Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • Montreuil - Patrimoine industriel - Présentation générale de l'étude : dossier collectif "usines"
    Montreuil - Patrimoine industriel - Présentation générale de l'étude : dossier collectif "usines" Montreuil
    Titre courant :
    Montreuil - Patrimoine industriel - Présentation générale de l'étude : dossier collectif "usines"
    Description :
    Edifiés avec les matériaux usuels de l'architecture industrielle des départements de la première couronne, les usines de la commune peuvent être divisées en trois types caractérisés par la superficie, le (la moitié du corpus étudié), comprend les usines dont la superficie au sol couvre plus de 1500 m2 . Outre les ateliers de production, ces usines sont majoritairement dotées d'une cour, et comprennent des bâtiments de bureaux, et parfois, des logements patronaux. Présente sur l'ensemble de la période, elles se personnes, et associent ateliers de production et bureaux, sans logement. Présent sur l'ensemble de la , logiquement, caractérisé par l'association des ateliers de production et d'un logement, patronal ou locatif . Ces établissements emploient rarement plus de 20 personnes. Apparu vers 1880, ce groupe décline à partir de l'Entre-deux-Guerres.
    Illustration :
    Détail de l'entrée de l'usine métallurgique Bono. IVR11_20019300375XA Usine de meubles, atelier de confection et imprimerie, 44-48 rue Marceau. IVR11_20019300383XA Vue générale de l'usine de soufre Eco et Lora, 97, rue de Stalingrad, depuis le carrefour des vue générale de l'entrepôt du 69-71, rue de Vitry. IVR11_20019300319X vue de l'entrepôt du 36, rue Parmentier. IVR11_20019300326X Halles de la papeterie SCOPAM, 28 rue du Progrès. IVR11_20019300335X L'atelier de l'usine de fabrication d'instruments de mesure Gibrat, vu de la rue Douy Delcupé Vue générale de l'usine de transformation des métaux CICT, 37, boulevard Jeanne-d'Arc Usine Bonnefoy et Winder, 50, rue de la République. Carte postale. (Musée de l'histoire vivante Briquetterie du boulevard de la Boissière, vers 1910. Carte postale. (Musée de l'histoire vivante
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    général en Île-de-France (dans le Val-de-Marne de 1985 à 1988, puis dans les Hauts-de-Seine jusqu'en 1997 /Montreuil). En 2021, le versement des dossiers dans la base Gertrude de la Région Île-de-France invitait à Cette étude thématique de l'Inventaire général consacrée au patrimoine industriel de Montreuil a été conduite de 2000 à 2002 par Jérôme Decoux, dans le cadre du Protocole de décentralisation culturelle de la Seine-Saint-Denis. Elle reprend et approfondit l'étude réalisée par Cécile Katz (CAUE 93) en ) par la prise en compte systématique des PME et TPE. Il s'agissait en effet de comprendre et de les opérations d'aménagement et leur cortège de démolitions. Cette prise en compte extensive a été rendue possible par l'emploi conjoint d'une source homogène (l'Enquête industrielle de 1954) et du système d'information géographique mis à disposition par le Département de la Seine-Saint-Denis, et par un ouvrage de la collection Itinéraires du Patrimoine : https://fr.calameo.com/read/00220236223d19160bfae
    Historique :
    Les usines repérées et étudiées dans la commune de Montreuil datent du milieu du XIXe siècle établissements industriels et leur taille réduite, au regard des sites industriels du département de Seine-Saint -Denis. L'étude d'inventaire en a dénombré près de 200 à la fin du XIXe siècle, et l'enquête économique de 1954 en compte 778. Aujourd' hui, le Service économique de la municipalité en dénombre 620. En 1954, la majeure partie emploie moins de 20 personnes. L'implantation de ces sites touche l'ensemble de autour de trois pôles, chimie, céramique et travail du bois, l'industrie se diversifie après 1870 avec l'apparition de la peausserie, puis de la petite métallurgie et de la construction mécanique. L'Entre-deux -Guerres voit se développer le secteur alimentaire et la mécanique de précision. A partir des années 1960
    Référence documentaire :
    Enquête industrielle 1954 Enquête industrielle : activité économique de Montreuil en 1954, Ville de Permis de construire Dossiers de permis de construire, Archives Municipales de Montreuil Enquête Comodo-incomodo Service municipal d'hygiène. Enquêtes de comodo-incomodo. Annuaire professionnel 1943 Annuaire du groupement interprofessionnel des industries de la région Est de Paris,1943. Bastié Jean, 1964 BASTIE Jean, la croissance de la banlieue parisienne, 1964 Bournon Fernand, 1906 BOURNON Fernand, Etat des communes du département de la Seine à la fin du Dupasquier, industrie pantn-Montreuil 1974 DUPASQUIER G, L'évolution de l'industrie dans les secteurs de Pantin et Montreuil, 1974. François, désindustrialisation Montreuil, 1980 FRANÇOIS Pascal, le phénomène de
  • les ateliers et les usines de Melun
    les ateliers et les usines de Melun Melun
    Titre courant :
    les ateliers et les usines de Melun
    Description :
    Hormis quelques grandes usines comme la brasserie Gruber, les Moulins de Melun ou la Cooper, Melun a surtout accueilli de petits ateliers intégrés dans le tissu urbain. La typologie la plus fréquente est celle du logis en façade sur rue, avec ateliers dans la cour à l'arrière. La plupart de ces ateliers ont aujourd'hui disparu, seul subsistant souvent le corps de logis.
    Illustration :
    Les Tanneries de M. Lebrasseur"", sur les bords de l'Almont. Pastel, 19e siècle. (Musée municipal de Melun. inv. 970.7.203) IVR11_20047700140XA Projet d'installation de la brasserie par Jacob. Calque aquarellé, 1851. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp Plan au sol de l'usine (aujourd'hui disparue) vers 1925, avec emplacement des machines, et coupes Publicité pour l'usine de stores Baumann. (AD Seine-et-Marne. 5 Mp 294) IVR11_20067700307X Publicité pour la fabrique de machines agricoles J. Durand et cie. Papier imprimé. Tiré de : Annuaire commercial de Seine-et-Marne, 1900. (BM Melun. HL 8° 265) IVR11_20067700077X Vue intérieure de la forge. Photographie. (Collection particulière (M. Bouvet, à Melun Plan de la fabrique de produits pharmaceutiques Journeil. Papier aquarellé, 1863. (AD Seine-et Plan de l'usine à gaz à l'angle de la rue de Belombre et de la rue Gatelliet (aujourd'hui disparue
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Bien que l'industrie n'ait joué qu'un rôle mineur dans le développement de la ville, l'étude des sources a permis de recenser pas moins de 225 ateliers et usines en activité entre le début du 19e siècle , mais aussi ateliers de construction mécanique produisant surtout du matériel agricole). Plusieurs fabricants de produits pharmaceutiques se sont par ailleurs installés à Melun, notamment les Laboratoires aujourd'hui disparu. Il s'agit généralement de bâtiments anonymes. Les architectes Victor Baustert, Gabriel Cabaret et Grimaud sont cependant mentionnés à propos de la Société des Lits militaires, de l'usine de cartons Blériot-Devoisselle et de l'usine de stores métalliques Baumann.
  • usine ex Roussel-Uclaf
    usine ex Roussel-Uclaf Romainville - 111 route de Noisy
    Description :
    scientifiques. Autour se déploient les entrepôts, la chaufferie, les bâtiments administratifs et les espaces de service dédiés au personnel (cantines, crèche, amphithéâtre). La production de substances pharmaceutiques extraites de l'animal ne cède pas le pas à la chimie. L'entreprise développe l'hormonothérapie, ce qui nécessite la construction de nouvelles écuries auxquelles s'ajoutent un manège et des enclos de pâturage . Ces travaux sont l'occasion de doter le siège de la société d'une entrée digne de ce nom. Constituée d'un haut porche sous pavillon à faux pans de bois et d'une tour-horloge monumentale, cette entrée ostentatoire, destinée à célébrer l'entreprise, s'inspire de l'architecture régionaliste et des infrastructures hippiques. Le site offre ainsi, au coeur de cette enclave industrielle que sont les Bas-Pays, un visage
    Illustration :
    Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. La Tour de l'Horloge. Vue actuelle de l'emplacement de l'entrée principale de la Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. Vue de l'escalier intérieur de la tour de l'horloge. IVR11_20099300461NUC4A Site Biocitech. Vue de l'escalier intérieur de la tour de l'horloge. IVR11_20099300462NUC4A Site Biocitech. Alignement des écuries de l'ancien site d'expérimentation animale de l'entreprise Site Biotech. Alignement des écuries de l'ancien site d'expérimentation animale de l'entreprise Site Biocitech, vue des bâtiments de production. IVR11_20099300483NUC4A Site Biocitech, vue des bâtiments de production. IVR11_20099300484NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Au début du xxe siècle, de nombreuses usines investissent les Bas-Pays, quartier situé aux limites de Pantin et de Bobigny. L'entreprise Carnine-Lefrancq s'installe la première, route de Meaux,en 1902 engrais, puis en 1905 par l'entreprise de chaudronnerie mécanique Filho et en 1913 par la SAFT (Société des accumulateurs fixes et de traction). La route de Noisy accueille peu après la société Lalo Mignonac Puech, fabricante de matériel pour les chemins de fer, puis la fonderie d'aluminium Decker et Petit. Mais une entreprise en particulier va profondément marquer l'identité du quartier et celle de la charge des chevaux de la Compagnie générale. Cette même année, il fait la découverte d'un sérum contre I'anémie, issu du sang de cheval. L'Hémostyl, le fortifiant ainsi élaboré, s'avère une réussite commerciale . Pour faire face à la demande, Roussel s'associe à deux confrères pour fonder en 1911 l'Institut de sérothérapie hémopoïétique (ISH). Ils installent leur usine à proximité des écuries du Service de nettoiement
    Localisation :
    Romainville - 111 route de Noisy
  • usine ex Roussel-Uclaf
    usine ex Roussel-Uclaf Romainville - 111 route de Noisy
    Description :
    scientifiques. Autour se déploient les entrepôts, la chaufferie, les bâtiments administratifs et les espaces de service dédiés au personnel (cantines, crèche, amphithéâtre). La production de substances pharmaceutiques extraites de l'animal ne cède pas le pas à la chimie. L'entreprise développe l'hormonothérapie, ce qui nécessite la construction de nouvelles écuries auxquelles s'ajoutent un manège et des enclos de pâturage . Ces travaux sont l'occasion de doter le siège de la société d'une entrée digne de ce nom. Constituée d'un haut porche sous pavillon à faux pans de bois et d'une tour-horloge monumentale, cette entrée ostentatoire, destinée à célébrer l'entreprise, s'inspire de l'architecture régionaliste et des infrastructures hippiques. Le site offre ainsi, au coeur de cette enclave industrielle que sont les Bas-Pays, un visage
    Illustration :
    Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. La Tour de l'Horloge. Vue actuelle de l'emplacement de l'entrée principale de la Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. Vue de l'entrée-porche monumentale dite Tour de l'Horloge et des enclos Site Biocitech. Vue de l'escalier intérieur de la tour de l'horloge. IVR11_20099300461NUC4A Site Biocitech. Vue de l'escalier intérieur de la tour de l'horloge. IVR11_20099300462NUC4A Site Biocitech. Alignement des écuries de l'ancien site d'expérimentation animale de l'entreprise Site Biotech. Alignement des écuries de l'ancien site d'expérimentation animale de l'entreprise Site Biocitech, vue des bâtiments de production. IVR11_20099300485NUC4A Site Sanofi. Bâtiment de transformation. Cuves. IVR11_20099300327NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Au début du xxe siècle, de nombreuses usines investissent les Bas-Pays, quartier situé aux limites de Pantin et de Bobigny. L'entreprise Carnine-Lefrancq s'installe la première, route de Meaux,en 1902 engrais, puis en 1905 par l'entreprise de chaudronnerie mécanique Filho et en 1913 par la SAFT (Société des accumulateurs fixes et de traction). La route de Noisy accueille peu après la société Lalo Mignonac Puech, fabricante de matériel pour les chemins de fer, puis la fonderie d'aluminium Decker et Petit. Mais une entreprise en particulier va profondément marquer l'identité du quartier et celle de la charge des chevaux de la Compagnie générale. Cette même année, il fait la découverte d'un sérum contre I'anémie, issu du sang de cheval. L'Hémostyl, le fortifiant ainsi élaboré, s'avère une réussite commerciale . Pour faire face à la demande, Roussel s'associe à deux confrères pour fonder en 1911 l'Institut de sérothérapie hémopoïétique (ISH). Ils installent leur usine à proximité des écuries du Service de nettoiement
    Localisation :
    Romainville - 111 route de Noisy
1