Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 5 sur 5 - triés par pertinence
  • Couvent des Cordeliers, actuellement centre d'arts plastiques et visuels Abel-Lauvray
    Couvent des Cordeliers, actuellement centre d'arts plastiques et visuels Abel-Lauvray Mantes-la-Jolie - 1 quai de Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 283
    Description :
    charpente sont conservés du bâtiment du 19e siècle. Un cellier taillé dans la craie et le silex, recouvert en partie de projection de ciment (usage passé de discothèque) est conservé. Il porte la date 1621 à
    Statut :
    propriété de la commune
    Illustration :
    . Gojard, J. Perbet (architectes), (AM Mantes-la-Jolie 5M). IVR11_20167800513NUC4A , 1965, M. Gojard, J. Perbet (AM Mantes-la-Jolie 5M). IVR11_20167800514NUC4A . Gojard, J. Perbet (AM Mantes-la-Jolie 5M). IVR11_20167800516NUC4A , J. Perbet, 1965 (AM Mantes-la-Jolie 5M). IVR11_20167800515NUC4A . Perbet, (AM Mantes-la-Jolie 5M). IVR11_20167800517NUC4A municipaux de Mantes-La-Jolie. IVR11_20167800455NUC4A Vue de la ville de Mantes vers 1650, à gauche le couvent des Cordeliers. IVR11_20157800039X Vue de la ville de Mantes en 1854, à gauche en blanc le bâtiment de l'ancien couvent des Cordeliers Plan de Mantes vue depuis Limay, à gauche le couvent des Cordeliers, Gravure de C. Chastillon, 1641 Coursive du permier étage montrant la déclivité du mur de façade. IVR11_20167800449NUC4A
    Texte libre :
    mineurs de l'Ordre de Saint-François, reste très présent dans la mémoire collective locale. Le bâtiment
    Historique :
    dommages de guerre. À partir de 1955, la ville de Mantes-la-Jolie fait plusieurs tentatives pour racheter Saint François arrivèrent à Mantes en 1233. Plusieurs documents manuscrits indiquent la fondation du une visite de Jean Massé, curé et maire de la ville de Mantes, accompagné d'officiers municipaux, du transmis en 1828 par François Bonneau, salpêtrier à Mantes, à Charles Duchesne propriétaire à Mantes-la Bouzet, épouse d'Alexandre Jules Alphonse du Bouzet, contrôleur principal à Mantes. Elle est la fille de plusieurs dessins et lithographies de Maugendre représentant la région de Mantes sont diffusés. L’une de ces de Mantes ne la rachète en 1952 pour en faire un hospice, malgré un état d'abandon important et des Robert le Chat. Un état du couvent et des rentes en 1442 précise que la fondation s'accompagne de la construction d'un petit logement et d'une chapelle dédiée à la Sainte Trinité. Puis le couvent s'enrichit de de Ghennen (ou de Reims), bourgeois de Mantes et son épouse Endeline confient, par charité, dans leur
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 1 quai de Vaucouleurs - en ville - Cadastre : 2014 AD 283
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AM, Mantes-la-Jolie, 5 M 27(3). Acquisition par la ville de la propriété des Cordeliers pour l'aménagement d'une auberge de jeunesse. . AM, Mantes-la-Jolie, 5 M 27(3). Acquisition par la ville de la AM, Mantes-la-Jolie, 5 M (anciennement 4M 13). Auberge de jeunesse. AM, Mantes-la-Jolie, 5 M AD Yvelines,3Q 44. Administration des Domaines - Mantes-la-Ville. AD Yvelines,3Q 44 . Administration des Domaines - Mantes-la-Ville. Mantes médiévale. La collégiale au cœur de la ville. Paris, Somogy. 2000. p.167. La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du XIe siècle jusqu'à la Révolution. Durand , A.,Grave, E., 1883. La chronique de Mantes ou histoire de Mantes du IXe siècle jusqu'à la Révolution (de) Sceaux Père Raoul, Emile Houth, Emile, 1969. " Le couvent des cordeliers de Mantes dans la Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver
  • Quartier de Gassicourt
    Quartier de Gassicourt Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Illustration :
    Plan du lotissement Port Fouquet. Mantes-la-Jolie. Permis de construire 65/77 Plan masse de logements HLM de Candilis et Brunache, lauréats du concours Million. Mantes-la-Jolie Façades Ouest des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 68 Façades Est des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 68/55 . Mantes-la-Jolie. Permis de construire, 68/55. IVR11_20167800211NUC4A Plan détaillé des cellules de 3 pièces des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la-Jolie Plan parcellaire de la ville entre la rue Castor et la rue de la Papeterie. 1/2000e (AM Mantes-la Plan du rez-de-chaussée et d'un étage courant des logements HLM de Candilis et Brunache. Mantes-la Vue du groupe sculpté figurant la fusion de Mantes et de Gassicourt. IVR11_20167800354NUC4A -Jolie, n.c.) IVR11_20157800528NUC4A
    Texte libre :
    appelée Mantes-Gassicourt jusqu'en 1953 où elle est devenue Mantes-la-Jolie. territoire était très vaste elle a attiré le chemin de fer avec la gare Mantes-Embranchement puis la papeterie Braunstein. La commune de Gassicourt a fusionné avec Mantes en 1930 et la nouvelle commune s'est
    Historique :
    Le village de Gassicourt, placé au cœur d’un vaste territoire entre la ville de Mantes et la nombreuses donations qui suivent cette fondation sont le fait des comtes de Mantes, de la famille des , le sous-préfet de Mantes, M. Cassan décrit le déclin irrémédiable de la vigne dont la superficie a ligne Paris-Rouen avait comme seule gare Mantes-Station, sur le territoire de Mantes-la-Ville. C’est construite : la gare Mantes-Embranchement sur le territoire de Gassicourt. Cette nouvelle station est premier temps, Mantes Embranchement donne naissance à « un hameau de la station » qui selon le recensement rattachement à Mantes se pose. La municipalité de 1925 est élue sur ce projet et la décision est votée en 1929 . La ville de Mantes réussit un agrandissement important scellant le destin de Mantes-Gassicourt . Devenu un quartier de Mantes, Gassicourt offre des possibilités importantes de construction. La seigneurie de Rosny, longé par la Seine au nord et traversé par le « grand chemin » devenu « route royale » a
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - - en ville - Cadastre :
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
  • Moulins (vestiges)
    Moulins (vestiges) Mantes-la-Jolie - 1 rue de la Sangle - en ville - Cadastre : 2015 AB 175
    Illustration :
    Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1830. (AD78 7s Plan de la Vaucouleurs. Verso. 1830. (AD78 7s 285) IVR11_20187800005NUC4A Nivellement de la Vaucouleurs en 1830. Partie gauche. (AD78 7s 285) IVR11_20187800014NUC4A Nivellement de la Vaucouleurs en 1830. Partie droite. (AD78 7s 285) IVR11_20187800015NUC4A Nivellement de la Vaucouleurs en 1830. Verso partie gauche. (AD78 7s 285) IVR11_20187800016NUC4A Nivellement de la Vaucouleurs en 1830. Verso partie droite. (AD78 7s 285) IVR11_20187800017NUC4A Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839. (AD78 7s Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839. Verso Nivellement de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839 Nivellement de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839
    Historique :
    Selon l'enquête de l'an II, il y avait à Mantes trois moulins à blé en activité : celui du sieur Tanneries) produisait 13 quintaux par jour et le plus efficace, celui de la veuve Giroux dont Pierre Lacroix un bâtiment qui renferme la roue et les vannes ouvrière et de décharge de son moulin qui n'a ni moulin des Cordeliers et les propriétaires des tanneries se plaignent d'inondations causées par la trop aussi dû à l'encombrement de la rivière à cause des crochets auxquels les tanneurs attachent leurs peaux . Il demande que les tanneurs curent à vif le fond de la rivière. Les années 1820 voient des ) et une deuxième roue à l'amont de la première. Le meunier des François Barbé demande en 1822 de pouvoir remplacer la roue en très mauvais état du moulin des tanneries par une roue neuve à aubes d'un pied plus petite. En 1830, une demande de nivellement est faite. En 1837, la veuve Lefevre qui a construit un lavoir à laines sur la Vaucouleurs. La raison de cette plainte est que "les objets placés dans
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - 1 rue de la Sangle - en ville - Cadastre : 2015 AB 175
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    p.10 Monographie communale de l'instituteur de Mantes-la-Jolie, 1899. AD Yvelines. 1 T mono 8/7 . Monographie communale de l'instituteur de Mantes-la-Jolie, 1899. AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties ), 1813. AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties p.362 Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver, Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792
  • Tanneries
    Tanneries Mantes-la-Jolie - rue des Tanneries rue Basse des Tanneries - en ville - Cadastre : 2014 AB 165-166, 187-190,192,601,602,713 Parcelles du cadastre napoléonien , section B du midi 35-39et 42-47
    Description :
    de Mantes, précise que les tanneurs de Mantes utilisaient « la jusée » c’est-à-dire du jus d’écorce L'installation de tanneries dans le quartier qui porte ce nom s'explique par la présence de la Vaucouleurs qui se jette dans la Seine juste en aval et par la configuration du terrain avec une rue basse et . Ces bassins et fosses se trouvaient dans les ateliers sous la rue haute auquel on accédait par des (parcelles 36 à 39 de la section B du midi). Le sous-préfet Cassan, dans sa description de l'arrondissement
    Illustration :
    La rue basse des Tanneries, plan en 1819 par l'architecte Vivenel. On voit le ru, et les ateliers sous la Rue Haute.(Région Ile-de-France. Fonds CREDOP). IVR11_20157800021X Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1830. (AD78 7s Plan de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839. (AD78 7s Nivellement de la Vaucouleurs entre le moulin des Cordeliers et le moulin des Tanneries. 1839 La rue Basse des tanneries au XIXe siècle, dessin. (Région Ile-de-France. Fonds CREDOP La rue Basse des tanneries avec la Vaucouleurs et les entrées des fosses. (vers 1920?). (Fonds La rue Basse des tanneries. (Vers 1920?). (Fonds Bertin). IVR11_20177800644NUC2B Pilier de la rue Basse des tanneries. IVR11_19777800724X La rue Basse des tanneries aujourd'hui. La Vaucouleurs n'est plus à l'air libre
    Historique :
    En 1684, l'intendant de la généralité en visite à Mantes, écrit "dans la ville de Mantes, il y a une tannerie assez considérable". En 1813, selon la matrice cadastrale, il y avait 5 tanneries à Mantes. Les tanneurs étaient Jacques Sarrazin, Hyacinthe Delaunay, Thomas Leguay, Antoine Massé et , Leguay et l'état nominatif des statistiques industrielles de 1865 précise que la tannerie Leguay . Il est aussi fait mention en 1865 de la tannerie Julien qui employait 2 ouvriers.
    Localisation :
    Mantes-la-Jolie - rue des Tanneries rue Basse des Tanneries - en ville - Cadastre : 2014 AB 165
    Aires d'études :
    Mantes-la-Jolie
    Référence documentaire :
    AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties ), 1813. AD Yvelines. 3 P3 1351. Mantes-la-Jolie, matrice de la contribution foncière (propriétés bâties p.362 Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 Lachiver, Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792 p.139 Statistiques de l'arrondissement de Mantes, Mantes, Forcade imprimeur, 1833 Cassan Armand , Statistiques de l'arrondissement de Mantes, Mantes, Forcade imprimeur, 1833
  • ville de Melun
    ville de Melun Melun
    Description :
    Melun s'est développé autour d'un site privilégié : dans un méandre de la Seine, où un affleurement permet de franchir plus facilement le fleuve. La topographie définit donc trois zones dans la ville : l'île Saint-Etienne au centre, la rive sud alluvionnaire, et la rive nord plus escarpée, entaillée à l'est par l'Almont (petit affluent de la Seine). Le territoire communal est aujourd'hui presque
    Illustration :
    Melun à la fin du XIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700168NUDA Melun à la fin du XIIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700169NUDA Melun à la fin du XVe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700170NUDA Melun à la fin du XVIIe siècle (hypothèse de restitution). IVR11_20077700171NUDA Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle). (Musée municipal Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : les armoiries en haut du tableau (armes de la ville de Melun). Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : le village de La Rochette. Huile sur toile. (Musée municipal de Melun. inv. 80) IVR11_20057700606NUCA Vue à vol d'oiseau de la ville de Melun au XVIe siècle"" (copie du XVIIIe siècle), détail : la
    Historique :
    Oppidum de la cité des Sénons à l'époque celte, Melun se développe surtout sur la rive sud de la Seine à l'époque gallo-romaine. Vers le 5ème siècle, la ville se replie dans le castrum établi sur l'île Saint-Etienne. Au Moyen Age, l'habitat se développe sur la rive droite (paroisse Saint-Aspais). Dès le protègent la ville jusqu'au 18e siècle. Des faubourgs se développent au-delà de cette enceinte sur la rive , qui accueille de nombreux couvents au 17e siècle, dans le cadre de la Contre-Réforme. Son choix comme essor privilégié : la population passe de 5000 à 13000 habitants au cours du 19e siècle. Cette
1