Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Marsilly (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Marsilly (non étudié) Paris 6e arrondissement - 18 rue du Cherche-Midi
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Hardouin Mansart de Sagonne. C'est l'ornemaniste Nicolas Pineau qui aurait réalisé les sculptures et sans dix ans au marquis de Hautefort. La fille de Claude Bonneau, Madeleine et son époux, Jacques de chaussées, une maison à l'enseigne de la ville de Namur qui appartenait à Jean Baptiste Henry, marchand brasseur. Il fit construire un hôtel entre cour et jardin dont la tradition attribue les plans à Jacques doute aussi le dessin de l'exceptionnelle rampe. Bonneau ne résidait pas dans cet hôtel qu'il loua pour Commines seigneur de Laborde et de Marsilly gentilhomme ordinaire de la chambre du roy honoraire en hérite de généalogie Andriveau.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    panneaux de chaque volée, dissymétriques et tous différents, sont séparés par des pilastres. Un dessin l'auteur du dessin de la rampe.
    Auteur :
    [architecte] Hardouin Mansart de Sagonne Jacques
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel de Marsilly (non étudié)
    Annexe :
    , inv. n° 29102 Bibliographie Gady, Alexandre, les hôtels particuliers de Paris du moyen âge à la Belle
    Illustration :
    Le départ et la première volée de l'escalier. A gauche la porte de l'ancienne loge du portier Le départ et la première volée de l'escalier. IVR11_20097501070NUC4A La gaine de départ et la première volée. IVR11_20097501071NUC4A La gaine de départ vue de face. IVR11_20097501072NUC4A La gaine de départ vue de trois-quart. IVR11_20097501073NUC4A La gaine de départ : vue latérale. IVR11_20097501074NUC4A Le panneau de retour de la première volée. IVR11_20097501075NUC4A Vue du corps central de la façade sur rue. IVR11_20097501066NUC4A La façade antérieure de l'hôtel entre cour et jardin. IVR11_20097501068NUC4A
  • rampe d'appui, départ de rampe d'appui, escalier du petit hôtel de Conti (non étudié)
    rampe d'appui, départ de rampe d'appui, escalier du petit hôtel de Conti (non étudié) Paris 6e arrondissement - 3 impasse Conti
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Roi, se fait construite par Jules Hardouin mansart un petit hôtel plus adapté à sa situation nouvelle En 1669 Henri Duplessis de Guénégaud, qui vient de perdre sa charge de secrétaire de la maison du corps de logis étroit mais double en profondeur.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    disposition est actuellement masquée par un palier moderne. Le dessin de la rampe fut donné par Jules Hardouin Mansart lui-même. Elle est constituée de panneaux larges remplis d'un motif de balustre aux proportions étage. La cage était dotée au niveau supérieur d'un passage bordé par une balustrade de fer. Cette amples dont le dessin reprend la forme d'une amphore. L'amortissement de la rampe est composé d'une
    Auteur :
    [architecte] Hardouin-Mansart Jules
    Titre courant :
    rampe d'appui, départ de rampe d'appui, escalier du petit hôtel de Conti (non étudié)
    Illustration :
    Départ de rampe et vestige du limon de la volée disparue. IVR11_20107500465NUC4A Vue du vide central en forme de rognon d'un escalier secondaire. IVR11_20107500469NUC4A Détail du décrochement de la rampe. IVR11_20107500467NUC4A Détail des panneaux décorés de balustres. IVR11_20107500466NUC4A Vue de l'unique volée de l'escalier. IVR11_20107500464NUC4A
  • dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui Paris
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    , favorisée par l'introduction par Mansart de l'escalier suspendu : l'hôtel de la Vrillière est doté en 1644 L'apparition de la rampe de serrurerie dans les escaliers parisiens a eu lieu dans les années 1640 d'un escalier à rampe de fer. Le Muet en 1642 dote l'hôtel d'Assy d'une belle rampe en ferronnerie qui est la plus ancienne conservée à ce jour. La rampe de ferronnerie connaît un rapide succès et ce dans récemment acquis. De 1680 à 1720, l'emploi de la rampe de serrurerie se généralise et dans les décennies suivantes, elle devient le lieu d'expression des ornemanistes qui produisent alors des chefs d'oeuvre de
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Les premières rampes en serrurerie sont inspirées des balustres de pierre ou de bois des escaliers plus anciens. Ce motif connaît de multiples interprétations et variantes. Par la suite, à partir des . Par ailleurs, le motif à arcades, qui est le plus répandu, apparait dans les années 1710-1720. De 1720 à 1760, les panneaux sont ornés de toutes sortes de motifs, héraldiques, rocaille. Les consoles de
    Titre courant :
    dossier de synthèse sur les escaliers, rampes d'appui et départs de rampe d'appui
    Annexe :
    (Bertrand), « La première œuvre connue de Jules-Hardouin Mansart : le petit hôtel de Guénégaud dit de Conti recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, 1724. rééd. Gregg graveurs, Paris, Bruxelles, 1928,1930, 2 vol. BLONDEL (Jacques-François), De la distribution des maisons . BLONDEL (Jacques-François), Architecture française ou recueils de plans et élévations, coupes et profils , Jombert, 1751-1756, 4 vol. BLONDEL (Jacques-François), Cours d’architecture française ou traité de la dictionnaire des termes propres à chacun de ces arts, Paris, J.-B. Coignard, 1676. FONTAINE (Jacques-Valentin -196. BABELON (Jean-Pierre), FLEURY (Michel), SACY (Jacques de), Richesses d’art du quartier des , Hazan, 1991. BABELON (Jean-Pierre) et MIGNOT (Claude), dir., François Mansart, le génie de (Pierre-Yves), François Mansart, les bâtiments, Marchés de travaux 1623-1665, Paris, Centre Historique des , 1698-1771, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, 2e éd GADY (Alexandre), « De Mansart à
    Texte libre :
    l’escalier suspendu. Ces recherches croisent alors celles des artisans : la rampe de serrurerie est née. De cette époque fastueuse subsistent de nombreuses traces : près de mille deux cents rampes ont ainsi été inventoriées par une étude minutieuse de plusieurs années. Au sein de ce vivier foisonnant ont été sélectionnés d'un travail universitaire. Il a donné lieu à une publication en 2011 : Région Ile-de-France .). Escaliers parisiens sous l'Ancien régime, l'apogée de la serrurerie. Paris : Somogy éditions d'Art - voir méthodologie de l'inventaire et 102 dossiers ont été réalisés par Roselyne Bussière, avec l'aide de Maud
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier de l'hôtel de La Vallière (détruit), 6 rue Saint-Jacques. Carte Vue d'ensemble de l'escalier détruit, hôpital Cochin, 27 rue du Faubourg-Saint-Jacques. Carte Un atelier de serrurier avec four mural. Gravure, 18e siècle. Tiré de : L'Encyclopédie, Serrurerie -ferronnerie / Diderot et d'Alembert. Réédition, Bibliothèque de l'Image, 2002. IVR11_20107500866NUC4A Un atelier de serrurier avec four central. Gravure, 18e siècle. Tiré de : L'Encyclopédie , Serrurerie-ferronnerie / Diderot et d'Alembert. Réédition, Bibliothèque de l'Image, 2002 Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer Modèles de panneaux droits en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré de : Le fer Modèles de panneaux droits et de grilles en ferronnerie (non localisé). Gravure, 17e siècle. Tiré
  • rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du L'abbaye royale du Val-de-Grâce a été fondée en 1621 par la reine Anne d'Autriche, pour abriter une communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les premiers bâtiments du monastère s'ajoutèrent aux bâtiments préexistants de l'hôtel du Petit Bourbon. Après les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. La rampe a été
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    L'escalier dit de l'infirmerie se trouve dans l'angle sud-ouest du monastère. Très large pour sobrement ornés de couronnes de laurier et de palmes d'une part, d'une inscription d'autre part. La rampe est composée de panneaux presque carrés dont le décor est formé d'un médaillon entouré de quatre anses de panier qui se dédoublent vers les écoinçons. Deux pistils pointent vers le haut et vers le bas et deux frises d'anses de panier affrontées l'encadrent.
    Localisation :
    Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l'infirmerie de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non
    Appellations :
    de l'infirmerie
    Illustration :
    L'escalier qui desservait les appartements de l'abbesse, dit aussi escalier de l'infirmerie, vue L'escalier qui desservait les appartements de l'abbesse, dit aussi escalier de l'infirmerie, les L'escalier qui desservait les appartements de l'abbesse, dit aussi escalier de l'infirmerie, détail des panneaux de ferronnerie dans la partie droite. IVR11_20097500841NUC4A L'escalier qui desservait les appartements de l'abbesse, dit aussi escalier de l'infirmerie, détail des panneaux de ferronnerie dans la partie rampante. IVR11_20097500842NUC4A L'escalier qui desservait les appartements de l'abbesse, dit aussi escalier de l'infirmerie, détail
  • rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié) Paris 1er arrondissement - 19 place Vendôme
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Derrière la façade de la place Vendôme édifiée par Jules Hardouin-Mansart, le financier Antoine Crozat charge Pierre Bullet de bâtir, en 1700-1702, un hôtel pour lui-même (n° 17), puis en 1707 un ses fils Crozat de Tugny et Crozat de Thiers, qui tout deux s'adressent à Contant pour leur rénovation . Deux escaliers exceptionnels y furent réalisés, seul celui de l'hôtel d'Evreux subsiste.
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    Les travaux de Contant d'Ivry concernent notamment la reconstruction de l'escalier d'honneur situé à l'intersection de l'angle nord. Le péristyle de Bullet est fermé par des huisseries et transformé entrée est marquée par un arc surbaissé au décor très rocaille et au remarquable travail de stéréotomie (jeux de tons de couleurs dans l'assemblage des pierres). Du vide central rectangulaire de l'escalier de Bullet, Contant passe à une forme de coquille demi-ovale avec un escalier à deux volées épousant la ligne des murs. Cet escalier, d'un volume inférieur au précédent, permet de gagner de l'espace au rez-de -chaussée et à l'étage. La rampe de bronze et de fer poli est amortie par deux consoles de départ qui se ressort. La rampe se compose d'un motif répétitif de postes, orné de feuilles et de fleurs d'acanthes
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôtel d'Evreux (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la façade sur la place. IVR11_20097501474NUC4A Vue d'ensemble du fronton de la façade sur la place. IVR11_20097501473NUC4A Vue du fronton de la façade sur la place en contre-plongée. IVR11_20097501472NUC4A Vue d'ensemble de la façade concave du bâtiment d'entrée. IVR11_20097501469NUC4A Vue d'ensemble de la cour d'honneur. IVR11_20097501466NUC4A Vue d'ensemble du vestibule et de l'escalier. IVR11_20097501454NUC4A Vue de l'escalier depuis le vestibule. IVR11_20097501453NUC4A Vue d'ensemble de l'escalier en fer-à-cheval. IVR11_20097501452NUC4A Vue de la partie droite de la volée en fer-à-cheval. IVR11_20097501451NUC4A Détail de la ferronnerie. IVR11_20097501455NUC4A
  • rampe d'appui, escalier de l' hôpital dit hôtel des Invalides (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de l' hôpital dit hôtel des Invalides (non étudié) Paris 7e arrondissement - 129 rue de Grenelle
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Jules Hardouin-Mansart qui est chargé d'en faire les plans et de la construire et décorer. Elle sera Bruand en 1670 et les travaux commencèrent à la fin de cette année. La première pierre fut posée en
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Description :
    derniers permettent depuis le rez-de-chaussée où se trouvent les réfectoires de gagner les infirmeries qui gouverneur et de son Etat-major et du médecin), les escaliers B, C desservent trois niveaux mais présentent l'aile sud. Le pavillon qui l'abrite est couvert d'une voûte en arc de cloître et il est à l'italienne voûte. La rampe est constituée de panneaux étroits avec un motif de volutes à l'intérieur.
    Localisation :
    Paris 7e arrondissement - 129 rue de Grenelle
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de l' hôpital dit hôtel des Invalides (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'une galerie de liaison à balustres de bois entre l'aile sud et orientale Vue d'ensemble du pavillon abritant la cage de l'escalier J à la jonction entre l'aile orientale et Vue d'ensemble de l'escalier J. IVR11_20107500199NUC4A Le départ de l'escalier J. IVR11_20107500200NUC4A La voûte presque plate qui soutient le deuxième volée de l'escalier J. IVR11_20107500202NUC4A Vue de la cour d'honneur. IVR11_20107500196NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital (non étudié) Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de François Mansart. Mais les efforts portèrent d'abord essentiellement sur l'église. Le chantier du L'abbaye royale du Val-de-Grâce a été fondée en 1621 par la reine Anne d'Autriche, pour abriter une communauté de religieuses bénédictines. Le chantier se déroula en plusieurs phases. Dans les années 1630, les premiers bâtiments du monastère s'ajoutèrent aux bâtiments préexistants de l'hôtel du Petit Bourbon. Après les troubles de la Régence, le chantier prit de l'ampleur à partir de 1645, avec un ambitieux projet monastère reprit quant à lui à partir de 1654-1655, sur un nouveau dessin de Pierre Le Muet. Les travaux commencèrent par le pavillon nord-est, qui devait abriter le nouvel appartement de la reine, plus vaste et plus
    Description :
    Le nouveau pavillon de la reine au nord-est de l'abbaye, construit sur un dessin de Pierre Le Muet à partir de 1654-1655, comprend des pièces sur deux niveaux (salle basse servant d'ermitage et appartement comprenant chambre à alcôve et cabinet à l'étage). Il est desservi par un escalier montant de fond contre les murs de la cage. La rampe est composée de panneaux étroits avec des balustres à l'intérieur continue d'ovales double le sommier, une autre frise haute est composée d'esses affrontées. Le chiffre de
    Localisation :
    Paris 5e arrondissement - 227 rue Saint-Jacques
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier du pavillon de la Reine de l'abbaye du Val-de-Grâce, actuellement hôpital
    Appellations :
    de la Reine
    Illustration :
    L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue d'ensemble. IVR11_20097500844NUC4A L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, vue des volées du premier et du deuxième étage L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, au dela du 1er étage, le bois succède à la L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail des panneaux de ferronnerie L'escalier qui desservait le pavillon de la Reine, détail de l'amortissement du dernier palier Le premier escalier de la Reine, en pierre. IVR11_20097500837NUC4A
  • rampe d'appui, escalier du couvent dit hôtel des Dames de Saint-Chaumont (non étudié)
    rampe d'appui, escalier du couvent dit hôtel des Dames de Saint-Chaumont (non étudié) Paris 2e arrondissement - 226 rue Saint-Denis
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    de l'Union Chrétienne, fit rebâtir le logis destiné aux plus riches dames pensionnaires par Mansart de Sagonne. L'escalier et sa rampe furent détruits vers 1880 lorsque le bâtiment fut surélevé. Monsieur Vachet fonda une communauté de l'Union Chrétienne pour employer les soeurs à trois tâches essentielles : à l'instruction des jeunes filles à la vertu et la piété, à retirer des femmes de qualité délaissées par leur mari ou des veuves, enfin à convertir des jeunes filles au catholicisme. Mademoiselle de Croze consacra son temps et sa fortune à l'établissement de cette communauté à partir de 1673. Le vieil hôtel de Monsieur de Saint-Chaumont situé rue Saint-Denis fut acquis en 1683 avec le jardin et les
    Description :
    La rampe, connue par le relevé de César Daly, est composée de grands panneaux alternant aux quartiers tournants avec de plus petits. Les trois grands panneaux, seuls visibles sur le relevé, sont d'un dessin différent. Le premier s'organise autour d'un fleuron entouré de part et d'autre d'un motif végétal dessin. Le second panneau, d'un dessin plus riche, s'organise autour d'un cartouche circulaire orné de godrons et rehaussé de petites feuilles d'eau. Au centre se trouve le symbole héraldique de la communauté des filles de l'Union Chrétienne : un coeur enflammé, transpercé de deux flèches, surmonté d'une croix . De part et d'autre du cartouche s'organisent, dans une construction pyramidale, deux diagonales
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier du couvent dit hôtel des Dames de Saint-Chaumont (non étudié)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de l'escalier Gravure, 1880. Tiré de : Motifs historiques d'architecture et de commencement de la Renaissance à la fin de Louis XVI / César Daly. Paris : Ducher, 1880. IVR11_20107500870NUC4A Détail du départ de la rampe et de la première volée Gravure, 1880. Tiré de : Motifs historiques d'architecture et de sculpture d'ornement (deuxième série) : décorations intérieures empruntées à des édifices français, du commencement de la Renaissance à la fin de Louis XVI / César Daly. Paris : Ducher, 1880 Détail du deuxième palier Gravure, 1880. Tiré de : Motifs historiques d'architecture et de commencement de la Renaissance à la fin de Louis XVI / César Daly. Paris : Ducher, 1880. IVR11_20107500868NUC4A Vue de la cour. IVR11_20097501426NUC4A
1