Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis
    ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Titre courant :
    ensemble de deux bas-reliefs : Enfer et Paradis
    Description :
    La forme originelle des deux bas-reliefs semble identique, si l'on restitue les parties manquantes , et leur iconographie est liée puisque l'un représente l'Enfer et l'autre, le Paradis. On ignore
    Annexe :
    Documentation sur l'Enfer et le Paradis de Rampillon Bibliographie - G. Berger-Jobez
    Illustration :
    Détail : le chaudron. IVR11_20117700462NUC4A
    Dénominations :
    bas-relief
    Texte libre :
    Contre le mur nord de l'église de Rampillon sont fixés deux bas-reliefs fragmentaires découverts dans l'édifice à l'occasion de travaux. L'un représente les damnés entraînés vers le chaudron de l'Enfer et l'autre, des élus dans le jardin d'Eden.
    Dimension :
    Bas-relief de l'Enfer : h = 57 ; l = 109 ; pr = 12. Bas-relief du Paradis : h = 81 ; l = 128 ; pr
    Représentations :
    Sur le premier bas-relief, un groupe d'élus, couronnés, prie dans le jardin du Paradis, sous une
    Emplacement dans l'édifice :
    dans le collatéral nord de la nef
    Historique :
    Le bas-relief de l'Enfer a été retrouvé en seize morceaux dans une niche du collatéral nord en 1968 , et celui du Paradis était pour sa part en remploi dans le pavement de ce même bas-côté, la partie sculptée retournée face contre terre. Ils ont été restaurés et fixés contre le mur. Leur style permet de juger d'après son état actuel, être demeuré inachevé : le traitement des cheveux des damnés, par exemple
  • portail du Jugement Dernier
    portail du Jugement Dernier Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Description :
    Le portail occidental de Rampillon est une oeuvre de grande ampleur, qui comprend un tympan sculpté mais se développe aussi sur les murs latéraux. Alors que l'église est construite avec un grès local, le
    Annexe :
    Documentation sur le portail du Jugement Dernier de Rampillon Sources d’archives Médiathèque de , « Le sein d’Abraham : un lieu de l’au-delà ambigu », dans Y. Christe (dir.), De l’art comme mystagogie l’album Le département de la Seine-et-Marne, 1921-1923 (sur Gallica) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148
    État de conservation :
    Le portail a fait l'objet de plusieurs restaurations au 19e et au 20e siècle. Les statues des voussures, l'un des anges a été refait par le sculpteur Chapot en 1886-1887. Depuis 1991, le portail est
    Illustration :
    Le trumeau et le linteau. IVR11_20117700403NUC4A Le tympan et les voussures. IVR11_20117700407NUC4A Le linteau et la partie supérieure du trumeau. IVR11_20117700406NUC4A Détail de la partie supérieure du tympan : le Christ-Juge en buste, entouré des anges portant les Le linteau : partie gauche. Résurrection des morts, les justes dans le sein d'Abraham, la Pesée des Détail de la Résurrection des morts et des justes dans le sein d'Abraham (partie gauche du linteau Le linteau : partie droite. Résurrection des morts. IVR11_20117700413NUC4A Ebrasements du portail, côté sud : statues d'apôtres dans des niches, sur un soubassement de bas ), juillet (la moisson), août (le battage du blé au fléau), septembre (le raisin est foulé ), novembre (la glandée) et décembre (on tue le cochon). Le personnage à droite appartient à la scène de
    Texte libre :
    campagne, remonte au milieu du XIIIe siècle. Le thème principal est celui du Jugement dernier, représenté
    Représentations :
    Au tympan : le Jugement Dernier. Le Christ-Juge, portant la couronne d'épines, trône entre deux , la Vierge et saint Jean ; le soleil et la lune sont représentés en haut de la scène. Au linteau : la Résurrection des morts, la Pesée des âmes et les Justes dans le sein d'Abraham. A la voussure intérieure par deux dragons. Dans les ébrasements : le collège apostolique. Sur l'arcature abritant ces statues , têtes et plantes en bas-relief.
    Matériaux :
    calcaire taillé décor en bas-relief décor en haut-relief peint
    Historique :
    bustes, à peine marqués de quelques plis verticaux, tandis que dans le bas du corps les plis sont statues en ronde-bosse et le Jugement Dernier au tympan : les visages aux yeux en amande, au nez droit, à assez hiératique, impression renforcée par le traitement symétrique des chevelures et des barbes. Les portail de Villeneuve-l'Archevêque. On peut sans doute dater cet ensemble des années 1240-1250. Le second ensemble de sculptures est d'un style beaucoup plus naturaliste, attaché à rendre le mouvement, les expressions, la réalité des corps nus au linteau. On peut le comparer au portail central de la cathédrale de
  • chaire à prêcher
    chaire à prêcher Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Description :
    un dorsal surmonté d'un abat-son. La cuve, l'escalier et le dorsal sont ornés de médaillons sculptés en bas-relief. L'abat-son est couronné par un ange en ronde-bosse, en bois polychrome. Sa face
    Illustration :
    Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR11_20117700453NUC4A Vue d'ensemble, depuis le nord-ouest (collatéral nord de la nef). IVR11_20117700454NUC4A
    Texte libre :
    Parmi le mobilier de l'église de Rampillon figure une intéressante chaire sculptée en chêne (XVIIe
    Dimension :
    panneau représentant saint Jean-Baptiste, sur la cuve : h = 69, la = 40 (y compris le cadre mouluré
    Représentations :
    Sur la cuve, l'escalier et le dorsal, le décor est composé de médaillons entourés d'une couronne de laurier, suspendue par un ruban à un anneau. Sur l'escalier et le dorsal, deux palmes sont nouées sous la Pierre avec un coq (?) (en bas). Les médaillons de la cuve représentent, de l'ouest vers l'est : saint Jean-Baptiste à mi-corps, tenant une croix ; le Christ en buste ; les initiales "FIB" (sans doute pour côté : probablement saint Potentien de Sens. Sur le dorsal figure un autre médaillon représentant un
    Historique :
    l'Hôpital, dont dépendait l'église paroissiale Saint-Eliphe de Rampillon. Le décor de la cuve, de l'escalier
  • église paroissiale Saint-Eliphe
    église paroissiale Saint-Eliphe Rampillon - place de la Commanderie - en ville - Cadastre : 2000 C 50
    Description :
    élévation assez austère, à trois niveaux : niche en plein cintre, fenêtre en lancette simple, oculus. Le . Le triforium se poursuit au revers de la façade occidentale, comme à Donnemarie ou à Nangis. L'église petit portail au sud représentant le Couronnement de la Vierge, et un grand portail occidental consacré
    Annexe :
    . - J. Delaville le Roulx, Cartulaire général de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem reconnaissance devant le portail ouest de l’église de Rampillon », Provins et sa région, n° 142, 1988, p. 109-113 et Rozay et l’ancienne frontière de Champagne », conférence prononcée le 5 mai 1954 pour la SFA , « Rampillon », Le Guide du Patrimoine. Île-de-France, J.-M. Pérouse de Montclos (dir.), Paris : Hachette, 1992 -Jean de Jérusalem. 1, L'Enquête dans le Prieuré de France, Paris : éd. du CNRS, 1987, p.203-207. - Th . Lhuillier, Notice historique sur Rampillon, Meaux : Le Blondel, 1887 ; reprise dans Notre Département : la Dictionnaire des monuments d’Ile-de-France, Paris : édition Hervas, 1999, p. 670. Liens web - Le site de « wikipedia » : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-%C3%89liphe_de_Rampillon - Le site de
    Illustration :
    Détail d'un bas-relief sculpté en couronnement d'un contrefort, au sud de la façade : le montreur Vue d'ensemble, depuis le sud-ouest. IVR11_20117700392NUC4A Vue d'ensemble, depuis le sud. IVR11_20117700396NUC4A Vue d'ensemble, depuis le sud-est. IVR11_20117700395NUC4A Le chevet, coté sud. IVR11_20117700398NUC4A Vue d'ensemble, depuis le nord-est. IVR11_20117700397NUC4A Le décor peint des voûtes, dans la partie orientale de l'église. IVR11_20117700437NUC4A La chapelle de la Vierge, dans le collatéral sud. IVR11_20117700442NUC4A Plaque de fondation d'obit par Nicolas du Rouët et Louise Camus son épouse (1760), sur le pilier
    Historique :
    de la façade de l'église rappelle sans doute l'existence d'un enclos fortifié. La travée sous le les ogives, bases à griffes. Le reste de l'édifice date de la première moitié du 13e siècle. Certains deux travées orientales de la nef, les fenêtres hautes sont à l'aplomb des parties basses alors que dans le nombre des colonnettes en délit qui montent depuis le chapiteau des grandes arcades : elles vont généralement par trois, sauf sur le côté nord des deux travées orientales déjà citées, où l'on a
  • statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable
    statue de la Vierge à l'Enfant avec son retable Rampillon - place de la Commanderie - en ville
    Description :
    et de quatre panneaux latéraux ornés de scènes en bas-relief. Ces panneaux ont été volés en février 1974. Une partie d'entre eux a été retrouvée le 17 novembre 1976 et rendue à la commune.
    Annexe :
    (voir rubrique « liens web »). Bibliographie - F. Baron, notice dans le catalogue de l’exposition de la Vierge et l’Enfant. Le XIVe siècle en Seine-et-Marne, Paris : éditions du Chêne, 1995, p. 44-46 , « Réflexions sur la sculpture parisienne à l’époque de Saint Louis et de Philippe le Bel », Revue de l’Art, n ° 128, 2000-2, p. 39. - J. Vendryes, « Le miracle de la moisson en Galles », Comptes rendus des parue dans le « Magasin pittoresque », 1860-10, p. 337 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5566058x
    Illustration :
    Le visage de la Vierge, vu de face. IVR11_20117700446NUC4A Le visage de la Vierge, vu de trois-quarts. IVR11_20117700447NUC4A
    Texte libre :
    était en outre placée dans un retable sculpté un peu moins ancien (XVIe siècle), dont les bas-reliefs
    Représentations :
    sur le bras droit, qui forme une sorte de tablier sur le devant du corps et s'achève en volutes sur la tient dans la main gauche un objet rond (pomme ou globe ?) tandis que de la main droite, il retient le
    Historique :
    dans le deuxième quart du XIVe siècle.
1