Dossier IM75000152 | Réalisé par ;
Bussière Roselyne
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Le Maistre puis de Ségur (non étudié)
Copyright
  • (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Paris - Paris
  • Commune Paris 7e arrondissement
  • Adresse 97 rue du Bac

Une maison plus ancienne est attestée au 17e siècle, maison qui fit partie de la dot de Marie-Rachel de Meuvres lors de son mariage avec Pierre-Henry Le Maistre, fils d'un fermier général. La maison voisine au 99 fait partie du lot. Dans un premier temps, Le Maistre fait d'importants travaux au 99 puis en 1722 il entreprend de construire à l'actuel 97 un hôtel qui est achevé en 1724, date à laquelle est délivrée l'autorisation de poser un balcon sur la façade. C'est l'architecte Debias-Aubry qui fut sans doute chargé des travaux, son nom apparaît au crayon au dos d'un plan. L'hôtel était destiné à la location, le propriétaire habitant au 99. A sa mort, sa plus jeune fille Jeanne-Henriette Comtesse de Ségur en hérita d'où le nom traditionnel de l'hôtel. Le couple se réserva un appartement au 99 et loua tout le reste, comme en témoignent de nombreux baux. Après la Révolution, l'hôtel fut acquis en 1809 par le comte de Salm-Dyck qui y effectua d'importantes modifications, notamment dans leur appartement du premier étage, modifications réalisées par l'architecte Antoine Vaudoyer. La comtesse de Salm, Constance, tenait chez elle un salon fréquenté par de nombreux artistes comme Stendhal ou Houdon.

L'escalier donne sur le passage cocher à gauche en entrant. Il dessert deux étages carrés. Le vide central de forme carrée est important, le limon est en pierre puis en bois à partir du premier étage. La rampe est composée de panneaux rectangulaires alternant avec des pilastres ou des panneaux plus carrés. Les panneaux les plus larges sont organisés autour d'une palmette centrale et sont dans un cadre à angles échancrés. Des fleurons, des rinceaux et des culots simples ou composés en bronze l'ornementent. Des feuilles d'eau en tôle sont fixées sur les côtés. Au delà du deuxième étage, la rampe a été prolongée par des panneaux carrés en fonte typiques du premier quart du 19e siècle.

  • Catégories
    maçonnerie, menuiserie, fonderie, ferronnerie
  • Matériaux
    • pierre, taillé
    • bois, taillé
    • fer, forgé
    • bronze, fondu
  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Protections
    classé au titre immeuble, 1982/05/25
    inscrit au titre immeuble, 1982/05/25
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Bussière Roselyne
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.