Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 41 à 60 sur 73 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • retable de la Visitation
    retable de la Visitation Meaux -
    Historique :
    Ce retable orne le mur oriental de la chapelle de la Visitation, fondée en 1512 par le chanoine désormais que cette oeuvre a été commandée en 1581 par le chanoine Juste Tenelle au sculpteur meldois de Senelle, la "Cène" : IM77000353), a d'autre part révélé l'existence, sous le retable en pierre
    Représentations :
    . Dans le fond, en bas-relief, apparaissent à gauche un paysage d'architecture et à droite Zacharie. Deux Le retable se compose d'un relief figuratif placé dans un cadre architecturé avec pilastres et les écoinçons). Un fronton brisé couronné d'un pot-à-feu surmonte le tout. Ce retable sculpté est
    Description :
    Le retable de la Visitation combine des parties en calcaire (sainte Elisabeth et la Vierge) et en stuc (l'encadrement et le fond de la scène figurée). L'ensemble est recouvert d'une polychromie
    Dimension :
    , depuis le cadre d'oves jusqu'au pot-à-feu sommital. Dimensions approximatives du relief de la Visitation
    Texte libre :
    Dans l'une des chapelles du bas-côté nord de la nef se trouve un bas-relief polychrome du XVIe sculpteur meldois Lambert Chalonneau par le chanoine Juste Tenelle. Celui-ci était un important personnage
    Illustration :
    Carte postale montrant le retable de la Visitation au-dessus d'un décor de boiseries encadrant la Le haut-relief de la Visitation, vu de la gauche. IVR11_20107700177NUC4A Le retable, vu de la droite. IVR11_20107700176NUC4A Vue générale du retable sculpté, installé au-dessus d'un cadre peint, contre le mur est de la 2e
  • dalle funéraire de Jean Rose et de son épouse
    dalle funéraire de Jean Rose et de son épouse Meaux -
    Inscriptions & marques :
    L'épitaphe est partiellement effacée. On peut lire, sur le côté droit et en bas de la dalle l'ame"" (...). Sur le côté gauche : ... ""qui trespassa l'an mil CCC LXIIII le IX jour de (...)ier
    Historique :
    dalle fut installée dans le sol de la chapelle du Saint-Sacrement, fondée par Jean Rose en 1331. Cette disparue). Au 19e siècle, la dalle fut redressée contre le mur ouest de la chapelle.
    Représentations :
    homme, femme, couché sur le dos, prière, robe, lion, lévrier, coiffe, ange
    Texte libre :
    représenter un couple de laïcs : Jean Rose et son épouse. Ce riche bourgeois de Meaux avait obtenu le . Le matériau dans lequel est taillée la dalle est également exceptionnel : il s'agit en effet de la participation de la famille Rose à la lutte contre le régent Charles, duc de Normandie, en 1358 mais les Rose
    Illustration :
    Vue de détail : un ange thuriféraire, dans le coin supérieur gauche de la dalle Vue de détail : le gâble rayonnant, au dessus de l'épouse de Jean Rose. IVR11_20087700396NUC4A
  • ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812
    ostensoir de Pierre Paraud, vers 1812 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Quatre poinçons sont insculpés sur la croix. Ce sont, de haut en bas : une tête de femme casquée avec le chiffre 1, dans un rectangle horizontal aux coins abattus (titre 1, Paris, 1809-1819) ; la dame grecque dans un ovale avec un P (poinçon dit ""d'essai"", apposé par le fabricant lui-même sur l'oeuvre avant son achèvement et son contrôle officiel) ; et le poinçon de l'orfèvre : PP autour d'une buire , dans un losange horizontal. C'est le poinçon de Pierre Paraud, actif de 1800 à 1815 environ. Sur le
    Représentations :
    Sur le pied sont représentés l'Agneau aux sept sceaux et les Tables de la Loi. Sur le noeud, deux têtes d'angelot en ronde-bosse et un décor de blé en bas-relief. Sur la tige au-dessus du noeud
  • orgue
    orgue Meaux -
    Historique :
    restauration dans le goût néo-classique. Enfin en 1978-1980, une autre intervention a été menée par la maison Gonzalez, portant l'orgue à 67 jeux. Actuellement, l'instrument présente donc, comme parties anciennes, le
    Représentations :
    Le Grand-Orgue est couronné par trois statues : deux anges sur les tourelles latérales, et le Christ sur la tourelle centrale. Des harpies, dont le style s'apparente à celles du buffet de Dreux
    Description :
    Le Grand-Orgue comporte trois tourelles (celle du centre étant la moins élevée) et deux doubles plates-faces. Le Positif présente la même composition mais avec des plate-faces simples. Nombre total des
    Annexe :
    l’orgue par Dallery, 1833-1834). Bibliographie ANONYME, « Le grand orgue de la cathédrale de Meaux en orgues de la cathédrale le 21 octobre 1934 », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, Meaux, 1934, p et d’art du diocèse de Meaux, 1957, p. 328. Norbert DUFOURCQ, Le Livre de l’orgue français, tome II : Le buffet, Paris, 1969. Norbert DUFOURCQ, « Le grand-orgue de la cathédrale de Meaux », Revue , archevêque de Tours à l’occasion de leur restauration le 21 octobre 1934, s. d., 8 p. HARDOUIN (Pierre de Brie », Semaine religieuse du diocèse de Meaux, 1894, p. 243-248, 256-260. René PENEAU et alii, Le
    Illustration :
    Détail des parties basses du buffet (côté nord) et de la tribune. IVR11_20117700139NUC4A Parties supérieures du grand orgue, vues depuis le triforium de la nef. IVR11_20087701317NUC4A
  • Verrière de saint Jean
    Verrière de saint Jean Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur sur l'oeuvre Inscription en bas à droite de la verrière, en grisaille sur fond jaune : "Mgr AUGUSTE ALLOU Evêque sur fond noir, sur le 5e médaillon : "Dominus est", paroles de saint Jean reconnaissant le Christ
    Historique :
    Cette verrière a été réalisée en 1866 par le verrier meldois Henri Plée. Elle a été offerte par
    Représentations :
    , la Cène, saint Jean au pied de la croix, saint Jean arrive le premier au tombeau, saint Jean reconnaît le Christ ressuscité, saint Jean est flagellé devant Domitien puis plongé dans l'huile bouillante
    Texte libre :
    , réalisés par l'atelier meldois Plée. La plupart d'entre eux datent des années 1860. C'est notamment le cas des verrières de la chapelle Saint-Jean l'évangéliste, sur le côté nord, exécutées en 1866 grâce à un
    Illustration :
    Détail des médaillons 3 et 4 : saint Jean assiste à la Crucifixion (à gauche), il arrive le premier Détail des médaillons 5 et 6 : saint Jean reconnaît le Christ ressuscité (à gauche), il est Détail des médaillons 7 à 11 : saint Jean est plongé dans l'huile bouillante, il prend le bateau
  • ancienne succursale de la Banque de France, aujourd'hui immeuble
    ancienne succursale de la Banque de France, aujourd'hui immeuble Meaux - 37 cours Pinteville - - Cadastre : 2000 BP 36
    Historique :
    Une succursale de la Banque de France a été créée à Meaux par le décret du 28 septembre 1876. Le
    Référence documentaire :
    p. 88 Histoire contemporaine de la ville de Meaux. Meaux : Le Blondel, 1893 MOROT, Gaspard . Histoire contemporaine de la ville de Meaux. Meaux : Le Blondel, 1893.
    Description :
    Le bâtiment principal, de plan rectangulaire, est édifié en retrait de la rue. Il présente une plus basses, en rez-de-chaussée, avec un toit-terrasse. L'ensemble était en cours de réaménagement en
  • dalle funéraire de Jean Dantan
    dalle funéraire de Jean Dantan Meaux -
    Inscriptions & marques :
    figuraient en haut de la dalle mais ont disparu. La dalle est signée tout en bas : "FAICT A SENLIS PAR BOUCHE".
    Représentations :
    Contrairement aux dalles médiévales qui représentaient le défunt, l'iconographie de cette oeuvre du , entoure l'épitaphe au centre de la dalle. En bas, un trophée mortuaire est composé de flambeaux fumants
    Texte libre :
    Vieux-Chapitre, elles furent présentées au musée en 1926 avant de revenir dans le sous-sol du Vieux -Chapitre, leur lieu de conservation actuel. Cette dalle a été commandée par le neveu du défunt, Pierre Hannier, également chanoine de Meaux (il donna les lambris et le tableau de la chapelle Sainte-Geneviève de ses oeuvres sont conservées à Gesvres-le-Chapitre, cure dépendant du chapitre cathédral de Meaux.
  • calice n°2
    calice n°2 Meaux - rue Madame-Dassy -
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de maître et de garantie sur la coupe : la Minerve et le poinçon de Biais Frères et Fils
    Description :
    couronne d'épines sur le noeud, la petite tresse gravée au bas de la tige et la croix gravée sur le pied. Calice moderne, avec coupe en argent et pied en métal doré. Le décor est extrêmement réduit : la
  • portail de gauche de la façade occidentale : vie de saint Jean-Baptiste
    portail de gauche de la façade occidentale : vie de saint Jean-Baptiste Meaux -
    Historique :
    D'après l'historien mauriste de Meaux, Dom Toussaints du Plessis, "le chantre Jean de Marcilly , mort en 1506, fit faire le portail de dessous la tour" ; ce chantre est également le fondateur de la dossier IM77000259). Le style confirme cette datation : on peut notamment comparer le tympan au relief de doute en mauvais état, il a été remplacé par le portail actuel au moment de la construction de la tour
    Représentations :
    , contrairement à l'habitude, s'effectue de haut en bas. Au registre médian sont représentées la naissance du . Dans la scène de la naissance, Zacharie écrit le nom de l'enfant tandis qu'Elisabeth est allongée un public d'hommes et de femmes répartis autour de lui (la plupart sont debout, deux sont assis). Le linteau montre la mort de saint Jean-Baptiste : à gauche, un soldat l'emmène hors de sa prison et le de la table. Le registre supérieur du tympan représente l'Agnus Dei avec le labarum dans un médaillon , encensé par deux anges agenouillés devant lui. Le tympan est encadré par trois rangées de voussures sont des apôtres d'après leurs pieds nus). Les statues qui garnissaient les ébrasements et le trumeau
    États conservations :
    Outre la disparition des statues des ébrasements et du trumeau, le portail a souffert d'un certain
    Texte libre :
    Le portail gauche de la façade occidentale de la cathédrale de Meaux est consacré à saint Jean
    Illustration :
    restauration de la base de la tour nord (2008) : le tympan. IVR11_20087700349XA Détail de la voussure médiane : 1er claveau gauche, sainte assise lisant le livre ouvert sur ses restauration de la base de la tour nord (2008) : le départ des voussures, à droite du tympan
  • calice et patène de la maison Trioullier, vers 1912
    calice et patène de la maison Trioullier, vers 1912 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Le poinçon de l'orfèvre (deux lettres autour d'une burette) et la Minerve sont visibles sur le calice (sur le pied et sur la coupe) et sur la patène. Plusieurs inscriptions latines sont portées sur plus fine, inscrite sur le cadre du quadrilobe. Sur la coupe du calice, une autre inscription émaillée porte : "Sanguis meus vere est potus". Sur le pied du calice, court l'inscription émaillée "O sacrum Melun/ souvenir reconnaissant/ 24 novembre 1912 / PP.", ainsi que le nom "TRIOULLIER".
    Historique :
    Ce calice néo-gothique et sa patène ont été réalisés à Paris vers 1912. Comme l'indique le nom "Trioullier" gravé sur le pied, il s'agit d'un modèle commercialisé par la maison Trioullier (dirigée par Antoine Montagnier à partir de 1912), l'un des grands fournisseurs parisiens de l'Eglise. On peut Trioullier dans le 1er quart du 20e siècle. L'inscription au revers du pied précise les circonstances de sa
    Description :
    Calice néo-gothique avec patène assortie. Le pied, circulaire, est orné de quatre médaillons
    Illustration :
    Détail d'un médaillon émaillé sur le pied : le Christ et saint Jean, lors de la Cène
  • dalle funéraire de Jehan Chevallier
    dalle funéraire de Jehan Chevallier Meaux -
    Inscriptions & marques :
    : "In te Domine speravi nom (sic) confondar in eternum". Inscription gravée dans le bas de la dalle inscription concernant le commanditaire sur l'oeuvre GIST LE CORPS DE VENERABLE ET DISCRETTE PERSONNE Me JEHAN CHEVALLIER PBRE BACHELLIER EN DROIT CANO(n DE MONTGARUS DIOCESSE DE SEES LEQUEL EST DECEDDE AU SOIXANTE TROISIESME AN DE SON AAGE LE 19e JOr D'APVRIL 1625. PRIEZ DIEU POUR SON AME." Inscription sur le ruban sortant de la bouche de Jehan Chevallier souvenance de mon jugeme(n)t car ainsy sera le tien hier à moy & aujourdhuy à toy. Eclesiastique chap. 38
    Représentations :
    Le défunt est représenté en prière, sous un encadrement architecturé : un dais à fronton triangulaire porté par des colonnes corinthiennes. Il porte la chasuble, l'amict et le manipule. En haut, deux
    Description :
    La dalle de Jehan Chevallier est actuellement dressée contre le mur ouest du Vieux-Chapitre. Elle
    Texte libre :
    , elles furent présentées au musée en 1926 avant de revenir dans le sous-sol du Vieux-Chapitre, leur lieu
  • burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819
    burettes et plateau d'Edme Gelez, vers 1819 Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Les burettes sont poinçonnées sur le pied et sur le couvercle. Sur le pied se trouvent 4 poinçons dans un ovale, avec un P); le poinçon de l'orfèvre : EG, colombe et ciboire dans un losange vertical le couvercle se trouvent 5 poinçons, deux au revers et 3 à l'avers. On reconnaît les 4 poinçons déjà décrits auquel s'ajoute un coq passant vers la droite avec le chiffre 1 dans un cadre hexagonal horizontal (1er titre Paris 1809-1819). Enfin sur le plateau figurent 3 poinçons. Deux se trouvent au revers droite avec le chiffre 1, dans un cadre hexagonal vertical (=1er titre Paris 1819-1838). Enfin au-dessus de saint Jean, sur le plateau, apparaît un poinçon rond effacé (la garantie?).
    Historique :
    burettes portent les poinçons de la période 1809-1819 et le plateau, ceux de la période 1819-1838. Il est
    Représentations :
    Israelites. Sur la burette à eau, Moïse fait jaillir une source en frappant le rocher de son bâton ; aussitôt autre soldat puise de l'eau dans son casque et le tend à un de ses compagnons pour qu'il étanche sa soif engaîné, en ronde-bosse. Sur le plateau, le décor (concentré sur le marli) est constitué d'une frise de rinceaux mêlant vigne et roseaux, interrompue par quatre médaillons figurés représentant le Christ, la
    Description :
    Les burettes présentent un décor en bas-relief ciselé, sur fond amati, et rapporté sur la panse d’un ange engainé, en ronde-bosse. Sur le plateau, assez profond, le décor orne le marli d’une frise de , représentant le Christ, la Vierge, saint Jean et saint Pierre.
    Texte libre :
    . C'est la réplique d’une commande de la duchesse de Berry en faveur de l’hospice de Rosny, où reposait le
    Illustration :
    Détail de la frise sur la panse de la burette à eau : Moïse frappant le rocher en fait jaillir une titre Paris 1819-1838 (tête barbue de profil, tournée vers la droite avec le chiffre 1, dans un cadre Détail de deux poinçons sur les burettes : le poinçon de moyenne garantie Paris 1809-1819 (une tête
  • dalle funéraire de  Guillaume de Saint-Remy
    dalle funéraire de Guillaume de Saint-Remy Meaux -
    Inscriptions & marques :
    ) grace mil CCC q... le mardi apres Pasques flories IX jour d'avril. Priez pour (l'âme) de luy." La partie transmise par une gravure du 19e siècle. Inscription latine sur le livre : "Quomodo dilexi lege(m) tuam d extraits du Psaume CXVIII). Inscription latine sur le phylactère : "Lex Dei ejus in corde ipsius et non
    Historique :
    de Saint-Rémy (vers 1340) doit être rajeunie car le nom du défunt apparaît encore dans les "Rotuli
    Représentations :
    et une baguette. Le livre ouvert devant le professeur porte deux versets du psaume 118 (97-98). Au
    Illustration :
    Dalle déposée dans les salles basses du Musée Bossuet. Vue d'ensemble. IVR11_20127700705NUC4A
  • monument à Henri Moissan
    monument à Henri Moissan Meaux - place Henri Moissan - - Cadastre : BR non cadastré
    Historique :
    médaillon du même sculpteur rappelle également le souvenir d'Henri Moissan dans le vestibule du collège
    Description :
    Le monument, malheureusement en mauvais état, représente le buste du chimiste ainsi que ses plus importantes inventions : le four électrique (avec lequel il créa notamment le diamant articiel) et l'isolement
    Illustration :
    Le buste d'Henri Moissan, vu de face. IVR11_20097700267NUC4A Le buste d'Henri Moissan, vu de trois-quarts. IVR11_20097700266NUC4A Vue du bas-relief sur la face antérieure du socle : four électrique avec supports pour courants de 110 volts et 1000 ampères, invention d'Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four Vue du bas-relief sur la face latérale droite du socle : l'électrolyseur utilisé par Henri Moissan pour isoler le fluor (le tube en U et les électrodes sont en platine). IVR11_20097700269NUC4A Vue du bas-relief sur la face latérale gauche du socle : schéma du four électrique inventé par Henri Moissan. Cf. la gravure publiée dans :" Le four électrique", par M. Henri Moissan, 1897, p. 7
  • cloches
    cloches Meaux -
    Inscriptions & marques :
    Inscription portée sur la 1ere cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste , Dumont, v(icom)te Paultre de la Motte, Guérin". Inscription portée sur la 2e cloche : "L'an 1859, le 18 ." Inscription portée sur la 3e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou ." Inscription portée sur la 4e cloche : "L'an 1859, le 18 décembre, j'ai été bénite par Mgr Auguste Allou , épouse de M. le comte Le Boulanger. Je remplace Marie-Rose, donnée en 1805 par Mme Marie-Rose Turquet , mère de Mme la comtesse Le Boulanger. Je pèse 350 kilos." Par ailleurs, chaque cloche porte les
    Historique :
    1859 par le fondeur parisien F. Dutot et cie. Elles se nomment : Marie (3214 kg), Etiennette (1650 kg ), Faronne (900 kg) et Céline (350 kg). Elles furent bénites le 18 décembre 1859 par l'évêque de Meaux Mgr pour le tocsin et fut descendue en 1805. Seules deux de ces anciennes cloches furent conservées au 19e
    Description :
    (retranscrites plus bas) : Marie, Etiennette, Farone et Céline. Saint Etienne est le patron de la cathédrale
    Texte libre :
    être abaissée ; la cloche "du chapitre", que l'on sonnait depuis le jubé, resta néanmoins en place à la ). Le bourdon serait la cloche de France qui donne la note la plus grave.
  • monument au général Raoult
    monument au général Raoult Meaux - place Henri IV - - Cadastre : BD non cadastré
    Historique :
    Le général Raoult * Le comité choisit comme sculpteur Jean-Paul Aubé, "pour l'origine meldoise de sa famille, et la notoriété de ses oeuvres." Le monument fut inauguré le 4 octobre 1891. La statue et les bas-reliefs en bronze furent démontés en février 1942 pour être fondus.
    Description :
    deux bas-reliefs en bronze, représentant l'entrevue de Raoult avec le général russe Totleben au siège Le monument se composait d'une statue de bronze du général en pied, posée sur un piédestal orné de
    Illustration :
    Le monument au général Raoult, place Henri IV (détruit pendant la seconde guerre mondiale). Carte
  • verrières de la chapelle des soeurs de Saint-Joseph de Cluny
    verrières de la chapelle des soeurs de Saint-Joseph de Cluny Meaux -
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire sur l'oeuvre
    Historique :
    La chapelle, édifiée en 1892-1893, fut aussitôt pourvue de vitraux par de généreux donateurs : le plus ancien porte la date ""1892"" et le plus récent, celle de ""1898"". Ce dernier est également signé par le maitre verrier : G. Hubert, artiste parisien qui exécuta notamment deux verrrières pour
    Représentations :
    saint Michel terrassant le dragon terrassant le dragon ; Jeanne d'Arc ; à l'oculus : le triangle divin. Baie 6 (travée centrale de la nef, côté palme (sainte Catherine?) ; à l'oculus : le Pélican. Sur la baie 8 (travée de la nef près de l'entrée
    Description :
    en bas, l'autre au niveau de la tribune.
  • ensemble des éléments d'architecture du dépôt lapidaire de la cathédrale
    ensemble des éléments d'architecture du dépôt lapidaire de la cathédrale Meaux -
    Historique :
    Le sous-sol du Vieux Chapitre abrite un ensemble d'éléments lapidaires provenant de la cathédrale
    Annexe :
    mené par Louise-Elisabeth Queyrel dans le cadre d'un mémoire de l'Ecole du Louvre (2012). Ce travail constitue le point le plus complet sur ce dépôt lapidaire. Dans le cadre de l'inventaire du patrimoine de premières, de A à C, proviennent des arcatures basses de la cathédrale - les trois autres, de D à F en filiation de Saint-Remi de Reims. Peter Kurmann propose d’y voir le vestige de l’arcature basse du 5 sont des chapiteaux provenant des grosses colonnes engagées servant d’appui à un arc-boutant. - le bloc D 6 est le vestige d’une sculpture placée à l’extérieur, dans l’angle sud-est du bras sud du corniche à décor feuillagé. - le D9 est une clé de voûte en 2 morceaux. Eléments photographiés : D 2 (2 20087700661NUC4A), etc. Enfin, le dépôt lapidaire du Vieux-Chapitre comprend également des éléments plus récents
    Texte libre :
    Le sous-sol du Vieux Chapitre sert actuellement de dépôt lapidaire à un ensemble d’éléments ensuite été exposé dans les salles basses du muée Bossuet de 1926 à 1978. Depuis, il est revenu au sous -sol du Vieux-Chapitre. Il est aujourd’hui fermé au public. Dans le cadre de l'inventaire de la ville
    Illustration :
    Photographie ancienne du dépôt lapidaire de la cathédrale dans les salles basses du Musée Bossuet Pièce A 5 : bloc comprenant un chapiteau à feuilles d'acanthe stylisées. Le tailloir est abîmé basse du choeur de la fin du 12e siècle. Vue de face (le chapiteau est posé à l'envers). Voir aussi les Pièce A 8 : vue du revers (pour la face sculptée, voir le cliché 20087700685NUC4A Pièce B 14 : bloc contenant un chapiteau engagé et un morceau de fût de colonnette. Le chapiteau polychromie. Cette pièce provient d'une des chapelles rayonnantes du 13e siècle. Le dos du bloc est taillé en Pièce A 8 : vue du revers (pour la face sculptée, voir le cliché 20087700669NUC4A croisillon (cf le "chanoine à la pomme" côté nord, cliché 20087701345NUC4A). IVR11_20087700666NUC4A rang de feuilles plates. Cette pièce est le vestige d'une colonnette d'ébrasement d'une fenêtre du choeur (fenêtre haute ou fenêtre des bas-côtés). 2e moitié 13e siècle. Vues de sa section en
  • maisons jumelles
    maisons jumelles Meaux - Faubourg de Chaage - 4, 6 rue Saint-Faron - - Cadastre : 2014 BW 446, 193
    Historique :
    Les deux parcelles (A 669 et A 673) appartenaient en 1850 à la veuve d'Antoine Boutry, mais le maisons aux 4-6 n'existent pas encore. D'après leur style, elles ont été édifiées dans le dernier quart du 19e siècle, en reprenant le même alignement que les maisons aux n° 8 et 10.
    Description :
    avant la restauration importante menée sur le n° 4.
  • lotissement concerté, résidence Antibes
    lotissement concerté, résidence Antibes Meaux - Beauval A - boulevard Amundsen boulevard Albuquerque - - Cadastre : 2014 AK 75-76, 173
    Historique :
    Le concours de maisons individuelles fut lancé le 27 mars 1969 par le Ministre de l'Equipement et construction de grands ensembles, et "offrir aux Français de choisir et non plus de subir le type de logement auquel ils aspirent." Ce concours devait également permettre de développer le marché de la maison individuelle pour pouvoir l'industrialiser. Mais le programme de "Chalandonnettes" mit longtemps à aboutir , puisque les 911 logements du programme Chalandon qui seront édifiées à Meaux par le promoteur SCIC, ne seront inaugurés que le 17 juillet 1978, par le ministre lui même.
    Description :
    Situé à la périphérie de Beauval A, ce lotissement de maisons basses, le plus souvent élevées (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc.). Le lotissement s'organise autour d'une place
    Illustration :
    Place centrale bordée d'arbres, dite Place de l'Acropole, autour de laquelle s'articule le lotissement de maisons basses situé à la périphérie de Beauval A . De cette place partent des allées et des Lotissement de maisons basses situé à la périphérie de Beauval A qui s'organise autour d'une place centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus mitoyens. Des garages sont intégrés aux maisons. L'inspiration grecque se traduit par le parti pris donnés aux place, allées et rues (Acropole, Apollon, Artémis, Alexandre le Grand, etc Lotissement de maisons basses situé à la périphérie de Beauval A qui s'organise autour d'une place centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus Lotissement de maisons basses situé à la périphérie de Beauval A qui s'organise autour d'une place centrale bordée d'arbres de laquelle partent des allées et des rues au nom grecs. Les maisons, le plus