Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 532 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • lotissement des Castors des Capucins
    lotissement des Castors des Capucins Melun - 13 à 22 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 210 à 214, 229 à 233
    Historique :
    La coopérative des Castors des Capucins obtient des permis de construire pour 10 pavillons le 16 mai 1953. La société achète un terrain de 6000 m² le 15 septembre 1953. Le plan-type de cet ensemble
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors des Capucins
    Localisation :
    Melun - 13 à 22 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 210 à 214, 229 à 233
    Titre courant :
    lotissement des Castors des Capucins
    Appellations :
    Castors de Melun nord
    Illustration :
    Projet de l'architecte parisien Edouard Thomas pour une maion des ""Castors des Capucins"". Façade Pavillon au n°20 rue des Castors : façade sur rue. IVR11_20037700636X Pavillon au n°20 rue des Castors : vue d'ensemble. IVR11_20037700635X
  • lotissement des Castors Hirondelles
    lotissement des Castors Hirondelles Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Historique :
    Les dernières parcelles de la rue sont prises en charge par la société des Castors Hirondelles de la rue des Castors, sur un plan-type défini par Edouard Thomas en juin 1953. Le montant des novembre 1956 et octobre 1957 (déclaration d'achèvement des travaux pour les n° 24 et 25, rue des Castors). travaux est estimé à 3, 8 millions de francs par pavillon. Ce sont donc des pavillons un peu plus
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors Hirondelles
    Localisation :
    Melun - 23 à 32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 215 à 219, 224 à 228
    Titre courant :
    lotissement des Castors Hirondelles
    Appellations :
    Castors Hirondelles
    Illustration :
    Projet de l'architecte parisien Edouard Thomas pour une maion des ""Castors des Hirondelles"" : la Pavillon au n°32 rue des Castors : vue d'ensemble. IVR11_20037700634X
  • établissement des eaux
    établissement des eaux Melun - quai du Maréchal-Joffre 2 rue Dajot - en ville - Cadastre : 1985 AW 92
    Historique :
    fontaine ou au fleuve. Le 13 avril 1859 est fondée une société pour l'alimentation de la ville en eau la rive sud du fleuve, au voisinage du quartier de cavalerie, est inauguré en 1860. Des châteaux des eaux reste en activité jusqu'au captage de l'eau de la Glandée, au 20e siècle.
    Dénominations :
    établissement des eaux
    Description :
    L'établissement comprenait une station de pompage et des bassins de traitement des eaux
    Titre courant :
    établissement des eaux
    Illustration :
    Plan de l'usine de captage et distribution d'eau de Melun : la salle des machines, 1er février 1909
  • salle des fêtes
    salle des fêtes Enghien-les-Bains - 16 avenue de Ceinture rue de la Libération - en ville - Cadastre : 1995 AC 36
    Historique :
    bâtiment est propriété de la ville, mais c'est la Société d'exploitation des Eaux et thermes d'Enghien qui nombreuses activités artistiques de la station thermale autant que pour la vie culturelle des habitants de la ville. Grâce au legs Regnault la salle des fêtes a été construite en 1896-1897 : ce legs, en partie dès 1898 bénéficie d'un contrat de location et ainsi en assure la direction démontrant une fois de plus quelle emprise le thermalisme à pu avoir dans le fonctionnement général des institutions pour pouvoir accueillir 500 spectateurs et des constructions neuves sont élevées pour accueillir des services annexes et un foyer. La façade est totalement remaniée en 1950 avec l'arrachement des anciens à cette période que les trois panneaux en relief représentant des d'instruments et des masques pour
    Dénominations :
    salle des fêtes
    Représentations :
    Sur la façade actuelle figurent des panneaux en relief ornés des masques évoquant la comédie et la
    Description :
    chapiteaux, figurait un 'amour soutenant un masque et des guirlandes de fleurs, dus au pinceau du décorateur
    Titre courant :
    salle des fêtes
    Illustration :
    Vue en perspective de la salle des fêtes depuis la rue de la Libération. Carte postale, vers 1910 Détail de l'un des quatre panneaux ornant la façade : ""la musique"" symbolisée par une lyre Détail de l'un des quatre panneaux ornant la façade : ""le théâtre"" symbolisé par les masques de Détail de l'un des quatre panneaux ornant la façade : ""le théâtre et la musique"" symbolisés par
  • lotissement des Castors de Melun nord
    lotissement des Castors de Melun nord Melun - 3 à 12 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 209, 234 à 238
    Historique :
    La Société des Castors de Melun nord obtient le 2 juin 1953 un permis de construire pour 10 pavillons, sur les lots n°3 à 12 de la rue des Castors, selon l'implantation et le plan-type définis en adhérents de la coopérative, avec des variantes à l'égard du plan-type déposé lors du permis de construire
    Auteur :
    [commanditaire] société des Castors de Melun nord
    Localisation :
    Melun - 3 à 12 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 209, 234 à 238
    Titre courant :
    lotissement des Castors de Melun nord
    Appellations :
    Castors de Melun nord
    Illustration :
    : pavillon réalisé par la société des Castors de Melun nord, entre 1953 et 1954. Le n°12, au second plan Projet de l'architecte melunais Louis Carrier pour une maion des ""Castors de Melun nord"" : la Projet de l'architecte melunais Louis Carrier pour une maion des ""Castors de Melun nord"" : la Vue d'une série de maisons, sur le côté nord de la rue des Castors. Au premier plan, au n°10
  • lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion
    lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne dit Cité Marion Vigneux-sur-Seine - 154 avenue Henri-Barbusse rue André-Pardoux 63-79 rue Pierre-Brossolette - en ville - Cadastre : 1983 AI
    Historique :
    chasse, par l'Union des Castors des professions du transport de la Région parisienne (UCPTRP) est autorisé par arrêté préfectoral du 28 janvier 1956. Cette société anonyme coopérative, constituée le 9 sous la responsabilité de M. Cros, chef du service technique de la société ; l'entreprise parisienne FRAMECO est adjudicataire des travaux. Un parking couvert est édifié en 1961, 148, route de Corbeil. Le
    Description :
    La plupart des pavillons sont élevés en parpaings creux de pouzzolane revêtus d'un enduit, de même
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Union des Castors des professions du transport de la Région parisienne
    Titre courant :
    lotissement concerté de l'Union des Castors des professions du transport de la région parisienne
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, lotissement des Castors. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives de permis de construire, 1955-1956. II. Bibliographie - Vigneux, ville ouverte. Société
    Illustration :
    , l'immeuble situé entre les rues du commandant-Bouchet et des Castors. IVR11_20089100053NUC4A Façade arrière, sur la rue des Castors, de l'immeuble situé entre cette rue et celle du Commandant Pavillons en rez-de-chaussée, rue des Castors (au premier plan, n° 41). IVR11_20089100055NUC4A Plan d'implantation des deux immeubles de 24 et 6 appartements, dressé par le chef des services Immeuble de 24 appartements : élévation principale ; plan dressé par le chef des services Façade principale de l'immeuble de 6 appartements, 15 mars 1956 ; signé par le chef des services Façade postérieure de l'immeuble de 6 appartements, 15 mars 1956 ; signé par le chef des services Pavillon à l'angle de la rue du Docteur-Charolais et de l'allée des Paquerettes ; à l'arrière plan Un des bâtiments du groupe scolaire Edouard-Herriot, construit pour desservir la cité
  • École maternelle Les Capucines
    École maternelle Les Capucines Mantes-la-Jolie - 34 rue Saint-Bonaventure - en ville - Cadastre : 2014 AD 374
    Historique :
    réception des travaux est datée du 30 octobre 1969. Le nom de cette école, "Les Capucines", s'inscrit dans La création de l'école Les Capucines est le résultat du transfert de l'école maternelle sise à l'origine dans l'ancien couvent des Bénédictines transformé, à partir de 1921, en Habitation à Bon Marché causée par l'urbanisation du quartier des Martraits. Cette école de l'ancien couvent était dirigée par une démarche globale d'appellation des écoles maternelles de la ville par des noms de fleurs.
    Référence documentaire :
    Ecole maternelle Les Capucines Archives municipales, Mantes-la-Jolie, 5 M 36(2)
    Description :
    L'école maternelle Les Capucines est composée d'un premier corps de bâtiment reposant sur deux
    Titre courant :
    École maternelle Les Capucines
    Appellations :
    école Les Capucines
    Texte libre :
    L'école maternelle Les Capucines est le seul établissement scolaire public du quartier des
    Illustration :
    Vue du couloir de distribution des classes IVR11_20167800577NUC4A
  • ensemble de 3 lotissements de Castors
    ensemble de 3 lotissements de Castors Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Historique :
    La rue des Castors doit son nom à l'action de trois coopératives d'auto-construction ou castors ) vers le nord (1957). Chacun des trois ensembles est étudié en sous-dossier.
    Auteur :
    [commanditaire] sociétés de Castors
    Localisation :
    Melun - 3-32 rue des Castors - en ville - Cadastre : 1985 AK 205 à 219, 224 à 238
    Titre courant :
    ensemble de 3 lotissements de Castors
    Appellations :
    Castors
    Illustration :
    Vue du lotissement des castors Nord IVR11_20027700986X
  • tableau : l'Adoration des Mages
    tableau : l'Adoration des Mages Meaux -
    Historique :
    , il a été exécuté en 1636 à la demande de Nicolas Vignier, seigneur des Riceys et de Juilly et comte Théophile Lhuillier, qui voyait dans ce tableau une copie d'après l'"Adoration des Mages" peinte par Philippe de Champaigne pour le couvent des Carmélites à Paris, au faubourg Saint-Jacques, vers 1628-1629 1997, conduisent à attribuer l'"Adoration des Mages" à ce peintre d'origine meldoise, installé à Paris
    Représentations :
    Adoration des Mages Les deux donateurs sont peints de part et d'autre de l'Adoration des Mages, qui se déroule au . L'un des rois mages est agenouillé devant elle, les deux autres sont debout derrière lui, l'un d'eux tournant le dos au spectateur. Dans le fond apparaît la suite des rois mages, devant une colonnade. Au sommet du tableau, dans la partie cintrée, des angelots volent autour de l'Etoile qui a guidé les trois rois. A gauche et à droite, au-dessus des donateurs, deux autres angelots portent leurs armoiries.
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la 2e chapelle nord de la nef (chapelle de la Visitation ou des fonts)
    Titre courant :
    tableau : l'Adoration des Mages
    Annexe :
    ), « Notes sur quelques tableaux de la cathédrale de Meaux », Réunion des sociétés des beaux-arts des (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux. Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p ), « Une nouvelle œuvre de Jean Tassel », Revue des arts, n°1, 1956, p. 21-27.
  • tableau : Adoration des Bergers
    tableau : Adoration des Bergers Meaux -
    Historique :
    Pierre Janvier, l'un des premiers historiens de la ville, qui serait représenté en berger avec une besace
    Référence documentaire :
    p. 139 Notes sur quelques tableaux de la cathédrale de Meaux. Réunion des sociétés des beaux-arts de la cathédrale de Meaux. Réunion des sociétés des beaux-arts des départements à la Sorbonne…, Paris , secrétaire de Bossuet. Bulletin de la Société historique de Meaux et sa région, n° 1, 2004, p. 171-214 et n Meaux par François Ledieu, secrétaire de Bossuet. Bulletin de la Société historique de Meaux et sa des départements à la Sorbonne…, 1888, p. 132-151. LHUILLIER, Théophile. Notes sur quelques tableaux , Meaux : Société historique de Meaux et sa région, 2014, p. 289-326. CHARON, Pierre. Aménagement mobilier. In : CHARON, Pierre (dir.), La Cathédrale Saint-Etienne de Meaux, Meaux : Société historique de
    Représentations :
    Adoration des bergers
    Titre courant :
    tableau : Adoration des Bergers
  • auberge des Trois Couronnes
    auberge des Trois Couronnes Meaux - Faubourg Saint-Nicolas - 23 rue du Faubourg Saint-Nicolas - - Cadastre : 2014 BE 419
    Référence documentaire :
    des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique p. 149 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux
    Description :
    marquise (ancienne imprimerie). La cour a conservé son pavement de grès et des anneaux métalliques pour
    Titre courant :
    auberge des Trois Couronnes
    Appellations :
    des Trois Couronnes
    Texte libre :
    des Trois Couronnes, du nom de la place éponyme. Elle a notamment conservé les anneaux métalliques
  • jardin des Trinitaires
    jardin des Trinitaires Meaux - Cadastre : BP 89
    Historique :
    La promenade des Trintaires a été aménagée par la ville de Meaux, de 1859 à 1862, en contrebas de
    Référence documentaire :
    des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique p. 51-53 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux AD Paris. 1352 W 30, dossier 59. Plan général du jardin des Trinitaires. Années 1930. AD Paris . 1352 W 30, dossier 59. Plan général du jardin des Trinitaires. Années 1930.
    Titre courant :
    jardin des Trinitaires
    Appellations :
    des Trinitaires
    Illustration :
    Plan pour projet de clôture du Pré Catelan (Jardin des Trinitaires), 1893. Calque. (AD Seine-et L'extrémité sud du jardin des Trinitaires, du côté de Villenoy. IVR11_20147700305NUC4A
  • couvent des Carmélites
    couvent des Carmélites Meaux - 112 rue de Chaage - - Cadastre : BX 315
    Historique :
    avec la figure de Mère Élisabeth de la Croix (1832-1896), fondatrice des Carmels de Fontainebleau (1875 des édifices diocésains, dirigea à partir du 1er juillet 1888 la construction d'un nouveau couvent portraits, dont celui de Mgr de Briey, l'évêque de Meaux qui consacra l'édifice, et ceux des bâtisseurs sur
    Référence documentaire :
    des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux quartiers. Meaux : Société littéraire et historique p. 96-97 Dictionnaire topographique et historique des rues de Meaux, tome 3 : Faubourgs et nouveaux Bénédiction de l'autel des Carmélites de Meaux. Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1888, p . 423. Bénédiction de l'autel des Carmélites de Meaux. Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1888, p
    Description :
    Le couvent des carmélites s'étend sur une vaste parcelle rectangulaire comprise entre les rues de
    Titre courant :
    couvent des Carmélites
    Appellations :
    des Carmélites
    Illustration :
    Eglise pour le couvent des Carmélites à Meaux". Lithographie. (AD Seine-et-Marne. 6 Fi 554
  • Cité-jardin des Martraits
    Cité-jardin des Martraits Mantes-la-Jolie - 4-30 avenue Victor Hugo 1-4 impasse Victor Hugo 67-73 rue Saint-Vincent 66-78 rue Saint-Vincent 1 rue du Clos-Pinet - en ville - Cadastre : 2014 AD 48-78
    Historique :
    société d'habitations de Mantes, d'une cité-jardin construite sur le parc de l'ancien couvent des spécialiste des cités-jardins, et M. Marabout, architecte principal de la ville de Mantes-la-Jolie, fut un programme complémentaire de constructions de la cité-jardin des Martraits (architectes M.Marabout
    Description :
    La Cité-jardin des Martraits se déploie à l'emplacement de l'ancien parc du couvent des chaîne, tuiles mécaniques, un étage carré. La toiture à deux pans présente des variantes pour trois brique interrompus marquant chaque niveau, arc et allèges en brique des baies, imitation en peinture de carreaux de céramique sur les linteaux en ciment des baies. On observe des transformations. Le deuxième allèges des fenêtres. Un motif de brique formant un losange est placé à la jonction centrale des maisons
    Titre courant :
    Cité-jardin des Martraits
    Texte libre :
    La cité-jardin des Martraits, composée de 31 maisons construites entre 1923 et 1930 est le fruit s'inscrit dans la continuité de la reconversion, à partir de 1923, de l'ancien couvent des Bénédictines en
    Illustration :
    Plan de la cité-jardin des Martraits (réalisé), Marabout (architecte), 1928 (AM Mantes-la-Jolie Relevé de géomètre des maisons rue Saint-Vincent (type A), H. Chicoineau, non daté (AM Mantes-la Plan et élévations des maisons impasse Victor Hugo (type B), (non réalisé), Marabout (architecte Détail des élévations des maisons impasse Victor Hugo (type B), (non réalisé), Marabout (architecte Elévation des maisons-jumelles impasse Victor Hugo (type B), 1929, Marabout et Cauzard (architectes Elévation et plans des maisons jumelles 4-30 avenue Victor Hugo (type C), non signé,1924 (AM Mantes Vue des maisons-jumelles avenue Victor Hugo (type C). IVR11_20167800767NUC4A
  • Cimetière intercommunal des Joncherolles
    Cimetière intercommunal des Joncherolles Villetaneuse - 95 rue Marcel-Sembat - en ville
    Historique :
    1983) Pierre Lery ainsi que la société SOCOREN, chargée de l’étanchéité des coques de béton des Dès 1952, Pierrefitte, Villetaneuse, Saint-Denis et Saint-Ouen envisagent de créer un cimetière intercommunal. Le Syndicat intercommunal des Joncherolles est constitué en 1958 et regroupe les quatre communes . Auzelle formalise lui-même le cahier des charges, y inscrivant les éléments qu’il juge nécessaire à la monumentale, tombes en enfeus… Le maitre d’œuvre rend un premier projet dès la fin 1958, légèrement modifié composition géométrique, implantée de part et d’autre de cette voie et reliée par des circulations en sous d’inscription pour les noms) aboutit à la zone des enfeus entourant un monument (13). De part et d’autre de cette esplanade, se répartissent une vingtaine de carrés d’inhumation séparés par des plantations et conçus comme autant de petits cimetières desservis autant que possible par des circulations à sens uniques (3 m de large) pour des raisons économiques. A l’ouest, on trouve les bâtiments de services (10
    Référence documentaire :
    photographique du cimetière des Joncherolles, 171 vues, 1972-1976. 3505 AUZE d. Centre Pompidou, bibliothèque Kandinsky. Fonds Vera Cardot et Pierre Joly. Reportage photographique du cimetière des Joncherolles, 171 p. 449-454 BERTRAND, Frédéric, L’architecture et l’urbanisme funéraires parisiens à l’ère des , 2003. BERTRAND, Frédéric, L’architecture et l’urbanisme funéraires parisiens à l’ère des métropoles « Aménagement du cimetière intercommunal des Joncherolles », Expomat –Actualités, déc. 1974, n°48 , p. 75-84. « Aménagement du cimetière intercommunal des Joncherolles », Expomat –Actualités, déc
    Description :
    caveaux (des éléments en béton préfabriqués par la société Weser et empilés sont installés à titre paysagères. Pour des raisons d’économie, Auzelle propose de simplifier le drainage du terrain et conçoit des espaces d’inhumation surélevés de 2,50 m dans lequel il réintroduit le principe qu’il apprécie peu des expérimental dans un des carrés d’inhumation). Ces aires d’inhumation, entourées de végétation, sont contenues par des murs de soutènement constitués de modules verticaux de béton moulé, assemblés pour former des parois et des rampes d’accès. Comme à son habitude, par souci de rationalité, Auzelle hiérarchise les l’asséchement du terrain. Leur verticalité contraste avec l’horizontalité des bâtiments et des carrés . L’esplanade précédant l’entrée principale et les parkings sont placés au sud-est (Auzelle prévoit des entrées secondaires au Nord et à l’ouest), tout comme l’ensemble des bâtiments précédé par le monument, sculpture des cérémonie et les bureaux sont désaxés sur la gauche, les bâtiments de services et des logements sur la
    Titre courant :
    Cimetière intercommunal des Joncherolles
    Illustration :
    Façades et coupe des bâtiments de l’entrée du projet de 1965. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 parcelle entre le projet de juillet et celui de la fin de l’année 1969 (voir doc. 04). La composition des Plan des options d’implantation des sépultures dans la trame de 7 m x 7 m. Juin 1970. SIAF/CAPA sont désormais surélevées et les rampes d’accès bien visibles. L’implantation des bâtiments est , octobre 1971. On voit le patio avec le monument Dodécaèdre entouré des fosses de l’ossuaire collectif et Croquis de disposition des verres colorés pour la toiture de la salle omniculte, non daté. SIAF Photographie de la maquette des principaux bâtiments, mars 1972. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle Vue durant le chantier des bâtiments annexes, construits avec une structure béton et un habillage des parements en brique. Circa 1974. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA, boite 53, affaire RA 17 Vue durant le chantier des modules en béton assemblés délimitant les aires d’inhumation et leurs
  • Quartier des Martraits
    Quartier des Martraits Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre : 2014 AD
    Historique :
    Cordeliers (1957), opérations d’accession à la propriété pilotées par les offices HLM et des sociétés de Le quartier des Martraits, dont l'origine du nom n'est justifiée dans aucune source historique ou dernière (cadastre D de Saint-Lazare) nous indique que le plateau des Martraits, en 1812, était encore peu construit, à l’exception du Faubourg Saint-Lazare et du débouché de la rue des Martraits, près de la Seine avec le bâtiment de l’ancien couvent des Cordeliers situé le long de la rivière de la Vaucouleurs , aujourd’hui couverte (actuel quai ou promenade des Cordeliers). D’après l’état de section, les parcelles des Martraits étaient essentiellement des terres cultivables et des vignes, caractéristiques de l’économie quartier St Pierre, du Faubourg Saint-Lazare, du cimetière et de l’hospice jusqu‘à la promenade des « immémorial et immuable » des limites du territoire entre les deux villes. Seuls le chemin de halage et la promenade des Cordeliers furent alors concédés à Mantes, par ordonnance du 6 janvier 1826. Les 5 et 8
    Titre courant :
    Quartier des Martraits
    Texte libre :
    Le quartier des Martraits, quartier résidentiel et paisible à proximité du centre-ville, est un
    Illustration :
    Plan des limites entre Mantes et Mantes-la-Ville, 1826-1855, M. Richard (géomètre), (AM Mantes-la des eaux aux Martraits, 1930, H. Chicoineau (géomètre), (AM Mantes-la-Jolie) IVR11_20157800439NUC4A Carte postale de l'ancienne usine à gaz, située à l'angle de la rue des Martraits et du quai de la Projet de la résidence des Cordeliers. (Fonds Bertin). IVR11_20177800605NUC2B Vue des cheminées de la centrale thermique de Porcheville depuis la rue Alphonse Durand Rue des Martraits, fragments de l'ancien rempart. IVR11_20167800687NUC4A Rue des Martraits, vue sur la Collégiale depuis la terrasse de l'école Notre-Dame Vue de l'ancienne promenade des Cordeliers. IVR11_20167800804NUC4A Vue de la Cité-jardin des Martraits. IVR11_20167800772NUC4A Vue du quai des Cordeliers. On devine le tracé de la Vaucouleurs grâce aux ponts qui l'enjambaient
  • chapelle Notre-Dame-des-Sables
    chapelle Notre-Dame-des-Sables Vigneux-sur-Seine - 40-42 rue Pierre-Brossolette rue Pierre-Sémard - en ville - Cadastre : 1983 AN 868 à 870 2011 AN 935
    Historique :
    Pour desservir la population des nouveaux lotissements créés durant l'entre-deux-guerres, une chapelle est bâtie en 1932 sur un terrain, situé chemin des Sables, appartenant à la famille de Courcel. Ce nouveau lieu de culte est baptisé Notre-Dame-des-Sables. Devenue vétuste et exigüe, la chapelle est
    Titre courant :
    chapelle Notre-Dame-des-Sables
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, chapelle Notre-Dame-des-Sables. Sources et bibliographie DOCUMENTATION Bibliographie - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 190-191.
    Vocables :
    Notre-Dame-des-Sables
  • lotissement concerté Villa des Platanes
    lotissement concerté Villa des Platanes Enghien-les-Bains - 66 avenue de Ceinture - en ville - Cadastre : 1995 AC 371, 372, 373, 375
    Titre courant :
    lotissement concerté Villa des Platanes
    Appellations :
    Villa des Platanes
    Annexe :
    Enghien -Lotissement Villa des Platanes - Sources et bibliographie Bibliographie JODART , ZACCAGNINO. Quelques réalisations de Jodart et Zaccagnino. Strasbourg : Société Française d'Editions d'Art , [1936], 8 pl. (phot.) ; 30 cm, pl. 8. (Bibliothèque Nationale, Département des estampes, Ha 245 in 4°).
    Illustration :
    Elévation des deux types A et B ainsi qu'une coupe, 1932. (AM Enghien-les-Bains, 1T 37 Plan général du lotissement. (AM Enghien-les-Bains, Fonds des autorisations de permis de construire Vue d'ensemble de l'une des villas de type A. IVR11_20099500457NUC4A
  • établissement administratif d'entreprise, atelier de réparation de la Société Générale de Touage et de Remorquage dit bureau des Guêpes
    établissement administratif d'entreprise, atelier de réparation de la Société Générale de Touage et de Remorquage dit bureau des Guêpes Andrésy - Fin d'Oise - 8 avenue de Fin-d'Oise - en ville - Cadastre : 1983 AH 369
    Historique :
    En 1885 est fondée la Société anonyme de touage et de remorquage de l'Oise (S. T.R. O.) par les en 1854 et cette fusion donne naissance à la Société Générale de Touage et de Remorquage (S. T.G.R remorqueurs plus puissants et plus efficaces. Après 1945 la généralisation des automoteurs entraîne le déclin le nom de Touax filiale internationale. L'ancien bureau des guêpes a été transformé en logement pour
    Description :
    . Sur l'Oise se trouvaient une grue et un portique de levage pour la réparation des remorqueurs. Les
    Titre courant :
    établissement administratif d'entreprise, atelier de réparation de la Société Générale de Touage et de Remorquage dit bureau des Guêpes
    Appellations :
    Société Générale de Touage et de Remorquage dit bureau des Guêpes
    Illustration :
    Plan des abords en 1926. Dessin à la plume. (AD Yvelines, 2 O 8/3). IVR11_20057800197NUCA Le port des "Guêpes" à Andrésy-Fin d' Oise. Carte postale. (Musée de l'Ile-de-France Anciens logements des employés. IVR11_19977800168X Petit tour pour fabrication des arbres d'hélices. IVR11_19977800003X Portique de levage pour réparation des remorqueurs. IVR11_19977800167X
  • Maison de notable, 57, rue Castor
    Maison de notable, 57, rue Castor Mantes-la-Jolie - 57 rue Castor - en ville - Cadastre : 2015 AH 329, 420
    Référence documentaire :
    p.28 et 920 AD Yvelines, 3P3 1355. Matrice des propriétés foncières. AD Yvelines, 3P3 1355 . Matrice des propriétés foncières.
    Représentations :
    . Les frontons des lucarnes ont des têtes de loup (?).
    Description :
    portail soigné. La modénature est particulièrement fine : corniches moulurées au dessus des baies du rez
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 57 rue Castor - en ville - Cadastre : 2015 AH 329, 420
    Titre courant :
    Maison de notable, 57, rue Castor
    Texte libre :
    Placée non loin du centre ville, cette maison est représentative des maisons de notables construites au XIXe siècle. Elle reste dans la tradition des façades blanches, enduites au plâtre et finement
    Illustration :
    La façade sur jardin est caractéristique des maisons de notable : ordonnancement, mise en valeur de Détail du décor des lucarnes : tête de loup schématisée. IVR11_20177800364NUC4A
1 2 3 4 27 Suivant