Logo ={0} - Retour à l'accueil

maison de notable de villégiature dite le manoir Denouval

Dossier IA78000967 inclus dans ville d'Andrésy réalisé en 2002

Fiche

Œuvres contenues

La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de page dans la rubrique « Documentation – Liens web ».

Genrede maître
Précision dénominationmaison de villégiature
Appellationsmanoir Denouval
Destinationsimmeuble en copropriété
Parties constituantes non étudiéesjardin, pergola, maison, centrale électrique, belvédère
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonAndrésy - Andrésy
AdresseCommune : Andrésy
Adresse : 147, 149 rue du
Général-Leclerc
Cadastre : 1983 AM 466, 468, 245, 246

Maison de villégiature construite entre 1904 et 1908 par Pierre Sardou, architecte en chef des monuments historiques, pour l'américaine Sarah Hershey-Marsh qui y donna de brillantes réceptions avant de décéder en 1911. Sa fille Elisabeth Geiger en a hérité en 1911 puis l'a vendue en 1915 à un bolivien nommé Simon Hure Patino. Le manoir change à plusieurs reprises de propriétaires entre 1915 et la guerre. Le verger potager, de l'autre côté de la rue est vendu à un lotisseur en 1933. En 1945 le manoir, vendu à l'union des Juifs pour la résistance et l'entraide, abritera de nombreux orphelins juifs. De 1953 à 1968, il sert de grand séminaire aux Pères Salésiens. En 1974, le manoir est le siège d'une importante société immobilière qui l'a transformé et vendu en 6 appartements et a fait construire deux immeubles dans le parc.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1907, porte la date
Auteur(s)Auteur : Sardou Pierre architecte attribution par travaux historiques
Personnalité : Hershey Marsh Sarah commanditaire

L'entrée comporte un vestibule de forme circulaire desservant un vestiaire, un petit salon, le hall et la salle de billard (disparus). Le hall était à l'anglaise (il a été divisé en deux appartements superposés). La première volée d'escalier qui en partait est détruite. Outre les pièces de réception habituelles, le manoir comportait une grande terrasse panoramique au devant du hall, deux vérandas une dite véranda sud (aujourd'hui vitrée) et une au nord dont il ne reste que quelques piles. Les cuisines donnaient sur une cour anglaise et leur vue était masquée par une treille. Le belvédère abrite une petite pièce octogonale dans laquelle on jouit d'une vue panoramique exceptionnelle (on y est à 45 mètres au dessus de la Seine) mais cette pièce n'est pas aménageable. Dans le jardin, une maison préexistante a été transformée en centrale thermique et pour que sa vue ne masque pas le panorama le toit a été enlevé au profit d'une terrasse avec une vaste pergola (le bâtiment existe toujours au 18 quai de l'Ecluse). La véranda du sud est ornée de chapiteaux sculptés à motifs floraux.

Mursbrique
Toittuile plate
Étagesétage de soubassement, 1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
croupe
pignon découvert
noue
Techniquesferronnerie
sculpture
vitrail
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablesbelvédère
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Bussière Roselyne
Roselyne Bussière

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.