Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 20 sur 27 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Alméras (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Alméras (non étudié) Paris 3e arrondissement - 30 rue des Francs-Bourgeois
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    escalier à double noyau placé dans le corps de logis. En 1625 une bande de terrain fut acquise pour y aménager une basse cour, un petit corps de logis et des écuries. Après la mort de Pierre d'Alméras en 1637 l'hôtel passa aux mains de son frère, René qui le vendit en 1655 à Louis Bertauld, receveur des Consignations de la cour des Aides qui le modifia sensiblement : en particulier il déplaça l'escalier central dans l'aile de gauche. C'est l'escalier actuel.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    3e quart du 17e siècle. Il dessert le premier étage seulement. Sa gaine de départ est circulaire. La exemple à l'hôtel de la ferme des Postes, 34 rue des Bourdonnais. Mais il a la particularité d'être scandé par des pilastres garnis de pilastres ioniques stylisés qui sont uniques. Des oves en bronze simulent les chapiteaux. Une frise haute composée d'un chapelet de ronds et d'ovales surmonte les arcades.
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 30 rue des Francs-Bourgeois
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Alméras (non étudié)
    Annexe :
    des Francs-Bourgeois au Marais, ANDIA, Béatrice de, GADY, Alexandre, dir. Paris, DAAVP, 1992 , p.244
    Illustration :
    Le départ de l'escalier. IVR11_20097501420NUC4A Le départ de la rampe. IVR11_20097501422NUC4A Le départ de la rampe, vue plongeante. IVR11_20097501423NUC4A Le départ de l'escalier et la première volée. IVR11_20097501424NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20097501419NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié) Paris 3e arrondissement - 26 rue des Francs-Bourgeois
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    dont la façade sur rue et le bel escalier d'honneur. La demeure abrita le siège de l'école des Francs Un premier hôtel a été construit vers 1685 par Claude Mortier, seigneur de Soisy sur cette parcelle et la voisine (24 et 26 actuels). La partie de droite, soustraite dès 1604, a été détruite en 1825 . La moitié qui nous intéresse a appartenu à Monsieur de Sandreville de 1635 à 1638 puis à différents
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    avec un limon en pierre puis en bois. Le dessin de sa rampe de ferronnerie est caractéristique des modèles néo-classiques : la console de départ, cintrée, est ornée d'un motif de grecque. Le motif continu qui monte jusqu'au premier étage se compose d'entrelacs d'ovales et de cercles garnis de motifs floraux et de fleurons en bronze. Il est encadré d'une frise haute et d'une frise basse à postes. Le beau vase de départ est toujours en place.
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 26 rue des Francs-Bourgeois
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Sandreville (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Vigny (non étudié)
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Vigny (non étudié) Paris 3e arrondissement - 10 rue du Parc-Royal
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'Inventaire général des Richesses artistiques de la France. A cette occasion, les magnifiques plafonds peints L'hôtel de Vigny a été bâti entre 1618 et 1620 pour Charles Margonne, conseiller du Roi remaniement intervint en 1668-1669 à la suite de l'acquisition de la demeure par Anne de Villers. En 1764 le bâtiment est racheté par Marie-Hélène Longuet, veuve de Jacques-Olivier de Vigny, conseiller du roi et campagne d'opinion et affecté en 1967 au Ministère de la Culture qui le restaura pour y installer en 1975 de la « chambre de madame de Villiers » au premier étage ont été restaurés. L'hôtel a été vendu par
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier secondaire dans l'aile est composé d'une succession de panneaux étroits avec des balustres stylisés enrichis de volutes et de coeurs. Tous les assemblages, dont certains ont été refaits
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Vigny (non étudié)
    Illustration :
    Vue en plongée de l'escalier secondaire. IVR11_20107500349NUC4A Détail du garde-corps de l'escalier secondaire. IVR11_20107500350NUC4A Détail des balustres de l'escalier secondaire. IVR11_20107500351NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Vigny (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Vigny (non étudié) Paris 3e arrondissement - 10 rue du Parc-Royal
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    l'Inventaire général des Richesses artistiques de la France. A cette occasion, les magnifiques plafonds peints L'hôtel de Vigny a été bâti entre 1618 et 1620 pour Charles Margonne, conseiller du Roi remaniement intervint en 1668-1669 à la suite de l'acquisition de la demeure par Anne de Villers. En 1764 le bâtiment est racheté par Marie-Hélène Longuet, veuve de Jacques-Olivier de Vigny, conseiller du roi et campagne d'opinion et affecté en 1967 au Ministère de la Culture qui le restaura pour y installer en 1975 de la « chambre de madame de Villiers » au premier étage ont été restaurés. L'hôtel a été vendu par
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier actuel, placé dans l'aile ouest, a été reconstruit lors de la première campagne de restructuration de l'hôtel, dans les années 1640, afin de régir la nouvelle distribution des pièces. Un état de compte établi en juin 1648 par la veuve du serrurier Gilles de l'Espée fait mention de travaux réalisés d'échiffre et sur le berceau de la descente de cave, la seconde sur un berceau rampant et le premier palier elle a été en partie restaurée, la rampe a conservé sa richesse décorative caractéristique de l'époque , les premiers étant destinés à assurer la solidité de l'ensemble grâce à leurs montants verticaux. Le motif est, quant à lui, composé d'une succession de balustres stylisés inspirés des balustres en double poire en pierre ou en bois, enrichis de volutes supplémentaires. Une frise haute déesses couchées coiffe ainsi que la volute de mi-étage qui contrebute à angle droit la seconde volée. Elle se divise à la base de panneaux étroits avec des balustres stylisés enrichis de volutes et de coeurs. Tous les
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Vigny (non étudié)
    Illustration :
    Vue générale du grand escalier à partir du rez-de-chaussée. IVR11_20107500344NUC4A Vue de la première volée. IVR11_20107500342NUC4A Vue du départ de la rampe. IVR11_20107500343NUC4A Grand escalier-vue de la deuxième volée à partir du repos. IVR11_20107500345NUC4A Vue générale de la gaine et du départ de la rampe d'appui à partir de la première volée Vue de la gaine marquant le départ de la deuxième volée à partir du repos. IVR11_20107500348NUC4A Détail d'une des trois gaines de plan carré. IVR11_20107500346NUC4A Jeu de lumière sur la rampe de l'escalier de l'hôtel de Vigny. IVR11_20107500359NUC4A Détail des stucs du plafond de la ""chambre de Mme de Villers"", peint par Nicolas Loir et Jacques Détail des stucs du plafond de la ""chambre de Mme de Villers"" et de la peinture (au sud, côté
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Guénégaud, actuellement musée de la chasse (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Guénégaud, actuellement musée de la chasse (non étudié) Paris 3e arrondissement - 60 rue des Archives
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Un premier hôtel existait au 17e siècle. il fut acquis en 1647 par Jean-François de Guénégaud des Brosses qui le fit reconstruire par François Mansard en 1652-1653. D'abord loué par l'héritier de siècle il abrite divers ateliers de bronziers et de bijoutiers. En 1961 il est acheté par la ville de Paris qui le sauve ainsi de la destruction. Après sa restauration en 1967 il devient le musée de la chasse et de la nature.
    Description :
    L'escalier se trouve à la jonction de l'aile droite et du corps de logis entre cour et jardin. Il
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Guénégaud, actuellement musée de la chasse (non étudié)
    Illustration :
    Vue de l'escalier depuis le vestibule. IVR11_20107500211NUC4A Vue de la première volée. IVR11_20107500210NUC4A Vue plongeante sur le départ de l'escalier. IVR11_20107500213NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Richelieu (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Richelieu (non étudié) Paris 3e arrondissement - 21 place des Vosges
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    marquis de Vatan en 1630 puis par Armand Jean du Plessis, duc de Richelieu, le petit neveu du cardinal. En Gilles Bellin pour le châssis et Jean Boüet pour les panneaux. La famille de Richelieu conserva et , fabricant de bronze et resta dans cette famille plus d'un siècle. C'est aujourd'hui une copropriété.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    repose entièrement sur un mur d'échiffre. La baie entre le vestibule et l'escalier est ornée de deux consoles à têtes d'Hercule. La rampe est exceptionnelle, même si elle a perdu certains éléments de décor . Elle est compose de panneaux rectangulaires alternant avec des panneaux plus étroits. Les plus grands était probablement plus orné, de même ils comportaient des lambrequins à la base, comme en témoignent
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Richelieu (non étudié)
    Illustration :
    Vue de l'escalier depuis le vestibule. IVR11_20107500220NUC4A La première volée de l'escalier. IVR11_20107500221NUC4A La console de départ. IVR11_20107500224NUC4A Détail de la base d'un pilastre. IVR11_20107500228NUC4A Pilastre de transition entre le rampant et le palier. IVR11_20107500230NUC4A Façade de l'hôtel sur la place des Vosges. IVR11_20107500219NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Bersan dit aussi d'Hozier (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Bersan dit aussi d'Hozier (non étudié) Paris 3e arrondissement - 110 rue Vieille-du-Temple
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel bâti vers 1623 par l'architecte Jean Thiriot pour Robert Jousselin de Marigny, conseiller du roi fut transformé pour le chevalier de Bersan par Denis Quirot l'Aîné. L'ensemble fut modifié pour être mis au goût du jour entre 1731 et 1733 : l'architecture de brique et de pierre fut enduite pour masquer l'aspect polychrome passé de mode, la porte cochère remplacée et le grand escalier fut rebâti et doté d'une remarquable rampe de fer due au maître serrurier François Lesquillier.
    Description :
    L'escalier est reconstruit dans le pavillon de gauche avec une nouvelle arcade d'entrée et un perron de trois marches. La console de départ, volée lors de travaux de rénovation de 1987, s'enroulait , le dessin donné par Quirot lui-même, fut remarqué par ses contemporains pour sa virtuosité. De longs godrons, en haut et en bas par des esses doublées de feuilles d'eau en fer repoussé et au centre le double B du chevalier de Bersan toujours en place ; de part et d'autre un fleuron renversé à trois pétales s'épanouit dans un réseau nerveux de fers qui se croisent savamment.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Bersan dit aussi d'Hozier (non étudié)
    Annexe :
    , architecte à Paris sous Louis XIII », dans Cahiers de la Rotonde, n° 10, 1987, pp. 88-94.
    Illustration :
    Départ de l'escalier précédé d'un vestibule ouvert. IVR11_20097501377NUC4A Vue de la porte cochère refaite en 1731-1733. IVR11_20097501376NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montgelas, actuellement musée de la chasse (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montgelas, actuellement musée de la chasse (non étudié) Paris 3e arrondissement - 62 rue des Archives
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Un premier hôtel existait au 17e siècle. Il fut modifié en 1704-1705 pour Romain Dru de Montgelas Murat. Il fait partie aujourd'hui du musée de la chasse. Le grand escalier d'honneur a disparu, il ne
    Description :
    L'escalier secondaire est placé dans l'aile gauche de la cour. il est en bois, à vide central ovale et sa rampe se compose de balustres dans des panneaux étroits. le motif central imite une fleur de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montgelas, actuellement musée de la chasse (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Bence (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Bence (non étudié) Paris 3e arrondissement - 8 rue de Saintonge
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Michel Villedo pour Adrien Bence, riche homme d'affaires de l'entourage de Nicolas Fouquet, qui l'occupa
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Le grand escalier est situé dans l'aile nord. Il se caractérise par l'absence de limon. Les marches et les contremarches forment un profil en crémaillère. La rampe est composée de panneaux carrés ornés de balustres stylisés à quatre enroulements rappelant le col et le piédouche, un resserrement central répétant en plus petit les quatre enroulements qui s'affrontent deux à deux. Les sections de la rampe courante, de barreaux montants et d'un sommier.
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 8 rue de Saintonge
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Bence (non étudié)
    Illustration :
    Détail du décor de la porte de l'escalier A. IVR11_20107500397NUC4A La porte desservant l'escalier à rampe de fer. IVR11_20107500399NUC4A Vue du départ de l'escalier et de sa première volée. IVR11_20107500400NUC4A Vue du départ de rampe. IVR11_20107500401NUC4A Détail du départ de rampe. IVR11_20107500402NUC4A Vue en plongée du vide de l'escalier. IVR11_20107500407NUC4A Vue de la porte desservant l'escalier à balustres de bois à droite de la cour (escalier a
  • rampe d'appui, escalier d'honneur de la maison à porte cochère dite hôtel Guilloteau (non étudié)
    rampe d'appui, escalier d'honneur de la maison à porte cochère dite hôtel Guilloteau (non étudié) Paris 3e arrondissement - 16 rue du Parc-Royal
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel fut bâti en 1792 par l'architecte Leclere pour André Guilloteau de Villedieu
    Description :
    un large palier, soutenu par des consoles. La rampe, dépourvue de limon, reprend le modèle à l'anglaise où le profil des marches et des contremarches est visible. Elle est composée de fers montants en acier, de section circulaire et directement fixés dans chaque marche. Chacun d'eux repose sur une base moulurée et se prolonge par un fuseau qui s'achève par un fleuron. Entre les barreaux s'insère un motif de
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier d'honneur de la maison à porte cochère dite hôtel Guilloteau (non étudié)
    Illustration :
    Vue du palier de l'étage. IVR11_20097500932NUC4A Détail de la rampe dont le dessin est unique. IVR11_20097500933NUC4A Vue d'ensemble du vestibule et de l'escalier. IVR11_20097500929NUC4A
  • rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Rohan-Strasbourg, actuellement Archives Nationales (non étudié)
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Rohan-Strasbourg, actuellement Archives Nationales (non étudié) Paris 3e arrondissement - 87 rue Vieille-du-Temple
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel particulier fut bâti entre 1705 et 1708 pour le Cardinal Armand Gaston Maximilien de Rohan; la construction est donc contemporaine de celle de l'hôtel de Soubise qui appartient à son père . Les Archives nationales conservent le marché de serrurerie passé pour la rampe de l'escalier, daté du
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    fois par la déclivité de la cour vers la rue et l'usage de refends qui rythment l'avant corps et les extrémités de la façade. Au rez-de-chaussée, le perron donne accès à un grand vestibule ovale qui s'ouvre à serrurier Joseph Bosse, est constituée d'un motif répétitif de balustres stylisés en forme d'accolades liés symbole héraldique des Rohan : un macle, pièce en forme de losange.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier secondaire de l'hôtel de Rohan-Strasbourg, actuellement Archives Nationales
    Annexe :
    Paris au Grand Siècle. Service des travaux historiques de la Ville de Paris, Paris, 1990, pp.138-139 . BECHU, Philippe, TAILLARD Christian : Les hôtels Soubise et de Rohan-Strasbourg : marchés de construction et de décor. Ed. Somogy, Paris, 2005, p. 223. Transcription du marché pour la rampe : 21 novembre
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la rampe. IVR11_20097500166NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Gourgues (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Gourgues (non étudié) Paris 3e arrondissement - 54 rue de Turenne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'hôtel de Gourgues forme avec l'hôtel Mérault un hôtel double. ils ont été construits vers 1640 . l'hôtel de Gourgues occupé par le fils aîné, Pierre Mérault qui le fait agrandir en 1654 de deux maisons sur la rue Villehardouin puis le loue au comte de Montrésor. En 1707, l'hôtel est acheté par Armand -Jacques de Gourgues, maître des requêtes. En 1884 la Bibliothèque des Amis de l'Instruction s'y établit dans un petit local. En 1909, le bâtiment est acquis par la ville de Paris et abrite une école.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 54 rue de Turenne
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Gourgues (non étudié)
    Illustration :
    Le fronton et les consoles rocailles datent du remaniement de la façade vers 1742 Le revers de la façade transformée vers 1742. IVR11_20107500381NUC4A Vue du départ de l'escalier principal. IVR11_20107500382NUC4A Volées à balustres de fer puis à balustres de bois. IVR11_20107500383NUC4A Détail de l'abaque du balustre de fer. IVR11_20107500386NUC4A Rampe à balustres de bois et rampe à balustres de fer. IVR11_20107500387NUC4A Les balustres de bois. IVR11_20107500388NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hesse (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hesse (non étudié) Paris 3e arrondissement - 62 rue de Turenne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel a été construit sous Louis XIII pour Antoine de Campreny, peutêtre par Michel Villedo Veneur voisin. En 1823, il est vendu à l'industriel Raoul et séparé en deux lots: le corps de logis et le
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Selon le plan de Vasserot, l'escalier se trouvait dans l'aile droite de l'hôtel. Il est en pierre et dessert l'étage noble. Sa rampe est composée de panneaux rectangulaires, deux par volée, alternant
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 62 rue de Turenne
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Hesse (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20107500290NUC4A Détail d'un pilastre : une queue de cochon émergeant d'un fleuron. IVR11_20107500293NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Amelot de Chaillou puis de Tallard (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Amelot de Chaillou puis de Tallard (non étudié) Paris 3e arrondissement - 78 rue des Archives
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cet hôtel a été construit en 1702-1703 par le maître maçon Nicolas Liévaux sur des plans de l'architecte Pierre Bullet pour Denis Jean Amelot de Chaillou, conseiller au Parlement et intendant du commerce . En 1722 l'hôtel est acquis par le maréchal de Tallard. La parcelle sur laquelle est bâti l'hôtel est large que celle de l'entrée. L'escalier est placé dans une aile sur jardin qui lui est entièrement
    Description :
    , en pierre, dessert l'étage noble. Sa rampe, qui a perdu la console de départ, est composée d'une alternance de panneaux larges et de pilastres sauf dans la partie tournante où se succèdent trois panneaux
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Amelot de Chaillou puis de Tallard (non étudié)
    Illustration :
    Vue de la façade du corps de logis côté cour. Carte postale. (Collection particulière Vue du tympan de la porte cochère côté rue. IVR11_20097501657NUC4A Vue du tympan de la porte cochère côté cour. IVR11_20097501658NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montescot (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montescot (non étudié) Paris 3e arrondissement - 70 rue des Archives
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Deux hôtels, au 70 et au 72 de la rue ont été construits en 1646-1647 par François de Montescot , intendant de la généralité de Paris. Ils sont séparés en 1740 date à laquelle le 70 est acheté par Geneviève Legras, veuve de Jacques Denis, trésorier général des bâtiments du roi. C'est probablement de cette époque que date l'installation de la rampe.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier est placé à gauche du bâtiment entre cour et jardin et est précédé d'un vestibule de petite taille. L'escalier à vide central de plan carré comporte une belle voûte de pierre qui doit dater de la construction primitive de l'hôtel. Il dessert deux étages puis a été prolongé au 19e siècle par compose de larges panneaux à motif dissymétriques tous identiques avec des pilastres placés aux angles. Le
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Montescot (non étudié)
    Illustration :
    Vue du départ de l'escalier. IVR11_20107500014NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier. IVR11_20107500015NUC4A Vue de la seconde volée. IVR11_20107500018NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier à partir du premier étage. IVR11_20107500019NUC4A Vue d'ensemble de la deuxième volée. IVR11_20107500020NUC4A Vue de la transition au troisième étage entre limon de pierre et limon de bois, entre garde-corps de serrurerie et barreaux droits. IVR11_20107500021NUC4A Détail de la transition au troisième étage entre limon de pierre et limon de bois, et quartier Détail d'un ornement de bronze. IVR11_20107500027NUC4A Détail d'un cadre à angles échancrés d'anses de panier. IVR11_20107500028NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du couvent de la Merci (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du couvent de la Merci (non étudié) Paris 3e arrondissement - 45 rue des Archives
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le bâtiment conventuel fut bâti par Pierre François Godot, architecte de l'ordre de la Merci qui reconstruisit simultanément le couvent de Lyon et celui de Paris où les religieux disposaient directement des fonds légués par la famille de Bléry. Les bâtiments sont composés d'un corps de logis et de deux ailes amputé de la chapelle monastique due à l'architecte Germain Boffrand, autrefois située sur la parcelle
    Description :
    L'escalier construit par Godot est remarquable par son vide central de forme ovale et chantournée . Le limon est conçu de manière inhabituelle : sa ligne est dessinée selon un profil curviligne sur les de la rampe s'est porté sur des arcades simples liées entre elles par des étriers.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier du couvent de la Merci (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble du vestibule et du départ de l'escalier. IVR11_20097501579NUC4A Vue latérale de la console de départ. IVR11_20097501580NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 3e arrondissement - 56 rue des Tournelles
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    permettait de monter sur les remparts. La maison comporte trois escaliers en tout mais seul celui qui est dans l'aile gauche contre le corps de logis central est orné de balustres. Sa première volée est en . Le motif qui se répète est celui de balustres droits au décor riche dont la partie centrale est ornée de fleurs de lys stylisées : les pétales latéraux sont en tôle tandis le pétale central est un fer
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Lièvre de La Grange
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Lièvre de La Grange Paris 3e arrondissement - 04 rue de Braque
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Lièvre marquise de La Grange. Le projet réalisé en 1731-1733 était destiné à la location. Les deux
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    de masques sculptés et d'une riche mouluration. Une niche à coquille placée sous l'escalier abritait une statue disparue. La rampe composée de longs panneaux symétriques organisés autour d'un motif central de fleuron de fer repoussé et étampé, alterne avec un pilastre décoré d'un balustre en gaine. La console de départ est cintrée.
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 04 rue de Braque
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Le Lièvre de La Grange
    Illustration :
    Vestibule et départ de l'escalier. IVR11_20097501371NUC4A première volée de l'escalier. IVR11_20097501372NUC4A console de départ. IVR11_20097501373NUC4A Vue des garde-corps du balcon, des consoles sculptées, de la clé à figure féminine et de la porte cochère de l'entrée de droite. IVR11_20107500007NUC4A Vue des garde-corps du balcon, des consoles sculptées, de la clé à figure masculine et de la porte cochère de l'entrée de gauche. IVR11_20107500008NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel Donon, actuellement musée Cognacq-Jay (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Donon, actuellement musée Cognacq-Jay (non étudié) Paris 3e arrondissement - 8 rue Elzévir
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    activités de commerce au 19e siècle puis pour un garage en 1931, il a été acheté par la mairie de Paris qui
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'hôtel entre cour et jardin possède deux pavillons, l'escalier se trouve dans celui de gauche. La les marches sont en bois. La rampe d'appui est composée de balustres avec chapiteaux et piédouches qui sont reliés entre eux par un collier enserrant les volutes supérieures. Une belle frise haute de rinceaux court tout le long de la rampe. De loin en loin, des pilastres plus étroits scandent la rampe et jouent un rôle de renfort.
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel Donon, actuellement musée Cognacq-Jay (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble du départ de l'escalier et de l'accès au jardin. IVR11_20097501896NUC4A Détail de la clef de voûte située au dessus du départ de l'escalier. IVR11_20097501897NUC4A Vue du départ de l'escalier avec la console, un panneau droit et des panneaux rampants Vue de la console de départ et du panneau droit. IVR11_20097501899NUC4A Vue de la console de départ, du panneau droit et du premier pilastre. IVR11_20097501900NUC4A Vue de la frise du garde-corps. IVR11_20097501902NUC4A Détail de la frise des panneaux rampants. IVR11_20097501903NUC4A Détail de la frise des pilastres. IVR11_20097501904NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 3e arrondissement - 42 rue de Turenne
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le 26 juillet 1658 François Villedo entrepreneur général des oeuvres de maçonnerie des bâtiments du roi acquiert de son père, Michel Villedo, la parcelle pour laquelle il déclare une maison en 1661 louée par la marquise de Montogy.Elle est constituée d'un corps de logis sur la rue et d'un bâtiment
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    remplacées par des arcades. La ferronnerie de la première volée est exceptionnelle : elle comporte une frise haute et une frise basse composées de anses de panier affrontées. Les panneaux eux-mêmes comportent deux rouleaux à épaulement affrontés à l'intérieur desquels se déploient de multiples enroulement dont deux
    Localisation :
    Paris 3e arrondissement - 42 rue de Turenne
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Annexe :
    Documentation - IM75000092 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE Archives Nationales, fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris
    Illustration :
    Départ de l'escalier. IVR11_20097501382NUC4A La gaine de départ. IVR11_20097501384NUC4A La forme de l'escalier à quatre noyaux. IVR11_20097501385NUC4A