Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • Château
    Château Écouen - rue Jean Bullant - Cadastre : 2014 AI 1 à 6, 8 à 18, 49, 139, 140, 194, 195, 203, 204
    Description :
    l'origine vers le nord, jusqu'au bas du coteau. Mais cette grande perspective, qui a formé la limite ouest Organisation du bâti Le château est bâti selon un plan symétrique : il est constitué de quatre fossé. Du côté nord, la terrasse est plus ample et permet d'admirer le panorama sur la plaine de France occidentale donne sur le parc et que son vis-à-vis constitue l'entrée principale, le château d'Ecouen est en figures féminines en bas-relief tendant des branches de laurier, attribuées à Jean Goujon. Sur les deux pour magnifier le centre de la façade sur cour. Ces portiques s'élèvent jusqu'au niveau du toit. Du ). Ces deux statues, sculptées pour le tombeau du pape Jules II, avaient été offertes à Anne de Montmorency par le roi Henri II. Enfin, un autre avant-corps monumental a été installé au centre de la façade cintrées. Il respecte le principe de la succession des ordres : dorique au rez-de-chaussée, ionique à l'étage, ce dernier étant plus particulièrement inspiré du temple de Portunus sur le Forum Boarium à Rome
    Illustration :
    Bas-reliefs de l'autel de la chapelle, remployés par Lenoir dans le "mausolée d'Anne de Montmorency Bas-reliefs de l'autel de la chapelle, remployés par Lenoir dans le "mausolée d'Anne de Montmorency Vue extérieure d'ensemble, depuis le sud-est : l'aile d'entrée, la chapelle, l'aile sud (abritant Vue extérieure, depuis le sud-est. IVR11_20169500131NUC4A Les douves sèches et le pont dormant donnant accès à l'entrée du château. IVR11_20189500048NUC4A Les douves sèches avec l'échauguette sud-est et le pont dormant donnant accès à l'entrée du château . Dans le fond se profile le toit de l'église Saint-Acceul. IVR11_20189500052NUC4A Les douves sèches et l'échauguette à l'angle sud-est du terre-plein supportant le château. Vue Les douves sèches et l'échauguette à l'angle sud-est du terre-plein supportant le château. Vue La façade sud du château, vue depuis le sud-est. IVR11_20189500053NUC4A
    Auteur :
    [architecte] Peyre Antoine-Marie
    Texte libre :
    royaume, le connétable Anne de Montmorency, le château d'Ecouen constitue un remarquable témoignage de
    Historique :
    l'édifice qui a précédé le château de la Renaissance. I. La résidence d'Anne de Montmorency L'histoire du remontent à 1539-1541, et diverses dates inscrites sur le monument montrent un avancement rapide des travaux campagne de travaux (v. 1539-v. 1545) Le début exact des travaux est difficile à préciser car les comptes qu'ils commençaient en 1539. Les premiers travaux furent certainement consacrés à établir le soubassement nord a révélé la présence de bois datés entre 1542 et 1546. Vers 1545, le château était donc logeable par les Montmorency à Chantilly, de Charles Billard, qualifié de "maître maçon de monseigneur le de 1542 à 1563. On connaît aussi par les textes le nom de Jean Allemant, maître charpentier. Ce dominant la plaine de France, le château conserve également une apparence quelque peu "féodale" par implication sur le chantier d'Ecouen avant qu'il ne parte travailler au Louvre avec Pierre Lescot. Jean entrenu" par le connétable au chantier du château et fut d'ailleurs enterré à Ecouen en 1578. Les
    Référence documentaire :
    Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance, 2018. CREPIN-LEBLOND, Thierry et FONKENELL , Guillaume. Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance. Paris : Editions de l'Esplanade : Musée Petits arrangements avec le réel : Jacques Androuet du Cerceau à Ecouen, Revue de l’art, 2012 . PAUWELS Yves. « Petits arrangements avec le réel : Jacques Androuet du Cerceau à Ecouen », Revue de l’art Le décor emblématique du plafond de la chambre de Henri II au château d’Ecouen, Bulletin monumental , 2008. ALLAIS Sylvanie. « Le décor emblématique du plafond de la chambre de Henri II au château d’Ecouen Le château d'Ecouen, maison impériale de la Légion d'Honneur, dans Materiam superabat opus. Hommage à Alain Erlande-Brandenburg, 2006. DU PASQUIER, Isabelle. "Le château d'Ecouen, maison impériale de Le décor des frises peintes du château d’Ecouen, Revue du Louvre, 1999. BELIME, Magali. « Le décor Ecouen : le château et son décor au XIXe siècle, 1993 AUDEBRAND, Fabienne. Ecouen : le château et
  • Eglise Saint-Acceul
    Eglise Saint-Acceul Écouen - Place de l'Eglise - en ville - Cadastre : 2014 AI 54
    Description :
    rajoutée une petite sacristie. En décrochement sur le côté nord s'élève enfin un clocher de plan carré Andéol. Bâtis du côté de la pente, le collatéral nord et le clocher permettent notamment d'épauler la poursuivant très bas afin de faire entrer un maximum de lumière. Des contreforts, à l'extérieur de l'édifice , permettent de contrebuter la poussée de la voûte. Au nord, le clocher s'élève sur deux niveaux, il est flanqué de contreforts massifs et couvert d'une flèche en ardoise. La nef, plus basse que le choeur, est sculptées dans un cartouche placé sous la niche. L'élévation intérieure est à un seul niveau. Le vaisseau Montmorency ainsi que de diverses armoiries lors de la dernière restauration. Le collatéral nord de la nef est lui aussi couvert d'un lambris de bois, de forme trilobée, datant du XIXe siècle. Le choeur et la collatéral nord (chapelle de la Vierge et travée desservant la chapelle Saint-Acceul) . Le décor rend hommage
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR11_20169500126NUC4A Vue d'ensemble, depuis l'est : le chevet et le mur sud de la nef. IVR11_20189500064NUC4A Le clocher et le flanc nord de l'église, vus depuis l'est. IVR11_20189500066NUC4A Détail du lambris de couvrement de la nef, restauré en 2013 : le symbole de la République française Vue intérieure : le collatéral nord. IVR11_20179500053NUC4A Le lambris de couvrement du collatéral nord de la nef, vu depuis l'escalier de la tribune d'orgue Vue intérieure, prise depuis la chaire, vers le nord : au fond, la chapelle dédiée à saint Acceul Montmorency." Dans le fond à droite, l'église Saint-Acceul. Gravure d'Israël Silvestre, milieu du XVIIe siècle "Veuë et perspective du chasteau d'Escoan, et d'une partie du bourg." Dans le fond à gauche, on distingue le pignon de la façade de l'église et son clocher. Gravure d'Israël Silvestre, milieu du XVIIe
    Historique :
    un décor d’inspiration plus classique ; les colonnes séparant le bas-côté du vaisseau central Une église est attestée à Écouen dès le XIe siècle (acte passé entre 1067 et 1095, édité par Joseph près tout, sinon qu’il fut martyrisé le 1er mai en compagnie de saint Ache. Il semble avoir été confondu avec saint Andéol, l’évangélisateur du Vivarais, lui aussi fêté le 1er mai, et dont les remonter à la fin du XIIe ou au début du XIIIe siècle, probable vestige de l'édifice précédent. Mais le voûte mais celle-ci a été bûchée à la Révolution. Le choix d’un style gothique peut surprendre, à une avancé, à titre d'hypothèse, les noms de Charles Billard (pour le choeur) et de Jean Bullant (pour le clocher), alors employés par le connétable pour la construction du château ; mais on peut suivre achevée en 1544-1545. La cloche « Anne », offerte en 1554 par le connétable et toujours en place l’intention de poursuivre les travaux vers l’ouest, si l’on en croit les pierres d’attente et le départ des
    Référence documentaire :
    p. 203-206. Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Flohic éditions, 1999. Le patrimoine des p. 234-235 Le guide du patrimoine - Île-de-France, 1992 PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Le guide p. 85-99 Le château d’Ecouen, 1925. TERRASSE, Charles. Le château d’Ecouen. « Petites monographies Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. 1864 CHEVALIER, Jacques-Ferdinand. Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. Versailles : Beau Jeune, 1864. travaux ont été exécutés par des artisans d’Écouen : le maçon Nicolas Le Turc, le charpentier Pierre La Chaussée, les couvreurs Jean Rousseau et Pierre Dupuis, le menuisier Laurent Le Noir, le serrurier Claude Charoin et le vitrier Alexandre Petré. Le paiement de ces artisans est enregistré en 1737-1739 dans le de l'église, notamment le projet de reconstruction de la façade par Pierre-Joseph Garrez, 1851 ; et les projets de Gabriel Ruprich-Robert pour le parvis et sa grille.
  • cloches
    cloches Écouen - Place de l'Eglise
    Description :
    porte au cerveau une inscription latine et française (retranscrite plus bas) rappelant sa date et le nom de lys encadrées par deux dauphins adossés, et de motifs religieux : le Christ en croix encadré par
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur l'oeuvre
    Texte libre :
    Le clocher d'Ecouen abrite trois cloches, dont l'une est très ancienne : la cloche "Anne" a en effet été fondue en 1554, elle porte le prénom de son donateur, Anne de Montmorency, seigneur d'Ecouen fonderie amiénoise. Dans le clocher se trouve aussi un mécanisme d'horlogerie datant, selon Mathieu Lours , de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. L'église a cessé de sonner les heures depuis que le carillon de la mairie a pris le relais, vers 1910. Mathieu Lours a pu reconstituer les usages campanaires deux autres cloches depuis le beffroi, avec un système de pédalier actionné par quatre hommes. Les
    Dimension :
    Dimensions de la cloche "Anne", dont le poids est d'environ 1111 kg. La cloche "Louise-Gabrielle
    Historique :
    avait été refondues en 1754 et dont le prince et la princesse de Condé étaient parrain et marraine l'entreprise Daperon-Lecull, d'Amiens, deux nouvelles cloches pour le prix de 2436 francs (pour la plus grosse
1