Illustration :
    Chevilly Larue, lotissement concerté dit résidence des Castors, Lieutenant-Petit-Leroy (rue du . L'ensemble comprenant 60 logements (des maisons jumelles) aurait été construit en 1959 par une société . L'ensemble comprenant 60 logements (des maisons jumelles) aurait été construit en 1959 par une société Ablon-sur-Seine, cité dite résidence du Château, allée des Tamaris, avenue de l' Europe, allée du Ablon-sur-Seine, cité dite résidence du Château, allée des Tamaris, avenue de l' Europe, allée du Ablon-sur-Seine, cité dite résidence du Château, allée des Tamaris, avenue de l' Europe, allée du Ablon-sur-Seine, cité dite résidence du Château, allée des Tamaris, avenue de l' Europe, allée du Ablon-sur-Seine, cité dite résidence du Château, allée des Tamaris, avenue de l' Europe, allée du Berthelot. Vue des bâtiments sur les squares Véron et Berthelot. IVR11_20119400299NUC4A des barres IVR11_20089400123NUC4A
  • ville thermale d'Enghien-les-Bains
    ville thermale d'Enghien-les-Bains Enghien-les-Bains - Cadastre : 1995 AB, AC, AD, AE, AH
    Historique :
    , 10 368 habitants. Les principales étapes sont les suivantes : 1766, découverte des eaux par Louis Cotte. 1772, Le Veillard, déjà exploitant des eaux de Passy est attiré par celles d'Enghien et se porte bords du lac. L'amorce du premier quartier, dévolu aux soins thermaux est lancée. 1820, la qualité des , administrateur des hôpitaux de Paris. De nouvelles sources sont découvertes. Il modifie le premier établissement construit, l'Hôtel des Quatre pavillons. Péligot lance alors un grand projet de lotissement des bords du lac ainsi développement d'un nouveau pôle urbain. La prospérité des années 60 est interrompue par la guerre conforte l'aspect de ville d'eau. Apparaît également à cette période le phénomène des lotissements concertés privés comme la Villa des Sureaux, la Villa d'Ormesson, La Villa Messenie ou la Villa Cresson casino au niveau de la rue du Général de Gaulle, et au sud ouest de la commune dans des espaces laissés
    Description :
    Montmorency, éléments paysagers qui outre la présence de sources thermales ont été des éléments majeurs pour
    Annexe :
    ). Documents d'archives - Société des eaux sulfureuses d'Enghien, acte de société. Paris : impr. Hugard, 1825 Enghien - Ville - Liste des oeuvres sélectionnées et étudiées LISTE DES OEUVRES SÉLECTIONNÉES ET ) LOTISSEMENT CONCERTE Villa Cresson LOTISSEMENT CONCERTE Villa Messénie LOTISSEMENT CONCERTE des Sureaux LOTISSEMENT CONCERTE du comte et de la comtesse de Chabannes LOTISSEMENT CONCERTE Villa des Platanes EGLISE . Vitry TOMBEAU des curés de la paroisse d'Enghien-les-Bains TOMBEAU de Marie Elisabeth Charlotte GROUPE SCOLAIRE d’Ormesson, 4 rue des Ecoles, 13 bd d’Ormesson LYCEE Gustave Monod, 71, 73 avenue de , rue des Thermes (disparu) ETABLISSEMENT THERMAL "le petit Etablissement ", "Les petits bains" ou (disparu) SALLE DE SPECTACLE (non réalisée) avenue de Ceinture, rue de la Libération SALLE DES FETES, 16 Contamine de la Tour IMMEUBLE "Les Hirondelles", 25 - 27 rue de la Barre - Carrelage mural IMMEUBLE, 69 le "Windsor Castle", 45, rue Félix Faure et 68, allée des écoles IMMEUBLE "Le Castel de l'Espérance
    Texte libre :
    promenades, reconstruits au gré des modes, constituent le coeur de l'histoire de la ville d'eau. Tout d'abord véritable commune répondant ainsi à la constante progression du flux des baigneurs saisonniers et à I'augmentation de la population. Durant presque deux siècles, les choix architecturaux et urbains des différents édiles ainsi que ceux des commanditaires, propriétaires et spéculateurs, ont forgé l'image de la ville
    Illustration :
    Localisation des éléments d'urbanisme présentés dans l'ouvrage sur Enghien. IVR11_20099500672NUDA Localisation des oeuvres présentées dans l'ouvrage sur Enghien. IVR11_20099500673NUDA Extrait de la carte des Chasses du Roi (1764-1774). Le lac d'Enghien y est alors nommé ""Etang de . Détail au niveau des parcellaires en éventail. (AN, Cartes et plans, Ge C 3747) IVR11_20109500063NUC4A . Détail des îles au milieu du lac. (AN, Cartes et plans, Ge C 3747) IVR11_20109500067NUC4A Plan dit du domaine de Saint-Gratien avec indication des lots, vers 1829. Ce plan correspond en grande partie à celui du premier lotissement des bords du lac par Péligot. (AD Val d'Oise, 20Fi 59/1 Plan du quartier des thermes. Plan, 1826. (AD Val d'Oise) IVR11_20099500386NUC4A parc Catinat, du lac et d'une partie du tracé des actuelles avenue de Ceinture et boulevard du lac Extrait du plan parcellaire de la commune de Deuil, n°5, 1846. Partie composée des bords du lac au
  • Quartier de Gassicourt
    Quartier de Gassicourt Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Historique :
    des Castors du rail. C'est à Gassicourt que sont construits les lycées Saint-Exupéry et Jean-Rostand nombreuses donations qui suivent cette fondation sont le fait des comtes de Mantes, de la famille des Mauvoisin, seigneurs de Rosny et aussi des rois de France, Philippe 1er et Louis VI . En 1295, Gassicourt , il n’est pas certain que ce changement soit fondamental, des études ayant montré que la distinction de Gassicourt connue par des documents des XVIIe et XVIIIe siècles. On en voit la mention sur le plan du prieuré. On sait qu’elle comportait des pressoirs, un fouloir des granges, étables, bergeries , celliers. Une « volière à pigeons » surmontait une des granges. Le faible nombre de moines explique la Paris. L’acquéreur des terres et seigneurie de Gassicourt est un voisin, François de Sénozan, seigneur maison du doyen qui reste celle de l’abbé de Montholon, doyen des lieux . A partir de cette date, le la ferme seigneuriale en 1738 montre la diversité des productions : 1188 gerbes de froment, 2870
    Illustration :
    Vue aérienne vers 1950. On aperçoit la cité d'urgence et le lotissement des Castors en construction Plan parcellaire de la ville entre la rue Castor et la rue de la Papeterie. 1/2000e (AM Mantes-la Ecole de garçons Lachenal rue des Piquettes. (Fonds Bertin). IVR11_20177800656NUC2B Entrée de l'école de garçons Lachenal rue des Piquettes. (Fonds Bertin). IVR11_20177800657NUC2B Façades Ouest des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 68 Façades Est des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 68/55 Plan du rez-de-chaussée et d'un étage courant des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la Plan détaillé des cellules de 2 pièces et 4 pièces des logements HLM de Candilis et Brunache Plan détaillé des cellules de 3 pièces des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie lors des rénovations. IVR11_20167800357NUC4A
  • maisons, immeubles
    maisons, immeubles Le Perreux-sur-Marne - en ville
    Illustration :
    Vue de l'angle formé par l'avenue Montaigne et l'avenue des Champs Elysées, actuellement avenue Plans, coupe, élévation latérale de l'une des maisons jumelles construites par les architectes Plans et élévation de l'une des maisons jumelles construites par les architectes Giron et Valis, 24 Elévation antérieure des maisons jumelles construites par les architectes Giron et Valis, 24 rue de Faces antérieure et postérieure des maisons jumelles construites par les architectes Giron et Valis Dessin à l'encre sur calque de la maison Martin, réalisant des treillages décoratifs en bois Dessin à l'encre sur calque de la maison Martin, réalisant des treillages décoratifs en bois Dessin à l'encre sur calque de la maison Martin, réalisant des treillages décoratifs en bois Dessin à l'encre sur calque de la maison Martin, réalisant des treillages décoratifs en bois Dessin à l'encre sur calque de la maison Martin, réalisant des treillages décoratifs en bois
1