Dossier d’œuvre objet IM95000561 | Réalisé par
Förstel Judith (Contributeur)
Förstel Judith

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
  • inventaire topographique
reliquaire de saint Acceul (ou saint Andéol), Eglise Saint-Acceul
Œuvre étudiée
Auteur
Copyright
  • (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Ecouen
  • Commune Écouen
  • Adresse Place de l'Eglise

Dès le XIe siècle, l'église paroissiale d'Ecouen est placée sous le vocable de saint Acceul, également vénéré en Picardie sous la forme "saint Acheul". Ce saint peu connu semble avoir été très tôt confondu avec saint Andéol, l'évangélisateur du Vivarais, fêté le même jour (1er mai). Au XIIIe siècle, le sire de Montmorency avait ramené à Ecouen une relique de saint Andéol, obtenue à l'occasion de la croisade contre les Albigeois : d'après l'abbé Chevalier, il s'agissait d'une partie du crâne, les habitants d'Ecouen ayant conservé le souvenir du chef reliquaire (disparu en 1793). Au XVIIIe siècle, une autre relique (une clavicule) fut rapportée de Bourg-Saint-Andéol, à l'initiative du sieur Sellier, paroissien d'Ecouen et secrétaire de Lamoignon de Basville, surintendant du Languedoc. L'évêque de Viviers préleva la relique en 1698 sur les os de saint Andéol, et elle fut exposée à la vénération des fidèles d'Ecouen, après son authentification par l'archevêque de Paris en 1700. La cérémonie de translation, le 10 août 1700, bénéficia du soutien de la princesse Palatine, épouse d'Henri de Bourbon, prince de Condé et seigneur d'Ecouen, qui donna également à la paroisse des ornements et une bannière. Un reliquaire en bois doré fut réalisé en 1730 pour accueillir cette seconde relique de saint Andéol, ainsi que l'atteste une authentique conservée par la paroisse.

A la Révolution, le chef reliquaire a disparu. En revanche, le reliquaire du XVIIIe siècle a été préservée par un habitant d'Ecouen, le couvreur Antheaume, qui le cacha jusqu'en 1802. Au rétablissement du culte catholique, il le rendit à l'église d'Ecouen, qui le possède toujours.

Le reliquaire a été restauré en 1845 et en 2001. Pour des raisons de sécurité, il est aujourd'hui en dépôt à la mairie.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 18e siècle , daté par source
  • Dates
    • 1730, daté par source

Le reliquaire de saint Acceul se présente sous la forme d'un coffret en bois doré (avec quelques motifs argentés), reposant sur quatre pieds. Ses contours chantournés sont caractéristiques du style Rocaille. Au centre de la face antérieure, une vitrine ovale laisse voir la clavicule de saint Andéol (vénéré à Ecouen sous le nom de saint Acceul). Les différentes faces du reliquaire sont animées par un décor de résille ou de volutes en bas-relief. Les angles sont marqués par une volute végétale couronnée par une tête d'angelot. Au sommet du reliquaire s'élève une statuette de saint Acceul en ronde-bosse, dorée et argentée. Le saint est revêtu d'ornements sacerdotaux à motifs de fleurs et de feuilles d'acanthes.

  • Structures
  • Matériaux
    • chêne, doré, doré à la feuille d'or, argenté
  • Mesures
    • h : 60,5 cm
    • l : 68 cm
    • pr : 30 cm
  • Précision dimensions

    Hauteur de la statuette de saint Acceul, en couronnement du reliquaire : environ 28 cm.

  • Iconographies
    • saint Acheul
  • Précision représentations

    Saint Acheul est représenté agenouillé, en prière, revêtu des ornements sacerdotaux.

  • État de conservation
    • bon état
  • Précision état de conservation

    Le reliquaire a fait l'objet d'une restauration complète par Marie Dubost en 2001. A cette occasion sont apparues des traces d'argenture sur le visage et les mains de la statuette, sur les volutes du couvercle et des pieds ainsi que sur les deux petits côtés. Le reste de la statuette présentait une dorure du XVIIIe siècle, sur une assiette d'un rouge profond. La même dorure est apparue sur les têtes d'anges et sur le fond quadrillé de la face avant. Les autres parties du reliquaire, en revanche, avaient une dorure à l'eau de couleur plus verte, sur une assiette plus claire, qui paraît postérieure. La restauration a permis la fixation de l'ensemble des dorures, la réargenture des zones argentées à l'origine, et le rajout de petits éléments de sculpture manquants (le pouce de la main droite du saint, le pompon sous la fenêtre de la face).

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler
  • Protections
    classé au titre objet, 1996/07/18
  • Référence MH

Documents d'archives

  • Archives de la Conservation des antiquités et objets d'art du Val d'Oise : dossiers de restauration des objets protégés au titre des Monuments historiques.

Bibliographie

  • CHEVALIER, Jacques-Ferdinand. Ecouen : la paroisse, le château, la maison d'éducation. Versailles : Beau Jeune, 1864.

    p. 21-34.
  • Le patrimoine des communes du Val d'Oise, Paris : Flohic éditions, 1999.

    p. 205.
  • LOURS, Mathieu. Saint-Acceul d'Ecouen : Une cage de verre en pays de France, 2e édition revue et enrichie. Écouen : Association « Les amis de Saint-Acceul », 2014.

    p. 51-56, p. 114.
  • AUSSEUR-DOLLEANS, Chantal, CREPIN-LEBLOND, Thierry et FÖRSTEL, Judith (avec la collaboration de : Christian Dauchel, Fanny Gosselin, Rémy Guadagnin). Ecouen. Un balcon sur la plaine de France. Collection Patrimoines d’Île-de-France. Lyon : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk ; plan : Diane Bétored.

    p. 34.
Date d'enquête 2017 ; Date(s) de rédaction 2018
(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
Förstel Judith
Förstel Judith

Conservateur du patrimoine, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Édifice
Eglise Saint-Acceul

Eglise Saint-Acceul

Commune : Écouen
Adresse : Place de l'Eglise