Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les personnalités
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • Hôtel Carsilliers
    Hôtel Carsilliers Mantes-la-Jolie - 6 rue Baudin - en ville - Cadastre : 2014 AH 314
    Description :
    L'hôtel (qui n'a pas été visité) a sans doute été construit en deux étapes : la première un long bâtiment entre cour et jardin avec un avant-corps cintré en saillie et la seconde l'aile sur la rue ) qui donnent sur la rue Gâte-Vigne.
    Illustration :
    Vue aérienne de l'hôtel en 1977. On voit la place laissée par l'hôtel voisin détruit Vue aérienne de l'hôtel en 1977. On voit la cour et on aperçoit le jardin à l'arrière Vue d'ensemble de la façade sur rue en 1977. IVR11_19777800869X La porte cochère en 1977. IVR11_19777800868X La façade sur cour en 1977. IVR11_19777800708X Détail du portail qui porte le nom de Durnet et la date de 1754. IVR11_20187800669NUC4A
    Représentations :
    oreilles pointues qui contrastent avec la finesse du décor de ces consoles.
    Historique :
    inscription Durnet 1754 qui pourrait correspondre à la date de sa construction et à son architecte. Sur le . C'est la belle-fille de Jean Baptiste Carsilliers (1705-1760) qui était avocat au Parlement et a publié
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 6 rue Baudin - en ville - Cadastre : 2014 AH 314
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties ), 1813. AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties AD Yvelines. 3 P3 1354. Mantes-la-Jolie, état de sections des propriétés bâties et non bâties, 1811 -1812. AD Yvelines. 3 P3 1354. Mantes-la-Jolie, état de sections des propriétés bâties et non bâties p.574-575 La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du XIe siècle jusqu'à la Révolution. Durand , A.,Grave, E., 1883. La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du IXe siècle jusqu'à la Révolution . Mantes : Le Petit Mantais.
  • Tanneries
    Tanneries Mantes-la-Jolie - rue des Tanneries rue Basse des Tanneries - en ville - Cadastre : 2014 AB 165-166, 187-190,192,601,602,713 Parcelles du cadastre napoléonien , section B du midi 35-39et 42-47
    Description :
    de Mantes, précise que les tanneurs de Mantes utilisaient « la jusée » c’est-à-dire du jus d’écorce L'installation de tanneries dans le quartier qui porte ce nom s'explique par la présence de la Vaucouleurs qui se jette dans la Seine juste en aval et par la configuration du terrain avec une rue basse et . Ces bassins et fosses se trouvaient dans les ateliers sous la rue haute auquel on accédait par des (parcelles 36 à 39 de la section B du midi). Le sous-préfet Cassan, dans sa description de l'arrondissement
    Illustration :
    La rue basse des Tanneries, plan en 1819 par l'architecte Vivenel. On voit le ru, et les ateliers sous la Rue Haute.(Région Ile-de-France. Fonds CREDOP). IVR11_20157800021X Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1830. (AD78 7s Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839. (AD78 7s Nivellement de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839 La rue Basse des tanneries au XIXe siècle, dessin. (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La rue Basse des tanneries avec la Vaucouleurs et les entrées des fosses. (vers 1920?). (Fonds La rue Basse des tanneries. (Vers 1920?). (Fonds Bertin). IVR11_20177800644NUC2B Pilier de la rue Basse des tanneries. IVR11_19777800724X La rue Basse des tanneries aujourd'hui. La Vaucouleurs n'est plus à l'air libre
    Historique :
    En 1684, l'intendant de la généralité en visite à Mantes, écrit "dans la ville de Mantes, il y a une tannerie assez considérable". En 1813, selon la matrice cadastrale, il y avait 5 tanneries à Mantes. Les tanneurs étaient Jacques Sarrazin, Hyacinthe Delaunay, Thomas Leguay, Antoine Massé et , Leguay et l'état nominatif des statistiques industrielles de 1865 précise que la tannerie Leguay . Il est aussi fait mention en 1865 de la tannerie Julien qui employait 2 ouvriers.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue des Tanneries rue Basse des Tanneries - en ville - Cadastre : 2014 AB 165
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties ), 1813. AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties p.362 Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver, Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 p.139 Statistiques de l'arrondissement de Mantes, Mantes, Forcade imprimeur, 1833 Cassan Armand , Statistiques de l'arrondissement de Mantes, Mantes, Forcade imprimeur, 1833
  • ville d'Andrésy
    ville d'Andrésy Andrésy
    Illustration :
    Andrésy. Détail de la carte de la forêt royale de Saint-Germain-en-Laye et de ses environs en 1686 La porte du parc de Saint-Germain à Trélan. Détail du plan du nouveau domaine d'Andrésy appartenant Ancienne cour commune à Denouval. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume Ancienne cour commune dite la cour aux choux. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731 Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731 : Denouval. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise Une maison de villégiature détruite rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie Seigneurie d'Andrésy (Détail: La Roulette ; Triquenart) 1731. Dessin plume. (AN, N IV Seine-et-Oise Une maison de villégiature détruite rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie La cour commune de la Roulette. Détail du plan de la seigneurie d'Andrésy de 1731. Dessin plume Maison de villégiature détruite 13-19 rue du Général-Leclerc. Détail du plan de la seigneurie
    Texte libre :
    L'ensemble du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) ainsi que la publication dans la collection des Images du Patrimoine sont disponibles en bas de page dans la rubrique
    Historique :
    , sur la ligne Achère-Pontoise et en 1892 ouverture de la ligne Argenteuil-Mantes qui franchit la Seine Andrésy est située sur un méandre de la Seine, au confluent avec l'Oise au pied de la butte de l'Hautil. La découverte d'une nécropole Mérovingienne en 1890 atteste la présence d'une population importante dès le Ve siècle. La première mention écrite de l'existence d'Andrésy remonte à 829, date à rachat de la propriété de la famille de l'Isle, il est seul seigneur jusqu'à la Révolution. L'activité principale du bourg est la viticulture qui reste importante jusqu'après la première guerre mondiale (1922 30 ha, 1936 1 ha). La beauté du site et la qualité du vin attirent des Parisiens et des Versaillais qui ont des maisons de campagne. Après la Révolution, les limites de la commune sont fixées : la commune à Chanteloup et, un peu plus tard en 1823, la rive gauche de l'Oise est cédée à Conflans contre un terrain sur la rive gauche de la Seine. Les changements sont importants au XIXe siècle : construction d'un
1