Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
  • plage artificielle
    plage artificielle Melun - quai du Maréchal-Joffre - en ville - Cadastre : 1985 AW 5a
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Illustration :
    Le plongeoir et le restaurant, vus de l'est. A droite, l'île Saint-Etienne avec la maison centrale Plage de Melun. Quai du Maréchal Joffre à Melun. Plan d'ensemble. Papier, tirage d'architecte, 1942 de détention. Photographie, vers 1950. (AM Melun. 3 Fi 84-86) IVR11_20067700238XB Arbitrage d'une compétition nautique depuis le plongeoir de la Plage (aujourd'hui disparu Arbitrage d'une compétition nautique depuis le plongeoir de la Plage (aujourd'hui disparu Compétition de natation dans la Seine. Photographie, vers 1950. (AM Melun. 3 Fi 40-54 La ""plage"", vue depuis la rive nord de la Seine. IVR11_20047700189XA Plage artificielle sur la Seine. Façade du bâtiment sur la rue, vue depuis le toit de la piscine
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    rive sud de la Seine, juste à côté du Cercle nautique. Cet établissement comprend notamment un petit bain, des solarium, des plongeoirs, des cabines de bain et un restaurant avec rotonde vitrée donnant sur le fleuve. Un espace est réservé au chemin de hallage, devant le restaurant. Très fréquentée dans les années 1950, la plage est abandonnée dans les années 1960 après la construction de la piscine
  • villa Rosa-Bonheur
    villa Rosa-Bonheur Melun - 3 avenue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1985 AY 184
    Description :
    notamment sur les toitures : la partie centrale de la villa est couverte par un toit à croupe ; mais en longs pans brisé (à droite). Le décor de la villa est raffiné, avec des ferronneries assorties et une
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Murs :
    faux pan de bois
    Illustration :
    Vue de la façade. IVR11_20037700637VA L'escalier : détail de la rampe en ferronnerie. IVR11_20037700644XA
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    d'escalier. Dans une pièce du rez-de-chaussée, deux fenêtres-hublots sont ornées d'une vitre avec décor gravé
    Historique :
    Au sein du lotissement de l'Ermitage, les villas les plus importantes sont élevées en bordure de la route de Fontainebleau (actuelle avenue du général Leclerc). La villa Rosa-Bonheur (appellation récente ) se distingue ainsi par sa taille et le raffinement de sa décoration (ferronnerie, verrières). La plaque de l'architecte qui l'a construite vers 1935-1940 est encore visible sur le muret de clôture : il s'agit de Maxime Verdeaux. En 2001-2002, le jardin qui s'étendait derrière la villa a disparu lors de la
  • lotissement de l'Ermitage
    lotissement de l'Ermitage Melun - Avenue Général Leclerc (du) - en ville - Cadastre : 1985 AY 23-36, 41-43, 47, 54-66, 68-69, 71-84, 87-101, 120-121, 123-127, 129, 146, 162, 167, 170-175, 184-185, 217-219
    Titre courant :
    lotissement de l'Ermitage
    Description :
    Le lotissement de l'Ermitage a été conçu selon une trame bien structurée, encore lisible aujourd'hui. La plupart des édifices sont des pavillons en rez-de-chaussée surélevé plus comble, avec petit jardin (notice IA77000470). Le long de l'ancienne route de Fontainebleau (actuelle avenue du général la partie nord du lotissement est implanté un petit centre, autour de la place de l'Ermitage : on y
    Appellations :
    lotissement de l'Ermitage
    Illustration :
    Plan du lotissement de l'Ermitage. Papier, imprimé, s.d. (AM Melun. 1 Fi 1330) IVR11_20047700356NUC Propriété de M. Garnier, lotissement de l'Ermitage. Papier, tirage d'architecte, 1936. (AM Melun. 1 Propriété de M. Lange. Tirage d'architecte, 1937-1938. (AM Melun. 1 Fi 953) IVR11_20047700300NUC Propriété de M. Foy, lotissement de l'Ermitage. Papier, tirage d'architecte, 1939. (AM Melun. 1 Fi Propriété de M. Debray. lotissement de l'Ermitage. Papier, tirage d'architecte, s.d. (AM Melun. 1 Pavillon de M. Paul Mora avenue A. de la Rochette. Tirage d'architecte, 1936 (25 septembre). (AM Propriété de M. Blaizac, avenue Armand de la Rochette à Melun, parc de l'Ermitage. Façade Projet de constructeur pour la propriété de M. Aubard, rue des Arts, 29 avril 1931. (AM Melun. 1 Fi Propriété de Mme Eggersehwyler rue Corot (parc de l'Ermitage).Papier, tirage d'architecte, 1936 Propriété de M. Ballet, rue Corot. Papier, tirage d'architecte, 1936. (AM Melun. 1 Fi 1510
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Le lotissement de l'Ermitage est créé dans les années 1930, à cheval entre le sud de Melun et le dans la plupart des lots il est interdit à perpétuité de construire sur une grande partie de la surface . Les rues sont nommées d'après des artistes (Pissaro, Corot, Rosa Bonheur), l'avenue Armand de La documentés, à la fois grâce aux plaques d'architecte et aux projets conservés aux archives municipales de Melun. La plupart sont élevés entre 1936 et 1940, sur les plans de trois architectes locaux : Henri Labrousse, Léon Paupe et Maxime Verdeaux. Labrousse, architecte de Maisons-Alfort, s'est même temporairement installé dans le parc de l'Ermitage (sur la commune de la Rochette) vers 1936. Les deux architectes les plus actifs sur le lotissement de l'Ermitage, Paupe et Labrousse, travaillent également à la même époque sur le lotissement de Voisenon. D'autres constructeurs interviennent de façon plus ponctuelle du type 65), les architectes Rett et Schmit secondés par l'entreprise de maçonnerie Ballestrero
1