Dossier d’œuvre architecture IA78002276 | Réalisé par
Bussière Roselyne (Rédacteur)
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
Grande mosquée
Copyright
  • (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mantes-la-Jolie
  • Commune Mantes-la-Jolie
  • Adresse 5 rue Denis-Papin
  • Cadastre 2017 AR 836

La grande mosquée de Mantes date de 1981. C'est la première mosquée construite en France après la mosquée de Paris édifiée de 1922 à 1926.

En 1979 l’Union Islamique des Yvelines a déposé un permis de construire pour la réalisation d’une mosquée au Val Fourré sur un terrain vacant de 1500 m2 près de la voie ferrée, rue Denis-Papin. Ce projet suscite de nombreuses polémiques, notamment à caractère racial. Lors de la séance du conseil municipal du 27 juin 1979, le maire, Paul Picard, rappelle que le Val Fourré compte 4000 musulmans et que depuis la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, la commune n’a pas à s’opposer à cette construction. La mosquée est construite en 1981 (pose de la première pierre le 30 janvier). Les architectes sont Benchesmi et Dixneuf. La mosquée a par la suite été agrandie à deux reprises en 1996 et en 2002.

A l'origine, la mosquée était deux fois mois étendue. Elle s'arrêtait au niveau du minaret. L'entrée principale se faisait par le portail souligné de mosaïque qui conduisait à un patio couvert avec un bassin des ablutions qui a disparu dans les réorganisations ultérieures. Cette pièce est devenue une salle de prière. Depuis le patio, pièce à l'italienne élevée sur deux niveaux et éclairée par une rangée de fenêtres cintrées, on accède à la salle de prière principale. Celle-ci est une grande salle de quatre travées et deux demi-travées composée d'un vaisseau central et de deux bas-côtés. Les travées sont divisées par des arcs retombant sur des piliers circulaires. A l'extérieur les deux travées centrales les plus proches du mihrab qui sont surélevées se signalent par une toiture en pavillon couvert d'ardoises et portant le symbole de l'Islam. de nombreuses salles de prières se déploient aujourd'hui dans des espaces de réunion à l'origine. Le décor est très sobre et essentiellement concentré dans l'ancien patio couvert de céramique aux motifs géométriques.

  • Murs
    • béton
  • Toits
    ardoise, bitume
  • Étages
    1 étage carré
  • Couvertures
    • terrasse
    • toit en pavillon
  • Techniques
    • céramique
  • Représentations
    • ornement géométrique

Documents d'archives

  • AD Yvelines, 2414 W 803

Périodiques

  • Anne-Laure Zwilling, « L’architecture des mosquées en France : construire ou édifier ? », Revue des sciences religieuses [En ligne], 86/3 | 2012, mis en ligne le 15 juillet 2014, consulté le 08 août 2017. URL : http://rsr.revues.org/1511 ; DOI : 10.4000/rsr.1511

Date d'enquête 2017 ; Date(s) de rédaction 2017
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Bussière Roselyne
Bussière Roselyne

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers
Dossier d’ensemble