Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Tous les départements
  • Toutes les communes
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
  • revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : couple de faisans dans un paysage
    revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : couple de faisans dans un paysage 59 avenue de Ceinture
    Titre courant :
    revêtement mural, décor de l'élévation extérieure : couple de faisans dans un paysage
    Illustration :
    Détail de la signature de l'entreprise ayant réalisé le panneau. IVR11_20099500635NUC4A
    Inscriptions & marques :
    signature : initiales S, D, VF entourées de l'inscription 28, rue de Paradis Paris
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    clématites, sont placés dans un paysage de rivière
    Emplacement dans l'édifice :
    mur à droite de la porte d'entrée
    Historique :
    des raisons de douane il était alors important d'avoir une partie de l'usine en France à Digoin en Ce panneau de céramique mis en place en 1898 sur la Villa Louis est signé par l'entreprise de céramique de Sarreguemines : le type de signature apposé en bas à droite permet d'identifier la période de production de ce panneau. En effet au S de Sarreguemines sont ajoutés le D pour Digoin et VF pour Vitry-le -François, deux sites étant rattachés à la maison mère de Lorraine, successivement en 1877 et en 1881. Cette sorte de délocalisation a eu lieu à la suite de l'annexion de la Lorraine par l'Allemagne en 1876 : pour Saône et Loire puis à Vitry-le-François dans la Marne. C'est dans à partir de cette dernière période que la signature de l'entreprise ajoute les initiale VF
    Localisation :
    59 avenue de Ceinture
  • carrelage mural (10) La Rue ; Le Boulevard ; Danseurs et Patineurs ; Vols d'oiseaux ; Jeux d'enfants
    carrelage mural (10) La Rue ; Le Boulevard ; Danseurs et Patineurs ; Vols d'oiseaux ; Jeux d'enfants avenue Kellermann
    Illustration :
    Vue du panneau ""Le Boulevard"", 1902, exécuté par la faïencerie de Sarreguemines d'après une oeuvre de Théophile Alexandre Steinlen. IVR11_20089500223NUC4A Vue du panneau ""La Rue"", 1896, exécuté par la faïencerie de Sarreguemines d'après une oeuvre de Vue de l'un des quatre panneaux exécutés par la faïencerie de Sarreguemines d'après des dessins de Vue de l'un des quatre panneaux exécutés par la faïencerie de Sarreguemines d'après des dessins de Vue de l'un des quatre panneaux exécutés par la faïencerie de Sarreguemines d'après des dessins de l'affichiste Jules Chéret, fin du XIXe siècle-début XXe siècle. Couple de patineurs. IVR11_20089500226NUC4A Vue de l'un des quatre panneaux exécutés par la faïencerie de Sarreguemines d'après des dessins de Détail de la marque de la faïencerie de Sarreguemines à l'angle inférieur gauche du panneau de la Vue de l'un des deux panneaux représentant des vols d'oiseaux : mouettes. IVR11_20089500229NUC4A
    Inscriptions & marques :
    Signature : la marque de l'entreprise de Sarreguemines est inscrite en bas à gauche sur le panneau de la danseuse en tutu jaune ; inscription sur le même panneau en bas à droite : Sarreguemines
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Les panneaux, formant un ensemble de 10 pièces, proviennent de l'hippodrome de Saint-Ouen, fermé en 1907, et ont été déposés à l'hippodrome d'Enghien. Représentant des cènes de genre, des scènes enfantines et des vols d¿oiseaux, ils sont l'oeuvre de la manufacture lorraine de faïence fine, Sarreguemines , qui avait à Paris un siège social et un dépôt au 28, rue de Paradis. Ces premiers décors imprimés en , situés dans un salon du premier étage de la tribune du pesage, sont imprimés d¿après des dessins de Jules Chéret (1836-1932). Souvent qualifié de « père de l'affiche moderne », il a à son actif plus de mille affiches dont une pour la saison 1898 du casino dEnghien figurant personnages féminins et enfants de la même veine que le décor de l'hippodrome. Peintre et décorateur, ses sujets favoris sont souvent sorte de chronique de l'époque. Les mêmes modèles sont souvent utilisés à des fins différentes telle la danseuse en tutu jaune figurant tantôt sur une affiche des coulisses de l¿Opéra au musée Grévin (1891
1