Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • Maison-atelier de Rosa Bonheur
    Maison-atelier de Rosa Bonheur Thomery - 12 rue Rosa Bonheur
    Genre :
    de peintre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique régionale ateliers d'artistes en Ile-de-France
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'atelier (1) IVR11_20197700001NUC4A Vue d'ensemble de l'atelier (2) IVR11_20197700002NUC4A Vue de la verrière de l'atelier IVR11_20197700003NUC4A Faux-monogramme au-dessus de la grille d'entrée IVR11_20197700004NUC4A Vue de la cour principale du château de By IVR11_20197700005NUC4A Vue du corps du château et du corps de jonction de Jules Saulnier IVR11_20197700006NUC4A Détail du corps de jonction IVR11_20197700007NUC4A Vue de l'atelier prise depuis la cour (1) IVR11_20197700009NUC4A Vue de l'atelier prise depuis la cour (2) IVR11_20197700010NUC4A Vue rapprochée de la façade de l'atelier IVR11_20197700011NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Le décor intérieur et extérieur de l'atelier a été réalisé par Jules Saulnier, Rosa Bonheur girouette portant pompeusement [ses] initiales ; de l'autre, se trouve une terrasse du haut de laquelle on peut observer les étoiles". L’atelier est aussi décoré de vitraux présentant les initiales entremêlées de l’artiste. Les décors peints sur les murs ont été conservé, bien que dégradés, ainsi que le mobilier et la plus grande partie des effets personnels de Rosa Bonheur qui sont restés à leur place.
    Titre courant :
    Maison-atelier de Rosa Bonheur
    Description :
    Le château de By prend place au sein d’une propriété d’une superficie de 3 hectares et 82 ares environ, close de murs et de palissade et délimitée sur trois côtés par des voies : à l’ouest le chemin des Hurets, au nord la rue de la Gare, et à l’est la rue Rosa bonheur dite avant rue de Chantoiseau . Avant son acquisition par Rosa Bonheur, le corps principal du château de By semblait semi-double en profondeur et comprenait des caves, un rez-de-chaussée et deux étages, ainsi que des greniers au-dessus. Au rez-de-chaussée se déployaient un vestibule, un grand salon, une chambre à coucher, une salle de bain et des cabinets, une chambre de domestique, une salle à manger, l’office et la cuisine. Le premier étage quant à lui présentait cinq chambres à coucher de différentes couleurs et une chambre de domestique, tandis que le deuxième étage était composé de deux chambres à coucher, un cabinet et une salle de billard. Ce corps principal donnait sur une cour d’honneur fermée d’une grille, l’entrée principale de la
    Statut :
    Propriété de Madame Katherine Brault
    Observation :
    musée et est au coeur d'un projet culturel, économique et touristique, soutenu par la Région Île-de -France, qui a contribué à hauteur de 200.000 euros à la réhabilitation et à la mise aux normes de Le château de By est la propriété de Katherine Brault depuis 2017. Cette maison-atelier abrite un
    Murs :
    brique pan de bois brique émaillée
    Précisions sur la protection :
    Maison-atelier de Rosa Bonheur de 1860 à sa mort, le château de By a été labellisé "maison des illustres" en 2011 en raison de son intérêt patrimonial remarquable. Il appartient également au site patrimonial remarquable de Thomery, créé le 8 novembre 2013, sous l'appellation "Aire de valorisation de
    Historique :
    Probablement fondé au milieu du XVe siècle pour servir de rendez-vous de chasse et de demeure à l’officier de Bigre, le château de By fut par la suite la résidence d’Henry de Bye, commandeur de l’ordre de Saint-Jean-de-Latran. Reconstruit au début du XVIIe siècle, il fut ensuite la propriété de Jean Maximilien Leleu et sa femme, puis de leurs neveux messieurs Buron et Gérard. Racheté par Pierre Michelin et dernier le vendit pour 50.000 francs à l’artiste Rosa Bonheur le 9 août 1859. Rosa Bonheur, première femme à acheter un bien immobilier avec le fruit de son travail, fit rénover et moderniser le château du « moulin Saulnier » à Noisiel. Elle prit la décision de s’installer à l’écart de Paris après avoir eu plusieurs ateliers dans le quartier du Luxembourg (rue de l’Ouest, puis rue Madame, et enfin rue d’Assas), afin de se rapprocher de la nature et s’éloigner de l’urbanisation rapide de Paris à cette époque. Elle souhaitait également s’isoler et fuir la foule d’admirateurs et de curieux qui se pressaient
    Aires d'études :
    aire d'étude de la région Ile-de-France
    Référence documentaire :
    Jules Saulnier et le domaine de Rosa Bonheur à Thomery. Introduction Florent Tesnier, « Jules Saulnier et le domaine de Rosa Bonheur à Thomery. Introduction », mars 2017, http Rosa Bonheur, Jules Saulnier et l’achat du domaine de By à Thomery Florent Tesnier, « Rosa Bonheur, Jules Saulnier et l’achat du domaine de By à Thomery », 2017, http://amisderosabonheur.asso.fr/wp
  • Manoir dit enclos la Guyenne, puis Château du Parc ou l'Ancien Château, puis les Tourelles, puis lotissement concerté dit village coopératif des Bicoques Jardins
    Manoir dit enclos la Guyenne, puis Château du Parc ou l'Ancien Château, puis les Tourelles, puis lotissement concerté dit village coopératif des Bicoques Jardins Orly - avenue de l' Aérodrome chemins des Chaudronniers allée de Bellevue rue du 11 Novembre 1918 - en ville - Cadastre : 1810 B 1285
    Description :
    Château de la 1ère moitié du 18e siècle : plan symétrique en U, comprenait un sous-sol, un rez-de -chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble, élévations ordonnancées et ornées de frontons à cartouche, pilastres à refends, lucarnes et mascarons couvert de toits à longs pans brisés et croupes brisés suspendu ; maison de maître du 19e siècle dite l'ancien château : recouverte d'enduit et d'ardoises croupe, toit à longs pans brisés ; communs encore existants couverts de toits à longs pans aux pignons
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    enclos, un bassin, une fontaine, une maison de gardien, des étables, des granges, un colombier. Il existe château racheté à M. Augier par le maréchal de Coigny et qui appartint plus tard à la famille d'Ormesson . Ce fut le plus grand domaine d'Orly doté d'un jardin régulier, d'une glacière et de tous les appendices agricoles dont il reste une ferme avenue de l'Aérodrome. Avant 1810, destruction par incendie. Au 19e siècle, présence d'une maison de maître dite "" Château du Parc "" ou ancien château dont il ne "" détruite après la Seconde Guerre mondiale. De 1911 à 1922, lotissement du parc par la société Bicoques Jardins qui voulut créer un village coopératif sans immeuble, le château servant de partie commune.
    Localisation :
    Orly - avenue de l' Aérodrome chemins des Chaudronniers allée de Bellevue rue du 11 Novembre 1918
  • château
    château Romainville
    Description :
    Il ne reste du chateau de Romainville que des ruines. Les étais et la végétation masquent l'édifice
    Illustration :
    Dessin, relevé de la façade principale du château, 1823. (Ecole nationale des ponts et chaussées Dessin, projet de terrassement pour le parc du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées Plan du rez-de-chaussée du château. Attribution des pièces. (Ecole nationale des ponts et chaussées Plan du rez-de-chaussée du château. Attribution des pièces. (Ecole nationale des ponts et chaussées Plan du rez-de-chaussée du château. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne Dessin, projet de raménagement pour la facade du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées Projet pour le réaménagement de l'estrade du château donnant sur le parc. (Ecole nationale des conservé dans les locaux de la mairie. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Dessin, relevé du pont de la rivière anglaise, parc du château, 1824 (date portée). (Ecole Relevé de fabriques du parc du château : le Temple de l'Amour et le Pavillon chinois, 1823. (Ecole
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les vestiges du château, caractéristiques du style Louis XIII, laissent penser, à la suite de Gabriel Husson, que sa construction remonte à la première moitié du 17e siècle, sous la seigneurie de Nicolas de Quelen. Mais c'est à partir du 18è siècle que la famille Ségur va marquer la destinée des lieux . Il reste aujourd'hui peu de traces de la splendeur passée du château de Romainville. On a peine à imaginer le raffinement de ses décors, le pittoresque de ses jardins ou le charme de la vue depuis les terrasses. Des grands noms ont joui des lieux et de nombreux artistes y ont puisé leur inspiration lors de . L'histoire des lieux prend en effet un tournant majeur peu après la mort du marquis de Noailles en 1838. Son fils hérite du château le vend, à peine deux ans plus tard, à une société anglaise d'exploitation de
  • château
    château Romainville
    Description :
    Il ne reste du chateau de Romainville que des ruines. Les étais et la végétation masquent l'édifice
    Illustration :
    Dessin, relevé de la façade principale du château, 1823. (Ecole nationale des ponts et chaussées Dessin, projet de terrassement pour le parc du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées Plan du rez-de-chaussée du château. Attribution des pièces. (Ecole nationale des ponts et chaussées Dessin, relevé du pont de la rivière anglaise, parc du château, 1824 (date portée). (Ecole Plan du rez-de-chaussée du château. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne Dessin, projet de raménagement pour la facade du château? (Ecole nationale des ponts et chaussées conservé dans les locaux de la mairie. (Ecole nationale des ponts et chaussées, Champs-sur-Marne. Fonds Dessin, projet de décors du plafond du grand salon?. (Ecole nationale des ponts et chaussées Relevé de fabriques du parc du château : le Temple de l'Amour et le Pavillon chinois, 1823. (Ecole Dessin, aménagement et décors de l'escalier du perron. Projet pour le château? (Ecole nationale des
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les vestiges du château, caractéristiques du style Louis XIII, laissent penser, à la suite de Gabriel Husson, que sa construction remonte à la première moitié du 17e siècle, sous la seigneurie de Nicolas de Quelen. Mais c'est à partir du 18è siècle que la famille Ségur va marquer la destinée des lieux . Il reste aujourd'hui peu de traces de la splendeur passée du château de Romainville. On a peine à imaginer le raffinement de ses décors, le pittoresque de ses jardins ou le charme de la vue depuis les terrasses. Des grands noms ont joui des lieux et de nombreux artistes y ont puisé leur inspiration lors de . L'histoire des lieux prend en effet un tournant majeur peu après la mort du marquis de Noailles en 1838. Son fils hérite du château le vend, à peine deux ans plus tard, à une société anglaise d'exploitation de
1