Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 19 rue du Jour
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Description :
    La maison, très remaniée à de multiples époques a conservé deux beaux escaliers anciens, l'un à balustres de bois et l'autre à balustres de fer. Ce dernier est un exemple représentatif d'escalier à quatre attestent cette transformation : on voit encore les chevilles qui fixaient les pièces de bois au limon et la dernière volée a toujours ses balustres carrés en menuiserie. La mode de la ferronnerie a donc touché cette balustres de fer est très proche de ceux de l'hôtel de Mortemart construit en 1664-1665.
    Illustration :
    Vue d'un panneau décoré de deux balustres. IVR11_20107500451NUC4A Détail d'un panneau composé de deux balustres. IVR11_20107500452NUC4A Détail du limon avec les traces de cheville. IVR11_20107500453NUC4A Détail des balustres de bois. IVR11_20107500455NUC4A Détail d'un balustre détaché de la rampe. IVR11_20107500456NUC4A Vue des panneaux de la rampe à partir d'un repos. IVR11_20107500450NUC4A
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    La maison à porte cochère de la rue du Jour est d'un plan complexe qui reflète la succession de multiples propriétaires. A la fin du XVIe siècle, le bien était entre les mains de la famille Decaen , marchands et bourgeois de Paris. C'était une maison de rapport qui comportait six bâtiments dont une de François de Barnouin, premier barbier et valet de chambre du roi et à son épouse Anne Garnier qui ne l'habitaient pas non plus. A partir de 1729, c'est la famille des célèbres graveurs Mariette qui
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié) Paris 1er arrondissement - 13 rue Villedo
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère (non étudié)
    Description :
    L'escalier est ouvert sur le passage-cocher. Le départ de rampe est constitué d'une gaine carrée dont les quatre faces sont ornées à l'identique de deux balustres pansus autour d'un panneau à épaulements. La gaine a été enrichie dans les années 1740 d'un vase en bronze doré. Le mode de construction de , avec seulement quelques renforts pour soutenir la rampe. Le dessin de la rampe est allégé au profit modification de la structure a permis la réalisation d'un décor très original : les travées larges de la rampe sont occupées par des motifs inspirés du balustre, composés par deux anses de panier affrontées alternance avec ces sections encore rigides, se déploie une branche de laurier au naturel avec ses feuilles , ses fleurs et ses baies. L'arbre de la victoire présente ici une forme palissée d'inspiration rustique , bien adaptée à la nature de son support. Conformément à l'esthétique classique, le décor de la cour et du jardin se prolonge ainsi à l'intérieur de la demeure, dans cet espace intermédiaire spécifique
    Annexe :
    Documentation - IM75000093 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE Archives Nationales, fichier de dépouillement du Centre de Topographie historique de Paris BHVP CP 3138 Etat des maisons qui relèvent du fief Popin
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    en 1667. Cela ne donne pas la date de construction de la maison qui a appartenu a Odille Tarade jusqu'en 1757. La maison du 13, rue Villedo a été bâtie peu après le lotissement de l'ancienne butte des siècle, ce dont témoigne l'imposant garde-corps de la façade sur la rue. Il est composé d'un corps de
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié) Paris 1er arrondissement - 34 rue Sainte-Anne
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel Laporte de Sérincourt (non étudié)
    Description :
    enrichi de rouleaux et d'un pistil étampé.
    Illustration :
    Vue de la console de départ et des premiers balustres. Photographie. (Commission du Vieux Paris Vue de la console de départ et des premiers balustres. Photographie, 2000. (Collection particulière console et départ de l'escalier. IVR11_20107500901NUC4A
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    la famille Laporte de Sérincourt qui lui donna son nom. Elle fut bâtie, sur l'ancienne butte des Moulins, peu de temps après que Michel Villedo et ses fils l'aient aplanie pour la lotir (1667-1669).
  • rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié)
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié) Paris 1er arrondissement - 43 rue Sainte-Anne
    Titre courant :
    rampe d'appui, escalier de la maison à porte cochère dite hôtel de Cursay (non étudié)
    Description :
    d'appui composée de balustres compartimentés très simples dont le pistil est composé d'un fer tors.
    Annexe :
    siècle : Libéral Bruand, architecte et ingénieur du Roi, Thèse d’histoire de l’art, université Paris IV
    Illustration :
    Vue de la console de départ et de la première volée de la rampe. Photographie, 2000. (Collection Vue de la première volée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P. Sébert Vue de la rampe en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P Vue de l'escalier en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P Vue de l'escalier en contre-plongée. Photographie, 2000. (Collection particulière. Photographies P
    Dénominations :
    départ de rampe d'appui
    Copyrights :
    (c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel
    Historique :
    Cette maison située dans la censive de l'archevêché de Paris (feuille 14, n° 23) fut bâtie en 1675 sur les plans de Libéral Bruand. Elle appartenait en 1733 à Gabrielle Guestre de Préval, veuve d'Antoine Pélissier, qui en fit alors don à Gabriel-Etienne Rioult, seigneur de Curzay
1