Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison de notable 3 rue Paul Lorillon.

Dossier IA95000464 réalisé en 2016

Fiche

Cette maison faisait à l'origine partie des bâtiments de l'ancienne ferme seigneuriale (dossier IA95000429). Mais elle a été intégralement reconstruite en 1868 par son propriétaire, Charles Huet, devenant ainsi l'une des maisons bourgeoises du centre d'Ecouen. Elle a conservé son décor sur enduit, caractéristique de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonEcouen
AdresseCommune : Écouen
Adresse : 3 rue
Paul Lorillon
Cadastre : 2014 AH 223

Sur le cadastre de 1827, cette maison fait partie de la vaste ferme, ancienne ferme seigneuriale, qui s'étendait sur la parcelle C 513 (elle comprenait notamment la "grange aux dîmes" et les maisons voisines, du n°3 au n°11 rue Paul Lorillon). En 1830, cette ferme appartenait à Gilbert Pigneux. Par adjudication, elle passa en 1841 à Diane Euphémie Adrienne Pigneux, épouse de Jean Nicolas Porlier. A la mort de cette dernière, le 30 décembre 1866, la propriété fut transmise à sa fille Victoire Virginie Porlier, épouse de Charles Huet. C'est ce dernier qui fit construire la maison actuelle, avec son perron : l'établissement de celui-ci occasionna un conflit avec la commune, qui décida finalement de céder à Charles Huet la portion de terrain nécessaire. Au décès de Mme Huet, le 13 mai 1885, la propriété passa à son fils, Ernest Louis Huet, cultivateur à Fosse-Martin (Oise). Celui-ci la loua en 1890 au médecin d'Ecouen, le Dr Gros. En 1911 (ou 1916?), la propriété fut vendue à Georges Victor Bourgeois. Celui-ci céda une partie de la propriété à la commune (la grange et les écuries en 1922, le porche donnant accès à la cour en 1932) mais conserva la maison pour son usage personnel. Elle est donc demeurée un logis particulier, qui a conservé intacte son allure du XIXe siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle , daté par source
Dates1868, daté par source
Auteur(s)Personnalité : Huet Charles
Charles Huet

Propriétaire à Ecouen à la fin des années 1860.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source

Cette maison bourgeoise présente une façade rigoureusement ordonnée selon un rythme ternaire, horizontal (3 niveaux : rez-de-chaussée surélevé, étage-carré et étage de comble) et vertical (3 travées). Le rez-de-chaussée est desservi par un perron à double rampe, donnant accès à une porte d'entrée à deux vantaux. Un soin particulier a été apporté au décor de la façade, dont l'enduit imite la pierre de taille : des moulures viennent souligner la porte centrale, les linteaux des fenêtres du premier étage et les frontons triangulaires des lucarnes. Le choix d'une toiture à la Mansart, avec une couverture en ardoises, contribue également à distinguer cette demeure des maisons rurales qui forme l'essentiel du vieux bourg d'Ecouen.

Murscalcaire moellon enduit d'imitation (?)
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble, rez-de-chaussée surélevé
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans brisés
Escaliers
Typologiesmaison de bourg
Techniques
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Val d'Oise, 2O58/14 (voierie communale, 1824-1905). Affaire Huet, 1868-1869.

  • AD Val d'Oise, 2E4 / 431. Bail par M. Ernest Louis Huet, fermier demeurant à Fosse-Martin (Oise), en faveur de M. le Docteur Gros, d’une maison bourgeoise sise à Ecouen, rue d’Ezanville n°1, pour un loyer annuel de mille francs. 25 juillet 1890.

    Description de la maison : élevée partie sur cave, partie sur terre plein, comprenant au rez-de-chaussée vestibule d’entrée ayant accès sur la rue par un perron ; à droite salle à manger, petit salon et escalier conduisant aux étages et escalier conduisant à la cave ; à gauche cabinet de travail ayant accès sur le vestibule et sur la rue par une porte indépendante et une petite entrée ; à la suite de la cuisine. Au 1er étage : un grand salon et trois chambres dont une avec cabinet de toilette à côté. Au 2e étage : trois chambres, un grand cabinet de toilette et une pièce ou cabinet. Grenier au-dessus de la porte cochère. Cabinets d’aisance au 1er et 2e étage. Cour en partie pavée dans laquelle se trouvent une buanderie et des cabinets d’aisance. Cette cour a accès sur le passage. Jardin à la suite de la cour, ayant entrée particulière par une grille ouvrant sur le passage. Au fond de ce jardin se trouve une pièce servant d’atelier et une citerne alimentant la maison. Cabanes à lapins à coté. Grande grange à la suite, couverte en tuiles. Droit de communauté avec Madame Pivin au passage de porte cochère prenant naissance sur la place de l’Eglise pour donner accès au jardin de la maison louée par la grille ouvrant sur ce passage. Le docteur Gros pourra aménager la grange en écurie en agrandissant la porte d’entrée.

  • AD Val d'Oise, 2O58/5 (édifices communaux). Acquisition de la ferme Bourgeois pour l'extension de la mairie, 1922.

  • AD Val d'Oise, 2O58/10 (édifices communaux). Acquisition par la commune du porche avoisinant la maison, 1932.

Bibliographie
  • AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND, Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan : Diane Bétored.

    p. 81
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Chamignon Lucile
Lucile Chamignon

Stagiaire au service Patrimoines en Inventaire en janvier-février 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.