Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château

Dossier IA95000426 réalisé en 2016

Construit en une vingtaine d'années, de 1539 à 1559, pour l'un des plus puissants princes du royaume, le connétable Anne de Montmorency, le château d'Ecouen constitue un remarquable témoignage de l'architecture de la Renaissance française. Depuis 1977, les collections du Musée national de la Renaissance ont ici trouvé un écrin en parfaite adéquation avec leur thème.

Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonEcouen
AdresseCommune : Écouen
Adresse : rue
Jean Bullant
Cadastre : 2014 AI 1 à 6, 8 à 18, 49, 139, 140, 194, 195, 203, 204

Les Montmorency possédaient un château à Ecouen au Moyen Âge, mais il n'en demeure aucun vestige. La première mention d'une fortification à Ecouen ("castrum") se trouve dans un acte de la fin du XIIe siècle. La ruine du château de Montmorency, résidence principale de la famille éponyme, au milieu du XIVe siècle, a peut-être contribué à la promotion de celui d'Ecouen mais on ignore à peu près tout de l'édifice qui a précédé le château de la Renaissance.

I. La résidence d'Anne de Montmorency

L'histoire du château d'Ecouen est étroitement liée à celle d'Anne de Montmorency (1493-1567), familier de François Ier puis d'Henri II. Fait connétable (1538) puis pair de France (1551). Membre de l'une des familles les plus prestigieuses de l'Île-de-France, il reçoit les terres d'Ecouen et de Chantilly de son père Guillaume en 1522. Son accession à la dignité de connétable, en février 1538, l'a sans doute incité à se bâtir une splendide demeure, digne de son rang, à Ecouen. Les premiers comptes relatifs à ce chantier remontent à 1539-1541, et diverses dates inscrites sur le monument montrent un avancement rapide des travaux. Toutefois, il semble y avoir eu vers 1545 un changement de parti en faveur d'un style plus inspiré de l'antique. On peut donc distinguer deux grandes campagnes dans la construction du château.

1. La première campagne de travaux (v. 1539-v. 1545)

Le début exact des travaux est difficile à préciser car les comptes, encore conservés en 1613, ont été ensuite détruits. Une mention dans les archives atteste cependant qu'ils commençaient en 1539. Les premiers travaux furent certainement consacrés à établir le soubassement du nouveau château. Plusieurs dates portées sur l'édifice attestent d'une progression rapide du chantier, au début des années 1540. La cheminée au rez-de-chaussée du pavillon sud-ouest porte en effet la date "1542". Les vitraux de la galerie de Psyché, qui se trouvaient au premier étage de l'aile occidentale avant leur transfert à Chantilly, datent de 1541-1542, et ceux de la chapelle (également ôtés de leur emplacement d'origine), de 1544. Enfin, l'analyse dendrochronologique des charpentes de l'aile nord a révélé la présence de bois datés entre 1542 et 1546.

Vers 1545, le château était donc logeable. La disgrâce du connétable, en 1541, lui a sans doute procuré tout loisir de se concentrer à cet important chantier.

Malheureusement, les archives sont lacunaires et l'on ignore qui furent les premiers maîtres d’œuvre : ont tour à tour été avancés les noms de Pierre Chambiges (mort en 1544), déjà employé par les Montmorency à Chantilly, de Charles Billard, qualifié de "maître maçon de monseigneur le Connétable" en 1547-1550, ou de Pierre Tâcheron, "tailleur de pierres" dont la présence est attestée à Ecouen de 1542 à 1563. On connaît aussi par les textes le nom de Jean Allemant, maître charpentier.

Ce château reprend les caractéristiques de la première Renaissance française, tout en y ajoutant quelques nouveautés apparues récemment, comme l'implantation de pavillons carrés à chaque extrémité, en lieu et place des habituelles tours rondes, ou encore l'aménagement de terrasses. Installé au sommet d'une colline dominant la plaine de France, le château conserve également une apparence quelque peu "féodale" par l'adjonction de fossés, séparés du bâti par une terrasse.

2. La deuxième campagne (vers 1545-vers 1555)

Une seconde campagne de travaux va donner au château une allure moins austère, en intégrant les codes de la seconde Renaissance : décors antiques plus prononcés, complexification de la modénature, allègement de la structure... Elle est liée à l'évolution de l'architecture française qui connaît un important renouvellement vers 1545, avec la construction du château d'Anet par Philibert Delorme et l'intervention de Pierre Lescot au Louvre.

Ces aménagements sont vraisemblablement l'oeuvre de deux architectes : Jean Goujon et Jean Bullant. Jean Goujon est dit "n'aguères architecte du Connétable" en 1547, ce qui suggère son implication sur le chantier d'Ecouen avant qu'il ne parte travailler au Louvre avec Pierre Lescot. Jean Bullant, dont la présence à Ecouen est attestée à partir de 1552, se déclare quant à lui "occupé et entrenu" par le connétable au chantier du château et fut d'ailleurs enterré à Ecouen en 1578.

Les modifications apportées à la demeure interviennent en outre dans un nouveau contexte politique, celui du retour en grâce d'Anne de Montmorency à l'avènement d'Henri II. en 1547, qui a sans doute conduit à transformer l'aile nord, réservée au logement du roi et de la reine. Henri II a en effet régulièrement séjourné à Ecouen, sauf en 1550-1552 où l'aile nord était sans doute en cours de réaménagement.

Les premiers travaux ont porté sur le décor intérieur de la chapelle et sur l'aile orientale. Dans la chapelle, la tribune porte la date de 1545 et les lambris en marqueterie (aujourd'hui remontés à Chantilly) celle de 1548. L'aile d'entrée, qui ferme la cour à l'est, fut pour sa part surélevée d'un étage avec l'aménagement d'une galerie dont le pavement fut commandé en 1549 et achevé en 1551.

Les travaux ont ensuite touché la cour et l'aile nord. Les façades sur cour ont reçu en leur centre un nouveau décor, de style plus antiquisant. En 1551, on commanda au Havre des cailloux pour le pavage de la cour, signe que les façades devaient alors être achevées. Une somme importante (2200 livres) versée en 1552 au contrôleur des bâtiments du connétable, Antoine Mazon, indique probablement la mise en oeuvre d'une grande campagne : sans doute la reprise de l'aile nord, donnant sur la plaine de France. Cette aile est, par son style, attribuable à Jean Bullant.

3. L'achèvement des travaux

Après 1555, les travaux semblent avoir surtout porté sur la décoration intérieure du château. Le décor des appartements royaux porte les armes d'Henri II et de Catherine de Médicis. En 1564, un marché fut notamment passé avec le peintre Jacques Patin pour exécuter des frises peintes.

Par ailleurs, les guerres de Religion ont amené le renforcement des défenses du château avec la mise en place de larges tours rondes pour protéger les entrées principales, ainsi que d'un pont-levis devant l'entrée, en 1565.

II. Le devenir du château d'Ecouen après le Connétable

1. Ecouen, l'une des demeures de la famille des Montmorency

A la mort d'Anne de Montmorency, en 1567, Ecouen resta dans le giron de la famille. La demeure fut occupée par sa veuve, Madeleine de Savoie, jusqu'à sa mort en 1586. Le fils aîné d'Anne et de Madeleine, François de Montmorency, y mourut en 1579. Son frère, Henri Ier de Montmorency, hérita alors du domaine mais séjourna surtout dans son gouvernement du Languedoc jusqu'à la victoire définitive d'Henri IV. Vers 1595, il revint toutefois à nouveau en Île-de-France et mena une campagne de réparations au château d'Ecouen vers 1610. A sa mort en 1614, Ecouen passa à son fils, Henri II de Montmorency.

Ce dernier ayant conspiré contre le roi et le cardinal de Richelieu, il fut décapité en 1632 et le roi saisit alors tous ses biens. Il en restitua cependant une partie à la famille. Ecouen fut ainsi rendu à sa demi-soeur Charlotte, épouse du duc d'Angoulême.

2. Le château d'Ecouen sous les Condé (de 1696 à 1789)

En 1696, à la mort de la petite-fille de Charlotte d'Angoulême, la duchesse de Joyeuse Marie-Françoise, Ecouen échut au prince de Condé Henri-Jules de Bourbon qui chargea Jules Hardouin-Mansart de réaménager l'environnement et la décoration du château.

Le pont-levis et les tourelles défendant l'accès du château furent alors supprimés. A l'ouest, on aménagea un grand parterre prolongé par un tapis vert descendant jusqu'au pied de la colline. La forêt fut percée de voies en étoiles.

A l'intérieur fut créée une "galerie des Batailles" sur le modèle de celle de Chantilly. Le parquet "de Versailles" au premier étage de l'aile sud est un vestige de ces réaménagements intérieurs, pour la plupart disparus aujourd'hui.

Enfin, l'aile d'entrée du château fut supprimée en 1787 (à moins que cette destruction ne soit due à la Révolution).

3. Le château dans la tourmente révolutionnaire

Le prince de Condé ayant émigré dès juillet 1789, ses biens furent saisis et vendus à partir de 1793. Le château d'Ecouen servit alors de prison, puis d'hôpital militaire, tandis que certains éléments de son décor étaient récupérés par Alexandre Lenoir pour le Musée des monuments français.

III. Le château aux XIXe et XXe siècles

1. La Maison d'éducation de la Légion d'Honneur (1807-1814)

Après la bataille d'Austerlitz, Napoléon décida de créer des maisons d'éducation pour les filles des membres de la Légion d'honneur (décret du 24 frimaire an XIV / 15 décembre 1805). Après avoir envisagé d'utiliser Chambord, on décida d'en ouvrir une au château d'Ecouen, attribué à la Légion d'honneur le 6 juillet 1806.

Cette réaffectation entraîna des travaux, dirigés par l'architecte Antoine-Marie Peyre. Les décors des cheminées peintes furent badigeonnés, et une nouvelle aile d'entrée fut construite, dans un style très simple. Un mur fut également élevé dans le bois pour délimiter le parc de la Maison d'éducation, réservé aux pensionnaires.

La maison d'éducation d'Ecouen ouvrit ses portes en 1807. Cette institution fut confiée à Madame Campan, ancienne première femme de chambre de Marie-Antoinette, qui avait ouvert en 1794 une pension à Saint-Germain, fréquentée par Hortense de Beauharnais. Le nom de cette dernière fut donné à la fontaine du parc d'Ecouen, toujours connue sous le nom de "fontaine Hortense".

En mars 1809, une seconde maison ouvrit à Saint-Denis. Un décret du 29 mars 1809 fixa l'organisation de ces "maisons impériales", pouvant accueillir trois cents élèves jusqu'à l'âge de 18 ans et placées sous la protection d'une princesse de la famille impériale.

Napoléon rendit visite en personne à la maison d'Ecouen le 3 mars 1809, puis le 6 août 1811.

2. Le retour des Condé

La maison d'éducation ne devait pas survivre à la chute de l'Empereur, puisque le château est rendu à ses anciens propriétaires dès 1814. Louis Henri Joseph de Bourbon-Condé, inspiré par la maison d'éducation, songe alors à en faire une maison de bienfaisance pour les familles des combattants vendéens. A sa mort, en 1830, ses biens vont au duc d'Aumale, fils de Louis-Philippe, qui fait remonter une partie du mobilier dans son château de Chantilly vers 1880. Mais le château d'Ecouen est réclamé par l'institution de la Légion d'honneur, à laquelle il est finalement restitué en 1838. Dès lors, il est prévu de lui rendre son ancienne destination, mais il faut attendre 1850 pour que Louis-Napoléon Bonaparte, alors président de la République, y ordonne le transfert de la maison d'éducation de la Légion d'honneur de Paris, alors sise rue Barbette.

3. A nouveau la Légion d'Honneur (1851-1962)

D'importants travaux furent menés par l'architecte Amédée-Alphonse Lejeune pour remettre le château en état. Une inscription, dans la grande salle au premier étage de l'aile nord, rappelle ces aménagements : en 1851, la pièce reçut un nouveau décor combinant des éléments authentiques trouvés dans d'autres salles et des créations de Lejeune (vitraux, filets dorés sur les poutres...).

Parmi les ajouts apportés par la Légion d'Honneur, une infirmerie fut construite en 1901 en face de l'aile sud, et un gymnase dans les douves en 1929.

En 1959, on décida de réunir la maison d'Ecouen à celle de Saint-Denis, décision qui prit effet en 1962, laissant le château sans affectation.

4. Le Musée national de la Renaissance (1977)

En 1972, la Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur signa avec le Ministère des affaires culturelles un bail emphytéotique permettant, en 1974, la création du "Musée national de la Renaissance", destiné à exposer les collections trop à l'étroit dans le musée de Cluny. Après un réaménagement d'une quinzaine d'année, le Musée national de la Renaissance a finalement ouvert ses portes en 1977.

Période(s)Principale : 2e quart 16e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 1er quart 19e siècle
Dates1539, daté par travaux historiques, daté par source
1542, porte la date
1544, porte la date
1562, daté par source
Auteur(s)Auteur : Bullant Jean
Jean Bullant (vers 1515 - 1578

Architecte des châteaux d'Ecouen et de Chantilly.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Hardouin-Mansart Jules architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Goujon Jean sculpteur attribution par travaux historiques
Auteur : Palissy Bernard décorateur attribution par travaux historiques
Auteur : Abaquesne Masséot céramiste attribution par travaux historiques
Auteur : Billart Charles
Charles Billart

Architecte français du 16e siècle, son nom est parfois orthographié "Billard". On sait peut de choses sur lui, sinon qu'il fut un temps au service du connétable de Montmorency et qu'il œuvra à Ecouen.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Auteur : Chambiges Pierre
Pierre Chambiges ( - 1544

Pierre Chambiges, architecte du château de Chantilly, a peut-être été choisi par Anne de Montmorency pour construire son château d'Ecouen, entre 1539 et sa mort en 1544.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte (?), attribution par travaux historiques
Auteur : Tâcheron Pierre
Pierre Tâcheron

La présence du maître maçon Pierre Tâcheron est attesté à Ecouen mais on ignore quel fut son rôle dans la construction du château d'Anne de Montmorency.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte (?), attribution par travaux historiques
Auteur : Peyre Antoine-Marie
Antoine-Marie Peyre

Architecte de la Légion d'Honneur, il aménage le château d'Ecouen en 1806-1807 pour son utilisation comme Maison d'éducation.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par travaux historiques
Personnalité : Montmorency, de Anne commanditaire attribution par travaux historiques
Personnalité : Bourbon-Condé, de Henri Jules
Henri Jules Bourbon-Condé, de (1643 - 1709

Prince de Condé, premier prince du sang, duc de Bellegarde, duc de Châteauroux, duc de Montmorency, duc d'Enghien (1646-1686) et duc de Guise, Pair de France, marquis de Graville, comte de Sancerre (1686-1709), comte de Charolais et seigneur de Chantilly.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par travaux historiques

Organisation du bâti

Le château est bâti selon un plan symétrique : il est constitué de quatre corps de bâtiments disposés autour d'une cour pavée. Cet ensemble repose sur une terrasse ceinte par un fossé. Du côté nord, la terrasse est plus ample et permet d'admirer le panorama sur la plaine de France.

L'entrée du château se fait par l'aile orientale, plus basse que les autres. A l'origine, cette aile abritait un portique donnant sur la cour, au rez-de-chaussée, et une galerie à l'étage, couverte par un comble en demi-cercle revêtu de plomb ; l'entrée était surmontée par une sorte d'arc de triomphe orné de la statue équestre du connétable Anne de Montmorency. Mais ce bâtiment a été détruit à la fin du XVIIIe siècle et remplacé par une aile beaucoup plus simple, dont la façade presque entièrement aveugle s'organise autour du portique à colonnes doriques qui donne accès à la cour intérieure et aux collections du musée national de la Renaissance.

Les trois autres ailes sont nettement plus élevées : elles comptent un rez-de-chaussée, un étage-carré et un étage de comble très développé. Elles sont flanquées, à chaque angle, d'un pavillon rectangulaire encore plus haut. Celui qui occupe l'angle sud-est se distingue par une élévation particulière, liée à sa fonction : il s'agit en effet de la chapelle, éclairée par de hautes baies à deux ou trois lancettes. Les trois autres pavillons présentent une élévation à quatre niveaux (rez-de-chaussée, 2 étages carrés et un étage de comble) abritant des chambres.

Alors que l'aile occidentale donne sur le parc et que son vis-à-vis constitue l'entrée principale, le château d'Ecouen est en réalité construit selon une orientation nord-sud, ces deux dernières ailes accueillant en effet les logis principaux, reliés par une longue galerie logée dans l'aile ouest. L'aile nord, qui dispose de la vue sur la plaine de France, abritait les appartements royaux tandis que l'aile sud était destinée au connétable et à son épouse.

Style de l'architecture

L'élévation des façades conçues pendant la première campagne de travaux est plutôt sobre, avec des travées éclairées par de hautes fenêtres à meneaux et séparées par de simples dosserets. Des moulures d'entablement horizontales marquent les différents niveaux et viennent rythmer l'agencement général. L'ornementation est essentiellement concentrée sur les parties hautes. Les lucarnes sont encadrées de colonnes ou de pilastres (généralement d'ordre dorique) et surmontées de grands frontons décorés. Les toitures, en ardoise, étaient jadis couronnées d'un décor de faîtage métallique finement découpé, qui venait égayer les toits d'un effet de légèreté accrue. Celles-ci ont disparu à la Révolution, mais on conserve plusieurs épis de faîtage en forme d'homme tenant une lance, ou d'enfant brandissant une épée.

Ce décor assez sobre a été étoffé dans un second temps, avec notamment l'installation de portiques au centre des façades donnant sur la cour. Sur l'aile ouest, il s'agit simplement d'un portique en rez-de-chaussée, entouré par deux colonnes de marbre noir qui supportent un entablement à décor de métopes et triglyphes, reconstruit au XIXe siècle (l'entablement d'origine était orné de décors en marbre gris et rouge) ; les écoinçons de l'arc d'entrée sont sculptées de deux belles figures féminines en bas-relief tendant des branches de laurier, attribuées à Jean Goujon.

Sur les deux autres ailes, ce sont des avant-corps beaucoup plus importants qui ont été rapportés par Jean Bullant pour magnifier le centre de la façade sur cour. Ces portiques s'élèvent jusqu'au niveau du toit. Du côté nord, l'avant-corps s'étend sur deux travées ; il est encadré par deux paires de colonnes, d'ordre dorique au rez-de-chaussée et corinthien au premier étage. Cet avant-corps était rehaussé d'un décor sculpté aujourd'hui disparu : des statues étaient placées dans des niches, et des bustes et des têtes de profil ornaient les médaillons circulaires et ovales placés autour des fenêtres. Ne demeure de ce décor que les emblèmes héraldiques apposés sur l'entablement et sur la table entre les deux lucarnes (restaurée).

Du côté sud, l'avant-corps sur cour est encore plus imposant avec son ordre colossal : c'est là l'un des premiers emplois de cette formule en France. Il est rehaussé d'incrustations de marbres polychromes dont certains proviennent de monuments antiques. Les deux niches latérales abritaient les statues des "Esclaves" de Michel-Ange (aujourd'hui au musée du Louvre, mais évoquées in situ par des copies). Ces deux statues, sculptées pour le tombeau du pape Jules II, avaient été offertes à Anne de Montmorency par le roi Henri II.

Enfin, un autre avant-corps monumental a été installé au centre de la façade extérieure de l'aile nord, donnant vers la plaine de France, vers laquelle il ouvre par de larges baies cintrées. Il respecte le principe de la succession des ordres : dorique au rez-de-chaussée, ionique à l'étage, ce dernier étant plus particulièrement inspiré du temple de Portunus sur le Forum Boarium à Rome. Cet avant-corps de grande ampleur abrite les repos de l'escalier d'honneur qui dessert les appartements royaux, installés dans l'aile nord.

Un décor intérieur très raffiné

A l'intérieur, les appartements d'apparat conservent un important décor peint, avec en particulier douze magnifiques cheminées décorées entre 1549 et peut-être 1553. Ces peintures, proches des enluminures du livre d'heures d'Anne de Montmorency (peint entre 1549 et 1551), représentent des scènes bibliques placées dans un encadrement imitant des sculptures en stuc ou en bois, sur le modèle de la galerie François Ier au château de Fontainebleau. Faute d'archives, le (ou plutôt les) auteurs de ces cheminées peintes ne sont pas identifiés avec certitude mais d'après l'analyse stylistique, plusieurs d'entre elles pourraient être attribuées à Bonaventure Navarre, un collaborateur de Jean Cousin le Père. Un autre peintre est intervenu à Ecouen : Jacques Patin, à qui on peut attribuer les frises peintes en haut des murs des pièces d'apparat, mêlant guirlandes, animaux, satyres, objets divers... L'une de ces frises reprend une gravure de Cornelis Bos, publiée en 1548. Enfin, les plafonds étaient également peints, comme le prouve le seul exemple conservé : celui de la chambre du roi, dans le pavillon nord-ouest, où figurent les chiffres d'Henri II et de Catherine de Médicis ainsi que des trophées d'armes en camaïeu de pourpre et des scènes de combats à l'antique. La voûte de la chapelle était elle aussi peinte, avec un décor mettant en scène toute l'emblématique des Montmorency : armoiries aux alérions, dextrochère, chiffre "AM", épée du connétable, devise "Aplanos"...

La bibliothèque du connétable, au dessus de la chapelle, conserve pour sa part des lambris en bois de noyer peint à l'or, dont le décor ornemental s'inspire d'un recueil de modèles publié en 1530 par Francisque Pellegrin.

Ce décor peint était à l'origine complété par un ensemble de vitraux, dont certains portent la date "1544" tandis que d'autres sont à l'emblématique d'Henri II et de Catherine de Médicis. La galerie au premier étage de l'aile occidentale était notamment ornée d'une série de 44 panneaux peints en grisaille, représentant l'histoire de Psyché ; ces vitraux se trouvent aujourd'hui au château de Chantilly, de même que d'autres panneaux provenant de la chapelle (les enfants du connétable, la Nativité, la Circoncision). Certains de ces vitraux, acquis par le musée du Louvre, sont désormais présentés dans une salle du musée.

Enfin, le décor intérieur comprenait aussi des pavements de faïence exécutés à Rouen par Masséot Abaquesne, en 1542 puis vers 1550. Ce pavement se trouvait notamment dans la "galerie de Psyché" ; il a été remonté dans la salle du Roi.

Une partie de ce riche mobilier a été transféré par le duc d'Aumale, au XIXe siècle, dans son château de Chantilly : outre les vitraux déjà cités, c'est là que se trouvent aujourd'hui les boiseries et l'autel de la chapelle d'Ecouen. D'autres éléments du décor du château, ôtés à la Révolution, font partie des collections du musée du Louvre, comme la Vierge à l'Enfant en marbre (vers 1530-1540) ou la "Déploration" du Rosso, qui se trouvaient dans la chapelle.

Les abords du château

Le château d'Ecouen s'inscrit dans un cadre plus large. Conçu d'emblée en fonction de la vue sur la plaine de France, il était dès l'origine flanqué par une terrasse, du côté nord, soutenue par un puissant mur de maçonnerie. Contre ce mur de soutènement s'élevait un jeu de paume, connu par des gravures anciennes mais aujourd'hui disparu. D'après la gravure de du Cerceau, à l'angle nord-est du château se trouvait aussi un jardin clos bordé par des niches concaves : l'une d'elles a été retrouvée lors de travaux, en 1993.

Le jardin doit sa forme actuelle aux travaux menés vers 1700 par Jules Hardouin-Mansart pour le prince de Condé. A l'ouest du château se déploie une pelouse, qui se prolongeait à l'origine vers le nord, jusqu'au bas du coteau. Mais cette grande perspective, qui a formé la limite ouest du bourg durant tout le XVIIIe siècle, a été en grande partie lotie à la Révolution et il n'en reste aujourd'hui qu'une trace résiduelle, "le Mail", près de l'Avenue du Bicentenaire.

L'essentiel du domaine dépendant du château est occupé par un bois, qui servait aux seigneurs d'Ecouen de réserve de chasse et de futaie exploitable. Cette forêt, aujourd'hui gérée par l'Agence des Espaces Verts de la Région Île-de-France, occupe encore 16% de la superficie communale. Elle est parcourue par un réseau de routes forestières en étoiles, établi au début du XVIIIe siècle.

Mais au XIXe siècle, un mur a été élevé pour circonscrire un bois de plus petite superficie, réservé à l'usage de la Maison de la Légion d'honneur. Au sein de cet espace se trouvent la "fontaine Hortense", ainsi dénommée en hommage à Hortense de Beauharnais, et un petit cimetière destiné aux soeurs et aux pensionnaires de la Maison de Légion d'honneur.

Murscalcaire pierre de taille
Toitardoise
Plansplan carré régulier
Étages2 étages carrés, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans croupe
Techniquessculpture
peinture
céramique
Statut de la propriétépropriété d'un établissement public de l'Etat, Propriété de la Chancellerie de la Légion d'Honneur
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 2007/07/18, 1862
Précisions sur la protection

Domaine en totalité

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Val d'Oise, 1 Fi 200 31 : portfolio de 20 photographies du château, alors occupé par la Légion d'Honneur, prises vers 1870 par Pierre Petit. Tirages sur papier albuminé.

Bibliographie
  • CREPIN-LEBLOND, Thierry et FONKENELL, Guillaume. Le Château d'Ecouen, grand oeuvre de la Renaissance. Paris : Editions de l'Esplanade : Musée national de la Renaissance, 2018.

  • AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND, Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan : Diane Bétored.

    p. 23-32
  • CREPIN-LEBLOND, Thierry. Anne de Montmorency (15 mars 1493 - 12 novembre 1567), un homme de la Renaissance. Paris : RMN, 2014.

  • CREPIN-LEBLOND, Thierry. « La restauration de la cour du château ». La Revue des musées de France, 64-1,2014, p. 14-15.

  • PAUWELS Yves. « Petits arrangements avec le réel : Jacques Androuet du Cerceau à Ecouen », Revue de l’art, 178-4, 2012, p. 33-41.

  • BUGINI, Elena. « Les marqueteries de la chapelle Saint-Louis au château de Chantilly », dans Frédéric ELSIG (dir.), Fontainebleau et son rayonnement (Peindre en France à la Renaissance, tome 2), Milan : Silvana Editoriale, 2012, p. 171-183.

  • ALLAIS Sylvanie. « Le décor emblématique du plafond de la chambre de Henri II au château d’Ecouen », Bulletin monumental, 166-3, 2008, p. 247-252, 283-284.

  • DU PASQUIER, Isabelle. "Le château d'Ecouen, maison impériale de la Légion d'Honneur", dans Agnès Bos, Xavier Dectot, Jean-Michel Leniaud, Philippe Plagnieux (dir.), Materiam superabat opus. Hommage à Alain Erlande-Brandenburg, Paris, Ecole nationale des chartes - RMN, 2006, p. 424-427.

  • PERROT, Françoise. "Du temps du connétable, les vitraux du château d'Ecouen", Vivre en Val d'Oise, t. 83, décembre 2003-janvier 2004, p. 59-67.

  • OURSEL Hervé. « Du jardin Renaissance du château d’Ecouen », Revue de l’art, t. 139, 2003, p. 63-66.

  • CREPIN-LEBLOND, Thierry. « L’appartement des bains du connétable de Montmorency au château d’Ecouen », Bulletin monumental, t. 159, 2001, p. 91-107.

  • POISSON, Georges (dir). Dictionnaire des monuments d'Île-de-France. Paris : Hervas, 1999.

    p. 299-301.
  • BELIME, Magali. « Le décor des frises peintes du château d’Ecouen », Revue du Louvre, t. 49-1, 1999, p. 37-45.

  • LEROY, Catherine. « Avers et revers des pavements du château d’Ecouen », Revue de l’art, t. 116, 1997, p. 27-41.

  • BEGUIN, Sylvie. Cheminées et frises peintes du château d’Ecouen. Paris : Réunion des Musées Nationaux, 1995.

  • AUDEBRAND, Fabienne. Ecouen : le château et son décor au XIXe siècle. Paris, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Le guide du patrimoine - Île-de-France. Paris : Hachette, 1992.

    p. 224-233 (notice de Jean Guillaume).
  • BEDOS-REZAK, Brigitte. Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance. Paris, Publisud, 1990.

    p. 288-303.
  • BABELON, Jean-Pierre. Châteaux de France au siècle de la Renaissance. Paris : Flammarion et Picard, 1989.

  • Erlande-Brandenburg, Alain. Le Château d'Ecouen, Musée national de la Renaissance. Paris, Editions de la Réunion des musées nationaux, 1988.

  • ARCHER Michael, “Montmorency’s Sword from Ecouen”, Burlington Magazine, n°129, 1987, p. 298-303.

  • DELANGE-BAZIN Elisabeth, « Lambris de la bibliothèque d’Ecouen », Revue du Louvre, t. 31, 1981, p. 252-263.

  • BREJON DE LAVERGNEE, Arnaud. "Masséot Abaquesne et les pavements du château d'Ecouen". Revue du Louvre et des musées de France, 27-6, 1977, p. 307-315.

  • LECOQ, Anne-Marie. « Les peintures murales d’Ecouen : présentation et datation », dans CHASTEL, André (dir.), Actes du Colloque international sur l’art de Fontainebleau, Fontainebleau et Paris, 18-20 octobre 1972, Paris : Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1975, p. 161-173.

  • PERROT, Françoise, « Les vitraux du château d’Ecouen. Contribution à l’étude du vitrail civil de la Renaissance », dans : L’art de Fontainebleau, Actes du Colloque international sur l'art de Fontainebleau, Fontainebleau et Paris, 18-20 octobre 1972 ; études réunies et présentées par André Chastel, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1975, p. 175-84.

  • BERTRAND, Aude. Un château à Ecouen. Association Loisirs et Culture d'Ecouen, 1974.

  • PERROT Françoise, « Vitraux héraldiques provenant du château d’Ecouen », Revue du Louvre et des musées de France, n° 2, 1973, p. 77-82.

  • HOFFMANN, Volker. Das Schloss von Ecouen. Berlin : de Gruyter, 1970.

  • François-Charles James, "Jean Bullant. Recherches sur l'architecture française du XVIe siècle", dans Ecole nationale des chartes. Position des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1968 pour obtenir le diplôme d'archiviste-paléographe, Paris, 1968, p. 101-109.

  • GANIER, Germaine. Le château d'Ecouen. Rouen : Lecerf, 1950.

  • MALO, Henri. "Les boiseries de la chapelle du château de Chantilly", Bulletin de la société de l'histoire de l'art français, 1944, p. 90-99.

  • COLOMBIER, Pierre du. « La chapelle d’Ecouen », Gazette des beaux-arts, février 1936, p. 79-94.

  • GEBELIN, François. Les châteaux de la Renaissance. Paris : Les Beaux-Arts, 1927.

    p. 87-95.
  • TERRASSE, Charles. Le château d’Ecouen. « Petites monographies »,1925.

    p. 5-85
  • FRANK, Edmond. "La Légion d'honneur à Ecouen", L'Illustration, n°2838, 17 juillet 1897.

  • Noé, L. Architecture et sculpture en France. Documents sur les styles du IXe au XIXe siècle, 100 planches par année avec table analytique, publiées et dessinées par L. Noé. Paris : Librairie de la construction moderne, 1891.

  • DUTOCQ, Victor. Planches sur le château d'Ecouen, avec projet de restauration, exposées au Salon de 1891 et publiées dans le "Moniteur des architectes", 1891, planches 20 à 28.

  • PALUSTRE, Léon. La Renaissance en France. Paris : A. Quantin, 1879-1885, 15 vol.

    t. II, p. 48-62.
  • CHEVALIER, Jacques-Ferdinand. Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. Versailles : Beau Jeune, 1864.

  • MONTAIGLON, Anatole de. "Jean Bullant, architecte du connétable de Montmorency". Archives de l'art français, Documents, VI / 1858-1860, p. 305-339.

  • WILLEMIN, Nicolas-Xavier. Monuments français inédits pour servir à l'histoire des arts : depuis le VIe siècle jusqu'au commencement du XVIIe : choix de costumes civils et militaires, d'armes, armures, instruments de musique, meubles de toute espèce et de décorations intérieures et extérieures des maisons. Paris, 1839.

    tome 2, p. 57-58 et pl. 267-268.
  • VAUTHIER et LACOUR. Monuments de sculpteurs anciens et modernes. Musée des monuments françois. Paris, 1809.

    2e cahier, août 1809 ; 3e cahier, octobre 1809 : planches de l'autel de la chapelle.
  • Baltard, Pierre-Louis. Paris et ses monuments, mesurés, dessinés et gravés par Baltard,... avec des descriptions historiques par le cit. Amaury Duval. Paris, 1803-1805. Vol. 2.

  • TUETEY, Louis. Procès-verbaux de la Commission des monuments : 1790-1794, Paris : N. Charavay, 1902-1903, 2 vol.

    tome 1, p. 152 et pièces annexes XVI et XIX (rapport de Desmarets sur le château d'Ecouen et ses oeuvres d'art, 27 novembre 1792).
  • Procès-verbaux de l'Académie royale d'architecture, 1671-1793, publiés pour la Société de l'histoire de l'art français... par M. Henry Lemonnier, Paris : Jean Schemit : Édouard Champion : Librairie Armand Colin, 1911-1929, 10 vol.

    tome I, p. 195-198.
  • ANDROUET DU CERCEAU, Jacques. Le Premier [-Second] volume des plus excellents bastiments de France...auquel sont designez les plans de quinze bastiments et de leur contenu ensemble les elevations et singularitez d'un chascun. A Paris, Pour ledit Jacques Androuet, Du Cerceau, M.D.LXXVI-[M.D.LXXIX]. (Paris, 1579).

    p. 466-483.

Liens web

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel - Ville Louis
Louis Ville

Stagiaire au service Patrimoines et Inventaire (2016)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Förstel Judith
Judith Förstel

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.