Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • Orgue
    Orgue Écouen - Place de l'Eglise
    Description :
    L'orgue de l'église Saint-Acceul est construit dans un buffet de style néogothique à cinq plates . Les parois externes, de formes rectangulaires, sont coiffées de statuettes d'anges musiciens en ronde installée devant le buffet, tournée en direction de la nef. En revanche, le positif en bois à trois plates -faces néogothiques montés sur la rambarde de la tribune est en réalité un décor et ne constitue pas un
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    Vue d'ensemble, de face. IVR11_20179500050NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    L'intérêt de l'orgue d'Ecouen, instrument du milieu du XIXe siècle, a été souligné par Mathieu Lours, son titulaire : il est "caractéristique de la facture d'orgue post-classique, dont il reste peu d'exemples. Les jeux de fonds sont très clairs, et la puissance des jeux d'anches est surprenante. Le plein jeu, très velouté, annonce déjà la facture romantique. Il faut noter la présence d'un jeu de cor anglais de huit pieds à anches libres dont il existe peu d'autres exemplaires en France."
    Historique :
    en septembre 1850 avec un spectacle de chant organisé par Marius Audran, ténor de l’Opéra comique , « qui possède une maison de campagne dans ce pays » (La revue et gazette musicale de Paris ). Initialement placé dans le chœur de l'église, l'orgue est monté en 1863 dans une tribune, achevée en 1862 sous la direction de l’architecte Dorléans. En 1876, des réparations sont menées sur l'instrument par les frères Stolz (Paris). L’abbé Denis, à la fin du XIXe siècle, avait projeté l’agrandissement de la tribune , grâce à un don anonyme d’un paroissien, que la tribune fut refaite sur un plan de l'architecte communal
    Localisation :
    Écouen - Place de l'Eglise
    Référence documentaire :
    AD Val d'Oise, 1 V 286 : Archives de la fabrique d'Ecouen. AD Val d'Oise, 1 V 286 : Archives de la p. 118-122. Saint-Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2014 LOURS, Mathieu. Saint -Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2e édition revue et enrichie. Écouen : Association « Les amis de Saint-Acceul », 2014. p. 206. Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Flohic éditions, 1999. Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Paris : Flohic éditions, 1999. p.308-310 Orgues de l'Île-de-France, Tome 1, 1988. BRIDIER, Nathalie, COSTES, Françoise. Orgues de l'Île-de-France, Tome 1. Paris : Aux Amateurs de Livres, 1988. Histoire de la tribune d'orgue de Saint-Acceul, dans "La Cité d’Ecouen", 1928. JANNOT, Pierre . Histoire de la tribune d'orgue de Saint-Acceul, La Cité d’Ecouen (mensuel catholique d'Ecouen), octobre
  • cimetière
    cimetière Écouen - rue du Cimetière - Cadastre : 2014 AI 145-146
    Description :
    Le cimetière d'Ecouen se situe au sud-est du territoire communal, le long de la D 316 (route de Paris), aux confins de la commune de Villiers-le-Bel. A l'écart du village, il occupe une parcelle rectangulaire en pente le long du coteau. Il possède aujourd'hui deux entrées, l'une à l'ouest par le chemin de assez récentes, mais il existe une partie ancienne, autour du monument aux morts communal (1921) et de l'obélisque d'Eléonore Antheaume (1847). C'est là que se trouvent notamment les tombeaux de plusieurs des "peintres d'Ecouen". On y voit également plusieurs tombes militaires, liées à la guerre de 1870 ou à la
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Texte libre :
    tombes de plusieurs peintres, membres de l'école d'Ecouen (dossiers IA95000441, IA95000443, IA95000438).
    Historique :
    A l'époque mérovingienne, un cimetière est attesté le long de la route antique, qui limite les territoires actuels d'Écouen et de Saint-Brice. Découvert et fouillé partiellement en 1976, puis en 2013 et du cimetière paroissial installé autour de l'église Saint-Acceul, sur le flanc nord de la butte d'Ecouen. Au XVIe siècle, celui-ci est en partie annexé par le connétable Anne de Montmorency, probablement pour agrandir le château. Un petit cimetière est conservé autour de l’église paroissiale, mais les contrebas, le long de l’actuelle rue Colette Rousset. Toutefois, ce second cimetière était insalubre en raison de son humidité. Un arrêté préfectoral en date du 16 octobre 1827 demandait la suppression dans les six mois des deux cimetières de la commune. En 1831, le conseil municipal décida enfin de transférer les inhumations sur un terrain près de la route de Paris, appartenant à Jacques Louis Michel , propriétaire de la pelouse dite des Bruyères, sur laquelle il exploitait une sablière. L'ancien cimetière fut
    Référence documentaire :
    AD Val d'Oise, 2E4 453 : cahier des charges pour l’agrandissement du cimetière, 1895. AD Val p. 13, 63. Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. 2018 AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN -LEBLOND, Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk
1