Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 160 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • demeure dite propriété Chapuis, actuellement mairie
    demeure dite propriété Chapuis, actuellement mairie Draveil - centre - 97bis boulevard Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 1983 BC 238
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    En 1735, Jean Monglas, secrétaire du cardinal de Fleury, achète, en bordure de la Grande-Rue, une propriété anciennement constituée des deux fiefs de Genippa et de Tessonville, et y fait construire une maison avec cour et jardin. Au siècle suivant cette maison est agrandie par l'adjonction de deux corps de bâtiment latéraux. En 1891, Louis Chapuis, négociant en vins, président du tribunal de commerce de la Seine , achète le domaine, et en 1906 fait édifier autour d'une cour un ensemble de communs de style néo-normand . En 1943, la maison Chapuis devient propriété de la commune ; celle-ci, par délibération du 22 juin 1941, a prévu d'y installer les services municipaux et de transformer le parc de 4 ha en terrain de sports. En 1949, les communs sont aménagés en bains-douches et atelier de mécanique, après démolition du pigeonnier situé au milieu de la cour. En 1963, l'ensemble des services de la mairie est regroupé dans la maison Chapuis. A l'arrière, le terrain de football, qui s'étendait sur l'ancienne pelouse aménagée au
    Description :
    Lee façades de la demeure sont enduites ; les communs sont construits en meulière et brique avec
    Étages :
    étage de comble
    Annexe :
    . Archives . A. M. Draveil, 986 W 60 : acquisition de la propriété Chapuis par la Ville, travaux divers historique de Draveil, avril 2001, p. 50-51. - Fontaine, René. Draveil et son histoire. Draveil, 1981, p
    Illustration :
    Détail de la lucarne-pignon de la façade principale portant l'horloge. IVR11_20069100397XA Détail de la console en ferronerie supportant la marquise de la porte d'entrée. IVR11_20069100401XA Détail de l'agrafe de la corniche cintrée en archivolte sur l'extrados de l'arc de la porte Détail d'un mascaron en agrafe au-dessus d'une baie du rez-de-chaussée (tête de faune Détail d'un mascaron en agrafe au-dessus d'une baie du rez-de-chaussée (tête de femme Le pavillon des gardiens encadré par les deux portes d'entrée de la cour des communs La cour des communs et son entrée du côté de l'hôtel de ville. IVR11_20069100412XA Bâtiment situé sur le côté de la cour des communs. IVR11_20069100410XA
  • ferme dite grande ferme de Noisy
    ferme dite grande ferme de Noisy Vigneux-sur-Seine - Noisy - voie communale n° 2 chemin rural n° 1 de Noisy au bac d'Ablon - en écart - Cadastre : 1983 AV 182 2011 AV 291
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La grande ferme de Noisy est le dernier témoin de l'ancien hameau du même nom qui formait une seigneurie dépendant du chapitre de Saint-Germain-l'Auxerrois ; ellle s'étendait en bordure de la Seine, en face de Mons et d'Ablon. Le hameau fut ruiné en 1575. La grande ferme de Noisy entra en 1695 parmi les biens de l'Hôtel-Dieu de Paris ; elle contenait alors 352 arpents. En 1710 l'Hôtel-Dieu la vendit aux seigneurs de Crosnes et de Noisy. En 1816 ses terres s'étendaient sur 168 ha. Elle fut acquise en 1842 par la famille Chodron de Courcel, en même temps que la petite ferme détruite en 1870 par l'artillerie
    Localisation :
    Vigneux-sur-Seine - Noisy - voie communale n° 2 chemin rural n° 1 de Noisy au bac d'Ablon - en
    Titre courant :
    ferme dite grande ferme de Noisy
    Annexe :
    Vigneux-sur-Seine, grande ferme de Noisy. Sources et bibliographie DOCUMENTATION I . Bibliographie - Chodron de Courcel, Robert. Vigneux-sur-Seine, étude historique. Le Livre d’histoire, 2004, p . 80-93. - Vigneux, ville ouverte. Société d’histoire de Draveil et Vigneux, 2008, p. 117-119.
    Vocables :
    grande ferme de Noisy
    Illustration :
    Les fermes de Noisy ; photographie extraite de la monographie communale rédigée en 1899 par Vue d'ensemble des bâtiments. Au centre la porte cochère donnant accès à la cour de la ferme Vue latérale du bâtiment situé sur le côté est de la cour de la ferme. IVR11_20079101393XA
  • ciboire à base polylobée
    ciboire à base polylobée Draveil - centre - 1 place de la République
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    Draveil - centre - 1 place de la République
  • ferme du Touchet
    ferme du Touchet Étréchy - Vaucelas - route du Touchet - isolé - Cadastre : 000 ZK 28
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    remonter au 14e siècle. Les croix de Malte sculptées dans la cave suggèrent que la ferme appartenait aux Hospitaliers et dépendait sans doute de la Commanderie voisine de Chauffour. La cave a par ailleurs été remaniée vers le 16e siècle (adjonction de l'alvéole nord-est) et son accès a été modifié au 17e ou au 18e
    Représentations :
    croix de Malte
    Murs :
    pierre de taille pan de bois
    Description :
    . Les bâtiments sont pour l'essentiel construits en moellons de calcaire et en grès. Sur le côté -vis, à l'ouest, s'élève la grange avec ses deux porches. Les deux autres côtés de la cour sont bordés d'autres bâtiments agricoles, notamment une charreterie en pans de bois qui s'adosse à la grange au sud-est . Une petite porte ancienne en plein cintre (16e siècle) s'ouvre dans l'angle sud-est de la cour, près une cave qui a constitué l'essentiel de l'étude. On y accède par un escalier droit ouvrant sur la cour . Cet escalier de onze marches donne accès à une première salle voûtée en berceau, éclairée par un soupirail percé dans le mur sud. Un deuxième escalier droit de dix marches, sur le côté nord, conduit à la deuxième partie de la cave, plus ancienne. Un couloir dessert trois salles voûtées d'ogives. Les piliers et les ogives sont construits en grès appareillé, le reste de la cave est en moellons de calcaire. Deux des salles portent une croix de Malte à la clé de voûte. Celle du nord-est diffère légèrement des deux
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Aires d'études :
    Centre-Essonne (cantons de Dourdan, Saint-Chéron)
    Illustration :
    Détail du tympan en tiers-point et de l'arcature trilobée de la porte piétonne La première partie de la cave. IVR11_20119100210NUC4A Cave. Clé de voûte de la salle sud-est. IVR11_20119100214NUC4A Cave. Clé de voûte de la salle nord. IVR11_20119100217NUC4A Cave. Vue prise depuis l'est de la salle nord et de la salle nord-est au fond Cave. Vue de la salle nord-est depuis l'ouest. IVR11_20119100219NUC4A Cave. Clé de voûte de la salle nord-est. IVR11_20119100220NUC4A
  • maison de vigneron, 18 rue Carnot
    maison de vigneron, 18 rue Carnot Maurecourt - 18 rue Carnot - en ville - Cadastre : 1983 AI 108, 339
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de vigneron
    Historique :
    Des bâtiments sont attestés sur le plan de 1701, sans qu'on puisse en préciser la nature. Le plan de 1731 est plus explicite : il permet de voir que la partie la plus ancienne est celle des celliers
    Description :
    le passage. Ce cellier a une voûte bien appareillée. Au dessus petit corps de bâtiment composé de ) en rez-de-chaussée et un grenier à l'étage à charpente apparente. Le bâtiment suivant, placé perpendiculairement, comportait une habitation (deux pièces en rez-de-chaussée surélevé) un cellier voûté en dessous (cellier n°3). Un autre bâtiment qui lui était accolé a été détruit. Ensuite en face de l'entrée un vaste actuel à un étage tourne quasiment le dos à la cour. Ses ouvertures sont essentiellement du côté de la
    Titre courant :
    maison de vigneron, 18 rue Carnot
    Illustration :
    Plan de situation des caves. IVR11_20097800020NUDA Plan de la seigneurie d'Andrésy, 1731 des deux maisons 18 et 20 rue Carnot. (AN, N IV Seine-et-Oise Lattis du plafond de l'ancienne habitation. IVR11_20077800424XA Lattis en mauvais état du plafond de la seconde pièce de l'ancienne habitation. IVR11_20077800426XA Entrée de la cave semi enterrée sous l'ancien logis. IVR11_20077800428XA Entrée de la cave semi enterrée sous l'ancien logis détail d'une bouche d'aération au dessus de la Vue d'ensemble de la cave semi enterrée sous l'ancien logis. IVR11_20077800432XA Entrée de la cave très profonde se trouvant à l'entrée sous le passage charretier
  • maison de campagne, 6 rue du Général-Leclerc
    maison de campagne, 6 rue du Général-Leclerc Andrésy - 6 rue du Général-Leclerc - en ville - Cadastre : 1983 AS 248
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Pendant tout le 18e siècle, selon des archives privées la maison appartint comme maison de campagne Bricault, écuyer ancien capitaine de régiment royal, demeurant ordinairement à Paris. La maison a appartenu achetée par le comte Abraham Louis Chassepot de Beaumont. En 1821 elle appartient à Jean-Marie Malot. En 1862 la manufacture d'articles de Paris de François Armand Blanchon s'y installe. En 1892 elle appartient à la société Moraine et Marchal, successeur de Blanchon, qui la vend en 1919. La maison servait de logement comme l'atteste un plan de la série 7 M.
    Précision dénomination :
    maison de campagne
    Description :
    postales). La maison qui est de plain-pied avec le jardin est à demi enterrée côté rue des Courcieux où les ouvertures sont petites. La remise fait désormais partie de la parcelle voisine.
    Étages :
    étage de soubassement étage de comble
    Titre courant :
    maison de campagne, 6 rue du Général-Leclerc
    Texte libre :
    La totalité du dossier (incluant aussi la synthèse et/ou la bibliographie) est disponible en bas de
    Illustration :
    Plan de localisation. (AD Yvelines, 7 M 105). IVR11_20087800659NUC2A Plan de distribution à l'époque de l'usine de jouets en 1912. (AD Yvelines, 7 M 105 Vue de la façade sur jardin. IVR11_20057800144XA Vue de l'escalier. IVR11_20057800148XA
  • maison de vigneron, 27 rue de l' Abreuvoir
    maison de vigneron, 27 rue de l' Abreuvoir Chanteloup-les-Vignes - 27 rue de l' Abreuvoir - en ville - Cadastre : 1988 AM 163
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Genre :
    de vigneron
    Historique :
    Sur le cadastre napoléonien de 1821, il y a quatre propriétés différentes : sans doute trois
    Description :
    Il s'agissait au départ de trois petites maisons rurales avec chacune leur escalier et leur cellier prolongement et la 3858 un cellier plafonné. A l'entrée de la cour se trouvent des annexes placées en héberge
    Localisation :
    Chanteloup-les-Vignes - 27 rue de l' Abreuvoir - en ville - Cadastre : 1988 AM 163
    Titre courant :
    maison de vigneron, 27 rue de l' Abreuvoir
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la cour d'entrée depuis la rue. IVR11_20087800084NUC4A Bâtiment à gauche de la cour correspondant à une première maison de vigneron Entrée du cellier à droite de la cour. IVR11_20087800088NUC4A Le bâtiment à droite de la cour correspondant à une deuxième maison d evigneron Escalier entre deux murs conduisant à l'étage de la maison à droite de la cour Escalier entre deux murs conduisant à l'étage de la maison à gauche de la cour Le jardin à l'arrière de la maison. IVR11_20087800312XA
  • oratoire de Notre-Dame
    oratoire de Notre-Dame Andrésy - rue de Chanteloup - en ville - Cadastre : 1983 AM 222
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Il est difficile de dater cet édicule qui a été repris à maintes reprises.
    Localisation :
    Andrésy - rue de Chanteloup - en ville - Cadastre : 1983 AM 222
    Titre courant :
    oratoire de Notre-Dame
    Illustration :
    Vue de l'oratoire du quartier de Denouval. Carte postale. (Collection particulière Oratoire situé au carrefour de Denouval. IVR11_20067800444XA Vue d'ensemble de l'oratoire. IVR11_20077800371XA
  • maison, 18 rue de l'Eglise
    maison, 18 rue de l'Eglise Andrésy - 18 rue de Eglise - en ville - Cadastre : 1983 AT 583
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    L'implantation de la maison est déjà la même sur le plan terrier de 1731. Le grenier a été
    Observation :
    cette maison de bourg est intéressante par son module minimal.
    Description :
    Cette maison pourrait être celle qui est décrite de la manière suivante dans le terrier de 1767 : une portion de maison...consistant en boutique, chambre et grenier dessus, scellier sous ladite
    Étages :
    étage de soubassement
    Localisation :
    Andrésy - 18 rue de Eglise - en ville - Cadastre : 1983 AT 583
    Titre courant :
    maison, 18 rue de l'Eglise
  • ciboire
    ciboire place Cardinal Mercier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Inscriptions & marques :
    poinçon de maître poinçon garantie et titre sur le couvercle : Minerve premier titre ; poinçon de maître : dans un
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ciboire d'une grande simplicité, dépourvu de décor mais enrichi par une paire de boucle d'oreilles (ornées de brillants, perles et pierre bleue) rapportées sur le pied et une bague ( orné de brillant et de
  • chape
    chape place Cardinal Mercier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Représentations :
    Le pélican entouré de rayons est disposé au centre du chaperon entouré de volutes de feuillages et de fleurs.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    d'or. Brodé de fils d'or et de fils d'argent il est bordé sur le col par un galon doré et ourlé sur son ensemble d'une frange de fils d'argent.
    Illustration :
    Détail du chaperon orné d'un pélican, au dos de la chape. IVR11_20099500010NUC4A
  • croix de procession
    croix de procession place Cardinal Mercier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    croix de procession
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    croix de procession
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la croix de procession. IVR11_20099500036NUC4A
  • ornement doré : chappe ; dalmatiques (2) ; chasuble ; étoles (2) ; manipules (3) ; voile de calice ; bourse
    ornement doré : chappe ; dalmatiques (2) ; chasuble ; étoles (2) ; manipules (3) ; voile de calice ; bourse place Cardinal Mercier
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Dénominations :
    voile de calice
    Représentations :
    La chape et la dalmatique sont ornées d'un décor végétal rythmé dans une organisation de motifs un cadre polylobé. La chape ferme par deux boucles de métal figurant l'alpha et l'oméga. La chasuble est ornée des végétaux symboliques liés à la messe : des bouquets d' épis de blé associés à une rose et des pampres de vigne, ainsi que de la scène du baptême du christ sur le dos du vêtement.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Ensemble d'un ornement en drap d'or doublé de tissu de coton rouge et de tissu rouge damassé pour la chasuble qui est de forme dite à la française. Chaque pièce est ornée sur son pourtour d'un motif de broderie végétal. Le chaperon est entouré d'un galon et de franges en fils de métal doré. Aux éléments de broderie au point de feston, passé empiétant et point de tige avec des fils de coton, souvent sur une âme de carton pour en assurer une plus grande rigidité, s'ajoutent divers matériaux : canetille sur la dalmatique, paillette, galon de fil d'or et cabochons métalliques sur la chasuble. Sur le dos de cette dernière, les personnages de la scène du baptême sont faits de tissu peint et rebrodé.
    Titre courant :
    ornement doré : chappe ; dalmatiques (2) ; chasuble ; étoles (2) ; manipules (3) ; voile de calice
    Dimension :
    manches = 1,19 cm, h = 1,02 cm ; dimensions du chaperon de la chape : h = 50 cm, la = 49 cm)
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la chape. IVR11_20099500007NUC4A Détail du chaperon au dos de la chape. IVR11_20099500009NUC4A Vue d'ensemble de la dalmatique. IVR11_20099500001NUC4A Vue d'ensemble de la chasuble. IVR11_20099500008NUC4A Vue d'ensemble du dos de la chasuble. IVR11_20099500004NUC4A Détail du motif brodé au centre de la crois sur le dos de la chasuble : baptême du Christ
  • les écoles de Melun
    les écoles de Melun Melun
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Dès le 18e siècle, un enseignement gratuit est dispensé par les Frères de la Doctrine chrétienne dans des locaux loués par la ville, dans la maison du sieur Digard, puis au premier étage de l'ancien primaire et secondaire : Melun se dote d'un collège en 1803 (IA77000423) et de plusieurs écoles primaires telles que celle de la rue des Potiers, aménagée en école de garçons en 1848-1850 par l'entrepreneur renouvelés dans le dernier quart du 19e siècle : la ville mène la reconstruction du collège de 1882 à 1885 , puis la transformation de l'ancien hôtel Guérin en école en 1888 (IA77000424), et la construction de l'école de la Courtille de 1888 à 1892 (IA77000442). Ce renouvellement se poursuit au 20e siècle, avec l'édification d'une école rue Armand-Cassagne, au sein du lotissement qui remplace les casernes de la rive sud (IA77000425). Dans l'entre-deux-guerres, un important groupe scolaire est construit dans la partie nord de la ville, sous le nom d'école Pasteur (IA77000426). Enfin, de très nombreux bâtiments scolaires sortent de
    Description :
    L'architecture scolaire présente deux types différents, suivant que l'établissement est issu de la réappropriation de bâtiments plus anciens ou d'une construction ex nihilo. Les exemples du premier type sont assez nombreux dans l'histoire de Melun, mais la plupart d'entre eux ont aujourd'hui perdu leur affectation de la ville (hôtel Leconte, hôtel Guérin, hôtel de Barbeau) ont ainsi fermé leurs portes. A l'inverse , c'est parfois l'école qui supplante l'édifice ancien : dans le cas de l'institution Saint-Aspais par exemple, les seuls vestiges de la propriété sur laquelle s'est bâti l'établissement scolaire sont le parc sur l'antenne universitaire de la rue du Château (installée dans une ancienne trésorerie). La plupart , primaire et parfois collège. Le parti le plus courant est donc celui d'un plan à plusieurs corps de bâtiments, parfois de construction disparate. Les exemples de plan massé sont rares et concernent souvent des édifices disparus. L'école de la Courtille et l'école normale de filles peuvent cependant être
    Typologies :
    groupe scolaire à plusieurs corps de bâtiments
    Titre courant :
    les écoles de Melun
    Illustration :
    Ville de Melun. Plan général des écoles communales de garçons."" Les deux écoles représentées Ville de Melun. Immeuble sis 5. Porte de Paris. Projet d'installation de classes"". Encre sur Carte postale représentant la place de la Porte de Paris, vers 1907. L'école de la rue Saint -Barthélemy, ou ""école des frères"", est le bâtiment (aujourd'hui disparu) occupant la partie droite de la photo. Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.180) IVR11_20017700178X Vue de la façade. IVR11_20037700127X Statue de Vulcain, à l'entrée de l'établissement. IVR11_20067700044VA
  • jardins ouvriers rue des Trois Moulins
    jardins ouvriers rue des Trois Moulins Melun - rue Trois-Moulins (des) - en ville - Cadastre : 1985 AR 90, 91, 96 1985 AM 17, 18
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Aux 17e et 18e siècles, la prairies des Carmes le long de l'Almont est exploitée par une communauté d'habitants organisée en syndic. L'origine de cette communauté remonterait au Moyen Age (donation de Blanche de Castille). Cette organisation perdure jusqu'aux années 1860. Le 8 novembre 1862, le conseil municipal reconnaît la possession immémoriale des habitants mais décide en accord avec eux de participer à un chemin en rive de l'Almont. En 1871, elle lotit un ensemble de terrains pour les louer en jardins . Par ailleurs se fondent à Melun des sociétés s'inspirant de l'action de l'abbé Lemire. En 1907, la Société de patronage et d'assistance par le travail constitue un groupe de 14 jardins ouvriers en bordure de la rue de Trois-Moulins. D'autres jardins sont créés en 1910 dans le sud de la commune, avenue de la Libération, puis chemin des trois-Noyers et aux Mézereaux, ainsi que sur la route de Brie-Comte
    Description :
    Cet ensemble comprend actuellement 108 jardins le long de l'Almont, pour la plupart au nord de la rue des Fabriques où ils se répartissent de part et d'autre d'une longue allée centrale. L'ensemble couvre plus de 4 ha. Le module de base des jardins est un rectangle de 250 à 800 m², comprenant souvent
    Illustration :
    Plan de lotissement d'une partie de la prairie des Carmes par la ville. Papier aquarellé, 1871. (AM Vue d'ensemble : les jardins au pied des tours de la ZUP de l'Almont. IVR11_20057700447XA Jardins avec cabanon, au pied des tours de la ZUP de l'Almont. IVR11_20057700460XA Un bras de l'Almont. IVR11_20057700455XA Allée de tomates dans un jardin au sud de la rue des Fabriques. IVR11_20057700451XA Un jardin avec son cabanon, au sud de la rue des Fabriques. IVR11_20057700457XA
  • immeuble rue du Miroir
    immeuble rue du Miroir Melun - 4 rue du Miroir - en ville - Cadastre : 1985 AT 110
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    intérieure ancienne avec notamment un escalier à balustres que l'on peut dater de la fin du 17e ou du début du 18e siècle. Sur le plan de Desquinemare (1740) apparaît également le puits au fond de l'allée, lui
    Illustration :
    Coupe sur l'escalier et détail de balustre. IVR11_20047700566NUD Vue de la façade, sur la rue du Miroir. IVR11_20057700235VA Vue de l'escalier. IVR11_20027700746X
  • immeuble rue Paul Doumer
    immeuble rue Paul Doumer Melun - 3 rue Paul-Doumer - en ville - Cadastre : 1985 AT 198p
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Immeuble de la 2e moitié du 19e siècle (non étudié) sur cave médiévale voûtée d'ogives.
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La cave comporte quatre travées. Les deux travées nord, les plus proches de la rue, sont voûtées . La façade ayant été mise à l'alignement au 19e siècle, ces travées ont perdu une partie de leur volume initial. Les deux travées au sud sont beaucoup plus irrégulières dans leur voûtement. Les murs de la cave sont en moellons de calcaire.
    Illustration :
    Plan de la cave médiévale et détail du pilier central. IVR11_20047700564NUD
  • immeuble place Jacques-Amyot
    immeuble place Jacques-Amyot Melun - 4 place Jacques-Amyot - en ville - Cadastre : 1985 AT 64
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    irrégulière du toit, le changement de matériaux du mur (moellons de calcaire et non plus meulière) et l'espace réduit au-dessus des linteaux. L'élément le plus intéressant de cet édifice est sa cave. Celle-ci . C'est la seule occurrence de ce parti rencontrée au cours de l'enquête. Ce plan peut correspondre à un l'interpréter comme un indice de la réunion de deux maisons médiévales distinctes en un seul logis. La noyé le départ des arcs du côté de la rue.
    Description :
    Façade en moellons de calcaire et de grès, à l'origine enduite. Porte centrale avec allée aboutissant à la cour arrière. Cave médiévale : départ sur la cour à gauche de l'allée, accès par un escalier droit de 16 marches en grès. La cave a un plan en L. Elle comprend trois travées voûtées d'ogives et, en
    Typologies :
    maison de ville
    Illustration :
    Plan de la cave médiévale. IVR11_20047700565NUD Vue de la façade. IVR11_20057700248VA La cave : vue de la partie parallèle à la place. Voûte en berceau avec arcs doubleaux
  • maison rue René Pouteau
    maison rue René Pouteau Melun - 50 rue René-Pouteau - en ville - Cadastre : 1985 AT 251
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison occupe un emplacement privilégié, en bordure de la place Saint-Jean et au débouché de deux rues anciennes : la rue Neuve (actuelle rue Eugène-Briais) et la rue de la Juiverie (aujourd'hui rue René-Pouteau). Elle se situait contre l'ancienne porte Saint-Jean, à la sortie ouest de la ville , ouvrant vers la route de la Bourgogne et de Lyon. La présence de la cave voûtée d'ogives, qui remonte probablement à la fin du Moyen Age, est la seule trace de l'occupation médiévale. En élévation, l'édifice peut disparition des pilastres en demi-lune de l'ancienne porte Saint-Jean, et la réfection de la façade orientale de la maison (vers la rue Eugène-Briais). Sa couverture en tuiles plates, visible sur la carte
    Description :
    L'élément le plus intéressant de l'édifice est sa cave voûtée d'ogives à pilier central, conforme à travées proches de la place Saint-Jean sont bien conservées et présentent notamment, au nord, une voûte en escalier droit menant à une trappe. Les voûtains et le pilier central de la cave sont en grès appareillé
    Étages :
    étage de comble
    Illustration :
    Plan et coupe de la cave. IVR11_20047700618NUD Vue de la place Saint-Jean, vers le début du 20e siècle. L'immeuble est alors occupé par le ""Café saint-Jean"". Carte postale. (Musée municipal de Melun. inv. 983.2.207) IVR11_20017700189X La cave médiévale : partie centrale, avec pilier englobé dans un mur de refend. IVR11_20047700003X La cave médiévale : vue du pilier central (aujourd'hui englobé dans un mur de refend La cave médiévale : vue de la travée nord. IVR11_20047700004X La cave médiévale : vue de la travée est. Le soupirail, dans le fond, donne sur la rue Eugène flanqué par un mur de refend postérieur (partie droite de la photo). IVR11_20047700006X La cave médiévale : la travée sud, vue depuis le sud. Dans le fond, accès à l'espace principal de La cave médiévale : la travée sud, vue depuis le nord. Dans le fond, départ de l'escalier d'accès
  • maison canoniale
    maison canoniale Melun - 11 rue Notre-Dame - en ville - Cadastre : 1985 AV 87
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Au 18e siècle, cette maison appartenait au chapitre de la collégiale Notre-Dame. Elle fut vendue comme bien national à la Révolution. En 1834, on l'affecta à la résidence des vétérans chargés de la garde de la maison centrale de détention. Bien que les élévations présentent un aspect plus moderne en raison des enduits, la structure de la maison est ancienne : l'escalier peut être daté du 17e siècle et
    Murs :
    pan de bois
    Description :
    , laissait voir en 1980 un soubassement en grès en façade et une structure à pan de bois sur la cour, au l'escalier. La cave se caractérise par un voûtement en deux berceaux bien appareillés, seule occurrence de ce type rencontrée au cours de l'inventaire de Melun. L'escalier présente une rampe à balustres de bois
    Typologies :
    maison de ville
    Illustration :
    Plan de la cave. IVR11_20047700621NUD Vue de la façade. IVR11_20047700439XA Vue de l'escalier à balustres. IVR11_20047700020X La cave : vue du premier berceau, prise au niveau de l'escalier d'accès. IVR11_20047700021X