Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 9 055 - triés par pertinence
  • Maison Etienne, La-Chapelle-du-Mont-du-Chat
    Maison Etienne, La-Chapelle-du-Mont-du-Chat La Chapelle-du-Mont-du-Chat - la ferme Palatin - - bâti isolé - Cadastre : 2018 B5 127-129 Lieux-dit : la Ferme-Palatin La-Chapelle-du-Mont-du-chat 73370
    Titre courant :
    Maison Etienne, La-Chapelle-du-Mont-du-Chat
    Description :
    dessus du Lac-du-Bourget. Construite sur un terrain escarpé, la maison occupe un site très spectaculaire ancien (le lieu-dit la Ferme-Palatin) et d'une maison de plaisance en belvédère, le Chat (château Perché léger et facilement adaptable). Elle comprend (selon les termes du programme établi par M. Etienne) une , coin musique, coin bureau. Une "zone nuit" comprenant la suite des maîtres de maison (45 m2) : une invités (14m2) avec salle de bains et sauna d'intérieur. L'organisation intérieure de la maison est " de bois qui paraissent accrochées à la façade sont accessibles grâce à une passerelle de bois qui
    Illustration :
    Vue des toits et de la porte du porte du garage. IVR84_20187301064NUCAQ Vue du salon et de l'âtre de la cheminée. IVR11_20177300022NUC4AB Vue de la façade postérieure, prise en contrebas. IVR84_20187301001NUCAQ Vue de la façade postérieure, prise en contrebas (2). IVR84_20187301011NUCAQ Vue de la façade postérieure (3). IVR84_20187301068NUCAQ Vue prise en contrebas d'une des nacelles de la façade postérieure. IVR84_20187301014NUCA Vue rapprochée d'une partie de la toiture. IVR11_20177300019NUC4AB Vue rapprochée de la façade postérieure. IVR84_20187301015NUCAQ Vue de la façade latérale. IVR84_20187301025NUCAQ Vue de la façade latérale (2). IVR84_20187301027NUCAQ
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    une maison à La-Chapelle-du-Mont-du-Chat, à 6 km au nord du Bourget-du-Lac, en Savoie. Jean-Louis habitation de 237m2. Il s'agit du second projet, le premier ayant été refusé par la commission des sites. Le après intervention du maire de la commune. Un contrat a été passé entre l'architecte et le maître Après avoir découvert la maison de Marcel Michard (Corbeil-Essonne) publiée dans l'ouvrage de Dominique Amouroux "Nouvelles architectures de maisons en France" [Edition du Moniteur, mai 1979, p.124-131 salon de la Maison Individuelle (selon J.-L Etienne sans doute en 1988) pour lui demander de réaliser Etienne a établi un programme détaillé pour cette maison, destinée à être la résidence principale de sa famille. Les attentes du maître d'ouvrage en matière d'utilisation de l'espace y sont précisément diversifiées (ne pas tout concentrer sur les "vues panoramiques sur le lac" mais ouvrir au contraire sur la intérieure "libre" mais conduisant à l'ambiance la plus chaleureuse. Une ouverture des volumes intérieurs, la
    Localisation :
    La Chapelle-du-Mont-du-Chat - la ferme Palatin - - bâti isolé - Cadastre : 2018 B5 127-129 Lieux -dit : la Ferme-Palatin La-Chapelle-du-Mont-du-chat 73370
    Référence documentaire :
    architecte organicien dans la seconde moitié du XXe siècle. Mémoire d'étude de l’École du Louvre, sous la
  • ensemble du maître-autel de la chapelle
    ensemble du maître-autel de la chapelle Melun - 2 rue Fréteau de Pény - en ville
    Titre courant :
    ensemble du maître-autel de la chapelle
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    la 400.0 cm
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle
    Historique :
    entièrement le décor de la chapelle de l'hôpital. Il est constitué d'un autel en marbre et d'un imposant Le maître-autel a été installé au 19e siècle, sous la direction de l'abbé Degoût qui reprit tabernacle à ailes en bois doré. Cet ensemble du 19e siècle remploie des éléments plus anciens, de provenance mal connue : le tabernacle est une oeuvre du 17e siècle provenant des environs de Mâcon (peut-être de
  • chapelle Marie-Auxiliatrice du préventorium Minoret
    chapelle Marie-Auxiliatrice du préventorium Minoret Draveil - Champrosay - 2 boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 AV 436
    Titre courant :
    chapelle Marie-Auxiliatrice du préventorium Minoret
    Description :
    L'ancien pavillon de tête, appuyé à la façade sud de la chapelle, d'une surface de 126 m2 au sol taille, de même que la galerie reliant sa façade est au château ou pavillon Saint-Gabriel et la chapelle environ et au rez-de-chaussée un grand vestibule donnant accès à la chapelle située à l'étage. vestibule (avec porche d'entrée extérieur sur la façade ouest), ainsi que trois étages carrés de 3, 90 m de
    Annexe :
    . D. Essonne, 902 W 21, 886 W 42, 43 : constat immobilier à la suite du bombardement du 29 mai 1944 de la partie antérieure de la chapelle, dressés par l’architecte J. Biron, 1948 ; 886 W 44 Draveil, chapelle Marie-Auxiliatrice. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives A , reconstruction, 1944-1950. II. Iconographie . A. D. Essonne, 902 W 21 : plans pour la reconstruction
    Vocables :
    chapelle Marie-Auxiliatrice
    Illustration :
    La chapelle est flanquée du ""pavillon de tête"" ou pavillon d'entrée affecté aux cures rurales La chapelle endommagée par le bombardement aérien du 29 mai 1944 qui détruisit le ""pavillon de Partie antérieure de la chapelle, reconstruite entre 1951 et 1959, à la place du ""pavillon de tête Vue intérieure de la chapelle en direction du choeur. IVR11_20069100624XA Plans dressés pour la reconstruction de la partie antérieure de la chapelle détruite par le Plans pour la reconstruction de la partie antérieure de la chapelle détruite par le bombardement Plans dressés pour la reconstruction de la partie antérieure de la chapelle détruite par le Plans dressés pour la reconstruction de la partie antérieure de la chapelle détruite par le Le chevet de la chapelle reliée au bâtiment de la communauté. Le pavillon Saint-Raphaël qui date de Vue intérieure de la chapelle. Carte postale, vers 1910. (AD Essonne, 2 Fi 63) IVR11_20059101604XAB
    Dénominations :
    chapelle
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La chapelle est construite en 1898 par l'architecte Conchon (pose de la première pierre le 29 août pavillon d'entrée et endommage la chapelle (voûtes soufflées et fissurées, toiture trouée, vitraux sud la chapelle est agrandie de plusieurs travées qui remplacent le pavillon de tête ; les voûtes sont reliée au château par une galerie couverte. Le bombardement aérien du 29 mai 1944 détruit entièrement le l'architecte Jacques Biron. Après avis favorable du MRU (18 novembre 1948), ils bénéficient du transfert d'une restaurées et de nouveaux vitraux mis en place. La façade sud et le porche d'accès extérieur précédé d'un perron sur la façade est sont reconstruits à l'identique en style néo-gothique. Commencés en 1951, les
  • ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur
    ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Titre courant :
    ensemble des deux verrières de la chapelle du Sacré-Coeur
    Statut :
    propriété de la commune
    Inscriptions & marques :
    Deux inscriptions sont portées au sommet des lancettes de la baie orientale : Semer dans la justice , Moissonner dans la miséricorde.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Emplacement dans l'édifice :
    baies 6 et 8 dans la chapelle au sud de l'abside dite chapelle du Sacré-Coeur
  • peinture monumentale de l'abside de la chapelle du Grand séminaire de Meaux
    peinture monumentale de l'abside de la chapelle du Grand séminaire de Meaux Meaux - 20 rue de Chaage -
    Titre courant :
    peinture monumentale de l'abside de la chapelle du Grand séminaire de Meaux
    Description :
    lisse, mais est au contraire divisé en trois plans : le mur du fond, centré sur la Crucifixion, est Cette peinture monumentale de Georges Desvallières illustre la thématique de l'offrande, reprise
    Illustration :
    Détail de la partie droite de la peinture murale : le retour du fils prodigue Détail : Monseigneur Lamy, évêque de Meaux, en donateur de la chapelle de Chaage Détail de la scène à gauche de la Crucifixion : la présentation de Jésus au temple Détail de la scène à droite de la Crucixion : le sacrifice d'Abraham. IVR11_20097700892NUC4A Détail de la partie gauche de la peinture murale : la lapidation de saint Etienne Détail : Pie XI tenant la maquette de Saint-Pierre de Rome. IVR11_20097700893NUC4A
    Inscriptions & marques :
    Signature dans le coin inférieur gauche de la Crucifixion.
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Sur le mur du fond, le Christ en croix forme le centre de la composition. Il est encadré par deux Instrument de la Passion scènes : le sacrifice d'Abraham (à droite) et la Présentation au Temple (à gauche). Sur la première arcade, le sommet de l'arc représente les instruments de la Passion (trois clous, la sainte Lance et le commanditaire de l'oeuvre, Monseigneur Lamy. Sur la seconde arcade, sont peints la lapidation de saint Etienne (à gauche), le retour du fils prodigue (à droite) et Dieu le Père entouré d'anges (au sommet de l'arc).
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle construite en 1936
    Historique :
    Desvallières pour orner le sanctuaire de la chapelle du grand séminaire de Meaux. Des esquisses ont été peintes
    Référence documentaire :
    La chapelle du séminaire de Meaux. Art sacré, 3e année, n°24, novembre 1937, p. 133-137. REGAMEY , P.-R. La chapelle du séminaire de Meaux. Art sacré, 3e année, n°24, novembre 1937, p. 133-137. p. 50-52 Hommage à Georges Desvallières. Bulletin de la Société d’Histoire et d’Art du diocèse de Meaux, n° 2, 1951. Hommage à Georges Desvallières. Bulletin de la Société d’Histoire et d’Art du
  • Ensemble de 3 verrières - Chapelle du Conseil d’État
    Ensemble de 3 verrières - Chapelle du Conseil d’État Paris 1er arrondissement - 1 place (du) Palais-Royal - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 3 verrières - Chapelle du Conseil d’État
    Description :
    : armes couronnées de l’Empire et de Savoie, environnées de phylactères et présentées devant le manteau du
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle et fenêtre aux armes de l'Empire et de la Savoie au centre de Chapelle du Conseil d'Etat, fenêtre aux motifs héraldiques (baie B), Fenêtre aux armes de l'Empire Fenêtre aux armes de l'Empire et de la Savoie au centre de panneaux ornementaux losangés à motifs Détail des armes de l'Empire et de la Savoie au centre d'un panneau ornemental losangé à motifs de Fenêtre aux armes de l'Empire et de la Savoie au centre de panneaux ornementaux losangés à motifs et de la Savoie au centre de panneaux ornementaux losangés à motifs de quintefeuilles, par Eugène
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    la 1.5 m
    Historique :
    , fils du roi Jérôme, fit aménager une autre petite chapelle sur la cour de Nemours, à l’occasion de son Ayant transformé l’ancienne chapelle du Palais Royal en galerie de tableaux, le prince Napoléon mariage avec la princesse Marie-Clotilde de Savoie, fille du roi de Sardaigne, qui eut lieu le 30 janvier à côté de la chambre de la princesse (bâtiment du Conseil constitutionnel), sont les seuls souvenirs des aménagements effectués par le prince et la princesse Napoléon avant leur départ précipité du fenêtres ornées des armes de l’Empire et de Savoie. Cette chapelle, ainsi que le tout petit oratoire ouvert Palais le 4 septembre 1870, lors de la capitulation de la France.
    Localisation :
    Paris 1er arrondissement - 1 place (du) Palais-Royal - en ville
    Aires d'études :
    Verrières religieuses parisiennes du 19e siècle
    Référence documentaire :
    p. 107-118 Inventaire général des richesses d'art de la France, Paris, monuments civils. Paris : E : Monum, éd. du Patrimoine, 2006 CALLIAS BEY, M. Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles
  • Ensemble de 2 verrières - Chapelle Notre-Dame du Saint-Sacrement (servantes du Très-Saint-Sacrement)
    Ensemble de 2 verrières - Chapelle Notre-Dame du Saint-Sacrement (servantes du Très-Saint-Sacrement) Paris 16e arrondissement - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 2 verrières - Chapelle Notre-Dame du Saint-Sacrement (servantes du Très-Saint-Sacrement)
    Description :
    Chapelle (panneau présenté dans un coffrage lumineux, H.2,50xL.1,20). Père Pierre-Julien Eymard ; fond damassé. Signé « G. CLS. LAVERGNE », vers 1890. Salle de la communauté (panneau présenté dans un coffrage lumineux H.2,50xL.1,20). Mère Marguerite Guillot du Très-Saint-Sacrement, collaboratrice du Père
    Illustration :
    Chapelle Notre-Dame du Saint-Sacrement, verrière rapportée, détail du portrait de Mère Marguerite
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    la 1.2 m
    Historique :
    de la chapelle du couvent d’Angers construit en 1864. Ces deux portraits en pied, particulièrement réalistes, sont signés par G.-Cl. Lavergne, auteur d’un portrait similaire du père Eymard à la chapelle du Les architectes A. Coulomb et L. Chauvet établirent en 1900 les plans de la chapelle néo-gothique de la maison-mère des Servantes du Très-Saint-Sacrement, ordre institué par le père P.-J. Eymard à ont été remplacées lors de la réfection de la chapelle par des compositions abstraites dues au même atelier. Les deux vitraux exposés l’un dans la chapelle, l’autre dans une salle communautaire, proviennent
    Aires d'études :
    Verrières religieuses parisiennes du 19e siècle
    Référence documentaire :
    Ancien atelier Lorin. Paris "Religieuses du T.S.S. 3080/3326". , chapelles, pélerinages et oeuvres de Paris. 1900. CALLIAS BEY, M. Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles
  • Verrière du bras sud du transept : l'Assomption de la Vierge
    Verrière du bras sud du transept : l'Assomption de la Vierge Melun - place Notre-Dame - en ville
    Titre courant :
    Verrière du bras sud du transept : l'Assomption de la Vierge
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    au ciel. Sa tête est encadrée par deux anges thuriféraires et surmontée de la colombe du Saint-Esprit. Vierge, couronne ; ange : musicien, encensoir ; colombe ; La verrière s'organise en une composition très verticale. La partie inférieure de la verrière est occupée par des anges : deux jouent de la musique (violon, violoncelle), les quatre autres sont aux pieds de la Vierge. La Vierge, couronnée, monte
    Emplacement dans l'édifice :
    baie 14 dans le bras sud du transept
    Historique :
    Le verrier Calixte Poupart a utilisé pour le bras sud du transept une composition très proche de celle mise en oeuvre à Lagny, pour la verrière axiale de Notre-Dame des Ardents (1951). Les couleurs par le même artiste dans le choeur et l'abside de la collégiale (dossier d'ensemble : IM77000060 ). Calixte Poupart est également l'auteur de la rose occidentale (non étudiée).
  • portail du Couronnement de la Vierge
    portail du Couronnement de la Vierge Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Titre courant :
    portail du Couronnement de la Vierge
    Description :
    La décoration du portail latéral est concentrée sur le tympan, qui représente le Couronnement de la Vierge. Le trumeau est un ajout ancien mis en place vers la fin du Moyen Âge pour éviter la fracture du
    Annexe :
    Documentation sur le portail du Couronnement de la Vierge de Rampillon Bibliographie - J. Förstel . Sauerländer, La Sculpture gothique en France, 1140-1270, Paris : Flammarion, 1972, p. 149.
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue d'ensemble du portail latéral sud et de son tympan. IVR11_20117700433NUC4A Vue du tympan. IVR11_20117700434NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    Le petit portail ouvert sur le flanc sud de la nef est orné d'un tympan sculpté représentant le Couronnement de la Vierge. Cette oeuvre, contemporaine de la construction de l'église (XIIIe siècle), est d'une grande qualité d'exécution même si ses dimensions sont bien moindres que celles du grand portail du
    Dimension :
    h = 184 ; la = 218 (Dimensions du tympan sculpté).
    Représentations :
    Couronnement de la Vierge Le Christ et la Vierge sont tous deux assis sur un trône commun, orné d'arcatures. Ils sont autres anges de plus petite taille, jaillissant d'une nuée, couronnent la Vierge (la couronne est elle
    Emplacement dans l'édifice :
    sur le mur sud de la nef
    Historique :
    Ce tympan se situe dans la mouvance du modèle créé au portail du Couronnement de la Vierge à Notre physionomies et le soin apporté aux bordures des vêtements ou à la reliure du livre tenu par le Christ rapprochent le Couronnement de la statue de Childebert provenant du réfectoire de Saint-Germain-des-Prés -Dame de Paris, exécuté vers 1220. Sa composition est notamment très proche de celle du portail de
    Localisation :
    Rampillon - place de la Commanderie - en ville
  • buste de la comtesse du Barry
    buste de la comtesse du Barry Melun - 16 rue Paul-Doumer - en ville
    Titre courant :
    buste de la comtesse du Barry
    Statut :
    propriété de la commune
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dimension :
    la 43.0 cm
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la salle des mariages
    Historique :
    Ce buste de la comtesse du Barry par Pajou était la propriété du peintre Armand Cassagne, qui en campagne d'inventaire. Il a aujourd'hui réintégré les réserves du Musée de la Vicomté. collection, le buste faisait partie de la décoration de la salle des mariages de l'hôtel de ville lors de la
  • Ensemble de 11 verrières - Chapelle du Collège Sainte-Marie-Fénélon
    Ensemble de 11 verrières - Chapelle du Collège Sainte-Marie-Fénélon Paris 8e arrondissement - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 11 verrières - Chapelle du Collège Sainte-Marie-Fénélon
    Description :
    Baies 0 à 4, 6, 8 (2 lancettes, H.3xL.1,50). Éducation de la Vierge, Notre-Dame des Victoires ). Verrières mixtes. Atelier de Nazareth (A). Éducation de la Vierge (B). Vitreries ornementales de couleur en complément, inscriptions « LABOR », « CASTITAS » et deux dragons rouges affrontés ; monogrammes du Christ et de la Vierge. Par Ch. Champigneulle (?), vers 1880.
    Illustration :
    Chapelle du Collège Sainte-Marie-Fénelon, verrière : saint François de Sales, saint Vincent de Paul Vue d'ensemble des 9 baies du choeur et du côté sud. IVR11_20077500197XA Vue générale de la verrière réalisée par Ch. Champigneulle, 1880. IVR11_20077500217XA Détail du panneau ornemental, par Ch. Champigneulle, vers 1880. IVR11_20077500225XA Détail du panneau LABOR, par Ch. Champigneulle, vers 1880. IVR11_20077500227XA Vue d'ensemble de la verrière réalisée par Ch. Champigneulle, vers 1880. IVR11_20077500229XA Détail du panneau ornemental, par Ch. Champigneulle, vers 1880. IVR11_20077500231XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Education de la Vierge Education de la Vierge
    Historique :
    Le collège a été construit en 1869 ; sa grande chapelle de style néo-Renaissance, consacrée à l’Immaculée Conception, reçut la bénédiction de l’abbé Langénieux, curé de Saint-Augustin, le 1er juin 1870
    Aires d'études :
    Verrières religieuses parisiennes du 19e siècle
  • Ensemble de 15 verrières - Chapelle Notre-Dame du Bon-Secours (Sœurs du Bon-Secours de Notre-Dame Auxiliatrice)
    Ensemble de 15 verrières - Chapelle Notre-Dame du Bon-Secours (Sœurs du Bon-Secours de Notre-Dame Auxiliatrice) Paris 6e arrondissement - 18-20 rue Notre-Dame des Champs - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 15 verrières - Chapelle Notre-Dame du Bon-Secours (Sœurs du Bon-Secours de Notre-Dame
    Description :
    la petite Geneviève, Clotilde convertit le roi Clovis (100). Pierre et Paul ; Conversion de Paul , Cécile ; Marie-Madeleine se prosternant aux pieds du Christ, Cécile jouant de l’orgue, assistée par deux anges (103). Thérèse d’Avila, Élisabeth de Hongrie ; Thérèse prie dans son oratoire, Élisabeth exerce la charité (104). François de Sales tient son « Introduction à la vie dévote », Louis IX tient un livre représentant la Loi ; François de Sales et trois sœurs de la Visitation, Louis IX encourage les croisés devant enfant trouvé à deux sœurs de la Charité (106). Dais constitués de deux gâbles néo-XIIIe superposés -1844. Baie 109 (rose, diam. 3,50). Vierge de l’Apocalypse rayonnante, des étoiles autour de la tête , écrasant le serpent du pied, dans une mandorle rouge ; motifs ornementaux dans les rayons. Vers 1843-1844.
    Illustration :
    Oculus ornemental néo-XIIIe de la chapelle, à filets et fermaillets de couleur, vers 1868. auteur Grande croix surmontée de la colombe du Saint-Esprit dans un compartiment polylobé au centre d'une Verrière ornementale néo-XIIIe de la chapelle, à filets et fermaillets de couleur, vers 1868 Verrière ornementale néo-XIIIe du tympan de la baie 105, vers 1874. auteur inconnu (peintre-verrier chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours, verrière : saint Pierre, saint Paul (baie 101), détail Détail du cep de vigne dans le compartiment central de la baie 1, vers 1874. auteur inconnu Vue intérieure de la chapelle avec ses verrières ornementales et sa voûte de bois, vers 1868 Détail de la Fuite en Egypte. IVR11_20077500019XA Détail de la mort de saint Louis. IVR11_20077500033XA Vue intérieure du temple de l'Etoile, vers 1874. auteur inconnu (peintre-verrier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1824, Joséphine Potel fonda la congrégation des Sœurs du Bon-Secours de Notre-Dame-Auxiliatrice avec la bénédiction de Mgr de Quélen ; l’ordre fut reconnu par ordonnance royale du 17 janvier 1827 annexer dix ans plus tard par l’architecte Breton une vaste chapelle dont la première pierre fut posée le . Les sœurs se consacrèrent aux malades du choléra de 1832, ouvrant dispensaires, orphelinats constructions de style néo-gothique à Paris, très visitée à ce titre : « Cette chapelle, construite dans le ses quinze verrières, non signées. La dévotion envers les œuvres de charité tient la première place dans l’iconographie de ces verrières ; les saints et saintes protecteurs de la France et de la
    Aires d'études :
    Verrières religieuses parisiennes du 19e siècle
    Référence documentaire :
    COARC. Dossier Notre-Dame du Bon-Secours. , chapelles, pélerinages et oeuvres de Paris. 1900. Les Sœurs du Bon-Secours de Paris. Lyon : l'Escuyer, 1956 CALLIAS BEY, M. Les édifices néogothiques parisiens et leurs verrières : églises et chapelles
  • Présentation du mobilier de la mairie annexe
    Présentation du mobilier de la mairie annexe Paris 14e arrondissement - 26 rue Mouton-Duvernet - en ville
    Titre courant :
    Présentation du mobilier de la mairie annexe
    Illustration :
    Horloge de la salle du tribunal d'instance. IVR11_20157500185NUC4A Vue des lustres de la salle ouvrant sur le palier du premier étage. IVR11_20157500208NUC4A Vue d'un des lustres de la salle se trouvant sur le palier du premier étage Vue de la poignée d'une porte du couloir du premier étage. IVR11_20157500211NUC4A Décor de la salle des pas perdus. IVR11_20157500180NUC4A Banc de la salle des perdus. IVR11_20157500182NUC4A Vue des lustres du couloir du premier étage. IVR11_20157500230NUC4A Détail des lustres du couloir du premier étage. IVR11_20157500231NUC4A Vue de l'un des deux cache-radiateurs de la salle des fêtes. IVR11_20157500218NUC4A Vue de la lanterne de la salle dite des "quatre saisons". Elle serait due à Auguste Labouret
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Labouret, auteur du vitrail géométrique ornant l’escalier principal. L'ameublement (disparu) de la Réalisé au moment de la construction de l'hôtel de ville annexe en 1936, le mobilier a fait l'objet . La réception définitive des travaux par Georges Sébille fait état de la réalisation d'une lanterne bibliothèque pour enfants, située au dernier étage, a été réalisé par la société Ronéo, 27 boulevard des Italiens. Le reste de la lustrerie a été fourni par les maisons Adam et Mercier, 8 rue Renault, Société
    Référence documentaire :
    Dossier documentaire préalable à la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) du 28 juin 2011 Jantzen, Hélène. Dossier documentaire préalable à la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) du 28 juin 2011. Paris, DRAC Ile-de-France.
  • verrière historiée : la parabole du mauvais riche
    verrière historiée : la parabole du mauvais riche Andrésy
    Titre courant :
    verrière historiée : la parabole du mauvais riche
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Lancette gauche, détail. L'arrivée du Riche. IVR11_19867800088XA Lancette centrale, détail : préparatifs du festin. IVR11_19867800091XA Lancette centrale, détail : musiciens et préparatifs du festin. IVR11_19867800097XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de page dans la rubrique « Documentation – Liens web ».
    Dimension :
    h = 350 ; la = 200 (dimensions données par le Corpus vitrearum)
    Représentations :
    couronne végétale, à mascaron, à cuir découpé ; Dieu le père ; Le mauvais riche rentre chez lui ; la table est dressée pour le festin ; le pauvre à la porte tandis que les hommes festoient. Au registre inférieur, l'âme du mauvais riche brûle en enfer tandis que celle du pauvre est portée vers le ciel par deux
    Historique :
    place du mauvais riche enlevant son manteau il y avait la circoncision et à la place du pauvre se pauvre portée par des anges. La scène du festin peut être rapprochée d'une gravure de Heinrich Aldegraver Cette verrière mise en place lors de l'édification du collatéral dans le 2e quart du 16e siècle a été recomposée. Selon un cliché Durand (date) seul le panneau central est à sa place d'origine. A la trouvait la naissance de Jean-Baptiste. Le bas était composé de trois panneaux décoratifs semblables à celui qui est au centre, alors qu'on y voit aujourd'hui l'âme du riche brûlant en enfer et l'âme du (1502-vers1560) conservée à la BnF.
  • tableaux :scènes de la vie du Christ
    tableaux :scènes de la vie du Christ Couilly-Pont-aux-Dames - en ville
    Titre courant :
    tableaux :scènes de la vie du Christ
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    La Cène. IVR11_20127700917NUC4A Le Christ au Mont des Oliviers. IVR11_20127700918NUC4A La Résurrection. IVR11_20127700921NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
  • porte de la passerelle du Vieux-Chapitre
    porte de la passerelle du Vieux-Chapitre Meaux -
    Titre courant :
    porte de la passerelle du Vieux-Chapitre
    Annexe :
    : 3 D 7. Bibliographie « La cathédrale de Meaux sera-t-elle agrémentée d’une jolie passerelle de bois ), « Travaux de la cathédrale de Meaux », Bulletin de la Société littéraire et historique de la Brie, t. XVII
    Inscriptions & marques :
    Armoiries du pape Pie XI (à gauche) et du chapitre de Meaux (à droite).
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle *
    Historique :
    l'architecte des monuments historiques Albert Bray, en 1933-1934. Du côté de la cathédrale, le passage reçut En 1931, le rez-de-chaussée et le sous-sol du Vieux-Chapitre furent attribués à l'Association diocésaine pour servir de sacristie et de dépôt de mobilier culturel. A la suite de cette affectation, une passerelle fut établie entre la cathédrale et le Vieux-Chapitre. Elle fut construite en pan de bois par
  • présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux
    présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux Meaux -
    Titre courant :
    présentation du mobilier de la cathédrale de Meaux
    Illustration :
    Détail du "M" sculpté sur la porte du tabernacle de la chapelle de la Vierge (chapelle axiale), 2e Revers de la statue monumentale du Christ, haute de 2,40 m, placée en novembre 1885 au sommet du pignon sud de la cathédrale. Oeuvre du statuaire Adolphe Geoffroy-Dechaume. IVR11_20097701210NUC4A Partie supérieure de la verrière de la chapelle de la Visitation, ornée des armes royales : fleurs Vue des quatre plaques de marbre apposées contre le mur nord de la 2e travée du collatéral du Vue d'ensemble de l'autel de la chapelle de la Vierge (chapelle axiale), 2e moitié 19e siècle La statue de la Vierge à l'Enfant en bois doré, couronnant l'autel de la chapelle axiale (2e moitié Le décor de la 1ere chapelle rayonnante nord : chapelle Saint-Jacques-le-Majeur. L'autel néo Autel de la 1ere chapelle rayonnante sud (auparavant consacré à saint Fiacre) : vue d'ensemble ), identique à l¿autel de la chapelle Saint-Jacques (sa symétrique au nord). Il porte une statue en plâtre
    Auteur :
    [commanditaire] Fontenilles, de La Roche de Antoine René
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    de Saint-Etienne de Meaux a su conjuguer plusieurs strates d’histoire, et reflète à la fois l'évolution des goûts et celle de la liturgie.
    Historique :
    chapelle axiale, dans la chapelle Saint-Fiacre et celle du Saint-Sacrement ont disparu au XIXe siècle. A saint Fiacre. La chapelle saint Jacques, sur le côté nord du déambulatoire, présentait quant à elle un partir du milieu du XVIe siècle, les travaux menés dans la cathédrale, si l’on excepte les restaurations remédier aux outrages subis par l’édifice : à la suite du sac de la cathédrale par les protestants en 1562 de la chapelle épiscopale. Certains de ces tableaux ont disparu, mais la cathédrale conserve le monumental retable de saint Eloi, dont le chiffre rappelle la mémoire du donateur Guillaume Fremyn "Cène" (IM77000353) et les panneaux consacrés à saint Martin (IM77000388). La chapelle de la Vierge fit clôture maçonnée du sanctuaire céda la place à sept grilles en serrurerie, posées en 1723 aux frais de en serait plutôt un certain Robert, avec sans doute l’aide du serrurier meldois Decalogne pour la accueillir les restes des évêques, les autres éléments ayant disparu à la Révolution. Le renouvellement du
  • hôtel du département de la Seine-et-Marne
    hôtel du département de la Seine-et-Marne Melun - 12 rue Saint-Père - en ville - Cadastre : 1985 AH 93 (partiellement)
    Titre courant :
    hôtel du département de la Seine-et-Marne
    Description :
    , organisés autour de deux cours. La cour occidentale, sur l'emprise du cloître de Saint-Père, conserve au sud du conseil) et par des ailes de bureaux. La plupart de ces bâtiments sont enduits, et couverts de L'hôtel du département comprend plusieurs corps de bâtiments d'époques et de styles différents
    Statut :
    propriété du département
    Illustration :
    La cour occidentale de l'hôtel du département, vue depuis l'angle sud-est. Le hall en verre de Vue intérieure : la salle des séances du Conseil général. IVR11_20047700214XA Buste de Marianne sculpté par Bouchard, dans la salle des séances du Conseil général La façade : vue d'ensemble. Le hall en verre de Reichen et Robert (2000) relie le bâtiment des l'hôtel du préfet. IVR11_20067700593XA Reichen et Robert (2000) clôt la cour vers le nord. IVR11_20047700212VA Détail de l'élévation sud : l'avant-corps central, à la jonction de la partie ancienne et de
    Précisions sur la protection :
    Façades, arcades et toitures des bâtiments entourant le cloître : inscription par arrêté du 9
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    -1938, une nouvelle aile de bureaux est élevée en prolongement de l'aile méridionale du cloître, et la salle des séances du Conseil général est réaménagée. En 1965, la salle de lecture des archives est nouvelle salle du conseil est élevée. En 1998, on la démolit, en même temps que le pavillon des archives de façade en verre pour clore la cour du cloître, et l'installation de la salle du conseil dans l'ancien Le conseil général de la Seine-et-Marne, d'abord hébergé dans l'ancien couvent des Carmes est démolie. En 1833, l'ancien réfectoire est aménagé en salle du conseil. En 1860, celle-ci est reconstruite. En 1969, le pavillon à gauche de l'entrée d'honneur de la préfecture est réédifié. En 1971, une
  • Présentation du mobilier de la salle des mariages
    Présentation du mobilier de la salle des mariages Paris 14e arrondissement - en ville
    Titre courant :
    Présentation du mobilier de la salle des mariages
    Illustration :
    Détail de la verrière de la salle des mariages. On notera l'élégance du motif à cives Encadrement de fenêtre avec le blason de la ville de Paris. IVR11_20157500168NUC4A Verrière de la salle des mariages. IVR11_20157500151NUC4A Détail de l'extérieur d'une baie de la verrière de la salle des mariages. IVR11_20157500153NUC4A Elément central du plafond à caissons. IVR11_20157500165NUC4A Détail du plafond à caissons. IVR11_20157500166NUC4A Lustre de la salle des mariages. Il s'agit d'un des lustres "genre hollandais" avec 24 lumières de la maison Bizot et Akard. IVR11_20157500163NUC4A Lustre de la salle des mariages vu de dessous. IVR11_20157500164NUC4A Banquette de la salle des mariages. IVR11_20157500154NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    encadrant les fenêtres reprennent les emblèmes de la Ville de Paris. De la même façon, le dossier du L'ameublement de la salle des mariages a fait l'objet d'un programme réunissant de nombreux Antoine, Paris 12e, pour la somme de 5700 francs. En bois de chêne, partie sculptée d'après un dessin de l'architecte Auburtin." " Chapiteaux de la façade postérieure et escalier par André Denis, sculpteur, 214 boulevard d'Enfer". Les luminaires font l'objet d'un marché particulièrement détaillé : " Pour la salle des à une tige de cuivre, 4 appliques du même genre, maison Bizot et Akard". Dans le grand escalier et dans le vestibule du premier étage : " lanternes par Lacanière et Delatour". "Maison Gruot pour Les marbres de la grande salle ", "Horlogerie par Bozzel", "Faïences décoratives par Loebnitz". Enfin fauteuil destiné au Maire est orné d'un écu sculpté aux armoiries de la Ville de Paris. Les panneaux des , incolore), ces panneaux sont maintenus à l'arrière par une barlotière. Les murs de la salle sont couverts
  • présentation de la commune du Perreux-sur-Marne
    présentation de la commune du Perreux-sur-Marne Le Perreux-sur-Marne
    Titre courant :
    présentation de la commune du Perreux-sur-Marne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel