Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • monument commémoratif Jacques Daburon
    monument commémoratif Jacques Daburon Enghien-les-Bains - rue du Général de Gaulle rue Jules Regnault - en ville - Cadastre : 1995 AE 293, 288, 287
    Historique :
    C'est dans le square Daburon créé en 1960, dénommé depuis l'établissement de la ZAC promenade un édicule en forme de rocher, le sculpteur Albert de Jaeguer (1908 1992) dispose un médaillon sculpté à l'effigie du militaire. Le monument est inauguré le 15 mai 1960.
    Représentations :
    Sur le bas relief figure le portrait du capitaine Jacques Daburon.
  • monument à Bossuet
    monument à Bossuet Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Signatures en bas à droite : "Ernest Dubois statuaire. Malgras-Delmas architecte". Inscription sur le socle, en lettres majuscules dorées : "Hoc in pace Jacobus Benignus Bossuet episcopus meldensis (1704). Inscription au revers du monument, dans un cuir découpé sous le médaillon : "Rocroy".
    Historique :
    nouveau monument à Bossuet, plus digne de sa mémoire que la statue (très critiquée) de Ruxtheil. Le projet Grand Palais lors de l'Exposition Universelle de 1900, et remporta la médaille d'or. Le monument aurait dû être installé dans la cathédrale pour le bicentenaire de la mort de Bossuet, en 1904, mais le constituée à cet effet. Le monument fut enfin installé en septembre 1907 dans la cathédrale, mais à un emplacement moins en vue que celui prévu à l'origine. L'inauguration se fit le 29 octobre 1911.
    Représentations :
    Bossuet en pied, en vêtements épiscopaux, lève le bras dans un geste d'orateur. A ses pieds, un : à gauche, un jeune homme assis (le Grand Dauphin, dont Bossuet fut le précepteur) et une jeune femme cape et cuirasse et tenant ses gants à la main (le protestant Turenne, converti par Bossuet). Au revers du monument, le Grand Condé (dont Bossuet fit également l'oraison funèbre) est représenté en buste
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord de la nef
    États conservations :
    Le monument, de même que la statue de Bossuet assis dans l'autre collatéral, a fait l'objet d'un
    Texte libre :
    -Bénigne Bossuet (1681-1704) : une dalle funéraire (IM77000265) dans le sanctuaire, et deux monuments sculptés dans la nef. Le plus imposant est celui-ci, sculpté par Ernest Dubois et inauguré en 1911. De
    Illustration :
    Détail : le buste de Bossuet. IVR11_20087700431NUC4A Détail : le Grand Dauphin. IVR11_20087700433NUC4A Détail du revers : en médaillon, le prince de Condé, vainqueur de Rocroy. IVR11_20087700558NUC4A
  • monument commémoratif Jean Mermoz
    monument commémoratif Jean Mermoz Enghien-les-Bains - rue Peligot rue du Départ rue Jules Ferry - en ville - Cadastre : 1995 AB 206
    Historique :
    Le monument est constitué d'un socle sur lequel est disposé un bas-relief à l'effigie de l'aviateur , œuvre du sculpteur Paul Ducuing (1867-1949) accompagné de l'inscription : Le souci rapproche les cœurs dans l'Aude. En Île-de-France, le musée du quai Branly conserve une série de bustes de personnalités
    Représentations :
    Sur le bas relief figure le portrait en buste de Jean Mermoz, de profil, en tenue d'aviateur.
    Illustration :
    orner le square. Photographie, 1959. (AM Enghien-les-Bains, O97) IVR11_20099500148NUC4A Détail du bas-relief dû au sculpteur Paul Ducuing, 1936. IVR11_20089500180NUC4A
  • monument à Henri Moissan
    monument à Henri Moissan Meaux - place Henri Moissan - - Cadastre : BR non cadastré
    Historique :
    médaillon du même sculpteur rappelle également le souvenir d'Henri Moissan dans le vestibule du collège
    Description :
    Le monument, malheureusement en mauvais état, représente le buste du chimiste ainsi que ses plus importantes inventions : le four électrique (avec lequel il créa notamment le diamant articiel) et l'isolement
    Illustration :
    Le buste d'Henri Moissan, vu de face. IVR11_20097700267NUC4A Le buste d'Henri Moissan, vu de trois-quarts. IVR11_20097700266NUC4A Vue du bas-relief sur la face antérieure du socle : four électrique avec supports pour courants de 110 volts et 1000 ampères, invention d'Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four Vue du bas-relief sur la face latérale droite du socle : l'électrolyseur utilisé par Henri Moissan pour isoler le fluor (le tube en U et les électrodes sont en platine). IVR11_20097700269NUC4A Vue du bas-relief sur la face latérale gauche du socle : schéma du four électrique inventé par Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four électrique", par M. Henri Moissan, 1897, p. 7
  • monument au général Raoult
    monument au général Raoult Meaux - place Henri IV - - Cadastre : BD non cadastré
    Historique :
    Le général Raoult * Le comité choisit comme sculpteur Jean-Paul Aubé, "pour l'origine meldoise de sa famille, et la notoriété de ses oeuvres." Le monument fut inauguré le 4 octobre 1891. La statue et les bas-reliefs en bronze furent démontés en février 1942 pour être fondus.
    Description :
    deux bas-reliefs en bronze, représentant l'entrevue de Raoult avec le général russe Totleben au siège Le monument se composait d'une statue de bronze du général en pied, posée sur un piédestal orné de
    Illustration :
    Le monument au général Raoult, place Henri IV (détruit pendant la seconde guerre mondiale). Carte
  • Monument du cimetière
    Monument du cimetière Clamart - 104 rue Porte-de-Trivaux (de la) - en ville - Cadastre : 2017 BH 46 2017 BG 417
    Historique :
    bas-reliefs et le coulage de l’ensemble de la sculpture en une seule journée. particularités, la substance par-delà les accidents » et cite encore Malraux « Le seul domaine où le divin soit déjà auteur d’un monumental Lion de Juda (12 m) à Addis-Abeba, le soin de réaliser l’oeuvre, très probablement sur la base d’indications assez précises. L’artiste réalise un premier moule pour un bas-relief
    Description :
    chacune de ses quatre faces de nombreux bas-reliefs illustrant les signes du zodiaque, ou leur équivalence , dans quatre civilisations : le zodiaque occidental, les heures aztèques, le zodiaque lunaire cambodgien , enfin les signes africains des éléments et constellations. Ces bas-reliefs s’inscrivent dans la même trame géométrique ponctuée de pointes de diamant que les parements des bâtiments du cimetière. Le par Auzelle. Le sculpteur quant à lui, tout en inscrivant sa réalisation dans ce cadre architectural , déploie toute sa créativité dans le dessin très graphique des reliefs alternant personnages ou animaux monumentale lorsque l’on pénètre dans le cimetière jusqu’à la découverte globale des reliefs lorsque l’on se espaces du cimetière voulus par l’architecte. La sculpture, grand signal marquant une coupure avec le monde extérieur et favorisant le recueillement demeure aujourd’hui l’un des emblèmes du cimetière
    Illustration :
    Projet de monument pour le premier projet de cimetière, par Robert Auzelle, janvier 1947. SIAF/CAPA l’agence de Auzelle. Les motifs des bas-reliefs sculptés ne correspondent pas aux réalisations de Calka et dans le lointain, le monument, déjà terminé. SIAF/CAPA. Fonds Robert Auzelle 242 IFA, boite 50, affaire Vue d’ensemble du monument. A l’arrière-plan, le monument funéraire de la famille Auzelle Détail du bas-relief ayant servi à tester la technique du moulage sur l’un des piliers du bâtiment Vue rapprochée du monument. Détail des bas-reliefs : éléments géométriques, personnages et animaux Autre détail des bas-reliefs, des poissons, un aigle. IVR11_20179200167NUCA Autre détail d’un bas-relief représentant une femme tenant un panier et semant des graines Autre détail d’un bas-relief représentant un chevalier sur sa monture. IVR11_20179200169NUCA Bas-relief représentant un bélier. IVR11_20179200170NUCA
  • Dodécaèdre
    Dodécaèdre Villetaneuse - 95 rue Marcel-Sembat - en ville
    Historique :
    Le dodécaèdre figure déjà sur les plans du dossier d’adjudication de l’ossuaire d’octobre 1971 . Auzelle en précise le dessin pour le dossier d’adjudication de la sculpture elle-même, en mai 1973
    Description :
    L’architecte place toujours une sculpture monumentale dans ses cimetières, le monument constituant -forme supérieure qui donne accès aux ossuaires individualisés ou au niveau du patio, en contre-bas imprimée lors de son ouverture, il explique son parti : « Le dodécaèdre, l’un des cinq corps platoniciens , le plus parfait, se prête à de multiples interprétations suivant les conceptions philosophiques ou identique en granit noir de Suède exprime l’imbrication et le dialogue de la forme matérielle éphémère et de le pouvoir d’incarner l’univers global ». Ainsi Auzelle choisit-il ce volume pour le cœur de sa concessions plus longues, lorsque les familles ne souhaitent pas perpétuer le souvenir du défunt grâce à un ossuaire individuel. Dans son premier projet pour le cimetière, l’ossuaire était implanté dans un monument au fil des années). Les murs auraient été recouverts des noms des défunts, constituant ainsi le radicalement son projet et d’abandonner le concept de nécrologe, l’architecte cherche à maintenir sa volonté
    Illustration :
    Vue d’ensemble au niveau bas. Le miroir d’eau qui recouvrait le sol de granit noir a été supprimé Vue rapprochée et détail de la végétation qui envahit le socle du monument. IVR11_20179300306NUCA
1