Logo ={0} - Retour à l'accueil

Usine de construction mécanique de la Société d'exploitation des appareils Rateau, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne-Mobilor, puis Guitel

Dossier IA93000552 réalisé en 2004

Fiche

Ce dossier d'inventaire a été réalisé en 2004-2005, dans un contexte de débat autour du devenir du site. Il offre aujourd'hui la dernière couverture photographique institutionnelle avant démolition partielle, ainsi qu'une étude approfondie articulant recherches en archives et témoignages de salariés, utilisés notamment pour composer des plans de fonctionnement.

A l'occasion des travaux de démolition et de construction (logements et activités), échelonnés entre 2012 et 2016, quelques vestiges ont été intégrés au nouvel ensemble bâti :

- les façades de l'atelier des machines-outils (1916) situé à l'angle de la rue Franklin et de la rue Lazare-Carnot (avec pan coupé portant l'ancienne horloge)

- les deux façades-pignons (sur trois) de l'atelier de chaudronnerie (1917), situés côté Est, au Sud de la rue Lazare-Carnot.

En revanche, les trois façades-pignons de l'atelier des machines-outils (1916) situés au Nord-Est, ainsi que l'atelier de soudure et de montage (1916-1917) situé à l'Ouest de rue Lazare-Carnot, ont été reconstruits sans conservation d'éléments authentiques.

Nicolas Pierrot, 2020.

Appellationsusine de construction mécanique de la Société d'exploitation des appareils Rateau, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne et usine de meubles Mobilor, puis usine de construction mécanique Guitel-Etienne-Mobilor, puis Guitel
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, atelier de réparation, magasin industriel
Dénominationsusine de construction mécanique, usine de meubles
Aire d'étude et cantonSeine-Saint-Denis - Pantin
AdresseCommune : Le Pré-Saint-Gervais
Adresse : 17, 30 rue
Lazare-Carnot
Cadastre : 1996 B 111, 115

Entre 1913 et 1916, la Société d'exploitation des appareils Rateau fait construire côté pair de la rue Lazare-Carnot (à l'est), un atelier de mécanique (n°1) pour la fabrication de pompes et de ventilateurs centrifuges. C'est toutefois le contexte de la Grande Guerre qui explique la construction rapide de l'usine. La société fondée par Auguste Rateau, théoricien et inventeur (spécialiste de mécanique des fluides, élu à l'Académie des sciences en 1918), fournit la sidérurgie française en turbo-ventilateurs, destinés dès le début du siècle à remplacer les pompes à pistons pour le soufflage des hauts fourneaux ou des cubilots. Participant à l'effort de guerre, Auguste Rateau élabore en outre un système de suralimentation interne des moteurs d'avion : ses turbo-compresseurs équipent ainsi le Bréguet XIV, utilisé pour survoler les lignes ennemies en altitude. En 1916 sont élevés, au nord de la première halle, les ateliers de mécanique (n°2, 3 et 4). De l'autre côté de la rue, le long bâtiment de l'assemblage (n° 6) et leurs magasins (n°7 et 8) sont construits en 1916-1917. Trois halles accolées abritant les opérations de chaudronnerie (ateliers n°9, 10 et 11) datent également de 1917. L'usine employait alors quelque 600 ouvriers et employés. Une extension est construite en 1930, côté ouest, en coeur d'îlot (n°12). Après la Seconde Guerre mondiale, l'entreprise décide de concentrer la production sur le site de La Courneuve (1947). L'usine est cédée à la Manufacture de quincaillerie F. Guitel et Etienne Frères réunis (ETF), qui choisit d'occuper les bâtiments situés côté pair de la rue, alors que la Société de construction de mobilier métallique (Mobilor) s'installe côté impair dès sa fondation en 1951. L'atelier d'outillage Mobilor (n°13), surmonté de bureaux, est alors élevé à la place d'une ancienne remise (n°5). Enfin, en 1954, la construction d'un vaste atelier de montage sur l'ancien parc à tôles, met un terme à la conquête des réserves foncières disponibles. D'importantes difficultés (la demande de mobilier scolaire s'épuisant) conduisent Mobilor à fusionner avec Guitel-Etienne en 1962. Dès lors, la fabrication de roulettes de Caddies assure la prospérité de l'entreprise. En 1974, l'usine emploie environ 250 ouvriers. L'activité de production cesse en 2001. Les bâtiments sont acquis par la commune du Pré-Saint-Gervais en mars 2005. Les travaux de démolition (à l'exception de quelques façades) et de construction de bâtiments neufs sont réalisés de 2012 à 2016 (voir l'introduction).

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates1913, daté par source
1916, daté par source
1917, daté par source
1930, daté par source
1951, daté par source
1954, daté par source

Construite en peu d'années, l'usine Rateau se distingue par son homogénéité. La rue Lazare-Carnot en constitue l'axe principal, traversé en 1917 par un réseau de voies ferrées particulières aujourd'hui disparu. L’atelier n° 1, le plus ancien, accolé à l'immeuble d'habitation est construit en pans de bois hourdés de parpaings de mâchefer ; il est couvert d'une charpente en bois et d'un toit à longs pans surmonté de lanterneaux. Du côté de la rue Franklin, se trouve la véritable "entrée" de l'établissement : l'oculus percé dans le pan coupé de l'atelier n° 4 portait l'horloge de l'usine. De part et d'autre de la rue, les façades des halles n° 4 et 6 se répondent : bâtiments étroits et allongés, maçonnerie de brique rouge, façades rythmées de pilastres en brique silico-calcaire, percées de larges baies coiffées d'arcs surbaissés, charpentes en bois, toits à longs pans surmontés de lanterneaux. La halle n° 6 conserve un pont roulant de 1917. Côté pair de la rue Lazare-Carnot, les halles accolées n° 2 et 3 ont été construites selon les mêmes principes, mais offrent sur la rue leurs pignons à façades ordonnancées. Celles-ci demeurent lisibles, malgré le percement de baies rectangulaires à partir de 1948. Les trois halles accolées n° 9, 10 et 11 sont couvertes d'une charpente métallique apparente, reposant sur des supports légers, permettant d'ouvrir l'espace aux manipulations de pièces volumineuses. Un plancher (dit "plancher-caoutchouc") a été mis en place vers 1968-1970, afin d'augmenter la surface du magasin de stockage des pièces détachées. L'ensemble marque un souci de traitement des façades sur la rue. Il indique le soin accordé à la présentation de l'usine. La rue apparaît (par le jeu de symétrie des façades à l'"entrée" de l'usine) comme soulignée, mise en perspective en tant qu'espace interne de l'usine. Non visibles depuis la rue, les extensions des années trente sont à pan de fers hourdés de briques, et surmontées de charpentes métalliques apparentes, de toits à longs pans et de lanterneaux. L'atelier d'outillage est en béton armé. Enfin, l'atelier de montage (n° 14) édifié par Mobilor en 1954, composé de trois halles accolées (pans de fer hourdés de briques) est coiffé d'une charpente métallique dont la finesse des supports permet de dégager l’espace intérieur ; la lumière est distribuée dans l'atelier par de larges lanterneaux vitrés.

Mursbrique
brique silico-calcaire
béton béton armé
Toittuile mécanique
Étagesrez-de-chaussée, étage de comble
Couvrementscharpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couverturesterrasse
toit à longs pans
lanterneau
Escaliersescalier intérieur

Autres organes de circulationsmonte-charge
État de conservationétablissement industriel désaffecté, vestiges

Exemple d'usine-rue, enserré dans le tissu urbain, dont on ne connaît dans l'état actuel des recherches aucun équivalent sur le territoire régional.

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Société d’exploitation des appareils Rateau, Pompes centrifuges, références, catalogue n° 22, Paris, imp. Draeger, 1916.

    Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Bobigny : 195 J 50
  • Plans et lettre de la direction de la Société Rateau au Préfet de police, précisant la nature des installations de l’usine du Pré-Saint-Gervais, 1er sept. 1941.

    Archives départementales de la Seine-Saint-Denis, Bobigny : 1612 W, art. 53
  • « Société d’exploitation des appareils Rateau, usines du Pré Saint-Gervais, 1917 », plan du rez-de-chaussée.

    Ville du Pré-Saint-Gervais, archives des permis de construire : PC 1891-1917
  • « Société Rateau », demande d'extension à l’Est, côté numéros pairs de la rue Carnot, 4 plans par R. Fournez et L. Sainsualieur, architectes D.P.L.G, 03 nov. 1930, échelle 0.02 p.m.

    Ville du Pré-Saint-Gervais, archives des permis de construire : PC 1929-1931 A-E
  • « Mobilor, Société de Construction de mobilier métallique, projet d’aménagement du siège social, 30 rue Carnot », 5 plans par Alphonse Kippeurt, architecte, s.d., échelle 2 cm p.m ; et glissés dans le dossier, 2 catalogues d'entreprise : Mobilor, tout le mobilier pour la collectivité, Le Pré-Saint-Gervais, Mobilor, 1954, n.p.

    Ville du Pré-Saint-Gervais, archives des permis de construire : PC 1948
  • « Société de Construction de Mobilier Métallique, Mobilor, 30 rue Carnot, Le Pré Saint-Gervais », Construction d’un bâtiment à un étage, magasin-vestiaires-réfectoires-cuisine [au rez-de-chaussée, l’actuel « atelier outillage »]. Une copie du plan cadastral, encré postérieurement, 31 janv. 1951, échelle 1/500e.

    Ville du Pré-Saint-Gervais, archives des permis de construire : PC 1951
  • Sélection de plans stockés en 2005 dans un atelier machines-outils de l'ancienne usine Rateau (meuble à plan), 1954-1994.

    Archives du site Guitel-Etienne : consultées dans l'usine en 2005
  • Recueil de calques originaux, productions de l'usine du Pré-Saint-Gervais, s.d.

    Archives du site Guitel-Etienne : consultées dans l'usine en 2005
  • ETF, Guitel-Etienne-Mobilor, catalogue 1968, X-138 p., ill.

    Archives du site Guitel-Etienne : consultées dans l'usine en 2005
  • Guitel, roues et roulettes. Extrait du catalogue, Le Pré-Saint-Gervais, Guitel-Etienne-Mobilor, s.d. 20 p., ill. (Avant 1985, date de transformation de la halle des presses et halle de stockage des produits finis, selon le témoignage de M. Jean-Pierre Roy).

    Archives du site Guitel-Etienne : consultées dans l'usine en 2005
  • Témoignages oraux, 11 mars 2005 : entretien avec M. Jean-Pierre Roy, M. Jean-Louis Prugnot et M. Claude Bertrand, peu avant le départ définitif des derniers employés du site. Cet entretien a consisté dans la construction et l’information de deux plans de fonctionnements de l’usine, l’un au milieu des années 1970, l’autre au terme de l’activité, en 2004 : voir Pl. 4 et Pl. 5.

    Région Ile-de-France, Service Patrimoines et inventaire, Paris
Bibliographie
  • DELOUCHE Hervé, Rateau, histoire d’une entreprise, La Courneuve, Comité d’établissement de Rateau-La Courneuve, GEC-Alsthom électromécanique, 1994, 240 p.

    Cet ouvrage est le fruit des recherches personnelles de l’auteur, alimentées par un éventail de sources privées mises à sa disposition, pour l’occasion, par les membres du Comité d’établissement et d’anciens employés de l’usine. D’entre ces documents, le précieux tableau intitulé « Explication des divers ateliers du Pré-Saint-Gervais » (p. 61-62), d’une grande précision, réalisé à partir d’un document technique fourni par un ingénieur de l’entreprise (information fournie par témoignage de Roger Mansuy, Comité d’établissement de Rateau-La Courneuve). Il s’appuie également, concernant l’usine du Pré-Saint-Gervais, sur le « mémoire » laissé par Félix Niel sur la Société Rateau.

  • DIDOT (édit.), Annuaires du commerce Bottins, 1850-1970 (dépouillement tous les cinq ans).

  • LEFEBVRE Véronique, Guitel, en route vers l’avenir, Paris, Albin Michel, 1997, 80 p.

  • Mobilor, assemblée générale ordinaire du 28 mai 1954, exercice 1953, Le Pré-Saint-Gervais, 1954, n.p., ill.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : 4-W-10647
  • PERLÈS Valérie (dir.), Le Pré entre Paris et banlieue. Histoire(s) du Pré Saint-Gervais, Paris, Créaphis, 2005, 244 p.

    p. 107-110.
  • RATEAU Auguste, Notice sur les travaux scientifiques et techniques de M. Auguste Rateau, Paris, Gauthier-Villars et Cie éditeurs, 1917, 62 p.

Périodiques
  • JOUGUET Emile, "Auguste Rateau (1863-1930)", Annales des Mines, livraison de septembre 1932, rééd. Paris, Dunod, 1932, 59 p.

  • RATEAU Auguste, Ventilateurs centrifuges à haute pression, extrait de la Revue de Métallurgie (Août 1907), Paris, H. Dunod et E. Pinat Editeurs, 1907, 40 p.

(c) Région Ile-de-France - Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis - Pierrot Nicolas
Nicolas Pierrot

Conservateur en chef du patrimoine, en charge du patrimoine industriel, Région Île-de-France, service Patrimoines et Inventaire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.