Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison de notable dite Château d'Ormesson, puis orphelinat Sainte Jeanne, actuellement Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris

Dossier IA95000275 réalisé en 2006

Fiche

Genrede maître
AppellationsChâteau d'Ormesson
DestinationsAgence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris
Parties constituantes non étudiéesjardin d'agrément, communs, fabrique de jardin
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonEnghien-les-Bains
AdresseCommune : Enghien-les-Bains
Adresse : place
Edmond Taupin
Cadastre : 1995 AE 229

Cette maison de notable parfois dénommée le Château d'Ormesson a été construite durant les années 1870 au sein d'une vaste propriété de 24 700 m² à la place d'une dépendance du château d'Ormesson dont on connait l'implantation par le plan cadastral de la ville de 1850. Petit pavillon carré, il dominait un vaste jardin orné dans sa partie inférieur d'un grand bassin formant une sorte de canal. La nouvelle construction plus importante, reprend la même implantation mais un jardin paysager est alors créé et canal est inclus dans un vaste lac au milieu duquel se trouvait une île et une fabrique. Le 17 avril 1885, l'ensemble fût légué par sa propriétaire, Félicité Wassous, à la ville de Paris à condition d'y fonder un orphelinat de jeunes filles pauvres sous la dénomination Asile Sainte Jeanne. Le vaste plan d'eau alors sans doute jugé dangereux est comblé, mais il subsistait lors de l'enquête d'inventaire le kiosque de l'ïle. L'intérieur de l'édifice a également été réaménagé pour s'adapter à ces nouvelles fonctions et hormis le grand salon et l'escalier il ne reste plus rien du décor initial. C'est vraisemblablement à la fin du 19e siècle début 20e que le bâtiment des communs, logement du jardinier et du personnel est érigé. Aujourd'hui, la maison abrite l'Agence de l'aide sociale à l'enfance de la préfecture de Paris.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : maître d'oeuvre inconnu

La composition des deux façades principales, est symétrique : pour la façade antérieure, le corps de bâtiment central est encadré par deux pavillons formant un léger avant corps avec au centre le double escalier conduisant à l'entrée alors que la façade postérieure se distingue par une terrasse ouvrant sur le jardin desservie également par un escalier à deux rampes. Les hauts toits à la française ont deux niveaux de comble dont le premier est composé de lucarnes aux frontons alternativement cintrés et triangulaires. Les bossages d'angle et formant l'encadrement des baies, les tables habillant les trumeaux, donnent un ensemble au dessin classique. Le soubassement, ouvert de baies pour éclairer le niveau de sous sol, est en meulière rocaillée. Le bâtiment des communs, vers le potager, est en rez de chaussée surélevé.

Murspierre
meulière
pierre de taille
moellon
Toitardoise, tuile mécanique
Étages1 étage carré, sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans
croupe
noue
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour
Techniquesfonderie
sculpture
Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionzone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Cueille Sophie
Sophie Cueille

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.