Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1994 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ecole intercommunale (maternelle et primaire) des Blagis
    Ecole intercommunale (maternelle et primaire) des Blagis Sceaux - 48 rue de Bagneux - en ville - Cadastre : 2007 U 81, 150, 157, 235, 237
    Historique :
    . Utilisant la pente naturelle du terrain, les architectes Paul Herbé, André Aubert et Jean Le Couteur L'école intercommunale des Blagis, destinée à desservir le quartier du même nom, situé à cheval sur construction). Prévu pour 25 classes, le groupe scolaire se compose de trois bâtiments orientés au sud-est centre de la composition, qui accueille également le réfectoire, les cuisines et la chaufferie. L'école remporte le prix de l’Équerre d'Argent, décerné par le comité de rédaction de la revue L’Architecture française. Créée dans le cadre des normes et des plans-types mis au point par le Ministère de l’Éducation sont également établies à des niveaux différents et séparées, non par des clôtures, mais par le dessin
    Représentations :
    Karl-Jean Longuet et Simone Boisecq : le Soleil et Orphée.
    Description :
    Le plan du groupe scolaire est simple : deux ailes longitudinales disposées de manière légèrement le Ministère de l’Éducation nationale à partir de 1952 : ossature métallique apparente sur une trame . Le remplissage des façades est néanmoins interrompu à près d'un mètre de la toiture, afin de ménager une baie haute continue en bandeau sur tout le pourtour des bâtiments. La rotonde centrale se distingue par son étage de soubassement, qui abritait à l'origine le réfectoire et les cuisines, accessibles de plain-pied. Les classes situées à l'étage étaient desservies par le grand escalier métallique
    Auteur :
    [architecte] Le Couteur Jean
    Illustration :
    % artistique, par Karl-Jean Longuet et Simone Boisecq : le Soleil. IVR11_20169200181NUC4A Vue générale de l'une des sculptures réalisées pour le groupe scolaire en 1957, au titre du 1 Vue latérale de la sculpture en béton : le Soleil. IVR11_20169200182NUC4A Détail de la sculpture : le Soleil. IVR11_20169200183NUC4A
  • statue de Jeanne d'Arc
    statue de Jeanne d'Arc Melun - 36 rue Saint-Barthélemy - en ville
    Inscriptions & marques :
    La statue porte le cachet du fondeur : Tusey (Meuse) . Le socle porte l'inscription dédicatoire : A la vénérable Jeanne d'Arc, en mémoire de son passage aux fossés de Melun. Ecole Saint-Aspais.
    Historique :
    Cette statue de Jeanne d'Arc fut érigée dans la cour de l'Institution Saint-Aspais le 21 juin 1896 sur le socle, Jeanne d'Arc vint à Melun en avril 1430 ; ce passage est également commémoré par un . Elle provient de la fonderie Tusey de Vaucouleurs (Meuse). Ainsi que le rappelle l'inscription portée
    Représentations :
    Jeanne d'Arc, en pied
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le jardin
    Titre courant :
    statue de Jeanne d'Arc
    Dimension :
    dimensions non prises. H = 2 mètres environ avec le socle
  • place Saint-Jean
    place Saint-Jean Melun - Place Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1895 AR non cadastré domaine public
    Historique :
    proximité dans le lieu couvert du Mail Gaillardon, et la place Saint-Jean est réduite au rôle de parking et La place Saint-Jean est créée en 1737, à l'emplacement de l'ancienne porte Saint-Jean et de son plusieurs dessins, dont celui de l'architecte Charles Le Normand. Mais la colonne ne fut jamais achevée. En Palissy). Elle servit de place de marché au 19e et au 20e siècle. Aujourd'hui, le marché se tient à
    Auteur :
    [architecte] Le Normand Charles
    Localisation :
    Melun - Place Saint-Jean - en ville - Cadastre : 1895 AR non cadastré domaine public
    Titre courant :
    place Saint-Jean
    Appellations :
    Place Saint-Jean
    Illustration :
    Vue de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Vue de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun Vue de la partie occidentale de la place Saint-Jean : de gauche à droite s'ouvrent le boulevard Saint-Jean. Papier aquarellé, an III. (AM Melun. 1 Fi 1001) IVR11_20047700487NUCA Projet pour la place Saint-Jean, avec la colonne départementale au centre. Papier, 1800 (vers). (AM Projet (non réalisé) de colonne commémorative place Saint-Jean, vers 1800. Gravure de Normand. (BNF La place Saint-Jean. Photographie, 19e siècle. (BM Melun. NN 13) IVR11_20027701202XB Vue de la place Saint-Jean, vers 1905. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.214 Vue de l'angle nord-ouest de la place Saint-Jean (au coin de la rue de l'Hôtel-de-ville, act. Paul -Doumer), vers le début du 20e siècle. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.213
  • Verrière de saint Jean
    Verrière de saint Jean Meaux -
    Inscriptions & marques :
    sur fond noir, sur le 5e médaillon : "Dominus est", paroles de saint Jean reconnaissant le Christ inscription concernant le donateur sur l'oeuvre
    Historique :
    Cette verrière a été réalisée en 1866 par le verrier meldois Henri Plée. Elle a été offerte par titulature de la chapelle, consacrée à saint Jean l'Evangéliste.
    Représentations :
    , la Cène, saint Jean au pied de la croix, saint Jean arrive le premier au tombeau, saint Jean reconnaît le Christ ressuscité, saint Jean est flagellé devant Domitien puis plongé dans l'huile bouillante course de Pierre et de Jean saint Jean l'Evangéliste, flagellation, bourreaux, roi, trône saint Jean l'Evangéliste, huile : chaude, ébouillantement, bourreaux, roi, trône saint Jean l'Evangéliste, bateau, exil saint Jean l'Evangéliste écrivant, chandeliers saint Jean l'Evangéliste, coupe, empoisonnement saint Jean l'Evangéliste, homme, épée, cheval mort de saint Jean l'Evangéliste
    Description :
    La baie centrale de la chapelle Saint-Jean est la seule à présenter une verrière figurative, les
    Emplacement dans l'édifice :
    dans la chapelle Saint-Jean l'évangéliste (2e chapelle rayonnante nord)
    Titre courant :
    Verrière de saint Jean
    Texte libre :
    des verrières de la chapelle Saint-Jean l'évangéliste, sur le côté nord, exécutées en 1866 grâce à un , réalisés par l'atelier meldois Plée. La plupart d'entre eux datent des années 1860. C'est notamment le cas
    Illustration :
    Détail des médaillons 3 et 4 : saint Jean assiste à la Crucifixion (à gauche), il arrive le premier Détail des médaillons 5 et 6 : saint Jean reconnaît le Christ ressuscité (à gauche), il est Détail des médaillons 7 à 11 : saint Jean est plongé dans l'huile bouillante, il prend le bateau Vue d'ensemble des verrières de la chapelle Saint-Jean (2e chapelle rayonnante nord saint Jean l'évangéliste (sa vocation à gauche, la Cène à droite). IVR11_20087701216NUC4A Jean (épisode du voleur et mort du saint) et l'oculus de réseau avec les armoiries du donateur, Mgr
  • Médaillon : Jeanne d'Arc
    Médaillon : Jeanne d'Arc Melun - rue Saint-Aspais - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscriptions identifiant le sujet de ce médaillon : Jeanne d'Arc, Souvenir de la délivrance de
    Historique :
    , commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun en avril 1430. L'oeuvre est inaugurée le 9 août 1868 En 1868, Le sculpteur Henri Chapu (Le Mée, 1833-Paris, 1891) offre à la ville ce médaillon Jeanne d'Arc en jeune bergère, écoutant ses voix (1ere version en plâtre, 1870), présentée au Salon de
    Représentations :
    portrait : Jeanne d'Arc, en buste, de profil
    Titre courant :
    Médaillon : Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Vue du bas-relief de la façade orientale, commémorant le passage de Jeanne d'Arc à Melun
  • monument commémoratif Jean Mermoz
    monument commémoratif Jean Mermoz Enghien-les-Bains - rue Peligot rue du Départ rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1995 AB 206
    Historique :
    Le monument est constitué d'un socle sur lequel est disposé un bas-relief à l'effigie de l'aviateur , œuvre du sculpteur Paul Ducuing (1867-1949) accompagné de l'inscription : Le souci rapproche les cœurs dans l'Aude. En Île-de-France, le musée du quai Branly conserve une série de bustes de personnalités
    Représentations :
    Sur le bas relief figure le portrait en buste de Jean Mermoz, de profil, en tenue d'aviateur.
    Titre courant :
    monument commémoratif Jean Mermoz
    Appellations :
    Jean Mermoz
    Illustration :
    orner le square. Photographie, 1959. (AM Enghien-les-Bains, O97) IVR11_20099500148NUC4A
  • chapelle Jean Rose
    chapelle Jean Rose Meaux - 65 rue Saint-Remy - - Cadastre : BP 122
    Historique :
    Jean Rose, riche marchand meldois dont la dalle funéraire se trouve dans la cathédrale, institue en 1356 au lieu-dit "le Donjon" un hôtel-Dieu placé sous le vocable de la Passion, pour accueillir 25 aveugles, 12 pauvres passants et 10 enfants. De cet établissement hospitalier subsiste la chapelle, dont le . Elles furent élevées sous l'épiscopat de Jean de Belleau, dont les armes figurent sur une clé de voûte . Deux autres clés portent le chiffre des administrateurs alors en charge de l'hôpital : Antoine de
    Représentations :
    Le décor des clés de voûte du choeur rappelle la titulature de l'hôpital par la représentation des
    Description :
    La chapelle s'élève le long de la rue Saint-Remy. C'est un édifice de plan très simple : un et sur la voûte (corbeaux et clés sculptés). Les travées occidentales ont repris le même volume et le
    Auteur :
    [] Belleau, de Jean [commanditaire] Rose Jean
    Titre courant :
    chapelle Jean Rose
    Appellations :
    Jean Rose
    Illustration :
    Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire : le Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire Vue intérieure de la chapelle de l'hôpital Jean-Rose, alors chapelle du Grand Séminaire ; retirage Vue extérieure, depuis le sud-est. IVR11_20127700972NUC4A Détail d'une clé de voûte : armes de Jean de Belleau, évêque de Meaux de 1624 à 1637
  • pont Jeanne d'Arc
    pont Jeanne d'Arc Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Historique :
    siècle, Jean-Rodolphe Perronet proposa de reconstruire le pont sur un plan ambitieux, à arche unique son tour détruit en 1944. Le pont actuel, baptisé pont Jeanne d'Arc, fut construit de 1948 à 1950 en reliaient les rives de la Seine, avec l'île Saint-Etienne en point d'appui au milieu. Le pont jeté sur le maison sise sur le pont-aux-fruits, du côté d'amont, tenant au Châtelet et murs de ville en 1445). Au 18e , mais ce projet ne fut pas réalisé. Ce n'est qu'en 1836-1838 que le pont médiéval fut remplacé par le auteurs, au même moment, du pont suspendu établi sur le grand bras de la Seine. Ce pont de pierre fut à même temps que le pont Leclerc qui le prolonge au sud, sous la direction de l'architecte Robinson et de
    Description :
    Le pont Jeanne d'Arc relie l'île Saint-Etienne à la rive droite de Melun. Il franchit le petit bras
    Auteur :
    [ingénieur] Perronet Jean Rodolphe
    Localisation :
    Melun - Pont Jeanne d'Arc - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Titre courant :
    pont Jeanne d'Arc
    Appellations :
    Pont Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Le pont de pierre (act. pont Jeanne d'Arc) vu de la Courtille, vers 1906. Carte postale. (Musée Le pont de l'ancien Châtelet (act. pont Jeanne d'Arc), pendant la crue de 1910. Carte postale Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle (copie du XVIIIe siècle), détail : le pont , projetté pour être construit sur l'un des deux bras de la Seine à Melun. Cette gravure illustre le projet (non réalisé) de Perronet pour la reconstruction du pont-aux-fruits, sur le petit bras. Gravée par pour le pont à construire sur le petit bras de la Seine. Papier aquarellé, 18e siècle. (AN, Cartes et Le pont-aux-fruits, vu de l'ouest. Dessin, 19e siècle. (Musée municipal de Melun. Inv. 970.7.315 Le pont-aux-fruits la nuit, vers 1900. Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv. 992.13.1 Vue des bords de Seine, avec un bateau-lavoir, près du pont de pierre ou pont du Châtelet, vers le Le pont, vu du sud-est. IVR11_20027700884XA
  • dispensaire Jeanne d'Arc
    dispensaire Jeanne d'Arc Vigneux-sur-Seine - avenue Henri-Charon 1 rue du Maréchal-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AT 158
    Historique :
    spécialistes y étaient attachés. En 1982 le dispensaire est passé aux mains de l'Ordre de Malte qui y a ouvert
    Titre courant :
    dispensaire Jeanne d'Arc
    Appellations :
    dispensaire Jeanne d'Arc
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, dispensaire Jeanne d'Arc. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I . Bibliographie - Le Texier, Robert. Vigneux, chronologie d’un siècle, 1900-2000. Ville de Vigneux-sur-Seine
  • monument à Jeanne d'Arc
    monument à Jeanne d'Arc Melun - square Jeanne d'Arc place Chapu - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine public
    Historique :
    . Ce monument est placé au milieu de la place Chapu, dans le square Jeanne d'Arc. La statue est En 1930, un monument est érigé en souvenir du passage de Jeanne d'Arc à Melun 5 siècles plus tôt exécutée par Saulot, d'après l'original d'Henri Chapu. Le socle est offert par l'entreprise Desgranges.
    Localisation :
    Melun - square Jeanne d'Arc place Chapu - en ville - Cadastre : 1985 AV non cadastré domaine
    Titre courant :
    monument à Jeanne d'Arc
    Appellations :
    Jeanne d'Arc
  • groupe scolaire Jean-Jaurès
    groupe scolaire Jean-Jaurès Draveil - centre - 11bis-15 rue du Docteur-Débordes - en ville - Cadastre : 1983 AE 351
    Historique :
    Une 1ère école mentionnée dans le terrier de 1753 aurait été reconstruite en 1757 (sur le même emplacement) par Claude-Louis d'Aviler, architecte à Paris. Toutefois, le 13 septembre 1818, le conseil l'arrondissement de Corbeil, est présenté au conseil municipal le 7 février 1841, après l'acquisition d'un autre -Débordes. En 1875, le préau de l'école est transformé en gymnase couvert par Adolphe Richard, entrepreneur logement pour le maître-adjoint et 2 bibliothèques sont édifiés par Gustave Drouart, architecte communal réception définitive a lieu le 11 février 1880. En 1880 également, la commune décide la création d'une école effet le 22 octobre 1881. Un projet est dressé par Gustave Drouart ; il comprend la construction d'un institutrices (13, rue du Docteur-Débordes). Les travaux adjugés le 14 avril 1882 sont réceptionnés le 10 mai 1883. En 1894, le préau attenant à la classe enfantine est aménagé pour recevoir une 3e classe. L'école continue à s'agrandir : le 11 août 1906, pour permettre la construction de 2 nouvelles classes et d'une
    Titre courant :
    groupe scolaire Jean-Jaurès
    Appellations :
    groupe scolaire Jean-Jaurès
    Annexe :
    Draveil, groupe scolaire Jean-Jaurès. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I. Archives
    Illustration :
    -1918 apposée sur le mur d'un des bâtiments. IVR11_20069101217XA
  • institution Sainte Jeanne d'Arc
    institution Sainte Jeanne d'Arc Melun - 30 rue Bancel - en ville - Cadastre : 1985 AS 19
    Historique :
    , l'institution est sécularisée et devient le pensionnat Jeanne d'Arc. Vers 1948, l'école est tenue par la Le pensionnat des Sœurs de la Sainte-Enfance de Jésus et de Marie est fondé en 1863, grâce aux (contre 200 en 1950). Les bâtiments anciens ont été conservés, avec quelques remaniements : le volume de la chapelle est aujourd'hui divisé, le rez-de-chaussée étant transformé en foyer pour les élèves (avec percement de baies), et la partie sud en salle des professeurs. Le grand bâtiment en L a été prolongé à ses extrémités, de même que le réfectoire, qui a également été surélevé. Enfin, un bâtiment
    Description :
    L'institution Sainte Jeanne d'Arc comprend deux corps de bâtiments de la fin du 19e siècle. Le plus -sol et deux étages carrés plus comble. Les murs emploient le moellon de calcaire enduit en gros-oeuvre et corniche). Le bâtiment est couvert en tuiles mécaniques (croupe à l'angle). La chapelle est couverte en ardoise (croupe polygonale au chevet). A l'ouest de ce grand bâtiment s'élève le réfectoire
    Titre courant :
    institution Sainte Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Le bâtiment principal : élévation nord, vue depuis le nord-ouest. IVR11_20067700060XA Le bâtiment principal : élévation nord, vue depuis le nord-est. IVR11_20067700061XA Le bâtiment principal : élévation sud, vue générale. IVR11_20067700050VA Le bâtiment principal : élévation sud, avec l'entrée de la chapelle. IVR11_20067700052VA Bannière de procession à l'effigie de sainte Jeanne d'Arc, dans la chapelle. IVR11_20067700058XA
  • Eglise Saint Jean-Baptiste
    Eglise Saint Jean-Baptiste Mantes-la-Jolie - 2 rue La Fontaine - en ville - Cadastre : 2015 AR 212,1034
    Historique :
    L’église saint Jean-Baptiste a été construite en 1968 à l’emplacement de l’église provisoire de grands ensembles. L’église n’est plus le centre du quartier, le point central de la composition, elle est devenue l’un de ses équipements . Elle est située dans le quartier 1 entre les tours et le centre
    Description :
    Le bâtiment, orienté selon la tradition, est modulaire. La nef principale de 500 places comporte
    Titre courant :
    Eglise Saint Jean-Baptiste
  • Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste Le Perreux-sur-Marne - 19 allée de Stalingrad - en ville - Cadastre : 1979 AF 74
    Localisation :
    Le Perreux-sur-Marne - 19 allée de Stalingrad - en ville - Cadastre : 1979 AF 74
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Aires d'études :
    Perreux-sur-Marne (Le)
    Vocables :
    Saint-Jean-Baptiste
  • maison de campagne, 2-4 place Jean Le Vacher, également gendarmerie et maison de peintre
    maison de campagne, 2-4 place Jean Le Vacher, également gendarmerie et maison de peintre Écouen - 2-4 place Jean Le Vacher - Cadastre : 2014 AI 24
    Historique :
    : une plaque en façade commémore le souvenir de Jean Le Vacher, missionnaire et consul de France D’après les recherches menées par Léon Brétaudeau, cette maison était au XVIe siècle celle de Jean Bullant, l'architecte d'Anne de Montmorency, et au XVIIe siècle elle a appartenu à la famille Le Vacher s'étendait aussi sur le bâtiment voisin (rue Jacques-Yvon), a été louée à la gendarmerie. Les minutes que cette partie de la maison puisse être datée du XVIIIe siècle, mais le gros-oeuvre peut être plus maison fut en effet achetée par Emmanuel Duverger et son épouse Elisabeth Seignac, le 18 octobre 1869 grande verrière d'atelier, tournée vers le nord, que l'on voit encore en façade de la maison.
    Référence documentaire :
    La famille de Jean Le Vacher, missionnaire et consul en Barbarie, né à Écouen, 1906. Léon Brétaudeau, « La famille de Jean Le Vacher, missionnaire et consul en Barbarie, né à Écouen », Mémoires de la : éditions Lieux Dits, 2018. Photographies : Jean-Bernard Vialles, avec la collaboration de Laurent Kruszyk
    Description :
    pierre. Le rez-de-chaussée présente cinq fenêtres de taille inégale, une porte piétonne aménagée au
    Auteur :
    [personnage célèbre] Le Vacher Jean [propriétaire] Bullant Jean
    Localisation :
    Écouen - 2-4 place Jean Le Vacher - Cadastre : 2014 AI 24
    Titre courant :
    maison de campagne, 2-4 place Jean Le Vacher, également gendarmerie et maison de peintre
    Texte libre :
    de la Bauvette". Elle possède une riche histoire : propriété de Jean Bullant, l'architecte du connétable de Montmorency, elle appartint ensuite à la famille Le Vacher, dont l'un des membres finit martyr
  • dalle funéraire de Jean Phelipeaux
    dalle funéraire de Jean Phelipeaux Meaux -
    Historique :
    Jean Phelipeaux, docteur en Sorbonne, grand vicaire de Bossuet et trésorier du chapitre de la cathédrale, est mort en 1708. Sa dalle funéraire est toujours en place dans la cathédrale, dans le bas-côté
    Représentations :
    L'iconographie de la dalle se réduit aux motifs funéraires gravés dans le bas : autour d'un crâne
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral sud de la nef
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean Phelipeaux
    Appellations :
    de Jean Phelipeaux
  • dalle funéraire de Jean Dantan
    dalle funéraire de Jean Dantan Meaux -
    Représentations :
    Contrairement aux dalles médiévales qui représentaient le défunt, l'iconographie de cette oeuvre du
    Auteur :
    [sculpteur] Boucher Jean
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean Dantan
    Appellations :
    de Jean Dantan
    Texte libre :
    Cette dalle funéraire du chanoine Jean Dantan, mort en 1660, fait partie de l'ensemble des dalles Vieux-Chapitre, elles furent présentées au musée en 1926 avant de revenir dans le sous-sol du Vieux -Chapitre, leur lieu de conservation actuel. Cette dalle a été commandée par le neveu du défunt, Pierre Hannier, également chanoine de Meaux (il donna les lambris et le tableau de la chapelle Sainte-Geneviève très certainement Jean Boucher, auteur de nombreuses dalles funéraires dans les années 1640-1660. Deux de ses oeuvres sont conservées à Gesvres-le-Chapitre, cure dépendant du chapitre cathédral de Meaux.
  • bannière de procession : Jeanne d'Arc
    bannière de procession : Jeanne d'Arc Maurecourt
    Représentations :
    Sainte Jeanne d'Arc
    Description :
    La sainte est en soie brodée rapportée, le visage est peint. Les inscriptions sont brodées sur deux
    Titre courant :
    bannière de procession : Jeanne d'Arc
  • église paroissiale Saint-Jean-Bosco
    église paroissiale Saint-Jean-Bosco Meaux - 18 avenue Henri Dunant - en ville - Cadastre : BI 778
    Historique :
    Ménager, évêque de Meaux, pose la première pierre. Il consacre l'église le 21 avril 1968. Saint-Jean-Bosco L'église paroissiale Saint-Jean-Bosco fut édifiée en 1967-1968 par Michel Marot (1926-), architecte quatre autres. Elle constitue un des aboutissements des recherches initiées dans le diocèse de Nantes par l'abbé Michel Brion qui aspirait, dans cette période de réflexions précédant le IIe concile œoecuménique nantaises et appliqua le principe de polyvalence des espaces qui en résulte à l'édifice meldois. Cette modularité assurée par un système de cloisons escamotables caractérise le parti architectural. Pourtant les le principe de modulation des espaces sur un seul niveau fut défini. Le 19 mars 1967, Mgr. Jacques
    Description :
    L'église prend place dans le quartier de la Pierre Collinet, sur le site d'anciennes sablières qui panneaux de bois. Suivant l'ouverture de ces parois escamotables, le même espace prend la forme d'une ». Elle forme un auvent sur tout le pourtour qui abrite une banquette en béton moulé ceignant le bâtiment
    Titre courant :
    église paroissiale Saint-Jean-Bosco
    Vocables :
    Saint-Jean-Bosco
    Illustration :
    Vue panoramique depuis le sud-ouest, au nord-ouest la chapelle provisoire détruite au milieu des Vue depuis le nord-est lors de l'abattage des peupliers. A droite, la chapelle provisoire détruite Vue d'ensemble depuis le sud-est avant l'abattage des peupliers. Le lanterneau élancé originel constituait le signal visuel de l'édifice. Il fut remplacé par un pyramidion de plus petite dimension au Vue d'ensemble depuis le sud-ouest lors du chantier de construction. Photographie ancienne, circa Consécration de l'édifice le 8 septembre 1968 par Mgr Jacques Ménager alors évêque de Meaux Consécration de l'édifice le 8 septembre 1968 par Mgr Jacques Ménager alors évêque de Meaux Vue depuis la rue du Pierris. Au premier plan, au centre le conduit d'évacuation de la chaudière qui prend la forme d'un promontoire, à droite on distingue le mécanisme de la cloche. Au second plan , le lanterneau originel aujourd'hui remplacé par un modeste pyramidion. Photographie ancienne, circa
  • dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont Meaux -
    Historique :
    cathédrale, plutôt qu'à celle de Jean de Pierrepont comme le proposait Françoise Baron. Cette dalle est celle de Jean de Pierrepont, évêque de Meaux de 1500 à sa mort en 1510. Elle se trouvait à l'origine dans le sanctuaire de la cathédrale, au nord du maître-autel. Lors du réaménagement du Musée Bossuet, comme la dalle de Guillaume de Saint-Remy (IM77000395). Le tombier qui a réalisé cette tombe était probablement un artiste parisien. On peut en effet rapprocher la dalle de Jean de Pierrepont sur 4 représentant un évêque, avec crosse et mitre, les mains et le visage d'albâtre", à livrer à
    Représentations :
    L'évêque Jean de Pierrepont est représenté en vêtements pontificaux, avec la mitre et la crosse. Il
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le sanctuaire
    Titre courant :
    dalle funéraire de Jean de Pierrepont
    Appellations :
    de Jean de Pierrepont